Récit de la course : Grand Raid 73 2007, par Olivier91

L'auteur : Olivier91

La course : Grand Raid 73

Date : 26/5/2007

Lieu : Cruet (Savoie)

Affichage : 2137 vues

Distance : 73km

Objectif : Pas d'objectif

12 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Ce dernier week-end de mai, la course a débuté dès le vendredi après-midi : une réunion de travail qui traîne en longueur et dont je dois m’échapper avant son terme, retour à la maison, quelques minutes pour faire les sacs (Alice m’accompagne, elle courra le Petit Savoyard, Fabien, le petit dernier, nous suit), presser un peu Florent, 11 ans, qui part en Hollande avec son club de foot, et hop, nous voilà dans la voiture. On laisse Florent au car, adieux rapides … direction la gare. Un orage mémorable métamorphose la banlieue parisienne, des toorents dévalent les rues, la foudre tombe à quelques mètres, les embouteillages se multiplient, la nervosité ambiante est entretenue par cette ambiance électrique : une petite apocalypse, rare avec cette intensité en Ile de France. Plus que quelques minutes pour attraper le train. On court sous une pluie diluvienne, on arrive juste à l’heure …. Les inondations ont causé le retard de tous les trains, le voyage s’annonce mouvementé !

 

Bref, malgré tout, nous arrivons chez Marmotte, le célèbre organisateur des 6h Off de Chambéry, notre camp de base du GR73 pour la deuxième année consécutive. Nous y retrouvons des têtes connues : Jean-Marie (Akunamata) croisé au trail de la Ste Victoire et Jacqueline, Sébastien et Nicolas (Zeb et Nicnic38) de l’équipe kikourou du raid 28 et Didier (Bruyas) près duquel j’ai dormi lors des 24h des Ulis début décembre. Le plaisir d’être ensemble et de mieux se découvrir nous mène tard dans la nuit … Est-ce raisonnable avec un réveil prévu à 2h30 ? Bah, de toute façon, ce n’est pas vraiment la raison qui nous réunit ici !

 

 chez_marmotton_gr73_3_tunedreduced.jpg 

Bip, bip, bip …. Tiens déjà 2h30 ! Après un peu plus de 2h d’un sommeil royal ( !), nos préparatifs s’enchaînent de manière automatique et il n’est pas encore 4h lorsque nous nous présentons à la salle des fêtes ce Cruet qui baigne dan s l’effervescence des avant-courses. Tout de suite je croise d’autres connaissances (Stef, Antranik (Papatrail) et Françoise, Gilbert, le Père-Noël au sourire permanent (serre-file du 73 km pour l’occasion), Guillaume, qui comme moi vient de Villebon-sur-Yvette (ce devrait être sa plus longue distance, son seul ultra étant les Templiers 2006). Les discussions vont bon train, les noms de courses s’entrechoquent dans l’atmosphère passionnée (UTMB, TGV, Millau, …) les sourires animent les visages, l’ambiance est à la fête. Moi, toujours avide de contacts, d’anecdotes, peut-être un peu trop bavard (qui a dit « sûrement » ?), un peu désorganisé, je finis ma préparation juste avant le départ où je croise Laurent (UPDA) souriant et affûté. Je reconnais Dawa Sherpa que je croise pour la première fois sur une course. Il s’est mis tranquillement à l’écart, pas vraiment adepte du star-system.

 

Sur la ligne de départ, dans la douceur étoilée, je fais le point avant la course. Après un hiver délicat du point de vue entraînement, très perturbé par plusieurs tendinites, j’ai vécu une montée en charge assez rapide (Trail de la Ste Victoire (une merveille de trail, une performance « de reprise » pour moi), trail de la vallée de Chevreuse, les sensations reviennent bien sur ce trail chaleureux et difficile, marathon de Sénart, mieux avalé que prévu puis 3 dernières semaines avec du qualitatif (ce qui me permet de pulvériser un de mes records de référence) et du quantitatif (sorties vallonnées de 2h30 sans fatigue) pour un cumul de 85 km par semaine, soit ma plus forte période d’entraînement depuis que je cours. Les sensations sont bonnes, 2 kg de moins que l’an dernier : je vise moins de 12 h (ce qui m’aurait valu une place dans les trente premiers en 2006) cela me paraît suffisamment ambitieux.

 

La musique de Star Wars rythme les derniers instants et c’est le départ. Je me situe immédiatement dans le 2ème tiers du peloton et avale cette partie bitumée parfois légèrement montante à 11 km/h environ, je laisse chauffer le moteur tranquillement. Je suis accompagné par Guillaume sur des premiers hectomètres. Il fait près de 20°C, les étoiles scintillent, une clarté laiteuse borde les sommets à l’est, la frontale ne sera pas utile bien longtemps.

 

Le début de la montée vers le Mont Charvet se passe bien, quelques mots échangés avec Guillaume, le corps se réveille en douceur. Premier ravitaillement. Le départ tranquille de Guillaume me rassure un peu pour lui qui se grille parfois un peu au début des courses. Il a visiblement  décidé d’être prudent, il a raison, il découvre le trail de montagne, une distance nouvelle pour lui et l’utilisation des bâtons. Je le décroche légèrement sur un petit faux-plat en bitume, je me dis que dès qu’il va recourir, il se portera à ma hauteur. Non, il a décidé de me laisser partir et de jouer la prudence devant les 1100 m de dénivelé positif à s’avaler en hors-d’œuvre. Resté seul, j’entre dans ma bulle habituelle pour me concentrer sur mes sensations, mon rythme, mon alimentation. Bien m’en prend, car la deuxième moitié de l’ascension se redresse franchement, le souffle se fait court, je sens que mes fessiers et mes bras souffrent de ce premier contact de l’année avec les longues pentes alpines. Le manque de puissance ressenti dans le fessier m’inquiète si tôt dans la course. Je me fais doubler par des coureurs dont les discussions ne laissent aucun doute : ils sont tous de la région et préparés pour ces pentes exigeantes. Cela me rassure, je me dis que moi aussi je les aurai domptées, ces pentes, pour la fin août et l’UTMB. Il faut que je me rappelle que ce premier ultra montagnard de l’année est une course de préparation pour accepter mes limitations du jour dans la pente.

 

dscf6104.jpg

 

Parmi les coureurs qui me doublent, je reconnais Philippe Delachenal (organisateur entre autres d’un des trails préférés du monde de l’ultra, le Tour des Glaciers de la Vanoise). Décidément, nous sommes faits pour nous croiser sur le GR73, nous avions couru ensemble jusqu’à l’interruption de la course l’an dernier. Quelques échanges rapides, mais je suis contraint de le laisser s’éloigner avec 2 autres concurrents savoyards. Ils avancent, faciles, en pleine discussion (Philippe est un grand bavard, il suffit de le brancher sur le trail …). Le sentier a laissé place à nue simple trace, parfois uniquement matérialisée par des hautes herbes foulées par les coureurs précédents.

 

C’est avec soulagement que j’atteins le sommet de cette ascension. Je me jette à fond dans la descente qui reste mon point fort. Celle-ci est comme je les aime : monotrace zigzaguant entre les arbres, humus accrocheur, quelques passages rocailleux. J’en profite pour reprendre quelques coureurs dont Philippe et ses 2 acolytes. Au point d’eau suivant, je retrouve Marmotte, appareil photo en main. Les coureurs de tête sont passés, il y a moins d’un quart d’heure. Cela me surprend et me réconforte.

 

J’attaque la partie qui me sera la plus favorable. La montée du Grand Colombier est précédée d’un long cheminement en crête : forêt, clairières, pelouses alpines, herbes hautes, petits chaos calcaires se succèdent. La vue est souvent dégagée et permet d’admirer les massifs alentours. Il fait très beau. Le paysage est dominé par le Grand Colombier dont l’éloignement apparent m’effraie : « Dire qu’il va falloir grimper tout là-haut !! ». Jean-Marie se tient près des remontées mécaniques des Aillons, appareil photo en main (il prendra 600 clichés dans la journée). Deuxième rencontre après Marmotte.. Petite parenthèse souriante dans  une journée magnifique. Une ultime redescente nous mène jusqu’à superbe pâturage ponctué de fermes savoyardes : on court dans une carte postale … si ce n’est qu’on commence la deuxième grosse ascension de la journée : je suis au pied du Colombier.

 

Alice, ma  petite femme, m’appelle. Je suis en plein raidillon, du chocolat plein la bouche, le souffle est court. Tout se passe bien pour elle. Elle s’attaque au plus grand défi de sa courte carrière de coureuse : le Petit Savoyard, 25 km et 1500 m de D+, dont la partie finale est commune avec le GR73. Un bisou transmis par les ondes et je replonge dans ma bulle. Je connais cette montée et décide d’un rythme régulier, me  préservant pour le ressaut final, très raide. Durant cette ascension, je constate que depuis le premier ravitaillement, mon classement reste globalement stable, le solde des dépassements doit être proche de 0. Je me dis que si je gère bien ma course, je devrais gagner des places sur le final compte tenu des défaillances prévisibles ou des abandons, en espérant que je n’en sois pas la victime.

 

Juste au-dessus du col du Colombier, le vent devient presque violent, la température baisse et je vois l’horizon se boucher. L’orage semble se préciser sur Belledonne. Je suis encore au soleil, mais les nuages s’amoncellent. Les prévisions météo semblent s’avérer exactes. Je franchis la rampe finale très redressée à un bon rythme, sans trop de fatigue et dès le sommet franchi, je plonge dans la descente très pentue et technique sur les 100/150 premiers mètres de dénivelé. Mes genoux sont mis à mal, les tendinites aux tendons rotuliens d’avant marathon se rappellent à mon bon souvenir et commencent  à m’inquiéter pour la fin de la course. Résultat, mon rendement en descente s’en ressent. Mince alors, moi qui comptait beaucoup sur celles-ci pour reprendre des places ! Une portion moins pentue traverse une pelouse alpine couverte de pensées sauvages et de jonquilles, mes genoux grincent moins, le moral remonte et je retrouve le col du Colombier, prêt à la longue descente vers les Aillons. Pour commencer, celle-ci suit un tracé inédit : droit dans la pente avec une traversée latérale d’éboulis de gros blocs instables, trop gros pour dérouler à fond, trop instables pour sauter de l’un à l’autre. Les chevilles se tordent plusieurs fois quand je sens un coureur derrière moi : « Olivier91 d’UFO et kikourou ? » me demande-t-il.

-          « Lui-même »

-          «Moi, c’est  Jongieulan ». Je fais ainsi la connaissance de Fabrice qui s’est inscrit au Off du Mont-Joly (sortie officieuse que j’organise en juillet)

 

C’est sa course la plus longue, mais il a l’air d’être en forme. Nous discutons tout en entamant la partie roulante de la descente. Fabrice est jeune et s’est mis au trail car la naissance de son premier enfant ne lui permet plus de prendre son temps dans de longues randonnées. Il s’est donc mis à faire les mêmes parcours, mais en courant, ce qui lui permet d’assumer son rôle de père auprès de son bout de chou de 2 ans.

 

Dans cette descente, je reprends quelques coureurs et distance légèrement Fabrice, jusqu’à la portion finale, dans le lit d’un ruisseau, boueux et instable. J’enfonce brutalement mon bâton jusqu’à la garde ce qu provoque un faux mouvement … et me voilà terrassé par une crampe aux adducteurs. Pas facile  étirer les adducteurs ! Le coureur que je viens de doubler m’offre son aide. Il me passe un peu de boisson (j’était à sec depuis 20 minutes). Je poursuis la descente avec mon sauveur qui me dit qu’il habite dans une des trois fermes que nous venons de longer. Un coureur à domicile ! Etrangement, il évoque ave moi les récits de course qui l’ont marqué (UTMB, Verdon, …) il se trouve que ce sont les miens !  Je suis heureux qu’ils aient plu et que j’aie ainsi pu faire partager ma passion et mon plaisir.

 

Le ravitaillement des Aillons est une vraie trêve, peu après la mi-course. On peut y manger largement, on est bien accueilli. Près du véhicule de la Croix Rouge sont assis les premières victimes d’abandon en attente d’un rapatriement. Fabrice me rejoint. Nous prenons le temps de refaire le plein et nous repartons sur la portion de route qui suit, petite accalmie bienvenue pour entamer correctement la digestion. La discussion va bon train avec Fabrice, il fait bon, on est bien ! Quand les sensations le permettent, on court à un bon 10 km/h sans forcer. Nous reprenons 2 coureurs que nous avions en point de mire juste avant de bifurquer sur un sentier marqué de profondes ornières boueuses et qu ne prend pas de gants avec la pente. Flanqué de Fabrice, je prends un rythme régulier qui nous permet de rattraper 2 autres coureurs un peu en difficulté. Sur le haut de l’ascension, un point de côté intercostal me coupe la respiration. Il m’handicape jusqu’à la descente suivante qui  le voit disparaître. Cette descente nous surprend par sa longueur, bien supérieure à ce qui est indiqué sur le profil que je porte au dos de mon dossard. Elle constitue néanmoins une parenthèse ludique : à ce moment-là de la course, on n’est pas encore suffisamment fatigué pour ne pas en profiter pleinement. Une petite pause sympathique nous attend tout en bas. Comme sur toutes les courses que je fais (particulièrement les ultra-trails), les bénévoles sont vraiment d’une gentillesse et d’un réconfort qui jouent un rôle éminent dans notre gestion de l’effort, merci infiniment à eux. Il faudrait que je prenne le temps de jouer leur rôle une fois de temps en temps, mais je suis tellement boulimique de course à pieds en ce moment qu’il faudra sans doute profiter d’une éventuelle blessure pour que je me lance … Cette pause permet de se préparer à la dernière grosse montée de la journée : la Galoppaz. Un traileur ardéchois se joint à nous et notre trio s’attaque à la pente. Cette longue montée finit d’user mon organisme et je sens le besoin imminent de faire refroidir un peu le moteur. Cependant, la présence de mes deux compagnons me convainc de reculer l’échéance le plus loin possible. Même sans parler de compétition, avancer à plusieurs créé une petite émulation qui me permet de tenir plus longtemps en allant plus vite. Le temps s’est couvert entre-temps

 

 dscf6107.jpg

 

et nous débouchons de la forêt, face à la pente herbeuse impressionnante que le sommet de la Galoppaz nous propose (sans doute un bon 40% pour 200m de dénivelé), au moment ou de premières écharpes de nuages viennent glisser sur le flanc de la montagne. Un premier arrêt pour changer ma pipette de bouteille (voir encadré), un second pour mettre un coupe-vent quand la pluie se met à tomber, glacée et je décroche légèrement du groupe qui s’était formé, fort de notre trio et de 4 coureurs que nous venions de rejoindre. Maintenant que je suis seul, alors que j’avais fait la plus grande partie de la montée en tête, j’accuse un peu le coup, orphelin de la petite émulation suscitée. L’air se fait un peu rare à mes poumons, les douleurs musculaires se font sentir, les fessiers n’ont plus la même puissance de poussée dans cette montée qui m’avait tant coûté l’an dernier dans la tempête de neige.

 

Heureusement cela m’arrive près du sommet et j’ai bon espoir de récupérer mon petit groupe dans la descente. Je bascule dans celle-ci qui commence par un passage assez technique ne permettant pas de donner l’accélération attendue puis par un passage conforme à mes souvenir : une vraie patinoire entretenue par l’alternance de crachin et d’averses que nous subissons maintenant. Cette pluie ne créé pas de véritable inconfort maintenant que je suis plus sur la crête sommitale, mais transforme notre terrain de jeu. De grandes portions nécessitent un sens aigu de l’équilibre. Les pieds partent dans la pente quand on voudrait les mener sur ce sentier en traversée légèrement descendante. Les bâtons, s’ils offrent une aide précieuse, ne peuvent pas tout tellement les appuis sont précaires. J’en viens à ne plus courir, mais à chercher des glissades contrôlées en reprenant mes réflexes de skieur. Je repère une pierre bien orientée, une touffe d’herbe accueillante, bref, tout élément permettant de stopper une glissade ou de former un appui à peu près stable … et je me jette dessus dans une chorégraphie dite « de la savonnette ». Les vétérans doivent encore se souvenir des épreuves au savon noir d’ »Intervilles », ne manquent que les vachettes (les vaches des Bauges, elles, sont indifférentes à mon ballet) et les commentaires de Guy Lux. Tout à coup, malgré la fabuleuse maîtrise que j’affiche depuis quelques minutes, mes deux pieds partent d’un seul coup, projetant le bonhomme à terre. Je m’appuie avec fermeté sur mes deux bâtons pour éviter le contact rugueux avec cette bonne terre des Bauges … et crac, un bâton casse net sous mon poids digne d’un ¾ centre. Je roule dans la boue, foudroyé par une crampe à chaque mollet. Etirements rapides, je repars, le pas moins assuré. Je croise des randonneurs trempés et goguenards à la vue de mon côté droit maculé de boue et de mon bâton en 2 morceaux.

 

D’un seul coup, ma situation a changé : plus qu’un seul bâton (malvenu vues les conditions de la descente, d’autant qu’un seul bâton, çà m’embarrasse plus que cela ne m’aide), des crampes aux mollets, la pluie qui redouble et la fatigue qui commence à faire son effet. Tant bien que mal, j’arrive au bas de la descente, sur une piste très roulante. Fidèle à ma résolution de départ de courir sur les parties roulantes, même si je n’en ai pas envie (contrairement à mes habitudes), je  me lance en petites foulées, et là, surprise, la course passe bien, sans difficulté majeure, presque même avec du plaisir, d’autant qu’elle me permet de redoubler deux membres du petit groupe de la Galoppaz, le différentiel d’allure étant assez sensible. Le moral remonte bien évidemment. Cela me prouve que marcheur « génétique », mes entraînements de ces deux dernières années commencent à faire de mois un coureur présentable (pour milieu de classement tout de même !). C’est de bon augure pour la suite de ma saison. Au point d’eau suivant, je me débarrasse de mon bâton cassé, je fais le plein de coca et d’eau, je double 2 concurrents qui prolongent la pause… et je repars en courant. Je rattrape rapidement 2 des membres du groupe de la galoppaz et je m’approche à 50m de Fabrice qui continue son petit bonhomme de chemin. A ce moment, nous quittons la piste pour une petite montée, la dernière avant le ravitaillement de la Thuile. La transition course (11 bons km/h) montée marquée a raison de mes adducteurs pris d’une crampe profonde et douloureuse. Le temps de trouver les étirements adéquats et de faire passer la contraction intempestive, je sius redoublé par les concurrents que je venais de doubler. Palsembleu, cela ne me plaît guère ! Enfin mes crampes régressent au point que je repars. Elles disparaissent au cours de cette courte montée et je peux reprendre une bonne foulée sur la piste plate qui s’ensuit, ce qui me permet de reprendre les coureurs qui venaient de me dépasser.

 

 dscf6108.jpg  

Dans le village de La Thuile, j’arrive à courir là où l’an dernier j’étais à la peine, ne pouvant suivre Philippe Delachenal. Je rejoins Fabrice au ravitaillement. La fatigue commence à marquer son visage qui reste malgré tout résolu.

 

dscf6113_et_14.jpg

 

La dernière montée du jour est une formalité sauf à la fin dans un jeu de petits raidillons sévères qui me forcent à reprendre mon souffle régulièrement et surtout de passages sur des dalles calcaires rendues difficilement praticables par la pluie et la boue. Nous prenons mille précautions pour ne pas nous blesser si près de l’arrivée. La vue est bouchée, une belle averse nous accueille peu avant le début de la descente. Le dernier raidillon voit s’effectuer un petit regroupement à 5 coureurs … et vide mes dernières réserves. Nous nous engageons dans la descente, Fabrice ayant pris quelques centaines de mètres d’avance.

 

Cette descente, je l’avais repérée sur le parcours. Ce devait être le bouquet final, le théâtre de mes exploits, pourvu que la pluie l’ait laissé praticable. C’est le cas, l’humus n’est pas boueux et porte correctement les appuis. Je vais pouvoir lâcher les chevaux et reprendre les coureurs défaillants (qui sont finalement bien peu nombreux jusqu’à présent !). Alors, hop, c’est parti. Je fonce avec plaisir double le petit groupe, et ne tarde pas à rejoindre Fabrice qui m’invite à continuer à ma vitesse. Je lui dit de prendre l’aspiration … mais la descente n’en finit pas. Aucun moment de répit pour calmer les quadriceps en feu. Il arrive alors ce dont je pensais être à l’abri (ne jamais être présomptueux en ultra !) j’explose en descente. Plus de cuisses et il reste 250m de dénivelé dans cette descente rapide. Le manque d’entraînement en montagne se fait sentir. Je finis en marchant, avec Fabrice, dépassés par une bombe qui lui visiblement a encore des ressources dans les jambes. Nous devisons tranquillement en attendant la fin du calvaire … qui ne tarde pas trop. Nous voyons enfin le clocher de l’église au pied duquel se trouve l’arrivée. Nous longeons quelques vignes et avalons le petit km de bitume en marchant sur le faux-plat initial, en courant d’une belle foulée (même pas mal !) sur les derniers mètres plats

 

 dscf6132.jpg

 

, et surtout sous l’œil d’Alice ma femme,

 

 dscf6100.jpg

 

Fabien mon petit dernier

 

 dscf6127.jpg

 

et Nicolas (Nicnic38)

 

 dscf6101.jpg

 

auréolé de sa belle performance au petit Savoyard. Fabien court à côté de moi sur cette fin de course (un futur champion en devenir ?)

 

 dscf6134.jpg

 

et franchit l’arche avec Fabrice et moi, main dans la main, fourbus, soulagés et surtout heureux, d’autant que Fabrice entre là par la grande porte dans le monde de l’ultra-trail.

 

 dscf6135.jpg

 

 dscf6137.jpg

 

Nous avons atteint ensemble notre même objectif : moins de 12h avec un temps de 11h40, 57èmes. Ce temps nous aurait classés environ 20ème l’an dernier, visiblement, le niveau moyen a fortement augmenté cette année.

 

L’après-course est conforme à l’ambiance très chaleureuse de cette course quasi-confidentielle (170 partants) avec un accueil personnalisé sur l’estrade pour tous les finishers, un banquet sympathique où on retrouve les mais pour se raconter notre journée, douches (froides malheureusement, mais douches quand même), des  jeunes kinés extras pour un massage réparateur sans file d’attente.

 

Stef, Laurent et Didier ont bien tourné. Ils sont satisfaits. Guillaume a malheureusement abandonné, victime d’une entorse dans le petit ruisseau juste avant les Aillons, Seb arrive en un peu plus de 13h, très content de ses premiers contacts avec l’ultra de montagne. Jacqueline, accompagnée sur la fin par Jean-Marie finira en 16h. Solide, elle n’a pas abandonné malgré une douleur aux psoas.

 

Je discute avec Jean-Paul Fourtin dont le principal souci est de s’assurer du bien-être et du plaisir des coureurs. Les commentaires glanés çà et là doivent le combler d’aise. Ce Grand raid 73 mérite le détour et peut être coché sans crainte sur le calendrier 2008 des plus courageux des passionnés de la course en montagne.

 

Peu avant mon départ, je rejoins Antranik qui accueille Françoise sa compagne, arrivée en moins de 15h. Les voir ainsi épanouis, aussi heureux de leur journée (Antranik, tel un jeune homme a oublié ses bonnes résolutions de début de course (y aller tranquillement) et après 3h passées avec Françoise, s’est amusé à remonter un à un une trentaine de coureurs. Ce que c’est d’entretenir un esprit jeune dans un corps jeune !!!

12 commentaires

Commentaire de calimero posté le 30-05-2007 à 22:25:00

Magnifique CR, çà donne envie!!
C'est encore long pour moi, mais bon un jour peut être, çà à l'air tellement beau et convivial!!

Commentaire de L'Castor Junior posté le 30-05-2007 à 22:32:00

Merci Olivier pour ce très chouette CR, et félicitations pour ta course : pari tenu !
Je n'ose imaginer finir la course sans l'un de mes bâtons...
Qu'a fait Alice finalement ? Le Petit Savoyard lui a-t-il plu ? ;-))
à+
L'Castor Junior

Commentaire de claude41 posté le 30-05-2007 à 23:15:00

Belle course, loin devant moi, mais les sentations sont les mêmes : on ne retient que le plaisir et on oublie le reste.

Commentaire de Jerome_I posté le 31-05-2007 à 09:10:00

Salut Olivier,

On ne s'est malheureusement pas rencontré sur cette course, c'était mon premier et j'étais pas très à l'aise avant le départ. Mais vraiment une superbe course. Je vois que tu as eu beaucoup de crampe... Et aussi une panne sèche dans la fin de la descente vers lea Aillons. Plus le batton qui casse (sans battons je n'aurais pas pu faire la dernière montée). Belle performance. Bravo, on se croisera sur un prochain Trail (Verdon?)

Bon repos

Jérome

Commentaire de Zeb posté le 31-05-2007 à 09:42:00

Encore une bien belle course et un bien beau CR....
J'ai discuté brievement avec Fabrice avant le ravito du Morbié, mais j'aurais été bien incapable de le suivre au-delà !!!
C'est ton CR de l'an dernier qui m'a convaincu de venir cette année, et je ne regrette pas ! Quel WE passé en votre compagnie chez le Marmotton !!!! vivment l'an prochain !! (en essayant d'aller un peu plus vite quand même !)

RDV fin Août à St Nicolas !

Seb

Commentaire de eric41 posté le 31-05-2007 à 12:43:00

Bravo Olivier malgré quelques crampes tu as l'air sur la bonne voie pour l'UTMB.
Très jolie course,çà donne envie.
A+
Eric

Commentaire de agnès78 posté le 31-05-2007 à 13:23:00

Très beau récit mon ptit Olivier!
Ut quelle course!
Un énooorme merci pour le premier et un gigantesque Bravo pour la seconde!
Enquiller autant de courses avec autant de brio, tu es un extra-terrestre!...
Je vais peut-être revoir ma copie pour le Mont Joly...
Encore BRAVO et MERCI
Gros poutoux
agnès

Commentaire de agnès78 posté le 31-05-2007 à 13:23:00

Très beau récit mon ptit Olivier!
Ut quelle course!
Un énooorme merci pour le premier et un gigantesque Bravo pour la seconde!
Enquiller autant de courses avec autant de brio, tu es un extra-terrestre!...
Je vais peut-être revoir ma copie pour le Mont Joly...
Encore BRAVO et MERCI
Gros poutoux
agnès

Commentaire de jongieulan posté le 31-05-2007 à 13:28:00

Merci Olivier pour ce superbe cr!!...à mon tour de le rédiger et de remercier de m'avoir soutenu et permis de te suivre!!

c'est vrai qu'il est beau ce trail!!...mais pas facile, tout de même!

Encore merci

Fabrice

Commentaire de akunamatata posté le 31-05-2007 à 14:16:00

félicitations pour ton récit, très bien écrit comme d'habitude. Content qu'on ai pu parler après la course.

Commentaire de JLW posté le 31-05-2007 à 23:20:00

Beau récit et je reste impressionné par tout ce qui peut arriver dans ce genre de trails. Crampes, bâtons, rencontres, panoramas, pluie, hypo, moral ... Une vraie "petite" aventure quoi !

Commentaire de Karllieb posté le 04-06-2007 à 21:58:00

Super CR et super course Olivier. Tu m'as l'air en grande forme. Continue comme ça.
Karllieb

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran