Récit de la course : Le Tour des Glaciers de la Vanoise 2009, par maï74

L'auteur : maï74

La course : Le Tour des Glaciers de la Vanoise

Date : 5/7/2009

Lieu : Pralognan La Vanoise (Savoie)

Affichage : 1474 vues

Distance : 72km

Objectif : Pas d'objectif

22 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

J'aurais aimé écrire un récit similaire à celui des Allobroges, couru 1 mois plus tôt, mais mon TGV n'a pas eu la même saveur...

Samedi 3 juillet : j'émerge depuis 2 jours d'une sinusite que j'ai laissé traîner 10 jours, en me demandant si une course de 72 bornes est un bon traitement... Pas très raisonnable mais j'ai tellement envie de courir ce trail magnifique dont les photos sur les récits m'ont donné envie de m'inscrire...

Finalement c'est pas la sinusite qui me posera problème, mais revenons à nos moutons : je retrouve avec grand plaisir la blob family, leurs zamis du ch'nord et mon nouveau voisin Olivier, alias Oufti, qui vient d'emménager dans mon patelin. Une bonne petite bouffe arrosée d'une bière puis il est temps d'aller au dodo.

Dimanche 4 juillet : j'émarge et rejoins blob et oufti dans le sas de départ. Le départ est donné à 5h, il fait plutôt doux et je m'arrête rapidement pour enlever le ML.

 

Je pars très prudemment dans cette longue ascension vers le col de la Vanoise. Je retrouve blob avec qui je vais partager un bout de course. Enfin le lac des vaches, tellement admiré en photo ! Je ne suis pas déçue c'est superbe.

Les sensations sont très bonnes au 1er ravito du col, et c'est parti pour trottiner sur de longues portions avec blob. On en prend plein les yeux avec le soleil qui donne maintenant, je dégaine l'appareil sans arrêt, mais c'est trop beau ! Les 1ers glaciers s'offrent à nous, c'est splendide.

 

Le passage sécurisé du névé est suivi d'un premier pierrier avec de très gros blocs. Je perds blob dans la section suivante, je trottine et remonte beaucoup de monde, en étant toujours vraiment très bien, à ma grande surprise. Cette p.... de sinusite ne m'aura pas eue !

 

Arrivée au 2e ravito, refuge de l'Arpont. Je refais le plein d'eau et mange quelques abricots secs.

 

Je repars en compagnie d'oufti. Des torrents de montagne impétueux bouillonnent d'une eau limpide et  nous passons au-dessus à plusieurs reprises.

J'ai quelques petits tiraillements dans le pli de l'aine mais je me dis que ça va passer. Je continue à savourer pleinement : c'est un pur bonheur de courir dans cette Vanoise, je me sens privilégiée de pouvoir vivre ça.

 

J'en ai encore largement sous le pied et je me dis que la suite devrait se passer sans trop de soucis... mais c'était sans compter sur ces tiraillements qui rapidement vont s'intensifier et prendre une ampleur inattendue.

La douleur s'installe entre l'Arpont et Plan Sec. J'ai de plus en plus mal et l'arrêt de quelques minutes à Plan Sec va la réveiller à la reprise.

 

On me dit que la 3e fille est juste devant, mais 5' après avoir quitté le ravito je me demande si je vais pas faire demi-tour et abandonner... J'essaie de trouver des raisons d'abandonner : ce n'est pas mon objectif de la saison, il vaut mieux arrêter pour récupérer plus vite, etc... mais au fond de moi je sais bien que je vais tenter le tout pour le tout : je continue, serrant les dents, et prenant toujours quelques photos.

Avant d'attaquer le col de barbier, je m'arrête et applique un tissugel qui me soulagera un tout petit peu, c'est sûrement infime mais l'effet placebo, lui, fonctionne : ça me redonne un peu le moral, je me dis que je peux boucler mon TGV. En attendant, plus question de penser au podium, simplement arriver à terminer sans avoir trop mal.

Les chalets de l'Orgère, 4e ravito : j'y retrouve Nico alias le Dahu, avec qui j'avais déjà couru au trailàbéné. On repart ensemble pour le dernier gros morceau : le col de Chavière, il reste une 20aine de km et 900m de D+ et après, me dis-je intérieurement, y à plus qu'à dérouler jusqu'à Pralo (ça paraît simple non ?)

On prend un rythme régulier, plutôt lent pour cette ascension. J'ai toujours mal mais je prends sur moi. Arrive un replat d'où nous apercevons le fameux col, loin, très loin, et enneigé. Des bouquetins nous observent.

La 2e partie de l'ascension débute, Nico est juste derrière moi et nous tenons un rythme correct. Je traîne un peu la jambe gauche pour éviter de solliciter le muscle psoas, et attend la bascule avec impatience.

En jetant un rapide coup d'oeil vers le col, j'aperçois la silhouette d'un gypaète : petite consolation après plusieurs heures sans plaisir.

Chavière est là : on bascule avec Nico et un 3e coureur. Très vite, je réalise que contrairement à ce que je croyais, la descente va être pire que la montée niveau douleur : je n'arrive presque plus à lever la jambe gauche, et la douleur s'est décuplée. Je dis à Nico de partir, que j'y arriverai seule, mais il a la gentillesse de rester avec moi.

Rejoindre le ravito de Peclet-Polset sera un calvaire, je ravale mes larmes, et envisage à nouveau de rendre mon dossard mais abandonner là ne m'avancerait pas à grand chose, il me faudrait malgré tout rejoindre la vallée à pied.

Au ravito, les applaudissements sont chaleureux mais je grimace et pleure... C'est là que je croise Marioune, qui me donne un anti-inflammatoire. C'est la 1ère fois qu'on se rencontre après plusieurs échanges mail, et je suis désolée de lui offrir cette image de moi ! Elle m'encourage et Nico et moi quittons le ravito. Je me force à trottiner, puis (est-ce déjà l'effet de l'anti-inflammatoire ?) minute après minute, la douleur s'amenuise et ma foulée augmente.

Nous courrons maintenant carrément à bonne allure, dévalant ces utlimes 12 km. Je suis contente de ne pas être seule, je n'aurais pas couru aussi vite c'est sûr !

Je ne sens plus la douleur et tout s'éclaircit dans ma tête. Je me dis que j'ai bien fait de m'accrocher et de ne pas abandonner...

A l'approche de la route, j'aperçois mon Nico avec les enfants et mes parents qui nous attendent, ils vont nous suivre en voiture quasiment jusqu'à l'arrivée, je comptais vraiment sur leur présence, et ça a vraiment été d'un grand réconfort.

Dernière ligne droite, Nico-le-dahu veut me laisser passer devant, pas question, lui qui me supporte (dans tous les sens du terme) depuis Chavière, je lui prends la main et nous franchissons l'arrivée ensemble ! MERCI NICO LE DAHU !!!

12h03 de course et environ 7h de douleur physique... certainement une tendinite du psoas... je repense aux utmbistes qui finissent l'épreuve à reculons tant ils sont perclus de tendinites et me dis que je n'irai jamais jusque là. J'ai déjà été trop loin à mon sens aujourd'hui, si j'avais eu les moyens d'être récupérée avant, j'aurais sûrement arrêté, c'était la voix de la raison.

Car le bilan, en dehors de la blessure, c'est que si je me suis vraiment éclatée, régalée sur la 1ère partie, tout le plaisir a été gâché par la suite et je n'ai profité de rien. Et ça me rappelle aussi pourquoi je cours en montagne : avant tout pour éprouver du plaisir dans un super cadre, mais certainement pas pour subir comme ça.

Prochaine étape : la TDS, avec au minimum 90% de plaisir j'espère !!!

 

22 commentaires

Commentaire de frankek posté le 20-07-2009 à 21:08:00

bravo pour ta course et ton gros " Mental " pour boucler ce TGV...récupère bien

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 20-07-2009 à 21:29:00

Damned ! Toi au moins tu as du mental ! Respect !

P... ! les Alpes, c'est presque aussi beau que la forêt d'Ecouves !

Commentaire de taz28 posté le 20-07-2009 à 21:49:00

Quel sourire malgré la douleur Maï !!
Bravo pour cette course au moral, tu es une vraie guerrière et je t'admire !!
Merci pour ce récit et ces superbes photos qui donnent envie...

Bisous, et soigne bien cette blessure.

Taz

Commentaire de marioune posté le 20-07-2009 à 22:22:00

MaÏÏÏÏ. Drôle d'endroit pour une rencontre. Moi en distributrice de cachets et toi avec cette douleur. Tu parles si bien de ta course, del'apparition de cette douleur, de la limite, du raisonnable. Ouf si cela t'a soulagé, tu as pu filer dans la descente avant l'orage, bravo bravo!!!!

Commentaire de CROCS-MAN posté le 20-07-2009 à 22:44:00

BRAVO, un super récit magnifiquement illustré

Commentaire de BENIBENI posté le 20-07-2009 à 23:42:00

Quelle ténacité ! Bravo à toi pour avoir fini cette course malgrés cette douleur.

Commentaire de martinev posté le 21-07-2009 à 07:09:00

MAGNIFIQUE.....
Merci pour ce récit et félicitation pour ton courage.

Commentaire de rapace74 posté le 21-07-2009 à 07:20:00

bravo maï pour ta course
j'espere pour toi que ta tendinite sera bien soignée pour la TDS!!!!

bises
manu

Commentaire de akunamatata posté le 21-07-2009 à 08:12:00

Bravo Mailys pour ta perseverance et ton positivisme, recuperes bien pour le TDS, qu'est ce que tu as contre les gens qui finissent l'UTMB en marchant a l'envers ;-)))

Commentaire de béné38 posté le 21-07-2009 à 08:45:00

Bravo Maï, belle course malgré le manque de plaisir sur la 2ème partie. Quel mental malgré tout ! A refaire non ?
Bises

Commentaire de laurent05 posté le 21-07-2009 à 09:01:00

Bravo Mailys, quel courage
merci pour les superbes photos
à bientôt
laurent

Commentaire de Grain de sel posté le 22-07-2009 à 08:41:00

Bravo pour ta course et ta ténacité.
Profite de l'été pour bien récupérer pour être en forme fin août.
Au plaisir de te (re)croiser plus longtemps !

Commentaire de blob posté le 22-07-2009 à 12:15:00

Bravo Maïlys, t'es un warrior.

Commentaire de le_kéké posté le 22-07-2009 à 16:38:00

Bravo championne, c'est bien d'être allé au bout.
(C'est ça aussi de pousser aussi fort au trailabéné pour enfumer le kéké, ça laisse des traces pour toute la saison)
Repose toi bien (mais pas trop) et soit au top pour les petits trucs sympas de fin de saison que tu as au programme.

A+

Philippe

Commentaire de Skyrunner posté le 22-07-2009 à 20:47:00

Définition du mot Limite :
"Science Physique : Valeur que ne peut ou ne doit dépasser un phénomène physique"
Physiquement tu as dépassé tes limites, mais coté mental t'étais encore dans les clous, ..., c'est dans ces moments là que ce forge le mental, celui dont tu testeras les limites lors de la diagonale des lucides ;-).

Commentaire de Ben64 posté le 23-07-2009 à 22:10:00

Ze neska zira !! Franchement, chapeau bas et révérence! Tu as su repousser tes limites, c'est le mental qui se forge. J'ai eu mal avec toi sur ce coup là. Récupères bien pour la TDS.

Adio
Ben

Commentaire de kailasa posté le 24-07-2009 à 12:35:00

Quelle force de caractère !!! Chapeau d'avoir terminé... Merci pour ce beau et poignant récit, et merci pour les photos. Bonne récup' et soigne toi bien. A bientôt.

Commentaire de philkikou posté le 25-07-2009 à 17:28:00

Bravo pour cette course "solidaire" et "au courage"

et merci pour le c.r.

Commentaire de laurentrail91 posté le 30-07-2009 à 10:30:00

Superbe CR
J'ai eu mal rien qu'a le lire
Dan est d'accord avec moi pour dire que tu es un warrior.
Je suis pressé de lire le cr de la tds

Commentaire de langevine posté le 01-08-2009 à 12:53:00

Et dire que j'avais loupé ce récit!!
Quel tempérament!! quel gnac!! J'adore!! Un mental à tout épreuve, l'humilité, le sens de la fête et la gentillesse en plus qui font de toi une sacrée copine mais surtout une grande championne qui ne se prend jamais au sérieux... Ne change rien!!

Commentaire de Hay-David posté le 19-10-2009 à 19:29:00

Ben dis donc avec beaucoup de retard je découvre ce récit (suite au post pour ton anniv') et quel moral, quelle persévérance, et grain de folie sans lequel on ne ferait pas tout ce qu'on fait... ;)

Commentaire de laulau posté le 30-06-2010 à 22:44:00

Bonjour Mai74
Merci pour ton récit et ces photos. Ta volonté a été impressionnante, j'y penserai quand je serai dans le dur...Dans 2 jours, je pars pour Pralognan.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran