Récit de la course : Grand Raid du Golfe du Morbihan - 177 km 2016, par Bert'

L'auteur : Bert'

La course : Grand Raid du Golfe du Morbihan - 177 km

Date : 24/6/2016

Lieu : Vannes (Morbihan)

Affichage : 2353 vues

Distance : 178km

Objectif : Terminer

28 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

GRAND RAID MORBIHAN - La patience a des vertus !

GRAND RAID DU MORBIHAN 

178 km, 1000m D+

 

Le Golfe du Morbihan, c’est une sacrée longue histoire ! 

(...)

En 2010, je m’inscris donc avec confiance sur l’épreuve. En m’entrainant comme jamais, je suis même persuadé pouvoir faire un assez gros résultat… Un bon mois avant, la confiance ne baisse pas, avec même ma « sélection » pour courir aux côtés de Kilian Jornet dans sa « Quest » des Pyrénées.

Bref, quand je dis à Marie qu’elle n’a pas de souci à ce faire. Que le Morbihan n’est qu’une épreuve où il suffit juste d’aller doucement, elle reste plus sceptique… En réalité, seul le doute sur le chrono existe alors ! Visant 24h avec ambition (Top 25), j’imagine mettre 26-28h au pire !…

Les hics ne vont pourtant pas manquer. A commencer par une grosse canicule le week-end venu, avec 30 degrés ! Du jamais vu, qui a de quoi faire peur. Puis ce sera un gros stress de dernière minute avec mes affaires, des hydratation et alimentation inadaptées, un rythme manquant quand même de prudence, et voilà comment des maux de ventre vont finir par ruiner totalement ma course. Bien que dans le Top 100, je dois m’arrêter à Port Nèze après 76km et 10 heures de course : impossible d'avancer ! Même de marcher, sans d’abominables douleurs au ventre…

C’est la première fois de ma vie que je dois abandonner et la claque est belle ! Aucun regret, si ce n’est d’avoir brûlé un peu les étapes. Pendant les 2 saisons qui suivent, je vais alterner d'autres réussites et semi-échecs et surtout beaucoup apprendre sur moi-même. Bref, le Morbihan fera partie des leçons qui permettent de progresser.

Décidé à prendre ma revanche au plus tôt, les années se succèdent avec finalement d’autres priorités de courses. Jusqu’à ce que six ans plus tard, une opportunité se présente… deux mois avant l’épreuve ! Heureusement, ce n’est pas de l’improvisation totale car, outre une expérience de l’Ultra tout autre, je suis relativement bien entrainé aussi. Après une longue absence dans le coin, j’ai même parcouru une partie des chemins lors du mois de Février qui précède. Je pars aussi avec deux de mes meilleurs coéquipiers, Sab et Fafa, qui ont planifié l’événement depuis 1 an !

Pour cette édition, je reviens, toujours confiant, mais avec la volonté de profiter pleinement. Je perds moins de temps à gérer la logistique et reste suffisamment alerte pour éviter les excès de confiance.

Mon idée est de viser 35-36 heures, avec un plan de route simplifié en 34 heures (le temps maximum autorisé est de 42 heures). Ces estimations sont surtout à titre indicatif. En effet, sans montre ni GPS, je compte avant tout me fier aux sensations et irai… au rythme de ma forme du jour !

Un bon logis chez l’habitant me met dans les meilleures dispositions. J’ai toute mes affaires en double et, avec mon sac de délestage à mi-parcours, pourrais même repartir de zéro à mi-parcours s’il le fallait. En rigolant, je préviens d’ailleurs Sab et Fafa qu’il faut se préparer psychologiquement à l’absence de ce sac à Arzon, phénomène accidentel déjà arrivé par le passé !... 


En tout cas, je suis paré à tout ou presque. Je n’ai que deux inquiétudes :

La première vient des pieds… comment vont ils supporter ? J’ose quand même une même configuration inédite (chaussures neuves + pas de semelles orthopédiques)… qui va s’avérer plus que judicieuse !

La deuxième vient de mon dossard : le 512 !! Quand on connaît Yohann Metay, finisher de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc et auteur de l’hilarant one-man show « La Tragédie du Dossard 512 », on aurait peur pour moins que ça !!... D’ailleurs, il m’écrit tout simplement : « tu vas en chier, c’est le but ! »… ;-)  

Un peu de stress est inévitable mais rien de méchant. Sans panique, tout est prêt dans le timing prévu, même la sieste d’une bonne heure peu avant le départ.

... 

 

PRESENTATION, CARTE, RECIT, PHOTOS & ANALYSE DE L'EPREUVE...

A DECOUVRIR DANS LE LIVRE "TRAILS & ULTRAS MYTHIQUES"


 

28 commentaires

Commentaire de lolo_du_94 posté le 04-07-2016 à 16:54:30

Très beau compte-rendu, très instructif, merci !
Très belles photos, et félicitations pour cet état de fraîcheur apparent que tu nous proposes !
Bravo !

Commentaire de Bert' posté le 05-07-2016 à 12:22:59

Merci de ton retour ! Et si ça peut t'inspirer, j'en serais ravi :-)

Commentaire de Fa² posté le 04-07-2016 à 17:57:12

Bravo une fois de plus Bert' tu as accompli un exploit et tu as bouclé cette boucle débutée en 2010.j'y reviendrai sans doute. Cette édition me laisse un goût d'inachevé.

Commentaire de Bert' posté le 05-07-2016 à 12:26:01

Comme je te (vous) comprends ! De la frustration naissent les plus grandes satisfactions...
Allez, ça n'en aura que plus de saveur la prochaine fois :-)
En tout ça merci d'avoir été très présent car cela m'a bien tiré vers le haut !

Commentaire de patfinisher posté le 04-07-2016 à 19:05:29

CR Bubullesque ! et c'est tant mieux pour les lecteurs, pour s'immerger, et partager un bon moment mais aussi valider que cette course est unique, dure, à la gestion compliquée,.....un ultra MN ! BRAVO Bert ! ;-) à très vite ! pas trop il faut que je suive :-) :-)

Commentaire de Bert' posté le 05-07-2016 à 12:27:27

Merci Pat ! En fait, c'est bien une épreuve où il faut savoir marcher car l'immense majorité passe plus de 50% du temps de cette façon...

Commentaire de bubulle posté le 04-07-2016 à 20:58:36

Ah non, le CR n'est pas bubullesque car il faudrait s'y reprendre à quelques dizaines de fois pour me faire faire ce tracé de psychopathe dangereux (et encore, visiblement, ça coupe un peu pour ne pas suivre toute la rive ouest de la ria d'Auray...on se demande pourquoi : ça ferait 200km, un joli compte rond).

Quand je pense qu'on me traite de timbré quand je vais faire 100 malheureuses bornes, j'vous jure qu'on en tient quelques dizaines d'autres, de timbrés !

Comme tu m'écris par ailleurs, à distance on ne se rend jamais vraiment compte de la difficulté. Donc vu que, là, je me rends quand même un poil compte que ce n'était pas tout à fait une promenade de santé, je ne peux qu'imaginer ce que c'était réellement et combien il doit falloir se fouetter pour repartir à chaque ravito.

Et le coup de Séné, là, oui, c'est un fou dangereux qui l'a tracé. A enfermer de suite, le gars, hein...;-)

A bientôt pour quelques autres dizaines de kilomètres dans des paysages...différents....;-)

Commentaire de Bert' posté le 04-07-2016 à 21:11:49

Petite précision, ce n'est pas la trace 100% exacte (j'avoue je l'ai piquée à Michel sur son CR, qui l'a piqué (?)...) car il y a la boucle de plusieurs km supplémentaires du côté de Locmariaquer (en bas à gauche) vers l'entrée du Golfe.

Mais bon, tu risquais pas de me reprendre sur ce coup-là ;-)

Enfin, il semble que le sens change chaque année désormais... pour rendre moins fou ;-)

Commentaire de valdes posté le 05-07-2016 à 06:00:33

J'ai tout lu ! Mais je vais te relire, faire lire et lire encore. Merci merci merci pour ce beau compte rendu, si riche en détails et en retour d'expériences. Je regrette seulement une chose, de ne pas avoir pris ton numéro de tél et d'avoir été endormie dans mon lit lors de ton arrivée. Flûte. Voilà quelque chose que j'ai gravement manqué.
Tes photos sont magnifiques, preuve que tu avais toujours le cerveau à l'endroit, même sur cette fameuse bouclette de zinzin à Séné (=

Commentaire de Bert' posté le 05-07-2016 à 12:29:42

Merci Valdes ! J'ai bien pensé à toi au début en passant la piscine de Conleau...
Après, ce n'est pas dans les habitudes, mais j'étais un peu matinal pour un dimanche matin ;-)

Commentaire de etienne71 posté le 05-07-2016 à 09:49:04

je me connaissais pas comme une personne fantasque;super récit,a la prochaine course....

Commentaire de Bert' posté le 05-07-2016 à 12:31:06

Merci Etienne de nos multiples petites rencontres. Je n'ai toujours pas compris ta gestion de course, mais tu m'as sacrément impressionné en me doublant comme une fusée au milieu de la 2e nuit :-)

Commentaire de trailaulongcours posté le 05-07-2016 à 12:11:35

Bravo Bert' pour cette perf hors norme (en marchant) sur un format hors norme. Faudra m'expliquer exactement le coup des chaussures (en MN). Pas certain d'avoir tout compris.

Ce que tu décris dans ton récit est exactement ce que je redoute le weekend prochain sur l'X-Alpine : la crainte de trop vite se poser la question de savoir ce qu'on fout là....et de se projeter sur l'arrivée (longtemps lointaine), alors que comme tu le dis il vaut mieux raisonner par étapes.

Commentaire de Bert' posté le 05-07-2016 à 12:21:55

Comme je voulais tout faire en MN, j'avais pensé démarrer avec des Salomon très souples, puis prendre mes Hoka (MDS...) à mi-parcours car pensant que je finirai par avoir mal aux pieds.
Après moult hésitations, une semaine avant le Morbihan, j'ai "craqué" et acheté une nouvelle paire de Hoka (typée route) que j'ai prise dès le départ à la place des Salomon. Bien m'en a pris car j'ai eu mal au pied (sensation de pied écrasé) avant même la mi-parcours et comme mon sac de délestage était absent, était bien content d'avoir des Hokas déjà aux pieds.
Sinon avec mes Salomon, je crois que j'aurais eu trop mal pour pouvoir faire toute la course (?)...

Commentaire de trailaulongcours posté le 05-07-2016 à 12:51:13

Ok ok. Je n'arrive pas à m'y faire aux Hoka. Une paire de Mafate jusque là et une deuxième en stock. Peut-être qu'avec des Salomon tu n'aurais jamais eu cette sensation de pied écrasé pour commencer. Qui sait!

Commentaire de Bert' posté le 05-07-2016 à 12:58:40

Bonne question (que je me pose aussi) !... mais Sab a souffert le martyr (même sensation d'écrasement) avec des shoes classiques...
D'autres m'ont aussi rapporté le même souci.
Bref, c'est la première fois que je rencontrais cette "drôle" de sensation et je pense que la grosse proportion de bitume est en cause. En tout cas, ça mériterait d'être approfondi.

Commentaire de trailaulongcours posté le 05-07-2016 à 13:38:10

Bizarre bizarre! A retenir en tous cas!

Commentaire de robin posté le 05-07-2016 à 17:53:41

Tout d'abord félicitations ! super C.R. que tout postulant au Raid devrait lire. J'ai eu l'impression d'y revivre mes deux éditions Une réussite mais en beaucoup plus de temps qu'espéré et un abandon sur blessure. Depuis je ne me suis toujours pas décidé pour faire basculer l'aiguille de la balance vers le nombre de victoire. Elle est vraiment piégeuse cette course (son apparente facilité, ses longueurs (encore plus quand tu y retournes ), la marée...)
Encore bravo

Commentaire de Bert' posté le 06-07-2016 à 12:35:58

Merci Robin de ton feed-back !
Au delà de mon récit, l'objectif est de vulgariser et donner le maximum de repères pour chacun puisse préparer sa course au mieux :-)

Commentaire de trinouill posté le 08-07-2016 à 13:07:41

On en deviens vraiment parano à la fin sur les 20 derniers kilomètres

Bravo Bertrand et merci pour ce récit

Bonne récupération ;-)

Commentaire de Bert' posté le 09-07-2016 à 10:27:36

Ah Trinouilll, j'ai bien pensé à ta "souffrance" pour finir l'an passé, mais il faut la vivre cette fin pour se rendre vraiment compte !

Après coup, on en rigole de cette parano... mais sur le coup pas trop :-))))

A bientôt,

Commentaire de Arcelle posté le 09-07-2016 à 10:57:08

Encore bravo Bert' pour cette course bien gérée pour ce mental hors norme et pour ce joli récit qui mériterait sa place dans un livre ;-)

Commentaire de Bert' posté le 11-07-2016 à 12:25:27

Merci Arcelle, y compris pour ton idée : je vais y songer... ;-))

Commentaire de coba posté le 09-07-2016 à 13:22:23

Bravo pour ta course et content d'avoir fait la connaissance de etienne71.

Commentaire de Bert' posté le 11-07-2016 à 12:26:24

Merci Coba : tu as fait également l'Ultra ?

Commentaire de coba posté le 15-07-2016 à 09:27:42

Oui, mais j'ai abandonné à Le Bono pour cause vomissements.

Commentaire de Bruno Kestemont posté le 12-07-2016 à 17:28:42

Merci pour ce beau récit très instructif (alimentation solide, longues pauses) et les photos. On a l'impression que tu marches tout le temps, mais à la fin tu dis qu'il faut gérer course et marche. C'est 50/50 ?

Commentaire de Bert' posté le 12-07-2016 à 19:16:51

Tu poses une très bonne question Bruno !
De mon côté, j'ai tout fait en Marche Nordique... N.B : je vais facilement aussi vite, voire plus vite que des gens qui trottinent...

Ceci étant, beaucoup se mettent exclusivement à marcher ou presque dès le 40e-50e kilomètre.
La réalité est que les relances marche / course sont très usants et pas toujours bien rentables en terme de dépense énergétique.

Du coup, la difficulté du Morbihan est clairement de trouver la bonne stratégie. En tout cas, il me semble impératif de bien savoir marcher, car à partir du 100e km, la majorité ne fonctionne plus qu'en marche ou presque.
En 2010, bien que prudent, j'avais énormément couru, et c'était un peu trop...

Bien sur, tout ceci est aussi une question de niveau.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran