Récit de la course : L'O'Rigole - 82 km 2014, par ejouvin

L'auteur : ejouvin

La course : L'O'Rigole - 82 km

Date : 6/12/2014

Lieu : Le Perray En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 1382 vues

Distance : 82km

Objectif : Pas d'objectif

41 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mais pourquoi est elle si difficile ?

Paaaaaaaaaaaaaaaaarce queeeeeeeeeeeeeeee

 

 <FIN CR>

Plus sérieusement, encore un récit brute de fonderie, sans relecture, juste en couchant sur le papier ce qui me vient à l'esprit. On repassera pour le nobel.

 

Alors l'Origole, on en entends parler qu'en terme de difficultés. Sur le papier, environ 80kms et 2000m de D+. Sur le papier, rien ne justifie que le premier fasse 8h30 sur ce format, qui plus est sur moins de 80kms en 2012.

Alors pour comprendre, je décide de m'inscrire pour savoir ce qu'il s'y cache et tenter de trouver une réponse à cette question existentielle.

 

Surcompensation et faire du jus

Vous en conviendrez, quand on parle de plan d'entraînement et préparation à une course, ces mots reviennent souvent. Alors, je vais essayer de les appliquer pour cette dernière course de l'année.

La surcompensation va se faire au niveau de l'alimentation. Le week end précédent, je me gave aux petits déjeuner et sur les repas dans un très bel hôtel. Je compte donc sur mon corps pour stocker tout ce trop plein d'énergie et être capable de le restituer.

Concernant le jus, je crois que je me suis trompé. Comme pour la nouriture ? AH oui peut être. Bon toujours est il que ce même week end est assez festif et je rentrerai de boîte avec un taux d'alcool dans le sens incompatible avec la conduite, mais compatible avec la tête dans le fion le lendemain matin. C'est bon, le jus est fait.

Mais, comme je ne suis pas sur de mon coup, je vais en remettre une petite couche le jeudi soir avec un événement festif dans ma boîte. Je serai à moitié sage, car ce ne sera qu'une demi caisse que je vais me prendre.

Vendredi soir, une petite sortie de prévue pour décrasser les jambes... annulée, pas envie tout simplement.

 

En voiture Simone

Bon, j'essaye de me planifier pour une fois. Samedi c'est :

  • Coiffeur
  • D4 pour le sifflet et de nouvelles chaussettes à bas prix
  • Repas midi
  • Sieste
  • Repas avant course
  • Départ 19h

 

Jusqu'à D4, j'ai tout bon. Repas du midi plus vers 13h30, sieste décallée, réveil dans le gaz à 16h30. Et comme d'hab je glande. Mince le sac n'est pas prêt, heureusement j'ai une vague idée de ce que je veux.

19h, heure du départ... Mouai, sauf que les pates viennent tout juste de plonger dans l'eau. Heureusement, je n'ai pas de train à prendre ce soir.

Finalement, je vais partir avec 45' de retard sur le planning initial, pas si mal. 1h de route plus tard, en ayant prier pour qu'il n'y ait pas de bouchons, me voici sur les lieux. Aller savoir pourquoi, malgré le monde annoncé, il y a de la place pas trop loin du gymnase.

21h, dossard en poche, je peux rejoindre les copains. Passage éclair auprès d'une belle sirène, on se claque la bise et je la laisse avec son entourage.

Bon, je rejoins enfin le groupe. Mince tout le monde est en tenue, je suis encore le touriste du coin. Les bancs sont tous occupés, pas trop de place pour les retardataires. Tant pis, je m'installe en plein milieu d'une allée.

Alors que je vais pour mettre mon caleçon, première surprise, je n'ai pas pris de serviette. Trop de monde m'entoure, alors je m'écarte derrière un panneau publicitaire pour me foutre le cul à l'air. Je reviens à mon camp de base en caleçon, ni vu ni connu.

Finalement, tout ceci est d'un banal... et nous arrivons vite à l'heure du départ. Pointage obligatoire avant de rentrer dans la ligne droite et il est temps de se concentrer un petit peu quand même.

 

B1 Histoire de se faire mal sans s'en rendre compte

La première difficulté ce soir, c'est le départ commun avec le "30", "50" et "80". Pardonnez moi mes approximations sur le kilométrage. Donc en temps normal, ça part vite, mais alors là.... avec le 30... Je vous laisse imaginer le départ. M'en fous, je vais gérer cela au cardio.

Mouai bon, sauf que parfois que je ne respecte pas les règles du jeu. Me voilà donc largement au dessus de la cible sur ce départ goudronné. Les premiers chemins ne vont rien arrangés et pourtant je ne double absolument personne.

Toutes mes tentatives de diminution du cardio sont un échec. Bon ok, je ne suis pas assidu dans mes tentatives et me laisse facilement prendre par le flot de coureurs. Alors, je vais me distraire autrement, essayer de repérer des petits gars devant moi. Ca tombe bien, j'en distingue deux facilement parce que je les croise de temps en temps sur les courses. Me reste à faire le pari sur le moment où ils vont craquer, si je ne le fais pas avant. Voilà, cela va m'occuper.

Oh mais voilà que mon bidon se réveille et exprime son mécontentement. Ce n'est pas une heure pour courir me dit-il. J'essaye de le faire taire mais rien n'y fait, il va sortir vainqueur de cette bataille après tout juste 5kms. Pas cool, ça promet pour la suite cette histoire. Je m'éclipse sur le bas côté, éteinds la frontale et regarde le train passé. Par contre, les feuilles mortes humides... ca refroidit.

 

Sinon, je n'ai globalement pas de souvenirs particuliers sur cette boucle. Donc, le temps file doucement mais surement. Les positions se sont stabilisées au alentour du 10ème kilomètres. J'ai peu prendre le temps de papoter avec Caro.s91, Timewrap, comme sur le Trail 91. La conclusion de nos échanges est : "On part trop vite".

D'après les photos des uns et des autres, cette boucle devait être boueuse, mais cela ne m'a pas marqué tant que cela. Question D+, rien de spécial non plus, cela se court à peu près partout.


Au alentour du 20ème kilo, je trouve que le rythme est toujours élevé, mais ça commence à craquer. Des coureurs du 30, du 50 commencent franchement à coincer. Dans ma tête, j'ai l'image de cette sirène qui s'est envolée sur la ligne de départ, cheveux au vent. J'ose rêver que je vais la rejoindre avant la fin de la partie.

Et surprise, vers le 23ème km, voilà que la queue de cheval pointe le bout de son nez. Bon, c'est la dernière course de la saison, alors fini les 06. Je l'avais promis dans un CR, cette fois-ci, c'est la main au cul. Non mais merde alors, quitte à prendre des vents, autant en profiter un peu. Alors que je me rapproche doucement, je m'assure que c'est bien elle. Bah oui, un peu plus tôt, j'ai failli faire ma connerie à une femme que je ne connais absolument pas.

Et paf, la main au cul. Aaaaaaaaaaaaaah voilà, ça fait du bien de déconner un peu. Nous échangeons quelques mots, j'essaye de balancer des blagues pourries du genre "Fait attention, tu as tout un tas de mecs qui mattent ton cul". La sirène a de l'humour (heureusement) contrairement à la horde de couillus qui l'entoure. Bon ok, j'ai rompu le silence de la nuit, je m'en vais sans faire plus de bruit.

 

Arrivé dans le gymnase, ne pas trop couper. TomTrailRunner m'interpelle du fond du gymnase, je lui fais un grand signe de la main. Puis je file vers le ravito pour en repartir aussi vite que possible, faudrait pas prendre un coup de chaud. Durant ce pit-stop, je vais croiser quelques têtes connues. Etrangement, elles ne sont pas si loin et si c'était le jour pour les croquer ?

 

B2 Moule frite

Et c'est parti pour la deuxième boucle après s'être fait bippé. Whaouuu, cette solitude d'un coup... Cela veut dire que tous ceux qui ont été doublés étaient sur le 30 ??? A moins qu'ils aient une stratégie d'arrêt prolongé pour se changer. Alors, je m'attends à me faire déposer.

Heureusement, un autre petit cul se présente à ma vue. Mais celui-ci je ne le connais pas. Nous échangeons quelques mots du style

  • Moi: Salut ça va ?
  • Elle: Oui merci et toi ? Tu as déjà fait la course ?
  • Moi : Heu non, je découvre et toi ?
  • Elle: Non, c'est la première fois. Je suis belges et suis venu avec des amis.
  • Moi : Ah ok, ça se passe bien pour tes amis.
  • Elle : Oui je pense. Je suis venu avec celui qui a gagné le grand en 2012.
  • Moi : Ah ok, il a fait sensation avec son tee shirt manche courte.

 

Bref, des banalités et on fait chacun sa course. Par pur hasard, nous allons avoir exactement le même rythme. Je prends un peu les commandes, elle se cale derrière moi. Mince, je ne peux pas dégazer tranquille.

Alors, j'essaye d'accélérer un petit peu sur la première partie roulante. Mais elle s'accroche telle une moule à son rocher sa frite. Ok, ça me va, je vais m'accrocher à mon tour, telle une frite à sa moule.

Et c'est ainsi que nous abordons les chemins boueux. C'est pour moi une véritable horreur. J'ai l'impression de ne voir que des mares de boue, toutes plus profondes que les autres. Les rares tentatives de passage sur le côté se soldent par des barrages de branches et arbres penchés.

Nous n'avons pas d'autres solutions que de passer dans ce terrain dégueullasse. Alors, un coup elle ouvrira le chemin, un coup ce sera moi. Sans vraiment trop parler, pour bien se concentrer, nous avançons tranquillement et les dépassements se font de plus en plus fréquents.


Alors que nous entamons une descente, je prends les commandes et posent le pieds sur ... je ne sais quoi, mais le résultat est que la cheville se tord sur l'extérieur, bascule en avant et boom par terre. Une douleur vive se déclare sur la cheville. Ma petite moule s'inquiète de mon état. Je l'invite à abandonner sa frite et de faire sa course.

Je repars lentement en essayant d'atténuer la douleur. Un kilo plus tard, je ne rescend plus rien, ouf, cétait juste une douleur passagère du fait de la torsion. Par chance, je retrouve mon mollusque.


Nous terminerons cette galère boueuse par un ultime dépassement, lui donnant le podium scratch. Au ravito, nous nous remercions mutuellement de ce réconfort silencieux, mais au combien précieux. Elle en a terminé et m'encourage pour la dernière boucle.


B3 Solitude

La pause est un peu plus longue que prévue. J'ai besoin de me refaire une petite santé. En repartant, je vais voir au moins un favori, assis sur un banc. Merde, il y a du dégat...

La sortie du gymnase est terrible. Le froid m'envahit et j'ai froid aux mains. J'ai l'impression que la température a drôlement baissé.

Mais bon, maintenant que je suis parti, autant terminé. Dernier passage devant la voiture, où j'irai bien m'allonger. Mais je n'ai pas les clefs sur moi, alors cette pensée ne va pas trop m'envahir.


Je divague un petit peu et une voiture s'arrête à ma hauteur, la vitre se baisse :

  • Lui : Qu'est ce que tu fais ?
  • Moi : Bah la course.
  • Lui : Mais ce n'est pas là.
  • Moi : J'ai pourtant suivi le balisage.

 

Il va me remettre dans le droit chemin au niveau de la rubalise qui est par terre. Je l'entends dire "Oh merde, le merdier..."

Après l'avoir remercié, et perdu à peine 400m, je reprends mes pensées du jour. Il va falloir être plein d'imagination car personne ni devant ni derrière.


Quelques hectomètres plus loin, des bénévoles pour nous indiquer un virage et je retrouve le gars de la voiture qui me balance : "Du coup tu es super bien classé, 3ème"

Hein quoi comment ? Qu'est ce que tu raconte là ? Dites moi pas que ce n'est pas vrai.


Me voici donc en train de m'imaginer sur le podium. Du grand n'importe quoi. J'imagine un peu les réactions des uns et des autres, et surtout de moi. Mais il faut rester lucide, si il y en a qui se sont perdus, c'est qu'ils vont revenir. Alors autant que ce soit le plus tard possible. Cela va me mettre un coup de boost, qui sera fatal, et je vais mettre le cardio au dessus de la limite authorisée. Ne jamais s'emballer dans ces situations, je devrais le savoir, surtout que ce n'est pas ma place à la régulière...


Et voilà que l'on attaque les montées et descentes, le voici ce foutu dénivelé promis. Alors autant le dire tout de suite, cette boucle n'est pas si terrible si.... elle est faite individuellement. Là, la difficulté me concernant est que l'on vient de se taper 20 kms dans la boue. Je suis déjà rincé.

Qui plus est, ils ont oublié de nous faire passer par des sentiers. De nombreuses fois, je vais me poser la question "Mais où est ce qu'il faut passer ?" Je vais juste suivre les points lumineux qui se balancent au bout des rubalises en tirant tout droit dans les herbes, branches, brousailles. Un vrai merdier, le sol est irrégulier au possible, on se tord dans tous les sens.


Les organisateurs annoncaient 4h pour les premiers sur cette boucle. Je ne comprenais pas pourquoi jusqu'à y être. Maintenant je sais, c'est compliqué d'avancer sur un tel terrain.

De plus, le givre s'est invité à la fête. C'est magnifique au sol, les feuilles réfléchissant la lumière de la frontale. Par contre, ça glisse pas mal. Une ou deux montées seront faites avec les mains par terre. Quelques descente en glissades plus ou moins volontaire.

 

Kilo 62, voilà que ma montre perd le signal GPS a de multiple reprise. Impossible de savoir combien de kilomètres parcouru sans indication. Elle va finir par m'indiquer 40' pour faire le 63ème kilo. Un rapide calcul et j'estime que j'ai perdu 4 kilomètres dans la bataille. Alors, je vais me fixer comme repère 81.


Tout d'un coup, une frontale vient vers moi. Un abandon ? Je demande au gars si ça va, qu'est ce qu'il fait. Sans vraiment comprendre pourquoi, il me réponds "T'inquiètes, tu es dans le bon sens". Hum, qu'est ce qu'il me dit ?

Puis une autre frontale, une 3ème... Je finis donc pas comprendre qu'ils sont en sens inverse. Arg, ça va complexifier la chose pour le coup. D'autant plus que je n'ai aucune idée de combien de kilos il leur reste.

 

Au fur et à mesure, je sens que je baisse de rythme, les relances sont de plus en plus difficiles. J'ai perdu mon entrain, et toujours personne à l'horizon. Finalement, heureusement que c'est difficile, sinon je me serai sérieusement ennuyé.

 

Heureusement, il y a pleins de bénévoles, qui doivent se cailler méchant, pour nous indiquer le chemin, coller des pastilles sur les dossards. Cela casse un peu la solitude et permet de trouver un peu de réconfort.

L'un va me dire qu'il y a un concurrent à 5 minutes. Aaaaaaaaaah enfin un objectif. Je vais finalement le rejoindre. Il restera à 1 ou 2 minutes derrière moi jusqu'à la fin. Mais mais... j'étais 3, j'en double 1, je suis donc 2 ? Et où est Bikoon ? Philippeg94 ? Où sont ils tous passés ? Pourvu qu'ils ne se soient pas perdus.


Et c'est ainsi que je reprends le moral, ne pas se laisser reprendre. Sauf que quelques kilos plus tard, un autre bénévole me dit qu'il y a un gars à 5 minutes (encore ?) et qu'il n'avance plus beaucoup. Je lui dis alors "Bah c'est le pseudo premier, mais ça veut aussi dire qu'il y a du monde qui peut revenir". Il va me répondre que non non ce n'est pas le premier, il y en a bien 4 ou 5. Bref, je suis totalement perdu entre ceux qui sont devant et ceux en sens inverse.


La fin sera faite au moral, en s'accrochant à un objectif "secret". J'ai mal aux pieds, un orteil me titille me faisant craindre une fin comme à la SaintéLyon 2013. Je ne rêve que d'une chose, arriver au gymnase et foutre mes pieds à l'air.


Encore un pointage et le bénévole me dit : "Ici, nous sommes au kilo 75". Oh punaise, j'ai à la montre 74, donc ma prévision suite à la perte du GPS est totalement fausse... Merde, me reste 10 kilo à me farcir.


Tant bien que mal, je vais finir par retrouver le goudron et me faire piéger par la rubalise une nouvelle fois. Sauf que pourl e coup, j'arrive devant un garage, y a plus rien après. Oups, j'ai raté le virage juste 10 mètres avant. Aller, on se concentre, c'est la fin.

Arrivé en ville, un panneau de circulation indique "Auffargis". Mouai, super, qu'est ce que j'en ai à faire moi ? C'est encore loin le Perray en Yvelines ?


Quelle délivrance de rentrer justement dans le Perray en Yvelines, je ne sais pas trop combien de kilos il me reste, mais ça sent la fin. Après plusieurs virages, je peux entendre le bruit du gymnase au loin, nous y sommes. Heuuuu sauf que là, y a plus de rubalise.

Arrrrg, encore trompé ? Je regarde autour de moi et reconnais le nom de la route du chemin vert. Yeeeeeeeeeeees, c'est fini là, il ne reste plus rien. Et en plus, c'est le bon chemin car je retrouve la rubalise.


B4 Dodo

C'est avec une grande satisfaction que je franchis pour une dernière fois la ligne. Vite, je veux dégager ces foutues pompes, je n'en peux plus. Sauf que... bah les lacets sont gelés, impossible de les défaire. Je ne vais quand même pas pisser sur mes pieds ? Après une longue bataille, ils vont finir par s'assouplir et je pourrai libérer mes pieds. Le résultat est sans appel, chaussettes trouées, durée de vie --> quelques heures.

Direction le buffet où je vais dévorer tout ce qui passe. Pire, je vais carrément prendre une chaise et m'installer comme si j'étais à table avec en prime, la délicatesse des bénévoles qui répondent à tous mes souhaits gastronomiques. Nous sommes vraiment bien accueillis.

Après, c'est assez classique. Je retrouve Bikoon qui m'annonce son superbe classement. Je lui fais part que je suis tellement à l'arrache, que j'en ai oublié ma serviette. Par gentillesse, il va me proposer la sienne afin que je puisse me laver.

Puis viens l'heure d'attendre le défilé des amis pour partager nos impressions.


En conclusion, j'ai ma réponse à ma question. Elle est difficile à cause de ce putain de terrain de merde, oups excusez moi. Course vraiment exigeante, qui fait mal aux jambes et au moral.


Et vraiment grosses grosses félicitations à tous les bénévoles qui ont été extras sur l'ensemble du parcours.


41 commentaires

Commentaire de jack91290 posté le 08-12-2014 à 22:08:57

Ha quand meme un cr... lol

Commentaire de ejouvin posté le 08-12-2014 à 22:16:18

Ha quand meme un commentaire...

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 08-12-2014 à 22:21:54

Les belges... Elles sont blondes !!!
Miam miam

Commentaire de ejouvin posté le 08-12-2014 à 22:29:58

Un gars m'a dit qu'il lui trouvait des airs de Anne Roumanoff ...

Commentaire de st ar posté le 08-12-2014 à 22:29:53

Énorme Etienne, faire ce chrono sur cette course, c'est très fort! un grand bravo...j'imagine la pression que tu as dû ressentir lorsqu'on t'as dit que tu étais 3è...:-)

Commentaire de ejouvin posté le 08-12-2014 à 22:31:35

Bah en fait, à la régulière ce n'est tellement pas ma place... Donc pas de pression.
J'imaginais juste les conneries que l'on pourrait dire la dessus, la surprise de ceux qui arrivent et qui découvre que sur un mal entendu je monte sur la boîte.

Bon, j'ai vite été remis sur terre quand même.

Commentaire de Overnight posté le 08-12-2014 à 22:32:34

Eh bah! Ça rigole pas :). Felicitations pour l Origole pour cette annee monstrueuse ;)!

Commentaire de ejouvin posté le 08-12-2014 à 22:38:04

Et bah si ça rigole, en tout cas moi je rigole.
Merci, maintenant place à la fin d'année, la biture est programmée...

Commentaire de xsbgv posté le 08-12-2014 à 22:33:29

Excellent... Donne presque envie...
Enfin c'est dans un an maintenant... on verra au pied du mur.

ps et les 06 alors?...

Commentaire de ejouvin posté le 08-12-2014 à 22:38:50

Attention, elle est vraiment difficile cette course, et ce sera pour dans deux ans.

Les 06, je n'essaye même plus, place à l'action.

Commentaire de Raphynisher posté le 08-12-2014 à 23:31:09

Bravo Etienne, quel recit et surtout quel temps en + 7eme c est une place porte bonheur pour faire je te souhaite un vrai podium sur ton prochain trail ou trouver une belle trailleuse qui a de l humour et de l allure !...
Tu me fais bien marrer avec ta concentration inebranlable d avant course et surtout ta prepa de moine pour regenerer et faire du jus.
C est peut etre ca ton rituel gagnant - je suis rassure de voir que la B3 a ete incroyablemnt lente limite motion capture avec des kilos de plusieurs kilos ... (en duree)

Commentaire de ejouvin posté le 09-12-2014 à 07:01:06

Faire podium, mouai enfin ce n'est pas l'objectif non plus. Comme je dis toujours, l'important est de passer du bon temps.

A la fin de l'Origole, elles n'avaient plus trop d'allure les traileuse... elles étaient toute crotées.

Je te confirme, la B3 était super lente.

Commentaire de Raphynisher posté le 09-12-2014 à 08:33:09

Si on peut passer du bon temps et faire un podium sur un malentendu ou en remontant sur le top 5 bienentendu - c'est prendre du plaisir - Ca m'est arrivé qu'on me dise que j'étais n°4 sur une course et je me suis aussi fait un film ... du coup je me depasse - j'arrive à doubler 2 gars et je ne verrai plus personne (Mais ou est le premier ?) en fait je finis 13eme l'ecart avec le peloton de tête était énorme !!

Commentaire de bubulle posté le 09-12-2014 à 07:36:24

Un CR très Etiennesque pour conclure cette année (enfin, conclure, je m'entends, hein). En passant, je confirme aussi que les feuilles mortes humides, ça refroidit effectivement bien (ma contribution personnelle au rééquilibrage azoté de la forêt de Rambouillet se situant par contre plutôt sur la B2, je dois pouvoir donner les coordonnées GPS à qui voudrait vérifier). En plus, ça n'est pas très solide et on en retrouve plein de petits bouts par la suite à la douche. Va falloir trouver mieux.

Sinon, j'adore la description du bordel géant de la boucle 3, c'est vrai que ça devait être totalement surréaliste de croiser les autres....

Commentaire de ejouvin posté le 09-12-2014 à 09:27:40

Ah mais j'étais à deux doigts de conclure, mais madame voulait un whisky d'abord.

La B3, un gros bordel improvisé. Terrain tout pourri et des gars dans tous les sens. Sans GPS, j'étais totalement perdu. On s'encourageait un peu, mais les croisements étaient furtifs. Y a même un gars qui m'a tapé sur l'épaule.

Commentaire de Jean-Phi posté le 09-12-2014 à 09:04:57

Ah j'adore ! Excellent comme tous tes CR. Prépa à l'arrache (comprendre à la Etienne) et le résultat que l'on connait tous maintenant. C'est juste énorme.
j'hallucine sur la réponse "t'inquiète tu es dans le bon sens". Finalement c'est dujardiange made in LPF sauf que ça se termine mieux ici. Bonne récup et à très bientôt pour de nouvelles aventures, Riri et Fifi attendent Loulou sur Lyon. Quoiqu'il faudrait que je branche le lapin sur l'ecotrail, sûr que ça lui plairiat ! ;-)

Commentaire de ejouvin posté le 09-12-2014 à 09:29:58

Bah j'ai oublié un détail sur mon arrivée. Finalement elle était presque "parfaite". Sauf qu'une fois prêt à en découdre, je ne trouve pas mon porte gourde... Il a fallu retourner à la voiture. Au moins cela m'a fait un mini échuaffement.

Et oui, le gars qui me dit que je suis dans le bon sens, alors que je lui demande pourquoi il fait demi tour ;) Etonnant et pas compréhensible sur l'instant. Finalement, ils n'ont pas jardiné, juste remonté le courant tels des saumons.

Loulou devrait venir sur Lyon pour tourner en rond.

Commentaire de ejouvin posté le 09-12-2014 à 09:50:51

Bon après, il ne faut pas croire que tout est fait à l'arrache quand même. Y a un peu de contrainte à l'entraînement aussi. Tout ne tombe pas du ciel, enfin pour moi.

Commentaire de trailaulongcours posté le 09-12-2014 à 09:37:20

Ah ben j'ai bien rigolé en lisant ton CR. Je devais bosser, ben j'ai rigolé! Bravo pour ton chrono. Ca me fait halluciner.

Commentaire de ejouvin posté le 09-12-2014 à 09:46:24

Merci.

Moi ce qui m'a fait halluciner, ce sont toutes ces rubalises... J'ai longtemps cru qu'il y avait quelqu'un derrière moi, pensant voir sa frontale. Comme j'entendais des bruits de pas et de souffle, j'étais persuadé d'être pris en chasse. Et pourtant, pas grand monde.

Bon, si tu as rigolé, c'est le principal.

Commentaire de Bert' posté le 09-12-2014 à 10:31:27

Bravo Etienne ! Déjà pour ta super course, mais presque d'abord pour ton récit vraiment très drôle, tout en donnant une bonne idée de la difficulté :-)

Commentaire de ejouvin posté le 09-12-2014 à 10:47:53

Tant mieux si cela donne une bonne idée de la boucherie de la B3.
J'ai lu pas mal de commentaires disant qu'elle était facile, surement par rapport aux précédentes éditions.

Mais il ne faut pas rêver et si jamais quelqu'un lit le CR pour se préparer dans 2 ans... il faut bien se préparer et avoir un bon mental. A ne surtout pas prendre à la légère et partir hyper tranquille sur les B1 - B2. Et quand je dis hyper tranquille, faut pas avoir peur de se faire limiter chier (bon moi ce n'était pas limite, j'y suis allé)

Commentaire de Arclusaz posté le 09-12-2014 à 11:05:40

c'était pas la "cité de la peur" mais une forêt propice aux rencontres rares mais de qualité : en tout cas, ton amie belge a de l'humour (c'est marrant comme les trucs graveleux passent bien avec toi !).

Et effectivement, faut pas oublier que derrière ces perfs il y a du travail : j'espère venir te voir tourner à Lyon....

Commentaire de ejouvin posté le 09-12-2014 à 11:11:16

Bah je commence à me poser des questions. Plus c'est graveleux, mieux cela passe...
Jusqu'au jour où je vais me prendre une grosse claque. Après, il faut savoir à qui on a à faire aussi hein.
Et puis ça va, nous n'avons pas été trop bavard pendant ces kilos partagés, trop concentrés à ne pas tomber.

Oui oui, il y a du travail qu'on se le dise. Parce que sortir pour 1h30 de montées / descentes, à 20h dans le froid... je ne l'aurai jamais fais si il n'y avait pas une course au bout.

J'espère pouvoir venir tourner en rond à Lyon aussi. Trop de gens à revoir.

Commentaire de trailaulongcours posté le 09-12-2014 à 11:21:36

Sur l'aller de la B3 j'avais l'impression qu'il y avait effectivement quelqu'un derrière moi. C'était la lune. J'ai fait de longues sections seul donc accompagné par cette lune magnifique. Je me suis même arrêté à plusieurs reprises pour la regarder derrière les arbres. Vraiment magique.

Commentaire de Jam posté le 09-12-2014 à 14:10:11

J'adore ta façon de faire du jus...si j'en faisais que la moitié je prendrai même pas le départ. Alors faire 7, je te tire mon chapeau.
J'étais un peu devant trailaulongcours (ça n'a pas duré) sur la b3 quand nous avons croisé les "premiers". Comme je venais de jardiner au niveau du passage des bougies, j'ai cru que je m'étais trompé. Pendant quelques minutes j'ai cru que j'étais complètement largué. Un moment un peu surnaturel jusqu'à ce qu'un des 3 me dise exactement la même chose qu'à toi (il a du être fatigué à la fin à force de répéter 157 fois la même chose :) )
En tout cas ton CR m'a bien fait rire aussi, un peu fou fou, mais rien ne manque.
Félicitation.

Commentaire de ejouvin posté le 09-12-2014 à 14:17:12

Pas certain que ma façon de faire du jus soit la meilleure hein. Mais pas de prise de tête, ce n'est qu'un loisir et je ne vais pas tout cambouler pour une "ballade" nocturne.
Par contre attention, je sais aussi me restreindre si je le veux. N'aller pas croire que je fais tout à l'arrache quand même.

Et oui, un peu fou fou, car c'est cette folie qui est bonne à vivre et apporte un peu de joie dans la vie ;)

Merci, mais tout le monde mérite les félicitations. Ceux qui partent, qui s'arrêtent, qui termine, qui pleurent, qui rigolent ...

Commentaire de Mamanpat posté le 09-12-2014 à 16:07:21

Attention, Etienne passe à l'action ! Grrr, sauvage ! (faites attention les filles que ce soit avant l'arrêt feuilles mortes sinon les mains ne sont pas prrpres !)

http://media.melty.fr/orangina-le-medley-des-pubs-trop-funs-image-401374-article-ajust_930.jpg

Allez, au repos chouchou ! 15 jours pour devenir mou du zouzou et oublier toute cette boue et après, 2015 te revoilou !

Commentaire de ejouvin posté le 09-12-2014 à 16:17:14

Bah vu l'arrêt feuilles mortes assez précoce... on peut imaginer que les mains n'étaient pas propres ;)

Mou du zouzou, qu'est ce que tu entends par là ?
Oui là, repos. Enfin coupure parce que les soirées et les bitures ce ne sont pas forcément des sources de repos.

2015, je vais enfin pouvoir y penser sérieusement. Affaire à suivre.

Commentaire de Bikoon posté le 10-12-2014 à 10:23:20

I love your style Etienne !
Y'a intérêt qu'il y a de l'entraînement derrière ! manquerait plus que ça... mais j'adore ta décontraction.
ça devient vraiment très compliqué de rester devant toi, et je sais que ça ne va plus durer très longtemps, alors je profite :o)
Ta "moule" (très curieux d'écrire ça) a sacrément bien tourné, joli binôme que vous avez formé !
Très bons jus de fin d'année ! :o)

Commentaire de ejouvin posté le 10-12-2014 à 10:37:37

Pas si compliqué que cela. Tu es parti largement devant et après tu gère, alors que moi je "galère" et me fracasse les jambes pour reprendre quelques minutes.

Je dois avouer que de dire la "moule" est assez perturbant à écrire. Mais fallait bien dire une grosse connerie. En terminant, je savais juste qu'elle était première féminine, mais c'est plus tard que j'ai compris sa position scratch.

Bonne fin d'année à toi aussi

Commentaire de gillou78 posté le 10-12-2014 à 11:41:03

en fait le coup de la drague, c'est une vraie stratégie pour oublier le cardio qui s'affole ou les cuisses qui coincent, non ?

Commentaire de ejouvin posté le 10-12-2014 à 11:43:10

C'est pour passer le temps ;)

Commentaire de caro.s91 posté le 10-12-2014 à 17:34:57

En plus de la perf, beaucoup d'humour dans ton récit.
Mais franchement je ne vois pas où on pouvait se perdre !!!

Ah oui, ton trophée, je te le donne quand ?

Caro

Commentaire de ejouvin posté le 10-12-2014 à 17:43:58

Oui, il était difficile de se perdre. Bon même si j'ai tiré une ou deux fois tout droit.

Quand je me suis fait attrapé par la voiture, la balise indiquant clairement qu'il fallait tourner à gauche était par terre. Donc je ne l'ai absolument pas vu. Une fois remise en place, c'est évident que l'on ne pouvait pas rater le virage à gauche, sinon on se prenait la rubalise dans le ventre. Mais en regardant la trace, on voit que j'aurai mis beaucoup de temps sans voir de rubalise...

Pour le trophée, nous trouverons bien un moment.

Commentaire de ejouvin posté le 10-12-2014 à 17:55:44

Difficile, mais il y a eu quand même eu des soucis. Et tout dépendait du moment où l'on passait aussi. Bref, ne voyez pas en ma réponse une attaque vis à vis de ceux qui ont fait des bornes en plus, je les plains sincèrement.
Une erreur d'inattention est si vite arrivée.

Commentaire de Sabzaina posté le 10-12-2014 à 19:38:43

Moi aussi je me suis perdue. J'ai dit maintes fois que ce n'était pas la faute du balisage mais je comprends tout à fait que ça puisse arriver. Tout le monde n'est pas aussi lucide/alerte que toi, Caro...

Commentaire de celestcyr posté le 11-12-2014 à 22:04:14

toujours aussi colorés tes CR...mais tu aurai du déguster cette jolie moule ;) car la sirène s'est visiblement embourbée...et débinée :/
Tu es devenu un gladiateur du trail...l'origole c'est pas donné à tout le monde de la boucler...en presque bon état!!! Franchement chapeau bas le sieur Etienne et Bonne récup...et vive les soirées post course pour se requinquer!!!!

Commentaire de ejouvin posté le 11-12-2014 à 22:13:31

Colorés, je ne sais pas...
Arg, une sirène dans la boue, qu'est ce qu'il y a bien pu se passer ????

Non non pas gladiateur, et presque en bon état faut pas déconner. Ca se voit que tu n'étais pas à l'arrivée ;)

Vivement jeudi prochain pour la biture.

Commentaire de Japhy posté le 12-12-2014 à 07:22:52

Quelle année Etienne...tu es quand même sacrément costaud. J'ai pensé à vous samedi soir, je n'étais pas si loin pour une fois, et j'ai bien réalisé ce qui vous attendait. Chapeau à vous tous.

Commentaire de ejouvin posté le 12-12-2014 à 09:03:56

Quelle année ? Bah 2014 voyons.
Costaud ? Pfff, pourtant j'essaye de faire attention à ne pas prendre de poids.

Comme tu dis, chapeau à tout le monde.

Au plaisir de te revoir. Pour cela, il va falloir descendre dans le Sud (oui ok, descendre dans le Nord cela ne se dit pas)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran