Récit de la course : L'Oriente 2016, par Arclusaz

L'auteur : Arclusaz

La course : L'Oriente

Date : 7/8/2016

Lieu : Ghisoni (Haute-Corse)

Affichage : 455 vues

Distance : 20km

Objectif : Pas d'objectif

15 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

C'est...corse !

J'aime la Corse.

Nous y allons quasiment chaque année en vacances et je ne me lasse pas des footings dans le maquis ou dans les collines le matin à 6h au moment où la lumière rouge éclaire de manière magique le paysage. J’ai partagé une de ces sorties matinales avec Blob en 2013 et cette année avec Bikoon, l’occasion de faire connaissance et de passer un bon moment ensemble en escaladant le Mont Sant Anghjulu.

Je mets ci dessous une photo qu’on peut sous-titrer « Gorilles dans la brume », la faute à mon téléphone dont j’ai cassé l’objectif ce qui m’a valu les boutades de mes « abonnés » sur Strava. Je vous jure, il a fait grand beau pendant mes 3 semaines de séjour.

 

 

J’ai eu aussi l’occasion d’accrocher deux dossards en Corse il y a quelques années :

Le premier lors de la montée de l’Ospédale course de côte sur route où bizarrement c’est surtout le muscat maison servi à volonté dans une bouteille en plastique à l’arrivée qui m’a marqué.

Le deuxième lors du Trail de l’Annunziata à Pianotolli Caldarello pour lequel j’avais commis un CR dont le nombre de consultations est absolument sidérant.

http://www.kikourou.net/recits/recit-13495-trail_de_l_annunziata-2012-par-arclusaz.html

Bref, j’avais très envie cette année de regoûter à la beauté des courses corses et aussi à l’exceptionnelle convivialité qui y règne.

Un petit MP à Aiaccinu qui m’envoit le calendrier des courses corses et…. j’ai l’embarras du choix !

Je consulte alors par mail un collègue qui travaille en Corse et qui me dit qu’il sera bénévole sur la Course de l’Oriente un trail d’une vingtaine de km et 2000 m de D+ pile le dimanche où je suis dans le coin. Mon choix est donc fait.

 


 

Je débarque donc à Ghisoni vers 7h.

La remise des dossards a lieu dans l’ancienne église, reconvertie en salle des fêtes, superbe endroit. Mon collègue m’a normalement fait mettre un dossard de côté mais personne n’est au courant : c’est…corse.

Je fais donc la queue avec plaisir, comme tout le monde, c’est un peu le bazar, il y a une seule bénévole qui distribue les puces pendant qu’une demi douzaine de personnes la regarde : pas de souci, c’est …corse ! Et tout ça est fait avec une telle gentillesse qu’on est content d’attendre !

Je récupère , en plus du TS de la course d’un orange très « ex-DDE », un TS « Pietra, la bière corse » qui sera parfait pour les afters kikourou.

 

Gros dilemme : bâton ou pas. Le profil plaide en leur faveur. Une grande montée sèche sur 10 km puis une descente raide qu’un concurrent qualifie de « sale » (je comprendrais pendant la course ce qu’il voulait dire !).

Mais, le tracé comporte également des passages équipés par des cordes où les bâtons seront une gêne. Je demande à un organisateur qui me conseille de ne pas les prendre et à un concurrent qui me dit qu’il faut les prendre. Comme j’ai à nouveau un peu mal à la cheville depuis quelques jours, je décide de les emmener ce qui s’avérera une bonne idée.

 

8h30, c’est l’heure du départ mais à 8h40, rien. C’est normal, c’est... corse.

Ah, non, le speaker nous prévient d’un problème. Trop de vent sur les crêtes, trop dangereux : le nouveau tracé aérien ne pourra pas être emprunté. Les organisateurs sont en train de rebaliser l’ancien tracé, on nous dit que le départ sera retardé de 45 minutes, finalement ce sera une heure, c’est normal, c’est corse.

A 9h30, le speaker nous demande de nous rassembler et « engueule » les « retardataires » ! c’est normal, c’est corse…

Puis, il se fait porter par la foule comme une rock star et se tranforme en serre-file. Quel show man ! c’est corse….

Allez, on est parti, dans les escaliers du village : on croirait la célèbre rue Joséphin Soulary de Lyon dont le y n’est pourtant pas assez… corse !

J’ai décidé de partir dans les derniers mais ça fait bizarre de voir le serre-file au bout de 2 minutes de course !

Allez, on prend les chemins qui comme prévus sont très….corses : raide, caillouteux, poussiéreux et il fait très chaud (on est parti une heure plus tard que prévu, ça se sent !).

Je me sens super bien, je vais à mon rythme, sans me mettre dans le rouge en doublant  dès que je peux.

Je suis dans un groupe comportant 4 féminines. Le « hasard » veut que je me retrouve juste derrière la plus jeune : après les paysages quasi lunaires corses, ce type de lune n’est pas désagréable à contempler (sans arrière pensée, en esthète !). Cette jeune concurrente dispute son premier trail, c’est un « challenge » pour une association partenaire de la course. En plus d’avoir un beau … rythme, elle a donc aussi bon cœur !

La pente se durcit encore. Avec mes bâtons, je prends le large mais sur les parties plus roulantes, la plupart de ceux que je lâche me rattraperont (dont Miss beau….coeur !).

On arrive sur des crêtes superbes, ventées, il fait presque un peu frais. C’est magnifique ! Mais, je ne fais pas de photos (suivez un peu, mon téléphone est cassé !) et des bénévoles n’arrêtent pas de nous photographier : bon, 10 jours après la course, les photos (et les résultats !) ne sont pas sur le site mais c’est normal, c’est corse.

Tout à coup, j’entends mon prénom, une voix de berger, c’est …corse ! C’est mon collègue Frédéric qui, juché sur un rocher aide les concurrents à passer grâce à une corde qu’il a installée et à ses bras puissants. On discute un peu et puis il me rappelle que j’ai un truc à finir (on n’est même pas à la mi-course !!!!).

Voici deux photos qu’il me transmettra le lendemain. Sur la première, on voit les bénévoles en orange et les coureurs en dessous : c'est tout plat !


 

 





La suite est toujours aussi magnifique, on traverse les "pinzi corbini" , les Pointes des Corbeaux. Puis un passage sur de grandes dalles et une descente dans une châtaigneraie. Un concurrent est arrêté, assis, blafard avec des secouristes auprès de lui. Il sera évacué par hélicoptère.

On rejoint le GR20 sur quelques km, c’est la partie la plus facile du parcours. Avec le recul, je me dis que j’aurais pu (dû ?) courir un peu plus vite sur cette partie mais je suis tellement content d’être là que je profite. Une remontée puis la descente finale interminable où je perds quelques places. Là, je commence à avoir un peu mal aux jambes et n’ai vraiment pas envie d’accélérer. Je finis tranquillou, heureux de cette superbe matinée.

Je termine à une peu reluisante 161eme place sur 168 classés et 186 partants en 5h42 pour 22 km ce qui donne une idée du côté très « roulane » de ce trail « globalement plat » (1 800 m de D+).

Ma trace strava :

https://www.strava.com/activities/667711277

 

Tout le long du parcours, au milieu de nulle part, il y a avait des bénévoles qui nous encourageaient d’une manière incroyable : la montagne résonnait de cris, si vous aimez le calme, ce n’est pas forcément la course où il faut aller. 

L’accueil après la course est…corse ! Bières à volonté, repas incroyable avec des spécialités corses en veux tu en voilà, des mamies du village qui veulent vous gaver, bref c’est…corse.

Je retrouve Fréderic et nous mangeons avec un de ses amis qui m’explique que je vais mettre 30 minutes pour rentrer à Corte où je réside : j’ai mis plus d’une heure le matin alors qu’il n’y avait personne sur la route. C’est la conduite….corse !

 

Je reste un peu à la remise des prix, le temps de voir notamment la remise d’un chèque de 2 500 euros à l’association de ma jeune compagne de route. Là, je ne comprends pas comment l’organisation se débrouille : 20 euros d’inscription, un TS Asic, un repas pantagruélique, 200 inscrits et un don de 2 500 euros.

 

Je ne vois qu’une explication : c’est…..corse !!!!!!

 

Vive la Corse, merci aux corses.

Pace e salute.

 

 

 

 

 

15 commentaires

Commentaire de Vik posté le 16-08-2016 à 07:54:37

Et bien heureusement que c'est la pente qui se durcie, j'avais déjà d'autres idées en têtes à la lecture de tes observations sur la concurrence !

ça a l'air d'être bien sympa, la corse !

Commentaire de Eric Kb posté le 16-08-2016 à 08:06:42

A peine rentré et déjà le CR ....c'est pas Corse ! Perso fait en 2008 et toujours pas de récit...
Il y a peu d'année c'était la course de trail où le rapport D+/km était le plus élevé. Il n'y avait pas de bénévole pour récupérer les bâtons au sommet?

Commentaire de Arclusaz posté le 16-08-2016 à 09:21:15

oui, ils proposaient de redescendre les bâtons. Mais, je ne ne trouvais ça pas "dans l'esprit" de ne pas finir avec le matos du départ et les bâtons m'ont beaucoup servi dans les parties très raides et "sales' du parcours.

Commentaire de xian posté le 16-08-2016 à 10:15:19

joli coup, baron !
d'après tes photos, c'est effectivement globalement plat comme secteur :-)
(vivement le prochain off, qu'on voie ton super tisheurt de compèt que tu vas frimer avec !!!)

Commentaire de Davitw posté le 16-08-2016 à 11:15:55

Bravo Arclusaz, ça donne envie d'aller un jour trainer les running par là bas !

Commentaire de Mazouth posté le 16-08-2016 à 12:33:58

Jolie balade :-)
Y avait du fromages avec des bêbêtes vivantes dedans aux ravitos ? (c'est corse et plein de protéines !)
Et la prochaine fois, ramène-nous la lune !

Commentaire de Benman posté le 16-08-2016 à 13:45:16

Un récit lunaire et corsé. Merci !

Commentaire de tidgi posté le 16-08-2016 à 21:13:22

Joli récit !
Dommage qu'il y ait trop de brume, un temps pas terrible et bien trop de plat.
Depuis le temps que je me dis d'aller en Corse, je crois finalement que je vais attendre un peu...

Commentaire de TomTrailRunner posté le 17-08-2016 à 14:04:40

Quand on lit ton récit et quand on connaît ton inoxydable bagou, on se demande si tu n'es pas en train de devenir un peu corse toi aussi :)

bon sinon 20€ x 200 = 4000€ ; 4000€ - 2500€ = 1500€ pour les frais => d'autres orga devraient s'inspirer de leur méthode pour optimise leurs budgets :)

Commentaire de Papakipik posté le 17-08-2016 à 16:15:10

Toi, tu vas avoir un problème avec les corses...normal, c'est bauju !
Belle course en tout cas, ça donne envie ;-)

Commentaire de Jean-Phi posté le 17-08-2016 à 17:06:42

Jolie course à faire... comme on peut dirait-on !
Comme Tom, je te trouve bien parcimonieux sur ta dithyrambe pour le coup ?

Commentaire de Spir posté le 21-08-2016 à 18:22:16

Jolie course où tu n'as apparemment pas gâché ton plaisir d'être dans la lune ! Lyon va te paraître bien plat à côté de ces gros tas de cailloux. Tu as bien fait d'en profiter, c'est pas tous les jours qu'on court dans des paysages pareils !!

Commentaire de Kirikou69 posté le 22-08-2016 à 21:22:43

Ce fut bien sympa de suivre tes aventures corses quasi quotidiennes sur strava : Merci pour le partage

Commentaire de Reg posté le 03-09-2016 à 15:03:21

Lecture et commentaire 3 semaines après... Normal chui pas corse mais tu sais où je bosse ;)
Joli récit, jolie course et toujours ce bel esprit. Fan je suis, fan je resterai. Au top, Doumé Arclu !

Commentaire de Bikoon posté le 07-09-2016 à 14:40:20

Salute Pinzutu !
c'est vrai que ton objectif ne rend pas bien la beauté des paysages vus de ce Sant Angelo !
A refaire sans modération, tout comme les ravitaillements proposés sur les courses locales :o)
C'est un peu le problème avec la Corse : on y mange très mal, on y est très mal accueilli et si on veut y courir on s'ennuit tellement c'est plat...
A bientôt !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran