Récit de la course : Eco Trail de Paris Ile de France - 80 km 2011, par Ronan 91

L'auteur : Ronan 91

La course : Eco Trail de Paris Ile de France - 80 km

Date : 26/3/2011

Lieu : St Quentin En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 1086 vues

Distance : 83km

Objectif : Pas d'objectif

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

 

***********************************************************

Pendant la course, chacun à son petit truc pour se motiver et continuer à avancer vaille que vaille : la famille, la bonne bière à l’arrivée, les heures passées à l’entrainement … Moi c’est de penser à mon CR Kikourou qui me fait avancer !!!
Alors on y est, asseyez-vous tranquillement parce que ça va être long, très très long !!!!!
On ne raconte pas une aventure de 82 km en quelques lignes !!

***********************************************************


Pourquoi me lancer sur le 82 km ?

Tout simplement parce que je suis un amoureux de la tour Eiffel et que l’année dernière, inscrit sur le 50 km, j’avais été un brin frustré d’arriver sur les quais de Seine. Alors depuis un an, c’était devenu un objectif : gravir la dame de fer !!!

 

 

Un entrainement un peu chaotique …

 

J’ai commencé l’entrainement tout doucement dès Septembre. Sorti d’une fracture de fatigue qui m’a fait arrêter la course pendant 3 mois, les débuts ont été très durs !!
De deux entrainements par semaine en Septembre, je suis passé à 3 en Octobre et Décembre.

Objectif : retrouver un peu de vitesse et d’endurance tout en évitant de me re blesser au pied.

Janvier, c’est parti, l’entrainement écoTrail commence !! 4 sorties par semaine avec augmentation chaque semaine de la durée de la sortie longue du dimanche : 2h, 2h15, 2h30, 3h30 et 4h. Et puis des côtes, beaucoup de côtes !! Et au boulot je ne prends plus l’ascenseur. En soit, ce n’est pas grand-chose, mais je me dis que ça doit faire un peu les cuisses quand même.

Bon je vous passe les petits bobos du quotidien, entorse en forêt petite grippe et compagnie. Ça fait partie du jeu et c’est en prévision de ces semaines « sans », que j’avais prévu de commencer l’entrainement tôt.


Je me doutais que j’en faisais un peu beaucoup, mais j’allais bien. J’avais adapté mon rythme de vie pour ne pas me fatiguer : couché tôt, arrêt de l’alcool … c’est peut être ça le plus dur, comment ne pas accepter un verre de vin avec le fromage ou une bière entre potes ??


Tout allait très bien, jusqu’à 3 semaines de l’écoTrail.


Après une grosse semaine (1h30 les mardi, mercredi et jeudi et 4h le dimanche) j’ai commencé à ressentir une gène pile poil au niveau de ma fracture de fatigue de mai dernier 

La semaine suivante je calme un peu le jeu, mais le vendredi … patatra !!! Grosse douleur sous le pied droit, comme pris dans une tenaille. Je rentre en boitant, je commence à être inquiet …


Deux semaines de gros gros doutes …


Ma chance, c’est d’avoir une belle sœur ostéo … je vous la recommande d’ailleurs, envoyer moi un MP pour avoir l’adresse (et hop un peu de pub)

J’étais tout tordu, des pieds à la tête. Le pied droit tout bloqué, contracté, la colonne coincée … bref un gros chantier !!

Pas d’entrainement cette semaine, je suis raide du dos suite à ma séance d’ostéo, le pied me fait mal, le moral baisse.

J – 10 : marche rapide de 45mn en forêt … j’ai mal au pied

J- 6 : 40mn à allure d’escargot shooté au tranquillisant …. Ça passe mais j’ai une grosse gène sous le pied.

J-5 : je suis foudroyé par la gasto, je perds 3kg en 5jours

J- 4 : 1h toujours à allure d’escargot en forêt . Ça passe, mais uniquement sur les zones meubles.

J-3 : mal au pied, toujours fatigué par la gastro, j'ai les joues creusées … je mange de l'imodium comme des cacahuets

J-2 : 1h de course lente. J’ai mal au pied, toute ma voute plantaire est dure, j’ai l’impression de marcher sur une balle. Par contre, autant pied nu ou en chaussure de ville j’ai mal à ma fracture de fatigue, autant en chaussure de trail je n’ai pas mal.


J-1 ; j’y vais ! Je n’y vais pas … j’y vais ! Je n’y vais pas … j’y vais ! Je n’y vais pas … et ça répété toutes les 5 mn du matin à 20h le soir.


Franchement, y aller pour me bousiller un peu plus le pied et me retaper 3 mois de convalescence non merci !!! Mais en même temps j’aurais fait tout cet entrainement pour rien ? Toutes ces côtes, ces heures passées à s’entrainer ??
Non c’est décidé j'y vais pas … ou alors juste pour voir le départ ? Bon et puis quitte à être là je prends le départ et je ne fais que les 23km jusqu'au ravito.


Le plan de bataille pour la journée est donc établit : je prends le départ, pars tout doucement. Je teste mon pied sur les 1iers km, au ravito de Buc je fais le bilan : si j'ai la moindre gène je m'arrête, si tout est OK je poursuis jusqu'à Chaville où je me reposerai la même question.


Le Jour J : l'avant course


Après un tout petit déjeuné, départ en RER à 9h00 direction Paris pour prendre le RER C. Arrivé à Saint Quentin à 11h00 j'ai une fait de loup (et rien à voir avec Le Loup dont je n'avais pas encore la chance d'avoir fait la connaissance).
Je patiente quelques minutes pour avoir droit à mon petit dej sous la tente, c'est minimaliste mais je m'en contente : 3 parts de cake, 1 part de pain d'épice et un café.


11h45 : il est temps de préparer les pieds : vaseline vaseline vaseline.

12h00 : je rentre dans le sas avec quelques connaissance, l'ambiance est détendue. Il fait chaud, trop pour moi. Je suis content de voyager légé en t-shirt et cuissard et assez étonné de voir certain en colant et manches longues.

  • « Tiens c'est Ronan »

  • « Heu oui, bonjour, vous êtes qui  ? »

  • « Bikoon et Le Loup »

Une rencontre très agréable, merci à vous les gars d'avoir pris le temps de taper la discut', c'était bien sympa !!!

12h30 : c'est parti mon kiki !!


De St Quentin à Buc :


Les premiers hectomètres se font dans un champ bien sec et tord cheville à souhait. Je fais donc extrêment attention à là où je pose les pieds. Je dois tourner autour des 9km/h, 9.5km/h tout au plus.

Tout le monde me double, c'est impressionnant !! Pendant plus d'une heure c'est le défilé, des centaines et des centaines de coureurs me doublent !!!

Il fait beau, c'est très agréable, à cette allure je ne sens pas (encore) mon pied.

 

 


 

 

Je fais la connaissance d'Yves, un savoyard très sympa qui court avec son fils, on tape la discut' une bonne heure. Je croise d'autres personnes très sympas également.

C'est exactement ça qui m'a fait aller de la route aux chemins. Sur route j'avais toujours l'impression que tout le monde avait le nez au chrono et que chaque seconde perdue était intolérable ….. au moins en trail long tu as le temps de discuter, de faire des rencontres avant, pendant et après course.


Je ne sais plus bien, mais je crois que c'est un peu avant le ravito de Buc que j'ai croisé Globus. Rencontre là encore très sympa, un peu trop courte car Globus avait quelques crampes … j'espère qu'on pourra se recroiser !


Le ravito de Buc arrive, je commence à sentir une bosse sous le pied, c'est génant en descente mais sinon ça à l'air d'aller.

2h25 et 1462ième
Je suis assez surpris en arrivant à Buc : des centaines de traileurs se sont installés par terre ou dégustent au buffet. Bon OK le prochain ravito est dans + de 30 km mais on ne fait que commencer non ?

De mon côté je chope au passage mon cocktail habituel : tuc, fromage, coca. Je remplis ma gourde de 50cl de coca, ma poche à eau doit encore contenir 1.5L, de quoi aller largement à Chaville.

Total au ravito 3mn


De Buc à Chaville :


Je déroule tranquillement, sagement. Je garde en tête mon objectif … avancer en préservant mon pied.

Il est temps de mettre de la musique dans les oreilles !! ça ça donne la patate !! Un peu trop même car dans une montée où tout le monde marche les mains sur les cuisses, je double en sprint en sautant de pierre en pierre tel un cabris !!

Arrivé en haut forcément je suis essouflé et je me dis que je n'suis qu'un p'tit con qui s'enflamme bien trop vite !!!
Je calme donc direct le jeu et reprend mon allure pépère.

Le tonnerre commence à gronder !!

A l'observatoire il y a une fontaine à eau, on passe devant je me dis que ça serait trop bête de ne pas en profiter !! Je remplis mon bidon, ça me permettra d'avoir un peu d'eau claire, ça change de la boisson endurance de décathlon dans la poche à eau.

Je ne vois pas le temps passer, je suis déjà au contrôle du matos entre les km46 et 48 en fonction des GPS. J'ai tout ce qu'il faut et repart aussi sec.

Franchement je n'ai que peu de souvenir de tous ces km … j'avance, tout va bien, j'adore les côtes qui me permettent de me ravitailler et de doubler pas mal de personnes. Je vois très nettement que beaucoup commencent à encaisser : vomissement, crampes, difficulté à repartir après une côté …. il y a beaucoup de dégats. Il reste encore beaucoup de km et je me dis que j'ai bien fait de bouffer de la côte pendant l'entrainement et de partir tout doux aujourd'hui !!


Le ravito de Chaville arrive et ça va aller très vite : 30sc montre en main. Tuc fromage, je remplis ma gourde et c'est reparti !! Comme je le disais dans d'autres CR, je ne double quasiment pas pendant la course … mais c'est à chaque fois une centaine de trailers que je double à chaque ravito.

6h37 et 686ième …. j'ai doublé 776 personnes !!

Je repars les mains pleines à craquer de bonnes choses que je grignotte en courant.


De Chaville à St Cloud


C'est là (je crois) qu'on se chope la saucée !! Une belle averse bien comme il faut. J'hésite à sortir le coupe vent, mais comme son nom l'indique il ne protège pas de la pluie. Donc quitte à être mouillé, autant garder quelque chose de sec pour plus tard, au cas ou ….

Bonne tactique, au bout de quelques minutes il ne pleut plus et je vais sécher rapidement. Mais le terrain est bien boueux et je plains ceux qui sont en chaussures de route.


Un coup de fil à ma femme et mes amis qui sont au resto en m'attendant pour leur dire que j'espérais arriver pour 22h30.

  • « Hein ? Mais c'est beaucoup trop tôt !! On n'aura jamais le temps de manger !! Ralenti !! » 

là j'avoue être un peu sur le c..

La nuit commence à tomber et je rentre dans la petite bulle de mon halleau de lumière.

Les côtes s'enchainent et je gère assez bien. Je double en côte, on me double en descente. Je suis de plus en plus prudent, d'autant plus dans le noir et en descente. Mon pied commence à devenir douloureux je ne voudrais pas le tordre …. et arrivé au 2/3 de la course, ce n'est pas maintenant que je vais abandonner.

De temps en temps je marche quelques secondes, non pas pour me reposer mais pour tester mon pied. J'ai peur de douiller à froid comme ça m'avait fait après mon 100 bornes : 2mn après la course je ne posais plus le pied par terre et je me suis tapé 2 semaines de béquilles


Mon pied deviens de plus en plus douloureux … j'adopte donc une nouvelle tactique : la Yoann Deniz attitude !!! C'est parti j'attaque la marche rapide, c'est super efficace !! Je dois marcher à 8 km/h ce qui n'est pas beaucoup moins que mon allure de course sauf que ça soulage mon pied. J'ai un déhanché qui en ferait palir de jalousie John Travolta en personne !!! C'est la fièvre du samedi soir m'sieur dame Je me marre tout seul !!! 


En côte : ça roule, sur le plat : je gère comme John, mais en descente ça devient dur dur dur. Mes cuisses tiennent, mais pas mon pied. J'ai l'impression d'avoir une ennorme balle sous le pied aïe aïe aïe !!! Et ça n'en fini pas de descendre !!! Je décide donc de marcher en descente.


Arrivé au ravito de St Cloud 08h48 et 517 ième.

Je ne pourrais même pas dire ce qu'il y avait au ravito, j'ai sauté sur une bouteille en d'eau pétillante, j'ai remplis mon bidon et je suis reparti.


De Saint Cloud jusqu'au bout du rêve :


Bon bah maintenant y'a plus qu'à !! La route est beaucoup plus agréable que dans mes souvenirs de l'écoTrail 50km de l'année dernière. Je commence à lacher ce qu'il me reste. Je me dis qu'il est possible de passer sous les 10h.

Un gars en vélo nous dit que l'arrivée est dans 2,2km … je suis très étonné et lui demande si c'est bien vrai car il me semblait qu'il restait encore au moins 4 ou 5 bornes … « si si c'est sûr 2,2km !!! ». Bon bah encore une fois, voilà quelqu'un qui raconte n'importe quoi. Il y en avait bien 4 ou 5 km !!!


Les derniers km sont un peu durs mais je suis euphorique !!! J'accélère, je double, la foulée devient presque alerte !!


La tour Eiffel est là à quelques encablures !!! J'ai un grand sourire jusqu'au oreil !! Putain qu'est ce que c'est bon !!! Il y a des marches, je les avale 2 à 2 !!! Des pavés, je les dévorent !!

 

Encore quelques centaines de mètres, j'arrive au marche avant le parvis !!!


J'enlève ma frontale pour arborer fièrement ma casquette Kikouroù !!! Je monte les marches pour accéder au parvis. J'ai les cuisses légères comme si elles n'avaient fait que 30km.


C'est une explosion de joie jusqu'au bout !! Je crie, je fais tourner ma frontale en l'air. La foule un peu timide se met à applaudir et crier à mon passage, mais je crie plus fort qu'eux !!

Ouaiiiiiih !!!! Suuuuuuuuper !!!!! Aaaaaaaallez !!!! Ouaiiiiiih!!!!!!!!!!!

C'est super, c'est enorme, quel pied!!!!!!

 

Je profite de chaque seconde car je sais que ça passe vite !!!


Mon ticket à la main, j'attaque les marches de la tour … je cours encore, je double encore !!

 

C'est génial, quel kiffe, c'est géant, magnique, super !! Je n'ai plus de mot


Je marche sur les dernières dizaines de marches, je franchi la ligne d'arrivée, les photographes sont là. Je saute en l'air sur place, les bras au ciel !!! C'est juste génial !!!

Je prends quelques minutes pour me remettre des émotions, bois une petite bière à ma santé, redescends pour me ravitailler. Au passage une touriste me demande si elle peut me prendre en photo !! C'est le début de la célébrité, je fais mon plus beau sourire de l'oreille gauche à l'oreille droite


Gueuleton de pizza avec Le Loup, Papy puis Bert qui nous rejoint. Ravis d'avoir fait votre connaissance les gars, c'était super de vous avoir croisé !!


Le mot de la fin (enfin !! se diront certains …. quoi ?? J'ai été un peu long ??? )


Dans la vie il faut parfois savoir être raisonnable. Parfois il faut aussi savoir écouter son corps. Mon objectif du jour était d'y aller, de me faire plaisir, de croiser du monde et d'écouter mon pied… et surtout, surtout, ne pas me reblesser !!


Le fait d'être parti tout doucement m'a permis d'économiser mon pied, mes cuisses et de finir dans de superbes conditions.


J'ai passé une journée incroyable !!! J'ai rencontré des Kikoù et des non Kikou super sympa, j'ai gambadé dans de superbes forêts …. mais j'ai surtout atteinds l'objectif qui me trote dans la tête depuis plusieurs mois !!!! Gravir les marches de la dame de fer …. non de la dame en or !!!!

Et dire que jusque la veille au soir j'hésitais à y aller, mon pied me faisant mal même en marchant !!!!

Râââââââ!!!! Quel pied !! C'était top !!

Merci à tous les bénévoles !!!!


Au final 10h01'59 et 426ième … mais ça je m'en fous !!! Le chrono on verra ça quand j'aurai mes deux pieds en bon état !!!!


Bon je vais vous laisser … je vous avais prévenu que ça serait long !!! Mais je suis sur mon petit nuage depuis 24h et n'arrive pas à en descendre !!


Vive la CAP, vive Kikouroù, vive le sport !!!! Prenez soin de vous, bonne récup' et à très bientôt pour d'autres aventures !!


Biz

 

Ronan

 

 


 

11 commentaires

Commentaire de caro.s91 posté le 27-03-2011 à 23:30:00

Super gestion de course. Parti doucement tu as su t'économiser et finir en trombe. Bravo à toi. 10h c'est top !

Bises,
Caro

Commentaire de JM2CJC posté le 28-03-2011 à 06:51:00

Bravo Ronan ,belle conclusion A+
Jmarc

Commentaire de a_nne posté le 28-03-2011 à 12:18:00

Bravo Ronan, beau récit, belle course !
je suis arrivée 30min plus tard, la tour clignotait, arrivée magique !
Bravo encore et au plaisir de se croiser sur les chemins.

Commentaire de RAPH91 posté le 28-03-2011 à 13:08:00

Tu m'inspires encore plus avec ton récit !

Merci pour ces impressions et je suis admiratif par ton abnégation !

Bon rétablissement

Commentaire de Eponyme posté le 28-03-2011 à 14:03:00

Bravo pour ta course ! Ton CR fait plaisir à lire. :)

Commentaire de Gl0bus posté le 28-03-2011 à 18:57:00

Alors là je suis scié ! ;-)

Heureusement mes crampes ont disparues et j'ai fini l'Ecotrail a mon train de sénateur mais finir dans ces délais avec ton problème de santé ça c'est du beau boulot ! Félicitation !

A bientôt sur d'autres courses. (Bon je te regarderai passé ;-))

Commentaire de bubulle posté le 28-03-2011 à 20:49:00

Trop fort, ça: faire la course en pensant au CR kikourou et aux trucs que tu pourras écrire dedans, c'est une bonne idée. J'essaierai, tiens!

Bravo pour cet enthousiasme et....superbe course, bien sûr.

Encore un qui me donne envie de faire le 80 l'an prochain, ralala!

Bonne récup.

Commentaire de olafmax posté le 28-03-2011 à 22:10:00

Toujours aussi sympa tes recits, j'ai repensé à ton CR de l'éco trail de 2010 ce WE sur la course... et ca m'a bien motivé ! Au plaisir de te relire ou de te voir !

Commentaire de Bert' posté le 29-03-2011 à 16:43:00

Ton récit n'est pas si long !!

En tout cas, pour commencerce n'est pas moi le zigoto à vélo qui t'ai annoncé 2,2km !
N.B : on m'a souvent demandé quand je faisais les retours Tour Eiffel - Ile St Germain, et dans le doute je me gardais bien de dire des bétises ou de sous-estimer la distance...

En tout cas j'étais doublement ravi sous le chapiteau : d'abord de t'appercevoir à l'arrivée alors que c'était "bien mal parti", mais aussi de voir ton bonheur de course !!

C'était très communicatif et sympa, même si tu as trop vite disparu :-(

En tout cas, tu t'es sacrément bien débrouillé et je suis sûr que ce n'est que le début !...

En attendant, prends bien soin de ce foutu pied :-)

Commentaire de Ronan 91 posté le 30-03-2011 à 11:33:00

Merci à tous

@Bert : désolé d'être parti aussi vite et d'avoir l'air un peu absent lors de notre discussion ... je commençais à avoir bien froid et j'avais hate d'aller me couvrir. J'espère qu'on aura l'occasion de se revoir sur les chemins de France et de Navarre !!

Commentaire de JLW posté le 30-03-2011 à 22:12:00

Je suis arrivé un peu HS sur le 50 et n'ai (n'avais) aucune envie de faire le 80 un jour ... Mais j'avoue que ton récit enthousiaste, ta gestion et tes antécédants de course me font réfléchir ... :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran