Récit de la course : Marathon de Reims 2009, par Pat'jambes

L'auteur : Pat'jambes

La course : Marathon de Reims

Date : 18/10/2009

Lieu : Reims (Marne)

Affichage : 1608 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

18 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pat'jambes au Reims à toute jambes (RATJ) qui a couru... droit au mur!

Préambule

 

On va pas tourner autour du pot: j'étais venu faire moins de 3h à Reims à toutes jambes (RATJ) et j'ai foiré!

Ce récit ne vous comptera donc pas, comme je l'espérais, la belle histoire d'un marathonien comblé le jour de son anniversaire...

Non... Je m'en vais vous raconter comment Pat, à toute jambes, a fait l'expérience du fameux mur du marathon... 

 

 

Pourquoi un marathon, pourquoi 3h?

 

On a tous des trucs qu'on a envie d'accomplir dans la vie, de faire pour pouvoir (se) dire: je l'ai fait.

Pour ce qui est de courir un marathon, la case était déjà cochée depuis 2004 (Lyon) en 3h30'15".

 

Début 2008, l'envie de revenir sur marathon revient. Je me suis donc dis (à l'époque): allez, soyons fou, 3 ans pour 3h! 

 

Le plan triennal était donc posé: travailler la vitesse en 2008 (10km/cross), remonter sur semi fin 2008 puis tenter un marathon par an pendant 3 ans (2009, 2010 et 2011)

 

Au départ, il n'était pas question de tenter les 3h de suite. 

Le premier devant servir à me situer par rapport au 3h, s'approcher le plus possible en assurant moins de 3h10...

 

Mais voilà... Les courses s'enchaînent, on progresse, les voyants passent au vert, on prend confiance... peu à peu l'objectif s'est transformé en "3h le jour de mon anniversaire"... 

 

Stratégie et plan d'entraînement

Ma stratégie était la suivante:

- 3h c'est 4'16" au kilomètre

- Courir comme un métronome

- Prendre une marge pour les ravitaillements (disons 30" par ravitaillement)

 

Conclusion: courir en 4'10" au kilomètre

 

Sur cette base je construit un plan d'entraînement en partant d'exemples fournis par Vivalp! et perdro38.

 

L'entraînement commence après un hiver orienté vitesse (cross, 10km de Villeurbanne), un printemps plutôt courses natures/ trail (Sacré Trail des collines, Montées des trois communes, Montée de St Niziers, Gendarmes et Voleurs, France de Montagne à Luchon, une traversée du Vercors) et 15j de repos début juillet.

 

En gros l'idée était de conserver la vitesse acquise, revenir sur du plat, travailler la VMA longue, bosser le "courir vite longtemps".

Donc un plan assez classique mixant du fractionné (alternant court/long), de l'endurance, du seuil, des sorties longues, etc... et tout ça bien entendu avec une montée en charge progressive et en introduisant peu à peu des séances spécifiques à l'allure marathon.

 

3 mois de préparation avec jyb (ne le cherchez pas... il ne "kikoute" pas même si son surnom ferait un parfait pseudo) qui vise moins de 3h20.

 

Résultat? Le MUR...

 

Allons droit à la fin de l'histoire: 3h02'35" (chrono officiel de 3h02'49") et un graphique bien parlant

 

Cette petite courbe montre à chaque kilomètre le temps que j'aurai réalisé à l'arrivée si j'avais couru les kilomètres restants à l'allure des kilomètres déjà courus... 

 

Je pars avec objectif de faire moins de 3h comme un prétentieux je cours les 10 premiers kilomètres sur une base de 2h56 et les 20 suivants sur une base de 2h57!!! 

 

Et puis, qu'il est beau se mur qui se construit moellon après moellon à partir du 31ème et comme il se dresse, infranchissable après le 39ème... un cas d'école...

 

Et dire que:

- Je connais par coeur la maxime "les secondes gagnées au départ sont des minutes perdues à l'arrivée"!

- Le 5 octobre, après la montée de la Bastille je postais sur le forum de CMI "je ne me tromperai pas d'objectif: c'est moins de 3h que je vise, que se soit fait en 2h54', 57' ou 59'33" revient au même... Je ne veux pas louper le "moins de 3h" pour avoir tenté un moins de 2h55. Prudence est mère de mes principes"

 

... Et pendant ce temps là, tranquillement je continuais mes séances spécifiques à 4'10 voire moins!!!

Grand couillon va! Peau de sauc' devant les yeux! 

 

En fait sans me l'avouer je me voyais déjà bien en dessous de 3h... A vouloir le beurre et l'argent du beurre... 

 

Parlons un peu de l'organisation

 

D'abord l'organisation de l'événement: irréprochable, hallucinant d'efficacité et de professionnalisme.

 

C'est frappant de voir à quelle point la ville fait du RATJ un événement: 

- plus de 10000 coureurs sur toutes les courses (10km, semi, marathon, challenge écoles) qui se croisent dans les tous les sens sans se percuter

- Une logistique sans faille (retrait des dossard, ravitaillements, meneuses d'allures, salles pour s'étirer et se doucher à l'arrivée, vidéo et photo de l'arrivée par numéro de dossard, diplôme, etc.)

- Une très bonne ambiance sur le parcours

Sans compter que dans cette foultitude de coureur, nous étions que 1500 ou 1600 marathoniens, donc on profite de l'ambiance sans se bousculer au départ sur le parcours.

 

Bref, un grand merci et bravo à l'organisation: 

 

L'avant course

 

Jyb, mon épouse (venue courir le 10km et prendre les photos) et moi arrivons le samedi vers 16h à Reims... 7h de route pour courir 42km... Pas toujours développement durable la course à pied... 

Récupération des dossards au parc exposition où nous ne nous attardons pas pour préférer un ballade dans Reims pour se dégourdir les jambes.

Le spectacle des vitraux de la cathédrale fin d'après midi vaux le détour! 

 

Nous repérons le départ du marathon, discussion l'organisation du lendemain devant un menu (pâtes) "spécial marathonien". 

 

Le dimanche matin, réveil à 6h, petit déj' à 6h30. Encouragement pour le départ de mon épouse (qui rejoint le parc des expositions pour le 10km). Rendez vous est pris pour les encouragements et les photos.

Retour à la chambre pour se détendre, finaliser la tenue, noter les temps de passage sur l'avant bras, se badigeonner d'anti frottement sur les  pieds, poser les sparadra, se vidanger (plutôt 2 fois qu'une), etc...

 

A 9h15, départ pour la cathédrale. Il fait beau , froid mais pas glacial. Parfait. 

 

On retrouve de yves_cool_runner. On pose nos sacs, enfilons nos beaux sacs poubelle et nous échauffons à trois au soleil.

Vers 10h15 nous nous positionnons au départ: jyb (qui vise moins de 3h20) et yves_cool_runner (moins de 3h10) se postent sous les ballons symbolisant le sas des 3h15, je me place sous celui des 3h. On se souhaite bonne chance.

 

 

"Ne partez pas trop vite, le premier semi en footing, ensuite allez jusqu'au trentième, puis il ne reste plus que 10km" nous conseille le speaker... J'écoute d'une oreille distraite... 

 

3 mn avant le bang, je jette mon sac poubelle sur le côté.

Un dernier regard et clin d'oeil à Jyb et yves_cool_runner.

 

La course

 

La meneuse d'allure par devant moi, tout de suite, je suis gêné par le groupe de coureurs qui s'agglutine autour du ballon...

J'aime pas être gêné... Alors que m'agite un peu pour me dégager m'attirant une remarque d'un coureur un peu excédé du type "c'est pas la peine de s'exciter sur un départ de marathon"... Je fais profil bas car il a pas tord... 

...N'empêche... j'aime pas être gêné... donc... je continue.

D'autant plus qu'après 500m on croise la foule du semi marathon qui vient en sens inverse... Ce qui génère un peu de frottement à la limite matérialisée par des plots 

 

Le parcours suit la rivière puis prend un pont qui passe au dessus du flot de coureurs du semi et de la rivière. Spectacle assez étonnant rappelant une bretelle autoroutière... mais véhiculant un flux... de joggueurs! 

Puis on bifurque sur la gauche au 2ème kilomètre pour filer vers une zone industrielle.

Je parviens enfin à me positionner devant le ballon et prendre mon rythme. Je m'y sens bien. A l'aise. 

 

On engage la discussion avec deux trois coureurs sur l'allure un peu rapide du ballon 3h, puis sur nos objectifs respectifs.

Tiens! Un kikou: Papy qui m'explique qu'il vient courir le premier semi au rythme du 3h, puis qu'il lèvera le pied ensuite.

 

Les 13 premiers kilomètres ont lieu sur une zone industrielle ni laide ni belle.

Régulièrement, des groupes d'enfants alignés l'un derrière l'autre tendent la main pour qu'on "tope-là". Ambiance sympa.

 

Une moto suivant la course prend des images... et enfume un peu les coureurs ... Je la boucle car ils semblent faire un reportage sur un vaillant V3 qui semble bien en forme. Respect.

 

Mon temps au kilomètre est très régulier depuis le début: 412", 4'12", 4'07", 4'12", 4'08", 4'21 (ravitaillement), 4'06", 4'07", 4'12", 4'05"; 4'23" (ravitaillement), 4'07", 4'11"...

Tout va bien, le ballon est derrière. Je ne cherche pas à savoir où il est. Je fais ma course, surveille mes temps et ne veut pas entendre parler de ballon... Je ferai (du moins c'est ce que je crois...) les 3h comme un grand, on ne m'assistera pas

 

Entre le 13ème et le 15ème je donne les temps de passage à un coureur au maillot bleu qui a un chrono un peu sommaire...

 

Au 15ème clic-clac photo... tout va bien

Jyb passe un peu plus tard (avec ma casquette de kikou)

 

A chaque ravitaillement, je ralentis, prend un gobelet d'eau, un sucre et marche (rapidement) le temps d'assimiler le sucre en buvant par petites gorgées.

 

Commence le contournement de Reims par le nord où on croise à nouveau le semi qui revient dans l'autre sens. 

Cette idée de course qui s'entrecroisent est vraiment chouette, on est jamais seul, ça distrait de voir l'autre course. On s'encourage mutuellement.

 

Quelques part vers le 20ème je croise la voiture balai du semi qui suit un coureur serein qui s'applique. Nous voilà seul entre marathoniens. 

Tout va toujours bien depuis le 14ème: 4'07", 4'07", 4'29 (ravitaillement), 4'10", 4'13"... Je passe le semi en 1h28'29". Je suis en phase avec mon entraînement... 

 

Entre le semi et un peu après le 24ème, on part dans un déroutant méandre de rues... Je ne comprends plus vraiment où on est...

Peu importe, je me rappelle une remarque de Jyb: "sur un marathon, on vient courir au kilométre, peu importe le parcours!"

 

Je rejoins un peloton d'une dizaine de coureurs . Je crois apercevoir un kikoureur devant avec "tetarfred" inscrit sur le maillot.

Au 22ème kilomètre, comme un seul homme nous regardons notre chrono...  Incompréhension! Il affiche 3'47" au kilomètre!! Regards incrédules...

"Oulala! C'est trop rapide pour moi, je décroche!", mon voisin me regarde: "non! Il y a erreur sur le marquage au sol, on ne court pas à cette allure"

... Flottement... Puis nous apercevons un autre marquage au sol... Nous nous avons confondu avec un kilométrage du retour! Ouf! Du coup, le groupe se disloque.

 

A ce stade de la course, je suis très (trop...) confiant. Je n'imagine pas terminer au dessus de 3h. Une sorte de certitude inébranlable... 

Je me surprend même à penser au marathon suivant... 2h55? possible? Un éclair de lucidité me rappelle à l'ordre ("termine déjà celui-là!")

 

La boucle se termine et nous ramène progressivement sur la berge.

Sous un pont, un groupe de musique envoie du lourd , ça m'amuse, je fais un (tout petit) peu malin pour me distraire.

Un peu plus loin je fais connaissance avec tétarfred qui souffre d'une déchirure... Aie! Je lui souhaite bonne chance et continue.

 

On passe à nouveau sur le 1er pont pour une petite boucle nous ramenons (encore un pont) revenir faire la boucle dans l'autre sens.

Clic-Clac photo. 

Tout va bien... mais je commence à sentir que mes muscles se raidissent. Je n'y prête pas plus d'attention à ce stade.

 

On croise maintenant le marathon en sens inverse. Des yeux je cherche en vain Jyb ou yves_cool_runner.

 

Au ravitaillement du 25ème, l'aire de rien, je traîne un peu plus... Mes sens commence à être en alerte sur mes quadri qui sans être douloureux me font sentir qu'ils existent...

 

A partir de là, mon allure dérive au dessus de 4'10". Je ne m'inquiète pas... J'ai le sentiment d'avoir une marge confortable... Sans comprendre que c'est justement cette marge que je paierai au prix fort 10km plus loin...

 

 

4'20" au 26ème (oups!), 4'07", 4'11", 4'12", 4'13", 4'29" (ravitaillement), 4'11" au 32ème.

Et nous y voilà... La douleurs aux cuisses se fait de plus en plus présente, un sentiment de fatigue commence à s'installer... 4'22"

Je relance: 4'15", mais un 4'25" au 35ème me ramène à la réalité...

 

Le scénario du "plus de 3h" commence à prendre forme...  non, non et non! 

 

4'28" au 37ème... Merde... à 15" de retard sur l'allure que doit avoir le ballon, il va vite me rattraper...

De fait au 38ème (4'30") j'entend des encouragement pour la meneuse d'allure... Je me retourne brièvement... Je fois le drapeau flotter... Puis je l'entends parler...

Le ballon se rapproche encore et commence à lâcher ces ouailles qui me doublent: un, puis deux qui filent, encore frais... c'est eux qui ont une marge... plus moi... 

 

Dans un dernier espoir, j'accroche un maillot jaune qui me tracte un peu (4'18" au 39ème)...

Mais le mur se dresse, de plus en plus rapidement... De plus en plus raide... 

Le mur. Je comprends ce que sait. Je le ressent. J'en ai un souvenir physique. Rien que d'en parler, je me sens comme affaibli...

C'est vraiment terrible ce truc. Vous n'y pouvez rien. La volonté n'a rien à voir là dedans. Vous ne pouvez tout simplement rien faire. Rien. Rien de rien.

Le cardio ne monte même pas. C'est tout bonnement votre énergie qui vous quitte. Panne sèche.

 

Sur la ligne du 39ème, le ballon me double, et s'envole... J'envisage un demi seconde accrocher, mais l'allure me parait insoutenable. 

 

4'42" au 40ème. "Allez! Courage! Moins de 3h! C'est encore possible!" me dit un bénévole sans conviction (il faut dire que je dois avoir l'air d'un zombie)... Je lui fais signe que non...

Un coureur me double, m'encourage à m'accrocher. Je le remercie mais lui dit de filer.

 

Mon épouse me voit, le visage inquiet. Clic-clac photo

Elle me propose de courir avec moi. Je refuse d'un geste de la main. Je finirai seul.

Le chrono n'a plus d'importance: 3h01, 3h03, 3h05... c'est du pareil au même... ce n'est pas moins de 3h...

Mon objectif est devenu: finir en courant, ne pas marcher.

 

5'04" au 41ème.

 

Je passe sous l'immense banderole "dernier kilomètre"... J'entends le speaker qui encourage les concurrents sur ce dernier kilomètre à accélérer pour passer sous les 3h...

Il fait même le compte à rebours (7, 6, 5, 4, 3, 2, 1)... cruel...

 

Ligne droite avant le dernier virage, dernier virage, dernière ligne droite sur un tapis rouge... Je vois la meneuse d'allure qui discute joyeusement derrière la ligne.

J'arrive, déçu.

 

Yves_cool_runner et Jyb et arrivent ensuite en respectivement 3h11'08" et 3h22'25. Objectif manqué de peu la aussi...

 

L'après course

 

J'ai 5 minutes d'abattement. Je m'acharne sur le ravitaillement (orange, pain d'épice, orange, eau, 2 thés, ... tout y passe).

 

La queue devant le kiné me décourage, je vais m'allonger sur un tapis, dans un espace prévu à cet effet.

C'est là que petit à petit, le moral revient, la douleur passe.

->  ->   -> 

 

Et j'ai une discussion avec un très sympathique, serein et rapide (2h45') breton qui m'aide à relativiser.

On parle du plaisir de courir, des occasions de visiter des villes que ça donne, des marathons qu'il a couru, de ceux qu'il préfère, du Medoc, etc.

 

Quand je me relève ça va mieux (tête et jambes). Pour finir de me ragaillardir, je récupère mon sac, ma bouteille de champagne et m'enfile 3 dounuts au chocolat!

Fuck la diététique. C'est bon pour le moral! 

 

Deux jours après, et un footing de récupération (8km en 52'... en foulée de papis... couic! couic!), on envisage déjà la préparation du marathon suivant...

Si vous avez des commentaires, des conseils (entraînement, gestion de course, expérience ou autre), n'hésitez pas! je suis preneur

18 commentaires

Commentaire de CROCS-MAN posté le 21-10-2009 à 07:49:00

Je pense que tu n'as pas besoin de conseils et tu asdéjà tout dit. Ton objectif n'était pas clair dans ta tête, soit plus précis sur le prochain.
Si tu t'étais dit 2h59 avec l'allure qui va avec, tu l'aurais fait les doigts dans le nez.Ton allure a trop flotté.
Mais c'est tout de même un beau chrono, tu as unsuper potentiel. BRAVO PAT.
Merci pour ton super récit

Commentaire de Obiwan posté le 21-10-2009 à 08:39:00

Joli CR Pat'jambes, super clair net et précis... Bon, ça se joue à pas grand-chose quand même! Je te remercie pour toutes ces précisions, si je coure un marathon un jour, je pourrai un peu me servir de ton expérience!

Commentaire de Vivalp ! posté le 21-10-2009 à 10:05:00

Salut Pat. Belle analyse, pleine de lucidité. Comprendre, c'est déjà gagner. Après tout 2 minutes ce n'est rien dans une vie. Qui n'a pas "tapé dans le mur" un jour ne pourra pas saisir la justesse de tes propos ; on aura beau avoir tout fait et tout préparé, un petit grain de sable (une allure un peu trop élevée dans l'euphorie du départ et de mois d'attente enfin comblée) aura enrayé la belle mécanique. Ca n'est que partie remise et tu vas encore nous étonner.

Commentaire de Génep posté le 21-10-2009 à 11:12:00

On comprends ta déception. Maintenant, les 3h n'étaient vraiment pas loin et sans ce départ plus rapide que prévu, tu les aurais sûrement fait tomber.

On sait tous que tu les as dans les jambes. Ce n'est que partie remise ;)

Bravo pour ce chrono qui reste superbe !!

Commentaire de pedro38 posté le 21-10-2009 à 12:24:00

Je ne vais paraphraser notre cher président. Il n'a pas manqué grand chose. Peut-être un peu moins de pression et ça serait passé?
Au printemps, on en fera peut-être un ensemble (j'ai une revanche sur moi à prendre)?
Récupère bien
Pedro38 alias le perdro dans le cr (cui-cui!)

Commentaire de taz28 posté le 21-10-2009 à 13:55:00

Merci Pat pour ce récit plein d'humilité, qui fait comprendre combien le marathon est une épreuve difficile et jamais maîtrisée de bout en bout !!


Un jour tu les auras tes 2 h 59 !!! et tu seras fier de toi, car tu sauras le prix que tu as payé !!!

Récupère bien...

Taz_bien_loin_des_3h_au_marathon !!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 21-10-2009 à 14:40:00

3h quel objectif...
Tout le monde va dire que c'est pas grave, mais je sais qu'en toi ça fait quand même ch*** !!
Toujours est-il que tu en étais très proche ! Ce n'est donc que partie remise !

Et quand même, 3h02, quel temps !!!

Commentaire de Runner des Terres Froides posté le 21-10-2009 à 17:43:00

Salut Pat'jambes

Ton super récit me rappelle mon premier marathon à Lyon que j'ai finis "à la rammase" dans les derniers kilos...14 marathons plus tard je suis également à Reims et semble avoir tiré quelques enseignements de cette mésaventure :
rester humble devant la distance, se dire que la course commence à partir du 30° kilo...
Une amélioration notable sur marathon se construit aussi en améliorant ses temps sur 10 et semi...(même si cela ne fait pas tout !) pour faire moins de 3h au marathon, il faut être en 1h25 maximum au semi...
La quantité de sucres lents les derniers jours avant le marathon pour une recharge glucidique complète...
Elimine le morceau de sucre à chaque ravito et passe aux gels énergétiques en ralentissant sans t'arreter..

Bonne récup

RTF

Commentaire de yves_cool_runner posté le 21-10-2009 à 19:20:00

Bon, tu as bien analysé ta course ! La prochaine fois, tu passes en 1:29:30 au semi, sur un marathon un peu plus rapide que celui là (je te conseille Berlin) et c'est dans la poche. C'était sympa de se rencontrer, merci pour ton récit et bravo pour cet excellent résultat (ce ne sont pas 2 ou 3' de plus qui changent quelque chose sur le fond).

Commentaire de Francois dArras posté le 22-10-2009 à 09:10:00

Un bon récit très instructif.
N'attend pas si longtemps pour faire le prochain ça t'éviteras de trop cogiter et tu auras une meilleure idée de ton potentiel.
Si tu aimes les chiffres symboliques dis toi que tu as fait moins de 3h03... en attendant mieux car tu le feras.

Commentaire de the dude posté le 22-10-2009 à 09:24:00

Salut Pat,

Excellent récit comme d'hab.
Quant à la perf elle est quand même énorme, mais je comprend tout à fait ta déception de ne pas avoir atteint ton objectif.
Pas d'inquiétude en tout cas, il semble évident que tu as les jambes pour être sous les 3H, t'as juste payé un petit manque d'expérience.

Commentaire de la panthère posté le 22-10-2009 à 16:09:00

ce ne sont pas deux minutes qui vont gâcher une si belle performance! bravo, et bonne récup!
il était bon le champagne?

Commentaire de costi77 posté le 22-10-2009 à 18:39:00

pas de conseil à te donner,juste respect d'un 3h55 à un 3h02.Ceci dit,un morceau de sucre au ravito?il me semble que ton salut est dans un tube de gel!Le reste,tu l'as déjà.
amicalement

Commentaire de gdraid posté le 22-10-2009 à 23:33:00

Bravo Pat, pour ce beau marathon !
Loin d'un échec, c'est une magnifique leçon d'humilité !
Merci de l'avoir si bien exprimé par ton récit.
JC
PS: c'est vrai quelle est belle, cette dentelle de pierres de Reims !

Commentaire de Bert' posté le 23-10-2009 à 14:25:00

Pat,

Merci d'abord d'avoir suivi mon récit d'Amsterdam !

Je viens de découvrir le tien et je comprends bien ta déception, qui plus est si près du but. Déjà que j'étais légèrement déçu de ne faire "que" 3h19 alors que 3h18 étaient à ma portée...

Ceci étant, tu as déjà fait d'énormes progrès et, après avoir été si proche, tu trouveras d'autres occasions ! On dit aussi souvent qu'il faut facilement 5 marathons pour commencer à maitriser la distance...

Maintenant :

1) Tu peux quand même savourer un minimum ta perf' loin d'être courante !
2) Question prépa, pas de "leçon" à donner !
3) Gestion de course : j'ai encore à apprendre mais à ton niveau, définir précisément l'allure, s'y tenir précisément jusqu'au 30/32e est essentiel.
4) Ravitaillement : comme dit précédemment, j'éviterai les morceaux de sucre : plutôt gels ou petits bidons spécifiques (en plus de l'eau dispo) et ralentir à peine.

Encore bravo + keep cool, ça sera une prochaine fois !

Commentaire de romano76 posté le 24-10-2009 à 00:05:00

Vraiment belle course, et beau récit, technique, entrainant, et joliment imagé, perso, j'ai fini à la ramasse, dans les derniers...j'ai trop les boules!bonne continuation à toi et à jyb en tout cas. à bientot.

Commentaire de le_kéké posté le 25-10-2009 à 15:23:00

Bon ben c'est raté pour cette fois ci :-( mais cela rendra la prochaine réussite de l'objectif encore plus belle. En tout cas encore un très beau récit qui montre que le marathon c'est pas un truc ordinaire et que la moindre approximation se paie cash.
Bonne récup et à bientôt dans nos montagnes ...

Commentaire de guigui14 posté le 25-10-2009 à 21:13:00

en premier bravo tout de même pour le chrono même si tu es déçu. Sur un marathon plat tu descend sous les 3h00 sans problème. Moi si tu veux rester en France, il y a Val de Reuil( Seine -eure) entièrement plat et rapide! Je ne suis pas trop d'accord pour l'organisation à Reims. On a attendu les navettes à 15h45 à 16h15!! Ils disaient tous les 1/4 d'heure. Et sur le site c'était un marathon plat , en fait pas du tout! Val de reuil c'est plat, pas trop de monde, organisation au top, eau chaude pour la douche, bouteilles au ravito, gels énergétiques.... J'ai fait Reims , Caen et Val de reuil, si tu veux faire un temps c'est val de reuil!!bonne récup

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran