Récit de la course : Les Aventuriers du Bout de Drôme 2008, par ptijean

L'auteur : ptijean

La course : Les Aventuriers du Bout de Drôme

Date : 10/5/2008

Lieu : Crest (Drôme)

Affichage : 2142 vues

Distance : 100km

Objectif : Pas d'objectif

26 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

 

La decision est prise, lundi 5 mai, je vais faire le 100 kil de Jack,mais juste pour tester ma jambe et voir si ma blessure qui me pourrit la vie depuis le mont blanc est guérie.

Je sais que je ne suis pas assez entrainé, et qu'avec deux mois d'entrainement depuis Aout 2007,ça va faire legermais bon, sur un bon jour et avec le moral, ça peut passer....peut être.....on verra bien....enfin de toute façon ,c'est le seul moyen de savoir alors, HOP...

Arrivée vendredi apres midi à Crest pour un long week end, et c'est l'arrivée au compte goutte de tous les kikous.

Installation dans ce qui sera le dortoir kikous, ou plutôt (pas le chien) ce que je nommerais le ronfloir kikous. Résultat,deux heures de sommeil. Vous remarquerez que je ne donne pas les noms

3hrs30,BIP.BIP.BIP...,je crois bien qu'il faut y aller.

Ptit dej, dernières preparations, breefing de jack, contrôle des sacs,...4hrs48, le départ est donné alors que tous les kikous sont à la pose pour une jolie photo de groupe...

Je suis bien, sans aucune pression (je bois pas d'alcool), et je me cale derrière le peloton pour ne pas etre tenté de durcir la course dès le debut

La première heure de course se passe tranquillement, à bien regarder où je mets les pieds en discutant avec d'autres coureurs. Le jour se lève, et je profite pleinement des paysages superbes de ma drôme d'adoption...c'est beaaaaauuuuu....pour le moment il fait doux et tout va bien.

Arrivée à la beaume cornillac, soit à peu près 15 kil et 800 d+ en 2 hrs, aïe, trop vite pour moi, il va falloir que je me calme si je veux allr au bout....mais bon, les jambes tournent bien donc,je verrai .Arret rapide, et zou ,je repars.

Une dizaine de kil plus loin, 1er ravito. Je quitte rapidement Barcelone (non non c'est pas en espagne) car de toute façon,il n'y a rien à part quelques cacahuettes perdues au millieu de miettes de cakes....

Première grosse bosse, la montée vers le pylone. Cette montée est assez franche jusqu'aux crêtes, mais apres, quand je vois le pylone et que j'ai l'impression d'y etre, ce ne sera qu'une succession de petit coups de cul (et pas au cul) qui ne me rapproche jamais de ce satané pylone.....enfin,ça y est, je suis arrivé à ce pylone de ....Bof,pas beau, je ne m'eternise pas et je decide de regarder mes sms,... fallait pas ... .je loupe la rubalise, et je commence à descendre sur le goudron.....demi tour et je reprends le bon chemin, celui des cretes. Magnifique paysage, mais il faut choisir, regarder les cailloux, ou le ciel. Certaines de mes experiences m'incitent à etre prudent et je me concentre sur le sentier. Il faudra que je revienne en rando.

Longue descente vers Cobonne où je me retiens de rattraper tous ceux qui m'ont doublé à la montée...Je déconne... plus serieusement, il reste encore un bout de route et je commence à croire que tout va bien aller aujourd'hui

Cobonne, le deuxieme ravito40 kil,+2000,c'est déjà ma plus longue sortie depuis l'UTMB

Le ravito : "lieu où l'on reprend des forces, moment de réconfort, prévu pour redonner de l'energie aux coureurs fourbus, pour les aider à repartir du bon pied"

helas, 3fois helas, ce ravito, quand j'arrive, sent la poudre tant tous les coureurs presents ralent apres ces pauvres benevoles qui ne doivent pas y etre pour grand chose. Sur la table en plein soleil,quelques cadavres de bouteilles d'eau et puis RIEN,TROIS FOIS RIEN....ah si, là, dans un coin de la table une assiete avec les trois cacahuettes du premier ravito que quelqu'un a dû ramener jusque là (faut pas gacher) Je dis mon étonnement et mon mécontentement, remplis mon camel et repars aussitôt car ma pomme elle est en autonomie s'il faut NANANERE.Ce sera le seul couac de toute cette journée;

Je rapars de cobonne avec mon MP3 vissé sur les oreilles pour me rebooster un peu (Led Zep ET Deep Purple vont m'accompagner pendant une petite heure)

Je rattrape un grand gaillard et je me colle à ces baskets , il fait de plus en plus chaud et j'ai mon premier coup de mou de la journée, alors cool. C'est un bon gabarit le gars 1,90 m  95 kilo, tout pareil, sauf que lui, il est encore plus mal que moi.

On va discuter un long moment de tout et de rien, comparant nos experiences de courses, nos autres sports etc

P....N il fait chaud ça devient etouffant dans ces petites drailles sans le moindre souffle d'air...boire,boire...on avance tout doucement en relançant de temps en temps quand le chemin descend; Il commence à me parler d'abandonner en arrivant a saillans, moi je lui remonte le moral tant que je peux en lui disant qu'a saillans il aura largement le temps de se refaire une santé et qu'il pourra repartir.

Une feminine nous double dans une montée et on la redouble dans la descente suivante, et ça plusieurs fois de suite, elle nous avoue etre tétanisee dans les descentes. Dommage, elle devrait etre loin devant si elle descendait mieux. On forme maintenant un petit groupe de 4 et ensemble on arrive pres d'un panneau "EAU A 30 M"c'est un particulier qui fait profiter aux coureurs de sa source , super sympa et bienvenue, tant la chaleur à ce moment là est insupportable.

On repart , certaine en courant , les gros en marchant et le dernier en se trainant, il se laisse distancer. Nous attaquons donc à deux la derniere grosse bosse avant Saillans, tout doucement car je peine un peu aussi sous cette chaleur. Mon compere a de plus en plus de mal à suivre et on fait des pauses de plus en plus frequentes pour se reposer, mais on repart.....jusqu'au moment où il me dit qu'il est cuit.... le soleil sans doute. ça me fait mal pour lui mais si je reste là sur le bord du chemin avec lui, je risque de ne pas repartir non plus, alors, je le laisse recuperer et je lui donne rdv à SAILLANS où j'ai prevu de faire une longue pause.

Je repars avec cette fois ACDC pour m'accompagner. Faut bien ça pour faire avancer la bête. La fin de la bosse se passe plutôt bien,dur,chaud,mais ça va mieux, car je suis de nouveau à mon rythme. Dans la descente, je glisse sur un caillou,(Qu'est ce qu'il fait là celui la,...Jack, c'est inadmissible...) et en essayant de ne pas tomber, jeme contracte violemment le quadriceps...Aïe...crampe....je repars tout doucement, ça va aller.

Arrivée à Saillans...65 kil, 2913d+, 11 hrs de courseSurprise de taille, un kikoukanard est là,  prêt à repartir. Bonne continuation.

Enfin un ravito digne de ce nom, coca, eau gazeuse, du salé, du sucré, tout ce qu'il faut. En plus podo et ostéo. L'ostéo me manipule la cheville qui m'a un peu gêné pendant la dernière descente et me refait un strap. Je me change, je mange, je discute un peu et là je vois arriver mon compagnon de tout à l'heure. Il est reparti et je le trouve plutôt mieux... Hélas, il ne repartira pas

Je repars en marchant après une heure d'arrêt (oups, quand même !!). Ce qui m'attend, je connais : je l'ai fais en off avec Khanardo, Supersteph et Debizej: Le Pas de la Motte. ça se trouve juste au dessus, 900m plus haut. "Let's go and good luck" comme dirait... je ne sais pas qui, mais à ce stade du CR ça faisait bien.

Il est 16h30 et c'est plein cagnard, alors faut y aller cool. En plus, j'peux pas aller plus vite que cool, alors... "Allez Ptijean" c'est Béné qui m'encourage, à peu près à mi pente. ça fait du bien au moral... Vive les Kikous.

Je suis juste sous la partie la plus dure de l'ascension, donc les encouragements sont les bienvenus et en plus, ma contracture ne me lâche pas depuis Saillans. J'ai remarqué que si je ne tendais pas totalement la jambe, c'était supportable, alors je fais avec...

Je laisse Béné et ses copines et je repars pour rejoindre le "sale gamin" (entendez par là un petit nom affectueux pour notre Thunder national) qui attend les retardataires là haut, au pas de la motte.

C'est plus raide que dans mes souvenirs, mais j'avance bien et je rattrape et double trois concurrents à l'agonie, dont Jean-Luc qui me demande si le sommet est encore loin. Je lui fais un petit mensonge en lui disant que le pas de la motte est 150m au dessus (le pas de la motte est tout sauf le sommet...) C'est là que je vais m'arrêter pour manger quelques Tuc. Il a dû croire que je lui en donnerais, car il est reparti.

Avant le sommet, je croise Monstertruck, le Lutin et Mustang qui redescendent rejoindre Béné. Encore de la motivation.

ça y est : le pas de la motte. Jean-Luc me rejoint et on casse la croûte ensemble. Je repars avec pour objectif d'arriver au point de contrôle suivant, où je sais que je retrouverais Maria. Elle m'avait dit en rigolant la veille qu'elle serait là pour les massages et bien entendu, je vais la prendre au mot. Mais ça se mérite... 3 impraticables bosses taillées à même les pentes les plus raides et les plus en dévers que jack ait trouvé et en plus une grosse averse . J'enfile ma veste de pluie. ça y est c'est fini, je peux l'enlever

Jean-Luc qui est reparti avec moi s'arrête pour enlever son short  il est littéralement brûlé entre les cuisses. Il ne le remettra plus.

ça y est, j'entends Maria, avant même de la voir... (non, elle n'est pas petite Maria) Elle a la voix qui porte, Maria, et ça c'est bien pour encourager le dernier Kikoukipasse .

chose promise chose due, j'ai droit à mon massage (faut pas le dire à Ptitejeanne). Miraculeux pour ma contracture. Merci ma grande Maria. Même plus mal.

Avec Jean-Luc, on repart, avec pour objectif d'arriver à l'auberge des dauphins avant la nuit pour  ne pas passer cette combe de la mort qui tue. Déja de jour, je l'ai trouvée dure, alors...

C'est magnifique, le paysage. Sauf qu'on n'a pas le temps de regarder le paysage. Faut qu'on avance et qu'on sorte de là,  VITE !!! L'année dernière, May a entendu des sangliers, alors faut pas traîner.

Jean-Luc souffre le martyr, donc il avance en utilisant la technique de descente du Castor, avec les jambes un peu plus écartées : à la Supersteph, en somme... Mais non, je ne me moque pas.

Malgré tout cela, nous rattrapons et doublons André, qui lui, a mal à ses deux chevilles et qui "fait là son dernier trail, c'est trop dur, mais aussi son premier 100 km, sauf sur route, il a déja fait Millaut, mais là au moins, y avait pas de cailloux, etc... etc... " Faut dire qu'il parle beaucoup, André... Je crois qu'il est du sud-ouest.

ça y est, l'auberge du dauphin, on est passés avant la nuit. 80ème km, 4150 D+. Ravito grand luxe. On est accueillis comme des rois. Faut dire qu'avec Jean Luc en slip et André qui réclame sa bière, on fait une arrivée remarquée. On se fixe un délai de 20 mn pour repartir et on s'y tient.

C'est reparti, avec Jean Luc on loupe des balises et on perd André. Quand on le récupère, on décide de faire cause commune pour chercher les balises. On arrive enfin à la dernière montée, et là, pour Jean Luc, c'est celle de trop. Mais on ne va pas le laisser tout seul, donc on l'attend. J'ai de bonnes jambes pourtant, plus de contractures et tout va bien, à part ma cheville qui me fait mal.

On progresse tout doucement pour rester tous les trois.

Arrivé au sommet, je me rends compte que mes deux acolytes sont cramés et dans la descente très raide et très technique, c'est pire qu'à la montée. Mais vu que pour nous, le chrono ne veut rien dire et que je suis bien avec ces deux là, j'attends, et c'est bien comme ça.

ça y est enfin, le gros de la descente technique est terminé, on va pouvoir trottiner. Mais là, vraiment, pour Jean Luc, c'est insupportable et on se remet à marcher. Il a les jambes de plus en plus écartées.

On arrive enfin au dernier point d'eau et à grands regrets, on laisse jean luc qui abandonne à 10 km de l'arrivée, mais soulagé d'arrêter son martyr. (bilan le lendemain : brûlures au 3ème degré)

Avec André, on repart, en employant notre technique Cyrano, c'est à dire 9mn de marche, 1mn de course à pied...

Au loin, on aperçoit une frontale... C'est Samontetro qui a fini son 100km il y a à peine 4h et il est déja là à faire le supporter.

On le laisse à sa voiture et on arrive tous les deux en vue de Crest. C'est beau, Crest la nuit.

Depuis la sortie de la combe, je reçois des SMS des kikous et maintenant, après Samontetro, 2 nouvelles frontales viennent vers nous : c'est Thunder (sale gamin pas encore couché?) et Maria qui nous rejoignent pour finir ce magnifique parcours avec nous.

André me dit que je suis une vraie vedette. Non, je suis juste kikoureur (s'il devient kikoureur, il ne faudra pas le réunir avec Maria, sinon plus personne ne pourra parler... Je déconne Maria.)

ça y est, c'est l'arrivée. Une joie immense d'être là et de franchir la ligne et malgré l'heure matinale, encore quelques kikous pour m'accueillir. C'est énorme et inespéré, au vu de mon non-entraînement depuis le Mont Blanc. Je ne sais pas quoi vous dire : du plaisir à l'état pur, d'être venu, d'avoir été avec vous, d'avoir été soutenu et encouragé et d'avoir fait un boût de chemin avec tous mes compagnons d'aventure. A tous MERCI

En résumé, un vrai grand bonheur, tu penses, 20h54 de bonheur et des souvenirs pour longtemps.

Aujourd'hui, la cheville va mieux, vivement le MONT BLANC

Ptijean_centbornard_ça_y_est_je_peux_le_dire

 

26 commentaires

Commentaire de béné38 posté le 13-05-2008 à 23:48:00

Oooh oui tu peux le dire, et tu peux en être fier!
Bravo mon grand pour ce beau récit plein d'émotion, et pour ta course où tu as su attendre tes compagnons.
Soignes bien ta cheville !
Bisous - Béné

Commentaire de Jerome_I posté le 13-05-2008 à 23:58:00

bravo ptit jean le centbornard... J'éspère que ta cheville va aller mieux et que tu pourras venir au OFF, au grand raid 73 et surtout ètre en grande forme fin Aout...

A bientot et encore bravo

Jérome

Commentaire de Xavhië posté le 14-05-2008 à 00:44:00

Bravo, grand moment de bonheur! ... mais déjà pressé d'être au Mont-Blanc? Ils sont fous ces Kikous ?!?

Commentaire de taz28 posté le 14-05-2008 à 06:26:00

Ton récit Ptitjean, est à la hauteur de ta cheville à l'arrivée : énorme :-))
Tu as fait une superbe course, bravo à toi !!

Ce fût un vrai plaisir de te rencontrer, même si tu es un peu haut pour te faire des bisous...

Soigne bien cette vilaine cheville

Taz

Commentaire de titifb posté le 14-05-2008 à 06:32:00

Bravo P'tit Jean-cent-bornard !!! Quel Cr...Ca m'a fatigué !!! Ca me donnerait presque envie.
Au plaisir de te revoir.

Commentaire de millénium posté le 14-05-2008 à 06:51:00

mais oui Monsieur le centbornard : Tu nous scotche avec ce récit ; plein de courage , d'émotion et d'humour....
J'ai d'énormes regrets de ne pas avoir attendu ton arrivée (mais y avait marathon et semi le lendemain..). On fera autrement l'an prochain pour ton second 100 à crest !!!
Avant ça , il y a une petite balade chamoniarde ...
Bravo grand

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 14-05-2008 à 08:45:00

Hénaurme !!! Je peux dire que peu d'entre nous t'arrivent à la cheville. C'est gonflé ! Je ne ferai pas d'entorse à la tradition en te félicitant chaudement.

Commentaire de jymm posté le 14-05-2008 à 09:20:00

du courage ...il vous en a fallut avec vos douleurs ..c'est sur que t'as pas du t'ennuyer avec mon pote André ..il a été baptisé avec une aiguille de phonographe .. il me parle encore de votre périple .. et heureux de t'avoir croisé
bravo encore

Commentaire de thunder posté le 14-05-2008 à 09:45:00

Bravo pour ta gestion de course et ton courage (ou masochisme). Un CR fort sympathique pour une belle course, soigne toi bien
@ bientôt

Commentaire de martinev posté le 14-05-2008 à 13:06:00

Bravo pour ce beau récit pleins d'émotions et ta performance. La plus belle victoire qu'un homme puisse connaître dans sa vie est la victoire sur soi-même. Je te tire mon chapeau pour ton mental et ta volonté. Désolée de n'avoir pas pu assister à ton arrivée. Je n'oublierais pas les visages fatigués mais heureux de tous les cent bornards le lendemain à Crest, venus nous encourager sur le semi ou le marathon. Récupère bien maintenant et continue à prendre autant de plaisir à courir.

Commentaire de Mustang posté le 14-05-2008 à 14:16:00

Beaucoup d'émotion dans ton récit; pas rien de faire 100km dans cette magnifique Drôme!
remets-toi bien et à bientôt sur d'autres parcours !

Commentaire de samontetro posté le 14-05-2008 à 16:21:00

Bravo Ptijean! Tu les a mérités ces 3 chiffres au compteur! En fait, si je suis allé à ta rencontre dans la nuit c'est que je savais qu'il y avait quelques pierres sur le parcours... alors je suis allé demander aux écureuils noctambules de ne pas te déconcentrer dans cette ultime descente ;-)

Commentaire de Stéphanos posté le 14-05-2008 à 16:37:00

Salut PtitJean
Tu as été au bout de toi même,et ça vaut toutes les victoires;même plus car cela représente + de 20 heures d'éffort; des conditions plus difficiles que les premiers: ravitos allégés; chaleur plus accablante; passage de nuit ect...
en tous cas un trés grand bravo à toi et bonne récupe.
steph. qui va se pencher sur son CR

Commentaire de maï74 posté le 14-05-2008 à 16:43:00

salut ptijean,
quel retour !!! Et quel mental ! C'est tout bon pour fin août, ça !... A très bientôt dans le Vercors (juillet ?), biz

Commentaire de Françoise 84 posté le 14-05-2008 à 17:10:00

Bravo à toi d'avoir vaillamment résisté à l'adversité(!!!) et à la douleur!!! Soigne toi bien et à bientôt! Gros bisous!

Commentaire de ampoule31 posté le 14-05-2008 à 18:37:00

Super et félicitation d'être arrivé malgrès le peu d'entrainement et surtout une cheville en délicatesse. Content d'avoir fais ta connaissance, un grand gars bien sympa avec un moral grand comme ça, et aussi chouette CR. A la prochaine ou alors à l'année prochaine à Crest.

Commentaire de xav04 posté le 14-05-2008 à 21:23:00

Ben voilà coach, ca c'est fait même si je ne me faisais pas trop de soucis pour toi et ton mental( et surtout qu'il n'y a pas trop d'ecureuil dans ce coin...pas comme en ardeche!!!)
en tous les cas félicitations pour ce beau récit et pour ton jolie premier 100 bornes (et vivement aout qu'on puisse mettre la jolie polaire...)

Commentaire de bibiche posté le 14-05-2008 à 22:31:00

merci petit jean pour ce cr ponctué d'humour
comme tous je te dis bravo d'avoir su maitriser ton corps et tes sensations
bonne récup
à une prochaine

Commentaire de _azerty posté le 15-05-2008 à 13:36:00

Bravo Ptijean pour ce grand tour fort bien bouclé et ce courage

C'est sympa de t'être installé sur une chaise pour la photo de groupe.
Nous paraissions moins petits ou toi moins grand :-)

A une prochaine fois
Domi

Commentaire de LtBlueb posté le 15-05-2008 à 14:18:00

chapeau pour ton aventure ptitjean ; décider d'y aller quelques jours avant et être au bout d'un morceau pareil , c'est prometteur pour la fin aout
bonne récup !

Commentaire de fanfan59 posté le 15-05-2008 à 20:02:00

Un seul mot : S U P E R B E !!

Commentaire de . posté le 16-05-2008 à 10:27:00

C'est encore moi, tricycle, comment ça je parle? mais non, c'est pour oublier que ça fait mal.
J'ai passé de supers moments à tes cotés.
Pauvre Jean-Luc, mais trop c'est trop!
Je crois que j'ai raconté un peu n'importe quoi en disant c'est fini, le vélo n'a pas bougé, je suis prêt à repartir.A+

Commentaire de Khanardô posté le 16-05-2008 à 13:38:00

Eh bien moi je me régale par avance de partager prochainement des morceaux de Vercors avec toi, en attendant le grand pow-wow de la fin du mois d'Août.
Merci pour ce récit et pour tout, Grand Dru et Petit Dru si proches l'un de l'autre resteront longtemps dans ma mémoire.
Alain

Commentaire de vial posté le 20-05-2008 à 15:38:00

course ou stage survie ?
Comme quoi la faim fait aller jusqu'au bout!

bravo pour ce parcours, que j'ai vécu un peu en direct au travers du suivi
michel

Commentaire de Mamanpat posté le 29-05-2008 à 20:27:00

Eh ben... Heureusement que je n'ai pas lu ton CR avant de te recncontrer à Cruet, je t'aurais vouvoyé et aurais rougi d'oser te parler !
J'aurais peut-être dit moins de conneries aussi...

Un très grand ce ptitjean !
Ravie d'avoir ta connaissance !!!

Pat

Commentaire de . posté le 31-05-2008 à 10:20:00

Coucou c'est André (Tricycle).Ca y est, je l'ai trouvé, ton CR, Super, on s'y croirait.
Tu as oublié, les sandwichs au jambon de la Croix-Rouge, pourtant on les a sacrément apréciés.
Quand je t'ai dit que tu étais une vrai vedette, je ne m'étais pas trompé au lu de tous les commentaires.
Finalement, oublie tout ce que j'ai dit, c'était bien mon premier 100 mais ce ne sera pas mon dernier d'ailleurs tu le sais déjà.
De plus je suis rentré dans la Kikounauté par la grande porte car j'ai bien regardé, tu ne t'es pas baissé en la franchissant.
Ah,ah,ah,ah,ah,ah,a une prochaine.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran