Récit de la course : L'O'Rigole - 75 km 2010, par Le Loup

L'auteur : Le Loup

La course : L'O'Rigole - 75 km

Date : 4/12/2010

Lieu : Le Perray En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 1264 vues

Distance : 75km

Objectif : Pas d'objectif

17 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

On est toujours meilleur la 2ème fois...

L’Origole 2010

Dernier rendez-vous de l’année.

Les ingrédients d’un bon cocktail sont réunis : nuit, température, format, terrain… Je suis prêt.

Prêt ne veut pas dire préparé ; cela veut juste dire que votre esprit a accepté, en connaissance de cause, de piloter un corps qui va devoir endurer une nuit d’effort. On peut donc être prêt, préparé, les deux à la fois, ou aucun des deux ! Les coureurs ni prêts ni préparés n’ont que peu de chances de terminer mais on en a vu…

Je suis donc prêt.

Ma préparation a été sérieuse en terme de volume et de repos. J’ai répété à l’envie un parcours d’une vingtaine de kilomètres un minimum de 3 fois par semaine depuis la By Night de Mondeville, avec une poussée à 90km d’entraînement l’avant-dernière semaine. Pour la dernière semaine je me suis contenté d’1 récup’ le dimanche et 1 sortie le mercredi soir ; 20km mais à allure très réduite (1h50). Puis j’ai ponctué par une sortie de déblocage de 5km avec 3 accélérations le vendredi soir, veille de course.

Un seul ingrédient a vraiment manqué dans ce “plan” simpliste et il se retrouvera dans ma course… je vous expliquerai plus tard.

Comme pour beaucoup d’entre-nous la dernière semaine fut assez chaotique avec une météo pas facile, le boulot… Ceci ne m’a pas permis de stocker beaucoup de sommeil. Je décide de sacrifier mon vendredi de labeur pour… me reposer et dormir. Quelle chance d’avoir un patron compréhensif !

La température quant à elle ne m’inquiète pas ; je sais qu’elle doit légèrement repasser au-dessus de zéro° dans la journée de samedi puis évoluer favorablement. (J’avais ces infos depuis avant la vague de froid et je m’y suis fié. J’ai bien eu raison…)

J’ai aussi fait ce qu’il fallait pour m’acclimater à l’entraînement ou en course : depuis les 20km de Paris je n’ai plus couru de jour et je suis sorti par n’importe quel temps ; souvent le plus difficile possible.

Préparé oui, mais… Si le "foncier" a été préparé, les conditions climatiques préparées et envisagées ; j’ai fait une impasse de taille dans mes travaux préparatoires : le D+ !!!

Mon parcours préféré n’en comporte quasiment pas : tout au mieux 150m en 20km… C’est dire si je compte sur mon mental !

Bon, le principal, comme je l’ai dit en préambule, c’est d’être prêt…

Ma stratégie de course tient compte évidemment de la faille dont je viens de vous parler et c’est pour cette raison que je ferai un départ relativement rapide, afin de compenser les secteurs moins roulants.

Je suis dans les pas de Wouter (qui, lui, est sûrement sur une stratégie un peu différente) et nous échangeons quelques mots sur son Himal Race.

Je me suis laissé tenter pour rejoindre une équipe du Raid 28 dans laquelle figure 2 finishers de cette course + 1 finisher 7ème de l’Origole + 1 féminine qui compte plusieurs GRR.

Se souvenant de Philippe qui sera notre capitaine et de Fred, il m'assure que je prendrai beaucoup de plaisir à partager l'aventure avec eux. j'y compte bien !!! Très sympa ce Wouter, vraiment un garçon attachant et simple… Il se détache vers le 15ème km mais je rentrerai dans le gymnase à seulement 3’ de notre animal sur cette première boucle.

Le deuxième étage important de ma stratégie de course repose justement sur la gestion du ravito. L’année dernière j’avais amplement foiré le coup. Cette fois-ci pas de chichi et de tripotage inutile : je change la 1ère et 2ème couche (un tecfit + un mc) et je remets les mêmes en secs.

Les conditions météo sont excellentes et le terrain plus favorable que l’an dernier. Moins de boue, et le "glissant" n’est pas si dur à gérer en forêt : hormis quelques passages exposés le sol n’est pas complètement gelé.

Les chronos de l'ensemble des coureurs gagneront un gros ¼ d’heure sur ceux de 2009 (temps global des 3 boucles, voir les résultats de l'an passé...) grâce en partie à cette relative "facilité de progression" et surtout une déshydratation moindre.

A noter quand même que la fin de cette première boucle s’est courue vent de face sur un chemin bien blanc ; à faire regretter ce que je viens d’écrire.

 

Je repars de ce premier ravito après un stop de 15’ environ, mon chrono m’indique 3h de course et mon accéléromètre n’indique plus rien : il est resté aux alentours du 13ème km après avoir décidé de reprendre sa liberté… Tout se fera donc à l’ancienne, comme souvent.

Je suis 6ème à la sortie du gymnase et le resterai malgré une grande séquence où je suis serré de très près par un coureur : en me retournant légèrement dans une bosse j’ai même pu le distinguer. On doit être à 20m l’un de l’autre à cet instant, je ne sais pas qui c’est… (Fabien ?)

Après cette bosse le terrain s’aplanit quelque peu et je reconnais les grandes allées boueuses de l’année dernière. J’en connais les pièges ; c’est là que j’avais rattrapé la 1ère féminine et l’américain aux chaussures lisses un peu devant elle. J’avais ensuite dévoré Tom dans une partie de cache-cache dans les taillis serrés de la fin de cet Origole 2009. Je suis à nouveau à mon avantage.

Mon poursuivant a lâché prise et cette accélération en fin de boucle me permet de revenir sur le cinquième qui a l'air complètement à la dérive. Il marche tête basse.

Je lui adresse un salut et lui demande si ça va. Pas de réponse mais il m’emboîte le pas. Je le sens amarré, décidé à jouer la remorque… Je comprends bien la situation mais je suis plutôt solitaire dans l’effort, du coup j’apprécie moyennement son mutisme.

Nous arrivons ensemble sur le pointage suivant : j’annonce mon numéro et lui le sien. J’entends le son de sa voix pour la première fois… Nous reprenons notre allure et je mène toujours. Il me demande enfin mon prénom… Ouf !

Nous discutons quelques instants pendant lesquels il m’apprend être pour la première fois au-delà d’une distance de 40km… Il vient de la piste. Pas mal pour débuter le trail, et pas si mort que je le croyais car tout en parlant il reprend un peu de confiance. On en est là lorsqu’il se mange une branche basse… Ouch !!!

Il répond présent lorsque je l’appelle mais au son de sa voix j’ai l’impression qu’il était moyen.

Encore 200m et là il se décale un peu sur ma gauche, remonte, et me propose de prendre un peu le relais. Je ne dis rien et le voilà 5m devant le loup. L’envie de mordre me reprend tout doucement quand soudainement, se prenant les pieds dans un je-ne-sais-quoi, voilà notre ami qui s’effondre assez lourdement. Sa chute est amusante car il bute dans un obstacle qui lui retient littéralement le pied (une racine basse ?), ses genous plient et vrillent, son poids le tire vers le sol et dans une demi-volte il chute sur le dos, tourné vers moi. Pendant quelques secondes il ne bouge pas et, craignant qu’il ne se soit vraiment blessé, je me penche sur lui en lui tendant la main. Je l'aide à se remettre sur ses pieds et ce qui me restera longtemps de cet incident c’est l’incrédulité peinte sur son visage : il n’en revient pas de mon geste ! Je l’entends balbutier un truc du genre : “ah ben, c’est vraiment sympa ça…”

Je presse mon nouveau camarade de repartir car l’arrivée de cette deuxième boucle n’est pas loin ; nous traversons peu de temps après le petit pré bosselé dans lequel j’avais croisé une harde de sangliers l’année dernière. Droit sur moi et lancés au triple galop, je m’étais effacé avec courtoisie pour laisser passer les bestiaux.

Je fais de même lorsque nous entrons dans le gymnase Alexandre et moi. Curieuse coïncidence hein ? Le pointeur prend son temps pour me noter… La nuit avance gentiment, il est 4h15.

A nouveau le plein des bidons et le change : je renouvelle les couches 1 et 2 mais je vire les manchettes. J’ai prévu de garder comme bonus une veste un peu plus chaude pour cette boucle plus lente à venir. J’avais également décidé de changer les chaussettes et les chaussures.

2 possibilités en Adidas s’offre à moi : les xt adizéro ou les riot. J’attrape les xt adizéro et ce sera ma seule erreur de stratégie de la nuit !

Je m’en rends compte dès la traversée du pont à peine 200m après la sortie du gymnase. L’amorti minimaliste ne pose pas de problème, compensé par un sol assez mou en forêt, mais le mesh de cette chaussure est très aéré et mes pieds sont devenus froids avant même d’être mouillés… Bad choice !

5h30 de course derrière moi et je me lance dans cette 3ème boucle avec 2 parpaings givrés en guise de pieds. En revanche je serre bien mes bâtons contre moi : je sais qu’ils me seront précieux.

Après les étangs je reconnais le chemin qui nous emmène vers les terrains que nous avions explorés pendant la reco ; et instinctivement je poursuis à droite en entrant dans le village. Plus de rubalises !!! Je retourne sur mes traces et je tombe sur Alexandre qui m’a suivi… Lui non plus ne trouve plus les rubans. Nous redescendons et j’aperçois les petits carrés réfléchissants entre 2 grosses maisons : nous sommes passés devant sans les voir ! Un nouveau concurrent nous rejoint et il nous remercie car sans nous, lui aussi aurait jardiné.

Nous repartons à 3 mais très vite Fabien prend le large. J’invite Alexandre à le suivre, s’il le peut, car je suis maintenant dans la section pour laquelle je suis le moins préparé : le D+…

A ce moment je me croyais ressorti 5ème du gymnase (en réalité 8ème) et donc 7ème à présent ; une place très flatteuse pour moi. Pour le chrono je sentais déjà que j’abaisserai la marque mais sans vraiment savoir si la marge serait importante : mon objectif étant de passer sous la barre des 10h et peut-être de taquiner le temps du Bikoon de l’année dernière.

Les bosses se succèdent et je ne regrette pas mon choix d’avoir pris mes bâtons pour hisser ma grosse carcasse dans le dédale de petits carrés luminescents ; longue enfilade de montées et descentes, très courtes mais très sèches…

Par moment j’imagine une décoration de Noël posée à même la forêt : le parcours a quelque chose d’enchanteur avec cette neige qui a finalement bien tenu ici. Je distingue souvent des traces de skis et je me demande si le baliseur est venu ici avec, ou s’il s’agit d’un promeneur qui aurait suivi la trace pour s’amuser…

Je passe près de l’Abbaye et j’écoute un instant la forêt, de plus, à l’endroit où je suis, le point de vue est superbe.

Je prends maintenant le chemin du retour et me le répéter 2-3 fois a quelque chose de bien agréable : je commence à avoir de mauvaises pensées pour celui qui a imaginé le parcours !

Je me retourne trop fréquemment maintenant car je suis à la peine… Ce que je redoutais se produit : certains petits carrés s’éclairent derrière moi mais il ne s’agit pas de ma frontale cette fois… Je vais être rejoint !

J’enrage intérieurement car je sais qu’il me reste des forces mais dans ces pentes je suis trop lourd et j’y laisserais trop de jus…

Le manque de travail de D+ satané fainéant !!!

La jonction s’opère avec David (david.a sur Kikourou mais à ce moment je ne le sais pas) et je vois qu’un autre coureur n’est pas loin derrière (il s’agit d’ultra-steph avec qui nous parlerons de ce moment après la course). Mais très curieusement David s’arrête presque immédiatement pour fourrager dans son sac… Je repasse et peu après le terrain m’est à nouveau favorable : le plus dur est passé et je peux à nouveau “envoyer les watts” sans risquer la rupture. Je m’échappe irrésistiblement comme un cheval qui sent l’écurie. (ou comme un loup qui a le feu au cul)…

Je n’ai pas le dernier mot dans les côtes...

Mais je ne suis pas pourri quand je peux courir ; mes pieds se réchauffent enfin !

A nouveau de longs chemins à découvert, suivis de longues allées forestières. Je frôle une ambulance dans laquelle un secouriste roupille et remonte le long d’une ferme nimbée d'une brume froide dans la blancheur de l’hiver. Le jour se lève…

J’éteins ma frontale puis la rallume : plus facile pour distinguer le balisage ! Cette précaution ne m’empêchera pas de jardiner un peu plus loin, à un croisement de route… Je tergiverse puis fait un mauvais choix. J’ai dû couper 200m environ et à l’intersection suivante je reviens sur l’attelage Alexandre-Fabien. Les passer aurait été dans le domaine du possible mais n’aurait pas eu de sens au regard de l’esprit et du petit raccourci involontaire que je venais de faire. Je les en avise sans ambiguïté et nous entrons dans le Perray en formation serrée ; je boucle la file, sagement.

Mon amie nous attend pour le franchissement du pont avant le dernier petit sentier, et main dans la main nous parcourons les 200 derniers mètres, comme l'année dernière, et j’ai une petite pensée pour Ampoule31, mon pote Manu, que j’aurai bien aimé voir sur ce parcours cette année…

Je suis content du déroulement de ma course et surtout j’ai atteint mon objectif (assez largement même !) de finir sous les 10h cet Origole 2010.

L’organisateur ne fera rien en 2011 mais évoque un format double pour 2012… Je ne sais pas encore… De l’eau, de la neige, de la boue auront coulé sous les ponts d’ici-là.

 

Merci aux bénévoles ainsi qu'à l'organisation : une table de ravito magnifiquement garnie à chaque passage : quel pied !!! Et des douches chaudes pour finir ; le luxe intégral cette année...

http://www.alternature3r.fr/origole.html 

Le Loup.

Décembre 2010.

17 commentaires

Commentaire de Land Kikour posté le 06-12-2010 à 17:14:00

Un loup au grand coeur résume très bien ton récit. Félicitations pour ton résultat mais au final, il ne m'étonne pas, connaissant l'animal :))
Bonne récup.

Commentaire de Bikoon posté le 06-12-2010 à 17:37:00

Bravo Alex pour cet objectif sub 10h amplement explosé !
Et merci pour ce très dynamique CR, comme ta course d'ailleurs ;o) qui m'a rappelé bcp de très bons souvenirs.
Comme quoi une bonne grosse prépa (même avec une petite carence en D+...) saupoudrée d'un mental inoxydable c'est la recette du succès !
A bientôt

Bikoon

Commentaire de david a posté le 06-12-2010 à 18:15:00

félicitations !
je cherchais le portable au fond de mon sac pour téléphoner à ma femme ! je pensais avoir le temps de le faire et repartir avec toi vu que t'avais pas l'air fringant ... mais t'as passé la seconde pour finir en trombe.
encore bravo et au plaisir .

Commentaire de Jorge posté le 06-12-2010 à 21:04:00

Merci pour ce récit.

Félicitations pour ta course ! Quelle progression !
T'as très bien géré et cela promet une très belle saison 2011...
Bonne récup et à bientôt, jorge.

Commentaire de TomTrailRunner posté le 06-12-2010 à 21:38:00

CR très vivant pour une course survollée : bravo à toi et à ton départ rapide :-)

même mini-jardinage pour moi à l'entrée d'Aufargis (trop de reconnaissances peut être :) )

Commentaire de tcall posté le 06-12-2010 à 21:49:00

Très jolie récit... Un grand bravo pour ta course et quel résultat !

Bonne récup et à bientôt au Raid 28 !

Commentaire de caro.s91 posté le 06-12-2010 à 22:21:00

Très joli course Alex, un récit agréable et dynamique, ... à ton image!

A vendredi,
Caro

Commentaire de LtBlueb posté le 06-12-2010 à 22:50:00

ben dis donc je ne savais pas qu'un loup ca courait aussi vite !!! je crois que je suis bien parti pour me faire poutrer au raid28 :))

Commentaire de eric41 posté le 07-12-2010 à 12:46:00

Bravo Alex,jolie fin de saison.
Eric

Commentaire de Bleau78 posté le 07-12-2010 à 13:56:00

Bravo Alex super perf et beau récit.

Commentaire de Insigma posté le 08-12-2010 à 14:27:00

Bravo Alex.
Et pour le gars à qui tu tends la main.. Sans doute qu'il n'a pas connu ça avec ses "potes" pistards ?..

Commentaire de nono's coach posté le 08-12-2010 à 16:32:00

Bravo pour ta belle course ... c'est Fabien qui t'écrit. Merci pour ce récit car je m'y retrouve sur la fin. Très belle progression, mais rappelle toi dans le vestiaire : cette course est une bonne base pour faire mieux encore.

Commentaire de JCDUSS posté le 08-12-2010 à 17:31:00

bravo alex belle perf, jolie récit, une bonne prépa pour ton aventure de jeune débutant avec ton équipe du raid 28.
A la prochaine.

Alex

Commentaire de Tonton Traileur posté le 08-12-2010 à 18:12:00

BRAVO Alex !
Une affaire rondement mené et un objectif explosé.
Dommage qu'il n'y ai pas d'édition 2011 ... car on avait déjà le nom du vainqueur ...
Bonne récup.

Commentaire de gdraid posté le 09-12-2010 à 14:00:00

Merci Alex, toujours très agréable de te lire .
Bravo pour ta course honorablement réussie.
JC

Commentaire de Eponyme posté le 09-12-2010 à 16:55:00

Super récit Le Loup, très agréable à lire.

bravo pour ta course.

Commentaire de patfinisher posté le 10-12-2010 à 02:28:00

Superbe récit, on s'y croit vraiment ! j'avais l'impression de jouer au nouveau jeu de la WII de ma fille : "ORIGOLE 2010 2.0" :):):)..... en tout cas bravo ! et à bientôt à la croisé des chemins !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran