Récit de la course : Marathon de New-York 2007, par calimero

L'auteur : calimero

La course : Marathon de New-York

Date : 4/11/2007

Lieu : New York (Etats-Unis)

Affichage : 4274 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

27 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Jusqu'au bout de mes rêves!!

« I have a Dream »…disait Martin Luther King, j’avais un réve : Le Marathon de New York!Maintes fois évoqué, maintes fois approché, mais jusqu’à présent toujours manqué!

En 1993 déjà, après un marathon de Nevers plus que réussi ! (4éme scratch en 2h47’54, autre temps, autres mœurs dirait-on !), je rêvais de passer sous les 2h45 à New York déjà !

Les blessures à répétition et les soucis en tout genre ont fait que déjà les regrets s’étaient installés durablement.

Mais le bonhomme est tenace et l’histoire était trop belle pour ne pas s’inscrire un jour ! Même si mes rêves de grandeur sont passés, il n’en demeure pas moins que l’envie est toujours là, tenace !

Près de 15 ans plus tard, l’occasion était trop belle d’atteindre enfin mon Nirvana à moi !

Tout d’abord, la reprise de la CAP en 2004 (93kgs !!! contre 65 aujourd’hui), puis un retour honnête sans plus sur marathon en 2006 (Paris 3h11, Dublin 3h09) ont fait que cette fois il était impossible que je pense encore une fois à côté !

 

Making Off :

 

1er novembre 2006, le marathon de Dublin est à peine terminé que la phrase qui tue est lancée ! Et si le prochain était New York ? Vu la tête de ma tendre et douce j’ai vite compris que les blouses blanches n’étaient pas loin : Au fou ! , mais bien sûr mon chéri ! , viens te reposer !! me dis-t-elle. Le timing est pourtant plus que serré ! Gérard, de Planet-Tours, m’indique qu’après la fin novembre, les chances d’avoir un dossard sont quasiment nulles (cette année c’est déjà complet depuis le début du mois de novembre, c’est dire !

Pourtant, la faisabilité au niveau « pépettes » ne se réalisant que fin décembre, j’envoie mon inscription le 26 décembre. Bien entendu, j’apprends rapidement que je suis sur liste d’attente. Malgré tout, la chance me sourit, puisqu’aux environ du 20 janvier, je suis enfin confirmé !! L’aventure peut enfin commencer !

 

La préparation :

 

Depuis ce jour, je ne pense plus qu’à çà ! Combien de fois Catherine et mes enfants ont-ils voulu me clouer sur la porte tellement je les « gonflait » avec çà ? Je crois qu’ils ne les comptent plus ! Pardon ! Je vous aime !

Cette année, pourtant, j’ai décidé « d’accrocher des dossards » : 20 courses (3 semis, 1 trail de 32kms et 16 courses entre 5 et 12 Kms), plus un entraînement important pour moi (+ de 1500 Kms). Du rythme et du foncier jusqu’au début du plan.

Après une dernière course fin août, je commence enfin mon travail spécifique : 10 semaines, 4 sorties hebdomadaires, moins de kilométrage mais plus de qualitatif.

Mon semi, au bout de 5 semaines, me confortera dans mes choix puisque je le fais en 1h28 quasiment seul sur un parcours vallonné.

J’ai quand même eu droit à ma petite contrariété, puisque je suis obligé de couper la dernière semaine à cause de douleurs aux adducteurs.

Pas de risques inutiles et en plus je ferai du jus comme avant Dublin où j’avais été confronté à la même situation et ce ne m’avais pas trop mal réussi.

 

Le voyage :

 

Bien qu’ayant tout préparé à l’avance, il reste toujours des aléas. Après une arrivée la veille à Paris et une bonne nuit de sommeil à l’hôtel, nous arrivons à Roissy CDG à 10h pour un avion prévu à 14h30. Nickel, dirons nous ! sauf que…

Lors de l’enregistrement de nos bagages à 12h30 l’hôtesse, au demeurant fort sympathique, perd rapidement son sourire en nous annonçant que le départ ne se fera pas avant…20h15 !

Le groupe décide alors, de façon quasi unanime, de rester à l’aéroport au cas où …Nous attendrons plus de 10h en tout avant de décoller finalement à 21h pour une arrivée à 1h, heure locale.

 

Le temps de prendre le car pour l’hôtel, de retirer notre clé, nous nous coucherons vers 3h du matin. Sympa l’avant course !!

 

La Course des Nations Unies :

 

Pas question malgré tout de déroger à la traditionnelle course d’avant marathon. Ce sera donc levé à 6h30 (bonjour la nuit !) et départ de l’hôtel pour une grande photo de groupe et un rassemblement dans le parc des Nations Unies après un petit décrassage bienvenu.

L’ambiance est déjà magique et grandiose ! 6000 concurrents de toutes nationalités sont rassemblés pour écouter les traditionnels discours.

 

Cette année, la course proprement dit, sera en version édulcorée (3miles au lieu de 6) et pas de petits déjeuner commun à cause des trials (sélection américaine pour les jeux de Pékin sur marathon dans Central Park sur 7 tours pour la qualification directe). Cette  année, l’épreuve sera endeuillée par le décès d’un des concurrents de 28ans !

La grogne est perceptible pour les habitués, mais moi j’en prends plein les mirettes, en plus Catherine fera sa première course de sa vie à New York !

Retour à l’hôtel à 10h, et là je tombe nez à nez avec Hicham El Guerrouj himself !!! Enorme ! Un monsieur extraordinaire d’une gentillesse incroyable !

 

Petit rappel du palmarès à l’occasion :

-         5 records du monde (1500m, mile et 2000m en plein air ainsi que 1500m et mile en salle)

-         2 médailles d’or olympique à Athènes sur 1500 et 5000m, argent à Sydney sur 1500m,

-         3 médailles d’or aux Championnats du monde en salle à Barcelone et Paris sur 1500m et à Lisbonne sur 3000m,

-         4 médailles d’or aux Championnats du Monde en plain air à Athènes, Séville, Edmonton et Paris St Denis sur 1500m et argent à Göteborg sur 1500m et sur 5000m à Paris St Denis

Rien que çà !!!

 

Puis ce sera au tour de Philippe Rémond de se prêter gentiment au jeu des photos. J’étais déjà sur un nuage depuis mon arrivée, mais là je monte toujours !

 

Retrait des dossards :

 

La suite de la journée est toujours très chargée, après un nouveau trajet en bus nous nous retrouvons à marathon expo.

La file des coureurs est déjà très dense mais on sent le professionnalisme des ricains. Pas de temps perdu, pas de traînards dans la queue, tout est orchestré de main de maître avec gentillesse et sourire mais aussi avec fermeté, chacun sa couleur et chacun sa file. Les américains on peut les aimer ou les détester, mais au niveau de l’organisation c’est du grand art.  En ce qui concerne le business, là aussi il n’y a rien à leur apprendre, les stands des partenaires (ASICS, GATORADE, etc.…) et autres, sont positionnés idéalement sur le parcours des coureurs. En une heure à peine, tout est vu et plié. Le montant des ventes sur les 3 jours doit être colossal ! Notre sac contient, outre le traditionnel dossard, épingles, puces et tee-shirt d’avant course, moult guides, prospectus et gadgets divers et variés.

 

 La visite de samedi après midi

 

La Pasta Party :

 

D’abord réticent à l’idée de goûter les pâtes à l’américaine, je me suis laissé entraîner par les autres. Situé à quelques encablures de l’arrivée du marathon, en plein cœur de Central Park, sous un chapiteau géant. A peine arrivé, en fonction de l’heure prédéfinie sur le carton d’invitation (de 16h30 à 22h), nous arrivons en face de la file d’attente longue de plus d’un Kilomètre !! Chacun la longe jusqu’au bout sans que jamais il ne vienne à l’idée de personne de couper ou de gruger les autres, impressionnant !!

Nous serons rentrés 20’ plus tard pour manger assis confortablement à table. La qualité est surprenante et je pourrais même me resservir sans problèmes.

Bilan : 15000 repas servis, spectacle en prime !

Nous repartons avec notre sac (1kg de pâtes, une glace, une pomme, de l’eau, de la bière et bien sûr l’inévitable Gatorade à la couleur 100% naturelle (même pas dans le manuel comme dirait Coluche !!)

 

Le matin du marathon :

 

Nous avons eu de la chance cette année car le changement d’horaire nous offrait une heure de plus de sommeil. Pas de bol, à l’hôtel, le standardiste devait dormir quand ils en ont parlé  car il a fait sonner le téléphone à 4h du matin !! A 6h du départ du marathon des fois que…Point positif : nous aurons le temps de digérer.

Après avoir déjeuné plus avec les italiens que les français, nous prenons le car direction le départ à Fort Wadsworth sur Staten Island.

Autre image surréaliste et inimaginable en France : l’autoroute est fermée par 3 véhicules de police et seul les bus de coureurs sont orientés vers l’aire de regroupement. Il est 8h30 et c’est déjà une ville de 40.000 coureurs ainsi qu’un bon millier de bénévoles qui nous attendent.

Là encore, chaque détail est prévu (n° du camion UPS de 1 à 72, couleur du dossard à suivre, n° du sas correspondant 0 à 1000, 2000 à 3000 etc.), les hommes d’un côté les femmes de l’autre. Pas de pagaille que de la rigueur !

10’ avant le départ, tous sas sont regroupés dans une seule file bordée par des bus jusqu’à la ligne, le tout dans la joie et la bonne humeur.

Face à nous se présente l’imposante architecture du Pont de Verrazzano qui à l’avantage d’être en forte montée.

Autre moment fort : l’hymne américain chanté à quelques mètres de moi et la minute de silence dédiée au jeune coureur décédé la veille.

10h10 : Le décompte final commence : 5…4…3…2…1…le coup de canon libère les 39000 coureurs de ce 37éme marathon de New York.

 

BROOKLYN :

 

L’aventure commence très fort par la montée sur le Pont de Verrazzano qui mesure plus de 3 Kms. 3 files ininterrompues de coureurs : 2 sur le pont et 1 au niveau en dessous qui se rejoindront toutes entre le 3éme et le 6éme mile.

La vue est déjà inoubliable, les bateaux pompiers font déjà donner leurs lances à incendie sur fond de la baie de New York. La montée est rude, mais largement adoucie par l’ambiance extraordinaire. A peine avons-nous fini ce magnifique moment que déjà Brooklyn nous accueille avec des milliers de spectateurs qui hurlent et vous tendent leurs mains pour les frapper et vous porter à travers leur quartier (Borough). Le grand moment qui va resté gravé dans ma mémoire se situe au  8éme mile au moment de rentrer sur Lafayette Avenue. Après un léger moment d’accalmie dans l’ambiance, à la sortie d’un virage à droite, vous vous retrouvez face à 2 rangs de spectateurs qui vous donnent l’impression de vous laisser 3 mètres de bitume en haranguant les coureurs en notamment les français. J’ai su après coup que la route montait (ah bon !!). Je rejoins Yohan DINIZ accompagné de Chau Chau au téléphone en train de commenter à Stade 2 la course de notre marcheur préféré. Le temps d’une petite tape amicale sur l’épaule et de lui dire qu’on comptait sur lui. Malheureusement, il perdra sa puce et ne sera pas classé malgré son temps de 3h15’43. Il est très impressionnant à voir et dire qu’il veut revenir en 2008 pour faire  moins de 3h.

Puis la population varie beaucoup, des suds aux afros  américains puis le quartier juif qui semble être le seul à ne pas participer à la fête. Le silence dans ce quartier semble presque irréel sur près de 2 Kms. Le Pont PULASKI (toujours en montée, descente) marquera le passage au semi marathon avalé pour moi en 1h31 (toujours dans les temps fixés !!).

 

LE QUEENS :

 

Ce passage assez bref (à peine plus de 2 miles) ne me laisse pas un grand souvenir, mais la tradition de ce marathon veut que les 5 Boroughs de la ville soient représentés. Plutôt triste comme paysage mais le public est toujours présent. Le passage sur le Pont de Queensboro clôturera de façon magistrale cet épisode de la course. Nous sommes au 16éme mile, je reste en mile car psychologiquement c’est moins dur !

 

MANHATTAN :

 

Un premier passage dans ce quartier en remontant la 1ère Avenue et ce pendant près de 4 miles. La voie est immense et c’est un long cortège de coureurs qui défile devant moi, le public est là, de plus en plus fervent et nombreux. Catherine est là, mais ni moi ni elle ne pourront se voir, dommage !! Cà monte et çà descend sans cesse, j’ai les jambes en feu et je ne cesse de m’asperger. Je sens les premiers signes de faiblesses mais il reste encore plus de 15Kms. Les ravitos sont nombreux (tous les 2,5Kms) mais uniquement avec du Gatorade et de l’eau. Ceux qui n’ont rien prévu de solide en seront pour leurs frais comme dans la plupart des marathons étrangers d’ailleurs.

 

LE BRONX :

 

Passage mythique, s’il est en ! Le lieu de tous les dangers selon nos images d’Épinal ! Mais, si le quartier est triste et sans doute chaud en d’autres circonstances, les gens sont merveilleux et défendent avec ferveur l’image qu’ils donnent aux autres. Le passage est bref mais égal en intensité à tout ce que j’ai vu depuis le départ. Les 2 derniers ponts (Willis et Madison) auront raison de moi et de l’objectif de temps que je m’étais fixé (3h05’) mais qu’importe, le bonheur est ailleurs ! Ces 2 derniers édifices ont la particularité d’être couvert pour l’un et d’avoir de la moquette pour soulager nos petits petons sur les grilles du sol pour l’autre.

 

MANHATTAN (Le retour !):

 

Le  21éme mile est passé, et c’est au courage que je vais finir ! Je n’ai pas envie de lâcher mais mes jambes sont raides comme du bois.

 

Nous sommes sur la 8éme Avenue et nous rentrons maintenant dans Central Park. Le monde est encore plus impressionnant que jusqu’à présent (c’est dire !!) ; Impossible de céder maintenant ! Les rares qui s’arrêtent repartent presque aussitôt tellement ils sont poussés par la foule ! C’est de la folie pure, même si la route monte et descend sans cesse, tout paraît irréel. J’ai l’impression que çà n’en fini pas§ Virage à droite à gauche, à droite ! Le dernier mile est épique : il y a d’abord un panneau 25éme mile puis un autre : il vous reste 1 mile, puis 800m, 800yards, 400m, 400 yards, 300, 200, 100, enfin la ligne et la délivrance.

 

Pour une fois je lève les bras pour la photo souvenir et la joie m’envahie : je l’ai fait en 3h10’57, 1531éme sur 38600 et 119éme frenchie sur 2838 !

 

Le reste n’est que du bonheur !

 

On se précipite sur toi, l’un pour la couverture de survie, l’autre pour la médaille, la photo. Je tape dans des dizaines de mains, réponds à des centaines de sourires. Les bénévoles viennent s’inquiéter de votre santé tous les 5m. Mon camion UPS est bien loin, çà commence au N°1 et moi le mien est le n°65 ! Même si je souffre le martyr et que la route est longue et montante, je garde tous ces moments pour moi gravés pour toujours dans ma mémoire.

Quelques photos du marathon :

 

Rencontres du lendemain :

Italie

 

 

USA

 

 

Rencontre avec Jérôme (Debizej) 

 

Un peu de tourisme :

 

 

 

 

Voilà, j’espère que vous avez été au bout de ce récit et que vous aussi vous réaliserez votre rêve absolu !!

   

27 commentaires

Commentaire de titifb posté le 14-11-2007 à 06:07:00

Super reportage que ce CR mon ami Calimero !!!
On s'y croirait...Ah, quel beau rêve que tu as fait ! Merci pour ce voyage avec toi et ta découverte de l'Amérique.
Tu n'as pas réalisé le chrono que tu espérais...mais, crois-moi, beaucoup de coureurs signeraient des deux mains (et dès aujourd'hui !) pour un temps pareil à New York. D'après Jérôme, plus de 400 m de dénivelé cumulé ! Presque une course de montagne !
Allez, Cali, tu peux être fier de toi.

Commentaire de espace_marathon88 posté le 14-11-2007 à 07:23:00

Salut calimero,

Voilà un reve de plus realisé à ton actif. Super!
Avec en prime un trés bon chrono meme si tu voulais faire 5 petites minutes de moins.
Tu es un grand champion. Bravo pour ce joli recit et ces belles photos.
Alors maintenant quel marathon t'es venu a l'esprit aprés avoir terminé celui là?
a+

Commentaire de akunamatata posté le 14-11-2007 à 09:36:00

Bravo pour ces photos et le texte qui vont bien!
c'est un super marathon et ça le restera j'ai l'impression. Félicitations pour ta perf car le parcours est loin d'être plat.

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 14-11-2007 à 10:45:00

I've a dream... moi aussi en lisant ce si beau récit.
Je t'ai suivi miles par miles dans ces rues de NY que j'ai déjà
arpentées, mais en marchant ! Et l'envie d'y retourner, mais
pour courir cette fois, est grande ! Merci pour la magnifique balade
que tu nous as offerte et merci pour toute l'émotion que tu
y as ajoutée, c'est du pur bonheur made in Kikourou.
A bientôt, j'espère sur une coursette - L'esc@rgot

Commentaire de Kiki14 posté le 14-11-2007 à 11:13:00

oui super de vivre cet "american dream" du début à la fin on s'ennuie pas ...bien au contraire ça donne envie d'y aller...en plus t'as pas joué au touriste pendant la course t'y as été de bon coeur ...BRAVO pour ta perf et MERCI pour les photo

Commentaire de taz28 posté le 14-11-2007 à 12:27:00

Waouhhhhh !!!
Merci Calimero pour cette page de bonheur, avec photos à l'appui !!!
Tu décris magnifiquement ce rêve américain, et ta superbe course !!
Bravo à toi !

Taz

Commentaire de taz28 posté le 14-11-2007 à 12:28:00

Waouhhhhh !!!
Merci Calimero pour cette page de bonheur, avec photos à l'appui !!!
Tu décris magnifiquement ce rêve américain, et ta superbe course !!
Bravo à toi !

Taz

Commentaire de agnès78 posté le 14-11-2007 à 12:33:00

J'irai au bout de mes rêves!!!!
Merci beaucoup mon ptit cali pour ces instants de joie et de bonheur que tu nous as fait partagé!
Un énooooooooooooooooooorme BRAVO pour ta course!
Bonne récup
gros bisous
agnès

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 14-11-2007 à 12:36:00

C'est vraiment un superbe CR. Tu me mets l'eau à la bouche, moi qui ai programmé ce marathon pour 2009.
Super bravo pour tes 3h10 !

Commentaire de Jerome_I posté le 14-11-2007 à 15:27:00

Salut Philippe,

très beau CR, merci pour la photo, je vais l'enregistrer et la mettre dans mon CR aussi.

Bon repos à toi et à une prochaine sur une course

Jérome_sur_mon_nuage

Commentaire de Françoise 84 posté le 14-11-2007 à 16:03:00

Merci pour ce magnifique reportage ! On se sent entraîné tout le long à ton rythme ( qui est bien loin du mien !!! ) , on ne s'ennuie jamais et surtout , ça donne vraiment envie d'y aller ! Les photos sont bien sympas : NYC , comme si on y était ! Bravo et bises !

Commentaire de laurent05 posté le 14-11-2007 à 16:54:00

merci pour ce beau récit
ça donne vraiment envie de faire le voyage
encore bravo pour ta belle perf car le parcours n'est pas facile
a+
laurent

Commentaire de Moicélolo posté le 14-11-2007 à 17:17:00

Un rêve ce marathon de New-York, ton CR m'envoie plein de petites ondes positives pour le réaliser un jour !!! Bravo !

Commentaire de moumie posté le 14-11-2007 à 18:47:00

c'est décidé, je vais le faire :-))

merci pour ce cr et ces photos. Je sais pourquoi tu as mis 5' de plus, la veille de ton départ, tu as eu la cruauté de me refuser dans tes valises et du coup tu as culpabilisé et cela t'a miné:-)))))

bravo pour ce chrono qui reste tout de même très honorable.

j'espère vous revoir très bientôt toi et Catherine
Bises à tous les deux et redescend doucement de ton nuage :-)

Moumie

Commentaire de zakkarri posté le 14-11-2007 à 19:41:00

Enorme cr pour un marathon hors norme !
Ca donne vraiment envie de vivre ce que tu as vécu !

A bientôt surement à New-Lansagues ...

Commentaire de frankek posté le 14-11-2007 à 20:26:00

bravo pour ton marathon sur un parcour difficile!
moi aussi j'ai souffert en 2002 mais celà restera un grand moment de bonheur comme toi. belles photos et ton réçit est sympa à lire!!

Commentaire de cedre posté le 14-11-2007 à 21:18:00

Merci Cali et surtout Bravo
J'ai suivi le marathon à la TV mais avec ton CR, je l'ai vécu de l'intérieur.
A conseiller à tous les futurs NY runners.
Je dois t'avouer que ça me trotte dans un coin de la tête.
a+ l'américano

Commentaire de JLW posté le 14-11-2007 à 22:02:00

Très belle course pour un bon chrono à mon avis, le parcours étant loin d'être roulant. Si on rajoute à cela les petites nuits précédentes tu as vraiment du mérite.
Merci pour ton récit sur un marathon qui me fait envie à moi aussi.

Commentaire de McFly posté le 14-11-2007 à 22:26:00

Merci pour ce fabuleux récit. Moi qui y pense de plus en plus depuis un an, j'en ai des fourmis dans les jambes.
Et je vois que tu fais la star avec tes lunettes, US oblige.
Un grand Bravo.

Commentaire de Benoit_11 posté le 15-11-2007 à 13:02:00

Bravo pour ta performance, et merci pour ce récit en photo qui donne vraiment envie d'y aller.

Bonne récup,

Benoît

Commentaire de the dude posté le 15-11-2007 à 15:57:00

Eh ben, ca valait le coup d'attendre presque 15 ans!!!

Comme quoi la perseverance, ca finit par (tres bien)payer.
Plein d'emotions, une tres bonne perf, de belles rencontres...que du bonheur.

Pour le recit aussi ca valait le coup d'attendre, c'est vraiment une reussite (t'as pris des notes en courant ou quoi!?)

119ieme francais et 1ier creusois? :-)

Commentaire de bigout66 posté le 15-11-2007 à 18:38:00

Salut mon pote,

ben ça c'est du récit qui met l'eau à la bouche !!!
J'avais la chair de poule en imaginant tout ce public qui encourage les coureurs et l'espace d'un instant je me suis imaginé y être dans quelques années...
Le cr est génial, les photos excellentes, le marathon exceptionnel et que dire de ta performance, tu finis devant yohan Diniz et Chauchau lol.
Pour le prochain tu vises quoi : Berlin, Londres ou Perpignan ? MDR.
Bon ben à présent place au repos du guerrier et j'en connais 3 qui vont pouvoir se reposer maintenant que ton rêve s'est réalisé. ;-)

@+ ;-)

Commentaire de Yannael posté le 15-11-2007 à 19:49:00

Génial !
Impressionnant de réaliser ce rêve 15 ans après. De quoi la savourer à sa juste valeur. C'est plus que mérité !

Commentaire de cat2513 posté le 15-11-2007 à 22:44:00

Tout simplement magnifique !
bravo calimero pour ce superbe marathon que tu nous fais partager. bravo aussi pour ta performance !
ça donne vraiment envie de traverser l'océan...
bises

Commentaire de fabzh posté le 16-11-2007 à 18:53:00

Salut
Tres sympa ce voyage virtuel
Bravo pour cette jolie course et ce récit plein de couleurs.

fabzh

Commentaire de l'ourson posté le 16-11-2007 à 23:40:00

Bravo Caliméro !!!!! Ouahhhhhhhhhhhhhhhou !... dans le sud de la France... on n'est kan meme pô à 5 mn près ??!!!
l'Ourson_projet_NYC_2011!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Commentaire de canoecl posté le 24-11-2007 à 18:31:00

bravo !
Quelle performance...!
Et quel sympathique récit, trés réaliste, cela m'a fait revivre de trés bons souvenirs, mais je mets 2 h de plus que vous....

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran