Récit de la course : No Finish Line 2007, par gdraid

L'auteur : gdraid

La course : No Finish Line

Date : 17/11/2007

Lieu : Monaco (Principauté de Monaco)

Affichage : 2596 vues

Distance : 437km

Matos : -ma chère Clio Diesel blanche,
-4 paires de chaussures de Trail
-des collants
-des maillots manches courtes et manches longues
-de la pommade pour les pieds
-2 bâtons de marche
-des casquettes
-des K Way et autres vêtements de pluie
-des vêtements chauds au cas où
mon matériel de cuisine
-une table pliante
-un fauteuil
-un matelas gonflable
-un duvet chaud
- et divers choses utiles pour 8 jours ...

Objectif : Terminer

12 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mes premiers 8 jours No Finish Line en novembre 2007 à Monaco

La No Finish Line

A l'origine. un désir…

Du désir, jaillit l’idée ...

L’idée prend forme à travers les mots choisis pour lui donner corps...
Ces mots qui deviennent un nom reflètent l’intention consciente et inconsciente de son créateur...

C’est par ce nom que l’idée va se propager, l’incarner.

Elle ne s’enrichira qu’en se séparant de son initiateur.

Chacun de nous va alors s’en imprégner, se l’approprier, l’éparpiller, la partager, la faire vivre ...

No Finish Line

Comment ce nom résonne-t-il en nous ?

L’infini ?

L’éternité ?

Une ligne continue entre la terre et l’univers ?

Une chaîne ininterrompue entre tous les peuples, entre tous les humains ?

Une fraternité universelle ?

La conscience d’être à la fois le passé, le présent, l’avenir ?

Une communion d’âmes et de corps ?

Une mobilisation du meilleur de nous-mêmes ?

Un élan d’amour, d’altruisme ?

Une bouffée de générosité ?

Chaque participant, chaque coureur, chaque femme, enfant. homme trouve dans cet événement peu ordinaire sa propre réponse, son propre chant mêlé à celui des autres.

C’est peut-être cela l’esprit No Finish Line.
( image et texte extraits de la plaquette NFL )

RESULTATS au 25/11/07 14:35

91 104 KM PARCOURUS !
91 104 euros dans la caisse de CHILDREN AND FUTURE.

J’y ai contribué à hauteur de 437 KM en 8 jours.

Et quels jours !

Jours de pluie et de vent essentiellement.
Sur la digue flottante, il fallait parfois s’accrocher, surtout la nuit, pour ne pas céder à l’envie d’abandon.
Mais que de spectacle à chaque seconde, offert par cette population passionnée, pour cette étonnante œuvre caritative monégasque.

Quel honneur d’appartenir au groupe des 48 coureurs retenus pour cette 8 ème édition des 6-8 jours NFL !
J’en remercie de tout cœur, Philippe VERDIER.

J’ai vécu ces 8 jours, dans la peau d’un acteur spectateur de l’intérieur, sur cette extraordinaire épreuve non stop.

J’y ai apprécié, jour et nuit, l’évolution de champions de grande classe, sur un terrain particulièrement difficile, composé de béton, bitume et autres pavés assassins.
Des virages à droites ,serrés.
Une petite montée vers la redoutable digue.
Une petite descente vers le port.
Le tout garantissant des ampoules et autres douleurs de genoux et de chevilles, à la plupart des 3168 courageux inscrits, dont 79 chiens.

Roger WARENGHEM, membre Kikourou, battant le record de toutes les NFL passées, avec 814 KM en 8 jours, m’impressionnera le plus, au cours de ces 8 jours de folie.

William SICHEL l’écossais, vainqueur homme, toutes catégories, des 6 jours, avec 809km.
Magnifiquement assisté jour et nuit, par un entraîneur hors pair, ALLAN Young.

Ria BUITEN la hollandaise, trop courageuse et sympathique vainqueur femme toutes catégories, des 6 jours avec 576km. Elle bat ainsi le record de distance de Hollande
Comble de difficulté pour elle, Ria se pris les pieds dans le tapis de pointage, et dans sa chute, l’os brisé de son petit doigt de la main droite, apparu par une plaie saignante.
Tout fut vite soigné à l’hôpital le plus proche.
Elle reprit la course moins d’une heure plus tard avec un sourire lumineux, dont elle a le secret.
Les nuits et les jours passaient sur cette digue pluvieuse et ventée. La silhouette bleu turquoise, vive et élancée de Ria, et sa chevelure, sauvage, blonde, et hirsute, défilait sur la digue, inlassablement au fil des heures , des jours et des nuits.
Ria était elle infatigable ?
Non , à l’occasion des soins, par moi-même, d’ampoules assassines à son pieds gauche, sous mon abris, Ria remarqua mon très large matelas pneumatique, si confortable pour 2 à 3 heures de sommeil profond.
Elle risqua de me demander la permission de l’utiliser, lors de mon absence.
Je lui accordai cette permission pour tous moments de ses besoins de repos.
Elle y vint passer, avec son duvet, ses 3 meilleures dernières nuit, avec en prime au réveil, des gâteaux de Véronique, une amie monégasque, et du café tout chaud…
Nos voisins de couche à la belle étoile, n’eurent même pas à se plaindre de ronflements.
Ria est un modèle de sommeil silencieux.
Sa nature de gaîté communicative me fit beaucoup de bien, lors de nos rencontres , au cours des repas pris ensembles sous la grande tente commune, et au cours d’autres courtes occasions sur le terrain de nos souffrance.
J’aimerais bien la retrouver sur ces mêmes lieux, en novembre 2008.
On peut rêver …

Gérard DEHU vainqueur en catégorie homme, sur 36 vétérans 4, avec 422 km.
74 ans, déambulant, jour et nuit , décidé à se battre sans répit, la musique à fond dans ses oreilles, chantant à tue tête, sur la digue en plein vent :
« Je suis le Vent … » !
Gérard termina avec 240 km de plus, que le sympathique monégasque Paolo FABBRI, deuxième sur 36 de la catégorie des vétérans 4 .

Christophe LABORIE vainqueur en catégorie homme, vétéran 1, avec 704 km.
Christophe, magnifiquement solitaire, pour gérer sa course de 6 jours .
Il est doué d’une foulée économique, digne de la légèreté des pas d’un danseur d’opéra.
Déjà en juin dernier aux 6 jours d’Antibes , Patricia LEBLANC et lui, me régalèrent de ce spectacle chorégraphique, rare en course à pieds.

Mireille CORMIER membre Kikourou, vainqueur en catégorie femme, sur 361 vétéranes 1, avec 626 km.
Une jeune femme nommée «courage» !
Etonnante , jour et nuit de ténacité, pour arracher une victoire sur elle-même, à laquelle elle ne semblait pas croire.

Gérard DENIS vainqueur en catégorie homme, sur 63 vétérans 3, avec 592km.
Breton courageux, méthodique, Gérard a su gérer cette épreuve très difficile et garder la tête du groupe de vétéran 3, du premier au dernier jour de course.
Il fut bien secondé par son épouse Nicole.
Je remercie cette adorable Nicole pour l’aide qu’elle m’a apporté à certains moments.

Alexandre FORESTIERI membre Kikourou, vainqueur en catégorie homme, sur 554 Séniors, avec 562km.
Alexandre se paiera le luxe de terminer premier, de la première heure, de la course de 24 heures , commencée le samedi 24 à 8 heures du matin, parmi 70 coureurs tout neuf !
May membre Kikourou, sa meilleure amie, venue le rejoindre, évoluera avec lui, sur la digue, main dans la main .
Ils formaient, pour le plaisir de nos yeux et de nos cœurs, un touchant couple, digne des amoureux de PEYNET.
Il ne lui manquait qu’un romantique, petit chapeau melon…

Ginette , monégasque, vainqueur en catégorie femme, sur 96 vétéranes 3, avec 275 km.
Ginette , toujours souriante, résistera à la non moins étonnante Andrée DEHU, 2ème vétérane 3, avec 249km.
Ce classement m’étonne encore. Andrée, l’épouse amoureuse de Gérard DEHU, ne serait-elle pas plutôt une vétérane 4 ?
(les petits bisous furtifs, d’Andrée et de Gérard en cours d’épreuve m’ont souvent émus).
J’en fus déjà témoin, en juin à Antibes et en octobre à Saint Doulchard…

Manon, monégasque, vainqueur en catégorie femme, sur 45 minimes de 13 ans , avec 175 km. Petite jeune fille charmante, de l’age de Nicolas...

Nicolas membre Kikourou, vainqueur en catégorie homme, sur 48 minimes de 13 ans, avec 220,6 km.
500 mètres devant son père Bernard membre Kikourou, qui souffrant d’ampoules assassines, pour la première fois de sa vie, assistera son fils adoré, comme seul un père peut le faire.

Virginia, monégasque, vainqueur en catégorie femme, sur 492 séniors , avec 220 km.
Cette belle jeune fille, saura nous régaler d’abondant pains d’épices, et autres délicieux gâteaux, qu’elles confectionnait elle même avant de venir courir pour la bonne cause de Children and Future.

Kevin, monégasque, vainqueur en catégorie homme, sur 31 juniors , avec 441 km.
A 18 ans , ce jeune homme, est armé d’une sagesse et d’une maturité remarquables.
Il gérera sa course méthodiquement, avec le sourire, à raison de 50 km par jour durant 7 jours, et terminera en beauté avec 91km durant les dernières 24 heures, sans blessure et sans douleur !

Marie-claude  mérite le respect de tous, avec ses 184 km et sa 3ème place sur 198 dans la catégorie femme des vétéranes 2.
Elle était venu à Monaco, en priorité pour assister son époux, Christian, et tenter de réaliser , si possible plus de 25 km en 8 jours…
Christian, est un spécialiste des courses non stop sahariennes, mais il ignore comme Marie-Claude, tout des courses de 6 ou 8 jours.
Christian réalisera facilement, 515 km, et gagnera à sa grande surprise la 8ème place sur 223 vétérans 2.

En plus de tous ces championnes et champions hors du commun, de nombreuses et nombreux monégasques, nous rejoignaient chaque jours sur le port et la digue, après leur journée de travail.
Leur conversations étaient passionnées et passionnantes, dès qu’il s’agissait de Monaco.

Je citerai entre autres Gérard, un homme  de grande taille, de mon age sans doute, que j’aimerais volontiers retrouver l’année prochaine, pour délirer aussi agréablement que nous avons pu le faire, chaque jour, sur la digue, quel que soit le temps venteux ou pluvieux.
A sa première réflexion sur le mauvais temps trop gris et frais, je lui répondis que je n’étais pas gêner, et même plutôt avantagé par rapport aux monégasques, de par mes origines Normandes.
Il me répliqua que ce n’était qu’une question de petites heures.
Ici le mauvais temps ne dure jamais…
Quatre jours plus tard, il pleuvait encore , comme en Normandie !
Il déchargea sa déception, en chantant à chacune de ces approches vers moi, : « les vaches made in Normandie… ».
Je lui répliquais immanquablement, : « Ô Monaco , Monaco , tu es le plus beau Monaco, même sous l’eau… », et cela jusqu’au huitième jour !

Les femmes monégasques sont remarquables
Par leur courage à venir marcher et courir, quelles que soient leur charge de travail familial ou professionnel.
Par les douces attentions en nous régalant de friandises, et en nous aidant dans les instants rendus difficiles par les pluies, en assurant, parfois, le séchage de notre linge.
Par leur culture sur tout ce qui touche la Principauté de Monaco.

Je citerai en particulier la toujours souriante Ginette.


COCO , femme étonnante, qui m’apprit au fil des tours de piste, son histoire merveilleuse auprès des enfants de Monaco, qu’elle rencontre fréquemment, pour le soutien scolaire entre autres, et pour leur donner beaucoup de son temps, utile à leur épanouissement.
Elle proposa un jour aux enfants de donner un nom à cette formidable petite bande. A l’unanimité, ils décidèrent d’appeler le groupe, COCO TEAM.
COCO accepta, touchée et très heureuse.

La belle Virginia, qui m’évita la fringale vers le 7ème jour.

L’aimable épouse du carabinier du Prince, Véro, avec son fils Valentin.

Christine DAVID, championne internationale, l’indispensable compagne du malheureux champion Claude HARDEL, décontenancé par le départ prématuré de Chrisitine, et par son retour impossible à la course, à cause de grèves de transports. Christine se mettait en 4 pour faire plaisir à tous , avec un sourire à faire fondre le plus froid des glaçons.

Rébecca  la petite caissière de Carrefour,(diplômée de chimie), toujours présente le soir jusqu’à 2 heures du matin , pour décrocher ses 100 km.

Elle éclata de joie en franchissant son 104ème km.

Sa culture sur la principauté de Monaco me ravit chaque nuit.
Elle me raconta beaucoup au sujet de Sainte Dévote.
- L’histoire de la barque qui la ramena de Corse , martyrisée à mort par les romains, en 403 après JC.
- La raison des couleurs rouges et blanche de Monaco. La voile blanche du bateau fut maculée du sang rouge, de cette vierge chrétienne.
- L’histoire de la barque du voleur de reliques, brûlée par des chrétiens monégasques, pour punir ce crime.
- La tradition, aujourd’hui encore, veut que les monégasques fêtent Sainte Dévote les 26 et 27 janvier, en brûlant un barque en souvenir.


Véronique  l’Albigeoise d’Albi, la plus belle ville de France me dit elle, très sérieusement, dès nos premiers échanges.
Elle sortait chaque jour, pour gagner des km pour Children and Future, en compagnie de sa chienne, de ses enfants, et souvent de sa très sympathique amie Patricia .

Véronique avec ses 134 km regrettait de ne pas pouvoir offrir plus aux enfants malades.
Sa belle 6 ème place sur 492 suffit à montrer son mérite de mère de famille, au combat sur tous les fronts de la Vie.

Nos échanges conversationnels furent d’un rare qualité, et très variés au cours de ces 8 jours.

Véronique aime le vrai, la vérité , la générosité, le partage équitable.
Elle aime et parle bien de ses proches.
Elle fut attentive aux besoins des coureurs de la NFL , soumis aux désagréments de la pluie.
Je ne suis pas près d’oublier les soupes chaudes, et les fondants au chocolat, qu’elle amenait le soir, pour Ria BUITEN et moi-même.

Si je devais ne me souvenir que d’une seule personne de ce séjour à Monaco, ce serait elle.
Elle a su toucher mon cœur par tant de qualités.


Yael LEW , une israélienne apparu en fin de la 6 ème journée, sous la tente commune, en compagnie d’Edouard l’extraordinaire kiné.
Yael se mit à parler de tout, et surtout d’elle.
Un moulin à paroles étonnant , mais passionnant.
Elle me suivit sur le terrain, à la reprise de ma course, de 21 heures à 5 heures du matin.
Nous n’arrêtâmes pas de marcher et de parler durant toute la nuit.
Elle m’invita à consulter son site d’artiste peintre sur l’appareil Internet de la course. Que de talent !
Que faisait elle là , à souffrir à mes côtés,
de fatigue de ses dernières 24 heures sans repos,
de ses blessures à la jambe écrasée il y a 5 ans par une voiture,
et de froid sur cette digue ventée et humide.

Elle me promis de prendre le départ des 24 heures.

Je la laissais seule sur la digue à 5 heures du matin pour aller dormir 2 heures et demi, comme chaque nuit, à la belle étoile, sur ma couche, sous l'abri à bateaux du port.
Elle préféra continuer à marcher seule jusqu’à 7 heures du matin.

Elle revint le lendemain, ne me retrouva pas sur les lieux de la course.
Elle me laissa pour message, un baiser d’adieu, par l’intermédiaire d’un ami.
Sa souffrance physique ne lui permettant plus d’envisager le moindre effort.
Je ne la revis plus jamais.

Dommage, j’aime tant parler de tout et de rien, et même pour ne rien
dire …

Je pourrais ainsi parler de tant d’autres personnages merveilleux, qui ont occupés mes jours et mes nuits de veilles, à marcher et même courir.
Les amis de Kikourou, venus pour le 24h00, Jérôme, Serge et Mathieu.
Mathieu dit « Thunder », toujours un mot pour rire, ou médire …
Adorable gamin, courageux et appliqué.

J’aurais voulu parler aussi des amis de Kikourou, rencontrés sur la course, toujours plein de fantaisie savoureuse, comme sur le Forum kikourou.
Antoine CHRISTOPHE dit Tonio. Cette encyclopédie de la course à pieds, est aussi un excellent compagnon du quotidien, pour le meilleur et pour le rire.

Avec son ami Patrick JOUASSARD dit totoche, et son ami Thierry DECOULANGE, dit Ronce ou gasbarre, nous avons pu délirer et rire, aux heures parfois, où nos pieds et nos jambes étaient plutôt disposés à nous faire pleurer .

J’aurais voulu parler de la périostite sur mon tibia de jambe gauche, affectant de nombreux autres coureurs soignés par Edouard CHRISTELLE le kiné.
Edouard le Kiné, parlons-en , si souvent seul à bord pour nous soigner, jusqu’à plus de 2 heures du matin souvent !

J’aurais voulu parler de cet excellent moment de la douche après chaque repas de midi. Une demi heure, sans bouger, à laisser couler l’eau chaude sur mes épaules fatiguées.

J’aurais voulu parler de cette digue, qu’un monégasque, ancien homme grenouille en fonction sur Monaco, connaissait parfaitement.
Cette digue flottante de 352m de long, d’un poids de 163 000 tonnes, qui après un parcours de 1500 km d’Algésiras en Espagne, tractée par un remorqueur de 22000 CV , fut accrochée au quai d’amarrage, par une rotule d’acier de 750 tonnes.
Cette digue contient dans ses caissons de bétons précontraints, 400 places de parking, sur 4 niveaux desservis par ascenseurs. Elle permet l'accostage de bateaux d'énormes tonnages, des Yatchs en particuliers, venus de haute mer.

J’aurais voulu dire surtout à l’équipe d’organisation de la NFL, le bonheur qu’ils m’ont permis de vivre parmis eux sur ces 1640 mètres d’enfer de courses ou de marche à pieds.

J’aurais voulu dire en particulier à Philippe VERDIER, que je reviendrai, si mes forces le permettent, en Novembre prochain.

J’aurais voulu parler de ma sympathie pour la famille princière de Monaco .
La princesse Stéphanie donna très gentiment le départ des 6 et 8 jours, le samedi 17 novembre, à 14h11’.

Le prince Albert 1er vint comme promis courir, une fois quelques tours avec nous, tard dans la nuit, et une autre fois de jour.
Il donna le départ de la courses de 24h00, avec le sourire, voire le fou rire.
Le pistolet de départ cliqueta doucement durant les 5 premier coups, puis éclata brutalement au bout de son bras tendu, à la grande surprise générale...

Certain auront peut-être le courage de me lire jusqu’au bout …

A ceux là je dis merci, je vous aime de partager ainsi ma nouvelle passion pour les courses Ultra.

 

Jean-Claude  novembre 2007

les résultats des 8 jours NFL 2007 en cliquant sur le lien ci-dessous:

 http://www.nofinishline.com/resultats.php?annee=2007

puis en cliquant dans la colonne de droite, sur résultats 2007



12 commentaires

Commentaire de titifb posté le 02-12-2007 à 05:28:00

Merci JC pour ce cr à la fois informatif et empreint d'émotion...Il nous révele ta force, ta tendresse et fait bien apparaître la générosité de l'homme que tu es et que j'aimerais tant rencontrer...
Ta NFL : un hymne à l'amour.

Commentaire de xav04 posté le 02-12-2007 à 09:36:00

Ton récit renforce encore plus l'admiration que j'ai pour ces coureurs qui vont jusqu'au bout d'eux mêmes pour réaliser de tels défis!! Un grand bravo à toi et merci de me donner encore plus envie de m'essayer un jour à ce type d'aventure...

Commentaire de mico34 posté le 02-12-2007 à 10:41:00

bravo pour ta course. J'ai été très heureuse de faire ta connaissance. Bonne récupération maintenant et à bientôt je l'espère sur une autre course

Mireille

Commentaire de taz28 posté le 02-12-2007 à 11:11:00

Quelles somptueuses tranches de vie tu nous contes là !!!
Merci pour ces rencontres au gré de journées maussades sur Monaco, merci pour le récit de cette course hallucinante, tu es un grand monsieur, je le savais déjà !!!

Bisous
Taz

Commentaire de Khanardô posté le 02-12-2007 à 15:34:00

"Ce n'est pas avec de bons sentiments que l'on fait de la bonne littérature" a dit un jour André Gide.

Tout le monde peut se tromper, Monsieur Gide, même vous !

Merci JC pour ton récit, je le relirai...

Alain

Commentaire de JLW posté le 02-12-2007 à 19:48:00

Ouf, y en a du monde, presque autant que de kms ... Dire que je me perds souvent dans les romans quand il y a trop de personnages ... Tu ne me facilites pas la tâche.
Tu as vécu de grands moments pour cette épreuve également hors normes. Bravo et comme j'ai la chance de te rencontrer quelque fois sur les chemins de l'Essonne ou sur une course ds le coin j'attends ce moment pour que tu m'en racontes encore un peu plus et de vive voix !

Commentaire de Aiaccinu posté le 03-12-2007 à 09:18:00

C'est le plus imagé des comptes-rendu de course sans photo !

Je suis arrivé par hasard sur ce CR et j'ai du mal à en sortir pour te laisser un petit commentaire.

Tel un peintre , tu nous décris à petites touches la NFL du point de vue humain.
C'est certainement le plus beau CR que j'ai lu à ce jour !


Commentaire de raideur69 posté le 03-12-2007 à 09:46:00

Content de t'avoir connu JC,tu es un sacré bonhomme,Bravo!!! et O plaisirde ce revoir.

Commentaire de agnès78 posté le 03-12-2007 à 12:22:00

Toujours plein d'émotions et de sincèrité... j'ai vraiment de la chance de connaitre ce grand Monsieur qu'est jean Claude que j'embrasse affectueusement!
agnès

Commentaire de laurent05 posté le 03-12-2007 à 15:01:00

bravo jean claude pour ta performance
j'ai qu'un regret c'est de ne pas avoir pu passer
pour user mes baskets un moment avec vous.
bonne récupération
à bientôt
laurent

Commentaire de rapace74 posté le 03-12-2007 à 17:59:00

et apres cela tu te permet de dire que je suis fort en finissant l'UTMB ou le mercantour.....
c'est plutot toi qui est un monstre de la capplus de 400km en tournant en rond sur du bitume... jamais je n'aurais le mental pour cela !!!!
bravo pour ta perf et ton recit
manu admirateur des tourneurs en rond ;-)))))))

Commentaire de thunder posté le 12-12-2007 à 20:08:00

Maintenant que la page est tournée, je reprend ton CR au calme et avec émotion, dans tes mots je lis tout ce que je n'ai pas réussi à transmettre, toutes ces rencontres, ce fut un plaisir immense, une grande joie et une belle leçon de vie de pouvoir passer quelques heures à tes cotés
@bientôt sur les chemins de l'infini...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran