Récit de la course : Trail du Ventoux - 46 km 2010, par Free Wheelin' Nat

L'auteur : Free Wheelin' Nat

La course : Trail du Ventoux - 46 km

Date : 21/3/2010

Lieu : Bedoin (Vaucluse)

Affichage : 1259 vues

Distance : 45km

Objectif : Terminer

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Pour commencer ce CR je voulais juste préciser que j'avais (outre l'appréhension de passer au delà du marathon) une trouille de tous les diables à propos de ma cheville qui n'arrêtait pas de lâcher depuis quelque temps, sans toutefois m'amener à l'entorse...(quoique...)

Avant le film d'aventurrrr de ce sooêêrrrrr, nominé à la Cérémonie des Ventousarrrds, je tenais à remercier tous ceux et celles sans lesquels jamais ce film n'aurait pu voir le jourrrr...!

Sont donc nominés dans la catégorie "merci merci merci":
Cathy: merci à tes mains d'avoir transmis à mes tendons abîmés l'énergie qui guérit...
Corinne et Claire: merci à vous d'avoir supporté la miniature qui vous a (pour les musiciens nous appellerons cela "une basse obstinée") collé aux basques pendant une bonne vingtaine de kilomètres...
L'arbre: merci a toi de t'être trouvé sur ma trajectoire pour me faire retrouver le bon chemin
Les organisateurs: merci à vous pour tout ce que vous avez donné pour nous offrir ce trail de dinnnnggggggguuue !!!!

Ahemmm...
Ah...un dernier candidat?
Parap'Gab? Mhhmmmm....
Qui a initié l'envie d'aller plus loiiiin, aller plou hôôôô, aller plou hôôôô, hôôô ?
Ok, je prends !

Tout ça pour dire que j'ai couru sous la protection des Dieux du Trails, il y a de quoi installer un autel à la maison !


On passera rapidement la pré-course avec une nuit quasi blanche , et, à Me St Yorre , je ne dis pas merci... et à mon homme non plus
qui ne m'avait pas prévenue de ses effets diurétiques.
La tronche dans le sac , j'échappe au petit matin blême la mixture pré course de son bidon et me finis à la St Yorre, qui, je ne le savais pas encore, avait des effets di-u-ré-tiques...
Même l'heure et demie sans boire avant de partir n'a rien pu contre les effets délétères de cette boisson du diab'

Nous rencontrons peu avant le départ qq kikous bien sympas! Joy, Papillon et Ayrton, et d'autres que j'oublie, pardon, je n'étais pas trop dans mon assiette, un peu à l'ouest même... Carrément intimidée...

 *


Et c'est parti! (lentement au début...)
Effectivement, comme sur les vidéos, la magie du lieu a opéré. Entre les ocres et le passage sur le corniche (je passerai également sur l'embouteillage, mais bon, je n'avais qu'à ne pas boire de la St yorre: )

J'ai du mal au début à me fixer sur autre chose que la manière dont je "gère" mes appuis, mais je finis par lever les yeux vers la droite pour voir le grand Ventoux que nous ne gravirons pas ce jour .

En effet, à 4 heures du mat la neige là haut était molle et sur 2 mètres d'épaisseur, c'est pas cool. Sans compter le nuage orographique qui coiffait le sommet et n'en décollait pas, Serge et ses braves ne retrouvaient même pas leur 4X4 tellement le brouillard était dense

A partir de ce moment je commence à réaliser que je cours le Trail du Ventoux , et que j'ai une chance de folie de me trouver là.

Et il est loin le Ventoux, il est loin, mais je me sens capable d'aller le chercher même deux fois plus loin.
Zen, la nana... Mais vigilante malgré tout (ben oui, la cheville...)

L'ambiance est sympa aussi , et c'est marrant les discussions qui ont roulé lors des premiers raidillons... ça allait de la procuration de vote aux dégâts du gouvernement actuel ... Ils m'ont faire sourire le retraité citoyen et le jeune chevelu abstentionniste...
Un peu plus tard j'ai coupé court la discu sur le foot en demandant les résultats du France -Angleterre , la wifi déconnait dans le bungalow

Le rythme est correct pour moi, je ne cherche pas à rattraper Gab' qui sait mieux gérer les bouchons que moi et qui est loin devant.
Pas étonnant, je l'ai bien vu partir le couteau entre les dents!

Le premier ravito arrive enfin , curieusement, ça m'a paru long .
D'autant plus que j'avais déjà les filets de ma poches à eau pleines de déchets ... M'ont entendu râler les collègues alors que je ramassais tout ça , j'étais pressée de larguer la cargaison.

*

Après avoir chapardé du jambon que j'ai coincé entre deux Tuc, je rattaque et me projette au moment où je vais choisir le 46km.
Et peu après le ravito, un coup de barre qui m'a fait piocher dans les réserves, chose rarissime chez moi .
Petite inquiétude qui finit par passer au fur et à mesure que, alleeeeeez on se reprend une petite côtelette?

Ah, une piste et la fameuse bifurcation... Ben y'a pas grand monde qui part sur le 20...
Je double quelques personnes de temps en temps , une brune que je double juste après la traversée d'une route revient sur moi et me double.
Bof... Je veux être finisher, elle peut faire ce qu'elle veut...

Les paysages se succèdent, c'est un vrai bonheur...

Au plus haut, nous arrivons au plafond nuageux puis attaquons une route en légère descente enneigée.
Je râle intérieurement, ça n'avance pas, et finis par forcer un chouia le passage... "pardon, pardon..." , la neige ne me dérange pas outre mesure, j'ai passé mon hiver à courir dessus!
Peuf, molle, croûtée...j'ai tout testé !

Bref, je finis par me retrouver seule sur cette longue ligne droite , c'est pas mal ce silence ouaté...
Au loin, j'aperçois des silhouettes féminines que j'ai bien envie de rejoindre , on ne se refait pas!

Je finis par y arriver et on attaque la première descente sérieuse (petit bonjour au passage au mili qui a l'air de bien s'ennuyer, et comme à tous les bénévoles que je passe je jette un "bon courage et merci" . )
Mince, c'est pas marrant de rester là à regarder les gens passer en se caillant les meules dans l'humidité... Bah non, pour eux, les plus à plaindre , c'est nous, à chaque fois sont tout surpris de mon petit mot!

Je redouble de vigilance car la cheville est un peu partie ( sans gravité) sur quelques passages lents et là , ça commence à descendre sérieux.

*


Et commencent les premiers kilomètres en compagnie des deux dames qui , je trouve, ont une allure qui me sied à merveille.
Je m'accroche au train comme la moule à son rocher, et roule ma poule!
A un moment , alors peu avant d'entamer un passage un peu alpin, la seconde me propose de passer.

Il est magnifique ce coin, nous devons être à peu près à 24 kilomètres , je viens de jeter un oeil au garmin.


Je répond à cette dame que, venant pratiquement à l'instant de battre mon record de kilométrage en trail, je préfère y aller tranquille et goûter la joie d'être finisher.
On se suit encore un moment jusqu'à ... oh, mince, le ravito soupe , où j'entends une bénévole annoncer qu'il reste 12-13km .
J'ai du mal à intégrer l'info et encore plus à remplir cette satanée poche à eau sans en foutre à côté, sans compter ces sachets de poudre boisson qui n'en finissent pas de se vider, punaise, la prochaine fois, je procède autrement ça me prend le chou!!

Et pour les boissons proposées sur le stand, ben déception...pourquoi nous avoir filé des gobelets écolos rigides même pas pratiques pour proposer la soupe dans des gobelets jetables???
Il a fallu que je demande à un gars de me remettre le mien dans la poche à eau, j'ai fait l'erreur (c'est mon côté Barbara Gourde qui ressort un peu) de remettre la poche sur le dos avant de remettre le gobelet. Pffff...
Bon après réflexion, y avait peut-être pas assez de bénévoles pour remplir 100 gobelets qui arrivent en même temps!!
J'ai perdu du temps avec ces idioties et je repars vite.

Pas vu mon homme...

Petite satisfaction avant de repartir, j'entends à nouveau qu'il reste peu de bornes avant l'arrivée. Je ne suis pas loin du but, c'est cool, ça!

Mais...maimaimais...hhéééééé!!!.... les deux filles sont reparties et sont à une vingtaine de mètres devant , "héééééé ....
n'allez pas partir comme ça!!!!!"
Bon, je n'ai rien dit mais je l'ai pensé très fort...

J'ai comme l'impression qu'elles accélèrent fort la cadence ... je fatigue un peu là, j'ai du mal à suivre, et même si un instant je lâche du lest , le fox terrier qui est en moi reprend du poil de la bête et je prends le risque d'exploser, je décide de suivre...
C'est très rapide, ça monte , ça descend, ça tourne .

Ah oui, c'est pas mal et un instant d'inattention me fait trébucher et je pars en avant ... J'entends le type derrière s'étrangler en me voyant foncer dans le ...rien... c'était le ravin devant ou un truc qui y ressemble ...
Et là, je vois mon bras droit se jeter en avant , agripper un petit arbre autour duquel j'effectue un arc de cercle qui me remet direct sur le monotrace.
C'est dingue ce que quelques fractions de seconde peuvent durer sous adrénaline et comment un petit arbre peut éviter un gros bobo...
Merci l'arbre.
Et là où j 'ai rigolé toute seule, c'est quand, peu après, le même sketch arrive au type qui me suivait toujours ... "égalité!" je ne sais pas s'il a compris ou non, mais je n'ai pas eu de réponse. .

On aborde une légère montée qui dure bien 500m , 1km peut-être...
Tout le monde marche... Je reste derrière les filles mais je rame car je suis petite avec des petites foulées, je les vois à nouveau partir.
AH NON ! Comme je réalise qu'en temps normal je cours sur une telle côte, je me remets, à mini foulées d'abord, à courir.
Et plop plop plop , je récupère ce que j'ai perdu puis je les double, lentement, mais sûrement ... sans trop d'illusions , je me dis qu'elles vont vite se fâcher tout rouge , à 2 contre une , je ne ferai pas le poids...
Ca va bien et j'accélère, si si !


Et là ça bascule et le bénévole posté là me dit, "5km, c'est la Descente! "
LA Descente...avec un grand D, celle qui tue les pattes, la cruelle descente de la Combe de Malaval!
J'accélère et je me jette là dedans à corps perdu pour échapper à mes poursuivantes , hors de question de repasser derrière, même si "ce qui est pris est pris" quand c'est peu , ça ne suffit pas

 

Là aussi moment de grâce qui dure, qui dure...
Là je ne pense plus à rien , tout mon esprit est entièrement tourné vers mes pieds , le contact du sol sous mes chaussures . Pfiouuuu.... j'ai le noeud qui se forme dans la gorge rien que de l'écrire, j'ai presque l'impression d'à peine effleurer les cailloux.
Et bon, un instant , j'ai la certitude qu'il ne m'arrivera rien , et pourtant je n'en n'ai pas beaucoup, des certitudes... Mais là... Là, je ne sais pas quel esprit était avec moi , mais c'est certain je n'étais pas seule. Sister endorphine peut-être...quoique...

Quelques secondes hors du temps...

Et j'arrive aux grottes...
A la première , je lâche un "ouahhhhhh!" d'enthousiasme, et tant pis s'il y a qq'un derrière!
Ah oui, juste une voix derrière qui me répond "ahhhh ouuuais" ! Du style "t'as vu comme c'est beau"? Il connaissait le coin, le type, c'est sûr!
A la seconde grotte , je remets ça un peu plus fort et un peu plus long, c'est-trop-de-la-balle , j'en prends plein les yeux...

Ca descend encore puis on ressort en quelque sorte à l'air libre ...
Un gars me double et gentiment (aussi enthousiaste que moi) me dit "tu vas voir, il reste 2km , 2km5, que du bonheur  , ça va remonter un peu vers la sapinière, et c'est presque fini!"

Bon, c'est là qu'on va voir s'il reste du watt dans les guibolles....

Mon homme devant!!
J'ai mal pour lui, j'ai l'impression qu'il se traine
Sa voix me jette vers l'avant , et je tire ce qui me reste d'énergie pour finir au plus vite, je suis sûre que les filles sont proches, elles ont une super descente et ont dû récupérer sur moi.

J'en chie mais qu'est-ce que c'est bon!
Une centaines de mètres, j'y suis presque (pu puf puf ) et je finis avec la ba-na-ne ... Finisher... A yé...


Mais les 44km annoncés juste au départ en font seulement 40.... Merdre... je le voulais cet "au delà du marathon"...
Peu importe, je les ai couru ces 40 et j'en suis fière.
Arrivent Corinne et Claire (ou Claire et Corinne) que je remercie d'avoir été mes lièvres. Elles ont l'air sympa, mais l'échange est bref...

Papillon est déçue par sa perf...Je n'aime pas voir les gens déçus alors que je saute au plafond...
Discutes sympas ensuite  avec Papa d'ju, Cyril... Super cool...

Sacré trail... j'ai lu plus tard que ce parcours a été considéré par certains comme très technique et difficile.
D'autres ont râlé à cause de la boucle et de ses "single" , ils voulaient courir un trail ou un marathon?
C'est injuste envers ceux qui ont donné un max pour que cette édition soit la meilleure possible malgré les aléas.
Et c'était un très bon cru visiblement...
J'en regoûterais bien l'année prochaine...
Avec du soleil... Et le Ventoux... Et les kikous...

Bref, un grand moment qui a duré 6h08 et qui m'a amené 8ème VF1 et 18ème féminine.
Chouette, dans la première moitié féminine! C'était mon second objectif ;-)

9 commentaires

Commentaire de raspoutine 05 posté le 24-03-2010 à 18:52:00

Ben pour un baptême, tu t'en es sacrément bien sortie ! Sans compter que tu étais sur du "pas facile" ! Félicitations pour ta course. tu as bien raison de vouloir y retourner .
Question météo, il n'y a pas de fatalité sur le Ventoux. Encore Bravo et merci pour le récit

Commentaire de maya posté le 24-03-2010 à 19:03:00

super ta course !!!
bravo
A une prochaine

Commentaire de Jean-Phi posté le 24-03-2010 à 19:43:00

Bravo pour ta course, une grande première si j'ai bien compris !! bravo et j'espère que l'on se croisera sur une autre course !

Commentaire de vogoy' posté le 24-03-2010 à 20:50:00

bravo pour cette grande première !

la prochaine fois, vas-y mollo sur la St yorre :)
effectivement, c'était technique, il y avait de quoi ce faire une cheville:)

Commentaire de Jay posté le 25-03-2010 à 08:29:00

Bravo pour ta course et belle finisheuse !!!
merci pour ton récit haut en couleurs et bien imagé ;-D

Bonne récupération et bonnes prochaines courses ,

Jay

Commentaire de lulu posté le 25-03-2010 à 10:34:00

Bravo pour ta course et quelle goulée de plaisir à "boire" ton récit !!?? Superbe..

Commentaire de superchoco posté le 25-03-2010 à 11:46:00

j'ai eu les mêmes sensations que toi sur la fin du parcours, un des meilleurs souvenirs car la descente est magnifique et on peut savourer la fin de la course qui approche.
Merci pour ton CR et bravo pour ta perf !

Commentaire de Papillon posté le 28-03-2010 à 22:22:00

Super cr, je viens juste de le découvrir!
A plus sur une autre course! Bises

Commentaire de Byzance posté le 06-04-2010 à 21:31:00

Super la pub pour Hépar ...
Sinon bravo et encore bravo ... On imagine la perf si tu avais dormi et bu autre chose que de l'eau !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran