Récit de la course : Marathon du Médoc 2007, par moumie

L'auteur : moumie

La course : Marathon du Médoc

Date : 8/9/2007

Lieu : Pauillac (Gironde)

Affichage : 2976 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Terminer

40 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le marathon du Médoc : Mon premier marathon

Début septembre, début des vacances en ce qui me concerne pour 15jours. Le stress commence à monter, car le 8 septembre, j'ai mon premier marathon, celui du Médoc.


Je pars me changer les idées en Espagne à Port Aventura (parc d'attraction), pour ceux qui connaissent. Super, à quelques jours du marathon, je ne trouve rien de mieux que de faire la queue pendant des heures debout, à piétiner, à traverser le parc de long en largue : du coup mal au dos, aux jambes.. Pas très malin de ma part tout çà.


Jeudi 6 septembre, je suis de retour en France et Bigout66 a la bonne idée de m'appeler pour me dire : « Ca y est on a des dossards pour le marathon »  Chouette, voilà aussi la cause de mon stress, on n'avait toujours pas de dossard. Pff, ça va mieux, l'excitation est là, on dirait une gamine le matin de Noël.


Vendredi 7 au matin, nous avons rendez-vous à 9heures à Leucate, pour partir en convoi groupé au Médoc. He ben plus jamais, à 100-110kms/h sur l'autoroute alors qu'il y a personne, merci...  Non colimaçon, je ne râle pas, je constate


Enfin, après une halte déjeuner à Agen, dans un très bon restaurant au niveau rapport qualité/prix, nous voilà arrivé à Pauillac.

Tout ce monde c'est impressionnant. On part retirer nos dossards et on va au stand « litiges » pour faire modifier les noms. Wouah, je suis inscrite sur un marathon, je n'en reviens toujours pas.


Direction l'hôtel à Lesparre à 20kms environ au Nord de Pauillac, où nous dinerons également. Encore une fois, un très bon restaurant. Bien que nous ayons mangé des pâtes, les desserts n'étaient pas tellement ce qu'il fallait la veille d'un marathon.

 

On va se coucher. En ce qui me concerne, impossible de dormir, pourtant le lit est confortable. J'ai mal au ventre, peur...pff du coup j'empêche Bigout de dormir. Tant pis, il est là pour me soutenir aussi non?


Réveil à 6h, enfin moi je suis réveillée depuis 4h30 mais bon. Houlàlà, le stress est là. Pff je dis rien, mais la trouille est là et bien là. Bon j'essaie de manger, mais rien ne passe.


Le sac est prêt : gels, camel rempli, kleenex, appareil photo, portable (pour appeler au secours), chaussette de rechange (Bigout se moque de moi, mais je ne sais pas ce qu'il faut sur un marathon, ni ce qui peut arriver) allez, on y va. Ah oui, le dossard, suis-je bête


Dans la voiture qui nous amène à Pauillac, Arnaud, le chauffeur nous dit, alors que nous sommes en descente : tu vois là, eh ben tu y seras au 27kms et en montée. Houlàlà, qu'est ce que je fait là moi!!! Bigout au secours, ramène moi à Perpignan. Non je ne lui ai pas dit, mais fortement pensé


Nous arrivons à Pauillac à 8h, juste avant la fermeture des routes, et nous arrivons à nous garer pas très loin du départ et de l'arrivée (tout à l'heure je vais trouver cela hyper loin par contre).


Nous nous changons : Arnaud et Jackie en indien (eux connaissaient le thème) et nous, avec Bigout en taihitiens. Ne sommes-nous pas mignons? Lundi je devrais essayer d'aller travailler comme çà tiens.

 

 

Pendant que nous nous préparons, une catastrophe arrive : je me cogne la tête contre la voiture et assez violemment pour avoir une sacré marque pendant 3jours et surtout avoir un début de mal de tête. Tous rigolent et me disent : comme çà tu ne penseras pas à ton mal de jambes tout à l'heure. Certes c'est vrai, cependant quelle idiote, m'assomer avant le marathon. Il fallait bien que je fasse une bêtise.


Nous partons retrouver les autres membres du groupe.

 

Photos souvenirs et chacun va se placer dans la masse des coureurs, en fonction de ce qu'il veut faire. Avec Bigout nous trouvons cela dommage, qu'ils n'aient pas voulu prendre le départ ensemble et ensuite chacun prendre sa route. Tant pis, nous on sera ensemble.


Eh oui, je ne vous l'ai pas encore dit, mais il fait le marathon en entier avec moi. MERCI MERCI MERCI ET ENCORE MERCI. J'espère sincèrement que tu ne fais pas çà à cause de ma réflexion dans la voiture. Ce n'était pas un appel au peuple, juste une constatation. En tout cas, je suis ravie et surtout contrairement à Barcelone, les instants d'avant le départ, je le vis avec quelqu'un que je connais et c'est super.

 

Les organisateurs chauffent l'ambiance avec du Dire Strait puis un spectacle (je suis désolée je l'ai filmé avec mon appareil photo, mais je ne sais pas le mettre sur le site). Ensuite un orchestre nous a fait chanter.


Ces instants d'attente, resteront inoubliables, c'était magique, comme tout le marathon d'ailleurs. Je me retiens de pleurer pour ne pas paraître idiote, mais j'ai la boule au ventre. Se retrouver là, avec une personne qu'on aime beaucoup, au milieu de cette foule, tous unis pour la même chose, tous dans l'attente, l'excitation dans découdre avec soi même, pff....


Le départ sera donné avec 10mns de retard. Nous ne pourrons passer la ligne qu'au bout de 2mns environ et nous n'étions pas mal placés. Un petit tour dans le village, et dès le premier kilo, il y a des dégustations.


Avec Bigout nous décidons de ne pas nous y arrêter, on attend plus tard, on essaie de sortir de la masse pour pouvoir prétendre courir, et surtout il faut aller faire pipi. Et oui demain ce matin...


Dommage que je n'ai pas de photo, mais franchement morte de rire. Dès les premières vignes, impossible pour les filles de faire pipi, il y a des rangées d'hommes, à la queue leu leu. Ils sont mignons tous. Avec Bigout cela nous fait beaucoup rire.  Bon bref, revenons au marathon.


Je ne vois pas passer les premiers kilomètres et même on en saute, enfin j'ai l'impression. On trouve avec Bigout un rythme qui nous convient à tous les deux, mais nous sommes constamment arrêtés, soit par les ravitos où il y a beaucoup de monde, soit par les coureurs avec leurs engins ou les vélos.

C'est vrai que c'est assez casse-pattes. Mais c'est bien, festif, rigolo, je m'éclate.


Parlons du parcours un peu : magnifique, splendide. La traversée des châteaux est très jolie, c'est un régal pour les yeux. Le sol est très casse pattes : on passe du goudron à la pelouse, puis un terrain sableux, puis des cailloux, enfin on ne s'en rend pas compte, tout comme le vallonnement, tellement c'est un plaisir d'être là.


Bigout se charge de preque toutes les photos, car je ne veux pas trop casser mon rythme, et comme je vais moins vite que lui, il peut toujours me rattraper ensuite. Merci beaucoup de t'en être occupé.

 


 

Arrive le semi, tout va bien. J'ai pris mes gels régulièrement, ça va, je n'en reviens pas d'avoir couru, tout ça. Je n'étais jamais allée aussi loin en distance avant.


D'ailleurs c'est juste après le semi, que Bigout nous fait une grosse frayeur. Après une pause pipi pour moi, nous repartons tranquillement. Et au bout de 500m, j'entends: «  M_ _ _ _, j'ai oublié l'appareil photo dans les vignes ». Notre sang ne fait qu'un tour. Il repart en sprintant comme un fou.


Nous avons droit aux sarcasmes des coureurs ; hé c'est dans l'autre sens le marathon. Oui oui. Je suis censée continuer à courir ( il me rattrapera toujours), mais j'ai tellement peur et mal au ventre, que je préfère attendre et marcher pour le voir revenir. Ouf il l'a. Andouille que tu es, plus jamais çà où je t'étripe.


Rassurée nous repartons, et commençons à avoir les jambes lourdes, mal au dos avec le sac (on l'étrenne, donc pas l'habitude).

Bigout goute certains vins.

 

 

Il a l'air de se régaler. N'aimant pas l'alcool et mon but étant de passer la ligne, je m'abstiens. Si j'ai décidé de faire ce marathon, c'est pour le plaisir des yeux, l'ambiance festive que chacun vit à sa manière, et être sur ce beau tapis rouge que colimaçon m'avait offert pour mon anniversaire

 

 

 

Au 24èmes kms, commence la morosité. Jamais je n'ai eu l'idée d'abondonner, mais je me demande ce que je fais là. Bigout s'en rend compte et me dit : « ni pense même pas, court, avance, tu vas y arriver, tu t'étais préparée, tu vas le finir ». enfin c'était à peu près ces paroles là. Alors je m'accroche.


Nous marchons juste quand nous traversons les ravitos et quand nous sommes bloqués par des concurrents. Pendant un moment nous accompagnerons l'équipe COLAS. Ils ont pas voulu de moi sur le vélo, snif...


Après ce château, nous sommes environ au 26ème kilos, nous savons qu'il y a la montée qu'Arnaud nous avait indiqué. Est-ce parce que nous y étions préparé, mais on arrive à la monter sans difficulté et en courant. C'est bien.


Les kms commencent à se sentir et le plus dur va arriver en ce qui me concerne. Je ne sais pas ce qu'est exactement le mur du trentième kilomètre, mais entre le 32ème et le 38ème, j'en ai bavé comme jamais (normal c'est mon premier marathon).


Je (peut pas dire nous, car Bigout se calque à mon rythme, alors je ne sais pas trop pour lui), mais je ne peux pas courir 500m sans marcher. Psychologiquement, c'est très dur, car je sais que je suis capable de courir plus, et là, impossible.


Chaque foulée est un supplice. Arrêtez de m'enfoncer des aiguilles partout dans le corps, et surtout le dos, plus que les jambes d'ailleurs. Le dos est une vraie torture (j'ai les lombaires très tassées en tant normal, et là pfff...)


Nous marchons une dizaine de pas et repartons comme nous pouvons. Je sens mon petit Bigout découragé, car il me dit

« nous allons bientôt arriver au 33ème là »

«  heu non, nous arrivons seulement au 32 brice »

«  quoi, pffff »


Courir, ne rien penser, avancer, penser à cette ligne d'arrivée que j'ai tant souhaité, avoir la joie de terminer, prouver à tout le monde et surtout à moi même que je peux le faire.

Je m'accroche. Je pense, et je ne sais pas pourquoi, à tous ces enfants malades, qui ne peuvent pas marcher et qui aimeraient simplement être sur leurs jambes. Je décide de courir pour eux, j'ai des jambes, je suis en bonne santé, j'ai pas le droit de dire que c'est dur. Je l'ai voulu, alors j'avance et me tait.


Voilà mes leitmotivs. Ca marche un peu, et puis avec Bigout nous faisons aussi notre programme de la semaine de vacances, plage ou piscine. Non ça, ça ne marche pas à nous faire oublier la douleur


Au 36ème, nouveau coup dur. Je demande à Bigout de partir, de me laisser, je le rejoindrai au ravito du 38ème. Je culpabilise de le ralentir, surtout qu'à son rythme il serait déjà arrivé et il souffrirait moins.


Il part et là grand moment de solitude. Je me mets à pleurer tout en marchant. J'ai envie d'appeler mes parents pour qu'ils me réconfortent, mais je vais les inquiéter (ma pauvre fille, elle a mal, va-t-elle y arriver), alors je m'abstiens.


Je me chante la chanson réinventée par les médociens :

« je ne suis pas fatiguée

«  je n'ai pas mal aux pied, ni aux molets (je rajoute, ni au dos...)

«  je vais y arriver... »

Tout en pleurant. Imaginez la scène.


Je m'arrête pas longtemps au stand des secours. Je voudrai un massage, mais je vais trop faire attendre Bigout. Tant pis, je me mets de la bombe froide sur le dos. Quelqu'un vient de dire que le froid anesthésie la douleur. C'est vrai que cela a marché ou alors c'était dans la tête.


Là je croise un couple d'Agde. Eh ben faut pas pleurer. Allez courage fille, on va t'amener au bout, viens avec nous, tu vas y arriver.

 

Merci à eux. Ce n'est pas contre toi Bigout, mais je crois qu'à ce moment là, j'avais besoin de soutien extérieur, d'autres personnes.


Quand je retrouve Bigout, les batteries sont rechargées et c'est même moi qui l'encourage. Le pauvre il vient de m'attendre 5mns, et maintenant c'est très difficile pour lui de repartir.

«  Allez brice, quand tu peux courir on y va. Plus que 4kms, on peut y arriver, on va y arriver. Allez, allez, on y croit. »


Pendant la course, j'en rajouterai même, car c'est tellement irréaliste que ce soit moi qui le remotive, que cela nous fait sourire du coup.


Nous nous arrêterons qu'une fois maintenant, au stand de viandes et fromages.

 

 

 

 On se jette littéralement sur l'assiette tendue par le bénévole. On dirait que nous n'avons pas mangé depuis des jours et des jours. C'est impressionnant.


Je ne pensais pas que l'on arrriverait à se goinfrer pendant la course. Et ben si. On dévore, on en prend pleins les mains et on repart.


On se regarde : allez il reste trois kms, on ne s'arrête plus et on franchit cette ligne d'arrivée.


Alors que j'ai souffert le martyr pendant 6kms avant, maintenant je cours, pas vite certes, j'ai mal oui, mais les douleurs sont comme inexistantes. L'arrivée est par là, je le sent, on y va.


Les derniers kms passent. 40Kms, 41kms, allez plus qu'1,195


Le 41kms est confus ; il y a du monde partout, des accompagnateurs en vélo, des marcheurs qui courent, des coureurs qui marchent, l'excitation d'arriver est là. (rien que de revivre tout ça pour vous le raconter, j'ai les larmes aux yeux).


Le tapis rouge est là ; le chrono, est là, l'arrivée, est là l'arche. Bigout on y est, j'y suis, je l'ai fait.

 

 

Main dans la main nous arrivons en 5h43mns55s. Le temps s'arrête pour moi. Nous ne faisions qu'un seul au monde, sur ce tapis rouge tant rêvé.


J'y suis arrivée. Je n'en reviens pas, les larmes montent. Je me retiens de me jeter dans ses bras.


Même pas 3mns que nous sommes arrivés, nous sommes encore dans le sas des arrivés, que nous tombons sur l'Ourson et l'Oursonne. Alors là, trop d'émotions pour moi. Je craque, j'explose en sanglots dans les bras de l'Ourson pendant au moment trois bonnes minutes. Je n'arrête pas de pleurer.

 

 

 

 

C'est magique. Malheureusement, nous le perdrons de suite. Nous nous ravitaillons et retrouvons les autres membres de notre groupe. Je m'étais calmée, les nerfs avaient finis de craquer. Eh ben non, je repleure de joie évidemment, de bonheur, c'est l'extase.


En rentrant à la voiture, j'appelle mes parents pour leur dire que j'y suis arrivée et devinez, je pleurais.


Le soir nous allons nous restaurer, encore une fois dans un très bon resto du coin, spécial gambas. Un vrai régal.

Très typique le resto, même les toilettes. Ne voulant pas faire 350m à pied (vous vous demandez pourquoi?), le proprio des lieux m'indique un autre moyen de locomotion pour y aller. Ayant mal aux jambes, une fois seule, je me suis cassée la figure, mais chut, personne ne le sait.

 

 

Je retiendrais plusieures choses de ce premier marathon :

  • magnifique parcours

  • le camel m'a rassuré psychologiquement, même s'il y avait bcp de ravitos, je savais que je pouvais avoir de l'eau à tout moment

  • l'éponge dans la main est aussi quelque chose qui me rassure

  • la notion du temps disparait. Nous avons couru presque 6heures, et on ne le réalise pas quand on court, sauf les membres de notre corps, mais l'esprit lui non . C'est bizarre.

  • Quand on franchit la ligne, ou à quelques mètres de l'arrivée, on ne sent plus la douleur, tout va bien, nous sommes sur un petit nuage, plus rien n'a de l'importance à part cette arche

     

    En tout cas, merci bigout de m'avoir accompagner pour mon premier marathon, de m'avoir soutenu, encouragé

    Merci à vous tous de m'avoir lu, de m'avoir encouragé ces dernières semaines, d'avoir cru en moi.

    Merci mes petites jambettes de m'avoir amené au bout et aussi à mon petit mental que je dois travailler


Je n'arrive toujours pas à y croire, mais j'y suis arrivée. (j'ai encore les larmes aux yeux)

 

P.S  : excusez-moi pour les photos en double, je suis pas très douée, mais j'ai réussi à venir rajouter celles que j'avais oublié :-)

 

 

 

40 commentaires

Commentaire de gdraid posté le 14-09-2007 à 00:14:00

Bravo moumie, pour ce premier marathon jusqu'à l'arrivée, si important pour tout coureur !
Tu peux être fière de toi, il fallait le faire, et surtout dans les conditions très spéciales du "Médoc".
J'ai beaucoup aimé le CR de bigout66, il traduit si bien les beaux sentiments qui vous réunissent si souvent dans la course à pieds.
Je vous en félicite une nouvelle fois.
Tes larmes n'ont pas trop coulées, moumie.
C'étaient des larmes de bonheur.
Les meilleures.
JC

Commentaire de moumie posté le 14-09-2007 à 00:28:00

Quelle idiote, j'ai oublié plein de photos : notre arrivée avec Bigout, ma médaille.... Excusez moi

Commentaire de bigout66 posté le 14-09-2007 à 00:33:00

Super cr très émouvant snif, tu retranscris bien ce qu'on a vécu avec les joies et les moments durs.
Si je l'ai fais avec toi ce n'est pas par obligation mais par plaisir.
Moi je te connais et je savais que tu allais pleurer mais l'ourson il a du être un peu surpris lol.
Promis la prochaine fois j'essaierai de ne pas oublier l'appareil dans les vignes.
Merci pour ton cr très agréable à lire même si tu as un peu bégaillé avec certaines photos mdr.

Bisous.

Commentaire de audrey59 posté le 14-09-2007 à 00:37:00

un cr remplit d'émotions et l'impression de vivre l'aventure par procuration...

cela donne envie de tenter l'aventure...

remets toi bien de ce marathon et toutes mes félicitations, tu es rentrée dans le monde des grands! :)

bisous
Audrey

Commentaire de l'ourson posté le 14-09-2007 à 00:54:00

Bravo Moumie ! Quel bonheur pour moi d'avoir partagé ton émotion à l'arrivée :-) Je vais faire de mon Tee-Shirt d'Indien un Kollector spécial Kikourou K

Commentaire de l'ourson posté le 14-09-2007 à 00:56:00

... ki va s'arracher à prix d'or ;-))) Je te reverserai 50% des bénéf ;-))) Encore bravo je suis trèèès fier de toi !!

Commentaire de astra wally posté le 14-09-2007 à 01:02:00

hello p'tite Moumie !
ben j'aurais pas dû lire coup sur coup vos 2 CR à toi et Brice ! vous me faites chialer ! en plus vu l'heure je deviens très émotifs moi ! Je sais même pas quoi dire d'autre à part que tu es vraiment une grande. Grande parce que tu a réalisé cette distance mythique sans casse (enfin si tu t'es latté avant et après la course quand même. Lol)avec courage et détermination. Je comprends ta vive émotion à l'arrivée. Sur ma toute 1ère course j'ai dû ravaler mes larmes quand j'ai vu mon père m'applaudir et m'encourager. Et j'étais surtout heureux d'avoir réussi. Bon je vais éviter le marathon alors sinon on m'appelera "Madeleine" ! En tout cas tu peux être fière de ce que tu a réalisé. N'oublie pas l'étoile de shérif e allant au boulot ! Toute mon admiration encore pour ta perf Moumie.
PS : vous avez pas honte de vous êtes empiffré de desserts pareils avant la course ? lol
Bises et profite de ton week-end pour encore te reposer. Récupère bien.
Laurent

Commentaire de BENIBENI posté le 14-09-2007 à 01:21:00

Bravo Moumie ! Un premier Marathon, c'est une grand étape dans la vie d'un coureur, un conseil : L'année prochaine déguise toi en éponge , cela évitera d 'inonder l'Ourson à ton arrivée !

Commentaire de titifb posté le 14-09-2007 à 06:20:00

Merci MOUMIE pour ce super CR très émouvant. Bravo pour ce premier marathon qui en appelle sans doute beaucoup d'autres, mais je pense que tu te souviendras de celui-là toute ta vie : un 1er et celui du Médoc...c'est pas rien ! C'est gag d'ailleurs de courir "The Médoc" et de ne pas aimer le vin !!!!!!!!!
Encore B R A V O Miss Moumie, avec ce premier marathon, tu as pris de la bouteille, c'est sûr...

Commentaire de espace_marathon88 posté le 14-09-2007 à 07:23:00

Bravoooo Fabienne!

Aprés quelques maladresses d'avant course bien rigolante dut au stress tu es desormais MARATHONIENNE. Bravo pour ton courage et ton moral pour etre aller au bout..

C'est un peu triste cette image de moumie qui pleure sur la route avec bigout qui t'abandonne pendant quelques kilometres.

En tout cas malgré quelques photos en double, ton recit est trés bien raconté, on s'y sentirai presque à ta place.

Repose toi bien, reprends des forces et rendez vous à ton prochain cr.

a+

Commentaire de domdom g posté le 14-09-2007 à 08:50:00

bjr moumie bravo pour ce jolie recit et felicitation pour ce premier marathon et bien venue au club des marathonniens.
a bientot
domdom

Commentaire de Benoit_11 posté le 14-09-2007 à 09:10:00

Salut Moumie et merci pour ce récit,
Un grand Bravo pour ton cougage. Le Médoc, c'est pas le plus roulant, mais je pense que c'était un bon choix de commencer par celui-la, ca te fera des souvenirs inoubliables.
A bientôt,

Benoît

Commentaire de laurent05 posté le 14-09-2007 à 09:15:00

bravo moumie
super ton CR beaucoup d'émotion en lisant ton exploit
là c'est sur tu vas garder pendant longtemps ces belles images dans ta tête.
merci de nous faire partager ces moments.
bonne recup remets toi bien de tout ces efforts et de ces émotions.
maintenant que je suis accro, un CR tout les 15 jours c'est le minimum...
a bientôt
bises
laurent

Commentaire de linda70 posté le 14-09-2007 à 10:13:00

Félicitation !!!!

Pour ce beau récit mais également pour ce cap que tu a sue dépassée celui dés 42,195 km. que tu a d'ailleur déjà baptiser a l'arrivé.

Pour la vidéo tu peux la mettre sur youtube qui est plus facile car il ya une version francaise, faut juste t'inscrire et faire envoyer une vidéo et ensuite mettre le lien sur le récit voila

http://fr.youtube.com/

bise

linda

Commentaire de le_kéké posté le 14-09-2007 à 10:52:00

Merci Moumie,
je suis de plus en plus fan de tes Crs et celui là c'etait un nectar.
Bravo pour tout et surtout reste comme tu es.

Philippe_fan_club

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 14-09-2007 à 10:55:00

Ah ben, voilà j'ai mon rimel qui a tout coulé, bravo ...
2007, quelle année à moucherons !!! Merci Moumie pour ce
beau récit. J'espère que j'aurai la même émotion sur le MDP.
Parce que finalement, je crois que c'est la seule raison qui
me fait courir... (euh trottiner !) BRAVO à toi pour avoir fini
et nous avoir si bien fait ressentir ta course, la vraie...

L'escargot_émue...

Commentaire de eric41 posté le 14-09-2007 à 15:31:00

Bravo Moumie pour ce premier marathon.
Tu as bien fait de choisir celui là comme premier car avec l'ambiance tu étais quasi certaine de finir sans trop de casse.
Merci pour cet émouvant CR.
Bonne récup.
Eric

Commentaire de cedre posté le 14-09-2007 à 16:01:00

BRAVOOOOOOOOOO
pour ton courage, ton humour, tes émotions partagés et bien sur pour ton 1er (d'une longue série) marathon.
Tu es pas rentrée en Catalogne à vélo quand même ;-)

Commentaire de cat2513 posté le 14-09-2007 à 17:44:00

Bravo Moumie pour cet exploit !
Ton récit est très émouvant, et les photos magnifiques, on s'y croirait...
Tu me donnes l'envie et peut-être le courage de me lancer dans une aventure marathonnienne. Le temps n'a pas d'importance, encore bravo pour ton mental !

AMICALEMENT

Commentaire de taz28 posté le 14-09-2007 à 19:13:00

Que de fraicheur et de sourires (malgré tes quelques larmes ...) dans ton récit Moumie !!
Merci pour tes photos et tes mots !!!

Nono et moi serons sur le MDP en 2008 et on espère le faire aussi bien que toi !!

Bravo superbe marathonienne ;-))
Bisous

Taz

Commentaire de zakkarri posté le 14-09-2007 à 19:17:00

Super Moumie, tu l'as fais c'est géant !
Un grand bravo à toi, tu es une marathonienne ça y'est !
Merci pour ce beau cr illustré de superbes photos, on voit que vous vous etes bien régalé !

à bientot la gazelle !

Commentaire de idec59 posté le 14-09-2007 à 20:16:00

Impressionnant !!! Bravo à toi

Commentaire de maï74 posté le 14-09-2007 à 20:39:00

salut moumie,
félicitations pour ton baptême de marathon, c'est une belle course pour entrer en la matière !
Bonne récup

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 14-09-2007 à 21:25:00

Elle est de nôôôôôôtres, elle a fait son marathon comme les autres !
Bravo Moumie ! Tu es formidable !

Commentaire de calimero posté le 15-09-2007 à 10:24:00

Tu as été et tu es magnifique!!

Nous sommes fiers de toi et de ce que tu as fait pour réussir!!
Cà va cette fois tu es prête psychologique à rentrer dans le monde très prisé des Marathoniens et Marathoniennes.
Comme dit la pub: On remets çà?

Commentaire de L'agneau posté le 15-09-2007 à 14:32:00

Bravo super Moumie, que d'émotion en lisant ton CR et certaines photos sont renversantes ....
Faire son premier marathon avec ses tripes prend tout son sens quand on imagine comment tu as arraché ces 42,195 kms de Medoc.
Je suis très fier et dommage de vous avoir loupé à l'arrivée, j'étais pas loin.
Je te souhaite qu'il soit le début d'une longue série.

Commentaire de CLG posté le 15-09-2007 à 17:32:00

Bravo Moumie : on sent un gros travail en arrière plan pour que tu sois parvenue à un tel chrono sur un premier marathon !

Commentaire de Stephgouin posté le 16-09-2007 à 18:51:00

Merci pour ton commentaire qui traduit bien l'esprit du médoc et avec en plus de superbes photos. Bienvenue dans la famille des marathoniens.

Commentaire de agnès78 posté le 17-09-2007 à 10:32:00

Ma petite Fabie, tu es vraiment géniale! Un énooooooooorme BRAVO pour ta course madame la Marathonienne! Merci pour ce beau récit ou transparaissent les émotions que tu as pu ressentir. Les photos sont magnifiques et pleines de joie! Félicitations Championne!
Gros bisous et à bientôt j'espère
agnès

Commentaire de Sam67 posté le 17-09-2007 à 14:53:00

Hello Moumie

Je peux laisser en gros le même commentaire que celui laissé sur le récit de Brigout .... :
- larmes (et oui encore; faut vraiment que je consulte ;-))
- fier d'appartenir à une tribu de coureurs comme vous

Bravo pour ta course; très sympa à toi d'avoir attendu Bigout aux ravitos (pô facile de se mettre au diapason des coureurs qui boivent ;-))

Mon rêve est d'arriver à la même chose que vous : courir et finir un marathon la main dans la main avec mon épouse. Peut-être que le Médoc est le marathon idéal pour cela ...

Bravo encore à tous les deux; que vous êtes beaux à voir.

A bientôt j'espère

Sam67 (Vincent)

Commentaire de Say posté le 17-09-2007 à 17:34:00

M-A-R-A-T-H-O-N-I-E-N-N-E !!!

Et en plus dans le plus long marathon du monde :-) Bravo Fabie-Moum' Et puis tu as à peine râlé après Bigout, donc c'est du bonheur au bout du tapis rouge.

Récupères bien, c'est la fin d'une aventure (celle du premier 42km). Maintenant, tu sais que tu peux tenir 6h et c'est énorme!!!

Bizzz

Coli

PS : tu as bien fait de faire faire des aller/retour à Bigout, ça lui fera un peu de VMA. Naaan mais !!! ;-)

PS2 : la prochaine fois, on s'organise et on te noie sous les SMS.

Commentaire de GAE11 posté le 18-09-2007 à 14:37:00

Waouh...... franchement bravo pour ton marathon
et super CR.

A+

Gaë

Commentaire de Loopinette posté le 24-09-2007 à 20:00:00

Ouaouh... c'est le seul mot qui me vient là tout de suite...

Tu as fait un marathon sans avoir fait de semi avant ? et tu es aller jusqu'au bout !!!

Bravo bravo bravo ! Ca c'est du courage et de la détermination ! Je devrais en prendre de la graine tiens :s

Bravo bravo bravo Moumie !
Quelle équipe avec Bigout!

Commentaire de bluesboy posté le 26-09-2007 à 22:32:00

Bravo pour ton CR ,ce n'est pas un CR !!!!c'est un veritable reportage, qui montre bien l'ambiance de ce marathon et qui donne envie de la faire un jour .Bravo aussi d'avoir terminer ,un marathon n'est jamais une course facile et le premier reste toujours gravé dans le téte

Commentaire de Pasqui posté le 27-09-2007 à 13:40:00

Génial ton CR! A te lire ça donne envie de faire plein de marathons! Tu l'as fait et tu peux en être fière!

Commentaire de nicou2000 posté le 05-10-2007 à 13:42:00

Avec un peu de retard, je te félicite pour ta performance et ton nouveau statut de marathonienne!!!!
Merci aussi pour ce cr très touchant!!!

Commentaire de boulard raymond posté le 08-10-2007 à 18:44:00

Bonjour Mounie

Merci pour ton gentil message, permets moi à mon tour de te présenter toutes mes félicitations ainsi qu’a Bigout.
Dans ton récit plein d’émotion surtout pendant les derniers kilomètres, courageuse, déterminée, volontaire.
Ce marathon restera sans aucun doute dans nos souvenirs, festif, carnavalesque, conviviale, circuit magique, public et organisation fantastique
Effectivement nous étions derrière vous , notre chrono exact est de 5h44’38.
On à du se croiser et je n’ai pas vu les larmes du bonheur.
De mon coté j’ai accompagné Sebastien, comme Bigout avec toi sur ce marathon, pénible diront certains de ne pas courir a son allure, nous on dira et je me permets d’y associer Bigout,UN GRAND MOMENT DE PARTAGE, JOIE ET BONHEUR
Sportivement
Raymond

Commentaire de Olycos posté le 24-10-2007 à 18:50:00

Avec du retard...
Bravo pour ton marathon... te voila marathonienne désormais et ce n'est pas rien...
Joli reportage photo ;-)

A+
Oly

Commentaire de Kiki14 posté le 16-11-2007 à 10:03:00

salut moumie...il ne faut pas mélanger l'eau et le vin c'est pas bon et ce matin j'ai quelques larmes qui sont tombées dans mon verre de beaujolais nouveau....oui vraiment ton récit est très émouvant ...même Variation elle aussi à côté de moi à pleuré......et ça lui a donné envie de recourir un jour mais elle mal aux genoux.....pour un premier marathon tu as souffert et tu l'as terminé...c'est fantastique .. BRAVO....et merci pour les photos toutes plus belles les unes que les autres....j'ai bien aimé aussi celle de la bicyclette pour les commissions urgentes...

BRAVO...BRAVO....BRAVO..

Commentaire de Le CAGOU posté le 18-12-2008 à 00:15:00

Bonsoir Moumie,
Longin de longine "vouloir c'est pouvoir" je te remercie pour se merveilleux courage. C'est beau la victoire du mentale et de plus MARATHONNIENNE, c'est pas encore le cas pour moi!!!Normalement c'est Marseille 2009, mais ta force nous encourages. MERCI Merci pour ton cr et le partage de ton véçu. Félicitation à toi et ts compagnons es. SPORTIVEMENT LE CAGOU

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran