Récit de la course : 100 km des Etangs de Sologne 2008, par bernardlepirate

L'auteur : bernardlepirate

La course : 100 km des Etangs de Sologne

Date : 30/8/2008

Lieu : Theillay (Loir-et-Cher)

Affichage : 2045 vues

Distance : 100km

Objectif : Objectif majeur

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

100km de Theillay: presque que du Bonheur

Peut être la plus dure course "terminée" que j'ai pu faire   
Et je ne dois pas être le seul à le penser : nous étions 496 inscrits pour 255 à l’arrivée.

Et pourtant ça commençait bien.

Ma blonde   m’accompagnait et nous avons passé le vendredi à visiter les châteaux de la Loire. Peut  être pas recommandé la veille d’un 100km mais oh combien agréable.

Et puis cela va m’éviter de stresser et de vite trouver le sommeil.

En début de soirée, je vais récupérer mon dossard. Les bénévoles sont « hors d’age »  :mexicain: mais l’ambiance est familiale et rigolarde. Des petits groupes de coureurs restent là à discuter :une fois de plus je trouve que la moyenne d’age est élevée et que bon nombre ont des « gueules » de vieux guerriers burinés. L’un d’eux déjà vu me fait penser à un soixante huitard Rambo-ïsé…
Je vais y croiser Cagouille en pleine forme qui arbore un maillot avec le magnifique avatar dessiné par Gégé puis James qui se pose des questions sur l’allure qu’il doit adopter enfin Mico tranquille.

Le lever sera très matinal : 3h30 mais je dois terminer la préparation de mes 21 bidons et les remettre aux organisateurs :trinque:
Enfin le départ approche, je retrouve sur la ligne un Domi très décontracté et une Bibi qui cache son jeu en disant qu’elle vient sans objectif et qu’elle devrait être dans les 8h15.

6h16 le départ est donné : dans l’euphorie comme bon nombre je part un peu vite mais sans excès. La moyenne des 5 premiers km est  à 11,1km au lieu des 10,8 prévus. Le Pirate aurait il appris la sagesse  (toute relative). 

Décidément j’adore courir la nuit. En dépit des discussions et des bruits de pas, je profite du silence et de l’ambiance feutrée de la nuit.
Je m’imagine foulant la bruyère, marchant dans les pas de Raboliot relevant ses collets et comme lui attentif au moindre bruit pour ne pas se faire surprendre par le gendarme Bourrel.
Le lever du jour sur la lande, les sous bois et les étangs est une pure merveille : je m’en rassasie les yeux. Une fine brume habille de ouate les bruyères, s’alanguie au dessus des étangs et dessine des paysages Hamiltonien…

Mais car il a un mais : j’ai froid. Jusqu’à 8h il fera 14° et je me suis habillé pour une journée chaude. Sans accompagnateur, je n’avais pas d’autre choix. 


Au 15ème, je croise avec plaisir mes compères ADDM: Manu qui va bon train et traverse la route pour me taper dans la main puis Cagouille tout sourire en compagnie de James puis Mico qui va sans hâte faire son chemin... 
Bibi et Domi sont passés depuis longtemps  

Pendant le début de la course les tendons vont me faire souffrir mais je vais trouver ma VA (Vitesse antalgique chère à Bruno) et au bout de 25 km je ne suis plus gêné si ce n'est de temps en temps comme des piqûres d'aiguille fulgurantes dans les tendons. Un peu (ou plutôt beaucoup) parano, je m’imagine que ce sont des fibres qui cassent et je me vois finir la course sur un civière. Je ne vais  pas m’écouter, j’ai une revanche à prendre après mes échecs de Brive et du Verdon. Aujourd’hui, ma devise est « marche ou crève, sans lendemain ».

Excepté les jumeaux Achille tout va bien, je suis facile sur le rythme travaillé à l’entraînement. Sans avoir soif, je bois régulièrement 1l par heure grâce à mes bouteilles perso que je récupère à chaque ravito…[b]MERCI LES ORGANISATEURS.[/b] :merci:
Contrairement aux autres courses, la diurèse ne s’arrêtera qu’au bout de 6h au lieu de moins d’une heure. La minute perdu chaque heure pour la vidange  me fait enrager sans savoir que bien pire m’attend.
-passage du marathon en 3H54 très facile .Je me surprend à regretter de ne pas être parti plus vite…jeune présomptueux  :cartonR:
-passage des 65km en 6H12 avec pourtant 2 gros arrêts pour des pbs gastriques dans la dernière heure ; je suis pile dans le rythme régulier qui doit me permettre de passer la barre des 9h30. 

Il fait très chaud mais je ne suis pas gêné, j’ai l’impression de ne pas suer. Je ne sens aucune fatigue, je suis bien à la VS100 travaillée à l'entraînement.

Seul bémol, je sens une méchante ampoule se former sous la plante du pied droit .Je m’arrête pour la percer mais je ne vois qu’un capiton derrière le pouce très chaud et rouge .La douleur, toute relative, va m’accompagner jusqu’à la fin.
Au déballage je vais trouver une ampoule de 5cm qui débouche explosé entre les orteils .

Cependant même en buvant 1l par heure la déshydratation fait son oeuvre et d'un seul coup je me retrouve sans force sans volonté. Le rythme cardiaque qui tournait depuis 6 à 7 heures à 160/155 chute brutalement à 135/140.

A partir de 13H30, nous allons subir une température de 34/35°... Adieu veau, vache cochon.... je sais que mon objectif de 9H30 est dans le lac ou plutôt dans les étang de Sologne
Pendant 25 km en 3H11 je vais me traîner plus en marchant qu'en courant mais je suis étonné du peu de concurrents qui me doublent. Ce sera un long calvaire  
Chaque point d’eau sera l’occasion de m’éponger jambes, bras et visage et de m’asperger copieusement.
Je ne vais plus penser qu'à une chose: abandonner, et a n’avoir qu’un seul hypothétique objectif terminer.
Passer à 500m de l’hôtel au 85ème km sera le moment le plus dur. 
 
Quand tout allait bien je ne me plaignais pas de ces longues lignes droites où se succèdent faux plats montant et descendants, sur des routes au bombés important.
D’ailleurs, il faudra arrêter de dire que Theillay est un parcours plat.

Nous devons faire peine à voir car je ne compte plus le nombre de « courage »qui nous est adressés. Souvent les habitants essayent de nous redonner le moral en nous annonçant une proche zone ombragée.

En dépit du nombre d’abandon, jamais je ne passerais devant des coureurs blessés ou à l’arrêt comme j’ai pu le voir à Millau ou à Belvès. Les organisateurs qui vont et viennent sur le parcours et les voitures de secours qui circulent y sont pour quelque chose.

A ce stade je dois remercier 3 personnes plus un Groupe
-mon double qui m'a engueulé au grand étonnement des autres coureurs. Après la période parano, je suis atteint d’un dédoublement de personnalité : mon moi qui pleurniche, ne veut plus se faire mal et mon double, coach type Laporte des grands jours, qui me hurle dessus. Chacune de ses interventions me fout un coup d’adrénaline qui me relance. 
-Laure car je n'ai pas voulu céder à la manaudiite  
-au Soul (mon petit lapin: en Sologne ça s'impose) car après le coup qu'il à fait à Bruno je l'ai imaginé se pointer sur la fin de la course et je ne pouvait pas le décevoir   

et puis surtout, mes petites misères étaient bien peu de chose à coté de ce que les Gaulois avaient enduré: je ne pouvais pas arrêter  

Grâce à cela, je vais retrouver quelques forces pour faire les 10 derniers km en 56'.
Mais je m'écroule à nouveau au 98ème que je passe en 7'15" aussi j'essaye de passer en marche athlétique au rythme de Highway Star (Deep Purple): ça marche (si si  ) 5'26" au km et un dernier 200m de folie à presque 13km/h (histoire de ne pas passer inaperçu)  

Au final, déçu de ne pas avoir réussi mon objectif mais content d'avoir retrouvé la volonté qui m'avait fait défaut à Brive et dans le Verdon  

A l'arrivée, je ne traîne pas car j'ai promis à Emmanuelle  :bisous: de rentrer tôt et en bon état pour l'emmener faire un gueuleton dans un bon resto   
Le dimanche sera consacré à la visite de Chambord et à un bon déjeuner face au Château.


En conclusion,
 Je termine en 10h19
Soit 1er de mon jardin  

Médaille de Bronze des ressortissants du Nooooooooord

On se console comme on peut  

C'est une histoire de verre à moitié plein et à moitié vide 

Au vu des températures, du peu d'entraînement des 5 dernières semaines (70km au total) et des tendons douloureux je suis satisfait 
D'autant plus qu'après avoir récupéré j'ai pu aller faire un gueuleton le soir même avec ma douce et que le lendemain la visite de Chambord a été nickel en dépit des escaliers.

En revanche un peu déçu pour mon bel objectif de 9h30   ce n’est pas encore ce coup que je battrais le Tot. :triste:

Au global, ce fut un merveilleux WE prolongé avec ma Blonde, en retrouvant des copains, en pensant à d’autres copains et en goûtant la douceur de la Sologne et des solognots… 

Je souhaite dédier ce CR au Bénévoles de Theillay et d’ailleurs : sans eux nous ne serions rien.

Je ne saurais oublier Lolo   qui veille sur nous...

Le Pirate k-presque-coulé

9 commentaires

Commentaire de taz28 posté le 03-09-2008 à 06:34:00

Waouhhhh mon Pirate (je peux pas mon lapin, c'était déjà pris...) bravo pour cette course menée de main de maître !!!!

10 H 19 c'est énorme !!!

Merci pour ce récit Bernard

Remets toi bien...

Taz (eh oui encore moi :-)

Commentaire de laurent05 posté le 03-09-2008 à 08:36:00

bravo bernard pour ta volonté pour finir
le chrono n'est pas mal du tout
bonne récup
au plaisir
laurent

Commentaire de Jerome_I posté le 03-09-2008 à 08:58:00

Bravo Bernard, après un difficile Verdon tu viens à bout de ce 100km... Tu avais un plan de marche avec de beaux tableaux? ;-) A bientot

Jérome

Commentaire de rapace74 posté le 03-09-2008 à 11:29:00

bravo bernard
je pense que si tu n'avais pas emmené ton annuaire avec toutes tes courbes tu aurai pu mettre 10h15 ;-))))))))))

manu

Commentaire de isopropylamine posté le 03-09-2008 à 21:51:00

J'aime ton style, Bernard, simple, efficace, brillant !

J'ai réellement adoré ce CR : je crois que tu as tout dit et je confirme que tes observations sont parfaitement exactes, puisque j'y étais et que j'ai terminé avec 25 minutes de retard sur mon objectif - comme tout le monde ou presque.

Mais je crois que l'on peut être légitimement fiers de s'en être sortis, non ?

J'espère que l'on fera connaissance un de ces jours ; le monde des 100 bornards est si petit...

Encore un grand bravo pour cet authentique exploit.

Iso

Commentaire de hagendaz posté le 03-09-2008 à 22:10:00

bravo bernard, jusqu'où iras tu? progression constante et régulière...

Commentaire de bernardlepirate posté le 04-09-2008 à 17:06:00

Bon, les 2 mickeys Jérome et Manu: je vous ai dit de vous arrêter...
Vous n'allez quand même pas me chambrer comme ça pendant des années pour une petite erreur de jeunesse.

Cette fois je courrai léger: 1 bouteille 33cl, du PQ et un cachet d'AINS pour les tendrons.

Commentaire de jac posté le 29-03-2009 à 08:45:00

Bravo beau cr une course au courage 10h 19 perso je signe de suite sans pb au plaisir de te lire et pourquoi pas de te renconter

Commentaire de CROCS-MAN posté le 03-08-2012 à 23:32:36

Merci pour ton récit Bernard, ce sera bientôt mon tour, si tu as des conseils... pas mal le chrono qd même

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran