Récit de la course : Marathon du Mont-Blanc 2011, par BOUK honte-du-sport

L'auteur : BOUK honte-du-sport

La course : Marathon du Mont-Blanc

Date : 26/6/2011

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 1843 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

21 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Finisher !

Finisher !

 

Finisher !!

 

Finisher !!!

 

 

LE mot magique. Le mot qui me ravirait si je parvenais à l'arrivée de ce MMB...

 

Flashback : En décembre,le GLAB (Le Goeland-FRANCK, le Lama-NORMAN, l'Albatross-BORIS et le Bouc, votre serviteur) décident dans un élan de fraternité de se mesurer à cette épreuve.

 

Sur le papier ça fout la trouille : 42.195 kms et 2500 de D+, c'est plus que ma course la plus dure à ce jour, le Grand Duc Relais Duo 1 effectué l'an passé. Qui plus est, je sais pertinemment que je ne pourrai préparer cette épreuve comme il se doit du fait d'obligations autres..

 

 

 

 

 

Cette préparation s'avère d'ailleurs encore plus catastrophique que dans le pire des scénarios... Depuis le triathlon d'Echirolles en mai dernier j'ai du courir 2 ou 3 fois... Et je suis en surcharge pondérale chronique... On va tâcher de gérer tout ça au mieux...

 

Nous voici à 7h au départ, plein centre de Chamonix. L'arrivée à Planpraz est au-dessus de notre tête. Mais il va falloir remonter la vallée durant 20 kilomètres... Et revenir...

 

J'ai quand même regardé un peu plus en détail que d'habitude le tracé. La montée vers la Flégère et Planpraz après 30 kms de course me paralyse. Je ne veux pas défaillir à la fin. Et cette peur guide ma stratégie, à savoir courir pépère jusqu'à Vallorcines, soit 18 kms prout-prout, monter à l'Aiguille des Posettes en mode rando, NE PAS faire la descente à fond, et arriver pas trop usé au km 31 pour les 1200m restants à gravir.

 

Histoire de me conforter j'ai même utilisé l'utilitaire softrun en tablant sur 7h30. Comme ça j'ai les temps intermédiaires pour savoir où j'en suis.

 

Le départ est donné, je suis bien entendu placé à la fin du peloton, démarrage à 10-11 km/h mais tout le monde me dépose. Pas grave, je suis dans ma course, la route est encore plus que longue....

 

On sort de Chamonix, toujours ma petite allure, ça commence à prendre forme, le cadre est chouette, la traversée du Lavancher agréable, traversée d'Argentière, km10.3 en 1h28, ouille, je n'ai que 4 minutes d'avance sur mon chrono ! Mais 10 kilomètres de pris !

 

 

C'est reparti par une petite montée, puis on passe une première fois par Tré le Champ, s'ensuit la montée au Col des Montets et une longue et très agréable descente jusqu'à Vallorcines. Nous sommes au kil 18.5, 2h31, je n'ai que 10 minutes d'avance sur l'horaire... Je commence à me faire à l'idée que je vais REELLEMENT mettre 7h30.

 

L'avantage d'être dans les derniers, c'est qu'il y a toutes les nanas ! Mais l'inconvénient c'est qu'il y a aussi les piplettes qui ne peuvent s'empêcher de tout commenter ! Et aussi l'inconvénient d'être servi en toute fin de ravitaillement, quand il ne reste plus de coca ou barre énergétique..!

 

 

 

Et c'est parti pour l'ascension de l'Auiguille des Posettes ! OUCH ! C'est la fourmilière, tout le monde se suit, dré dans le pentu ! Une longue procession... Après 250m de D+, une nana se met sur le côté "j'ai des crampes aidez-moi", 3 personnes passent sans s'arrêter (??), tout de suite je lui prend le pied et tire au plus pour que ça passe... "Désolé pour votre chrono" me fait-elle, sauf que je ne suis pas là pour ça hé hé !

 

Enfin cet épisode révèle un peu la mentalité de cette course, que j'ai trouvée proche de celle du triathlon. Le nombre de personne que j'ai laissé passer en single-track avec un merci tous les quatre traileurs... le non-coucou aux bénévoles sans qui nous ne pourrions courir... Les coups de bâtons... C'est dommage mais c'est comme ça.

 

Entendu aussi dans la montée "d'habitude cette côte on la descends" "ah bon ?" "ben oui, pendant l'utmb" ! Marrant de voir également les restaurateurs, barmans ou même hotelliers qui sont à peine au courant du Marathon !

 

La montée en forêt se termine, nous voici à grimper une piste de ski. J'ai presque les jambes pour relancer mais je me l'in-ter-dis. On arrive au Col des Posettes, un des meilleurs moments de la course, avec ce chanteur dans ce camion ! YES BOY ! On est à 2000m, l'aiguille n'est plus très loin avec peu de dénivelée à gravir. Par contre, malgré une montée que j'estime "pas dégueulasse", je me retrouve avec un retard de 6 minutes, soit un global de 16 minutes pleines perdues rien que dans cette ascension. Bon...

 

On passe l'Aiguille, un panorama à couper le souffle, on entame la descente en embêtant les gentils randonneurs qui nous laissent passer avec le sourire ET un mot d'encouragement. J'en profite pour gagner du terrain, non par la vitesse mais par la technique car beaucoup sont excessivement prudent ! Ca descend, ca descend, mais je trouve qu'on ne dénivelle rien ! D'autant plus avec ce sentier en single-track certes fort agréable, mais effectué en procession ! 

 

On arrive au Tour, je n'ai quasiment plus d'eau mais il n'y a que des secours ici, le ravitaillement est à 2 kms, ça devrait le faire.

 

Et nous revoici au Tré le Champs avec plus de public qu'à l'aller ! 31 kms, 5h20 de course, et voilà j'ai dépassé mon record d'effort ! Je me blinde de coca et de boisson énergisante, mange un peu de banane, je suis ultra-optimiste. Je sens certes mes jambes fatiguées mais ça sent très, très bon.

 

L'entame de l'ascension vers la Flégère confirme cette bonne impression. Je grimpe, je grimpe, par contre l'altimètre décolle vraiment timidement... Jusqu'à ce que la pente se corse... Et là tous les 25 mètres, dès qu'il y a de l'ombre se terrent des coureurs se reposant. Ca devient dur pour tous les organismes...

 

D'autant qu'on ne voit rien ! On entend les tambours au loin, ce qui me fait croire qu'on approche, mais c'est qu'ils ont de la portée les tambours ! Coup de téléphone de Norman "c'est bon tu vas y arriver, après la Flégère c'est plat puis un dernier mur". Effectivement ça devrait passer.

 

Et voici à aprésent une remontée de piste de ski... Que c'est ATROCE de voir si loin ! Allez on s'accroche, on est en plein cagnard... Un dernier effort et nous voici à la Flégère, km 37, 6h50 de course.

 

 

 

Et ON VOIT AU LOIN l'arrivée !! Le vallon à franchir ! Je me dis qu'il reste 40 min de course, allez. Et dans toute cette partie plate beaucoup ont de la ressource et court... vite ! Je cours moi aussi mais à faible allure. C'est long, c'est long...

 

Enfin on s'approche et l'arrivée s'offre à nous. Une piste de 4x4 ultra pentue, notre Alpe d'Huez du jour, allez... Je me fais encore pas mal dépasser, la sono est à fond dans les encouragements pour les coureurs qui en terminent en moins de 8h, allez, j'avais 2 minutes de rab' en passant la ligne de départ, allez... DERNIERE CÔTE, que c'est dur, et j'en termine enfin, r a v i, en 7 heures 59 minutes 34 secondes.

 

 

 

Oui

Oui

Oui

 

Encore un marathon à mon actif

Et pas n'importe lequel.

Pas de crampes, pas de fringales, pas d'hypo, juste la douleur dans les cuisses et jambes confirmant une préparation sommaire. Mais mince, j'ai réussi à rallier cette arrivée que j'ai redoutée d'affronter durant toute la course !

 

Après analyse des temps, je suis clairement parti "pépère", arrivant à Vallorcines en 1700ème position ! Mais c'est une gestion de course que j'assume, il faut croire que ça m'a laissé les forces pour en terminer ! 

 

L'organisation : impeccable

Les bénévoles : impeccables

Le parcours : impeccable mais difficile ! Surtout de faire 31 kms en 5h20, et les 10 derniers en 2h40 !

Softrun : Super fiable !

 


 

 

Je redescend rapidement rejoindre mes comparses, le temps de regarder de l'oeuf le parcours du kilomètre vertical, bordel quelle pente !

 

Pour les statistiques :

 

capture1.jpgcapture2.jpg

 

 

 

 

21 commentaires

Commentaire de Jean-Phi posté le 27-06-2011 à 14:48:00

Pour une 1ère, c'est superbe ! Bravo à toi, tu as bien assuré et en plus tu as rendu service à une demoiselle ! Un vrai gentleman !
Bonne récup ;)

Commentaire de fk_isere posté le 27-06-2011 à 15:50:00

Vu nos gueules quand on a garé la caisse, on en menait pas large sauf Norman qui s'était entrainé assidument sur cette distance. Sans entrainement depuis un bail, tu es finisher. B R A V O mon B O U C!
Me concernant, mes asics attack ont lâché au talon, d'après une recherche sur le net, je ne suis pas le premier. Norman m'a engueulé car je n'ai pas trop de ravito solide et donc j'ai tenu 31 km après j'ai explosé. Ce n'est pas un échec juste une expérience! A méditer

Commentaire de lapinouack posté le 27-06-2011 à 17:20:00

super , bravo :-)

Commentaire de nico2938 posté le 27-06-2011 à 18:11:00

Merci pour le récit!
J'admire ce genre de performance car il faut être un peu timbré pour s'engager sur cette course en ayant quasiment pas couru depuis 1 mois. LOL! D'autant plus, vu l'état dans lequel, j'ai terminé en m'entrainant beaucoup!
Softrun est super fiable, en effet!

Norman m'a bluffé, il a fait une très belle performance!

Commentaire de chanthy posté le 27-06-2011 à 18:28:00

bravo Norman
dommage qu'on ne s'était pas vu.
félicitations pour ta gestion de course et ton temps.
bonne récup et au plaisir.

Commentaire de chanthy posté le 27-06-2011 à 18:30:00

bravo ( tout court ) :)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 27-06-2011 à 18:55:00

Moi c'est Julien, Norman c'est le Lama du Grésivaudan !

Commentaire de the dude posté le 27-06-2011 à 20:40:00

YES! You did it!!!
Excellent mec, avec prépa minimaliste mais la grande sagesse du Bouc dans la gestion, c'est passé sans trop de grosses souffrances apparemment.
Et bien sûr le Bouc ne serait pas le Bouc s'il ne volait au secours de la gente au péril de son propre chrono :0)

Commentaire de the dude posté le 27-06-2011 à 20:42:00

Bien sûr il fallait lire :
"Et bien sûr le Bouc ne serait pas le Bouc s'il ne volait au secours de la gente FEMININE au péril de son propre chrono :0)"

Commentaire de foxtrot posté le 27-06-2011 à 22:21:00

Bravo a toi
Bon ben ça y est,tu commence a faire du "long"
les suivants seront plus faciles, a moins que tu prefere rester derriere pour porter secours aux coureuses!!

Commentaire de l ignoble posté le 28-06-2011 à 07:58:00

pour votre info, le bouc a dormi de 1h du matin a 12 h la nuit de vendredi a samedi,alors que dans le même temps le lama tourné a la vodka orange........à méditer..........

Commentaire de Arclusaz posté le 28-06-2011 à 11:13:00

Bravo !
bonne gestion de course.
J'étais devant toi tout le début du parcours, tu m'as doublé dans la montée de la Flégère pour finalement me prendre plus d'un quart d'heure : ton timing de course était donc parfaitement adapté.

C'est vrai que je n'ai pas senti l'ambiance habituelle des trails : ça parlait moins, chacun était dans sa bulle. Je crois que, dans cette partie du peloton, beaucoup de monde (dont moi !) avait peur et se préservait au maximum.

Pas vu la coureuse avec des crampes, pourtant elle ne devait pas être loin de moi.

Bonne récup.

Commentaire de joetheone posté le 28-06-2011 à 14:16:00

Merci pour ce récit et bravo pour ta gestion de course.
J'avais couru avec toi le trail du Pic Saint Michel l'an passé et tu as dû te rendre compte aussi que ce marathon double la mise ;)

Commentaire de KB77 posté le 29-06-2011 à 07:29:00

Belle gestion, c est le trait commun entre bon nombre de coureurs qui veulent terminer. Ton récit m a fait revivre des situations identiques vécues sur le cross, c est ca le spirit. Le Bouc est un Sage....

Commentaire de Natou posté le 29-06-2011 à 15:51:00

Merci pour ce recit !! Cela m'a fait revivre de bons souvenirs !! Bravo à toi !

Commentaire de raspoutine 05 posté le 29-06-2011 à 18:40:00

Ca devait bien cuire ce WE dans la seconde montée ! Félicitations pour ton parcours, c'est une course à faire et refaire qui annonce les vacances ! Et en plus, pas traumatisante car on a pensé à nos vieux os en nous offrant le téléphérique pour redescendre ! Mais tu as raison, une super organisation.
... Bref, tu m'as donné envie d'y retourner.
Encore bravo !
Raspa

Commentaire de Babydoll posté le 29-06-2011 à 22:06:00

Bravo mon Chouchou,
On savait que tu serais Finisher, tu es bien courageux, et surtout tu es le meilleur, Le lama et les autres n'ont qu'a bien se tenir !

Mouak

Commentaire de Jay posté le 30-06-2011 à 12:47:00

belle course et sympathique récit,
bonne récupération,
Jay

Commentaire de l ignoble posté le 30-06-2011 à 14:54:00

bravo pour votre courage,et merci pour votre récit...c'est marrant le nom de vos amis...l'essentiel est de participer

Commentaire de Wilou posté le 30-06-2011 à 19:17:00

Bravo mon p'tit bouc.
Dré dans le pentu! quand je lis ça je me dis que tu vas y venir plus vite que tu le dis dans le très long, le très très long! Je t'attends en Mai 2012 à Feucherolles: j'offre le gîte et le couvert.

Commentaire de le_kéké posté le 01-07-2011 à 10:13:00

Bravo mon bouketin, tu commences à devenir un vieux crouton à faire des truc de plus en plus long (et de plus en plus lentement !!!)
Tu es sur la route de la sagesse (ou de la décrépitude ??)
Une mentalité proche du triathlon, il y a une sale mentalité dans le triathlon ??? tu me l'apprends et j'en suis for surpris (et déçu).
Et oui de toutes les façons le trail va dans la même direction que le triathlon, tenus ridicules, mentalité pourri, mais le kéké et le bouk essaient de maintenir un contre feu mais j'ai peur que les teams-boosters aient gagné, tant pis, même plus de médaille à la MD3C, c'est foutu.
Grand duc en solo l'année prochaine ??

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran