Récit de la course : Grand Duc de Chartreuse 2008, par LtBlueb

L'auteur : LtBlueb

La course : Grand Duc de Chartreuse

Date : 29/6/2008

Lieu : St Laurent Du Pont (Isère)

Affichage : 2420 vues

Distance : 80km

Objectif : Objectif majeur

26 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Duel en Chartreuse

 

 duel-affich.jpg

Préambule

Grand Duc 2003, je suis juste dans les temps (10') à la barrière horaire fatidique , mais HS et en plein apprentissage ultra, j'ignore encore tout de l'addage ("quand on ne peut plus, on peut encore") et je suis tout heureux de rendre mon dossard (petit joueur le Blueb), refusant le combat...

Grand Duc 2004, j'explose en vol (comme 70 des 100 coureurs solos) sous la chaleur caniculaire (35°C) : résultat, je parviens à la barrière avec 2 heures de retard... Bon mon Blueb, encore loupé ! c'est trop costaud pour toi le Grand Duc, faudra revenir quand tu seras grand... Le Duel a tourné court, j'ai trouvé mon maître...

Je ronge mon frein pendant quelques années, puis endurci par quelques expériences plus à ma portée (TGV, Cromagnon), 2008 me semble l'année où jamais pour un dernier duel avec ma bête noire...

Janvier 2008, inscription . Février et Mars du plat, du plat et un 24h. 1ere quinzaine d'Avril : repos total

Puis de la mi-avril à fin Mai, je vais bouffer du D+ comme jamais profitant du cadre géographique à ma disposition ...il faut bien 6 semaines de spécifique pour apprendre à mes quadriceps à supporter mes 82kgs dans les cols via un entrainement plus orienté quantité que qualité, que j'assume totalement

Au fil des semaines, nous découvrons le parcours qui démontre un durcissement de l'épreuve après 2 années plus soft. C'est bien ma veine ca ! Bon je suis inscrit, je ne peux plus reculer et puis le Grand Duc (même sans être finisher) constituera un bon test 2 mois avant l'UTMB...

google.jpg

Néammoins je suis décidé à mettre toutes les chances de mon côté...Alors voyons voir, au-delà d'un entrainement physique minimum (évident, je ne vais pas détailler ici) quels sont les points clefs qui peuvent faire la différence sur une coursette comme le Grand Duc, sachant qu'un MOP (Middle of Pack) comme moi sera de toute facon sur le fil du rasoir ... Reste à essayer de se trouver du bon côté du rasoir

Les Points Clefs de ce duel

1. Eviter la défaillance : en 2004, j'avais pris un gros mur de plein fouet (blocage stomacal), obligé de m'arrêter pendant 1h le temps que ca revienne, puis ramant à 2km/h pendant 1 autre heure ... 2km en 2 heures sur le Grand Duc ... Ben pour les barrières dans ces coups de temps là, à moins de s'appeler Dawa Sherpa, c'est rapé Bref éviter la défaillance, c'est en gros ne pas faire d'erreur coté hydratation, à savoir boire suffisamment un truc correctement dosé (max 50gr/litre en raison de la chaleur à cette période de l'année) et compléter cet apport en malto de coca et/ou eau pétillante aux ravitos (ca n'est pas la recette, c'est ma recette)

2. Fraicheur : mieux vaut arriver le jour J frais (physiquement ET mentalement), avec de l'envie et un peu moins affuté , que chaud bouillant avec une caisse du feu de dieu, une VMA ascentionnelle de bouquetin, au risque d'avoir déjà laissé un peu d'envie à l'entrainement... Ayant prévu à l'origine de couper 10 à 15 jours avant l'échéance, une saleté de blessure (inflammation de l'aponévrose plantaire) va m'obliger à 3 semaines de quasi inactivité (juste une peu de vélo pour entretenir), me garantissant ainsi la fraicheur nécessaire mais occasionnant quelques doutes quant à ma participation...

3. Mental : comme à l'utmb, les points de ravito/relais sont des perches tendues pour celui qui cherche une excuse pour abandonner... Tout ira bien jusqu'à la fin du 1er relais. La fatigue commencera à se faire sentir pendant le 2nd relais et les passages à Epernay, St Pierre d'Entremont ou St Pierre de Chartreuse seront autant de moments fatidiques que le Grand Duc mettra à profit pour ma vaincre. Bref à condition de vouloir aller au bout, autant se préparer psychologiquement au fait que les passages sur ces points stratégiques seront motivants , en raison des sourires et encouragements, mais également sacrément piégeux, du fait qu'il est quand même largement plus tentant de repartir avec la clim, en tong et vautré dans un siège en cuir...assis à coté d'une charmante kikoureuse

4. Gestion du timing

Il y a peu de trails en France sur lesquels il faille à ce point faire gaffe aux barrières horaires, mais sur le Grand Duc, le coureur lambda que je suis n'a pas le choix ,s'il veut espérer aller au bout, il faut faire un peu de prévisionnel et regarder sa montre de temps en temps ("blueb échaudé craint l'eau froide"). Bref, une reconnaissance partielle du parcours avec un zanimal/kikoureur (vtt/pachyderme) me permet de calibrer un peu les relais 3 et 4 ; puis je me fais un prévisionnel, non pas par rapport à ce qu'il faudrait faire , mais par rapport à ce que je pense pouvoir faire (fourchette hautes et basses sur une dizaine de points du parcours). Rémi Poisvert aura même la gentillesse au dernier moment d'ajouter le Grand Duc 2008 à son logiciel d'estimation de performance...

 

L'Avant Duel

Dernière semaine tranquille, comme les 2 précédentes ; encore incertain vis à vis de mon aponévrosite, je fais néammoins un petit test (45',400mD+), histoire de vérifier que je ne vais pas devoir rebrousser chemin dès la sortie de ST Laurent du Pont le jour J. Test positif Les jours avancant et nous rapprochant du jour J, je commence à être gagné par une certaine anxiété, à laquelle je ne suis pas habitué en pareilles circonstances, étant d'un naturel plutot insousciant... Pas d'inquiétude coté logistique, ni stratégie , mais juste un genre de complexe du Grand Duc , qui me rappelle nuit et jour qu'il m'a déjà terrassé 2 fois et que le duel s'annonce incertain ; j'ai beau connaître ses forces, lui connait mes faiblesses...

Samedi après midi, je récupère le Troll en gare de Voiron et nous filons vers St Laurent du Pont, ou nous retrouvons peu à peu une jolie troupe de coureurs en tout genre (kikourou, zoo, "sans étiquette", ...) entassés sur 3 emplacements de camping . Le briefing a lieu sous un cagnard terrible, puis c'est l'attente pour la remise des dossards... Au moment ou une charmante bénévole me remet mon sac, je recois une tape dans le dos de la part d'un grand brun frisé , qui n'est autre que la Tortue Nantaise, dans les Alpes pendant une semaine en pleine préparation pour Embrun ! C'est le genre de bonne surprise qui vous fait définitivement passer vos dernières angoisses de la course

camping.jpg

Après un nouveau passage au camping où Samontetro sort les bulles pour célébrer son anniv, une jolie tablée se retrouve dans un restau de la ville . Puis chacun fait son sac pour le lendemain : perso j'ai préparé 7 sachets de 50gr d'Aptonia neutre, que je diluerai dans 1.2 litre d'eau, me permettant de ne recharger que par tranches de 2 heures environ... Sinon pour le reste c'est du classique : corsaire, tee shirt MC technique blanc, chaussettes DK, Asic Trabucco 2008, saharienne, 3 gels , quelques pastilles de sodium, 1 paire de baton 3 brins, gants cyclistes, sac DK 5l.... et un coupe vent (bon celui là à mon avis je n'en aurai pas besoin)

Le Duel en cinq actes

3h45 ...Drinnngg ! Je me réjouis d'avoir tout préparé la veille, un peu de nok, une bonne couche de crème solaire, je saute dans les baskets et nous déboulons au petit dej offert par l'organisation . Sur un ultra, aucune contrainte pour moi : je mange n'importe quoi jusqu'au dernier moment  Puis nous gagnons le parc de départ. 5h, pan ! c'est parti dans les rues de St Laurent du Pont...

Acte 1 ST Laurent - St Pierre d'Entremont [20km, 1450mD+]

Ca monte presque immédiatement d'abord via une route bitumée, puis un chemin de 4x4, avant de se terminer par un sentier bien caillouteux, que j'aborde en compagnie de la Souris et du Troll. Il fait encore assez sombre, mais il est aisé de progresser ainsi à allure raisonnable. Je crois que dans cette première partie, je n'aurais trottiné que le temps des 200 premiers mètres de plat...ne pas partir trop vite, je me le suis répété sans arrêt ces derniers jours ... ne pas partir trop lentement, non plus , comme en 2004 ou j'étais passé dernier au 1er relais...le sentier serpente alors dans une partie plus pentue via une dizaine de lacets... Sentier étroit, pas de possibilité de doubler, bref chacun se suit et tout le monde est au même rythme... j'ai chaud et ne suis pas tellement à l'aise... Ces sensations me rappellent celles du off du glandasse , dans la 1ère heure... Allez mon blueb, faut laisser chauffer le diesel, ca va passer... Nous passons le Pas du Pertuis et la jolie vue sur St Laurent...premier ravito (1 verre de coca, 1 morceau de fromage) avant de filer vers la superbe prairie d'arpison, endroit idéal pour un week-end bivouac famille ou entre potes... Je suis surpris de tomber sur Samontetro juste surgi d'un fourré... Col d'arpizon franchi sur les talons de la Souris, 1h35 de course pour une fourchette de prévision 1h30-1h45... Bref j'ai fait cette première montée (1080mD+) ni trop vite (<=130bpm au cardio), ni trop lentement...La descente vers le Habert de Billon est effectuée en souplesse. Puis on enfile encore près de 400mD+ via le Col de la Ruchère, le Pas du Loup pour atteindre le col de Bovinant à 1600m (2h20 de course , fourchette 2h15/2h45) .

 img_1127.jpg

Les palpitations et mauvaises sensations ressenties dans la 1ère heure ont disparues, je suis en train d'entrer définitivement dans la course . Grand Duc gare à toi, je vais etre corriace cette année...

Et hop, juste un regard vers le Grand Som majestueux, et on attaque la longue descente pas toujours très roulante ; toto38 et ses potes du CMI sont juste devant, le Troll juste derrière... Là encore, j'essaie d'être le plus souple et posé possible , connaissant les traumatimes causés par une 1ere descente un peu trop rapide, je freine , et laisse passer plusieurs coureurs solos. Je me tord la cheville une bonne fois , mais plus de peur que de mal... Un avion (1er duo ?) nous double peu avant le parking du chateau ...ca devient plus roulant à l'approche du Chateau, ravito dont je profite pour sortir la saharienne du sac et me tremper la tête une 1ère fois... Dans un lacet au dessus de St Pierre d'entremont, je reconnais ma Tortue, venue du camping en vélo et qui a l'intention de sillonner la chartreuse ainsi toute la journée... Puis c'est l'arrivée au 1er relais de St Pierre (3h20 de course , fourchette 3h15/3h45), qui a revêtu ses couleurs de fête pour l'occasion !! Mathias, après un bon départ, a l'air d'avoir déjà baissé les bras...au moins pour le classement. Je remplis ma poche à eau (trait pointillé 1,2l garantissant 2h d'autonomie à raisons de 3 gorgées toutes les 5'), mange 2 ou 3 bricoles, mouille abondamment la saharienne puis repars. La forme est bonne (dos, genou et voute plantaire se font discrets) . Le moral est au beau fixe, renforcé par un timing dans le haut de la fourchette de prévision...mais bon ne nous emballons pas trop, ce premier quart de Grand Duc compte pour du beurre, mon ennemi invisible se tasse dans l'ombre ,n'attaque jamais et ne compte que sur ma défaillance

Acte 2 St Pierre d'Entremont - Epernay [40km, 2815mD+]

Après une première partie favorable (en forêt, de nuit, puis largement à l'ombre), on change de décor avec une longue section de bitume et une exposition au soleil qui commence à taper sérieusement !! Je rattrappe le Dingo qui se bat avec son sac ,et on va faire un p'tit morceau de chemin ensemble en direction du Col de la Cluse... La passage au col du cucheron (4h20 de course , fourchette 4h15/4h45) conclut la fin de cette première ascension . Plus de Dingo... A propos de cucheron, le nombre incroyable de "col de cucheron" m'ayant intrigué, voici l'origine de ce mot :

Cuchat, Cucheron, Cucheroux, Cuchet, Cuchon : Butte, colline, sommet de forme arrondie, voir le mot régional cuche.

Cuche, cuchet, cuchon [n. f., n. m.]  : Tas de forme cônique, en particulier tas de foin, meule de paille. De l´ancien français cuchet, « tas de foin », cuchon, « tas de foin, meule de paille », racine romane cuc, « butte, sommet », racine préromane *cocca, *cucca, probablement d´origine préceltique.

Du col de la cluse jusqu'au désert, on est sur le bitume, ca ne monte pas vraiment, ca ne descend pas vraiment non plus, il y a moyen de relancer , mais je préfère économiser mes forces pour la suite ; alors je me mets en régime marche rapide, debout sur les batons et ca avance quand même...

 cluse.jpg

La chaleur s'installe progressivement... Je remplis ma poche à eau quasi vide au ravito du désert et c'est reparti pour une longue section mi champ / mi foret... Quelques relais (à 2 ou à 5 , je ne sais pas...) commencent à passer , notamment Jeff mon pote d'ST qui me rejoint au ravito de la grange Joigny ...il n'a pas l'air bien Jeff , tout blanc, les mains sur les hanches, en plein doute (malgré sa 3ème place provisoire)... Le temps pour lui de récupérer d'une hypo, on va faire ensemble toute la difficile ascension vers le Mont Joigny (au final Benoit et lui termineront à la place du podium ). Au sommet, je laisse Jeff partir dans la foulée de Cyril en pleine forme, salue Gilbert et pose pour une jolie photo. La descente, très pentue et cassante à souhait, réveille de vieilles douleurs que je n'avais pas connu depuis Janvier au Raid28 : je me méfiais du coté du genou (cartilage / compartiment interne), du dos, de l'aponévrose plantaire ... et voilà qu'une douleur soutenue commence à apparaitre du coté de chaque genou (fascia lata) à chaque tentative de relance trop longue....arghhhh Bref du coup, je descends tranquille en direction d'Epernay. Peu de temps avant le relais, nos supporters de choc (Langevine, Tortue) sont là une nouvelle fois ... merci à eux Comment ca va ? Heu physiquement déjà bien entamé ; par contre le moral est au beau fixe et c'est ce qui compte

virginie.jpg

Bon nous voilà au ravito/relais de la mi-course, l'endroit que je redoute le plus : chaleur écrasante, moral facilement ébréchable par un physique déjà bien diminué conjugué à la perspective du restant à faire (40km , plus de 8heures). Je suis toujours dans le haut (7h10) de ma fourchette de prévision (7h-8h) et celà constitue une raison largement suffisante de s'accrocher. Je prépare mes armes, le combat commence réellement...

 

 triodekikous.jpg

Acte 3 Epernay - St Pierre de Chartreuse [56km, 3600mD+] . Barrière Horaire St Pierre 11h30.

Mathias a l'air toujours aussi motivé qu'à St Pierre d'Entremont.

 mathias.jpg

Du coup, on repart tous les 2 après 10' de pause (un peu plus longtemps à mon avis pour Mathias...) . Dans un premier temps, le sentier longe un ruisseau et est relativement bien à l'ombre. Bref à 2, on avance d'un bon rythme en relancant dès que c'est plat . Néammoins ce passage après la mi course à toujours été difficile pour ma pomme , et ca ne loupe pas, dès la 1ère bonne côte, je ne parviens plus à suivre Mathias qui s'envole... Lorsque j'avais proposé à vincent (vtt/pachy) de reconnaitre une partie de ce grand duc , notre choix s'était porté tout naturellement sur ces relais 3 et 4, que nous savions déterminants dans la lutte contre les barrières horaires. Relais 3, celui où le rêve s'écroule et où l'abandon vous guette à chaque tournant. Relais 4, celui ou la persévérance et le mental viennent à la rescousse d'un physique usé dans la lutte contre la dernière barrière horaire, la plus dure. Bref je rejoins Mathias et je m'applique à ne rien laisser filer malgré la chaleur et une fatigue déja bien installée. Abandonner ? Euhhhh aucun risque tellement ma détermination est grande en ce jour... Par contre se prendre un mur et avancer telle une loque à 1km/h, c'est toujours possible...

Allez hop, une petite descente et c'est le deuxième passage de la journée à St Pierre d'Entremont (8h15 de course , fourchette 7h45/9h) . Estimation trop optimiste ? Ravito précédent trop long ? Coup de fatigue ? Je suis en train de revenir doucement vers le milieu de la fourchette grignotant l'avance que je pouvais avoir sur les barrières . Ca va être chaud sur les 11km et 600mD+ jusqu'à St Pierre de Chartreuse...Pendant que je me m'asperge allègrement à la fontaine, voilà la Tortue qui débarque et décide de nous prendre sous son aile sur quelques kilomètres (jusqu'au sommet des pistes de ski du Planolet) . Riche idée Nous repartons tous les 3 en plein cagnard. Ca ne monte pas beaucoup mais ca monte quand même et vu nos états , la marche est tout à fait appropriée. On tchatche, on tchatche et on loupe une bifurcation... Comme quoi y'a facilement moyen de se perdre même sur un itinéraire aussi bien balisé... Heureusement la Tortue , hyper organisée, a les cartes IGN et on comprend assez vite notre erreur ... Pas grave, on est sur un chemin parallèle...Bref 10' plus tard , nous voici revenu sur la bonne piste ! Les sensations reviennent après un début de relais poussif, je mets un peu le turbo et lache Mathias sans même y faire attention ... On ne se reverra plus  Ravitaillement de St Philibert, arrosage en règle, je me renverse un litre d'eau froide sur la tête... J'essaie de me forcer à boire de l'eau gazeuse, ayant remarqué depuis quelques heures des signes de déshydratation (dont je vous passerai les détails)... Je repars avec une tortue à mes côtés (toujours pas de Mathias, qui a sans doute lever le pied pour attendre la Souris...) et dieu sait que cette aide me fut précieuse à ce moment là... Au planolet, 1ère mauvaise nouvelle de la journée, un kikou de la ménagerie nous attend au bord de la route : le Lapouneur , mon compagnon de 2003, qui a mis le clignotant à mi-parcours... Je me ravitaille en vol (2 verres de coca) et attaque illico la dure remontée des pistes de ski , plein cagnard, dré dans le pentu... en compagnie d'un charmant accent toulousain, qui m'apprend que la veille Clermont a une nouvelle fois perdu face à Toulouse (je ne le dis pas que j'étais pour Clermont, préférant le laisser à sa joie visible)

 planolet.jpg

Au col, nous sommes accueillis par un joueur d'accordéon : génial ! Je dis un grand merci à ma Tortue , qui va retourner sur ses pas récupérer son vélo , avant de filer au sommet du Charmant Som où il espère me voir arriver dans les temps un peu plus tard !! Je bascule dans la descente de 4km en alternant marche et course, histoire de ménager mes genoux qui continuent à grincer des tendons... Chaque bachal est l'occasion de tremper largement la saharienne... Hameau du Batour , les trailers défilent depuis des heures sous l'oeil médusé/interrogateur des autochtones en plein barbecue dominical. Ce grand duc nous offre chaque année l'occasion de découvrir de petits coins de paradis où il fait bon vivre, la Chartreuse ayant su conserver tout ses charmes grâce notamment à son statut de parc naturel régional. Passage à côté de la chapelle du Rosaire. Un dernier sentier monotrace nous fait dévaler sur St Pierre de Chartreuse . Court arrêt photo pour saluer Langevine et le Dingo , qui a abandonné  

 stpierre2.jpg

Puis je passe au controle médical, obligatoire pour les solos, et décroche le sésame indispensable pour continuer... 13/6 de tension, 99 BPM au cardio ,j'obtiens le droit de me faire mal pendant quelques heures supplémentaires : maso ces ultra-trailers !!) Je croise Dud au ravito, qui a décidé d'arrêter, en panne d'envie...

abandons.jpg

 

Acte 4 St Pierre de Chartreuse - Charman Som [65km, 4545mD+] . Barrière Horaire Charmant Som 13h.

10' de pause, il est 15h30... 10h30 d'effort, fourchette de prévision 10h-11h30 ... Lors des discussions d'avant course , nombreux estimaient qu'un passage à 15h30 à ce relais était nécessaire pour permettre d'être au Charman Som dans les temps ; bref tout va bien , j'ai limité la casse , bien aidé par la Tortue, lors du relais précédent , je suis pile poil dans le timing, tout en étant un peu inquiet pour les coureurs qui me suivent... Bref je suis raisonnablement optimiste à ce moment là concernant l'issue de mon duel avec le Grand Duc, mais comme prévu depuis de longs mois toute défaillance dans cette ascension serait fatale... J'attaque la descente, puis longe le Guiers Mort jusqu'à la Diat, point le plus bas du relais ...C'est parti pour 900m de D+, via un large chemin qui file plein sud en grimpant à flanc du Charmant Som... À fond sur les batons, je lâche la charmante féminine avec laquelle je faisais le yoyo depuis plusieurs heures... Quelques gouttes de pluie commencent à tomber ; il est vrai que le ciel s'est maintenant sacrément assombri et que les sommets du coin sont la plupart entourés de nuages noirs qui ne laissent rien présager de très bon... L'organisation ayant évoqué au briefing de la veille la possibilité d'un parcours de repli pour éviter les abords de la Grande Sure, dangereuse en cas d'orage, cette crainte me vient à l'esprit... Le pire pouvant être l'arrêt pur et simple pour les coureurs attardés comme moi... Au niveau de la grange de Plénan, la pente s'atténue et nous permet de souffler un peu... avant la légère redescente vers les Revols ou nous récupérons la route.

Les Cotaves , dernier ravitaillement, je bois 2 verres de coca et refait le plein de ma poche à eau (eau plate cette fois) . Il reste 1h15 avant la barrière fatidique et le ciel se fâche. Je cache mon téléphone dans un zip loc... Cette pluie ne me dérange pas trop, bien au contraire, c'est la possibilité inespérée de monter à la fraiche... Je range la saharienne devenue maintenant inutile et je me fraye un chemin sous les grondements de l'orage et la grêle , qui blanchit le sol en quelques minutes ! 500mD+ en 1h15, ca devrait passer... J'ai quand même du mal à ne pas surveiller ma montre de près, avancant dans la tempête en essayant d'en garder un peu sous le coude des fois que ... Cette montée vers le goulet d'Orgeval est amusante , pas vraiment roulante (limite de mettre les mains par moment) mais bon dans le sens de la montée et à ce moment là , ca n'est pas trop gênant... Je rejoins une féminine , qui m'invite à passer , mais je préfère m'économiser et puis à 2 c'est plus sympa... Mon alti m'indique une vitesse ascentionnelle voisine de 8 à 10m/minute, pas la peine d'exploser dans 100m... Les rochers mouillés sont devenus glissants...après une bonne demi-heure de pluie continue, le calme revient au moment où nous sortons du goulet d'Orgeval et attaquons la montée finale dans la prairie du Charmant Som...L'orage passé, le ciel a repris sa couleur bleu azur..5' pour atteindre le ravito et la foule là haut , baignée par le soleil... Relativement confiant depuis ST Pierre, ma seule crainte était une éventuelle neutralisation de la course, crainte désormais écartée . Je sais maintenant que je vais aller au bout ! Je mets le turbo et franchit les dernières pentes . 17h40 , 12h40 d'effort , 20' de la barrière horaire fatidique, la Tortue, tout sourire, est encore là pour m'accueillir au ravito du soulagement et du bonheur !

 charmant_som.jpg

 Je resterais bien ici des heures pour laisser libre court à ma joie mais bon il parait que j'ai un Grand Duc à finir . Bref après 10' il faut repartir

Acte 5 Charmant Som - ST Laurent du Pont [80km, 5100mD+]

On prend encore quelques dizaines de mètres de D+, qui font bien mal aux pattes, et puis le sentier bascule dans un gigantesque pierrier, que j'aurais apprécié frais et par temps sec ; mais là avec les guiboles qui flageolent, et les cailloux encore bien trempés, je descend assez prudemment. Il n'empêche que le coin est sauvage et me plait bien, il faudra que je revienne faire l'ascension par le coté Charmette, un jour où je serai plus frais ! Je vais mettre 40' pour descendre les 500mD- et les 3km qui mènent au col de la Charmette ... Je crois que je serais allé plus vite dans l'autre sens Col de la Charmette , c'est pas la grande forme... La perspective de la dernière bosse finit de m'achever !! Bon quand il faut y aller, faut y aller ... La grimpette s'effectue sur un large chemin de 4x4 en sous bois (je commence à en avoir ma claque des chemin de 4x4 en sous bois , grrrr ) et va durer, durer, durer ... pas loin d'1h il me semble , avant que l'on ne débouche (Miss Charmant Som et ma pomme) au goulet d'Hurtières ... La vache, comme c'est beau et sauvage ici , splendide vallon face à la grande Sure  19h30 , soit 14h30 de tourisme chartrousin ! J'adore cette ambiance de fin de journée , pas vous ? Ah bon

Petit ravito improvisé en dessous du col de la Sure (il reste du coca : génial) et c'est parti pour 1300m de D- ! Descente roulante au début, puis ca devient un peu plus compliqué... Je n'ai désormais qu'une hâte : passer l'arrivée et retrouver mes sandales ! Passage du cul de la Lampe : un peu de gaz sur la gauche et marche obligatoire sur quelques centaines de mètres... Je regarde mon alti : encore 1100m de D- ! Purée mais ca ne descend jamais par ici ! La traversée d'une zone de coupe en sous-bois finit de me ravir (des troncs de 120cm de diamètres à enjamber, contourner... J'essaie d'imaginer Davide le Minou quelques heures auparavant en train de planer au dessus des troncs ). Un peu poussif le Blueb et pourtant il y a 30 ans , je maitraisais le saut de haies Ahhh enfin une vraie descente, ou je peux me laisser aller (en grincant quand même un peu des dents, la faute essentiellement à une méchante et grosse ampoule mal placée , que je dois au fait d'avoir totalement négligé mes pieds avant la course... À éviter pour l'UTMB !!) . Wouaouuhhhhh, quand il y a de la pente et que ca envoit du gros, ca descend vite : flashé à 30m/minute à plusieurs reprises à mon alti-radar suunto Vrouuuummm, je descend à un bon rythme (il serait temps , ca fait 2 heures que je musarde ) , répond à vtt (le pachy) et à mon pitaine utmb le rapace qui viennent aux news, puis déboule au dernier ravito (route forestière) où la Tortue est encore une fois venu à ma rencontre (bon sur ce coup là, il avoue avoir trouvé que j'avais pris mon temps ) ...

 dernier-ravito.jpg

Il reste 4km de route, que je savoure en alternant marche de récup et quelques sections de course...1km de St Laurent, la Tortue me lache pour assurer la photo finish... J'ai mal partout, mais c'est le bonheur intégral... 5 ans que j'attendais ca... Un dernier sentier qui serpente jusqu'à St Laurent...Le Pio et quelques spectateurs à l'avant dernier virage...

 

Dernier regard vers la chartreuse chargé d'émotion... Ils sont tous là mes kikous j'ai même droit à une Ola juste avant la ligne (un grand merci à vous tous de m'avoir attendu et réservé cet accueil)...

 

 supporters3.jpg

 arrivee.jpg

 

21h08, je terrasse le Grand Duc, 16h01 d'effort pendant lesquels ma bête noire fut vaillante, courageuse, dure, entière. Aussi je lui laisse la vie sauve, tant elle mérite d'affronter une nouvelle armée d'ultra trailers dès 2009, année de ses 20 ans

Merci à tous les kikous/zanimos présents ce week-end , à ceux qui m'ont supporté sans être présents

Merci à toi mon ami la Tortue

Photos empruntées à Langevine et SuperSteph et la Tortue . Merci à eux !

 

26 commentaires

Commentaire de La Tortue posté le 09-07-2008 à 01:12:00

quelle gestion de course géniale : tant physiquement que mentalement ! un Cr à lire et à méditer par tous les ultra-trailers débutants.

toute ton expérience t'a servi, et à aucun moment, on ne sent que la course ne peut t'échapper ! la grosse chouette, elle n'avait aucune chance face à toi cette année ; et même le soleil et l'orage qui sont venus à sa rescousse n'ont pu avoir ta peau !


encore un méga bravo et maintenant laisse souffler la mécanique pour venir à bout du gros tout blanc !

Commentaire de agnès78 posté le 09-07-2008 à 09:26:00

beaucoup d'émotions dans ce récit... et quelle maîtrise de course, philippe! Un grand BRAVO à toi et merci de nous avoir fait partager ce grand duc... en espérant te recroiser très bientôt
grosses bises
agnès

Commentaire de akunamatata posté le 09-07-2008 à 09:27:00

eh beh!
quelle aventure, je sais pas comment tu fais mais y'a du suspens!
Quelle lutte contre la barriere horaire, bravo

Commentaire de hagendaz posté le 09-07-2008 à 09:27:00

bravo et bonne récup maintenant.
merci pour ce beau récit et ces photos qui nous font rêver.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 09-07-2008 à 09:40:00

Il y a trente ans, je maîtrisais le saut de haie... le temps passe et les vieux font de la résistance. Bravo mon Lieutenant !

Commentaire de L'Castor Junior posté le 09-07-2008 à 10:11:00

Formidable récit d'un combat acharné contre une chimère que tu auras finalement terrassée.
J'admire réellement ton exploit : celui d'avoir bouclé dans les temps, d'abord, mais peut-être plus encore celui d'avoir eu le cran d'oser affronter ce monstre une troisième fois.
En plus, comme toujours, on sent une sérénité qui fait tant de bien à ceux qui t'entourent (j'en sais quelque chose après le Raid 28 2008).
Merci à toi.
L'Castor Junior_tous_au_but_fin_août ;-))

Commentaire de langevine posté le 09-07-2008 à 10:49:00

Que dire? D'abord bravo pour ton cran, tu l'as voulu, tu l'as vaincu.. Faut avoir un sacré mental pour revenir une troisième fois!!!
Ce grand Duc, tu l'avais cette année dans les jambes, dans les tripes et dans le mental alors je dis BRAVISSIMO!!
Toujours le petite mot sympa en plus en passant, un réel plaisir de t'encourager comme je l'ai pu même si je n'avais pas le rythme de la tortue! :-)
T'as presque réussi à me faire verser la petite larme à ton arrivée au milieu de la ola!! Eh, stop, les émotions, moi, je vais finir l'UTMB avec les mouchoirs à ce rythme!! ;-)
biz

Commentaire de BENIBENI posté le 09-07-2008 à 12:55:00

FELICITATION ! Rien n'est plus magnifique que de terminer une course aussi dure et surtout d'en avoir chié autant ! Bravo à toi et à bientôt !
Euh...T'as vu comment que tu étais déshydraté ?...

Commentaire de taz28 posté le 09-07-2008 à 12:56:00

Merci Philippe pour le récit de cette belle bataille gagnée !!!
Tu mérites de vivre toutes ces émotions, car tu sais si bien les partager autour de toi...

Bravo à toi pour ce duo Lieutenant/Duc

Taz

Commentaire de maï74 posté le 09-07-2008 à 14:27:00

Super, bravo !!! Le Grand Duc : ça c'est fait ! De bon augure pour Chamonix... Bonne récup

Commentaire de Françoise 84 posté le 09-07-2008 à 15:34:00

J'ai beaucoup aimé ton récit (la lutte contre les barrières horaires, ça m'appelle bien!!!). Bravo pour ta réussite, tu devais être sur un petit nuage à l'arrivée!! Bisous, à bientôt!

Commentaire de Fimbur posté le 09-07-2008 à 15:39:00

Bravo pour ta course, merci pour le récit.
On est dedans du début à la fin. Super

Belle année que 2008 après St Fons, et avant l'Utmb,un duel de gagner, c'est bon pour le moral, c'est bon bon ...

A bientôt
Fimbur

Commentaire de Cawito46 posté le 09-07-2008 à 21:29:00

Très beau récit. Moi, quand je lis ça, j'ai envie de chausser immédiatement mes chaussures de trail et y aller....puis, je me souviens que je suis un tricard.. et je reprend une bière. ...mais 'tain que cela doit être génial de savoir faire cela !
Merci lieutenant...rompez !

Commentaire de Mustang posté le 09-07-2008 à 22:25:00

récit impressionnant comme ta course, bravo!!

Commentaire de _azerty posté le 10-07-2008 à 06:19:00

Philippe Le Grand, Blueb le Sage, le lieutenant Exmplaire ...
je pourrai en rajouter encore, tellement tu dégages de sérénité dans ce que tu entreprends

Encore une belle course

Merci

Domi_fan

Commentaire de martinev posté le 10-07-2008 à 10:29:00

Bravo pour cette belle course menée de main de maître. Tu as acquis le plus important pour un ultra : le mental.

A bientôt

Commentaire de Jerome_I posté le 10-07-2008 à 11:41:00

Bravo Philippe pour cette course, tu as pris une revanche. Maintenant rappelles toi des trucs que tu as noté pour arriver dans 7 semaines en grande forme à Chamonix. On se verra avant pour un weekend choc.

super ton CR.

Jérome

Commentaire de gdraid posté le 10-07-2008 à 21:33:00

Bravo et merci Philippe, ton récit et ta course sont passionnants.
Et tes ampoules ? Même pas mal !
JC

Commentaire de Lolarun posté le 10-07-2008 à 22:20:00

Quelle belle histoire Philippe !! C'est émouvant à lire, à comprendre, imaginer tout ce qui a pu se passer en toi après ces "échecs" passés, le stress de la blessure d'avant course et l'épée de Damoclès qui t'a menacé pdt qques tps avant de savoir que oui, tu pourrais t'aligner.. mais mieux que cela que tu allais vaincre ton démon à toi, cette course monstrueuse et sublime. En ai le souffle court, tu es immense mon Lieutenant!!

gros bisous et chapeau très bas au blueb'
lola

Commentaire de béné38 posté le 11-07-2008 à 00:49:00

J'ai bien fait d'attendre et de prendre mon temps pour lire ton récit. Bravo belle bataille que tu as livrée et gagnée là. Prêt pour l'UTMB, par contre faudra penser aussi à tes pieds :-)
Et merci pour la ballade.

Commentaire de la buse de Noyarey posté le 12-07-2008 à 17:04:00

Salut Philippe

Un grand bravo a toi pour avoir vaincu le grand duc et pour ce super recit (t'as pense a ecrire un bouquin ?).
Pour n'avoir fait que les 40 premiers kilometres je suis admiratif devant ton exploit; il doit falloir une sacree volonte pour aller au bout de ce genre d'epreuve

A+ et bon UTMB

jeff

Commentaire de hérisson posté le 15-07-2008 à 23:22:00

j'avais gardé la version photo pour plus tard... Voilà, ce 15 juillet, je viens de la savourer et de réaliser une fois de plus quel beau duel tu as su livrer avec ce grand Duc afin d'en sortir vainqueur.
Une envie maintenant : suivre tes pas avec un même mental pour aller au bout d'un des trails les plus durs de France. YES, le Blueb, YES...

Commentaire de testudo42 posté le 19-07-2008 à 21:56:00

cloué à la porte le rapace de malheur!!!
encore bravo
jean-louis

Commentaire de le_kéké posté le 25-07-2008 à 22:38:00

Alors là Philippe, j'aurais jamais du lire ton récit hier soir, j'ai rêvé du Gd Duc toute la nuit. Le truc que tu as fait c'est énorme, c'est une belle leçon, le grand duc ça se mérite. Tout ceux qui sont venus la fleur au fusil, ils sont tous (ou presque) repartis la queue basse. La différence ?? pas grand chose finalement, pleins de détails, et une énorme envie. Ce récit je crois que je vais le relire plusieurs fois, c'est une mine d'or. Il faut vraiment que je tente ma chance moi aussi ça me fait trop envie.

Maintenant la coursette autour du Mt Blanc ça va être un truc de fillette pour un warrior comme toi.

Commentaire de samontetro posté le 16-08-2008 à 23:40:00

Bravo Philippe! Bravo pour ta gestion de l'effort, ton mental tout au long de la course. Moi aussi il m'a eu un jour le grand duc... et c'est vraiment une course difficile!
Cette année, après avoir quitté mon fourré ;-) j'ai un peu relancé juste pour pouvoir te voir franchir la ligne d'arrivée en winner.

Commentaire de TomTrailRunner posté le 03-05-2012 à 00:32:22

Bien mieux qu un guide touristique de la chartreuse et qu'un manuel pour ultratraileur réunis ce récit :BRAVO

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran