Récit de la course : L'Intégrale de Riquet 2009, par BrunoHeubi

L'auteur : BrunoHeubi

La course : L'Intégrale de Riquet

Date : 2/7/2009

Lieu : Marseillan (Hérault)

Affichage : 1404 vues

Distance : 240km

Objectif : Objectif majeur

24 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Intégrale de Riquet : Avèm Ganhat !

Signalétique

Préambule Gaulois
30 août 2008, sur la plage de Gruissan. Je viens de parvenir au terme de l’épreuve qui représente mon plus grand défi sportif : la Transe Gaule. Je n’ai jamais couru plus de 8h05 et pourtant quand Christian et Cécile Reina, présents sur le sable pour nous accueillir, me parlent de relancer l’Intégrale de Riquet, je ne peux avoir d’autres réponses que « faites le ! » et d’ajouter « Cette course a tous les ingrédients pour devenir mythique à l’image du Spartathlon ou de toutes celles qui marquent l’esprit des coureurs de très longues distances »
Il faut dire qu’elle me faisait déjà rêver, sans vraiment savoir pourquoi, lorsque je suivais les éditions en 3 étapes puis en non-stop en 2004.
Après cette Transe Gaule qui a débloqué certaines de mes réticences, je vais courir mon premier 24 heures, puis participer aux championnats du monde avec l’équipe de France. Je sais donc au moment de remplir mon bulletin d’inscription que je peux tenir 240km d’une seule traite.
La préparation de ces derniers va me servir de base pour cette course et m’éviter deux phases de charges importantes que mon âge supporte de moins en moins bien.
Tous les détails de ces préparations sont visibles jour par jour ici et  ici
 
Jardinage avant le départ
Arrivés sur place après un voyage toujours trop long (9h) une veille de course, nous chercherons en vain le chemin pour arriver au phare des Onglous afin de gagner du temps et d’éviter un inutile stress d’avant course.
Jusqu’à 23h, nous continuerons avec Said Kahla, qui en a pourtant vu d’autres, d’essayer de comprendre comment faire pour trouver cette route que personne ici ne semble connaître.
La chaleur est terrible (34 degrés à l’ombre) et la météo nous promet le même menu torride pour le jour de la course.
Le lendemain matin, le ciel est effectivement d’un bleu immaculé et la nuit n’a pas permis au thermomètre de redescendre.
Avant de faire le moindre mètre, chacun pense avant tout à se préserver des rayons du soleil en cherchant les rares coins d’ombre sur le lieu du départ.

Patrick - Bruno - Manon - Patricia - QuentinPatrick - Bruno - Simon - Patricia - Quentin

Jardinage au départ
Au moment du coup de feu du starter, je n’ai qu’une idée en tête, respecter mon allure de départ que j’ai fixé à 10.5 – 11 km/h. Et j’ai ce leitmotiv : « ne pas refaire un Bergame bis »
Je m’élance donc prudemment en laissant filer Patrick Bruni et Hervé Bec. Je retrouve rapidement Daniel Fritsch, le dynamique organisateur des 100km de Royan avec lequel nous commençons a papoter tranquillement. La route va être longue, autant la faire à plusieurs.
A la première intersection nous devons aller tout droit vers un passage signalé difficile par les organisateurs. Les deux premiers sont déjà hors de ma vue et c’est donc moi qui emmène la petite troupe.
La veille en essayant vainement de nous expliquer comment atteindre ce phare que personne ne semble connaître ici, le patron de l’hôtel où nous étions logés m’expliquait que ce passage était impraticable et me conseillait de prendre un chemin juste au dessus.
Quand j’ai vu ce chemin s’enfoncer dans les roseaux pour disparaître sans laisser de traces de passage, je décide donc de chercher une issue au dessus du talus que j’aperçois à ma gauche. En grimpant ce dernier, je vois ce chemin tout à fait praticable. Un doute m’assaillit soudain. « Pourquoi ne nous a-t’on pas dirigé vers ce passage évident ? » J’ai tous les autres derrière. « Et si je les amenais dans la mauvaise direction ? »
De toute façon le passage « normal » est quasi impossible à négocier. J’ai oublié de prendre ma machette !
Un œil sur la moyenne horaire. Elle est tombée à 10km/h. Nous reprenons notre rythme avec Daniel encore tout bousculé par cet incident. Le chemin longe plus ou moins le canal donc on doit être plus ou moins sur la bonne route se rassure-t’on.
Après quelques kilomètres, il tourne vers le bord jusqu’à disparaître à nouveau pour ne devenir qu’un espace de terre de quelques centimètres au bord de l’eau.
Pris dans la nasse, il n’y a plus moyen de faire demi-tour d’autant que tout le monde a suivi derrière. Il faut s’accrocher aux branches et aux ronces pour ne pas tomber à l’eau. D’’ailleurs, Daniel derrière moi glisse et met un pied dans le canal.
Je suis exaspéré, je peste. Aucun moyen de remonter car un fil barbelé nous bloque le passage. Tout à coup, n’y tenant plus je décide d’aller voir plus haut avec d’autres coureurs car j’ai le souvenir furtif d’avoir vu passer un cycliste à VTT passer au-dessus. Nous trouvons enfin un passage, pas évident mais sur lequel on peut au moins avancer. Tous un peu énervé, nous pouvons reprendre ce pour quoi nous sommes venus : courir.
Premiers kilomètres

Les réglages des débuts
Le chemin jusqu’à Agde est assez technique. Les chutes vont se succéder au sein du groupe. Personne n’y échappera et pour certains comme Daniel ce sera plusieurs fois. Nous allons, sans le savoir encore, laisser beaucoup de forces dans ce début de course. D’autant que le tempo qui va suivre sera sans doute trop important au regard des conditions de chaleur accablante et du type de terrain qui nous attend. Je ne serais pas le seul à aller de surprise en surprise et à griller d’importantes cartouches en vue du menu à suivre.
Les kilomètres qui vont suivre vont permettre de régler les détails avec l’équipe pour les boissons et la nourriture. Il faut déjà combler le déficit des premiers kilomètres sans ravitaillement et trouver les automatismes entre nous en fonction des conditions si particulières de l’épreuve.
Nous revenons sur Hervé qui me dit avoir perdu beaucoup d’énergie avec tous les aléas de l’avant course. Patrick Bruni est seul devant mais il n’est pas question pour moi d’aller le chercher. Je me suis préparé d’ailleurs à ce que les écarts augmentent régulièrement pendant un bon bout de temps.
Le seul souci, c’est qu’avec ces arrêts et ces problèmes rencontrés lors de nos deux arrêts, la moyenne a chuté et je n’ai plus de repères fiables sur mon rythme de course. Mon frère a bien lui aussi de quoi mesurer notre allure mais la moyenne est faussée par le début qu’ils ont fait sans nous. La moyenne instantanée n’étant pas fiable, je manque donc de repère sur ce plan. Mais je dois avouer que ce n’est pas (à tort !) une obsession.
Une écluse

En tête 
Peu avant Béziers, Patrick est à portée de vue. Mes suiveurs s’inquiètent que je n’ai envie d’aller le chercher. Pas de risque. Je pensais débourser pas mal de temps donc je ne suis pas pressé de passer en tête.
Après l’extraordinaire passage aux 9 écluses de Fosérannes près de Béziers , mon frère monte à ma hauteur et me dit : « Tu es en tête ». Je le regarde surpris. « Où est Patrick Bruni ? ». « Il s’est arrête et tu l’as doublé »
Je suis en tête mais un coureur au maillot orange est à quelques centaines de mètres derrière moi depuis un certain temps. Je m’applique donc à boire régulièrement et à manger les rares choses que mon estomac supporte (bananes, melons…)
Les heures et les kilomètres défilent ainsi jusqu’au 100ème km que je passe en 9h20 environ.
A ce moment on m’annonce 20’ d’avance sur le second et 45’ sur Patrick Bruni.
Les informations concernant le « maillot orange » me disent que ce coureur à un record de plus de 9h sur 100km. Il est donc sur les bases de celles-ci alors qu’il reste 140km à parcourir ? Je n’ai donc pas à m’inquiéter à priori.
On peut parfois paser sous le pont de l'écluse
 
Coup de chaud
C’est à peu près à ce moment là qu’un coup de « moins bien » me tombe dessus et je suis obligé d’alterner course et marche sans trop comprendre ce qui m’arrive.
Je décide donc d’aller jusqu'à la prochaine écluse afin de faire une pause pour manger et récupérer un peu. Manger est un bien grand mot. Ce sera une petite salade de fruits.
A peine arrêté, je n’ai qu’une envie, m’asperger le visage, la nuque, le crâne. J’ai un sentiment de lassitude et de fatigue qui m’envahit soudainement.
Les minutes doivent passer vite car Quentin m’invite à repartir, sentant que cet arrêt s’éternise quant Manon s’écrit tout à coup : « Y a un gars en orange qui arrive ! »
Cette phrase me sort de ma torpeur. J’enfile un maillot sec et je repars bille en tête sans prévenir personne.
Réaction compréhensible sur l’instant mais grave erreur à posteriori. Au lieu de me placer en position d’attente, je me trouve en situation de stress et de tension. Mon un état physique nécessiterait que je gère mon effort plutôt que d’être devant sur un rythme forcément un peu supérieur à celui que j’adopterais naturellement sans confrontation à gérer.
Encore des cartouches qui se grillent inutilement et bêtement.
Ce petit jeu ne dure évidemment pas longtemps et au premier arrêt Pascal me passe logiquement. Nous échangeons spontanément des encouragements mutuels. Son visage souriant en dit long sur son état de fraîcheur et son plaisir d’être là. C’est une maigre consolation mais c’est bien d’avoir un adversaire sympa et loyal.

Coup de chaud !
 
La nuit tous les chemins sont … petits
La nuit tombe peu à peu. C’est un sentiment contradictoire que j’éprouve alors. Le soulagement de voir le soleil disparaître et nous donner un répit. Mais aussi l’angoisse de la nuit qui nous attend sur des chemins où je dois avec ma foulée rasante et mon manque de pied « chemin » avoir une attention de tous les instants. Les chutes ne m’ont pas épargné et les faux pas qui manquent de me jeter à terre sont nombreux. « Attention Papa !» s’écrit à chaque fois Quentin qui me suit à distance sur ces passages étroits de monotraces. Effrayé par les quelques pas en déséquilibre où je me rattrape parfois par je ne sais quel miracle où je frôle la correctionnelle.
Une chute à cet instant aurait des conséquences forcément graves car nos corps et nos esprits fatigués n’auraient pas l’agilité nécessaire pour tomber sans se faire mal. Et ne parlons pas de ma souplesse et de mon âge !
Heureusement, je n’ai pas négligé ce point de logistique qui concerne l’éclairage. Mes deux suiveurs possèdent une lampe frontale et une lampe au guidon. J’ai moi-même j’ai une lampe frontale. Je n’irais pas jusqu’à dire que nous allons évoluer comme en plein jour mais à aucun moment nous ne serons pénalisé pas l’obscurité. Comme en plein jour, j’aurais constamment l’œil rivé vers le sol mais la visibilité parfaite dans ces conditions de course nocturne me permettra d’évoluer dans un relatif confort.
D’ailleurs, même si je ne peux toujours pas m’alimenter et si à plusieurs reprises je dois stopper pour que le peu de liquide que j’ingère reparte par où il est venu, je passe cette phase, que j’appréhendais déjà avant la course (mais encore plus en raison de mes soucis digestifs), avec une relative aisance.
 
A Trèbes, on bascule
Le passage à mi-course à Trèbes, est un point de passage obligé. De contrôle mais aussi d’arrêt pour ceux qui ont dépassé la barrière horaire.
La salle de pointage est accueillante et l’envie de s’y poser est grande mais je n’ai pas l’âme à vagabonder. Mon allure est certes régulière mais me semble si lente que je  ne peux m’arrêter sans culpabiliser aussitôt. C’est donc avec conviction que je replonge dans la nuit du canal. Vincent (Confetti) nous accompagne quelques centaines de mètres. Les amis qui viennent vous voir et vous supporter sur les courses sont toujours un source incroyable de bonheur et de motivation. Chantal, déjà présente sur la Transe Gaule comme Vincent sont devenus des amis et leur présence est un doux moment à chaque fois que je les croise.
Il y aura aussi Titou un peu plus loin, sur la piste cyclable pas très loin de Toulouse. Desnambuc et Mamie Gâteau sur deux ravitaillements qu’ils avaient en charge.
 
Durant la nuit, un drôle d’impression va m’accompagner. Le chemin monte !!
Bien entendu, dès que j’ai analysé cette perception avec un peu de réflexion et jeté quelques coups de frontale sur le côté pour bien voir si le canal était bien là à côté, j’ai compris que cela était faux. Fatigue ? Hallucination ? Impression due au fait que le regard est porté constamment à terre ? C’est un drôle de sentiment surtout lors qu’il est constamment présent. A la fois drôle et étrange….
Je dois me convaincre à plusieurs reprises que cette impression n’est qu’une impression. Mais c’est tout de même assez surprenant.
 
A Carcassonne, on calcule
A la sortie de Carcasonne, je croise Christian Reina qui nous dirige sur un pont qui franchit le canal. Il m’annonce 8 minutes de retard sur le premier. Certes 8 minutes ce n’est rien sur une telle distance et au regard de ce qu’il reste à se coltiner. Pourtant ma réponse traduit bien mon état d’esprit à ce moment de la course . « S’il est plus fort, il n’y aura qu’à s’incliner » lui dis-je. Quelques centaines de mètres plus loin, Patricia, Simon et Manon m’attendent et ce n’est pas le même écart : 4 minutes. Pascal s’est arrêté à son véhicule qui le suit d’écluse en écluse et à chaque fois qu’une route permet d’accéder au parcours. L’organisation que son équipe déploie (sa famille comme moi) prouve qu’il n’est pas venu pour cueillir les pâquerettes ou écouter les grillons. Je sais quelle logistique nous avons du mettre en œuvre avant la course et quelle débauche d’énergie il faut pour être si souvent à nos côtés. Comme nous, ils ont remarquablement préparé cet aspect de l’épreuve.
 
Coup de mou
Du coup, je m’arrête à peine pour essayer de ne pas perdre trop de temps et ne pas gaspiller ces précieuses secondes gagnées.
Etait-ce la bonne stratégie ? Un nouveau coup de mou va me tomber dessus.
Suis-je reparti un peu vite avec l’idée de combler mon retard ? Est-ce le fait de ne pouvoir m’alimenter qui ne m’autorise qu’à un tempo lente et régulier ? A-t-il remis un petit coup de booster après une pause régénératrice ?
Toujours est-il que les écarts augmentent de nouveau. En fait, je n’en ai aucune idée des écarts mais comme on ne me les annonce pas, je sais à quoi m’en tenir… Ces silences sur le sujet en disent long sans que les uns et les autres n’aient besoin de parler.
Pour couronner le tout, peu avant Carcassonne, je dois effectuer un long arrêt en raison de nouvelles nausées et de vomissements.
Bref, l’oiseau devant est en train de s’envoler ….
La nuit touche à son terme et je ne sais pas si je dois m’en réjouir. Bien entendu, c’est le signe que le temps tourne et que l’on avance malgré tout. Mais je crains aussi le retour de la chaleur.
 
Rencontre salvatrice
C’est en arrivant à Castelnaudary que le jour se lève. La traversée de la ville offre un instant qui rompt la monotonie du canal. Monotonie n’est pas le mot. Car le canal est tout sauf monotone. Son paysage est souvent changeant comme la nature du terrain. Mais le passage en ville offre un paysage nouveau et plus animé.
En plein milieu de la ville un pont enjambe la canal. Nous le prenons et après l’avoir traversé mon frère hésite sur le côté où aller. Pour moi c’est à gauche et c’est une évidence. A droite, on repart en sens inverse. Pour lui ça ne l’est pas tant que cela. Nous nous séparons chacun vers la direction qui nous semble la bonne. J’aperçois alors un commissariat de police. Je décide après une courte hésitation d’aller y demander mon chemin. Le policier de garde, plus habitué sans doute de voir, à cette heure, des noctambules avinés doit encore se demander quel était ce type en short lui demandant la direction de Toulouse. Il me confirme le sens que je croyais être le bon et me voilà reparti. Quelques centaines de mètres plus loin, j’aperçois une silhouette de l’autre côté de la route (les ponts se succèdent en centre ville). Je l’appelle pour lui demander mon chemin et il me fait signe de traverser à nouveau.. « Tu es Bruno Heubi ? » me demande-t’il. Surpris d’être ainsi reconnu par le seul piéton de la ville je me rends compte que son visage m’est familier. J’ai du le voir parmi les spectateurs lors de précédents passages de la course, Il m’indique la direction et nous propose gentiment à boire.
C’est à l’arrivée de la course que je le revois à nouveau. Il m’explique alors que si j’étais resté sur cette rive du canal, j’aurais été bloqué une dizaine de kilomètres plus loin. Je lui dois une fière chandelle. Je lui demande alors son nom. « Gérard Bavato » me répond-il.
Tout s’explique ….
 
En attente de la piste cyclable
J’ai encore laissé quelques minutes dans ce jeu de piste. Gérard nous a annoncé la partie goudronnée à une dizaine de kilomètres.
Comme j’en ai mon compte des chemins, pistes et autres passages monotraces, je suis impatient d’arriver à la piste cyclable. Je me dis que c’est un terrain de jeu plus favorable et puis c’est aussi un moyen de se fixer un but à atteindre. Surtout que la fin est un chemin assez technique avec des trous et des racines en permanence. Surtout ne pas tomber !
Le soleil est finalement assez long à se lever et nous restons protégé de ses rayons dont j’appréhende qu’ils viennent nous caresser. C’est un répit qui est appréciable. Je n’ose même pas imaginer comment cela se passerait si la chaleur était aussi importante que la veille.
Comme toujours lorsqu’on attend impatiemment d’arriver quelque part, l’impression que les derniers kilomètres sont interminables domine. C’est en arrivant sur la piste cyclable que je prends conscience que ce n’est qu’un étape supplémentaire et qu’il reste encore 50km à accomplir. J’ai l’impression à ce moment que c’est le bout du monde.
 
La découverte de la marche
Coïncidence ou pas, j’ai de nouveau un coup de moins bien.
Comment en serait-il autrement puisque je peux rien avaler depuis la veille ?
Les périodes d’alternance course et marche rythment donc mon avancée.
Ceci est tout à fait nouveau pour moi car même dans les pires moments de mes courses précédentes, je n’ai jamais intégré la marche comme étant un élément à part entière de ma progression.
Les différences notables avec les championnats du monde de 24 heures sont de deux ordres. A Bergame, lorsque je marchais ou que je m’arrêtais, il n’était pas compliqué de voir les conséquences avec les coureurs en piste qui me passaient devant. Du coup, ça incite à ne pas trop trainer même si on ne sait plus très bien où l’on en est au classement.
Sur l’Intégrale, point de pression des adversaires. On se sent même un peu seul parfois !
A l’inverse, sur un circuit, les raisons de s’arrêter au stand reviennent à chaque tour. Le pari est donc de se dire « j’en fais au moins deux, trois si possible.. » Ici, ce sont les écluses ou les repères du paysage qui permettent de se fixer des buts. Et on peut facilement allonger les distances. Par exemple, aller jusqu’à l’écluse suivante (si la distance n’est pas trop longue). C’est donc ainsi que je gère mon allure quand une impression d’immense fatigue m’envahit à nouveau.
 
Encore un gros coup de mou
Elle se manifeste, hormis un sentiment d’extrême lassitude, par un endormissement dès que je me mets à marcher. Celui-ci disparaît instantanément dès que je me remets à courir. D’ailleurs quand je cours je suis plutôt bien. Eveillé, réceptif à ce qui se passe autour de moi. Pourquoi donc cette tendance à marcher alors que je sais très bien que je ne serais pas forcément mieux en m’arrêtant ? A chaud, impossible de répondre à cette interrogation. A froid, cela mérite réflexion…
J’ai déjà connu un état similaire lors de mon service militaire. Affecté dans un centre entraînement commando en Allemagne (normal, j’avais demandé les chasseurs-alpins) il m’arrivait durant les stages de piquer du nez durant nos balades nocturnes en forêt noire au point d’avoir des hallucinations. Bon c’est vrai que cette nuit, j’ai vu le chemin de halage monter…
Ce qui me fait le plus suer, c’est de voir mes suiveurs à vélo, fracassés par les heures de selle et les chemins peu propices, devoir subir ma lenteur et mes arrêts.
 
Mes suiveurs
Patrick mon frère est un cycliste confirmé et pourtant le parcours a causé des dégâts. Ses mains peinent à tenir le guidon. Il ne peut plus (comme moi tiens ..) absorber de nourriture. Et c’est pourtant lui qui m’encourage en me disant que demain je serais fier d’être allé au bout. Quand je pense qu’hier, au 100ème kilomètre, après mon coup de chaleur, je n’arrivais pas à m’imaginer comment boucler les 140 bornes qui restaient. Si j’en suis arrivé là, il y a bien moyen de se motiver pour aller au bout et rallier Toulouse !
Je pense alors à la présentation du mercredi soir. Chaque coureur, en retirant son dossard devait dire un petit mot. « Arriver à Toulouse » revenait dans chaque prise de parole. Moi, prétentieux, je n’en faisais pas ma priorité. Sur ce long bout de goudron, c’est la seule chose qui m’anime avec aussi le fait de conserver ma deuxième place. « Il n’y en a qu’un qui a des raisons de se réjouir plus que toi » me dit mon frère à ce moment, me sentant probablement fléchir. « Pense à tous les autres » ajoute-t’il. J’y pense Patrick, j’y pense …
Mon frère Patrick
L’autre suiveur que j’ai mis au supplice, c’est Quentin mon deuxième fils. Celui là c’est un sacré numéro. Premier 100km en vélo à mes côtés à 9 ans. Millau a 11 ans (en 7h33). La Transe Gaule a 13 ans (presque 14 aime-t’il préciser). C’est en voyant l’état des autres cyclistes que je vais me rendre compte de l’exploit qu’il a réalisé une fois encore. Et lui s’est tapé le panier durant 28h avec les litres de boisson ou d’eau que j’utilisais pour m’asperger.
Jamais il ne s’est plaint. Hormis lorsque je l’entendais gémir quand ses douleurs aux fesses l’obligeaient à pédaler en danseuse de longs moments pour se soulager.
Quentin
 
Et les autres ?
Comment dans ces instants ne pas trouver en soi la force d’avancer ? Je suis si bien entouré que je n’ai pas d’autres choix que d’être à la hauteur de leur dévouement.
Simon est un chauffeur expert qui va multiplier les prouesses pour être présent à chaque intersection que le chemin de halage peut croiser. Sa présence soulage les autres qui peuvent gérer la logistique. Et aux arrêts, il est toujours présent pour tendre ce que j’ai demandé un peu plus tôt.
Simon, Patrick et Patricia
Manon prend des photos qui vont graver à jamais ces instants si particuliers. Ses encouragements raisonnent encore à mes oreilles. La peur de les décevoir est grande mais disparaît tout à coup lorsqu’ elle me glisse à l’oreille : « Papa, tu ne peux pas abandonner » Je sais alors qu’ils ont conscience qu’aller au bout est déjà un pari à tenir.
Manon
Quant à Patricia, les mots ne suffisent pas à exprimer à quel point elle vit la course à mes côtés avec une intensité incroyable. Et je suis conscient de ne pas pouvoir me rendre compte des trésors d’ingéniosité qu’elle a du déployer pour que mes boissons soient fraiches quand le soleil plombait tout. Pour que Patrick et Quentin aient à manger sans manquer. Pour me proposer toutes les alternatives quand mon estomac refusait tout en bloc. Pour que tout se passe sans que je n’ai rien d’autre à me soucier que courir.
Patricia m'accompagne
 
Piquer une tête ?
L’avantage de la piste cyclable c’est qu’on y croise du monde. Vélo, promeneurs (près des villes), coureurs… Cela agrémente la route.
Je me demande parfois ce que ces gens penseraient s’ils savaient que l’on vient de Marseillan et que l’on va à Toulouse.
Et puis il y a aussi les plaisanciers qui font le canal en bateau. Dans l’après-midi, j’ai vu une famille de vacanciers qui traînaient leurs enfants dans leur sillage. Je les regardais avec envie moi qui subissaient cette chaleur de plomb qui nous mettait au supplice. J’ai renversé des dizaines et des dizaines de litres sur ma nuque et mon visage tout au long de la course. Quand Simon me trouvait des bouteilles fraîches, presque glacées, je n’avais pas de mot pour le remercier. Les plaisirs de la vie sont parfois sont simples en fait quand on y pense et que l’on se trouve réduit à la condition de les apprécier.  Un petit plongeon dans l’eau ne doit pas être désagréable. Je m’y jetterais même bien tout habillé ! J’ai d’ailleurs une pensée pour Stéphane Pelissier dont l’attitude en 2004 m’avait surpris comme beaucoup lorsque j’ai su qu’il avait piqué une tête pour traverser lorsqu’il s’est rendu compte après 220km qu’il était du mauvais côté du canal. A ce moment, je peux affirmer que je ferais la même chose sans l’ombre d’une hésitation. Comme quoi il faut se garder de juger une situation tant qu’on y a pas été confronté soi même.
 
Qui va lentement va... lentement !
Ma progression est désormais rythmée par l’alternance de ces phases de course durant lesquelles je ne suis pas si mal et où les sensations (à part celle d’une extrême lenteur) sont plutôt bonnes au regard de ma situation à ce moment de la course. Et les périodes de marche que je débute avec un sentiment de soulagement car au fil de la course un sentiment de lassitude prend le dessus. J’en profite pour boire le peu que je peux ingérer, m’asperger abondamment et souffler en mettant les mains sur les cuisses et le buste penché vers le sol. Je ne sais pas pourquoi j’affectionne cette position qui donne une impression de bien-être. Je l’avais déjà « découvert » à Bergame dans mes moments (plus rares) de marche.
Fatigue
J’ai bien conscience que de cette manière, je ne suis pas près d’arriver mais j’ai l’impression d’être entré dans un mode de fonctionnement que je ne peux pas inverser. A ce moment c’est la tête qui commande et elle m’impose d’inclure des pauses, trop nombreuses certes, mais que je ne peux éviter.
Malgré tout nous progressons tout de même. J’arrive même à faire la course avec deux bateaux de plaisance que je rattrape lorsque je cours et qui me double dès que je marche. J’aurais envie de demander à mes suiveurs à quelle vitesse ils naviguent mais la peur que celle-ci soit trop lente me fait éviter la question.
Patricia me prédit une arrivée possible en moins de 28 heures. Ca reste un temps tout à fait convenable mais même cela ne m’incite pas à hausser le ton. La tête a pris définitivement le dessus…
 
Une fin qui s’éternise
D’ailleurs, c’est sur celui de la plaisanterie que j’ai choisi de finir. Avec mes coups de chaud, mes coups de mou, l’ambiance dans le groupe a tourné à la morosité.
Cette aventure doit rester belle. N’oublions pas la chance que nous avons tous d’être là sur nos deux jambes, en pleine santé et en famille.
Le livre de route indique une douzaine de kilomètres restant à parcourir après la dernière écluse. Je me dis que l’entrée dans Toulouse va animer la fin de course et nous la faire passer plus vite.
C’est exactement ce qu’il ne faut pas penser : « que ça va passer vite » car c’est exactement l’inverse qui se passe justement. J’ai pourtant déjà constaté cela maintes fois même à l’entraînement. Plus on se prépare au pire et moins on est surpris par la difficulté. C’est difficile d’avoir la bonne approche mentale dans ces moments délicats ; Voilà sans doute une voie de progrès à explorer.
A force d’attendre chaque croisement, chaque point remarquable du parcours qui ne vient pas, une impatience d’en finir prend le dessus sur le reste. C’est un peu idiot mais c’est comme cela. J’espère que je saurais aborder les choses différemment la prochaine fois que je serais confronté à une telle situation.
On calcule, on suppute sur les kilomètres qui restent à parcourir. De ce fait au lieu de rester sur un timing de marche et de course acceptable, je me laisse submerger par cette irrépressible envie d’en finir et qui me fait marcher bien plus que j’en ai réellement besoin.
Bien sûr j’ai cette excuse de cette tendinite du releveur au pied droit qui me fait de plus en plus mal. Et cette inflammation du ligament au genou gauche qui me chatouille aussi et me fait dire que la déshydratation se manifeste sous de multiples signes. Mais au fond, j’ai rendu les armes depuis longtemps et rien ne compte plus maintenant que d’arriver. « Bruno, il faut que tu fasses un petit effort là. Essaie de courir un peu quand même » me disent Patrick et Quentin. Je dois avouer que depuis que Patricia nous a abandonné pour amener Simon à la gare de Toulouse afin de prendre le train qui doit le ramener impérativement à la maison ce soir je me laisse aller à marcher plus que je ne le devrais.
 
 
Le bon côté du canal
Elle a prévu de rejoindre l’arrivée toute proche et de venir à notre rencontre. Un petit coup de fil pour savoir si elle est bien là et demander à l’organisation combien il reste au franchissement de la dernière passerelle. On lui répond : « 3 ou 4 kilomètres maxi ». Quel bonheur d’entendre cela. On tient le bon bout !
Le chemin de ce côté du canal est dans un sale état. J’en parle à mon frère et me demande pourquoi on a quitté le bord que tout le monde emprunte. J’ai du mal à croire que la statue de Riquet soit au bout d’un chemin aussi peu fréquenté et plus proche d’un parcours de cross. A ce stade de la course, il m’est impossible, même avec la meilleure volonté, de pouvoir y courir. On continue ainsi jusqu’à ce que l’on retrouve un pont et une route à nouveau praticable. Un pont qui fait la liaison avec la partie du canal en bon état !!
Pourquoi ne nous a-t-on pas fait rester sur ce côté ??
 
Dernière ligne droite
Les 4 kilomètres me semblent bien longs. Je décide de demander à un jogger qui vient en sens inverse : « 20 minutes » me répond-il. Glups…  Je réitère ma demande à 4 cyclistes en pause sur un banc. « 4 ou 5 kilomètres ». Cette réponse m’assomme. Je rage, je tempête (dans un verre d’eau ?). Mais où est-elle cette satanée statue ?
Et du coup, je n’en finis pas de marcher. C’est pas de ma faute, c’et celle du road-book.
Pas mal l’excuse, hein ?
Enfin, j’aperçois Patrick, parti au devant pour voir, s’arrêter et discuter avec quelqu’un. C’est Patricia !. Tel le naufragé qui retrouve ses proches et des signes tangibles de vie j’ai le moral qui remonte d’un coup. « allez, on court » m’encourage t’elle. « elle est où l’arrivée, dis elle est où ? ». « Là bas, pas très loin ». Aïe, ouille… les tendinites refroidit par la marche se rappellent à moi brutalement. Je cherche au loin et comme un gamin capricieux, je la harcèle : « c’est où, c’est où ? ». « Tu vois le gars en rouge au loin ? C’est lui qui annonce l’arrivée des coureurs. On tourne à droite à sa hauteur et il reste quelques centaines de mètres »
Cette fois, on y est. Comme par miracle, les forces reviennent. Je veux terminer avec mes proches autour de moi. Patrick, Quentin de chaque côté. Patricia s’efface comme toujours et ne veux pas franchir la ligne avec moi.
Dernière ligne droite qui tranche avec l’abattement qui me submergeait il y a peu.
Ce n’est pas Millau mais c’est pourtant Christian qui est au micro.
Interview à l'arrivée
Pascal Martin le vainqueur de la course est là. Je lui tombe spontanément dans les bras. Il a réussi un sacré truc et j’ai beaucoup de respect pour la performance qu’il vient de réaliser. Sa gentillesse en fait un adversaire dont on a plaisir a louer les qualités. Avec son suiveur (son frère aussi) ils forment un tandem qui a su déjouer les pièges de cette course. Il a bien préparé son affaire et son dossard numéro 2 prouve qu’il n’a pas attendu le dernier moment pour se lancer dans cette aventure. A 33 ans, voilà un jeune coureur dont notre discipline a besoin pour montrer qu’elle n’intéresse pas seulement des vétérans en recyclages comme certains le prétendent.

Pascal Martin le vainqueur de la course
 
Epilogue et conclusions
En ce qui me concerne, recyclage ou pas il va falloir que je me penche sérieusement sur ce problème d’intolérance digestive qui m’handicape de manière rédhibitoire. Il n’est pas possible de continuer ainsi. Sans énergie, contraint de courir à l’économie, je perds ce moteur qui me fait encore avancer à mon âge : le plaisir.
Par contre, jamais je n’aurais cru possible d’aller si loin après cette défaillance au 100ème kilomètre. J’étais épuisé, vidé et incapable d’imaginer pouvoir aller au bout. Qu’est-ce qui nous pousse alors à repartir ? Cette force que j’ai découvert me sera, j’en suis persuadé, utile pour mieux appréhender la difficulté la prochaine fois si la situation se représente.
Je vais tout faire bien sûr pour que cela n’arrive pas. Il me faudra faire preuve de plus de prudence encore. Etre capable de mieux évaluer le contexte afin de mettre en œuvre la stratégie adaptée .Parvenir à m’alimenter…
C’est cela qui est extraordinaire dans ce sport. On peut à 49 ans, après des dizaines d’années de pratique se retrouver comme un novice et espérer s’améliorer encore.
 
Cette expérience peu commune m’autorise à m’imaginer participer aux courses mythiques que tout coureur d’ultra a dans un coin de sa tête.
Celles qui me font rêver maintenant s’appellent Spartathlon, Sakura Michi, Nove Colli
Ce que je viens de réaliser me donne le droit d’espérer car pour aller au bout de ces défis il faut cette abnégation que je n’étais pas sûr d’avoir et qui s’est faite jour lors de cette Intégrale.

Le diplôme de l'Intégrale

Bonus et extras...

Si la course ce n'était pas aussi des rencontres et des partages,  la compétition n'aurait pas la même saveur.
Sur cette Intégrale, il y eut encore de beaux moments


Avec Didier Cartreau (au centre), remarquable 3ème de cette course avec un projet personnel très touchant. Une rencontre virtuelle d'il y a quelques années qui s'es transformée en réel.
A droite, X, le mari de Martine Guilhembet. Ce collosse a une gentillesse au mons égale à sa solide carcasse.


Avec Patrick mon frère, expatrié à Marseille et que je vois qu'en de très rares occasions, même elles sont belles et nous laissent des souvenirs impérissables.

Chantal, Vincent et Hervé du forum ADDM
Chantal, Vincent et Hervé, des membres du forum ADDM devenus maintenant des amis

24 commentaires

Commentaire de Sanggi posté le 05-08-2009 à 11:07:00

Un très bon CR, merci de faire partager tes émotions, tu le fais très bien. Bien construit, plaisant à lire, j'ai voyagé.
Et surtout grand Bravo pour cette épreuve et cette place, et bon courage pour tes futurs projets.

Commentaire de hellaumax posté le 05-08-2009 à 11:54:00

Merci Bruno pour ce récit exceptionnel. Bien des passages m'ont véritablement ému, notamment lorsque tu parles de ta famille qui t'a accompagné et soutenu dans cette aventure formidable. Et puis je te félicite sicèrement pour la performance que tu as réalisée.

Commentaire de Land Kikour posté le 05-08-2009 à 14:06:00

Un seul mot exceptionnel, les exploits que tu accomplis régulierement sont de grandes leçons d'humilité pour des coureurs "standarts" comme moi.
Bref, cela me semble aussi inaccessible que d'aller courir sur la Lune.
Félicitations,
Land/Olivier

Commentaire de schnacka posté le 05-08-2009 à 14:34:00

Chapeau bas, maitre HeubiOne, pour ta course et le récit qui se boit d'une seule traite.
Bravo

Schnacka

Commentaire de calimero posté le 05-08-2009 à 16:33:00

Pour un 1er récit ce fût grandiose!!
Tu viens de nous montrer que même des grands champions comme toi savent faire preuve d'humilité là où il aurait été si facile d'abandonner!

Bravo pour ton courage et ta ténacité et RDV à Millau ;-)

Bravo aussi à la Heubi Family!

Commentaire de frankek posté le 05-08-2009 à 19:11:00

respect ! je sais pas quoi rajouter après un tel exploit. du courage, un gros mental et du talent pour faire ce genre d'ultra. bravo et récupère bien

Commentaire de Olycos posté le 05-08-2009 à 20:19:00

Super......
bravo......

Commentaire de shunga posté le 05-08-2009 à 22:25:00

Vraiment bien écrit ce récit. La transmission des émotions est très prenante. Il y a là aussi un mystère qui ne doit pas être loin de celui qui t'a poussé à enchainer 140km après les 100 premiers...
Une bonne course entièrement partagée par l'écrit. C'est presque de la magie. Vivement de te lire sur les courses mythiques qu'on a tous dans un coin de la tête. Même les grands débutants...

Commentaire de Mustang posté le 05-08-2009 à 22:34:00

beaucoup d'émotions dans ton récit, de l'humilité, du courage, des moments de doute, mais quelle ténacité! bravo!

Commentaire de CROCS-MAN posté le 05-08-2009 à 22:54:00

BRAVO Bruno, un super récit et une super course en famille. The family power a bien fonctionné.
Merci.

Commentaire de BENIBENI posté le 05-08-2009 à 23:35:00

Encore un récit à la Bruno ! Tout y est : Sensations sportives, emotions, partage, la douleur qui nous accompagne tous même avec des niveaux différents. Encore un récit à mettre dans un coin de ma tête et à me rappeler quand je serai sur un chemin en pleine forme ou victime d'un coup de moux.
Merci Bruno !

Commentaire de domdom g posté le 06-08-2009 à 11:29:00

tres beau cr bravo bruno

Commentaire de RogerRunner13 posté le 06-08-2009 à 11:41:00

Chapeau bas! je ne sais comment font les coureurs d'ultra pour aller si loin dans l'effort ? et merci pour ce récit prenant.

Commentaire de Génep posté le 06-08-2009 à 14:13:00

Superbe récit, plein d'analyses et de bon sens, on ressent où tu puises ta force quand cela va moins bien.
Chapeau pour cette course hors norme !

Commentaire de bluesboy posté le 06-08-2009 à 16:18:00

Bravo Bruno tu écris aussi bien que tu cours et inversement .
Je retiens une phrase de ton récit
"N'oublions pas la chance que nous avons d'ètre la sur nos 2 jambes et en pleine santé" cela est valable pour tout les coureurs et je saurai m'en souvenir à chaque "coup de mou"
Merci

Commentaire de akunamatata posté le 06-08-2009 à 22:15:00

super recit Bruno!
et ça fait plaisir de savoir qu'on ne sait rien , qu'on a encore plein de choses a decouvrir...sinon comment s'emerveiller ?

Commentaire de BrunoHeubi posté le 06-08-2009 à 23:46:00

Merci à tous pour vos commentaires qui donnent du sens supplémentaire aux raisons qui me motivent à écrire et à partager.

Commentaire de Xavhië posté le 07-08-2009 à 00:40:00

Bravo pour ta tenacité... et ta performance! Et merci pour ce beau récit en famille!

Commentaire de zakkarri posté le 07-08-2009 à 12:42:00

Grand cr d'un grand coureur chapeau ;)

Commentaire de Epytafe posté le 07-08-2009 à 14:39:00

Merci Bruno ! C'est une trop rare plaisirs de lire tes récits. Je le relirai et y repenserai quand la souffrance semblera trop dure, là-haut, tout là-haut et tout bientôt dans les Alpes. Merci.

Commentaire de alain posté le 15-08-2009 à 17:05:00

Je rentre a peine de congés et quand je lis ce beau compte rendu pleins d'émotions çà donne envie,
Merci Bruno de nous avoir fait partager cette belle course.

Commentaire de Le Loup posté le 05-09-2009 à 16:12:00

Je lis "tardivement" ce CR plein d'humanité et de volonté... En espérant qu'il m'inspire très prochainement dans mes propres défis, à ma propre échelle. En espérant que certaines réflexions lues ici me remonteront en mémoire (et dans les faits !) dans les moments de doute. Encore bravo pour cette épopée épique ! Amicalement et sportivement.

Commentaire de Marlène/Mô posté le 09-09-2009 à 22:46:00

Pour moi aussi cette lecture est quelque peu tardive... Je vois que l'arrivée dans ma belle ville a été plus que difficile mais le défi a été relevé avec succès. Je n'avais entendu parler de cette course qu'en relais de 5 personnes et avait été surprise d'apprendre qu'elle existait en solo et qu'elle était la plus longue de France.
Pour moi ce genre de course me parait irréalisable, tout comme le 100 km d'ailleurs. Mais malgré moi, l'envie me chatouille, toujours plus loin... toujours plus dur... Mais après quoi courons-nous ?
A bientôt à Millau,
Mô/Marlène

Commentaire de GAD94 posté le 11-12-2009 à 00:00:00

Beau récit BRUNO, tu as su décrire ces émotions
qui nous submergent, nous chavirent,nous anéantis-
tent quand la souffrance s'impose et qui pourtant
nous font vibrer quand la brume se dissipe et que famille, amis et sensations viennent t'insuffler
l'énergie ultime. En franchissant cette ligne, tu
t'es dépassé toi-même... Chapeau mon ami

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran