Récit de la course : L'Echappée Belle - Intégrale - 145 km 2017, par Cheville de Miel

L'auteur : Cheville de Miel

La course : L'Echappée Belle - Intégrale - 145 km

Date : 25/8/2017

Lieu : Vizille (Isère)

Affichage : 1420 vues

Distance : 144km

Objectif : Pas d'objectif

29 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

On a fini l'Echappée Belle

 J'ai fini l’Échappée Belle. Pas un jour depuis 1 an ou je ne pense pas à elle. Je pourrais vous parler des milliers de km à pied, à vélo ou en nageant, des dizaines de milliers de Dénivelé avalés, des heures et des heures de renfo, gainage et autres joyeuseté. Mais pour aller au bout de ses 145km et 11000 mètres de D+ dans des paysages grandioses il faut autre chose. Une osmose entre les montagnes et ceux qui osent s'y aventurer. Il c'est passé quelque chose de magique durant ses 52H46 qu'à duré ma promenade, De la joie et des rires pour conjurer sa peur, des chansons pour adoucir ses cols, des regards pour chercher la confiance de l'autre, A chaque fois qu'un moment dure arrivait, l'autre était là pour rassurer et se rassurer. Une présence bienveillante qui nous a tous permis de sonner cette satanée cloche. J'ai fini l’Échappée Belle, on a fini l’Échappée Belle.

Pourtant après une Montagn’hard ou mon mental a failli, je me suis beaucoup posés de question. Est-ce que c’est vraiment fait pour moi, n’ai-je pas été totalement inconscient en voulant bruler les étapes trop tôt, trop vite. J’ai néanmoins essayé de garder un rythme correct en réalisant en parallèle quelques   recos. J’ai eu de la chance, une fois mon voisin Julien, une autre fois Courotaf et Bobby69, alors lui faut pas lui laissé un Kairn sinon il s’amuse à enlever tous les cailloux !  J’ai toujours trouvé des partenaires à accompagner ou pour m’accompagner. A ce moment je ne me sentais pas la force d’y aller tout seul. Une dernière grosse sortie de programmer avec Numaxxx me mets dans le rouge, trop chaud, chaussures trop petite et une semaine de repos complet derrière pour me remettre.

C’est bien de faire le malin derrière un PC mais maintenant il faut assumer. Il me manque encore un Road Book JALBHAC, habituellement je pique ceux de Bubulle mais comme le parcours a changé il ne l’a pas. J’essaye de bricoler un truc mais n’y arrive pas. Heureusement un gentils Kikou inconnue me faire parvenir le sien par mail. C’est déjà ça. J’ai fait 27H50 sur la traversée Nord l’année dernière et à priori il faut doubler son temps sur le grand format. Merde, ça fait plus de 55H, il y a comme un hic. Le Road Book prévoie une arrivée à 10:38, soit 52H38 de course ça laisse peu de marge mais je vais partir la dessus et puis je n’ai pas trop le choix. Arrivé à 15 jours de l’échéance j’ai encore des gros doute, beaucoup de CR mentionne la force d’avoir une assistance ou un Pacer, je n’ai ni l’un, ni l’autre. Je sais que l’on devrait faire un bout de chemin avec Courotaf, mais j’ai bien vu lors de notre reco qu’il est beaucoup plus rapide que moi en descente et je sais qu’il ne m’attendra pas indéfiniment. Par un concours de circonstance je connais sans le connaitre le Pacer de Vik de l’année dernière, Julian Chirov, je tente ma chance, dès le lendemain il accepte, je ne peux plus me défiler, il faut à minima arriver au Pleynet.

10 jours de Jus total et nous voilà le jour de la course. On a fait l’aller retour avec Courotaf la veille pour prendre les dossards, Vik me trouve bien silencieux, j’ai juste la trouille…… C’est mon père qui nous emmène pour gratter quelques heures de sommeil. Je sais que je vais en avoir besoin.

Aiguebelle Arcelle 16,6km  9H11 RB9H07 443ème



Avec Antoine (avec qui j’ai déjà fait un bout de Montagn’hard) et Courotaf on se place en tout fin de peloton, juste derrière Franck et Spir. Quelques secondes avant  le départ on est rejoint par Elnumaxx et JuCb qui ont une énorme Banane, check, sourire, embrassade, on est heureux de se voir, bienvenue à l’Echappée Belle. Enfin on démarre en trottinant et la pression se relâche enfin. Mot d’ordre, ne pas dépasser Franck sinon c’est que l’on est trop vite :-) . Antoine a un RB ambitieux mais décide de rester avec nous. A vrai dire j’ai l’impression que c’est parti en sucette assez vite. Je pense que l’on évacue la peur par le rire et le sourire, ce n’est souvent pas très fin mais ça rigole et ça enchaine. Chacun y va de sa blague, un groupe de Kikouetto est formé et se quittera guère jusqu’à Arcelle. Pas de difficulté majeur et l’on arrive pratiquement ensemble au premier ravito. Bubulle a dit soupe et longue pause, on applique. Un bon quart d’heure de passé, tout va bien, même si on est un peu en retard sur le RB.

 Arcelle La Pra 28km  12H26 RB12H09 423ème



Rapidement on entre dans le vrai Belledonne au niveau du Lac Achard. C’est juste splendide, il ne fait pas trop chaud et on prend le temps d’apprécier ce qui nous entoure. Le rythme est pas très rapide mais plus ou moins en phase avec notre RB. Je prends les commandes du petit groupe, qui c’est renforcé avec Franck L12, dans les montés et essaye de pas trop perdre de terrain dans les descentes, on trottine, on discute et on chante les cailloux de Belledone. Au désespoir d’Antoine, Courotaf connait aussi les chansons de Bobby Lapointe…... Cette section jusqu’à La Pra n’est pas encore très technique et évoluer dans cet environnement est un enchantement. On arrive à La Pra avec un bon quart d’heure de retard sur le RB mais finalement comme Franck, Spir, Manu et Ju sont encore là on se pose pas trop de questions et l’on redémarre 5minutes derrière eux en ayant pas oubliés la soupe et le Nokage des pieds. L’ambiance est festive et on se promet une bière à Jean Collet. Cette course, c’est comme un salami, faut faire tranche après tranche comme nous répète l’ami Antoine….

 

 

La Pra Jean Collet  38,9Km 16H18 RB16H02 384ème  BH18H30

Il commence à faire chaud et l’on commence à ramasser pas mal de gars qui sont partis trop vite. Lac Domémon puis monté à la croix. Connaitre le terrain est un vrai atout sur cette course, cela permets de gérer son effort. Je continue de boire et de MANGER très régulièrement. J’ai prévu 16 portions de bouffes jusqu’au Pleynet, il ne m’en restera aucune. Bubulle a dit, les premières 24H, il faut bien s’alimenter, je suis ce principe avec délectation, barre, gel, pâte de fruit, compote, fromage frais sont alternés. Je fais aussi bien gaffe à l’hydratation et redémarre toujours avec au moins 2,5l de boisson varié à chaque ravito, sirop, eau gazeuse, Iso, coca eau, pour éviter de saturer sur un goût, merci Franck pour le conseil. On continue tours en chanson et dans la bonne humeur. Je pause un peu moins qu’Antoine et Courotaf, je sais que la descente de Freydanne, puis celle sous le lac blanc vont me couter du temps. On a la banane et vraiment pas l’impression d’être en course, une balade sportive entre ami. On n’oublie quand même pas d’embrasser la croix…….

 

Les descentes m’ont coutés un peu de temps et c’est en dernière position avec 10 minutes de retards que je rejoins les loustics à Jean Collet. 40 minutes sur le RB, même si on est large sur la BH, ça commence à faire beaucoup mais c’est pile à l’heure de l’apèro. A Jean Collet c’est la Fête sous les yeux éberlués des autres coureurs. Franck et Spir sont là ainsi que la Brignais team suiveuse, Ju et Manu aussi, un nid de kikou. Ça part en sucette, ça chambre, mousse fraiche, cahuètes, saucissons, un vrai After après pratiquement 50km de course. On y reste 35minutes (pour 30 prèvus). Mais cela nous ressource tous et nous redonne de l’énergie dont on aura besoin sur l’enchainement Mine de Fer/Brèche fendue qui nous attend. Je découvre aussi que le gentils Kikou qui m’a envoyé le RB n’est autre que JucB, je n’avais même pas tilté à l’adresse mail, une buse reste une buse, encore un bon objet de rigolade…..Je profite de ce ravito pour un changement complet de tenue, je commence à chauffer à l’entre jambe et un gros Nokage des pieds qui commence à chauffer. Mes Ultra-Raptor sont un peu courte, il va falloir tenir jusqu’au Pleynet avec.

 

 

Jean Collet Habert d’Aiguebelle 47,7Km  19H48 RB19H10 BH22H00 372ème

On fait le guide a Antoine pour pas qu’il parte trop vite ( ;-) ) et on monte à bon rythme sans se mettre dans le rouge. C’est minéral, c’est Belledonne et l’on est toujours en mode régalade. Cette fois je crache pas ma bière comme lors de la reco de l’année dernière avec Vik sur la dernière section de la mine de Fer. On passe à l’ombre derrière pour la seul partie que je n’ai pas faite, la section Brèche fendue/Habert d’Aiguebelle. Bobby Lapointe est délaissé pour des chansons de 3ème mi-temps et ensuite c’est moi qui suis délaissé par mes co-équipiers dans la descente qui mène au Habert. Les pieds commencent vraiment à chauffer et mon genou grince un peu m’empêchant de faire plus que du trottinage. J’arrive 10 bonnes minutes après eux et toujours avec 40minutes de retards sur le RB. Pas de croisement de Kikou pour moi, j’arrive alors que les troupes sont déjà partis, sauf bien sur Antoine et Courotaf qui m’attendent. J’y reste 15 minutes le temps de manger mes deux soupes et d’aérer les pinceaux. Et nous voilà repartis direction le Pleynet.

 

Habert d’Aiguebelle Le Pleynet  64,5 01H46 RB00H51 BH04H au RB 365ème

Cette une section que je crains vraiment, et contrairement à beaucoup de coureur pas pour l’enchainement Aigleton/Vache mais plus pour les descentes de la Vache puis celle bien pourris en dessous des lacs de Sept Laux. Je sais que mes compagnons vont me lâcher, déjà à la base je ne descends pas très vite mais j’ai plus en plus de mal à poser le devant du pied entre les échauffements et le genou. Je donne le rythme dans l’Aigleton suivi par une bonne troupe que je soupçonne d’écouter les conneries encore débitées pour se détendre. En tout cas personne ne veut doubler. Je fais une grosse montée de la première partie de la Vache pour prendre de l’avance pour la descente qui suit. Cela n’a d’autre résultat que de me faire exploser sur la deuxième partie. Tout faux le pro. Les deux affreux m’attendent jusqu’aux lacs, mais dans celle qui suis, je leurs dis de partir, Courotaf puis peu de temps après Antoine prenne le large, on se reverra au Pleynet, je ne veux pas leurs pourrir leurs courses. J’arrive au Pleynet avec 55 minutes de retards sur le RB mais encore 2H d’avance sur la BH. Je retrouve mon Pacer, Julien Chirov, que je vois en fait pour la première fois. Petit Briefing, il va falloir raccourcir la pause. Douche, changeage complet, Kiné, recharge du sac en bouffe, en affaire de rechange en flotte, le tout dans la bon humeur avec des bénévoles au top qui me garde mes affaires alors que j’ai mis un bordel monstre. Je change aussi de chaussure en espérant que ça me soulage les pieds. On repart comme prévu au RB 3H00 avec 1H15 de pause et sans avoir mangé  à part les 2 soupes réglementaire. Je ne ressens pas de besoin de ce côté-là, l’avantage d’avoir passé sa journée à manger.  Je suis repartie du Pleynet à pied, une belle tranche de salami de passée……

 

Le Pleynet Gleysin  79,8Km 7H45 RB08H13  BH10H 268ème

C’est une partie plus roulante au départ ou l’on trottine et commence à faire connaissance avec Julien. Antoine et son Pacer  nous accompagne  alors que Courotaf a pris plus de temps. Si mes souvenirs sont bons Ju et Manu sont justes devant, respectant aussi leurs RB (qui est aussi le notre au final) Pas de coup de fatigue, une montée régulière et une descente trottinée nous permettent d’arracher 30minutes sur le RB arrivé à Gleysin. Julien préférerais que l’on ait 1 heure de Marge. Une nuit sans grosse fatigue. On retrouve toute la petite troupe au ravito, Spir est encole là, Franck vient de partir, encore une fois, un vrai partage et une présence rassurante des uns envers les autres. Je me noke les pieds mais le tube fait la gueule, mince j’ai oublié d’en prendre un  nouveau dans mon sac d’Allégement. J’ai les dessous de pieds en feu. Pied nu, soupe et 20 minutes de pause, on ne traine pas trop sachant qu’un gros morceau nous attend, et pour moi le combi descente du Moretan/Moraine que je crains d’avance et encore plus avec mes pieds déjà trop cuit.

 

Gleysin Moretan 85,9Km 11H09 RB11H54 249ème

Il fait encore frais et la première partie jusqu’à Oule est moyennement technique. Petit coup au moral quand Courotaf se gare au refuge pour dormir. J’aimerais bien faire pareil, je sais que je prendre beaucoup de temps sur les descentes qui suivent, tant pis le dodo sera pour plus tard. Tant que j’ai la force d’avancer, j’avance. Julien est OK et m’encourage bien, surtout qu’il se gauffre en lisant le RB et nous annonce à la bourre alors que l’on a fait une montée correct sans pause. Juste au dessus du refuge j’en chie grave jusqu’au replat et la partie final du Moretan qui se passe mieux. Antoine er son pacer qui a aussi dormi est avec nous. Une tranche de salami de plus ;-)

 

Moretan Périoule  89,5Km 12H48 RB13H41 259ème

 Et l’enfer démarre pour moi, je mettrais 2 heures pour faire 3,6 km, je me crispe, j’ai le genou en feu et le dessous des pieds encore pire. Sans aucun dynamisme ce secteur est vraiment long, alors je prends mon temps, advienne que pourra. En plus ça tombe pas mal autour de moi ce qui n’est pas pour ma rasurer. Chirov commence vraiment à douter de ma capacité à passer les BH, il faut dire qu’il se trompe d’une ligne. En vrai on a gratté un peu de temps sur le RB. J’ai besoin de faire une pause. Je change de chaussette, nok avec le peu qu’il me reste et les 2 soupes réglementaires. Elles sont vraiment importantes car je commence a moins manger, heureusement que j’ai fait des réserves les 24H précédentes ! Je prends aussi un Doliprane pour soulager ma douleur (sans savoir que c’est une grosse connerie a priori)

 

Périoule Super Collet 99,1Km 16H20 RB17H27 271ème BH18H00

Pierre Carre, mon mouroir de l’an dernier où j’ai fait 1 Hypo et un gros coup de chaud. Courotaf et Antoine nous ont rejoints. Il commence à faire chaud, très chaud, je sais que la montée est un vrai calvaire sous ses conditions, je prends la tête du petit groupe dès le bas. L’effet du cacheton se fait sentir et le genou me fait moins mal. On rejoint rapidement un groupe de 85, bim, je passe, il s’accroche, j’accèlère. Pourquoi ?  Ça fait des heures qu’il me passe, là j’ai l’occasion de faire un peu le malin, je m’en prive pas. Rapidement c’est l’hécatombe et ils vont se pauser sous les arbres à l’ombre, Nawack, je vois bien qu’il se pose des questions. Au single, un autre groupe, et Bim je accélération, et hop direction les arbres aussi :-) ! Les copains derrières en chie un peu mais j’ai annoncé la source pas loin pour se rafraichir la tête et remplir les gourdes. Un dernier petit baroude d’honneur en toute fin, et hop, une tranche de plus. Julian est rassuré….Bon derrière les copains me passe dans la descente et l’effet doliprane c’est estompé et c’est en marche rapide que l’on retrouve tout le monde. 1H07 d’avance sur le RB, 1H30 sur la BH, va pas falloir mollir non plus. Avec du recul, j’ai beaucoup plus mal géré cette base vie qu’au Pleynet. Je me suis changé complet, rechargé en bouffe, mais j’ai encore oublié la Nok et je n’ai pas regardé mes pieds ce qui m’aurait conduis à aller chez les Podo ce que je n’ai pas fait. Je suis super optimiste en fait, l’an dernier j’étais arrivé 1heure plus tard et j’avais gratté 2H sur la BH jusqu’à Val pelouse. Mais je n’avais pas du tout le même nombre de km dans les pattes. D’ailleurs ça y est, j’ai battu mon plus gros temps de course, mon plus gros D+ et  passe pour la première fois les 100km…..

 

Super Collet Refuge des Férices  108,2Km 20H35 RB20H04 241ème

Mes souvenirs refont surface, la montée au soleil, la descente puis tout une partie trottinable. J’étais là l’an dernier en tombée de nuit et là je profite de voir ce que je n’avais pas vu. Encore une fois on se retrouve avec les affreux pour saucissonner le parcours. La deuxième nuit arrive, je n’ai toujours pas dormi. Je préviens Julian que je vais obligatoirement craquer à un moment. Mais on avance, lentement mais on avance. Malheureusement les Férices se feront encore une fois de nuit. Je monte l’intensité de la frontale pour me guider, les cailloux se transforme en toutes sortent d’animaux, serpents, grenouilles, salamandre, pas de grosses Hallu mais permanentes. Avancer, avancer tel sera le mot d’ordre de la nuit. Mais mon genou me fait très mal et je sens que mes pieds brulent. Julian m’encourage, me parle, me rassure, sa présence est d’une immense aide. Au Férice on a perdu 1H sur le RB. Ce serait trop moche de ne pas passer la BH à Val Pelouse on l’on arrive avec 2H d’avance, j’aurais mis une heure de plus que l’an dernier…… Courotaf va dormir tandis qu’Antoine se réveil et moi je continue tant que je peux.

Val Pelouse Le Pontet 132,6Km 6H28 RB07H01 BH8H00

Ce sera de la pure mécanique, un pas devant l’autre et recommencer le tout 7H00 durant en attendant d’être englouti par la fatigue qui au final n’arrive pas vraiment. C’est lent, c’est moche (moi) mais ça avance. Le silence est plus présent, comm’hab les affreux nous rattrape. Julian commence à avoir aussi le Genou qui coince, et le pacer d’Antoine et guère mieux. Je prends mon deuxième Doliprane, la douleur se calme, je peux de nouveau trottiner. On monte, on descend, on voit des frontales on sommet de col que l’on pense infranchissable puis redescendre tout en bas. Le temps est suspendu. Avancer. On arrive au Pontet au levé du Jour, j’ai repris ½ heure de marge. Ça va passer. Rechangement complet et j’essaye de dormir 15mn mais je suis un bouillon d’endorphine et d’adrénaline, pas moyen de dormir. Les 2 soupes et nous voilà repartie seul avec Courotaf. Julian préférant arrêter là, je le remercie chaleureusement, sans lui je ne sais pas si j’aurais eu la force. Comme un mirage Manu et Ju se lève juste à ce moment là de leurs gros dodos, ils sont comme des gamins en nous voyant, on aura passé toute la course à se croiser, à se donner confiance et c’est avec la banane que l’on part pour la dernière tranche…..

Le Pontet Aiguebelle 145,9Km 10H48 RB10H38 BH12H00

 

Montée au Fort Gilbert dans les pas de Courotaf, je suis dans le dur. On ne se quittera pas jusqu’à l’arrivée. On se force à du trottinage mais sans envie, on a envie de profiter. On va le faire. On est étonnement serein et tranquille. Défoncé mais heureux comme des gamins. Il va réussir la course de sa vie, je finir un truc dont je n’aurais jamais du prendre le départ, même pas en rêve. On se pose une dernière à une fontaine pour se rafraichir, se laver le visage et les jambes pour être présentable….

Dernière ligne droite, interdiction de courir, profiter de chaque seconde. Profiter de sa femme et de ses enfants, profiter de sonner la cloche, profiter des copains qui sont arrivés et rigoler, profité de la bière, profité de Ju et Manu qui arrive main dans la main, profité, profité……Une parenthèse temporel de 3 jours ou j’ai eu l’impression de vivre un truc magique, Humain.

J'ai fini l’Échappée Belle, on a fini l’Échappée Belle.

Merci à ma femme et mes enfants, je pense que vous compris pourquoi le tel est resté sagement dans le sac pendant près de 53H

Merci à Courotaf et Antoine, on a vécu un truc extraordinaire.

 

 

Merci à Ju et Manu, votre aller retour nous a permis d’être avec vous.

Merci à tout ceux qui nous accompagner un bout de chemin, FranckL12 et d’autres anonymes.

Merci à Franck et Spir, ça ma rassurer de vous savoir pas trop devant, et puis interdiction de vous doubler.

Merci à la Brignais team, Caro et les 2 loustics, à Mme Spir, à Céline et Mme Ju, à tous ceux qui nous ont encourager .

Merci à tout les bénévoles

Merci à Vik même si avec toi tout à l’air facile et que ça ne l’ait pas forcément. Tot ça c’est ta faute :-)

Merci à Julien d’avoir accepter de m’accompagner. Avoir un Pacer est un luxe immense, et un comme toi, c’est du 4 étoiles.

Merci, merci, merci

 

Toutes les photos sont l'oeuvre d'Antoine!

J'ai pris aussi une bonne gaufre mais je ne sais plus où ;-)

Le récit comporte des loupes mais j'ai des trous.

Antoine tu me dois une mousse

Prévoir des tongs pour l'après course

Pour finir ce bouzin faut un placer et/ou une assistance mais surtout embrasser la croix et boire la meilleur bière du monde a Jean Collet

"Lèche moi, Lèche moi....." Nawack style

Banzai!!!!

29 commentaires

Commentaire de JuCB posté le 01-09-2017 à 18:07:30

On ne le dira jamais assez : des guignols sur un ultra, c'est euphorisant !!
Vous nous avez balancé 99 tonnes d'énergie avec votre bonne humeur dès le départ.
Vos rires incessants nous ont bercés tout au longdu parcours.

Ta cote-finisher n'était pas bien haute au moment du départ mais tu as prouvé combien une EB bien préparée était une EB finissable.
Un exemple à suivre par tous les futurs prétendants au mode JALBHAC.

Chapeau bas mon cochonou adoré.
EB finisher for ever : ça claque !!!

Commentaire de elnumaa[X] posté le 01-09-2017 à 18:20:57

la cerise sur le tiramisu chargé a la crème 89% de mat. Grasse , c'est le reveil o pontet , ou vous arrivez tels des envoyés de dieux !!!!!!!!!!! mieux qu'un rêve !
direct on a du filer au bar av Ju pour smettre une binouz ! bing !!!!

Commentaire de Cheville de Miel posté le 06-09-2017 à 08:22:59

Il y a eu une sacrée énergie contagieuse qui c'est dégagé de tout ce bouzin de cailloux et qui à permis à chacun de faire "sa" course! Je signe pour le Week JucB 2018. Va falloir que je travaille un peu la vitesse cet hiver.....Bises

Commentaire de elnumaa[X] posté le 01-09-2017 à 18:17:15

les prochains ultraruns sans vous ça va être mortellement chiant en fait

pfiou , j'aurais du prendre mon ticket pour la diag !!!!!!!!!!!!!!!!! les boules

Commentaire de Cheville de Miel posté le 06-09-2017 à 08:19:14

Une seule solution, se caler les agendas pour 2018, par contre faut que vous fassiez systématiquement l'aller retour, sinon, on va pas se voir beaucoup!!!C'est vrai que l'on a pas couru un seul mètre ensemble mais que l'on c'est croisé 10 fois, et toujours avec la grosse banane! Les étoiles étaient bien alignés, ou alors vous nous attendiez ! Au pontet, ça nous a donné le sourire jusqu'à l'arrivée avec Courotaf. Des gosses!!!

Commentaire de patrovite69 posté le 01-09-2017 à 20:15:53

Félicitations pour ta course.
C'était sympa de vous voir à chaque ravito surtout à jean Collet, on avait l'impression de faire parti d'une grande famille.
Maintenant bonne récup pour le prochain objectif.

Commentaire de Cheville de Miel posté le 06-09-2017 à 08:15:08

Ton sourire et celui de tes arsouilles sont motivant! Jean Collet, c'était plus un After qu'un ravito!Merci

Commentaire de selassie posté le 01-09-2017 à 20:59:52

Popopow ! Rémi, je suis fier d'être ton voisin ! T'es un mutant, chapeau !!!

Commentaire de Cheville de Miel posté le 06-09-2017 à 08:13:12

Point de mutant, ou alors en escargot! Tu veillis, faut que tu penses à aller moins vite et faire plus long. Faut quand même que l'on se fasse une coursette ensemble l'année prochaine (TAR? TGV? UTB?)Sinon a Dimanche, 1H en mode tortue malade ;-)

Commentaire de Free Wheelin' Nat posté le 01-09-2017 à 21:51:45

Le genou qui couine et les pieds en feu, je connais et c'est terrible... Respect man.
Merveilleux parcours et superbe CR. Bravo!!!

Commentaire de Cheville de Miel posté le 06-09-2017 à 08:10:44

Merci, ça s'appelle l’expérience et c'est ce que je n'ai pas! Pédicures demain pour avoir des beaux petits petons tout beaux pour la dernière promenade de 2017!

Commentaire de Antoine_974 posté le 02-09-2017 à 07:16:25

Put... tu fais chier avec ton CR tu me files de frissons :!: nul part tu indiques que Belledonne est un gros bordel de cailloux pas rangés :!: biz ma cheville et à dans 6 semaines pour le rougaille !

Commentaire de Cheville de Miel posté le 06-09-2017 à 08:09:21

Je pense qu'a un moment t'as penser à nous semer ;-) On essayer d'apprivoiser ces cailloux du mieux qu'on pouvait!!!! On va bien s'organiser une petit sortie S-3 avant le départ ;-) mais doucement hein!

Commentaire de franck de Brignais posté le 02-09-2017 à 22:04:24

J'ai adoré qu'on se croise, qu'on se recroise... vous m'avez bien fait marrer, quels pipelettes !! Oui tu l'as fait ! Tu as géré cette course tellement dure de main de maître, tu es un sacré dur !

Commentaire de Cheville de Miel posté le 06-09-2017 à 08:06:31

Quand on plonge dans l'inconnue, au final, on se retient beaucoup de peur de ce qu'il va se passer après. Gestion, Gestion, Gestion!!! Ce fut un plaisir partagé, c'est très rassurant de voir des têtes amis tout au long du parcours.

Commentaire de L'écureuil posté le 03-09-2017 à 06:18:44

Quel superbe CR, bravo pour la résilience et pour l'ambiance mise apparemment avec les 2B3.
Au plaisir de te croiser sur un prochain ultra ( je vais réviser mon répertoire d'ici là ) ;-)

Commentaire de Cheville de Miel posté le 06-09-2017 à 08:04:04

Merci Néo-Lyonnais, je t'ai piqué ton Antoine le temps d'une course!

Commentaire de chirov posté le 04-09-2017 à 18:44:51

Encore bravo Rémi pour ta course, t'as vraiment assuré, je n'ai jamais douté que tu arriverais au bout même si parfois je me disais que ça serait juste :-D
En tout cas j'ai passé un super moment en t'accompagnant, à discuter et à découvrir de nouveaux visages de kikoureurs.
Bon courage pour la diagonale, c'est encore un autre challenge !

Commentaire de Cheville de Miel posté le 06-09-2017 à 08:03:24

Je te remercierais jamais assez!!! La prochaine je soigne mes pieds pour aller un peu plus vite. Pas une courbature le lundi......

Commentaire de Mazouth posté le 05-09-2017 à 19:55:54

Bravo ! Super CR ! Enorme méga course malgré toutes les douleurs !! Et vive le concept du salami :))

Commentaire de Cheville de Miel posté le 06-09-2017 à 08:01:41

A appliquer l'année prochaine, syndrome des TORiens!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 06-09-2017 à 12:46:49

Il FAUT que je prenne le temps de lire ce récit, non, cette épopée !!!!!!!!!!
Et tu enchaînes avec la diagonale, malade !!! Mais je t'envie

Commentaire de Cheville de Miel posté le 07-09-2017 à 12:00:54

Il faut que je fasse une montée un mercredi soir, mais là les jambes sont pas très motivés ;-)

Commentaire de Vik posté le 09-09-2017 à 22:43:17

nan, c'est pas de ma faute ! souviens toi, t'étais déjà embarqué dans le 85 quand on s'est connu ! et tu voulais déjà faire le grand, comme ton pote, mais t'avais réussi à rester "raisonnable" (à l'époque... ça a bien changé tout ça ! :D)

bravo pour ton "entraînement" pour le grand raid !

Commentaire de Cheville de Miel posté le 11-09-2017 à 09:07:50

C'est pas faux ;-) Encore 1 an et je pourrais être raisonnable!
Elle va être bien cette lonnnnnnnnnnnnngue promenade Bières/Rougailles/Saucisses!
A bientôt dans les montagnes!
Et merci pour tout ;-)

Commentaire de Benman posté le 18-09-2017 à 23:22:11

Ouaouh. Trop sympaen s ce CR et cette course si difficile. Admiration, abnégation. Finalement, tu parais un peu improviser les trucs, mais en fait pas du tout. Tu as préparé comme un malade. C'est le secret pour être cool sur la course ensuite. Bravo et bon courage pour la diag'

Commentaire de Cheville de Miel posté le 19-09-2017 à 12:28:49

Merci! Le coût des pompes trop petites et trop neuve, c'est pas trop préparé quand même ;-)J'ai la chance d'avoir bien été accompagné!!!

Commentaire de keaky posté le 12-10-2017 à 17:34:09

Wouha, je viens juste de lire ton récit... Génial, je retrouve toutes vos conneries, depuis la première montée avec ce groupe de vraie gonzesse entrain de papoter, un bordel monstre dans les bois !!!
Ravi d'avoir fait ta connaissance, on aura fait un bon bout de chemin ensemble ;) Bon diagnostic ce week-end, profitez bien du rougail et de la dodo!!!
Et au grand plaisir, peut être à côté de Bourgoin !!! À+

Commentaire de Cheville de Miel posté le 13-10-2017 à 11:07:12

Salut Franck! merci, on va organiser notre OFF, normalement le Week du 11/02 avec la Team Gentiane (nom de l'impasse où l'on est 3 coureur). T'as intérêt de ramener ta fraise! Tu pourras co-voiturer avec Courotaf :-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran