Récit de la course : Trail d'Auffargis 2014, par bubulle

L'auteur : bubulle

La course : Trail d'Auffargis

Date : 16/3/2014

Lieu : Auffargis (Yvelines)

Affichage : 819 vues

Distance : 30km

Objectif : Terminer

23 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Robocop aux Vindrins

Normalement, ce trail d'Auffargis devait être une répétition avant l'Ecotrail, une course où, sans forcément être à fond, je devais me tester un peu (je ne suis pas un grand adepte de "t'sais, moi, j'suis en mode sortie longue avant mon gros truc, j'suis en balâââde, koaaa".....en général, chaque fois que je mets un dossard, c'est pour essayer une perf, et même si je suis en principe raisonnable au départ, je ne le suis plus en général à l'arrivée).

Oui, mais voilà, un funeste 18 février, deux jours après un très excellent semi de Bullion, je me fiche en l'air lors d'un de mes retours piétaf via la forêt de Meudon (en mode "prépa Auffargis/Ecotrail" justement). Bilan : une bonne grosse entorse de la cheville gauche.

Après quelques tergiversations typiquement masculines pour consulter, j'ai finalement un diagnostic au bout d'une semaine (et arrêt total de toute activité, évidemment) : entorse "bénigne" (donc sans rupture ligamentaire) mais que j'aurais du mieux soigner (avec notamment contention plus longue). Et avis TRES réservé sur ma participation au trail d'Auffargis et à l'Ecotrail (enfin disons plutôt avis carrément négatif....:-) ).

Or, en deux jours à la suite de cette consultation, tout revient quasiment dans l'ordre. Je maintiens la contention, le glaçage régulier, je limite l'usage de la cheville et je me planifie une reprise de CAP le 12 mars (donc au bout de 3 semaines), avec une participation à Auffargis si je n'ai pas de signe négatif lors de cette reprise.

Oui, mais voilà, je ne suis pas sage du tout ! Et le 5 mars (*deux* semaines après), je refais un test plutôt positif en terrain facile. A part une forte appréhension, pas de forte gêne et surtout pas de regonflement ou de douleurs après une séance d'une heure. C'est dès lors mentalement décidé : je participerai à Auffargis, trop content de revoir la grande famille Kikourou sur cette course (39 kivaous pour 480 dossards!). Oui, c'est totalement déraisonnable, je le sais.

J'avais aussi décidé de me procurer une chevillère Zamst sur les conseils reçus dans les forums, afin de garantir un bon maintien de la cheville fragile en cas de faux pas sur ce terrain difficile. Testée lors de quelques sorties trail sur le sentier côtier breton (qui confirment aussi le bon fonctionnement de la machine), ma "cheville de Robocop" est adoptée.

Bref, 7h45 Auffargis, après avoir récupéré le dossard la veille (de manière synchronisée avec Sab qui, après son superbe Vulcain, a soutenu à distance ma reprise en étant en plus une des rares personnes à ne pas me "faire la leçon" sur mon manque de sagesse.....;-) ), me voilà en train de "pointer" les kikous sur le parking. En effet, soucieux du détail, j'ai noté tous les pseudos qui devaient venir et je m'efforce de reconnaître chacun(e). "Jeu" amusant qui me confirme quand même qu'à force, je connais pas mal de monde dans notre petit monde..:-). Bon, il me reste encore à mémoriser quelques associations visage/pseudo (désolé, lutin93....ou encore fa2, avec qui j'avais pourtant échangé force SMS lors de sa bataille avec sa poche à eau au Vulcain).

Mention spéciale pour Etienne71 et sa binouze dans le sac à dos...qui lui fera oublier d'emporter une hydratation plus sérieuse et lui vaudra, je crois, une belle défaillance plus tard. Mais, bon, c'est Etienne...:-). Pour ma part, je continue à tester mon cadeau de Noel avec ce sac Salomon Hydro machin qui est génial et se fait oublier : trois soft flasks de 500, les incontournables Pom'Potes et le "saucisson des montées", je suis paré.

Résolution du départ : on part ensemble avec Sab. Deux semaines après le Vulcain, elle a eu en plus une semaine difficile avec allergie et maux de tête, donc elle est plutôt diminuée. Mais, bon, d'un autre côté, moi je suis censé être sage. ;-). Cela déconne ferme sur la ligne de départ ches les kiks, comme d'habitude on n'écoute guère le briefing (mais on capte juste ce qu'il faut : flèches jaunes jusqu'au km 20 ensuite flèches rouges...car le parcours tortueux se replie parfois sur lui-même ce qui, l'an dernier, a causé quelques erreurs d'aiguillage).

Le temps promets d'être beau et chaud, donc c'est en court que nous partons. Aux pieds, les vieilles Salomon craquées car la chevillère de Robocop déforme un peu la chaussure, donc je ne veux pas abîmer les jolies chaussures toutes neuves. Ce n'est donc pas cette fois ci que je testerai les Softground-6, tant pis. Du coup, je ferai un peu moins neuneu avec les jolies chaussures flashy qui sortent du magasin et un peu plus vieux guerrier des forêts rambouillesques qui a traîné ses pompes dans la moindre flaque de boue de l'hiver.

J'ai bien sûr "reconnu" le parcours, fidèle à mon habitude et même préparé un roadbook (sans horaire) avec côtes et descentes. Mais je l'ai oublié dans le sac...:-). Pas grave, en fait, je le connais par coeur et, ce coin, faut dire que je commence à l'avoir bien écumé!

Départ roulant en descente sur 400m puis la longue côte qui suit étire le peloton. Nous maintenons un rythme soutenu sans plus : il faut que j'échauffe la cheville, et Sab, qui a oublié sa montre, va être obligée de courir aux sensations, alors qu'elle a l'habitude de courir au cardio. Il faut être sage et vigilant, surtout avec un peloton compact où on voit mal où on pose les pieds.

Moi, je suis vigilant, ça va. Par contre, ma coéquipière gratifie le peloton de ce que nous appellerons désormais une "sabinade" (en parallèle aux célèbres Landinades d'un certain Olivier) : traversée d'une grosse flaque de boue en suivant Bubulle Warrior....et la chaussure qui reste....dans la flaque. Ce qui est inimitable, c'est le cri aigu poussé à l'occasion qui est à peu près toujours le même.....et qui fait exploser de rire la partie de peloton qui nous entoure..:-).

Tous les kikous aux alentours connaissent donc désormais la sabinade et j'en connais une qui n'a pas fini de se faire vanner..:-). Personnellement, je suis parti d'un beau fou-rire en attendant Madame qui remet ses escarpins....:-)

Nous arrivons donc détendus au sommet...et en ayant perdu quelques dizaines de places : nous devons être en gros aux 2/3 du peloton. Du coup, le rythme est assez "tranquille", ce qui me convient bien. Trop tranquille, d'ailleurs, je relâche l'attention, et, paf, petit "départ" de la cheville gauche sur une ornière du chemin de débardage qui suit la côte. Bien contenu par l'armure de Robocop, c'est donc juste une alerte : attention, Monsieur Bubulle, il va falloir rester vigilant tout le temps, surtout sur les parties apparemment "faciles".

Trois côtes se succèdent jusqu'au village d'Auffargis : le rythme se prend, relativement calme, notamment parce que nous abordons les descentes prudemment. Nous commençons à repérer les féminines autour mais je sens que Sab n'est pas trop en mode combattante...et que la forme est moyenne. Le souffle est plus fort dans les côtes : je pense qu'elle veut maintenir son rythme habituel (celui qui décourage en deux pas la moindre vélléité de résistance du coureur dépassé, genre "toi, t'y penses même pas"...surtout si c'est une fille d'ailleurs) mais ce n'est pas totalement ça.

La dernière descente sur Auffargis est ludique à souhait : bien grasse et boueuse, comme l'an dernier, je m'amuse évidemment comme un petit fou, prenant prétexte qu'ayant besoin de voir où je pose les pieds....je ne peux pas suivre tout le monde qui essaie d'éviter les plus grosse flaques. Donc, droit dedans et on éclabousse allègrement (eh, c'est un trail, hein, faut bien revenir un peu maculé, non?), bubulle fait le malin....

Petit répit en bas, le long de la route. "J'suis là" sabinien.....et c'est reparti...:-).

La remontée côté Vindrins est plus longue et moins pentue et, du coup, ça réveille un peu Sab. Il faut dire qu'il y a un groupe de féminines devant. Du coup, sans que je ne fasse quoi que ce soit, bim bam, elle met une superbe mine dans la première côte. Toujours spectaculaire, j'adore ça...:-)

Nous fightons un peu sur les quelques kilomètres qui suivent côté Vindrins avec un groupe de deux filles qui repassent en descente alors que nous les reprenons en côte, plus une autre en bleu, qui s'obstine à courir dans les côtes. Des coriaces, elles. Sûrement des V1 (oui, je sors). Mais arrivés sur la partie haute où j'annonce environ 1,5km de plat roulant à Sab, je sens qu'elle n'y est pas totalement et j'ai un peu de mal à maintenir le rythme qui serait adapté pour éviter de la faire trop forcer. Nos deux "coriaces" s'envolent devant.

Le retour côté Vindrins vers le parking de la Sablière et le ravito de mi-course le confirmera : Sab n'est pas totalement au mieux et ralentit clairement, se rendant probablement compte qu'elle risque de se cramer. Elle est rassurante quand je lui demande mais je pense qu'en fait elle ne veut pas trop m'inquiéter....alors que le fait que je prends de l'avance en côte sans m'en rendre compte montre bien qu'elle gère comme elle peut. En fait, a posteriori, c'était bien géré (mieux qu'elle ne doit le penser elle même, vous allez voir qu'elle va dire le contraire) alors qu'elle se rendait compte qu'elle était à la limite.

Tout cela nous amène à l'évidence que nous constatons arrivés ensemble au ravito : nous avons beau beaucoup apprécier partager certaines de nos courses, celle-là ne sera pas partagée jusqu'au bout. Cela me chagrine un peu mais je me fais une raison, surtout parce que je me dis que ça risque d'être pesant pour Sab de me voir tout fringant et, elle, ramer derrière. Bref, on sépare le Duo au ravito. Sab ne veut même pas de ma montre car, le balisage étant super bien fait, le kilométrage est bien indiqué et elle ne passera pas la seconde boucle à se demander où est la fin.

"Sois prudent, hein". Je promets....sachant que je ne suis pas sûr de tenir la promesse..:-)

Et c'est parti pour une deuxième boucle. Sur le forum, je l'avais annoncée plus facile que la première, mais après un deuxième examen de la carte, je sais que c'est faux. Elle doit être bien plus casse-patte car constituée de beaucoup de successions de très courtes montées/descentes....entrecoupées de certaines côtes très violentes.

Bubulle enclenche le mode PacMan.

Pour m'occuper la tête, je décide de compter les coureurs dépassés. En haut de le première côte (dré dans l'pentu après le pont de Grandval), j'en suis à 12...:-). Arrivé en haut, je sais que s'ensuite un long single à peu près plat sur 1,5km et je peux sans trop de problèmes "envoyer". J'ai d'ailleurs un kilomètre à 12 à l'heure dans ce secteur.

Seules les descentes restent prudentes, le plat étant en mode rapide mais hyper concentré sur les appuis (c'est ce qu'il faudra faire à l'Ecotrail, donc bon entraînement) et les côtes en mode "je cours le plus loin possible, j'envoie les grandes enjambées au plus fort de la côte et je relance avant la fin de la côte".

km 18 : le compte est de 40...:-). On entre dans les parties de yoyo dans les anciennes sablières. Ça tourne et retourne, ça monte et remonte, un vrai spaghetti, cette trace. Le Mulot nous avait bien baladé par là, lors du Off de février et je reconnais plusieurs passages dont certains où Bert' avait bien ramé avec son VTT. C'est par là que je finis d'ailleurs par faire un sort à mes deux "coriaces" féminines, namého (je n'ai pas eu les Horaces, mais j'ai eu les Coriaces).

Vers le km 20-22, quelques allées sont entrecoupées de singles accidentés. L'occasion de prendre des points de mire réguliers. Le compte de 70 est passé juste avant d'atteindre l'extrémité du parcours et la redescente vers la D91.

Les coureurs se font rares, maintenant. Par moments, je n'ai plus personne devant, à des centaines de mètres. Plus difficile de maintenir le rythme, mais je ne sens pas de baisse de régime. Un peu de Pom'Potes dans le réacteur, un coup de saucisson dans une côte, ça tourne bien.

Ça et là, quelques coureurs me reconnaissent (merci la casquette à pseudo!) et s'étonnent de ne pas me voir avec mon alter-ego. Désolé, d'ailleurs, les gars, je suis rarement causant quand je suis dans ce mode...:-)

L'arrivée sur la D91, c'est le signe que nous abordons les juges de paix du parcours : deux énormes côtes au dessus des Vaux de Cernay. La première avait été empruntée sur les Lavoirs et je m'en rappelle bien : c'est du lourd et, ça tombe bien, je rattrape un petit groupe au milieu. Pas trop moyen de passer, du coup je suis le rythme, en fait ça permet un peu de souffler. Et, paf, en haut, mine..:-)

Ce secteur sera le seul moment où je me fais dépasser. En fait redépasser par une féminine qui semble, elle aussi, jouer une sacré parti de pacman. Du coup, nous aurons un amical petit combat silencieux dans la deuxième violente côte des Vaux de Cernay, ça ne rigole carrément plus...:-). Esprit trail, machin tout ça, mais des fois l'esprit de compétition reprend un peu le dessus...:-)

J'aurai finalement raison de Mélanie...ou Caroline, je ne sais son prénom...mais nous nous sommes bien mutuellement entraînés (j'allais écrire "tirés", oups!) pendant 2-3 kilomètres !

Nouveau passage dans le secteur des sablières après la deuxième côte de la mort. Nous sommes environ au kilomètre 24, il fait quand même diablement chaud. J'espère ne pas avoir trop présumé de mes forces et j'ai quand même l'impression de ralentir un peu. Mais, le plus important, j en'ai pas oublié hydratation et alimentation donc je suis en bien meilleur état que les coureurs que je continue à dépasser. Le compte de 100 est d'ailleurs atteint après l'amusante redescente vers l'abbaye...et les 500m de plat qui suivent ont au moins l'avantage de nous rapprocher du but.

Encore une dernière côte pour revenir vers le plateau, un ènième single dans les fougères à mi-pente, une ènième redescente vers le GR qui serpente tranquillement en fond de vallée : allez, il ne reste plus qu'une grande côte marquée, mais que je sais roulante.

Entièrement prise à la course, celle là, comment je pète le feu...:-). D'un autre côté j'avais en point de mire deux cavalières à 200m devant et il n'y a rien de mieux pour motiver un bubulle que de dépasser à pied des cavaliers ou des cyclistes, en côte. Alors, des cavalières, je ne vous dis même pas..:-)

Cette côte, par contre, elle a du sembler un peu interminable à ceux qui étaient à la ramasse à cet endroit, surtout qu'elle est suivie d'un "horrible" (en fait génial) single qui n'en finit pas de monter/descendre/remonter/redescendre. Je fais quand même attention dans les descentes et, d'ailleurs, je me fais dépasser par un porteur de GoPro.

NAMEHO ! C'est pas permis de dépasser Pacbubulle. Tu étais le 112ème et tu le resteras, tabarnak de crisse de caribou ! Jam, si c'était toi, désolé, je suis un vilain méchant...;-). Donc si t'as le film de pacbubulle qui te redépasse, je suis preneur..;-)

(bon, renseignements pris, ce n'était pas lui)

L'un dans l'autre, tout ceci nous amène à la descente finale dont je me rappelle bien. Une vraie dégringolade (qui malheureusement se termine mal pour un coureur juste devant moi....vite secouru par les bénévoles signaleurs du pont de Grandval, toutefois). Le pont de Grandval...et c'est enfin la looooooooongue remontée vers l'arrivée. Avalée le plus au sprint et aux taquets possible....je n'oublie pas de continuer à compter mes "victimes"..:-)

Le compte s'arrêtera finalement à 135.

A peine le temps de faire coucou à Pat qui fait des photos en haut de la côte, virage à droite façon TGV, on lève les genoux et on prend l'air fier....Paf, c'est fini. 3h25. Je ne connais absolument pas le classement, je croise rapidement Mat95 qui m'annonce avoir tout simplement gagné la course (dans un temps totalement scandaleux), je fais vite coucou à Pat, Philippe, Sébastien et quelques autres kikous.....

Et je redescends tranquillement pour prendre des nouvelles de Sab en n'espérant qu'une chose : pas d'accident, pas trop de galère.

Bon, l'avantage, c'est qu'elle aura une jolie photo de la dernière descente. Sinon, en gros, eh bien, elle a géré comme elle a pu la deuxième boucle. Je comprendrai peu à peu qu'en fait, après la première elle était bien plus "cuite" qu'elle n'a bien voulu me le dire, envisageant même un peu plus tard d'abandonner. Mais la force de caractère a repris le dessus et elle me dit même être très contente d'avoir finalement pu passer la "fille en bleu" qui a longtemps fait le yoyo avec nous sur la première boucle. Bravo, Sab, c'est aussi dans les moments difficiles qu'on se forge les futures courses réussies !

Au final, je me trouve remonté comme un coucou suisse avant l'Ecotrail car ce trail d'Auffargis très réussi me rassure sur le fait que je ne manque PAS d'entraînement et que, donc, faire un roadbook sur une base de 9h15 pour l'Ecotrail n'est pas totalement débile..:-)

Déraisonnable....mais pas débile...

Sinon, quel très beau parcours et quelle superbe organisation ! Je ne trouve rien à redire. On sent que cette course est faite par des passionnés pour des passionnés. L'ASR Trail connaît bien son terrain et nous a mitonné un superbe concentré de ce qu'il se fait de mieux dans le secteur. Le balisage était totalement parfait, le ravito d'arrivée particulièrement fourni, l'organisation générale bien maîtrisée (y compris le parking, sujet particulièrement difficile dans le secteur). Cette course va devenir très très vite un "must" de début de saison, quand on songe que ce n'est que la deuxième édition.

Il est clair que sauf gros conflit d'objectifs, je serai à nouveau là l'en prochain ! Merci encore !

PS : finalement 148ème sur 415, 27ème V2 (il y en avait 6 dans les 2 minutes devant moi, grrrr...;-) et....vous l'attendiez tous, n'est-ce pas? 6ème féminine...;-)

Prochain CR : Ecotrail !  

23 commentaires

Commentaire de Jam posté le 18-03-2014 à 15:41:38

Bon, je suis donc le 130ème pacmanisé :)
J'adooooore tes CR. Toujours un grand plaisir à les lire, une façon pour moi de revivre "ma" course à travers tes récits toujours très détaillés, foisonnant d'une multitudes d’anecdotes. Faut dire que ma mémoire de poisson rouge aide pas :B ET bien sur félicitation pour cette belle fin de course et pour le courage de Sab.

Commentaire de SebKikourou posté le 18-03-2014 à 15:57:09

du bubulle dans le texte comme on se lasse pas de le lire ,a quand un livre relatant tout tes compte rendu ,tu ferais un tabac je pense ;-)

Commentaire de lemulot posté le 18-03-2014 à 16:08:21

Bravo les SaBulle ;-) effectivement la Sabinade restera pour longtemps (inimitable), heureusement qu'il n'y avait pas 3kms de plus sinon j'y passais aussi (Pacbubulle), pour ma part sortie longue Koaaa mais comme toi pas possible de me tenir jusqu'au bout malgré un petit orteil explosé sur un tronc au 15ème, on se voit le 29 et même sans être raisonnable proprioceptionne quand même NA ;-)

Commentaire de Sabzaina posté le 18-03-2014 à 21:49:02

Vivement un prochain trail boueux pour une sabinade en règle! ;)
Bon je pense tout de même avoir vraiment trop forcé sur la 1ère boucle mais j'ignore si cela aurait beaucoup changé la donne.
En tout cas, superbe remontée de ta part qui promet un Ecotrail fantastique!

Commentaire de PhilippeG-569 posté le 18-03-2014 à 21:59:48

Bravo Bubulle pour ta belle remontée et ce récit très humoristique !
Je rejoins Seb, il a raison, on ne se lasse pas de te lire et vivement tes "mémoires" ;-)

Commentaire de Arclusaz posté le 18-03-2014 à 22:17:05

une boucle de plus et tu finissais 13eme : Mat95 a eu chaud !
on t'en pardonnerait presque les coupables imprécisions de ce CR : c'est vrai, Koaaa, on ne sait pas précisément à quel kilomètre tu as avalé ta Pom'Pote, son parfum (t'en penses quoi des nouvelles à la myrtille ?) et surtout tu ne nous as pas posé la devinette qui est inscrit dessous (ne me dis pas que tu ne l'a jamais remarqué, pas toi Bubulle !).

Bref, copie à revoir (la maitresse est passée mais mef elle peut revenir).

Commentaire de Feneb posté le 18-03-2014 à 23:42:41

Excellent compte-rendu, très détaillé ... Je partage ton avis sur le parcours et l'organisation.

Vue ta forme, 9h15 à l'ecotrail devrait être une formalité ...

Et je prends bonne note du tuyau concernant la chevillère ...

Commentaire de RayaRun posté le 19-03-2014 à 00:12:43

Excellent à lire même si je rejoins Arclusaz sur l imprécision coupable s agissant de la pom'pote (la bouffe c'est important !) :-D
Vivement l Ecotrail, bien plaisir de te revoir !

Commentaire de Mamanpat posté le 19-03-2014 à 05:55:23

Vivement l'ecotrail !

Commentaire de bubulle posté le 19-03-2014 à 07:13:28

A môssieu Arclu : y'a PAS de devinettes sur mes Pom'Potes, sinon vous en auriez évidemment tous profité. Par contre, c'est vrai que je plaide coupable sur l'imprécision, d'autant que j'en ai avalé une deuxième, ce que je n'ai même pas indiqué. Ca devient effectivement n'importe quoi ces compte-rendus (c'est parce que la maîtresse relâche son attention : l'Education Nationale n'est plus ce qu'elle était).

Commentaire de Arclusaz posté le 19-03-2014 à 16:46:32

Alors, ce ne sont pas des Pom'potes mais de vulgaires imitations. La Pom'Pote a des devinettes, de la même façon que le carambar a des blagues, c'est un acquis social emporté de haute lutte.

(je rigole en imaginant Bubulle rentant chez lui et avant même de faire un bisou à sa femme se précipiter dans son placard, saisir une Pom'pote, la retourner et stupéfait découvrir la devinette ou le fameux "cap ou pas cap (qui ne veut pas dire Course A Pied"").
Tu imagines que tu as loupé ça depuis toutes ces années : quelle culture encyclopédique tu aurais maintenant si tu les avais toutes lues !!!!

on a quand même des débats vachement sérieux sur ce site...

Commentaire de Sabzaina posté le 19-03-2014 à 16:51:05

Pis y a aussi la Pom'pote gagnante!

Commentaire de trailaulongcours posté le 19-03-2014 à 16:32:30

Joli CR! Belle course aussi. Je te souhaite la même énergie dans deux semaines ! Avec un peu de chance, je serai au bord du chemin pour vous encourager...

Commentaire de trailaulongcours posté le 19-03-2014 à 16:50:26

Joli CR! Belle course aussi. Je te souhaite la même énergie dans deux semaines ! Avec un peu de chance, je serai au bord du chemin pour vous encourager...

Commentaire de patfinisher posté le 20-03-2014 à 22:20:46

Beau CR......belle forme.....et belle gestion de course comme d'habitude, du grand Bubulle....sympa de t'avoir croisé avec tous les kikous... quelle belle course :-):-)

Commentaire de franck de Brignais posté le 21-03-2014 à 14:19:14

Il n'y a rien de vraiment raisonnable dans cette course effectivement...mais c'est bon la déraison !! Bravo pour cette forme resplendissante, gage d'un bail eco trail. Une bise à Sab' de ma part !!

Commentaire de Sabzaina posté le 21-03-2014 à 17:56:51

Bizzzzz Franck ;)

Commentaire de Caro74 posté le 21-03-2014 à 19:37:41

Bravo, Bubulle, pour ta course et ce récit. Décidément, j'adore tes récits! On a l'impression d'y être!

Commentaire de Bert' posté le 22-03-2014 à 11:35:56

Bravo ! Toujours aussi fun à suivre ...
Tu pouvais me denoncer sans pb parmi ceux qui ne voyait pas cette sortie d'un bon œil !! ;-))
Enfin, le plus important est que les sensations soient bonnes et très encourageantes pour l'Eco Trail : ça va cartonner :-)

Commentaire de a_nne posté le 22-03-2014 à 12:14:54

Bravo, du grand Bubulle comme d'hab ! A samedi prochain...:-)

Commentaire de Gibus posté le 22-03-2014 à 13:07:56

Merci pour ce bô CR

Commentaire de JLW posté le 24-03-2014 à 22:38:01

Content de t'avoir recroisé au départ et quand tu m'as dépassé .... Tu ne m'as même pas vu il me semble :)

Commentaire de celestcyr posté le 25-03-2014 à 21:50:04

Recit plein d humour et de tendresse envers les autres coureurs...surtout les pacmanisés...j adore cette expression...telement vrai et qui nous parle a nous les V1...nous on y a joué pour de vrai sur des machines aujourdhui disparues ;-p...et tu me redonnes espoir apres m être vriller la cheville samedi dernier et inscrite sur le 50 km du josas le 7 avril....pas tres sage non plus m a dit mon kinésithérapeute :-(...bon ecotrail

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran