Récit de la course : Saintélyon 2014, par Mazouth

L'auteur : Mazouth

La course : Saintélyon

Date : 7/12/2014

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1846 vues

Distance : 72km

Matos : Asics GT-2170
Moral d'alu (parce que l'acier c'est trop lourd)

Objectif : Terminer

17 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Une aventure à rêver debout (ou de boue ?)

La SaintéLyon... Il y a un peu plus d'un an je disais que c'était inhumain et que je ne le ferai jamais car je n'aurai jamais envie de le faire et que la SaintéSprint était parfaite pour m'amuser. Mais voila, en participant à cette SaintéSprint on goûte à l'ambiance de la légendaire doyenne. Voilà donc un an que je ne pense plus qu'à la SaintéLyon, presque tous les jours, motivé à chaque entrainement, partant à l'assaut des Monts du Lyonnais les dimanches matin pour tenter de devenir un "traileur"... bref je ne vais pas détailler toute mon année SaintéLyon2014 ça ferait 2 pages Clin d'œil
Je me suis donc insrit dès l'ouverture... pourquoi j'ai eu le dossard 9430 et pas le n°1 alors ? Langue tirée
Samedi soir, l'avant course se passe au Flore (merci Franck, Pastropvite69 et tous les joyeux kikous !), vraiment top pour partir dans de bonnes conditions, détendu et souriant.
Chaude ambiance au départ d'où je pars à 0h10, avec la 2e vague, prise par erreur car en visant 11h je pensais partir avec la 3e. Tant pis (tant mieux ça fera 10 minutes de sommeil en plus demain Rigolant), je trottine gentillement à mon petit rythme et comme les boulevards sont bien larges je ne gêne pas la circulation.
3e kilomètres, quelqu'un prend des photos sur un rond point, ça pourrait être ma pote Claire... et oui ! c'est bien elle et ça fait super plaisir, en plus elle en profite pour me transmettre un tout dernier conseil de son père, glorieux coureur de la doyenne il y a quelques années Sourire
A Sorbiers, grosse ambiance (merci à tous les supporters !), puis on rentre dans le vif du sujet : la boue, de bonnes grosses couches de sédiments argileux. Il m'aura finalement bien fallu 1h pour trouver mon rythme et arrêter de penser que je serais mieux dans mon lit... à partir de là tout s'est passé comme dans un rêve. J'ai sauté le ravito de St-Christo, comme prévu, et très vite on se retrouve sur les crêtes (toujours les pieds dans la boue), une petite couche de neige dans les champs, plein de loupiotes quand je me retourne, c'est beau. Mais là je me rends compte que j'ai eu un peu chaud avant et avec le vent du nord je commence à me demander si je ne vais pas devoir m'arrêter pour prendre un bandeau et des gants plus chauds dans mon sac. Heureusement ces sensations de froid ne durent pas et je continue sur un bon rythme (avec une FC étonnament basse depuis le début, mais c'est sûrement bon signe).
A Ste-Catherine première pause. Un bon thé (un peu froid mais bon) et une superbe soupe (je l'ai aimée celle-là !) agrémentés de pain d'épice, et c'est reparti. Et c'est là qu'en voyant qu'après presque 4h de course j'étais encore en pleine possession de mes moyens que je me suis vraiment dit que j'allais finir, que je pouvais le faire à condition de continuer à bien gérer et à bien m'alimenter.
Très vite arrive le fameux, le redouté bois d'Arfeuille, que j'ai finalement descendu sans encombres et plutôt vite, et ça, ça fait du bien à la tête ! Le montée vers St-André est longue, je suis lent, mais je ne m'en fais pas, je n'ai pas mal, ça va. Le plus dur finalement c'est les 10 min de bouchon sur le single juste avant St-André, en plein courant d'air, ça caille.
St-André, c'est la mi-parcours, je suis encore bien, et un peu en avance sur mes prévisions. Ajoutez à cela un bois des Marches avalé comme son copain d'Arfeuille, et me voila à St-Genou avec un moral à bloc ! Je ne traine pas au ravito, le temps quand même de faire le plein de liquide (en évitant le Pepsi Max...), de manger du pain d'épice (mon met de prédilection sur les ravitos) et mettre quelques rondelles de saucisson dans la poche, pour la route Langue tirée
On entre maintenant dans les portions que j'avais reconnues 3 semaines avant, et tout se passe bien. Le long faux-plat avant Cornavent ne me surprend pas et donc je le vis bien, en marchant d'un bon pas, et en pensant au levé du jour : je pensais voir enfin les premières lueurs de l'aube à cet endroit mais je suis en avance sur mes prévisions, et il fait encore bien nuit... mais c'est pas tout ça, voici le bois Bouchat, et surtout son raidard de sortie qui n'est heureusement pas très long car il est bien raide. Surtout, il symbolise la fin des grosses difficultés (topographiques, parce que physiquement pas vraiment) et il n'y a plus qu'à se laisser rouler jusqu'à Soucieu.
Soucieu-en-Jarrest : petite commune du Rhône, connue pour ses Pim's son saucisson et son inévitable pain d'épices...
Peu après, dès le Furon franchi, le jour se lève, mais ça y est, il me faut descendre de mon nuage, j'ai mal aux jambes et peu de forces. Mais le moral reste bon, jamais je n'aurais cru pouvoir avaler 50 bornes avant de faiblir, ça permet de rester philosophe en peinant dans les côtés et sur le moindre faux-plat montant. En plus j'arrive encore à relancer sur le plat et en descente, alors c'est cool, et puis je sais que j'aurai ce t-shirt de finisher, oh oui, je l'aurai !
Comme annoncé quelques jours avant la course, on contourne la ludique et boueuse descente vers l'auberge du Garon, mais on vient quand même se faire ronger les jambes dans le féroce chemin des lapins !
Ravito express à Chaponost, le temps de prendre des nouvelles de Bruno que je croise par hasard, et qui me dit juste les mots qu'il faut pour me transformer en super saiyan : "tu peux accrocher les 10h" !
Je repars au trot en calculant... 11km... 1h30... et 8min au kilo... ça passe ! je peux le faire ! inimaginable ! mais faut rien lâcher ! sauf quand la pente dépasse 1%, il faut marcher parce que sinon c'est trop dur Avare
Remonté à bloc, les dernières petites (et moins petites) bosses passent sans trop nuire à mon nouvel objectif des 10h, et me voila pris d'un curieux sentiment : comment puis-je être si heureux d'apercevoir le nouveau Musée des Confluences, tellement il est immonde ? je dois être un peu fatigué Clin d'œil

Ni une ni deux me voila en bas des escaliers de la Mulatière, pour un court mais intense moment de recueillement. Une tape dans la main de Snail et d'Arclusaz et me voila en route pour mon exploit, l'aboutissement incroyable du défi qui a occupé un coin de ma tête pendant un an : finisher de la SaintéLyon ! (oh oui j'ai eu le t-shirt Sourire ) et en plus, ce dont je ne reviens toujours pas, en moins de 10h.

Mon film pendant la course : http://youtu.be/VeA2jpWRNNk

17 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 08-12-2014 à 23:45:43

Rêver, c'est bien. Mais, se donner les moyens de réaliser ses rêves, c'est encore mieux !

Bravo Sylvain pour cette course superbement gérée.... et ce n'est pas fini !

Commentaire de Benman posté le 08-12-2014 à 23:53:15

Merci pour ce film de l'intérieur. Bravo pour ton exploit.

Commentaire de Spir posté le 09-12-2014 à 00:03:10

Bravo pour ta course ! Je vais te dire, les Sylvain, c'est des warriors. J'adore le film, j'ai l'impression d'avoir de nouveau de la boue aux pieds !
A un de ces quatre sur un off ;o)

Commentaire de la mouette avinée posté le 09-12-2014 à 00:21:49

Chapeau mec :)

Commentaire de Sébounet posté le 09-12-2014 à 05:48:57

Félicitations pour cette première parfaitement gérée !!!

Commentaire de christ-off posté le 09-12-2014 à 07:59:03

Bravo pour ta course et sympa ton film.

Commentaire de brague spirit posté le 09-12-2014 à 08:59:08

Challenge relevé caméra au poing,bravo.
Pour le ralentissement avant St André,c'est à mes yeux,l'endroit le plus "tendu" de tout le parcours.Ce single boueux en devers,avec à main droite,ces barbelés qui font peur.il valait mieux assurer.
Pour le musée,disons que les gouts,bien,cela ne se discute pas.Pour compenser l'arche qui franchie le Rhone est plutot réussie.

Commentaire de Jean-Phi posté le 09-12-2014 à 09:14:14

Pas mal pour une 1°. la prochaine sera aussi belle

Commentaire de TwoTiVal posté le 09-12-2014 à 09:47:00

Bravo Sylvain, tu as assuré comme une bête !
En te croisant au ravito de Ste Catherine, je me suis dit que j'étais parti vraiment trop vite !
Tu as su garder le rythme jusqu'à l'arrivée pour un super temps !

Commentaire de slyder1806 posté le 09-12-2014 à 11:26:28

Félicitations Sylvain !
T'as bien géré.
Les Sylvain, ce sont les plus forts de toute façon.

Commentaire de bruno230 posté le 09-12-2014 à 17:00:10

Bravo Sylvain.
Content d'avoir participé même si c'est de manière infime à ce que tu boucles cette Sainté sous les 10 heures en prenant le temps de filmer en plus.

Commentaire de Mazouth posté le 09-12-2014 à 18:03:02

Merci les gars !

Commentaire de darkpandora posté le 09-12-2014 à 22:24:31

Bravo encore Syl!!
Super récit, ça donne bien envie... mais de là à penser que je serai capable de le faire un jour...

M'en fous, on fait notre prochain semi ensemble! Hein? Comme avant! :)
Bises!

Commentaire de Mazouth posté le 10-12-2014 à 00:00:49

Mais oui tu pourras le faire un jour, y a pas de raison, faut juste le vouloir, beaucoup ! A partir de là l'entrainement et l'apprentissage pour en être capable ne sont que du plaisir... bon faut avoir un peu de temps aussi ;)
En tout cas oui, les Foulées San Priotes c'est pour nous ! Va falloir que je m'occupe de m'inscrire d'ailleurs...

Commentaire de Charlys42 posté le 10-12-2014 à 23:13:08

Bravo pour ta première, à l'année prochaine peut-être??
Bonne recul

Commentaire de Charlys42 posté le 10-12-2014 à 23:13:43

RECUP !!

Commentaire de franck de Brignais posté le 11-12-2014 à 18:09:08

Bravo m'sieur ! Quelle facilité pour cette première !! Et le moins de 10h tu es allé joliment le chercher Bravo ! Bonne récup' maintenant !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran