Récit de la course : 10 km de Romans 2009, par Génep

L'auteur : Génep

La course : 10 km de Romans

Date : 11/10/2009

Lieu : Romans Sur Isère (Drôme)

Affichage : 1224 vues

Distance : 10km

Objectif : Objectif majeur

12 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

C'est un Beau Romans ...

Dimanche 11 octobre, cela faisait un petit moment que j’avais coché cette date. Finalement depuis octobre 2008, date à laquelle j’avais découvert ce 10 km classant et mesuré officiellement.

Tout est réuni pour faire de belles performances : un parcours rapide bien placé dans le calendrier, un parcours « agréable » pour un 10 km, un gros peloton et une grosse densité de coureurs sous les 40 min.

Après le 10 km de Grenoble, je suis revenu rapidement en forme après la coupure estivale et les trails de juin/juillet. Trop rapidement en forme ?

Petit doute là-dessus, cela fait deux ans que je passe un cap à la sortie de l’été. Les bienfaits du repos et d’une coupure sûrement (même légère) et une époque qui me convient mieux.

Le 3 000 m de la semaine dernière me confirme dans cette bonne forme.

Cette semaine, c’est donc récup, une séance mercredi au club que j’allège légèrement et surtout que je fais en dedans.

Vendredi et samedi, les deux footings de 25 min avec du gros peps. Comme l’an dernier en mieux encore. Le cardio est d'ailleurs à 39 au repos.

Veille de course, match de l’équipe de France agréable et sommeil difficile à trouver avec l’excitation de la course et le petit stress. Je surveille la météo sur Romans où il annonce un vent modéré de nord avec des rafales à 50 km/h. Grrrrr….

Réveil matinal à 7h, pas trop dans le pâté. Collation matinale et gatosport maison bio immangeable (j’ai râté la cuisson !). Sandra rentre du boulot, dans le pâté. Soutien mutuel !

 


 

Elle m’inscrit mes temps de passage sur le bras gauche et au dodo. Chassé croisé.

A propos des temps de passage, je me suis dit : « la qualification, ça peut se passer, je sens que pour la première fois, je l’ai dans les jambes mais ça va être ric rac. Méforme ou course râtée et adios la qualif ! ».

Temps au kilo de 3 min 22 sur les bras soit une base de 33 min 50 au final avec une marge de 15 secondes sur la qualif. En gros, l’idée est de partir sur cette base jusqu’au Km 5 et si je ne tiens pas le rythme, il me reste 15 secondes sur les 5 derniers kilos. Bonus mince avec 3 secondes au kilomètre max à perdre.

Ca peut aller vite sur 10 bornes !

Direction Tullins, je rejoins El Presidente, Pedro, René et Gilles.

C’est parti pour Romans dans la nouvelle tuture de René. Il n’est pas inscrit, les inscriptions seront à priori closes pour 9h, la nouvelle tuture avance vite.

Arrivée à Romans, pas de vent ! Dame Nature nous ferait une offre divine ?!

Je m’étais inscrit à l’avance donc j’évite ce coup de speed inutile. Privilège « suprême », j’ai le droit au dossard élite (ok, terme un peu pompeux) en ayant fait un chrono sous les 35 min. Pas de queue, dossard 15 et place devant le peloton de 700 coureurs qui m’évitera la cohue pour être bien placé.

On part s’échauffer, jambes qui picotent, miam. Vraiment étonnant cette similitude avec l’an dernier.

Pierre m’indique quelques étirements activo-dynamiques (j’ai bien retenu la leçon hein ;) ) et c’est l’heure de se placer.

Place dans le « sas », on est grand confort, pour une fois que je ne fais pas la sardine. On disctute avec quelques coureurs pour savoir quels chronos chacun vise. Des 31 min, des 32 min, des 33, ah des 34 min ! Un copain puis plusieurs

La tension monte gentiment,on sautille sur place tel des fauves prêts à sortir de leurs cages.

Pan !! C’est parti !

Ca part (très) vite, je prends mon rythme que je commence à avoir intégré (c’est comme l’horloge biologique mais en courant), je vois David Seaume, l’objectif est de rester proche tout en étant derrière. Je dois être dans le vrai si je le suis.

Premier kilo en 3 min 10. Hein ?! C’est parti mais quand même. Deuxième en 3 min 30 et je n’ai pas fléchi !

Kilomètres farfelus pour le coup, mais rapide calcul dans ma tête (j’arrive encore à faire une addition et une division à ce moment de la course soit 3 min 10 + 3 min 30 / 2 = 3 min 20 de moyenne = tout va bien ! ).

C’est encore très dense, petit à petit les kilomètres avancent et les groupes s’égrainent (comme les feuilles tombent à l’automne, ok la métaphore est pourrie et gnan, gnan, je sors ).

Un petit groupe de 5 s’est constitué avec un métronome du Team Spode à la baguette.

Je suis pile dans l’allure de 3 min 22 et ça me va parfaitement. Les jambes sont bonnes, j’arrive à échanger avec quelques uns du groupe pour connaître le temps visé : 34 min.

Parfait.

Nous revenons sur David Seaume qui semble un peu fléchir. Je l’encourage.

Je suis toujours bien et je me dis : « si je passe en 16 min 54 au km 5, le record va tomber et les 34 min 07 pour la qualif sont jouables ».

Ca tombe bien, nous arrivons au km 5 … que je ne vois pas ! Je me dis qu’il doit correspondre au ravito où nous passons en 16 min 54 environ. Bien, on a un peu faibli mais rien d’affolant.

Une course de 10 km commence toujours au km 5 : si on commence à piocher au km 5, les 5 derniers kilos s’annoncent pénibles et surtout les temps de passage au km vont chuter (dans le mauvais sens).

Cela me rassure. Je me compare à Grenoble sur l’état de « fraicheur ». Ma course commence vraiment. Deux coureurs du groupe craquent. Le coureur du team Spode part légèrement devant. Il est un peu en dessus, je me suis accroché au moment où il faut, je ne veux pas griller mes cartouches maintenant.  Je reste quelques mètres derrière, le petit vent de face vers la gare n’est pas trop gênant. Nous sommes deux.

Pas de paroles, c’est désormais trop dur. Je sens le souffle de mon voisin de macadam qui s'accélère avec un souffle très court qui ressemble plutôt à un souffle pour le dernier kilomètre. Signe qu'il commence à craquer Il en reste 3.

Il lâche prise. Je pars seul, mais du monde devant derrière très proche et réciproquement derrière.

Soit je reviens, soit un wagon me passe. J’opte pour essayer de tenir la première solution. Sans que je faiblisse même si l’effort commence à être franchement difficile, un coureur revient assez facilement seul de derrière.

Là, je me dis, accroche toi, il reste deux kilomètres, fais toi mal (ok un peu maso sur le coup  ). Je m’accroche difficilement et les défauts de course suivent : buste en arrière, bras qui ne tirent pas,…

Je pense à ce que m’a dit Pierre: "tire sur les bras quand ça devient difficile". Je prends note et j’y arrive plus ou moins.

Dernier kilomètre, ça doit pouvoir passer pour les 34 min, on est coude à coude avec le coureur, j’arrive à passer la vitesse supérieure.

Il lâche, je continue, rapide coup d’œil sur la montre, j’entends le speaker qui égraine les noms pour la qualifications aux France, je vais y être, pas moyen que je la loupe si près du but.

Je vois la bouée, le chrono, je passe la ligne en 33 min 50 poing serré. Je l’ai fait !!

Pas de vomito, ce dernier kilomètre a vraiment été de toute beauté malgré la dureté de l’effort.

Le coureur me félicite et je le remercie de m’avoir permis de me relancer. Même chose avec d’autres coureurs de notre petit groupe.

Qui a dit que les coureurs sur route étaient tous individualistes ?! Sans être naïf et pour faire les deux types d’épreuve, les plaisirs sont différents. La dureté d’un 10 km et la résistance mentale et physique d’un trail long sont deux belles écoles.

J’attends l’arrivée des copains du club, René, Gilles et Pierre en terminent en moins de 37 et se qualifient également pour les France en vétéran.

Pierre me demande mon temps, il est aussi content que moi et me prends dans ses bras.  Chouette moment de sport et d’amitié. Séquence émotion (non non, ce n’est pas de la télé réalité course à pied, The Truman Shoe ? ).

Tout le monde arrive, plus ou moins satisfait.

Je termine 30 ième en 33 min 50. Ca faisait un moment qu’on me promettait de faire 34 min et descendre sous ces 34 min. Mais le plus difficile est de le faire surtout quand on n’en fait pas un objectif principal. La préparation du 10 km est en plus difficile et exigeante.

J’ai voulu tester un début de saison en enchaînant deux 10 km, ça a marché.

Pour les France de 10 km, je n’en fais pas une fin en soi, juste une reconnaissance des efforts (Un grand merci à Pedro pour son plan et à Sandra).

). Et si les France de 10 km ont lieu en même temps que les France montagne, le choix est déjà fait = > Montagne !

 


 

 

 

 

 

12 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 11-10-2009 à 20:10:00

33'50 c'est impressionnant...! Bravo pour le challenge et bravo pour l'avoir réalisé !
J'espère que ton tatouage part au lavage quand même !

Commentaire de pedro38 posté le 11-10-2009 à 20:28:00

Encore bravo! nous savions tous que tu avais le potentiel, mais c'est autre chose de le réaliser!
Bonne récup' et à mercredi (petit footing de décrassage si tu peux demain)
Pedro38

Commentaire de le_kéké posté le 11-10-2009 à 20:33:00

Superbe !!! Bravo pour la perf et le récit haletant. C'est vraiment une autre planète mais même à ce rythme ça arrive encore à causer chiffon. En tout cas pas de hasard sur ce genre d'épreuve, du travail et de la volonté et ça fini par payer, bien joué pour la qualif ;-)

Commentaire de Pat'jambes posté le 11-10-2009 à 21:10:00

33'50"... Pétard... Et t'arrive encore à causer avec les copains à cette allure?! Dingue!

Bravo pour cette qualification, ton récit et bonne récup' ;-)

Commentaire de tortillas38 posté le 11-10-2009 à 21:39:00

Beau récit et belle récompense pour tous les efforts fournis!
Félicitation...

Commentaire de Belet posté le 11-10-2009 à 22:15:00

Super belle perf Benoit. Comme quoi quand on est bien, on se rend plus compte des faux plat, du vent qu'était quand même bien pénible par endroit, et on on subit même pas le stress du chrono avant départ :)

Bravo.

Arnaud.

Commentaire de philkikou posté le 13-10-2009 à 06:59:00

Bravo pour la perf....et pour varier les plaisirs entre trail et 10 kms..

Commentaire de colostp posté le 14-10-2009 à 12:13:00

Bravo pour cette très belle performance.Tu sembles avoir fait un grand bond en avant désormais.
Bravo aussi pour ce très beau récit, on s'y croirait ! En effet, il parait si réel que j'y était et tu as même parlé de moi avec éloges.
Le coureur "métronome du Team Spode"

Commentaire de hemerodrome posté le 18-10-2009 à 21:00:00

Bravo, les moins de 34' sont fait un chrono vraiment sympa et qui "parle"

Maintenant dans le tête tu sais que tu l'as fait.

Bonne saison.... de cross ???

Bertrand_en_récup

Commentaire de Jerome_I posté le 18-10-2009 à 21:33:00

bravo quel chrono moins de 34', j'aimerai bien aussi pouvoir courir à cette vitesse sur 10km. Allé enfin une qualif aux france c'est toujours super!

Jérome

Commentaire de Génep posté le 18-10-2009 à 21:34:00

Merci à vous tous pour vos commentaires !

Commentaire de Philippe8474 posté le 20-10-2009 à 09:15:00

T trop fort Benoit!!!

Mais où s'arretera-t-il?

... Rien à dire, la classe!!!

A bientôt

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran