Récit de la course : Saintélyon 2013, par Arclusaz

L'auteur : Arclusaz

La course : Saintélyon

Date : 8/12/2013

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 3037 vues

Distance : 75km

Objectif : Pas d'objectif

40 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La parenthèse verglacée

Cette affaire était vraiment mal embarquée ...

 

Pour ceux qui ne me connaissent pas, je résume en deux trois mots : j’habite dans l’Ouest Lyonnais et suis fasciné depuis quelques années par cette course. Un jour, je me suis dit que, malgré mes faibles capacités physiques (toujours le dernier à l’école en sport d’endurance !), j’y arriverai et, après une Saintexpress en 2010, j’ai bouclé la STL en 2011 et 2012. Pour cela, je suis chaque année une préparation calibrée au millimètre à grand coup de « Off de reco » avec le groupe kikourou « Courir à Lyon » (une douzaine de reco chaque année, c’est n’importe quoi, ça m’épuise mais j’adoooooore). Surtout que les afters qui suivent sont d'anthologie ! Je ne suis aucun plan, ne fait aucun effort dietétique. Mais, on ne change pas une recette basée sur le plaisir et qui ne marche pas trop mal …

 

Oui, mais voilà… Mon année sportive 2013 fut décevante. Après des problèmes de santé cet hiver (deux mois sans sport), je ne retrouve pas la pêche, me traine dans toutes les sorties (je tiens 2 heures et j’explose) et finis même par m’illustrer au Trail de Faverges.

CR trail de faverges 2013


Et pour finir, dans le mois qui précède la STL, des soucis de boulot qui m’empêchent de dormir (pas plus de 5 heures de sommeil par nuit). La dernière semaine avant la course, je me traîne, baille toute la journée, n’avance plus dans mon travail, aucune énergie. Forcément, le moral est affecté et je me pose des questions sur ma participation.

 

Alors, je fais mon Caliméro ! Je parle de mes malheurs sur kikourou (hein faut relativiser quand même, rien de grave !) et l’effet groupe réussit une fois de plus : je reçois plein de témoignages d’amitié, des encouragements. Le côté collectif de notre sport individuel me bluffe toujours.

 

Je prends donc la décision jeudi de m’aligner sur la course, envisage de faire le pacer de TwoTiVal  ou Polosh38 qui s’alignent sur leur première STL : finalement, je ne m’en sens pas capable, ne veux pas les entrainer dans une galère et je décide de faire cette course seul en mode finisher. Je me moque du temps (j’avais initialement prévu 11h30 soit 40 minutes de plus qu’en 2012 à cause du parcours bien plus difficile). Je veux vivre ma STL2013 seul dans ma bulle (j'en connais une qui l'a fait dans sa bubulle).

 

Enfin, quand je dis seul… seul comme peut l’être un kikourou au Flore le soir de la STL (encore merci à la Elcap’s family) !

Repas bien sympa (quoi que plus frugal que d'habitude), préparatifs en groupe, démonstration des « pinces Ikéa » (passage incontournable d’une soirée au Flore) et des chaussettes « chasseur alpin » en sur-chaussures (nouveauté 2013 de mon show floresque, devant le succès, je referai une démo en 2014 !).

 

Nous nous retrouvons une bonne douzaine sur la ligne de départ , c’est toujours aussi prenant, je suis très ému et moi qui n’aime pas trop les effusions j’embrasse tout le monde (ça pique sauf avec Christelle).

Nous courons dans la marée humaine jusqu’à Sorbiers , le groupe se sépare et je me retrouve comme prévu avec mon ami de 30 ans, Fabien et sa belle-sœur Christelle. Un petit bout de parcours avec notre Jean-Mimi international (Jean-Michel Touron) toujours aussi unique : ce gars est lumineux, il dégage vraiment quelque chose. Il me photographie  plusieurs fois en plein effort : encore des photos qu’on ne verra jamais (je chambre, je chambre, …).

Après Sorbiers, nous découvrons notre ami le verglas qui va avoir l’obligeance de nous accompagner pendant environ 4 heures. Ça glisse, il faut faire attention, on y laisse de l’énergie mais ce n’est pas non plus insurmontable. Les « chaineurs fous » passent leur temps à mettre et à enlever leurs ustensiles : avec mes chaussures de route, ça va (2 chutes en tout et pour tout pour moi et vraiment bénignes). Je perds mes 2 compagnons de route et arrive à St Christo en 1h58 (1h55 sur mon plan de marche initial). A noter que les temps qui figurent dans le suivi live rajoutent environ 5 minutes par rapport à la réalité (chrono perso déclenché sur la ligne). Pas d’arrêt, je me restaure dans la côte avec mes provisions personnelles.

Avec la neige et le verglas, le parcours a été modifié et c’est un mixte entre le parcours habituel et celui initialement prévu pour cette 60eme édition. C’est bien la peine qu’on fasse des recos !

A partir de là, j’adopte définitivement mon rythme de finisher. Je me moque complètement du rythme de ceux qui me doublent, trottine à mon allure. Résultat : je me fais beaucoup doubler, mais ne m’arrête jamais, je suis très régulier, je n’en bave pas du tout, il n’y a que du plaisir et ça avance bien… Je retrouve Christelle dans le Bois des Feuilles, Fabien a fait une pause technique. Je convaincs Christelle de ne pas faire preuve de solidarité familiale, d’avancer, Fabien nous rejoindra au ravito de St Catherine. Je me rends compte alors que la belle sœur est un avion de chasse ! Dans les côtes, personne ne peut la suivre. Elle a perdu pas mal de temps dans les descentes sinon elle faisait un encore meilleur classement. Je la laisse donc partir mais comme elle s’inquiète pour son Fabounet, je crois qu’elle lève le pied. Arrivée à St Catherine en 4h09 (4h dans le plan mais je me sens frais comme un gardon alors que l’année dernière, j’étais explosé).

Regroupement général avec Christelle et Fabien certes mais…. pas que ! Le ravito est une pagaille indescriptible, en trois éditions, je n’ai jamais vu ça. Très compliqué de récupérer un peu de thé (finalement j’y arrive pour Christelle et moi) et quelques gâteaux. Pas de soupe (c’est pourtant uniquement pour la soupe de St Catherine que je fais la STL) et ni saucisson ni fromage. Bon, allez, tant pis, on a dit que c’était pour moi, une édition à part, ça se confirme. A ma grande surprise, je croise Sabzaina, un peu en retard sur le timing et qui est débubulisé à ce moment précis (du coup, je comprends instantanément pourquoi il n’y a plus de saucisson, il a tout bouffé !).

 

Au sortir du ravito,Christelle et Fabien me disent qu’on repart ensemble : il n’en est pas question ! ils vont bien plus vite que moi et moi, je veux juste finir, c’est tout. Ils s’éloignent donc et me voici définitivement seul pour les 45 km restant.

Dans la montée au dessus de Riverie (il me semble que ce village a une caractéristique mais impossible de m’en souvenir…), il y a d’énormes flaques de boue et d’eau. Marrant de voir comme les concurrents essaient de les éviter. Je passe droit dedans, c’est vrai qu’on a un peu froid au pied pendant 5 minutes mais ce sont les joies du trail. Je n’ose pas imaginer sur la Saintexpress les bouchons qu’a du occasionner cette flaque.

 

On traverse la Bullière où forcément la soupe potimarron-miel de Lalan vient me chatouiller le palais. Lors d’un off mémorable, il avait dégainé deux thermos de ce nectar divin qu’il avait porté pendant 2 heures : j’ai des amis fous mais des fous vraiment sympas !

Dans le bois d’Arfeuille, j’essaye d’oublier le côté artificiel de cette descente puis remontée par un chemin parallèle. C’est là que j’apprends l’abandon à St Catherine pour cause de genou récalcitrant de Polosh38 : dommage, c’était très ambitieux de te lancer dans cette aventure, mais c’est sur tu réussiras à boucler un jour !

On arrive à la célébrissime chaise rouge et sa nouvelle copine la demi-chaise verte (ou bleue, il y a une querelle d’experts à ce sujet). Le « dré dans l’pentu » jusqu’à la route se passe plutôt bien, ça glisse moins que ce que je craignais car c’est un peu gelé en dessous. Mais, une année pluvieuse, je maintiens que ce passage serait infernal !

 

A ma grande surprise, sur le début de la route de St André la Côte, ça court peu dans le peloton, alors je fais pareil. Puis je trottine et c’est beaucoup moins dur que ce que j’imaginai. Les commentaires du peloton lors de la traversée de St André me font plaisir : les coureurs ont des yeux et un cœur et apprécient ce joli village et sa vue 4 étoiles sur le Mont Blanc (bon, c’est sur, à 5 heures du mat, faut avoir un peu d’imagination pour le voir).

 

Descente du bois des marches un peu boueuse, ça ne descend vraiment pas vite, je double beaucoup (sans faire exprès, j’vous jure !).

Depuis quelques kilomètres, je repense au timing. Oh, pas pour moi, je m’en moque. Mais, pour mon fils de 11 ans. Je lui ai fait une récap de mes temps de passage possibles et je sais que dès son réveil vers 8h il va se précipiter sur Internet pour voir où j’en suis. J’ai marqué 6h10 à St Genou, sur le papier, j’aimerais lui faire ce plaisir d’être à peu près dans les clous. J’arrive en 6h12, oui mais voilà, gros bug. On doit faire la queue, poser son sac et biper la puce accrochée car le chronométrage ne fonctionne plus. A bout de 5 minutes d’attente, le préposé au chrono vient nous dire que ça ne sert à rien que de toute façon, ça ne marche pas et qu’il y a un autre point de chronométrage après, j’ai pas bien compris. Je suis donc dans les temps mais officiellement en retard de 8 minutes pour mon fils et c’est vrai que, sur le coup, ça m’embête. Toujours le bazar au ravito, toujours pas de soupe ou de saucisson. Je prends un peu de fromage, me fais remplir ma gourde d’un immonde mélange de thé (pour la chaleur) et de coca (pour le sucre). C’est pas terrible au goût mais c’est bien pratique car ça permet de boire chaud (enfin tiède) pendant 30 minutes. Car, avant le ravito, le peu d’eau que j’avais dans mon bidon avait quasiment gelée (glaçons qui nagent).

 

Je mange dans la côte après le ravito, traversent les bois de la Gorge et de la Dame de manière prudente. Je continue à me faire beaucoup doubler mais je n’en ai cure (comme disait Robert Smith) même en montée qui était mon point fort mais je crois que c’est fini. Sur la STL, maintenant, je ne double que dans les descentes techniques où les « routards » sont paralysés. Je commence à recevoir des messages, notamment de Sebmelalix, le plus lyonnais des « kikoureurs » du Nord. Ça fait plaisir de se sentir soutenu à des centaines de km, merci.

 

J’arrive au moment que j’attendais depuis quelques heures : le passage du « mauvais pas » (après la traversée de la route en haut du Bois de la Dame). C’est ici que, lors de notre première reco, Kirikou69 est tombé en courant à mes côtés (les mauvaises langues, et il y en a dans notre groupe, disent que je l’ai poussé !). Il s’est double facturé le petit doigt (blessure originale pour un trailer) ce qui a occasionné son forfait à la STL et deux mois d’arrêt de travail ! Son exemple, comme ceux de Totoro, Lalan, le Berger, Sebmelalix, absents pour différentes raisons, a beaucoup compté dans ma décision de participer malgré mes petits soucis. Le mausolée « Kirikou69 » que nous avons inauguré lors de notre dernière reco est situé dans un endroit magnifique : le soleil se lève, on voit toutes les Alpes avec sa majesté le Mont-Blanc qui émerge. La nature est belle sans le trail mais le trail nous donne l’occasion de nous en rappeler. Moment magique qui booste.

 

Je continue mon petit bonhomme de chemin (n’y voyez aucune allusion à une traileuse, vedette des médias). Un grand philosophe, Janolesurfeur, a dit que la course commence à la sortie du Bois Bouchat : il a raison mais bon, pas simple de relancer. Pour moi, c’est plutôt le contraire. Je sais que je vais terminer, que les passages techniques sont derrière moi, je n’ai pas envie de me faire mal (priorité au plaisir sur cette STL, le temps on s’en moque !), je lâche donc un peu l’affaire. Je commence à alterner marche et course même sur le plat et je perds des centaines de places. A l’arrivée dans Soucieu, je cours car nous sommes fortement encouragés, c’est vraiment sympa. J’arrive à 8h21 (8h30 dans le plan) et je souris en imaginant mon fils annonçant à toute la famille « ça y en, on a retrouvé Papa et il est en avance ».

Miracle à Soucieu : il y a de la soupe et du saucisson (mes premières quinze tranches !). Je repars avec du thé/coca et de quoi squeezer le ravito de Beaunant.

 

Sportivement, je gère mal la sortie du ravito en téléphonant ce qui me refroidit et me fait perdre du temps. Mais, c’étaient des moments de partage alors pas de regrets. J’ai du mal à relancer et je cyranose de plus en plus (alternance de marche et de course à pied) car j’ai mal au genou droit. Je supporte assez bien l’affreuse nouvelle partie autour du Garon (avant et après) mise en place pour éviter qu’il y ait des morts sur la Saintésprint (l’ancien tracé est plus direct, plus joli mais plus technique). Grosse pensée pour Snail et Markeau en passant devant le château d’eau de Chaponost. Je leur avais dit qu’ils me doubleraient à ce moment là mais avec mon rythme de sénateur, je sais bien qu’ils sont loin devant. Changement de parcours à Chaponost pour éviter la zone de travaux de la place. Absorbé dans ma course, je ne reconnais pas immédiatement ce lapin qui me double : c’est Emir des LapinRunners qui déclenche des ovations à son passage.

Sur le plan, j’ai prévu 10h25 à Beaunant, ça va presque le faire…. Mais on nous dévie du parcours habituel, il faut remonter un peu, revenir en arrière pour aller au ravito. Quelques minutes de perdues dans l’affaire (on s’en fout ! mais je pense à mon fils). Passage en 10h32. Je sais que c’est mort pour les 11h30, qu’il va me manquer une dizaine de minutes mais c’est inespéré d’être là avec aussi peu de souffrances.

Première fois que je trouve la montée des aqueducs aussi raide, impossible de recourir en haut, avant la bascule sur la Mulatière. Je cyranose toujours, perds de moins en moins de place (normal, y a plus grand monde derrière !) et double même un peu (des blessés !).


Devant le Stade Alan Petersen, une météorite bleue me double : un concurrent en relais ? non, Tidgi, qui termine la 180. C'est sur, il est avantagé, il est chaud au bout de 145 kilomètres. Il me propose de m'accrocher mais aucune chance : je le regarde s'éloigner, il dépose tout le monde, impressionnant !

 

On arrive aux 184 marches du grapillon que je descends lentement mais sans souffrance. En bas, j’entends un tonitruant « bonjour Cousin ». C’est le Berger, mon cousin virtuel (j’ai plein de cousins sur kikourous des faux, des vrais…). Il ne m’appartient pas de vous raconter son histoire mais elle me bouleverse et son sourire est une grande grande leçon : merci pour tout Rob, on ne se connaît pas beaucoup, mais tu es une vraie source de courage pour moi.

 

Dernière surprise : la traversée de l’autoroute ! on se demandait bien comment on allait faire, les organisateurs ont trouvé un truc génial, en passant sur les quais sous le pont de la Mulatière. Il aurait été vraiment dommage de faire une STL sans une partie de quai, près d’un des deux fleuves. Là, c’est réussi, on est vraiment près, pour un peu ça débordait ! Bravo pour cette trouvaille que certains ont trouvé glauque : moi, j’applaudis (bon, je disais pas ça dans l’escalier pour remonter des quais !).

On longe l’autouroute, c’est déstabilisant ce retour brutal à la civilisation après ces heures de campagne mais c’est symbolique. Traversée du Pont Pasteur et c’est Gerland, c’est Géant.

 

Dernière ligne droite comme d’habitude pleine d’émotion, je tape dans les mains de Biscotte co-refondateur de la LSTL (la 180 maintenant). Je suis très content d’entendre plusieurs personnes dire : « regarde, celui-là, comme il a l’air heureux ». Oui, c’est ça, je suis heureux, j’ai vaincu mes soucis, j’ai trouvé l’énergie pour le faire, je ne suis pas foutu.


Je salue encore des vrais amis (des gens sur qui ont peu vraiment compter) sur la ligne : je ne mets pas les noms, vous vous reconnaitrez, mais vous savoir là pendant de longues heures pour attendre des poireaux comme moi, c’est formidable, merci.

 

Bon, une STL, il faut des larmes, je m’éloigne de quelques mètres, je laisse tout sortir : c’est bref mais intense. Putain, que ça fait du bien !

 

Puis, c’est l’habituelle fin de la STL, on attend les copains, on applaudis des inconnus, on manque certains qu’on voulait absolument voir. 2 heures passées près de la ligne et on l’impression d’être resté 5 minutes. Bien sur, nous sommes tous particulièrement émus par l’arrivée de ceux de la 180. Ils l’ont fait !!!!!! Chapeau les filles et les gars, vous êtes vraiment costauds.

Très contents aussi pour tous les neo-STLeurs de notre groupe : Markeau, Bruno, Snail et TwoTiVal (que de chemins parcourus ensemble depuis 3 ans !). Pour Polosh qui a du s'arrêter à Ste Catherine, ce n'est que partie remise. Toute mon admiration renouvelée à FranckdeBrignais qui a su parfaitement accompagné TwoTiVal : c'est grand, c'est l'amitié.

 

 

Voilà. Une de plus.

Moins symbolique que la première, avec des conditions moins inoubliables que la deuxième, mais bien plus personnelle. J’ai encore beaucoup appris pendant cette nouvelle nuit magique, appris qu’en étant bien entouré on renverse des montagnes et que, même quand les voyants sont au rouge, on garde au fond de nous un peu d’énergie pour réussir les paris qui nous tiennent à coeur.

 

On fait un beau sport, on a beaucoup de chance, pourvu que ça dure……

 

PS : comme d’habitude, je rédige ce trop long CR à chaud, de manière spontanée, en ne modifiant rien. C’est le cœur qui parle. Il sera, j’espère, compléter dans les jours à venir par des photos, piquées de ci-de là.

Re-PS : ah, oui, au fait, 11h39’50,  66% du peloton  des arrivants (68% en 2011 et 58% en 2012) .



40 commentaires

Commentaire de totoro posté le 09-12-2013 à 12:47:35

Bravo bravo et bravissimo :-) Nous ne sommes pas cousins (à ma connaissance) mais reçois mes félicitations pour cette jolie course que tu as faite, tout en maîtrise quand même ! Ton fils peut être fier de son papa ! Profites bien maintenant et maintenant tu devrais dormir plus !

Commentaire de caro.s91 posté le 09-12-2013 à 13:07:31

Bravo à toi, pour ta course et ton récit, et ravie d'avoir fait ta connaissance pour de vrai au Flore !

Caro

Commentaire de phoon posté le 09-12-2013 à 13:14:25

bravo pour ta course. Je n'ai pas eu l'occasion de te serrer la louche cette année ... ce sera pour une autre fois

Commentaire de Japhy posté le 09-12-2013 à 13:23:17

Haaaa que tu as bien fait d'y aller malgré tout!
Rien que pour entendre à la fin "regarde celui-là il a l'air heureux".
(sur mon passage l'an dernier, je les entendais plutôt penser dans leur tête "oh la pauvre qu'elle a l'air misérable" :D

Commentaire de polosh posté le 09-12-2013 à 13:23:27

Allez tu as réussi à me faire verser ma petite larme ;-)
Tu as tenu bon jusqu'au bout, après nous avoir tiré vers le haut pendant la prépa... et sur la ligne de départ!!!
Une de plus à ton actif: attention à 10 STL tu gagnes un saucisson!! :-))
bonne récup maintenant et à bientôt!

Commentaire de Timthacel posté le 09-12-2013 à 14:26:54

Je confirme cette zone boueuse juste après St Catherine a bien semée la pagaille sur la Saintexpress !!!
Bravo beau CR et surtout très belle course , respect arriver à terminer les 75 km ça me laisse sans voie..
Euh par curiosité tu avais fait qu'elle temps sur la Saintexpress 2010 ?

Commentaire de le berger posté le 09-12-2013 à 14:45:18

Bravo!!
Ca m'a fait très plaisir de te voir. Je peux te dire que tu as descendu les escaliers mieux que beaucoup d'autres. Certains en marche arrière, d'autres en zigzag!

Commentaire de Trimoreo posté le 09-12-2013 à 15:08:58

Quand j'étais dans le doute avant le départ, je pensais à toi et à ton esprit positif à se faire plaisir quoi qu'il en soit : un modèle de coureur comme on en fait plus. T'es un grand sportif et j'ai vraiment hâte de recroiser ta route. Félicitation!!!

Commentaire de snail69 posté le 09-12-2013 à 15:46:03

Arclusaz, voilà un an que nous nous sommes rencontrés toi et moi. Au début, tu as un peu forcé les choses...j'étais timide. Mais maintenant, chaque moment passé à tes côtés est synonyme de bonheur: un off par ci, un bout de tomme par là, une assiette de pâtes dans un camping bizarre, un faisan mort, des chaussettes de chasseur alpin.. Merci pour l'état d'esprit que tu insuffles sur notre groupe de joyeux kikous. Bravo pour ta 3è SaintéLyon, celle du coeur (et le tien est ENORME) !

Commentaire de bubulle posté le 09-12-2013 à 16:33:06

J'avais oublié que ma Sainté est réussi pour une autre rasion que celles exprimées dans mon propre CR : j'ai pu faire la bise à Arclu. Depuis le temps qu'on s'envoie des fleurs et des vannes au fil des forums et via nos CR de courses, fallait bien que ça arrive. Heureusement que j'étais déjà en couple, sinon j'aurais été tenté....et ce n'est pas ce CR qui m'en dissuaderait (même si cela voudrait dire envisager des empoignades mémorables face à de trop misérables quantités de saucisson aux ravitos).

Au moins, cela m'éviterait d'oublier de m'alimenter, cela dit.

Merci pour tout, donc, et notamment pour tes contributions qui ne sont pas pour rien dans le fait que je me sois décidé à venir sur le "barnum". Et merci pour celle-ci qui prouve que, oui, on fait décidément un bien beau sport.

(par contre, moi je trouve 182 marches à l'escalier mais la probabilité qu'un léger manque de lucidité m'en ait fait louper certaines n'est pas totalement exclue. Damned, il va falloir que je revienne pour vérifier !)

En tout cas, mon gars, maintenant t'es foutu, maintenant que j'ai fait "ta" course ville à ville chérie....va falloir que tu viennes faire la mienne....:-). Et on fera la revanche sur Roanne-Thiers (ou Thiers-Roanne, selon l'année) pour clore le tout.

Commentaire de Arcelle posté le 09-12-2013 à 16:44:26

Bravo Laurent pour ta course et pour avoir tenu ton objectif malgré les difficultés d'avant course. J'étais bien contente de te voir sur la ligne d'arrivée (que tu avais franchie une demi-heure plus tôt quand-même !)
Pas sûre qu'on se recroisera sur cette course, mais sûrement sur une autre.

Commentaire de ogo posté le 09-12-2013 à 17:17:10

J'en ai vu des coureurs franchir la ligne, des claudiquants, des larmoyants, des comateux, des éreintés, des heureux aussi beaucoup, mais peu affichaient le sourire lumineux qui éclairait ton visage. Tu semblais, serein, apaisé, lavé de la fatigue qui te marquait encore au Flore, presque ressuscité quoi ;)
Vraiment content que tu aies pu profiter pleinement de cette course qui a une place à part pour tout notre petit groupe. A lire le récit de cette formidable odyssée nocturne, je me dis que tu es mûr pour la 180. Causer pendant 14 heures à l'aller, vivre la course de l'intérieur au retour. Tu y trouverais ton compte ;)

Commentaire de samontetro posté le 09-12-2013 à 18:21:20

Bravo Arclusaz! Je te reconnais bien là, ne rien lâcher pour profiter du parcours jusqu'au bout! C'est pas une petite coursette estivale la saintélyon, faut l'apprivoiser, la vivre et lui montrer au final qui c'est le chef! You did it! Yessss!

Commentaire de Mamanpat posté le 09-12-2013 à 18:39:15

Moi j'ai un faible pour les hommes qui pleurent...
Et dans le bois d'Arfeuille, à l'aller comme au retour c'est à toi que jecpense, pourquoi donc ?
Bravo, merci, ne change rien, mange toutes les pates

Commentaire de marKeau posté le 09-12-2013 à 18:51:28

Avec ces conditions de préparation, bravo pour être resté si prêt de ton plan de route. Je n'imaginais vraiment pas que tu ne soit pas présent au départ.
Une question me taraude cependant. Sur les off je suis derrière toi et peine à suivre. Sur cette course, je suis parti sur ton objectif temps en me disant Arclusaz, il a du métier, il a du en garder un peut sous le pied. Hors je termine devant. Mystère ?? Je pense en fait que tout se joue sur les ravitaillements. En off, il n'y en a qu'un et il est à la fin !

Commentaire de fildar posté le 09-12-2013 à 18:55:43

Durant 7 heures sur la ligne d'arrivée j'en ai vu défilé du monde avec des attitudes bien différentes. je me disais mais dans quel état il va arriver, vu que les voyants n'étaient pas tous au vert avant le départ. Et puis vers 11h40' la lumière fut, j'ai vu un homme serein, heureux vraiment très heureux d'être là, arborant un large sourire rayonnant, on ne voyait plus que toi, calme, reposé comme après une bonne nuit de passée. Je ne pouvais pas partir sans avoir vécu cet instant. À l'année prochaine pour la passe de 4

Commentaire de ejouvin posté le 09-12-2013 à 19:24:26

Mon cher premier amis Lyonnais.

Quoi mettre comme commentaire à ton superbe récit ?
Je ne sais pas trop mais je sais une chose, c'est que je dois te dire un GRAND merci.

Tu es quelqu'un de formidable, simple, sans chichi et c'était avec un réel plaisir de te voir au Flore après notre première rencontre à la nuit des Cabornes. Ton arrivée faisait plaisir à voir, ta fraicheur et ton humour pincant ...

A très bientôt j'espère.

Commentaire de Kirikou69 posté le 09-12-2013 à 21:47:06

J'aurais tellement aimé faire qq centaines de mètres avec toi à l'arrivée mais on s'est raté de peu.
J'ai hâte de recourir pour découvrir mon mausolée.
Merci encore d'être toi!!!

Commentaire de Jean-Phi posté le 09-12-2013 à 22:07:03

rien à dire d'autres que j'ai adoré te faire la bise ! Pourtant je devais piquer moi aussi !
Merci Laurent.

Commentaire de Albacor38 posté le 09-12-2013 à 22:43:13

Une sacrée aventure que cette course. Sportive, humaine et personnelle.
Je suis très admiratif.
Bravo à toi Laurent et bravo à vous tous !

Commentaire de Cocorosinette posté le 09-12-2013 à 23:08:50

Que dire après avoir lu un tel CR ? Bravo pour ta course et ton CR, tout simplement. Et les CR à chaud, ce sont souvent les plus beaux, alors continue comme ça. Encore bravo.

Commentaire de tidgi posté le 10-12-2013 à 08:35:33

Bien content de t'avoir vu à la Mulatière. Je t'aurais bien emmené pour les 11h30 mais tu m'as dit "vas-y". Et je m'en serais voulu de te contrarier dans ton final ;-)
Bravo à toi :)

Commentaire de yannos69 posté le 10-12-2013 à 10:53:49

Bravo Laurent, tu n'as rien lâché !
On s'est aperçu à Ste Catherine au milieu de la cohue, c'était vraiment chaud.
Tu as été au bout de TA course malgré une avant-course compliquée, félicitations :-)
A bientôt

Commentaire de marat 3h00 ? posté le 10-12-2013 à 10:57:22

c'est magique comme tu peux nous réunir tous autour de toi. Je t'appelle souvent "l'ambassadeur" mais je sent bien que le mot ne suffit pas à qualifier ta présence et ton action. Je trouverai un jour quelque chose de plus adapté. En attendant, bravo pour ta course et ta gestion "comme il faut sans cardio".
Un grand grand "messi" pour ton Cr ;-)

Commentaire de TwoTiVal posté le 10-12-2013 à 11:11:15

"La nature est belle sans le trail mais le trail nous donne l’occasion de nous en rappeler"
Une nouvelle Arcluzienne a retenir !
Merci Laurent pour tous les moments partagés, et pas que pour ce WE.

Ta légendaire précision sur les prévisions de chrono nous montre et quand tu n'es pas au mieux, tu dépasse ton temps de 9min50 ! Si ça c'est pas un exploit, monsieur ...

Commentaire de jano posté le 10-12-2013 à 13:42:41

que de compliments...normal !!
et puis il suffit de voir le nombre de commentaires sur tes récits...flagrant !!
moi, j'aime bien "l'ambassadeur"

Commentaire de bruno230 posté le 10-12-2013 à 14:33:20

Bravo et merci à toi
C est un peu voire beaucoup grâce à toi si j ai passé un week end aussi riche en partage et en émotion.Un truc quand même que tu avais oublié de me dire ,c était d attendre le passage sous l arche d arrivée pour laisser aller mes émotions car j ai bien failli m etoufer tant ça m a submergé.
Encore merci Monsieur l Ambassadeur.

Commentaire de Trixou posté le 10-12-2013 à 15:15:25

Bravo !

Commentaire de Sébounet posté le 10-12-2013 à 15:17:43

Que d’émotions sur la ligne de départ en ta compagnie Laurent ! Partager cela restera l’un des moments forts de cette STL 2013 ! Un grand merci à toi et vivement la prochaine !

Commentaire de Nini posté le 10-12-2013 à 18:18:23

Encore un Cr comme toi seul sait les faire !
Je suis surprise en lisant que tu n'étais pas sur de prendre le départ !!! J'avais lu tes états d'ame, mais je ne pensais pas que tu mettais en doute ta participation !
Enfin, tu as bien fait de t'aligner et tu m'epates par tes talents de métronome !!!! Bises

Commentaire de Khioube posté le 10-12-2013 à 19:04:15

Chapeau, super récit comme toujours ! Je suis heureux pour toi que tu aies réussi à surmonter toutes les difficultés qui s'étaient mises en travers de ton chemin.
J'espère qu'on aura l'occasion de se refaire quelques sorties. On se voit au Cabornis ?

Commentaire de vinch64 posté le 10-12-2013 à 21:11:18

Bravo Arclusaz pour ta super course. Excellente gestion et objectif quasi respecté au final. Et tout ça avec 3 assiettes de pâtes et 10 tartelettes dans le ventre.
Impressionnant ! ;-)
Au plaisir de te rencontrer en 2014 ou plus tard!

Commentaire de Sabzaina posté le 11-12-2013 à 06:40:21

Je n'oublierai pas que c'est grâce à toi que j'ai pu choper quelques Pim's à Sainte Cath.
Quel talent pour écrire des CR de qualité...
Et bien sûr bravo pour ta course rondement menée Laurent :)

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 11-12-2013 à 19:31:20

Ça m'avait l'air plutôt duraille vu les temps réalisés. Bravo pour ta gestion qui fut plus sage que la mienne en 2010 qui me vit partir bien trop vite et finir en walking dead à la fin ...

Commentaire de franck de Brignais posté le 11-12-2013 à 21:58:39

Ton joli récit montre ta joie, transpire beaucoup d'émotions et de beaux sentiments. Tous les commentaires au dessus du mien, et tous ceux qui vont venir s'ajouter dessous montrent, eux, que toutes ces personnes t'aiment. On ne peut pas faire autrement : tu es quelqu'un d'exceptionnel. Merci Laurent.

Commentaire de Happy Lactique posté le 13-12-2013 à 16:14:07

Y a-t-il meilleur CR pour me convaincre un jour de faire cette STL ? Merci de nous avoir fait partager tes émotions et un immense Bravo pour ta course :)

Commentaire de lalan posté le 14-12-2013 à 17:42:07

Même l'organisation n'aura pas réussi à te déstabiliser. Après la neige , la glace , des changements de parcours au derniers moment à Beaunant tu auras vaincu.
La route est longue , continu comme ca. "On fait un beau sport"

Commentaire de Gibus posté le 16-12-2013 à 14:52:13

Mais non t'es pas foutu. T'es même champion du moral d'acier.

Commentaire de Benman posté le 16-12-2013 à 23:27:10

Pour tout récit à chaud, il faut faire des commentaires à froid. Et par ce froid, un tel CR ça fait chaud au coeur. Si le thé-coca était tiède, ton enthousiasme brûle tout autour de toi. Ton fils doit être fier. Bravo papa! Merci cousin.

Commentaire de Arclusaz posté le 20-12-2013 à 11:47:46

je prends enfin le temps (à froid !) de vous remercier collectivement pour vos commentaires chaleureux et un peu trop élogieux.
Une fois de plus, je n'ai pas fait d'exploit (je n'en ferais jamais !), j'ai fait avec mes faibles moyens mais beaucoup de passion.
Vivement la STL 2014..... mais en attendant, il y a plein de courses et de off sympas à faire.
A bientôt sur les chemins...ou ailleurs !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran