Récit de la course : Ultimate Race Trail Marseille - 130 km 2017, par JuCB

L'auteur : JuCB

La course : Ultimate Race Trail Marseille - 130 km

Date : 26/5/2017

Lieu : Marseille 01 (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 597 vues

Distance : 131km

Matos : Inov8 UR290

Objectif : Se défoncer

14 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Unique comme les autres !!!

Pourquoi celui-là ?

Ultra annoncé comme unique et créé cette année car Marseille est capitale européenne du sport.
Courir sur une épreuve non renouvelée, monter 2 fois à la Sainte Victoire, traverser les Calanques de Cassis à Marseille en bord de mer : tous les ingrédients étaient réunis pour me motiver.
En réalité, il fallait comprendre unique par différente des autres…. Pour le reste, ce fut magnifique !!

 

Parcours

6000 d+ pour 135km : sûr qu’il y allait avoir des longueurs

1ère partie : un peu décevant, c’est joli, rempli d'odeurs mais trop de piste / route à mon goût

Aix – Puyloubier : routes pour sortir d’Aix puis pistes jusqu’au barrage, 11e km
Montée sur la crête de la Sainte Victoire très jolie
Descente prometteuse suivie d’un chemin bétonné jusqu’au ravito.
Piste à nouveau avant la 2ème montée superbe et une descente technique mais agréable
Puyloubiet – Trets : faut bien joindre les massifs…. 14 km de plat dont 12 de goudron
Trets-St Zacharie : majoritairement en piste, à noter un single dans un vallon des plus charmants
St Zacharie – Plan d’Aups : piste qui nous balade puis le ‘’monstre’’. 300d+ en tout droit
Rien d’insurmontable : le chemin des Maquisard sur les Aventuriers est plus méchant.

 

2ème partie : magnifique, extraordinaire, le pied, le bonheur mais très très cassant.

Plan d’Aups – Cuge : la 1ère belle surprise.
On rejoint la crête par la piste qui se termine par des marches longues et pas hautes.
Elle est pleine de lapiaz, un régal pour se balader dedans.
C’en suit une descente raide puis plaisante.
Cuge – Cassis : alternance de piste et de single
Crête entre la Ciotat et Cassis magnifique
Attention, ça serpente et contourne complètement Cassis.
Descente finale sur goudron
Cassis – Callelongue : les Calanques
C’est beau et dur, puis très beau et très dur pour devenir moins dur et toujours aussi beau
Callelongue – Marseille : le chemin du Président
Pour une surprise….
Chemin magnifique, vue sur Marseille mais c’est raide et violent.
2km au bord d’une rigole avant le Château rejoint sans route.

 

Orga

1ère édition comme Boulieu en 2015, je m’étais blindé au cas où.

Globalement au top, plein de petits détails qui montraient leur connaissance du challenge avec 2 ratés sur le balisage et les ravitos mais circonstances atténuantes

Des bénévoles à la pelle, il y en avait partout (gentils, attentifs, serviables, !!!!!!)

Postes de secours nombreux, rassurants

Un groupe de musique au départ qui permet de patienter

 

Il y avait clairement une volonté de bien faire.
Réponses aux mails avant et après course hyper rapides

Susceptibles dans la nuit, ils ont rapidement fait amende honorable.

 

Cadeau finisher délirant : une valise magnifique

 

Balisage, victime de débiles.

de jour, light, très bien.

De nuit, difficile à suivre, pas cohérent, peu de point lumineux

Ils ont vécu le cauchemar de chaque orga avec un débalisage massif et récurrent.

J’ai vu de nombreux restes de rubalises arrachées.

 

Ravitos végétariens

Des rampes de robinet sur les 2 1ers en pleine chaleur (bien vu)

1 ajout entre Cassis et Callelongue : heureusement !!!!

Présence sur 3 + arrivée de Cap Perform avec les produits Beauty Sané

Je connais les produits, j’en ai profité.

Je ne touche jamais en ultra un produit que je ne connais pas : sur ce coup là, j'avais un avantage.
Sans eux, les ravitos manquaient cruellement de solide (nouilles, riz, patates,….) mais le boss logistique s’est gravement blessé juste avant le départ.

 

A faire ?

Sans hésiter : Oh que oui, c’est roulant mais pas si chiant

C’est vraiment magnifique, un régal pour les yeux et les narines.

Des odeurs en pagaille : romarin, lavande, ....

Les 2 montées à la Sainte Victoire sont chouettes.
Une 2ème partie superbe : une superbe crête de la Sainte Baume, des chemins techniques à la pelle, des sentiers remplis de cailloux vicieux, puis les si belles Calanques sans oublier le feu d’artifice avec le chemin du Président.

Vu leur retour, l’orga va corriger le tir et ce sera simplement génial.

 

Ma course

Météo : ciel bleu azur, grosses chaleurs

Objectifs : 21h, top 15 et finir avec la banane

 

Madame et les 2 petits m’accompagnent au départ.
Pas trop le choix, on dort à Bandol…

L’ambiance est sympa avec le groupe de musique.

Les gradins sont à l’ombre, la chaleur est supportable.

Je ne suis pas hyper zen : la dernière grosse sortie en décembre m’a ramené sur terre, un ultra sans prépa, ça ne pardonne pas.

Retrait des dossards rapide

+ 1 t-shirt

+ 1 topotrail enroulable. Pas totalement inutile donc bientôt indispensable.

Dépôt des sacs facile : 2 marqueurs pour les étiquettes, rouge pour le milieu et noir pour l’arrivée.
Je manque le début du briefing car j’étais aller mettre mes pompes.
Madame, inquiète, a filmé : il y a un secteur technique avec des gros blocs. Chouette !

Je ne veux pas regarder l’enregistrement, j’aime bien les surprises.
Message du doc : buvez !

C’est l’heure d’aller dans l’arène en plein cagnard.

Applaudissement pour Manchester.
Félicitations aux étrangers : Tahumaras + 1 chinois qui va partir avec son drapeau.

 

Ça part vite comme d’hab.
J’aperçois Domnin, torse nu, qui discute tranquillou avec ses potes pendant que j’essaye de suivre… 1km.
La raison prend rapidement le dessus.
Le début, c’est du goudron, il faut sortir d’Aix-en-Provence.

On enchaîne avec des chemins forestiers.

Ça monte tranquillement, rien d’excitant, je ne suis pas emballé.

Je cours avec la 2ème féminine mais elle est en relais sinon elle ne serait pas là.

Auré et les enfants m’attendent au barrage que j’atteins en 1heure environ.
Il fait super chaud.
A la sortie, on emprunte enfin un single et la montée pour la Sainte Victoire commence.

Je commence à prendre du plaisir.
La montée est belle, jolie crête avec juste sous le sommet un mur bizarre.
Hyper long, à flanc, je me demande bien à quoi il sert, je ne vois pas des troupeaux là-haut.

Je rattrape la 1ère féminine et continue d’envoyer.
Arrivé au niveau du mur, on nous annonce le début de la descente.
Couillon ! C’est les pierres du chemin que je voyais.

 

Dommage, on ne va pas au sommet.
Descente ludique au début puis piste bétonné.
Un gars m’attend pour l’aider à sortir une flasque : on tape la cauzette.
Constat similaire, on est parti trop vite.
Il m’annonce que Mélanie Rousset est juste derrière mais qu’elle va nous éclater ensuite.

Il a un dossard élite. Grand Raid pour objectif en fin de saison, target top 50

Aïe, je suis vraiment parti trop vite.
Au ravito, c’est facile : rampe de robinets.
Ma chérie pour m’aider à faire les pleins.
Bisous au 3 et à demain pour l’arrivée.
Je repars avec mon nouveau copain qui court trop vite.
Allez au-revoir et bonne course.

Rapidement, c’est Mélanie qui me double et refuse poliment que j’accroche un élastique !

Je rumine un peu sur la piste puis on enchaîne avec un joli single.
La montée est droit dedans.
Un gars n’est pas bien au bord du chemin, Dawa Sherpa… Je l’encourage, pas tous les jours que ça va m’arriver.
On enquille avec un chemin balcon, c’est ludique.

Devant, les remarques fusent sur le manque de rubalise : ils ne vont pas en mettre une tous les 10m non plus !!!

On bascule sur la file et on descend droit sur Pyloubier.
Je descends avec prudence, pas envie de me griller.
Je me fais doubler par Dawa qui s’inquiète de mon faible rythme !!

Je crois qu’il n’a pas l’habitude de voir courir les gens normaux…

Plus bas, un bonhomme qui n’avance plus.
Crotte, c’est Domnin. Pas de blessure mais il dort debout, la loose. La déception semble immense.
Au ravito, un grand zyg en orange m’aborde avec un immense sourire.
Je cherche, je cherche mais impossible à remettre. Heureusement, il se présente : Crazy-french venu pour encourager !!!

Trop cool : il va m’aider à faire les niveaux.

Passage de témoin pour le 1er relai féminin.
Au moment de repartir, c’est l’effervescence à Puyloubier : le président ? le pape ? Non Rafouille : c’est l’hystérie !!!

Un petit bonjour et je file : j’ai 15km de plat qui m’attende en plein cagnard.

Alors le plat, je n’aime pas !!! Au début, on passe au milieu des vignes, de la lavande mais c’est du goudron.

Je grommèle, je rumine, je grommèle, je rumine…

Pas content, pas content.

Je me fais doubler par un relais, j’ai des solos en visu mais impossible de les suivre.
On traverse une route avec un tunnel à vache bien boueux : je veille à ne pas mouiller les pieds.

Je grommèle, je rumine, je grommèle, je rumine…

On traverse l’autoroute avec un tunnel : des gars ont mis des slogans pros Mélenchon, feraient mieux de foutre de la rubalise.

Un solo arrive, je marche pour repartir avec lui mais il colle une cartouche.
Trop grosse la cartouche car dans le faux plat suivant, il marche puis fait une pause technique.
Je l’attends pour repartir, ras le bol du goudron, je vais me transformer en morpion.
Cette portion est plus sympa à 2 !!! Il angoisse pour les prochaines montées alors que je languis.

Il fera une grosse pause à Trets alors que je veux marcher en côte au plus vite.

 Il finit par me larguer à 1 km du ravito (en fait, j’arrête de courir, ras le cul)

Arrivée à Trets, le ravito est léger comme prévu MAIS il y a l’équipe de Go Perform avec les produits Beauty Sané !!
Je peux choisir le parfum chocolat, la classe.
Un stickola pour la nuit et en avant.

 

Je repars avec les niveaux, mon lièvre continue sa pause.
Je recase le coureur devant moi, Nicolas qui avait fini derrière aux Aventuriers et vogue la galère.
Bitume pour sortir de ville.

Piste pour monter

Du grand classique local mais dieu que ça sent bon.

 

Un quadripède me dépasse à vitesse grand V, je le reprends dans la montée.
Pour une fois, je ralentis pour entamer la causette.

On fait un joli bout ensemble.
Un bénévole nous annonce 26 et 27 au scratch-intégral : ça booste.

On filera ensemble jusqu’à St Zacharie où  mon temps de pause de 7 min lui semblera une telle éternité qu’il filera sans m’attendre.
Pistes encore et toujours, on nous balade, pas besoin d’avoir le sens de l’orientation d’un pigeon que l’on va au fond du vallon pour revenir sur l’autre rive et enquiller des kils.
Des bénévoles indiquent enfin le virage pour le monstre.
Le départ aurait pu/du être élagué.
S’ensuit un joli sentier droit dans le pentu.

Je double la miss en relais qui sèche au pied de la pente.
A la sortie, un bénévole, indique le ravito tout proche.
On descend sur une épaule, j’aperçoit la mi-course, j’entends l’animateur, puis le sentier bascule sur la gauche, la pente s’accroit, je change de vallon. Crotte : plus de rubalise.

Depuis quand ?

Je remonte 3 min avant de trouver l’embranchement, pfffffffffff pas évident celui-là.
Au ravito, je le signalerais.

Réponse de l’orga : tout le monde est claqué, personne de dispo pour aller rajouter de la rubalise à 5 min de là …..

 

Ravito de Plan d'Aups : récupération du sac de vie en 1 min (orga au carré)

Je me pose devant la table de Go Form et passe ma commande : shaker chocolat.
Je fais la connaissance de Bruno, le boss et je me change en discutant.
Massage de pied, changement de chaussettes, bouffe : je reste 20 min avant de repartir en passant par le contrôle médical.



La montée à la Saint Baume est sympa : on arrive rapidement sur les crêtes.
Je suis avec un local qui me file l'astuce de l'année : les lampes rouges au bout de la crête, droit dessus, sans poser de question.
Merci l'ami ! Il me déposera dans la descente sur Cuge.
Je rattrape Mélanie sur les crêtes. A l'arrêt,pas blessée mais petite journée.
Perso, je prends un pied terrible : c'est gavé de lapiaz, c'est tout sec et ça accroche top moumoute.

Faut pas de leurrer : même en forme, même en y prenant du plaisir, cette crête, je suis bien content d'en voir le bout.

 

A peine, les lapiaz quittés, 2 mecs dont mon local me passent comme des fusées.
Descente sur Cuge en single avec pierres qui roulent trop enchaînée avec une piste pour arrivée.

En bas, c'est le copain de Mélanie qui prend des nouvelles.

Au ravito, j'ai bien la pêche, je tape la causette, je change la batterie de la lampe par précaution.
On m'annonce 12e

 

Section Cuge-Cassis hyper roulante
Alternance de Pistes et singles en forêt extraordinaires mais gare aux intersections.
Je double un gars qui jardinait : les rubalises bleues ne sont pas ses copines.

La crête entre la Ciotat et Cassis au lever du jour est magnifique mais ça serpente dans tous les sens.


Je rejoins enfin la route pour l'arrivée sur Cassis avec un ravito en bord de mer.
Dernier stand Go Form : un shaker chocolat !!!

 

Je suis à bloc : j'ai 15 min d'avance sur le RB en 21h.
J'ai pris un peu de marge pour les Calanques, j'ai des bonnes guiboles.

Je laisse un message à ma chérie pour lui annoncer une arrivée entre 11h15/11h30.
Un bout de route pour sortir de Cassis, un bout de piste pour contourner le parking et c'est le début des Calanques.

Le début est euphorique, j'avance bien. Le soleil arrive et je suis tout seul au milieu de paysage magnifique.



Puis je faiblis, je trouve que les montées sont plus raides, les descentes trop techniques, les pieds tapent, le soleil chauffe, les jambes faiblissent, je ne cours pluss sur les chemins balcons.
J'interroge chaque randonneur sur les difficultés à venir.

 

L'orga a ajouté un ravito entre Callelongue et Cassis, autant dire que c'était indispensable.
Les bénévoles sont aux petits oignons.
J'ai passé le plus dur semble-t-il mais ça reste les Calanques.

Je suis 10e, sans savoir où j'ai pu doubler qqun.

Reste 11 + 6
Je repars  à l'arrache.

 

Effectivement, c'est plus roulant mais aussi beaucoup plus chaud.
Le nombre de randonneur devient conséquent.
J'aperçois un gars derrière qui me rattrape , un relayeur.
Défi du jour : le garder derrière le plus longtemps possible, je relance comme je peux, "doublera pas" devient mon leitmotiv.

Et pis, je suis Top 10 maintenant.
La forme n'est pas flamboyante non plus

 

Cher lecteur, sauras-tu trouver quelle photo est prise au début et à la fin des Calanques ?

Mon poursuiveur-relayeur me rattrape au ravito de Callelongue : je repars avant lui et je ne le reverrai plus.
Ma chérie m'apprendra que le gars a couru avec un orteil cassé pour ne pas disqualifié ses potes du relais.
Mon perf de l'avoir gardé derrière est devenue toute relative...

 

6km / 300d+ : ça sent la quille.

Sauf que le chemin du Président, après 20h de course, c'est pas un cadeau.
C'est joli, il offre un point de vue sur Marseille magnifique mais faut se le farcir.
Merci à l'orga pour ce final !!!

A peine la descente terminée, on longe un mini-canal pour rejoindre le château et l'aire d'arrivée.
Mes enfants et ma chérie sont là, la fatigue s'est évanouie, reste le plaisir de trotter avec eux.

 

 

Merci aux bénévoles de m'avoir permis de découvrir ce magnifique parcours.
Merci à ma chérie pour son soutien indéfectible

Un merci particulier à Bruno et son équipe pour avoir offert ses produits.

Merci à mes coachs : Lino, Nico et Yves

 

Merci à l'orga pour ce tracé : de vrais fadas !!

 


14 commentaires

Commentaire de cloclo posté le 03-06-2017 à 13:42:36

Top 10 sur cette course, t'es un vrai fada ;-)

Commentaire de bubulle posté le 03-06-2017 à 14:22:50

Joli récit, construit de manière amusante. Et qui raconte tout simplement....une bonne grosse perf de la mort (top10 sur une course qui a été un massacre, joli !).

Bon, clairement, à deux pattes aussi, tu avances quand même pas si mal que ça...;-)

Et je partage pleinement cette haine viscérale des parcours plats.....

Commentaire de cloclo posté le 03-06-2017 à 20:01:05

On doit pas avoir la même notion de parcours plat ;-)

Commentaire de cloclo posté le 03-06-2017 à 20:55:53

On doit pas avoir la même notion de parcours plat ;-)

Commentaire de Cheville de Miel posté le 03-06-2017 à 16:00:19

Impressionant, tellement que finalement le week prochain j'ai piscine ou alors prévoie un jeu de Tarot!!!!!!

Commentaire de boby69 posté le 03-06-2017 à 20:34:41

Impressionant, tellement que finalement le week prochain ,j'suis content de devoir aller bosser !!
Chapeau bas ,quelle perf, pour quelqu'un qui se disait en manque d'entrainement et de sorties longues (de plus de 30km ? ) il y a un mois .

Commentaire de elnumaa[X] posté le 04-06-2017 à 07:15:09

pas mal pour un intolérant au bitume comme ( nous ) toi ;-)
sinon ça m'inquiète , moins tu taf et plus tu carbures !!! oulala ça promet en belledonnes moi jdis !
a dredi
m.

Commentaire de Free Wheelin' Nat posté le 04-06-2017 à 18:15:45

Enorme, bravo Ju!

Commentaire de Vik posté le 04-06-2017 à 20:49:52

putain que t'es beau avec tes ptits mollets tout bleus ! <3 :-D

Commentaire de Rem posté le 05-06-2017 à 10:02:12

Top 10 ! 8) sur la diag des fadas ... Ça claque ! Et ca semble (presque) facile . La perception de la crête de la ste Baume et la fin des calanques peut être bien différente suivant le niveau ds la course... Ce TMB en off s'annonce bien , bonne virée

Commentaire de Philippe8474 posté le 06-06-2017 à 10:24:48

T un King
Chapeau Monsieur!!!
Enorme perf

Commentaire de Marielle13 posté le 06-06-2017 à 17:21:06

Bravo &#128512;

Commentaire de JuCB posté le 06-06-2017 à 20:00:24

Merci à tous pour vos messages
:-)

Commentaire de Runphil60 posté le 10-06-2017 à 15:08:38

tu es une vraie machine qui ne semble pas avoir souffert de la chaleur !
bravo pour ta course et merci pour ce récit, à te lire, c'était presque facile et roulant !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran