Récit de la course : Maratrail de Lans en Vercors 2012, par Arclusaz

L'auteur : Arclusaz

La course : Maratrail de Lans en Vercors

Date : 3/6/2012

Lieu : Lans En Vercors (Isère)

Affichage : 1104 vues

Distance : 47.8km

Objectif : Pas d'objectif

28 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

ça devait bien m'arriver .....

Je suis un modeste coureur et un coureur modeste.

 

Modeste car j’ai de petites capacités physiques et de bien modestes performances.

 

Modeste car je  suis parfaitement lucide, n’ai aucune ambition chronométrique, me plait bien dans le fond des classements où je discute beaucoup, passe mon temps à regarder les paysages et mange goulûment aux ravitos.

 

Et pour la première fois de ma vie, j’arrive à Lans en Vercors avec des certitudes.

J’ai progressé depuis un an  et demi (n’y voyez aucun rapport avec ma rencontre des kikoureurs lyonnais !) et viens de réussir une course intéressante il y a trois semaines aux Coursières des Monts du Lyonnais. J’ai bouclé ce trail de 47 km et presque 2000 m de D+ en 6h45, sans arriver trop fatigué puisque c’était pour moi une sortie longue en préparation du Maratrail. A Lans, il y a le même kilométrage, à peine 300 ou 400 m de D+ supplémentaire. Dans ma vie, j’ai beaucoup plus marché en montagne (dois-je rappeler que je suis savoyard ? bauju exactement !) que couru. Je table donc sur un temps de course de 7h30 que je finis par réviser à 8h en regardant le classement de l’année dernière (merci l’outil « résultats » de kikourou qui permet en quelques minutes de trouver des coureurs ayant des références proches des siennes). Grâce au profil qu’Elcap met en ligne sur kikourou, je me fais un plan de marche précis, tronçon par tronçon  mais au fond de moi je pense que j’ai une dizaine de minutes de marge (modeste, je vous dis !).

 

profil réalisé par elcap (openrunner)


Alors que j’aime bien la période de doute qui précède les courses, rien cette fois ci. Je suis sûr de moi, ça va passer comme une lettre à la poste.

 

J’en-montagne samedi soir. Je retrouve la famille Elcap au camping et m’installe confortablement dans la tente mis généreusement à ma disposition par la maison « Blob et associés – matériel de camping – démonstration d’articles kikourou ».

Nous filons à la pasta-party kikourou organisée de manière parfaite par Béné. L’occasion de rencontrer des personnages de kikourou (j’suis un peu intimidé !). Très belle soirée, bon repas, je me surprends à être bien raisonnable et je n’abuse pas de la nourriture abondante (seulement 3 fois de la salade de gésiers et 5 fois des pâtes).

photo : Totoro

A ma grande surprise, moi qui n’ai pas campé depuis au moins 15 ans, je passe une très bonne nuit malgré la pluie parfois assez forte.

Réveil à l’heure H, gatosport maison (merci Arclusette !).

Premier couac, j’ai oublié mon cuissard ! Bon, ça va, j’ai un vieux short de secours dans mon sac, il est un peu court et met en valeur mes cuisses blanches (pas de ma faute s’il n’a pas fait beau ce printemps !) : j’espère n’avoir choqué personne avec cette tenue un peu courte !

 

Je retrouve Totoro au départ, nous échangeons. Je le chambre un peu sur le professionnalisme qu’il met dans la préparation de cette course alors que ce n’est qu’une aimable balade en montagne.

 

On revoit les kikous de la veille, plus d’autres, une bonne quinzaine en tout je pense.

 

Après le contrôle des sacs, c’est le départ. Quelques kilomètres sur le plat, pas très intéressants mais il faut bien sortir de Lans et on attaque le vif du sujet. Depuis le début, j’ai trottiné derrière Drop et Totoro mais dès que la route s’élève, je les vois s’éloigner instantanément: j’ai décidé d’être prudent jusqu’à Engins (conseil de Samontetro, il paraît qu’il connaît un peu le coin).

Deuxième couac de la journée : à la premier goulée prise de ma poche à eau, je me rends compte que mon mélange est imbuvable ! La veille, j’ai préparé un peu de malto et y ait rajouté un peu de sel en prévision de la forte chaleur. J’ai eu la main un peu lourde ! Quel idiot de ne pas avoir testé le matin !

 

Bon, ce n’est pas bien grave, il ne fait pas chaud, je changerai mon eau au ravito du Col de la Croix Perrin. Je perds 3 ou 4 minutes dans l’opération mais repars en 1h08, c’est à dire pile poil dans le temps prévu.

 

photo : Elcap

J’apprécie beaucoup ce passage sur les crêtes que je ne connaissais pas du tout : la vue est belle, les chemins sont sympas, je suis bien, le trail c’est chouette !

 

photo : Totoro

Ravito de la Molière. Toute la « Nini’s Team » est là et me file un coup de main pour remplir ma gourde : on voit qu’ils sont rodés et ce sera un vrai plaisir de les croiser 3 fois pendant la journée. Quand je repars, une des « stars kikourou » arrive : Françoise84 dont j’avais vraiment envie de faire la connaissance et que le hasard a mis à côté de moi au repas de la veille. Comme je suis un mufle, je ne l’attends pas : c’est surtout que, comme le parcours est maintenant majoritairement descendant pendant 10 km, je suis persuadé qu’elle va me rattraper car je descends comme une enclume. Je quitte le ravito avec 2 minutes d’avance sur les estimations, jusqu’ici tout va bien.

La descente sur les lapiaz est amusante et l’alpage de Sornin est magnifique avec une très belle vue sur la Chartreuse. Au bassin, j’oublie de saluer le papa de O’Bob dont j’ai fait la connaissance la veille : encore un gars bien sympa, c’est pénible, y a que ça chez les kikous !

photo : Totoro

Quand la descente s’accentue, un gars en rouge avec un K dans le dos me double : forcément, je lui parle. C’est Matos. Nous avions échangé par MP il y a environ un an au sujet d’une course caritative sur Grenoble (allez voir son blog, il fait plein de choses cet homme là !). Il a envie de parler aussi, ça tombe bien, ça fait 3 heures que je suis tout seul. Mais, il va plus vite que moi (il a un peu jardiné c’est pour cela qu’il était derrière moi), nous nous quittons donc.

 

Un moment sympa au point d’eau/pointage tenu par des jeunes au dessus du barrage d’Engins : j’essaie de leur faire deviner mon âge, c’est bizarre quand je leur dis 28, ils ne me croient pas !

 

Et voilà, le barrage d’Engins que je franchis, toujours avec 2 minutes d’avance. Mon plan de marche est donc fiable jusqu’à présent. Je sors les bâtons, rattrape Matos et un autre coureur (Philippe) et nous entamons la célébrissime montée du Pas du Curé. J’apprécie beaucoup ce passage, je n’ai pas l’impression de monter vite, j’essaie de m’économiser mais je décroche mes deux compagnons. Avant St Nizier, je me fais rattraper par une concurrente de Belfort avec qui nous papotons un peu.

Au ravito (que j’ai failli louper mais apparemment je n’étais pas le seul), je retrouve les Elcap dont la prestation est toujours aussi top. Elcapounet va même me chercher un escargot afin que je le gobasse comme annoncé mais je me dégonfle (qu’est ce que je ne ferais pas pour amuser des enfants!). Je me gave de saucisson et de fromage.

Attention, voici la minute culturelle de ce récit. Savez-vous ce qu’est une mauricette ? La coureuse de Belfort en sort une de sa poche et l’ingurgite puisqu’il s’agit d’un sandwich alsacien.

http://www.recette-dessert.com/mauricette-r937.htm

 

Je repars avec 9 minutes d’avance sur mes prévisions : je vous l’avais bien dit que j’avais de la marge pour 8 h ! Je commence à être un peu fatigué mais rien de grave, ça fait quand même 5 heures qu’on est parti.

Juste avant le tremplin, Mauricette (c’est pas son prénom, hein, vous avez compris) me dépasse avec une facilité déconcertante. Tout va bien, je n’ai mal nulle part mais il me semble que je suis en train de m’endormir, de me mettre sur un faux rythme. J’en ai rapidement la confirmation quand j’entends un clic-clic de bâtons derrière moi : c’est Françoise84 qui fond sur moi (rassure toi Xavhië, c’est une image !). On échange deux mots : avec son perpétuel sourire, elle me dit que je vais la suivre facilement et hop elle disparaît presque instantanément. Bon, là ça fait deux, puis trois avec Matos qui me dépose littéralement. Le doute n’est plus permis, je suis scotché et je n’avance plus. Pourtant, je n'ai pas mal aux jambes, tout va bien mais je suis tout mou ! Pour un peu, j’irais faire une petite sieste. Je me hisse quand même lentement au sommet du Moucherotte , fais un petit détour pour admirer la vue (j’ai de très bons souvenirs ici mais 15 ans que je n’étais pas venu : l'hôtel était encore là). Je me retourne et voit encore quelqu’un qui est en train de me rattraper. Mais, ce n’est pas possible, il ne va bientôt plus rester personne derrière moi !

Et alors, formidable coup de théâtre et joie : la personne qui me rattrape, n’est autre que Nini. En vrai montagnarde, elle est montée à son train et a dû me reprendre beaucoup de temps dans cette montée sèche. Nous demandons à une courageuse Béné-vole (elles s’appellent toutes comme ça dans le Vercors !!) de nous prendre en photo pour immortaliser cette rencontre au sommet.

photo : béné-vole

Il est déjà temps de descendre. 3 mètres de descente et j’ai compris : ça ne va pas mieux en descente qu'en montée ! Je ne vais pas être capable de suivre Nini, dommage ça aurait été sympa de finir ensemble. Surtout, je n’ai pas du tout envie qu’elle m’attende, elle le comprend et part. Nous nous revoyons à l’occasion d’une halte technique, arrivons presque ensemble au ravito. Elle repart devant moi avec une détermination vraiment impressionnante : on voit qu’elle a vraiment envie de finir un truc et ce que femme veut….

Je quitte le ravito avec 15 minutes de retard sur la prévision, je sais depuis quelques temps que les 8 heures sont hors de portée : je ne regarderai quasiment plus ma montre.

Philippe me rattrape, je le garde à vue quelque temps dans la descente puis le laisse s’enfuir. Nous sommes maintenant dans la partie aménagée « rien que pour nous » par Samontetro : c’est vraiment une jolie sente, mais quel boulot !

Dernier ravito. Ah, les fraises Tagada !!! Pourtant, je suis dégoûté du sucré depuis un petit moment (j’me taperais bien une mauricette, et oh, je parle du sandwich !) mais ce truc chimique finalement passe bien. Je salue Maï74, lui demande si elle a bien récupéré de la maxi-race : elle est surprise car elle ne me connaît pas, je lui dit qu’il m’arrive parfois, de temps en temps, épisodiquement d’aller sur Kikourou. Elle me demande mon pseudo et me parle des Bauges (ah, ça, ça fait plaisir !).

 

Bon, allez, faut y aller. Je ne regarde même pas le temps mais je dois avoir 25 minutes de retard. On s’en moque, faut juste finir maintenant !

 

Ce sera fait tranquillement. Depuis quelques temps, j’ai posé mon coupe-vent malgré la pluie et je suis bien mieux. Je crois qu’il m’a vraiment tenu trop chaud dans la montée.

 

Dernière côte, descente de la piste de ski, le dernier km sur le bitume et je franchis la ligne. Fatigué, un tout petit peu déçu du chrono (8h38) mais vraiment vraiment content de la balade.

 

Peu après mon arrivée, il se met à pleuvoir très fort, on va dire que c’est ça ma gestion parfaite du jour (dédicace à TwoTiVal) !

 

Mon arrivée tardive et la pluie font que je profite moins que prévu des agapes kikouresques (tant pis pour les rillettes de O’Bob et ma tome des Bauges qui va finir sa vie à Lyon). L'excellent gâteau de Blob passe bien ainsi que la bière mais je ne mange et ne bois presque rien. Un petit tour au camping pour aller démonter la tente, pour récupérer deux auto-stoppeurs que je vais redescendre à Grenoble (le 1er espoir du Maratrail), un petit coucou aux derniers kikoureurs présents et c’est déjà le moment de repartir.

 

Bon, faut quand même que j’essaye de tirer quelques enseignements de ma mésaventure. Que m’est-il arrivé ?

Suis-je parti trop vite ? Sincèrement, je ne crois pas. A Engins, je me sentais très bien, j’avais un peu neutralisé la descente pour ne pas me mettre mal. Je ne crois pas être allé trop vite dans la montée du Pas du Curé (même si Matos et Philippe que j’ai « lâché » à ce moment là doivent penser le contraire puisqu’ils m’ont repris plus tard).

Les causes de cette défaillance sont plutôt, à mon avis, à chercher autour de trois pistes 

 

Un possible problème d'hydratation : je n’ai pas beaucoup bu  (3 litres ?) et la mollesse que j’ai ressenti ne ressemblait pas à une hypoglycémie. Pourtant, quand je n’ai pas assez bu, je suis vite sujet aux crampes : là, rien du tout. Je pense aussi que j’ai gardé bien trop longtemps mon coupe-vent et j’ai du subir un effet serre (il se murmure dans les milieux autorisés lyonnais que j’aurais une légère tendance à la sudation).

 

Un manque de récupération depuis les coursières. Je ne sais pas encore récupérer d’un effort de 7 heures en trois semaines. Pourtant, tout mon corps me disait le contraire, je me suis senti bien entre ces deux courses.

 

Enfin et surtout, je suis arrivé trop confiant, trop « les mains dans les poches ». C’est une course faite pour moi, c’est de la montagne, je suis montagnard (oui, mais mon gars, ces 15 dernières années, t’as fait quoi exactement en montagne ? 2 sorties par an ?). Les deux gags de l’oubli du cuissard et de l’eau trop salée ne me ressemblent pas du tout. D’habitude, je vérifie 12 fois mon sac, je goûte plusieurs fois le contenu de ma poche à eau. Ah, il a l'air malin le coureur modeste : il s’est vu trop beau !

Mais, il va retenir la leçon, c’est sûr….

 

En conclusion, tout ça, ce n’est pas bien grave. Le week-end a été très très agréable, ce parcours est vraiment magnifique et l’organisation tip-top. Je reviendrai à Lans et cette fois …..

 

PS : à la première lecture de ce récit, je le trouve sinistre ! Tant pis, je souhaite être spontané dans mes CR donc je laisse comme ça. Bravo à tous ceux qui seront arrivés au bout, c’est presque aussi dur à lire que de monter au Moucherotte !


re-PS : merci aux photographes, je me suis largement servi....

 

 

28 commentaires

Commentaire de lalan posté le 05-06-2012 à 21:53:21

Il n'est pas sinistre ton CR.Tu as fait ce que tu aimes en course,regarder les paysages,discuter,rencontrer des gens tout aussi sympathique que toi.D'arriver confiant sur une course est bon pour le moral et pour passer une bonne nuit la veille.Tu merites un bon repos,bravo!!!!!

Commentaire de tidgi posté le 05-06-2012 à 22:03:37

Tu le dis toi même : tout çà n'est pas très grave.
Quel a été le plus important pour toi ? Les rencontres, que tu sais bien décrire avec humour et sincérité ? Vous étiez une belle brochette de kikous...

Récupère bien. Tu veux déjà revenir tout déchirer ;-))

Commentaire de Byzance posté le 05-06-2012 à 22:09:37

On apprend tout le temps et moi, je l'aime bien ton CR : Il est HUMAIN ...

Commentaire de o[Bob] posté le 05-06-2012 à 22:09:40

Moi je dis très joli CR, qui retrace aussi bien l'Avant que l'Après que le Pendant !
Bravo ! Et peu importe la perf (un connaisseur te parle ! ;-)) quand on se persuade que "si, si, je sais comment faire mieux next time !"
A bientôt sur la STL.. :-)

Commentaire de Nini posté le 05-06-2012 à 22:45:48

Le manque de repos entre les Coursières et le maratrail doit être probablement la cause. Ça fait pas long quand même...
Tu reviendras prendre ta revanche l'année prochaine, c'est une certitude !

Commentaire de samontetro posté le 06-06-2012 à 09:08:45

Ca faisait un bout de temps que je te croisais sur le forum, et c'est un grand honneur de t'avoir accueilli sur notre course. Le coup de mou, ça arrive à tous et ça nous arrivera encore! Prendre du plaisir sur une course est bien plus important et là, je crois que c'est quasiment "carton plein" pour toi. Alors continue comme ça et revient vite nous voir!
Bonne récup!

Commentaire de maï74 posté le 06-06-2012 à 09:19:54

Ravie d'avoir fait ta connaissance au ravito de Furon !
Bravo pour t'être accroché malgré le coup de mou de la dernière partie...
Sinon la "Mauricette" son ptit nom c'est Chantal ;-)
Bonne récup et à bientôt

Commentaire de DROP posté le 06-06-2012 à 09:31:19

Bravo ARCLUSAZ pour n'avoir pas laché. Une course qui s'en aucun doute te servira pour la suite. Un peu de repos desormais et tu reviendras plus fort encore.
Bonne recup et à bientot sur les sentiers ;-)

Commentaire de Jean-Phi posté le 06-06-2012 à 09:40:56

Moi je le trouve chouette ton CR. Pour moi tu n'as rien loupé, ne te laiss pas gagner par la sensation d'avoir loupé un truc alors que tu as au contraire profité de tout !!
Bravo et surtout merci... de me faire regretter de ne pas avoir été là. L'an prochain, je le fais intégralement à côté de toi !

Commentaire de jano posté le 06-06-2012 à 09:59:08

change rien : ce short te va à ravir !!!
bon, ce coupe-vent, cette envie de dormir et tes 3l de boisson en 8h, ça me rappelle quelqu'un...
je vote donc piste 1
sinon, ton CR est sympa, comme d'habitude...on sent juste la déception de la fin de course, normal quand on est ambitieux comme toi

Commentaire de matos posté le 06-06-2012 à 10:20:01

Très beau récit, très vivant, ARCLUSAZ. Concernant, ton coup de mou, je pense comme Nini que tu n'avais pas totalement récupéré depuis les Coursières d'il y a 3 semaines... Je comprends mieux maintenant pourquoi, en prépa de l'UTMB, on me conseille pas plus d'une course par mois... L'essentiel est le plaisir que tu as pris, avant, pendant et après... Je suis très heureux d'avoir fait plusieurs bouts du parcours avec toi. Il est vrai que par moment, on se sent bien seul !! Au plaisir de te retrouver sur une prochaine course. Pourquoi pas le TGV (Tour des Glaciers de la vanoise) ? C'est dans ton pays, après tout !!

Commentaire de XBo posté le 06-06-2012 à 10:23:46

Bravo pour ta course, et merci pour ce récit qui nous fait bien vivre ta course de l'intérieur. Bonne récupération.
PS : Tu es sûr que les enclumes ne descendent pas bien ?
A+

Commentaire de Maëlwenn posté le 06-06-2012 à 13:21:32

Ils sont toujours agréables à lire tes récits. Celui ci ne déroge pas à la règle! Je m'attendais à y lire la défaillance du siècle, un truc de OUF .... j'suis presque déçu :-) T'as perdu quoi 1/2h? pff c'est rien. Bravo et bonne récup...

Commentaire de Arclusaz posté le 06-06-2012 à 14:41:17

Mince, c'est vrai : j'ai oublié de mettre le chrono final (je viens de le rajouter)!
8h38 (je suis donc normalement hors délai de 8 minutes).
Mais, le grand jury dans sa grande bonté m'a repêché avec 3 autres concurrents (je suis donc avant-antépénultième).

Si l'année prochaine, je progresse autant qu'une certaine personne hors délai l'année dernière mais classée quand même, ça va faire mal !!!!!!!!!

Commentaire de Nini posté le 06-06-2012 à 15:34:32

Je te le souhaite :-)

Commentaire de fildar posté le 06-06-2012 à 14:21:12

Ta perf est peut-être modeste mais 3 semaines de récup avec les coursiéres ce n'est pas énorme. En revanche ne soit pas modeste pour tes récits tu es un vrai champion du CR.
Quand je te lis, j'ai toujours l'impression de l'avoir faite à tes côtés.

Commentaire de Françoise 84 posté le 06-06-2012 à 16:18:08

Pour ma part aussi, j'ai été très contente de faire ta connaissance et j'espère qu'on partagera encore quelques belles courses comme celle-ci... enfin, si tu n'accélères pas trop!! Merci pour ton récit (pas sinistre du tout!), bisous!

Commentaire de Françoise 84 posté le 06-06-2012 à 16:22:16

Pour ma part aussi, j'ai été très contente de faire ta connaissance et j'espère qu'on partagera encore quelques belles courses comme celle-ci... enfin, si tu n'accélères pas trop!! Merci pour ton récit (pas sinistre du tout!), bisous!

Commentaire de fulgurex posté le 06-06-2012 à 16:35:58

une belle course où tu as bien profité, une expérience de plus pour la suite, un CR bien plaisant à lire... merci de me changer les idées du fond de mon fauteuil

Commentaire de totoro posté le 06-06-2012 à 18:33:00

Comme dit de visu, c'est clair que d'enchaîner deux telles courses en 3 semaines, c'était méga-chaud ! Mais tu as terminé ce joli maratrail ! Et quelle superbe photo avec Nini au sommet du Moucherotte !

Récupères bien, Arclusaz, et à très bientôt !

Commentaire de titoune90 posté le 06-06-2012 à 18:45:10

Bonjour, c'est Mauricette, ou plutôt Titoune!
C'est vrai que mon petit sandwich m'avait bien reboosté aprés St Nizier, mais la "facilité déconcertante" n'était qu'apparente. J'ai bien souffert sur ce trail mais qu'est-ce que c'était beau. Il faut dire qu'on était quelques copines coachées par maï74.
Tu sais ce qu'il te reste à faire pour la prochaine course: une petite mauricette garnie jambon.
Bonne récup

Commentaire de Mamanpat posté le 06-06-2012 à 21:11:06

Quel épicurien !... A quand la bière dans la poche à eau ? Plus de problème de dosage !
A défaut d'être sinistre, ton récit est digne d'un critique touristique, bonne chaire incluse !
Bravo et n'oublie plus ton cuissard... STP... :s

Commentaire de franck de Brignais posté le 06-06-2012 à 22:27:33

Tu ne peux pas être déçu (et je suis sur que tu ne l'es déjà plus !) après avoir vécu une pareille aventure. De belles rencontres, un paysage à couper le souffle et entourés par les amis !! Tout était réuni pour un moment unique. Je sais que tu trouves ton plaisir bien ailleurs que dans un chrono. Merci de nous avoir fait partager ce moment! Bravo à toi, encore une fois tu es bluffant !
Je suis par contre très déçu par une chose très importante : comment ne peut on reprendre que 3 fois de la salade de gésier ?!
Et puis ce short extra court, va falloir le ressortir plus souvent !!... au moins pour faire bronzer les jambes !!

Commentaire de blob posté le 07-06-2012 à 08:48:44

Tu l'as cherché ton coup de mou :
- la veille au soir : 3 x de la salade, 5 x des pâtes, et tu oublies de dire que tu t'es vidé 2 pichets de rouge à toi tout seul. Pas étonnant que tu aies bien dormi sous la tente malgré la pluie.
- le jour de la course, tu veux faire concurrence à Nini : "elle court en robe ? Ok, je mets une jupe !"
Allez, je suis sûr que l'année prochaine, c'est plus d'une heure que tu grignoteras sur le parcours (si tu arrêtes les fantaisies vestimentaires, bien sûr)

@ +, et bien content d'avoir à nouveau croisé ta route

Commentaire de Nini posté le 07-06-2012 à 10:17:21

Excellent !!! Lol

Commentaire de ogo posté le 07-06-2012 à 17:51:34

Excès de confiance ou manque de saucisson ? A St Martin, le fait d'avoir le team Cochonou en ligne de mire avait dopé ton chrono ! Tant pis pour cette fois. Même si la perf n'est pas au rendez-vous, on sent que tu as pris du plaisir sur la course. Ton CR est loin d'être sinistre et se déguste comme une mauricette ! Merci pour ce beau récit et pour la désormais traditionnelle anecdote culturelle. A bientôt.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 09-06-2012 à 12:34:07

Quelle chance tu as d'avoir fait toutes ces rencontres ! Ah, Béné, Françoise, Xavier et Cie, quels bons souvenirs !
Merci de nous faire partager cette belle ambiance Kikou(e).

un jour, je viendrai...

Commentaire de LtBlueb posté le 10-06-2012 à 16:36:05

bravo pour avoir bouclé ce maratrail et un merci pour ce récit !
bon ben on s'est loupé, il va donc falloir que tu reviennes l'an prochain :))

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran