Récit de la course : Trail de Faverges Icebreaker - 44 km 2013, par Arclusaz

L'auteur : Arclusaz

La course : Trail de Faverges Icebreaker - 44 km

Date : 15/6/2013

Lieu : Faverges (Haute-Savoie)

Affichage : 2194 vues

Distance : 44km

Objectif : Pas d'objectif

39 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Bon, ça..... c'est fait !!!!!

Dans ma longue carrière de coureur du fond du peloton, j’avais jusqu’à présent repoussé une échéance que je savais inéluctable. C’est en Haute-Savoie dans mes chères Bauges que cet événement allait se produire ….

Après un hiver perturbé par un énorme coup de mou (maladie puis deux mois de fatigue intense sans sport),  j’ai recommencé le sport en avril. J’ai beaucoup couru en mai (plus de 200  kilomètres, la deuxième fois de ma vie que je dépasse ce chiffre).

J’ai repris les OFF avec le gang des lyonnais mais force est de constater que la forme ne revient pas…. Je me traine, je suis fatigué, j’ai mal aux jambes, … C’est toujours l’énigme, je ne sais pas ce que j’ai, tous les examens que j’ai passés dans l’hiver sont bons : on va dire que j’ai vieilli, que j’ai pris 10 ans en un hiver !

Avec ces soucis, j’ai annulé toutes les courses auxquelles j’avais prévu de participer et j’ai envie de me lancer un défi, avec mes moyens du moment, en juin. Bien sur, ma première idée est de retourner au Maratrail de Lans tant cette course m’avait plu l’année dernière (bon, je suis obligé de dire ça, sinon Béné et Samontetro vont me taper dessus…..) et parce qu’aussi j’ai une revanche à y prendre (cf mon CR de l’année dernière) Mais, une réunion familiale ce jour là m’oblige à revoir mes plans.

Alors, forcément, une évidence s’impose : le Maratrail de Faverges ! une course à laquelle je pense depuis des années mais qui me semble hors de portée pour moi. 44 km, 2700m de D+, un tracé déjà un peu alpin.

Pourquoi cette course m’attire-t-elle ? Je ne vous l’ai jamais dit mais figurez vous que je suis originaire du massif des Bauges (ah, bon, vous le saviez ?) mais du côté Savoie. La Maratrail de Faverges, c’est un moyen de rejoindre « mes » Bauges par un itinéraire que je connais très mal : arriver au Col d’Orgeval (où je suis monté des dizaines de fois) par cet itinéraire nouveau pour moi me plait beaucoup. Et ce sera l’occasion de retourner dans ce coin où j’ai organisé en 2012 le deuxième « off in the Bauges » : souvenir d’une énorme défaillance de ma part (bon, j’avais une angine et plus de 39° ).

 

Entre Orgeval et Chaurionde - OFF in the Bauges 2012- Photo Totoro


Mais, pour me décider à franchir le pas de l’inscription, il me faut un coup de pouce. C’est Bruno230 qui me le donnera. Il cherche en Juin un trail un peu plus long que ce qu’il a déjà fait, il adhère au projet et nous scellons notre association à l’Ultra Boucle de la Sarra (qu’il finira brillamment alors que dans le rôle du gardien de la Porte , je saoulerai les participants par mes vociférations !).

 

La semaine précédente, nous apprenons que, à cause de la neige, nous n’irons pas au point culminant "Epaule de Chaurionde-Col d’Orgeval". C’est bien dommage, le parcours est ainsi amputé de sa partie la plus sauvage, la plus aérienne, la plus belle, la plus baujue quoi !

Mais, je sais bien que la sécurité passe avant tout et que cette « mauvaise » nouvelle renforce mes chances de finir et de passer les barrières horaires.

Car, voici mon problème : il y a deux BH et la deuxième me semble particulièrement difficile à franchir. Les simulations faites grâce à un fichier excel concocté par Janolesurfeur me confirment cela. Bon, on va essayer quand même, je fais un plan où nous avons une minute d’avance pour passer la 2eme BH, il faut donc que nous partions en sur-régime. Les derniers concurrents classés en 2012 ont tous un niveau supérieur au mien (vu grâce au formidable outil « résultats » de kikourou, encore merci Serge). Enfin, on ne sait jamais, sur un malendendu, on peut conclure, …

J’ai décidé de ne pas quitter Bruno, c’est beaucoup grâce à lui si je suis là, mon objectif le plus important est qu’il finisse son premier maratrail. Si je peux l’aider, je le ferais. J’ai constaté lors d’un off la semaine précédente (Off d’au-revoir à Sebmelalix que nous confions aux kikous du Nord) que Bruno tenait une sacrée forme : s’il gère bien la distance, il ira plus vite que moi, mon rôle est de le mettre sur les rails….

Dans un élan d’optimisme, je finis par dire à Bruno que, on peut passer la BH2, et finir en 8H30 mais derniers (ce que j’ai inscrit sur le Kivaou).

 

Nous co-voiturons vendredi soir, mangeons et dormons chez mes parents et passons récupérer Jano à Tailloires samedi matin. Le timing est parfait nous sommes pile-poil dans les temps, Jano a même le temps de faire l’échauffement que lui a prévu son coach acariâtre.

Pour nous, zéro échauffement, franchement à notre niveau et au rythme où l’on part, ça ne sert à rien. Une petite bise à Rachele qui finira 1ere V1 : bravo !

Dès les premiers sentiers en pente, ça bouchonne un peu, on monte à la queue leu-leu : quand on peut courir, je vois que Bruno a des jambes de feu ! j’arrive à le rattraper sur les petites portions en descente mais il revient facile.

photo : Elcap

Mais notre début de course est gâché car on tombe sur Elcap (je vous ai déjà dit que je ne le supportais pas ? heureusement sa femme Nini relève le niveau de la famille). Mais, bon, on est bien obligé de le subir, on ne peut pas le distancer ! Il fait la course au rythme de son copain Gégé (on ne saura pas si c’est Gérard, Gérald ou Jérôme, bref, c’est Gégé !). Sous prétexte de prendre des photos, Elcap place des accélération terribles, il est vraiment vraiment facile.

Nous sommes en avance sur le plan de marche (4 minutes puis 12 minutes). Quand la vraie montée commence , je prends un rythme régulier, je me sens bien, content d’être là. Je vois que je prends un peu d’avance sur Bruno sans pour autant accélérer mais je double quelques concurrents.

Vers Chaurionde, où nous aurions du aller....

(photo : ArnoS, allez voir son CR, les photos sont magnifiques)

récit d'ArnoS

 

 

photo : Elcap

Après un passage très raide dans la boue (que les bénévoles appellent les échelles, tellement c’est pentu), nous débouchons sur un chemin en balcon en direction de la Bouchasse : je connais ce passage pour l’avoir emprunté lors de ma première sortie trail en montagne, c’était il y a trois ans. Ce passage est vraiment beau, Elcap grimpe sur un rocher pour prendre des photos, que voici que voilà ….

 

 

Ce passage est tellement génial à courir que je décide de ne pas attendre Bruno (qui n’est vraiment pas loin) : je l’attendrai aux Chalets de la Bouchasse où j’espère trouver un bassin pour me rafraichir avant de me patagrouiner : bon, j’espère que les non-savoyards comprendront ce verbe qui vient directement du terme technique « pâte à groin » (il paraît qu’en français on dit crème solaire mais je ne maîtrise pas cette langue).

Car, maintenant que nous avons débouché de la forêt, il fait chaud.

 

J’attends donc 3-4 minutes Bruno au Chalet et dès qu’il arrive, je vois qu’il y a un problème. Son éternel sourire à disparu, il me dit qu’il n’est pas bien… et ça se voit ! Probablement l’effet combiné de la chaleur, de l’altitude, d’un possible sur-régime. Je le rassure, nous sommes partis depuis 2H30 et avons une dizaine de minutes d’avance sur notre timing. On repart mais il ne peut pas courir alors que le terrain s’y prête. Pour ma part, je me sens en pleine forme. Nous rejoignons tranquillement le télésiège de la Sambuy point culminant du parcours (1850 m) : nous avons perdu du temps, des places mais ce n'est pas grave, Bruno est toujours en vie !

Et dans le début de la descente, c’est incompréhensible, il détale comme un chamois. Nous sommes un groupe d’une dizaine à partir quasiment ensemble, personne ne peut le suivre ! Je n’essaye pas le rattraper je risquerais de m’exploser les quadri dans cette descente très roulante (piste qui longe les télésièges vraiment pas intéressante). Au milieu de la descente, il y a un passage un peu plus technique avec des cailloux, j’en profite pour rattraper tout le monde : c’est marrant, je suis nul en descente roulante et pas trop mauvais quand c’est technique. Modestement, je pense que j’ai un pied plus alpin que la majorité des concurrents : c’est normal, beaucoup sont des coureurs à l’origine , moi je suis plutôt un montagnard qui ne sait pas courir.

Comme le ravito est juste en bas, je dis à Bruno que je l’y attends : j’aurai ainsi le temps de faire le plein de ma poche à eau et de manger.

Quand Bruno arrive, il va encore moins bien qu’en haut : il a une tête à faire peur, il s’assoit un moment et est assez pessimiste. Il me dit qu’il ne peut plus courir et me propose de partir devant. Il n’en est pas question ! Nous avons 15 minutes d’avance sur le timing et avec sa forme actuelle, le moment que connaît Bruno n’est, à mon avis, pas lié à de la fatigue mais à un souci passager : nous avons fait 20 km (un format que Bruno connaît bien) en 3h15 (tiens au fait, nous avons 20 minutes d’avance sur la BH1). Je le persuade donc que ça va revenir, mais qu’en attendant il faut qu’on reparte en marchant, ça nous avancera toujours (faut pas oublier la BH2 !). Je profite de ce arrêt plus long que prévu, pour engloutir "un peu" de saucisson et de fromage (grrrrr, pas de Tome des Bauges ! Heureusement, il y en aura au 2eme ravito).

 

photo : Elcap

Après plus de 10 minutes d'arrêt (j’avais prévu 3 !), nous repartons très lentement. Bon, de toute façon, il aurait été impossible de courir dans le raidard qui suit le ravito : on se fait beaucoup doubler, tant pis, c’est le prix à payer pour la renaissance de Bruno. Puis, c’est la descente d’abord roulante puis très très boueuse : après une séquence « glissade sur les fesses » exécutée avec grâce par Bruno puis des alertes crampes jugulées grâce aux remèdes de sorcellerie que je transporte avec moi (homéopathie et Sp…..ine), Bruno commence à me distancer dans les descentes boueuses : j’ai dit que j’étais plutôt à l’aise dans le technique mais j’ai naturellement peu d’équilibre et ne suis pas à l’aise dans les sports de glisse (un grand dadet !). Quand la boue disparaît, on arrive à peu près à courir ensemble avec Bruno qui va mieux alors que je commence à baisser. Nous sommes sur la partie modifiée à cause de la neige et c’est un peu décevant : nous retrouvons une partie de l’itinéraire fait le matin jusqu’au hameau de Glaise puis remontons vers le vallon de St Ruph. Dès que ça monte, Bruno est subitement très à l’aise : il me distance facilement et je vois bien qu’il ne faut pas que je suive son rythme qui n’est pas le mien.

J’arrive à le rattraper quand on peut courir, même à prendre un peu d'avance, mais dès que ça grimpe il s’envole : au passage de la passerelle,  je lui dit de monter à son rythme et surtout de ne pas m’attendre. Il peut passer la BH2 en marchant à ce rythme, moi ce n’est pas sur.

 

photo : Elcap

Dès les premiers mètres, il me prend énormément de temps : je ralentis pour gérer un début de crampe à la cuisse (heureusement sur moi aussi la sorcellerie opère !). J’arrive assez facilement à la Cabane de l’Abbaye et la BH2 est juste derrière : je la franchis avec environ 20 minutes d’avance (bon, y avait un schmilblick quelque part…). Et c’est là que ça commence……

Rachele nous avait prévenu sur Kikourou que la montée de la Sarve était terrible : je confirme ! C’est raide, on n’en voit pas la fin. Je ne souffre pas horriblement mais je n’avance plus : cela me rappelle étrangement les sensations ressenties lors du Maratrail de Lans l’année dernière….

 

photo : Elcap

Je me fais doubler par tous ceux que j’avais rattrapé dans le vallon de St Ruph. Je ne m’accroche pas,  je suis en mode finisher, je me moque du temps et des autres. Mon seul souci à ce moment là, c’est la crainte que Bruno m’attende au sommet. Il doit être 15 minutes devant moi, il va se refroidir et je n’arriverai pas à le suivre : ce serait donc du temps perdu pour rien.

 

photo : Elcap

Quand j’arrive enfin au chalet-ravito de la Sarve, je suis soulagé de ne pas le voir. Et les bénévoles m’interpellent en me disant : « c’est vous le copain de Bruno ? il est parti il y a 5 minutes, il a préféré ne pas vous attendre ». J’ai donc la confirmation éclatante de ce que je soupçonnais : Bruno, que je connais depuis moins d’un an, est un gars intelligent !

 

photo : Elcap

Je ne m’arrête pas trop au ravito (il n’y a plus que là que je peux être efficace), et je m’élance pour les 12 derniers km majoritairement en descente.


vue du chalet de la Sarve (photo ArnoS)

Après la grimpette pour atteindre le sommet, une piste très facile à courir s’offre à nous : oui mais voilà, je ne peux plus. Je n’ai plus de jambes mais deux poteaux. Je marche donc la plupart du temps et me fait doubler par des wagons de coureur. A ce rythme là, je me dis qu’il ne va plus rester grand monde derrière moi ….

On rejoint le rocher blanc et une monotrace en balcon très agréable : je recommence à trottiner tout doucement. Je pense alors à un des mantra de Marat sur l’UTMB2011 ("tu n’auras pas plus mal en courant qu’en marchant et ça durera moins longtemps"). Certes mais le passage de la théorie à la pratique n’est pas évident !

Plus grand monde ne me double, tiens c’est donc que j’ai accéléré, non ?

Non. J’entends une cavalcade derrière moi, des coureurs qui arrivent. Je me pousse sur la droite pour les laisser passer mais l’un d’entre eux me dit « c’est pour toi qu’on est là ! ».

Je les regarde et je comprends : ce sont les serre-files ! Vingt ans que j’évite la dernière place mais là, c’est sur, aujourd’hui c’est pour moi ! Mais, pas de problème, j’assume. C’est même agréable de courir en leur compagnie, car oui je cours, ça va un peu mieux. Bon, c’est quand même un peu vexant quand je me retourne et que je vois que pour me suivre, ils marchent !!!

Sur ce rythme effréné, on a même failli rattraper l’avant-dernier ! Mais quand il me voit arriver avec mon escorte, il accélère (il fait au moins du 8 à l’heure en descente, c’est supersonique !). Je discute un peu avec une bénévole qui me pose la question désormais rituelle « êtes-vous le copain de Bruno ? » .

Je finis à mon rythme en essayant de ne pas marcher dans la traversée de Faverges (il me reste un peu de fierté !) et je reconnais au loin la silhouette du copain du copain de Bruno, bref Bruno ! Il est arrivé en 7h48 et viens me chercher. Nous faisons les derniers 200 m ensemble, c’est bien sympa .

Evidemment, je suis accueilli en héros au Parc, mon nom est annoncé au micro, je suis applaudi comme jamais je ne l’ai été : c’est comme au Tour de France, il faut finir premier ou lanterne rouge pour marquer les esprits. Nous franchissons la ligne main dans la main avec Bruno comme prévu !


photo : organisation

Je remercie mon escorte bien sympathique, mon Bruno, les bénévoles qui m’ont attendu.

Je finis en 8h22 et je serais officiellement classé donc finisher ! 409eme, je suis dernier, certes, mais dernier des arrivants (474 partants). J’ai fini, j’ai passé les BH, j’ai réussi mes objectifs.

 

Je reste un long moment au ravito où je suis seul (c’est le bon plan !), les préposées sont vraiment gentilles, Bruno va chercher sa récompense (une boisson houblonnée,) on discute un peu sur un escalier et comme le village de tentes est en train d’être démonté, on part.

 

Belle surprise, sur le parking, nous rencontrons Bouzzy-Goulum et LilineCoq qui a finit, comme je l’avais annoncé, 3eme et prend la 1ere place du TTN. Elle me félicite (si, si je vous assure, c'est le monde à l'envers !) et je sais que c’est sincère : Aline continue à me bluffer par son talent et sa gentillesse. On admire sa cloche (mais, non, ce n’est pas Olivier c’est le prix qu’elle a reçu) , on immortalise la scène par quelques photos et on rentre.

 

photo : Bouzzy-Goulum


Que retenir de tout ça :

D ‘abord et surtout, énormément de plaisir. Un très joli parcours, certes amputé de sa partie la plus spectaculaire : faudra revenir pour boucler le vrai Maratrail de Faverges !

J’ai connu 3 heures de plénitude où je me sentais vraiment en bonne forme physique : après mes soucis de l'hiver, ça n'a pas de prix !

Bien sur, je n’ai pas tenu la distance ! Mais, ce n’est pas nouveau : ma « performance » du jour est finalement très proche de mes marques précédentes sur des Maratrails du même type. En consultant le classement, j’ai moins explosé que ce que je pensais en terme de classement (352eme au bout d’1h30 de course et 409eme au final, j’ai fait bien pire comme départ trop rapide !).

Seulement voilà, je ne suis pas fait pour ce genre d’effort, trop long pour moi : je suis maintenant à l’aise sur des formats de moins de 3 heures, après…. j’explose !

Si j’explose, c’est en partie à cause de ma gestion catastrophique de l’hydratation. Je n’arrive pas à boire en courant (moins de 3 litres en 8 heures) et comme j’ai une légère tendance à la sudation, je finis tout sec ! d’ailleurs, les deux dernières heures, je n’ai presque pas sué, tout ceux qui ont couru un jour avec moi savent que ce n’est pas normal !

Bon, il y a donc des pistes d’amélioration…

 

Le plus important reste le plaisir que j’ai pris à cette longue promenade dans une superbe environnement avec une organisation au top (j'ai beau cherché, je ne vois pas de critiques à apporter).

Et puis, tant pis je l’écris, je suis fier d’avoir accompagné Bruno sur cette course dont il se rappellera toute sa vie. Il y a un an, nous faisions connaissance virtuellement grâce à Kikourou et j’essayais de le convaincre que courir dans les bois pendant 3h en discutant c’était à sa portée. 1 an après, il me met 30 minutes dans la vue. Bravo Champion !

 

Je suis aussi particulièrement heureux d’avoir envie de recommencer et d’être en mesure d’écrire une nouvelle fois :

 

on pratique vraiment un beau sport, pourvu que ça  dure….

 

 


 

 

39 commentaires

Commentaire de cloclo posté le 16-06-2013 à 22:34:18

"on pratique vraiment un beau sport, pourvu que ça dure…."
Tout à fait, Charles, et tu le prouves de manière formidable. Faudra bien qu'on finisse par se rencontrer un jour ;-)

Commentaire de snail69 posté le 16-06-2013 à 22:41:26

Aaaah ce beau CR commence à dévoiler ce que contiennent les poches du sac d'Arclusaz : des crampes killer...mais il en reste encore pas mal à découvrir ;-)
Une course magnifique (les photos d'ArnoS font sacrément envie...), une belle aventure humaine à l'image de ta générosité et de ton empathie.
Est-ce que tu as eu un nouveau T-shirt Finisher pour te permettre de parader chez toi ?

Commentaire de jano posté le 16-06-2013 à 22:47:30

t'es le plus rapide pour le CR en tous cas !!
3 litres, ça fait juste effectivement quand tu transpires beaucoup.
déçu de ne pas avoir pu rester pour ton arrivée...

Commentaire de Jean-Phi posté le 16-06-2013 à 22:51:36

Moi j'adore les récits d'Arclusaz ! Il y a toujours du sport, de l'amitié, des pâtes et du saucisson, bref tout ce qui fait que l'on fait un beau sport : Le sport individuel le plus collectif que je connaisse !
Bravo Laurent pour être allé au bout après tous tes tracas et pour avoir accompagné Bruno et l'avoir si bien "déformé" !

Commentaire de Arcelle posté le 16-06-2013 à 22:52:06

Bravo Arclusaz pour ta course et ton abnégation, et très joli CR, très sincère !

Commentaire de Benman posté le 17-06-2013 à 00:07:59

Merci pour ce beau récit. J'aurai appris le terme patagrouiner, qui sans explication m'aurait plutôt fait penser à "donner du Nutella à des cochons".. mais bon c'est pas ça.
Ce finisher vaut bien des victoires en tous cas. Bravo!

Commentaire de Berty09 posté le 17-06-2013 à 00:13:03

Sympa de se promener avec toi sur ce long trail. J'espère que tu trouveras la cause de tes p'tits soucis pour finir tes courses sans te faire booster par les serre-file. Malgré tout tu gères bien ta course. Bonne chance pour la suite.

Commentaire de ejouvin posté le 17-06-2013 à 01:19:40

Quel modèle de volonté.

Bravo pour avoir tenu, pour être allé au bout de l'effort. C'est ça qui rend le sport magnifique.

Commentaire de Caro74 posté le 17-06-2013 à 08:22:54

Quel sympathique récit! Tu es aussi un modèle de diplomatie de qualifier certaines portions du parcours de "décevantes"... Moi, durant toute cette partie de retour par Glaise et cette longue route puis piste droite qui n'est finissaient pas, j'ai eu l'impression d'être un peu le touriste que l'on promène pour ajouter des kilomètres à la course. J'étais si démotivée que j'ai réfléchi plusieurs fois à arrêter. Tu me donnes une leçon de motivation et de courage pour avoir tenu bon et soutenu tes copains tout au long de ces 8h 22. Ah, tu me donnes aussi un regret, je ne savais pas qu'ils offraient une boisson houblonnée à l'arrivée...

Commentaire de Kirikou69 posté le 17-06-2013 à 09:02:28


Bravo à toi : tu avais la crainte de ne pas terminer et tu l'as fait => l'objectif est donc largement rempli.

Repose toi bien à présent et je me mets dans la coin de la tête , le mantra :"tu n’auras pas plus mal en courant qu’en marchant et ça durera moins longtemps" qui pourra peut-être me servir.

Commentaire de Mamanpat posté le 17-06-2013 à 09:53:36

Quelques pistes pour progresser :
- hydratation : boire de l'eau et non du houblon
- souffle : faire autant de km à l'entraîenemt que de mots prononcés
- crampes intestinales : arrêt de la spiruline 3 jours avant ! (et pour le reste voir avec ejouvin...)
- sécheresse : arrêter le saucisson et privilégier la tom(m)e

Pour tout le reste, il y a American Express... Euh, nan, ne CHANGE RIEN !
Bravo et bon retour parmi les jambes en bois !

Commentaire de ejouvin posté le 17-06-2013 à 15:13:15

grrrrrrrrr

Commentaire de tidgi posté le 17-06-2013 à 09:54:31

C'est beau les Bauges... Mais je ne vois pas de boue sur les photos ;-)
En tout cas bravo à toi mister. Elle est belle cette dernière place, et tout en émotion.
Moi je dis : "tu fais un bien beau sport"...

Commentaire de Nini posté le 17-06-2013 à 10:27:35

Bravo à toi ! Tu es allé au bout, tu as épaulé un copain dans le dur, tu as pris du plaisir !
La BH se sera pour une autre fois et le plus important c'est de finir heureux !
Bises

Commentaire de TwoTiVal posté le 17-06-2013 à 10:38:48

Et dire que y'a 2 semaines, j'étais dans les Bauges, et surtout dans le brouillard pour courir ! Et le brouillard, en CO, ça aide pas !

Bravo Laurent, dernier peut-être, mais classé ! Là est l'essentiel.
Repose toi bien parce que dans 1 mois, tu dois m'accompagner aussi bien que tu l'as fait avec Bruno ! ;)

Commentaire de marat 3h00 ? posté le 17-06-2013 à 10:56:23

Bravo Monsieur ! L'aide que tu as apportée t'a été payée en retour par ce passage (facile) des BH et par cette arrivée triomphale. Encore de bien beaux moments. c'était vraiment pas gagné au départ et nous saurons désormais qu'être finisher à Faverges, ça place son bonhomme. Un jour prochain, j'espère être à ton niveau et pouvoir se refaire un OFF ici ou au pays des taons ...
A bientôt champion et merci pour tes CR si brillants

Commentaire de ogo posté le 17-06-2013 à 12:14:27

Merci pour cette première leçon de savoyard. Je découvre avec soulagement, grâce au verbe "patagrouiner", que la conjugaison semble la même qu'en français ;) Merci, surtout, pour cette belle leçon de courage, d'amitié et d'humilité. Je me joins au tonnerre d'applaudissements qui a retenti lors de ton arrivée. Vive le trail, vive les Bauges !

Commentaire de vinch64 posté le 17-06-2013 à 12:20:15

Très heureux que tu reprennes du plaisir à courir en compétition!
En tout cas, malgré tous tes doutes d'avant-course, tu l'as fait, tu es finisher! ;-)
Et grand prince, tu te permets même d'assister les copains dans le rouge alors que l'ombre de la BH te guette!
Encore bravo à toi!

Commentaire de zeze posté le 17-06-2013 à 12:26:31


Vraiment un grand bravo tu as réussi malgré ton manque d'entrainement
il faudra revenir l'année prochaine, passer chauriondre et cueillir le muguet dans la descente d'orgeval
RDV a la cépienne en octobre à ST Jean de la porte c'est pile le format de course que tu décris dans ton CR
bonne récup

Commentaire de polosh posté le 17-06-2013 à 12:47:37

Un grand bravo à toi pour ce récit et cette courses menée avec brio!!
Et surtout c'est bien sympa d'avoir fait la courses à deux comme vous l'avez fait avec Bruno :-)
Maintenant faut te reposer pour les Passerelles du Monteynard!

Commentaire de yannos69 posté le 17-06-2013 à 13:03:45

Bravo à toi Laurent pour être allé au bout, je pense que ton soutien à permit à Bruno de ne pas lacher et de relancer sur la fin, du beau boulot !
Prends le temps de boire à la fin de chaque phrase, tu verras que tu n'aura plus de problème d'hydratation :-)
Bonne récup et à bientôt

Commentaire de fildar posté le 17-06-2013 à 16:05:40

Tu as réussi ton objectif ( moins de 8h30' et dernier comme annoncé) tu t'es fait plaisir, c'est bien là l'essentiel. Un montagnard comme toi c'est endurant et tu dois pouvoir réaliser des courses de ce format sans exploser suffit juste de trouver la bonne hydratation et alimentation. Encore bravo pour ta course

Commentaire de bruno230 posté le 17-06-2013 à 17:15:46

Moi aussi je suis fier et heureux d'avoir partagé ces moments avec toi sans qui je ne sais pas si je serais allé au bout,loin des ambitions de classements et avec toute l'humilité que ce sport nous impose mais avec le sentiment d'avoir vécu une belle aventure et déjà à la recherche de la prochaine(qui sait peut-être que je pourrais encore t'embringuer).
Enfin pour l'heure place à la récup et à bientot pour de nouvelles aventures

Commentaire de bubulle posté le 17-06-2013 à 19:50:10

C'est pénible, ils ont tout dit, au dessus, les copains, là. Donc, c'est sûr, je pourrais bien te rajouter une vanne ou deux mais un beau récit comme ça, ça se respecte, ça ne se pollue pas par des vannes de bas étage à base de saucisson. Donc, juste respect et considération, camarade....et la binouze qu'on finira bien par partager un certain 8 décembre n'en n'aura encore que meilleur goût.

Commentaire de mazbert posté le 17-06-2013 à 19:50:58

Beau Cr effectivement. Grande course et superbe défi que tu nous fais partagé au travers de tes lignes. J'espère aussi un jour te croiser et faire quelques km à tes côtés dans nos belles montagnes.

Commentaire de joris posté le 17-06-2013 à 21:01:20

Salut Arclusaz !
Je m'étais tourné vers toi en arrivant dans les bauges cet automne et la passion que j'avais lu dans ta réponse je la retrouve dans ce récit, très émouvant et tellement porteur de bon esprit. Il est sûr que si le mérite se faisait au cœur et au courage tu aurais fini premier !
Cela me rappelle une phrase de Kilian qui disait qu'il a beau franchir la ligne le premier et être le vainqueur, celui qui a vraiment gagné c'est celui qui franchit la ligne en pleurant de joie après être allé au bout de lui même en se disant " je l'ai fait !"
Si on se fie à cette phrase c'est bien toi qui a gagné ce maratrail !

Une dernière chose : j'avais moi aussi des problèmes d'hydratation que j'ai résolu un buvant 4 gorgées de poche à eau toutes les 10 minutes, facile à suivre avec une simple montre, ça te donne entre 500 et 700 ml/h suivant la taille de ta gorgée et ça t’évite la déshydratation. ;-P

Continue comme ça en tout cas

Commentaire de sebmelalix posté le 17-06-2013 à 21:25:51

Bravo Laurent cette course exceptionnelle.
Exceptionnelle, car au delà de la performance tu nous as encore mis une sacré "claque" et donné une belle leçon.
Humainement, c'est bien toi le champion!!!

Merci à toi.
Super trail. Les photos sont superbes.
A+ Laurent
Seb


Commentaire de Elcap posté le 18-06-2013 à 12:58:25

Bis bis bis !!!!!

Je suis bien content que tu nous aies rattrapé au début, au moins je t'ai fait la bise pendant que tu suais bien :-D

Merci pour ce récit et bravo pour ce off ! Les BH étaient serrées. Avec plus de marge de manoeuvre, tu n'aurais pas eu tant de mal sur la fin. Bref, la distance est bel et bien pour toi mais sans doute avec un peu de chrono en plus sur le début :-)

(les photos arrivent)

Commentaire de Tito69 posté le 18-06-2013 à 14:05:04

C'est tout toi cette course !
Solidaire avec les autres a encourager, soutenir et permettre à d'autres d'aller au bout de leur rêve, quitte à se mettre soi même en décalage avec son propre ryhtme
Un coeur énorme qui déborde tellement que du coup tu rames à la fin
La tchach au point de ne pas vouloir laisser les serres-files discuter seuls
Un inconditionnel des bauges mais quand on voit les photos, et ben on peut le comprendre !!!
Un minutage précis (j'adore le plan d'origine avec 1 minute de rab sur la BH) bref des plans, des calculs mais après on y va au feeling
Et en plus finisher ! Bravo

Commentaire de marKeau posté le 18-06-2013 à 23:14:10

Bravo Laurent, bravo Bruno. Quelle journée ! Vivement le prochain épisode des aventures de Laurent et Bruno !!!!

Commentaire de tortue01 posté le 19-06-2013 à 09:11:52

Je l'avoue j'ai eu les yeux humides en lisant ton CR..ça doit etre parce que je suis une fille ??!!!..trop trop bien ce CR tout en émotion et joliment illustré..avec Bruno et toi quel duo!!Grr les BH.;je sais ca me fais le même effet flippant..mais tu as fini et ca c'est l'essentiel..??!!; Bravo et repose toi,avec fromages et saucissons!!!.;a très vite (rdv aux passerelles?? ).."on pratique vraiment un beau sport"...bizzz

Commentaire de totoro posté le 19-06-2013 à 13:29:32

Encore une fois, je te félicite pour être venu à bout de ce joli parcours ! En plus, c'est sympa d'avoir fait le récit de Bruno en même temps ;-)
Maintenant récupères bien !

Commentaire de Khioube posté le 19-06-2013 à 14:02:29

Salut Laurent, félicitations pour ce super compte-rendu. Un bel exemple de solidarité, de plaisir... le sport amateur dans ce qu'il a de plus beau, en somme !
A la prochaine !

Commentaire de Gibus posté le 19-06-2013 à 15:04:09

Bravo l'ami
tu n'as choisi un trail facile mais tu l'as fait.
Tu vois la ligne bleue des Bauges
Tu vois la fin des ennuis.

a+

Commentaire de franck de Brignais posté le 19-06-2013 à 23:09:30

Et bien pour une reprise... tu ne fais pas dans la demi mesure. Tu as vécu beaucoup de moments très forts, entourés de tes amis et tu le contes fort bien ! Merci pour ton partage. Cette aventure t'a beaucoup appris... oui on fait un sport formidable !!

Commentaire de Japhy posté le 20-06-2013 à 13:14:48

Bravo pour ta reprise, je suis très très contente que tu ailles mieux. Parfois il faut simplement se donner du temps, temps que tu as utilisé d'ailleurs pour vivre la course différemment pendant plusieurs mois, en supporter par exemple.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 22-06-2013 à 11:57:38

Ça me semble superbe, c'est ce qui nous manque chez nous, ce genre de paysages avec un horizon lointain.
Bravo pour ton retour en forme.

Commentaire de Arclusaz posté le 25-06-2013 à 10:03:23

Merci à tous pour vos commentaires tellement sympathiques.

Je ne vous ai pas répondu individuellement car je suis une grosse feignasse sans coeur.....

Pour tenter de me faire pardonner, j'ai mis quelques nouvelles photos.

A bientôt pour de nouvelles aventures tout au fond du peloton !

Commentaire de Philippe8474 posté le 25-07-2013 à 22:15:20

C'est quand même sympa de jouer dans un si beau jardin!
Bravo de l'avoir boucler et surtout d'avoir pris autant de plaisir!!!
A se croiser alors

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran