Récit de la course : La Ronde de Château-Gombert - 17.4 km 2008, par DJ Gombert

L'auteur : DJ Gombert

La course : La Ronde de Château-Gombert - 17.4 km

Date : 6/4/2008

Lieu : Marseille 13 (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 3560 vues

Distance : 17.4km

Matos : Chaussures Lafuma sky race,
cuissard et tee-shirt gore running wear,
casquette blanche kikourou

Objectif : Battre un record

16 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Orange(s) Mécanique(s)

Orange(s) Mécanique(s) : ce titre du récit m’est venu spontanément en lisant le post sur kikivien à la Ronde de Château Gombert, sur la façon dont certains d’entre nous serait vêtus : en Orange.

 

Orange Mécanique, un hommage aux Oranges Mécaniques de Johan Cruyff et à leur football total, de cette coupe du monde 1974, du rêve brisé … des hollandais en finale, … de ce dernier été avec ma mère, de cette ronde de Château Gombert 2008 en hommage à Moicélolo, comme une boucle bouclée, de ce désir profond, que la volonté soit plus forte que la mort, de cette volonté totale de dépasser ses limites car la Vie est Belle ! Oui, j’allais courir cette course avec toute ma volonté, mon cœur et mes tripes.

 

La semaine précédent la course, justement j’avais modifié mon objectif du kivaou : j’avais mis 1h59 au lieu de 2h00, non pour gagner 1 mn, mais pour indiquer clairement ma volonté de dépasser cette limite symbolique des 2 heures. Je sais, DJ les Pins, considérait cela comme pas très réaliste, il est vrai que j’avais couru en 2h15 en septembre. Mais bon a cœur vaillant, rien d’impossible, et autant se préparer mentalement : la Ronde mener tu devras, m’avait écrit Bob Morane.

 

Mais revenons à ce dimanche matin, réveil à 6h00 pour le petit déjeuner, à 7h45 DJ les Pins m’appelle, alors que je suis en plein préparation de mon sac, il est déjà arrivé, allez vite je fini le sac et descend un peu à la bourre à Château Gombert. Rendez vous a été donné devant le distributeur de billet de la Poste de Château Gombert (à 20 m du départ) : c'est l'endroit ou DJ Les Pins et moi-même nous nous entraînons au fractionné, quand nous devons financer une nouvelle paire de chaussures ... . Restons dans le même registre, et signalons que la Ronde de Château Gombert, est le support du championnat de Provence de Course de Montagne (ben ouais ! avec un D+ 510m ! peucheure ! on ne refera pas les Marseillais ).

 

11 Kikoux sont là : en haut, de gauche à droite : chorizo 13,  marcel le frère d'épilobe, épilobe, Figatelli 13, nico73 (dont c’était aussi les 35 ans ), DJ Les Pins (du fameux CRAC Team), papicoureur13, solitaire;

en bas : francar11 et DJ Gombert (CRAC Team itou).

Boulette 13 nous rejoindra en retard. Ah ! les femmes !

 

C’est dans ces moments là, que être kikoux prend toute sa dimension, quand le virtuel du forum fait place au réel, à la vraie vie, à des personnes en chair et en os.

Petite Photo pour immortaliser ce moment, et … grand moment de solitude : j’ai oublié la batterie de l’appareil photos , Grrrrr ! Heureusement Nico73 à son appareil. Durant la course, DJ Les Pins utilisera son GSM pour prendre des photos, ce qui nous permettra de contourner ma bourde, au détriment de la qualité des photos ...c'est ma fote.

 

Nous discutons un peu et partons nous échauffer avec le solitaire. C’est pas la super forme, mon tendon d’achille droit tire : c’est vrai que d’avoir passé la journée de samedi à terrasser et planter 23 cyprès, c’est pas le top comme préparation ; mais bon, on ne fait pas toujours comme l'on veux, Et puis maintenant que vous connaissez où j'habite  , je préférai me mettre à l'abri des regards .

 

Il va falloir vraiment se défoncer pour passer en dessous des 2 heures, sans pour autant exploser comme l’an dernier. Ais-je été prétentieux dans mon objectif ? Là n’est plus question, il va falloir s’arracher et ne rien lâcher.

 Dans la semaine j’ai eu Christian Galizot le président de l'acp, le club qui organise la Ronde de Chateau Gombert. Une minute de silence sera observé en hommage de Moicélolo avant le départ de la course . Voilà le moment du départ approche. Nous nous regroupons, l’animateur indique que nous allons respecter une minute de silence pour Laurence et me demande si je veux parler, je lui fait signe que non, je ne peux pas, l’émotion … est … forte : ma vue ce trouble … Le silence est total, je pense à ma mère, à cette photo, où elle est souriante et me tiens dans ses bras, à Laurence, partie trop tôt.

La minute de silence est interrompue par une salve d’applaudissements. Merci à tout les coureurs pour ce respect. 

Voilà, cela va être le départ, je suis en 1er ligne avec DJ les Pins, le CRAC Team au première loge, je n’en mène pas large, moi qui préfère partir en dernier, surtout que là, la première ligne, c’est pour la gagne, mais moi aussi, aujourd’hui je suis là pour la gagne, je pense à titifb et je redresse les épaules, « la ronde tu devras mener » le message de Bob Morane me reviens.Top c’est parti !

 

Ne pas s’enflammer, cela double de toute part, la cheville droite tire, calme toi, prend le temps de t’échauffer, soit fort mentalement : facile à dire ! Ils arrêtent pas de me doubler, à droite, à gauche, au milieu , des femmes, des hommes, des jeunes, des vieux, à gauche, à droite, etc. Reste concentré !  

1er km en 4’48 : mais c’est trop vite ! surtout que nous sommes sur un faux plat, calme ! il reste 16 km. Le tendon d’achille me tire de plus en plus. Je n’aime pas cela. Reste concentré ! Ne regardes pas les autres coureurs te dépasser, concentre-toi ! Mobilise ton énergie sur ta course, pas sur les autres. En parlant des autres, je pense à Khanardo qui a fait le Ventoux pour Laurence, avec son scorpion dans le dos : une belle sciatique, alors franchement moi, avec mon tendon je devrais le faire. Surtout que nous venons de quitter la partie goudronnée pour commencer à attaquer les chemins coupe feux qui vont nous amener vers les barres de Niolong.

Dans les premières montées, je fais de la marche rapide pour épargner le tendon d’achille. DJ Les Pins n’est pas au top, en plein décalage horaire de son retour de la cote Ouest des USA. En plus je ne vais pas trop vite, et c’est un faux rythme pour lui .

Voilà le 1er ravitaillement, je ne m’arrête pas, j’ai mon camel back rempli et 3 gels. Option est prise de ne faire aucun ravitaillement. Nous commençons à nous élever, vers l’Etoile, je me détends aussi, nous doublons quelques coureurs partis trop vite. C’est une course où il va falloir la jouer tactique : marche rapide dans les montées et déroulé dans les descentes. Justement, une petite descente vers la barre de Niolong : allez on lâche les chevaux et la vue sur Marseille est magnifique, l’air est pur et bleu, un temps idéal de course, pas trop chaud, et surtout pas de mistral.  

2ieme ravitaillement et bifurcation 12 km / 17 km, marche et grande descente vers la source des Ouides, et là comme par enchantement une légère brise se lève, je me sens d’un coup léger, comme si la Force soufflait en moi. Devant nous se dresse le Col Jacquiot avec sa belle et longue montée. Nous allons dérouler durant 1 km, dans ma tête j'ai la chanson d'Indochine :  je veux vivre, moi je veux viiiivre. Je pense à Laurence, que le Vie est Belle, la lumière est cristalline, la foulée est légère, le fond de l’air frais, je suis concentré sur mes foulées, et je sens en moi grandir la Force, cela va le faire. J’en profites quand même pour discuter avec DJ les Pins, sur les belles et bonnes choses de la Vie, sur le travail bien fait (Private joke Area). Révérence de la casquette au bénévole qui est à la source des Ouides. Ce n’est pas parce qu’aujourd’hui je ne m’arrêterai pas aux ravitaillements pour discuter avec les bénévoles, que je ne vais pas respecter les règles de préséance du CRAC Team, et de tirer ma révérence aux bénévoles rencontrés.  

Ca y est, nous attaquons la montée vers le Col Jacquiot, avec DJ les Pins, nous marchons, une coureuse et devant nous, elle continue à courir, elle le fera jusqu’au sommet du col, et elle nous aura pris … 20 m au prix de quelle débauche d’énergie ! J’aime bien l’humilité du traileur qui sait que marcher dans les grosses montées est la meilleur façon de s’économiser. C’est dans cette montée que l’an dernier j’avais affolé le cardio pour exploser par la suite dans la descente de l’Etoile : de tes erreurs, enseignements tu tirerasJe profite de la montée pour prendre mon gel et en offrir un a DJ Les Pins, il va falloir tenir jusqu’au bout et au tant ce servir de sa tête. Heu ! du moins pour DJ les Pins, car moi j’ai deux points faibles : la cheville gauche et les neurones ! 

Nous voilà au ravitaillement du Col Jacquiot, cardio impeccable ! La vue est magnifique.

 Direction à gauche la monotrace qui va nous emmener sur la ligne de crêtes. Je commence à me sentir de mieux en mieux et augmente légèrement la cadence. Au fond le pays Aixois.

Nous passons à coté de la grotte des maquisards, et DJ les Pins à un moment de pas bien du tout : il cauchemarde ! pour lui qui est en plein décalage horaire, c’est la pleine nuit (là où les chats sont gris), et cela va pas fort, je lui propose de marcher, tant pis pour le chrono, vaincre oui ! mais pas à n’importe quel prix ! Mais bon, DJ les Pins, c’est du costaud ! de l’athlétique ! y’a que le mental qui est perfectible chez lui. Je dois avouer que c’est lui qui prend les photos sur les courses quand nous les faisons ensemble, il a cette capacité à s’arréter et à me rattraper en deux coups de cuillères à pot, quant à moi en plus lent je fais meneur d’allure .

Au bout de quelques minutes cela va mieux, et nous continuons sur la ligne de crêtes jusqu’au Col des Ouides, je viens d’entrepercevoir les Iles du Frioul, elles sont magnifiques.

Allez respire ! nous attaquons la montée vers la Vigie de la petite Etoile. Nous rattrapons un petit groupe, et nous continuons à la queue leu-leu. Ravitaillement de la petite Etoile, et descente vers l’Etoile, je me mets à dérouler, mais arghhh ! je sens mes mollets se contracter, c’est infime, mais je le sens. Je suis confiant, car le plus dur est fait, il nous reste 6 km et ce n’est que de la descente. Et là, les crampes qui commencent à apparaître aux deux mollets, cela ne vas pas le faire ! et dire que j’ai oublié ce matin la sportenine que j’avais acheté au cas où. Réfléchis, c’est une course de fennec, le renard aux grandes oreilles, celui dont parlait le petit prince dans son désert. Allez ! je m’arrête au panneau indicateur au niveau de l’Etoile et je fais des étirements en buvant. Je me fais chambrer par les 2 bénévoles présents qui pensent que je veux renverser le panneau .

Le petit groupe que nous avions dépassé, repasse devant. Reste concentré ! étires-toi ! finir tu le dois!  la Ronde mener tu devras. Allez zoumaï ! c’est reparti. Dans la descente : ne pas aller trop vite, respires et bois ! Je me concentre sur mes chevilles et sur mes mollets, sur ce fil invisible que je sens prêt à me stranguler les mollets et à me les transformer en 2 bâtons. Je me sens tiraillé entre l’envie de ralentir pour épargner les mollets, et la volonté d’aller jusqu’au bout, de ne rien lacher, de faire le meilleur temps pour Laurence. Juste avant de récupérer le DFCI, DJ les Pins me pousse dans le dos, pour accélérer, c’est super gentil, mais je lui demande d’arrêter car les bâtons d’esquimaux sont en train de venir … Nous récupérons le DFCI qui va nous ramener vers le chemin commun avec le 12 km et son raidillon casse-pattes.

Ci-dessous l'embranchement de récupération du 12 km, avec au fond l'Etoile et en premier plan un coureur comme je les aime : sérieux, imperturbable, un winner quoi ! y'a qu'à voir son nounours ...

Je profites de ce moment de répits ( ?)  pour prendre mon deuxième gels, je regarde ma montre, cela devrait le faire sous les 2 heures. Mais pas de relâchement, rester concentré pour ne pas s’enflammer et déclencher les crampes.

Nous arrivons au raidillon, et nous commençons l'ascencion, que c'est dur, surtout au niveau des mollets. Et en fourbe, DJ les Pins, me fait remarquer que c'est Nicole qui prend les photos. Par galanterie je me retourne pour la saluer, et me voilà figé dans cette posture stupide de l'ours dressé par DJ les Pins. Il manquerait plus qu'il me donne un sucre .

Nous continuons la montée, et arrivé au sommet, nous redécouvrons Marseille plus magnifique que jamais :

Vous pouvez remarquer, sur la photo ci-dessus que je viens de mettre 20 m à DJ les Pins. J'ai rétabli l'équilibre, par un magnifique croche-patte vengeur, non mais ! des fois! j'aime bien rigoler, mais de là à me ridiculiser ! en plus dans mon récit...

Nous continuons notre chemin, DJ les Pins me dit : « cela va le faire », je lui répond « oui, mais il ne faut pas se cramer », il me répond « cela va le faire », « oui, mais il ne faut pas se cramer », … dialogue de sourd    .

Nous arrivons au dernier ravitaillement, et je sens que mes pieds me chauffent, surtout à l’intérieur, de toute façon depuis le début de la course je n’ai pas de super sensation avec mes chaussures, est-ce que parce que j’ai pas mes chaussettes habituelles ? et là comme une révélation , mais j’ai oublié mes semelles orthopédiques ! je cours depuis 13 km sans semelles !!! Tu m'étonnes que j’ai l ‘impression de flotter dans les chaussures ! Allez reste concentré !  on vérifiera à l’arrivée, tu es plus fort que ta tendinite, tes crampes et les semelles. Je t’avais dit que cela serait une course de guerrier, allez jusqu’au bout, ne rien lâcher, il faut courir avec intelligence, une course comme doivent les aimer les mères : pas en force, mais en finesse. Allez continue, cela va le faire ! Et puis sur le fond, il fait beau et cela fait qu'une 1h30 que tu cours. Penses un peu à moumie qui fait le Marathon de Paris, dans la foule, la pollution et le froid . Alors avance !

Nous croisons quelques bénévoles, à qui nous en profitons, pour tirer notre révérence, en présentant nos hommages aux dames, justement grand rire de l’une d’entre elle, qui doit bien se demander qui sont ces 2 hurluberlus, et nos respects aux hommes, étiquette oblige ! 

Nous entamons la descente dans les lacets vers Palama.

DJ les pins me dit : « CRAC team never give up » (Les membres du CRAC n’abandonnent pas) , je lui répond « CRAC team never die » (Les membres du CRAC ne meurent jamais), il me répond « CRAC team never give up », « oui, mais CRAC team never die », … re-dialogue de sourd . Et là je pense à Joe One, à sa devise : « Que trépasse, si je faiblis » et là comme une vibration venant du plus profond des temps, je pousse un AAAARRRRRRRHHHHHHH !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

qui ferait passer le aka des All blacks pour une berceuse pour nouveau né. Je crois que les rochers en tremblent encore ... 

Un cri primitif, le cri de la soif de Vie, j’en rigole, DJ les Pins me dit que c’est le coté Raving du CRAC Team . Nous arrivons dans les fameux lacets de la fin, où nous tournons et retournons. Allez le petit bosquet final, où nous récupérons une coureuse du Martien J’adore la Ciboulette de Plan de Cuques (MJC Plan de Cuques) avec son caniche.

Ci-dessous la dite martienne, prise par les caméras de surveillance de la poste de Chateau de Gombert

 

Quoi ? je récupère des coureurs du 12 km ! Même dans mes rêves les plus fous je l'aurai pas crû ! Tsst, Tsst : hé la star ! reste concentré sur tes chevilles ! bien droites ! surveille tes appuis, (lors de la reconnaissance en mars, la cheville gauche était partie, àcet endroit) tu as suffisamment d’handicaps (tendon d’achille, crampes et pas de semelles) pour pas te prendre en plus la grosse tête !

Nous voilà revenus sur la portion goudronnée plus qu’un km, et toujours ce fil invisible au niveau des mollets, déroule intelligemment, cela devrait le faire pour le temps, ne soit pas impatient, monte ta foulée plus que quelques centaines de mètres, la ronde mener tu le dois, la ligne d’arrivée est là, je propose à DJ les Pins de passer devant, il le mérite, mais il refuse : de toute façon nous franchissons le ligne dans le même temps 1h53’02 : record pulvérisé façon pulzze de … 22 mn.

Je vois comme dans un rêve Figatelli 13 me féliciter, je me dirige vers le ravitaillement.

Photos avec DJ les pins pour immortaliser notre exploit : 79ieme ex-aequo des championnats de Provence de Course de Montagne

Tu vois que j’avais raison de te dire que nous finirions en dessous des 2h00.

Je suis exténué, mais heureuuuuuuuux, je l’ai fait ! une hommage de traileur à une traileuse !  les plus belles victoires ne sont-elles pas sur nous même ? 

 Je croise ma vétéranne 2 Martien J’adore la Ciboulette de Plan de Cuques du Cross de l'Etoile, qui me félicite pour mon récit . Content de l'avoir fait rigoler.

Etirements, puis discussions fort sympa avec Figatelli 13 et chorizo 13, lors de la remise des prix. Comme quoi dans le cochon tout est bon ?   Ils me donnent quelques bons tuyaux sur la région de Marseille, et nous prévoyons de faire une sortie du coté des calanques, leur terrain d’entrainement. 

Conclusion : Je suis heureux, heureux d’avoir couru pour Laurence, d’avoir exploser mon record, d’avoir très bien gérer la course, d’avoir couru avec ma tête et mon corps. 

Dans les moins : et bien, j’ai couru la course à fond, ce qui sur les parties monotrace notamment, m’a emmené à privilégier mes pieds aux paysages, pour éviter toute entorse, ou tout simplement de s’embroncher, voire de s’estraser. Cela va que je connais par cœur les paysages de la Ronde de Château Gombert, car c’est mon terrain d’entraînement, mais franchement je préfères les courses à allure plus touristique, regarder les paysages, prendre des photos, discuter avec les bénévoles. 

En tout cas, l’un des grands plaisirs de cette Ronde, a été de pouvoir discuter samedi après-midi une heure avec Christian Glaziot et Nicole, merci encore à eux et à tous les bénévoles pour la course qu’ils nous offrent. Justement, peut-être est-ce devenu le temps pour moi, de passer de l’autre coté de la barrière et d’être parmi les bénévoles pour la prochaine édition … à suivre.

 

16 commentaires

Commentaire de moumie posté le 24-04-2008 à 00:37:00

Salut,

Alors là tu auras tout fait : oubli des semelles, oubli de la carte mémoire de l'appareil et l'oubli des neurones non? :-))))))

Merci pour ce récit entraînant et cette pensée que tu as eu en courant sur les hauteurs de Marseille.

Je ne suis pas d'accord avec toi, nos deux courses étaient toutes les deux jolies, pour ce qu'elles représentaient pour chacun

A plus
Moumie

Commentaire de titifb posté le 24-04-2008 à 06:25:00

Alors là ! Chapeau monsieur...j'en reste scotchée. Merci pour ce formidable CR de force, de volonté, d'émotion et d'humour, comme j'aime ! Ce sera pour moi un grand plaisir, un jour, je l'espère, de courir avec toi. J'adore la photo des coureurs avec en arrière-plan les immeubles de la ville...

Commentaire de Aiaccinu posté le 24-04-2008 à 07:46:00

Belle Brochette de Kikous ce jour là !

Commentaire de chorizo13 posté le 24-04-2008 à 09:40:00

content d'avoir fait ta connaissance Dj
comme d'hab, un récit fort agréable a lire
amitié
Yves

Commentaire de papicoureur posté le 24-04-2008 à 09:58:00

Bravo et merci pour ce commentaires!

Pour Signes ne pas oublier:

Slip
short
débardeur
tee shirt
chaussettes
chaussures
semelles
casquette
lunettes de soleil
camel-bag (plein fait!)
gels
sporténine
APN et sa batterie
épingles

Commentaire de CROCS-MAN posté le 24-04-2008 à 17:13:00


salut DJ, çà c'est pas de la course de trompette (12 km) mais bien de Ninja: Respect
Content aussi pour ce rassemblement de Kikous.
En parlant de rassemblement, regarde la fiche du marathon de Nice http://www.kikourou.net/calendrier/course-16891-marathon_des_alpes_maritimes_nice_-_cannes-2008.html
J'epère y retrouver des kikous de la course de Chateau Gombert.
http://www.kikourou.net/forum/viewtopic.php?p=126343#126343

Commentaire de FRANCAR11 posté le 24-04-2008 à 18:24:00

Bravo DJ pour ton Cr. Les photos sont superbes. Juste un petit détail sur la photo des 11 kikous la personne dont tu ne te souvient plus (juste à coté de toi) et bien c'est moi... FRANCAR11. T'inquiéte pas on se revoit dimanche à Signes... tu me reconnaitra... Merci encore pour ton CR et bravo à toi.
Francar11

Commentaire de Françoise 84 posté le 24-04-2008 à 18:41:00

Bien sympa ton récit!! Comme quoi, il n'y a pas que les ardéchois qui soient durs au mal!!!(ça, c'est pour le Khanard!!). Bravo pour ta progression et pour toute ta joie que tu nous a fait partager! A une prochaine, voisin!!

Commentaire de NICO73 posté le 24-04-2008 à 19:05:00

Super récit, Super Course ! tu es en lice pour être le Kikouréciteur de l'année !

A Dimanche à Signes

Commentaire de agnès78 posté le 25-04-2008 à 08:43:00

merci pour le récit et bravo pour le record... J'ai cru aperçevoir Serge du MJC Plan de Cuques dont j'ai eu le plaisir de faire la connaissance il n'y a pas longtemps...
Bises
agnès

Commentaire de eric41 posté le 25-04-2008 à 21:51:00

Belle course DJ et récit haletant.Bravo.
Eric

Commentaire de BOB MORANE posté le 26-04-2008 à 17:05:00

LA RONDE 2008 TU AS MENER !!!

Sincères félicitations pour ta perf,- 22 mn ça c'est du record !!!

Quant à ton CR: pour une course de 17,4 kms, c'est vraiment un grand moment de VIE raconté au ressenti; émotion, humilité et humour caractérises ton récit.

Chapeau bas et à bientôt...

Un jour cette course Bob Morane fera, et alors la ronde nous menerons ensemble...

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 27-04-2008 à 01:03:00

Quel récit haletant ! Bravo pour cette course et ce ton humoristique et vivant.

Commentaire de Khanardô posté le 28-04-2008 à 10:17:00

Ah oui, excellent ce récit !
Ca donne envie.
Bon, faut vraiment que je retourne un peu vers Marseille de temps en temps, moâ...
Alors, à un de ces quatre j'espère !
Alain

Commentaire de RogerRunner13 posté le 28-04-2008 à 14:52:00

Ouaaah! voilà un récit qui décoiffe, plein d'humour et d'émotion et p.... je me sens minable de n'avoir fait que le 12 km. Et à une prochaine je l'espère.

Commentaire de DJ Les Pins posté le 28-04-2008 à 21:43:00

No comment, juste respect!
J'y était et le récit fait revivre ce moment intense... de fatigue ;o)

Eric

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran