Récit de la course : L'Hivernale - 24 km 2015, par bubulle

L'auteur : bubulle

La course : L'Hivernale - 24 km

Date : 25/1/2015

Lieu : St Leger En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 787 vues

Distance : 24km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Premier vrai dossard de 2015

Bon, si on ne compte pas la petite promenade de la semaine dernière sur le Raid 28, cette Hivernale des Étangs de Hollande est mon premier dossard de cette année 2015. Une course qui s'intègre pas trop mal dans mon "plan qui n'existe pas pour préparer le Vulcain".

Bon, je ne vais pas vous faire le coup de "twaaaa, aujourd'hui pour moaaaa, c'est une sortie longue de prépa, twaaaaaa". Avec moi, ça ne marche jamais vraiment dès qu'il y a un bout de papier numéroté sur la poitrine. Donc, bon.

Cette course, elle est toute nouvelle. C'est bien , en fait car elle remplit un vide géographique entre le Trail des Cerfs, la nocturne des Flambeaux de Montfort l'Amaury et l'Origole, finalement. Cette fois-ci, donc, nous allons explorer le coeur du secteur St-Léger/Bréviaires/Montfort/Les Mesnuls de ma chère forêt de Rambouillet. Avantage : il ne doit pas y avoir un mètre de la course, à l'exception peut-être de la plage  des Étangs, où je ne sois pas déjà passé une fois en entraînement. Et, pour certains (côte des Mares Moussues), j'ai arrêté de compter.

Bref, une course in my garden, impossible de résister. Le parcours est assez simple : une première boucle "bleue" partant vers le Poteau de Hollande, l'Étang Rompu, puis descendant sur St-Léger avant de faire un peu de montagnes russes autour de la Vesgre et revenir sur les étangs. Et une deuxième boucle "rouge" partant droit au Nord en direction des Mesnuls, venant chercher du D+ sur les coteaux des Brûlins, puis poussant à l'Ouest au Carrefour de Bluche, l'étang de la Porte Baudet et un magnifique "tout droit" sur la Route Montavale pour revenir aux étangs.

Du terrain en général très gras au mois de Janvier. Nous avions d'ailleurs expérimenté cela à l'Origole puisque une bonne partie de la boucle rouge est constituée de sections empruntées aussi à la B1 de l'Origole.

La météo est belle, mais il fait plutôt froid : autour de -3°C. Du coup le sol est légèrement gelé, ce qui limitera les passages boueux....pour les premiers. Pour les autres, eh bien, il faut s'attendre à avoir un peu frais aux petons à la fin !

Le départ, c'est par là


Le traditionnel rassemblement de kikous d'avant-course, pile sous les deux arbres, qui sont en fait trois, situés à 17m au cap 290 du coin Nord-Ouest de la cabane de plage (comment ça, j'ai fait de l'orientation récemment, moi ?), fonctionne assez bien : Bikoon, TontonTrailer, Patfinisher, Sebkikourou, LeMulot, Fa2, Overnight, Philippeg94 pointent la balise sans problème. C'était une bleue, 20 minutes de bonus.

Bikoon et TontonTrailer

 

 


Le Canari^W Mulot


Je ne sors toutefois de la voiture que 15 minutes avant le départ car le froid est vif et j'ai choisi une tenue légère : corsaire, haut ML fin et mon tee-shirt Raidlight fétiche qui gagne (j'ai aussi le caleçon rouge qui gagne mais ça, personne ne le sait).

Briefing rapide, rassemblement rapide sur la plage et...pendant que nous faisons des selfies avec Pat, jpoggio (rencontré entretemps, engoncé dans douze couches, une buff, un bonnet et 4 paires de gants), le départ est donné par surprise..:-)

Selfie de départ

Un crochet sur la plage, un bout d'allée goudronnée et...premier single. Même pas de bouchon ou presque (nous sommes environ 350). L'allure est tranquille, j'ai décidé de courir un peu en dedans sur la première boucle (tu parles : je cours toujours en dedans au début, je ne sais pas partir comme un dératé). On remonte vers le Poteau de Hollande, point culminant de la course (185m) : déjà 12m de D+ depuis le début..:-)

Vous les sentez, les -3°C ?


La Route des Mesnuls nous donne un aperçu de l'état des chemins : elle peut avoir des passages bien glauques, mais pas trop à cet endroit. Ça craque un peu sous la chaussure, en fait. Déjà, ce n'est pas très gelé, donc pas de risque de faux appuis (enfin, sauf à cause de quelques Mares à Boues, évidemment). Petit virage à gauche sur une route des Cuisines de Monseigneur (j'adore ces noms) bien dégagée et roulante, puis on enquille la Route de l'Étang Rompu jusqu'à.....l'Étang Rompu au bord de la route de Montfort.

Le peloton s'est déjà bien étiré et c'est assez confortable pour courir. Je double ponctuellement, surtout en fait pour éviter d'avoir quelqu'un devant, ce que je n'aime pas, surtout sur terrain boueux. Un petit single sympa (que je ne connaissais pas, me semble-t-il) nous ramène sur la Route de Grand-Maître (dont on pratique un autre segment sur le trail des Cerfs), puis nous redescendons sur le creux du Ruisseau des Ponts-Quentin, émissaire des Étangs de Hollande. Un tout petit peu de D+ pour en remonter, j'en profite pour accélérer un tout petit peu (on ne se refait pas).

Le parcours s'infléchit au Sud par la très boueuse Route du Chêne Ramoneur (quelle idée : un chêne ramoneur), le chemin de Bazoches et un single qui nous fait descendre sur St-Léger. Cela sera un des rares moments où on sort de la forêt pour traverser une grande pelouse très....spongieuse. Avant cette descente, je me suis payé un petit saut de cardio quand un groupe m'a rattrapé et s'est mis à me suivre à 2 mètres, ce que je déteste. Un vieille accélération des familles en mode "toi t'y penses même pas et tu me gaves à être dans mes baskets" a remis de la distance. Namého.

Après le petit passage à découvert, nous allons aborder un long faux-plat montant bien sournois pour remonter de St-Léger. En fait, le traceur nous fait faire un peu de montagnes russes avec le peu de D+ du secteur, autour de la vallée de la Vesgre (une Vesgre toute jeunette, une Vesgrounette en fait). C'est amusant, mais un peu épuisant, en fait. Mais c'est un joli tracé qui tire bien partie de la configuration des lieux tout en restant sur des allées et chemins.

Le tout nous ramène au niveau des Étangs pour longer le dernier étang par le Sud. Un chemin qui peut être parfois un cloaque, surtout après quelques jours de pluie.  Il est là relativement roulant et ne nécessite pas de gros écarts pour éviter d'énormes trous plein d'eau.

J'accuse un léger coup de mou sur ce secteur car je vois un peu revenir du monde, voire me faire dépasser. J'ai repéré une féminine qui avance bien et qui me sert de point de comparaison. Bon, là, elle avance mieux que moi et je la vois progressivement s'éloigner. Au revoir Anne-Delphine...:-)

Traversée de la digue de Vilpert, je zappe le ravito, ce qui me permet de regagner une dizaine de places. Route des Étangs, route de la Malmaison, bien boueuse. Nous retrouvons (à l'envers) une section de la boucle 1 de l'Origole, la section qui était la plus grasse. C'était alors la fin de cette boucle. Le terrain est un peu moins gras, cette fois-ci, mais je pioche un peu. Je revois les coureurs dépassés au ravito revenir sur moi très doucement. Mais je m'accroche en profitant de tirer quelques "tout droit" dans le très gras pour regagner quelques mètres (et jouer un peu...). Une autre féminine, Séverine, en maillot violet, est en point de mire et je ne la lache pas.

Cette longue section nous amène au dessus de La Milière (près des Mesnuls) où une longue descente nous attend. Je m'efforce de ne pas me faire lâcher, mais je suis un peu gêné par un frottement à l'arrière de la cheville droite. Une égratignure que j'ai oublié de protéger avant de partir et que la tige de chaussure asticote régulièrement. Grrr. Je fais toute la descente en gardant Séverine en point de mire et nous passons à La Milière (où sylvain_pva s'occupe des tapis de pointage). Brusque tourne à gauche et immédiatement la côte de la Villa Romaine. J'enclenche le mode "marche" : pas la peine de m'épuiser sur cette côte assez raide. D'ailleurs j'avance aussi vite que Séverine qui s'obstine un peu à tort, à mon sens, à trottiner. Mais bon, c'est vrai que les côtes en marchant, j'ai aussi tendance à avoiner..:-)

Pas autant toutefois qu'une fusée jaune qui me dépasse en rigolant : c'est un Mulot qui sort de nulle part (je le croyais loin devant) et qui nous fait la côte entièrement en courant. Chapeau. Au final, il me mettra 4 minutes, le Seb, depuis cet endroit...et je crois que c'est le seul.

Parce qu'en fait, ça va mieux, là. Faut dire qu'une Pom'Pote magique a fait son effet dans la côte. Donc, jusqu'à atteindre la Route de Bazoches (où nous allons redescendre : je connais le parcours par coeur, là), j'accélère progressivement pour revenir sur Séverine et, dans la descente, j'envoie un peu lourd. A part manquer de me vautrer 2-3 fois dans du très gras, ça le fait bien et je repasse devant juste avant le single du Ruisseau des Brûlins.

Nous voici désormais dans le même sens que l'Origole. Il est génial ce petit single et là, je n'ai pas à essayer de m'accrocher à une Sab volante. Je suis tout seul car le peloton est très étiré, désormais.

Bim, on retrouve l'Alpe d'Huez des Brûlins (aussi appelée depuis début décembre 2014, la côte de Sainte-Sabine et de son auréole flamboyante), la côte des Mares Moussues (là, Mulot n'a pas couru, nananère!) et j'envoie le pâté pour aller chercher les coureurs que j'aperçois en haut. On fait la totale : mains sur les cuisses, grands pas, et zou !

Nous faisons désormais un grand crochet vers l'Ouest. Je m'attendais à l'horriblissime Route du Haut Cornu qui est tout l'hiver un cloaque innommable, mais finalement nous prenons, comme à l'Origole, le petit single en haut de la crête. Je suis d'ailleurs tellement en mode Origole que je manque louper le virage à droite juste avant les Brûlins. On retrouve la route du Haut Cornu mais sur sa partie praticable. Je vois quelques coureurs dont nous nous rapprochons progressivement. Un grand crochet au Carrefour de Blûche, une redescente par la Route des Fonds à l'étang et nous revoici sur le parcours de l'Origole.

Et qui vois-je devant ? Un Patfinisher. Je croyais Pat loin devant, mais, en fait, il reprend l'entraînement depuis peu et traîne quelques fins de blessures, donc il est un petit peu juste encore, c'est ce qu'il me dit quand je passe.

En haut de la côte qui remonte de l'étang, nous prenons la Route Montavale et là, ce n'est pas compliqué, c'est *tout droit* (à part un dernier petit crochet pour passer un creux). D'abord très très roulant, une vrai autoroute, ça change. Là, j'enclenche la cinquième en espérant que Pat prenne la foulée.

Sur cette autoroute, j'entends revenir quelqu'un, un coureur en jaune, qui passe à bonne vitesse. Hé, ce sera ma motivation de la fin de course, lui..:-). Je commence par le suivre au loin, à 10 mètres mais, une fois passé le carrefour du Comte de Toulouse, la route Montavale change dramatiquement de style et devient une allée cavalière totalement labourée. C'est un épuisant "tout droit" qui nous attend jusqu'à la Table du Roi. Et moi, j'accélère en permanence, tout le jus est revenu. Oubliées les 70 bornes du week-end dernier.

Et je passe Monsieur Jaune. Mais le bougre s'accroche, on s'amuse vraiment beaucoup à deux, à fond sur ce secteur. Les flaques, c'est désormais "droit dedans", pas de quartier. Mais j'entends toujours le floc-floc derrière moi, bougre-bougre.

La Table du Roi doit être renversée quand la fusée noire et la fusée jaune passent. La fusée jaune reste un wagon, toutefois, c'est moi la locomotiveuh, nananèreuh...:-). En plus, on switche sur la Route Vilpert, finie la boue. Loooooooongue accélération, on doit commencer à atteindre les 14 à l'heure, là. Et j'entends enfin le floc-floc qui s'éloigne doucement pendant qu'on picore un à un les coureurs devant.

Monsieur Jaune restera donc derrière, mais il n'est pas question de lâcher quoi que ce soit et le virage à droite est assez épique avant la ligne droite de fin.... Je suis quand même un peu hors d'haleine : on n'a pas idée de se mettre dans des états pareils, mais qu'est-ce que c'est rigolo. Heureusement, personne ne prend de photo, je dois être tout crispé-hargneux encore....

Y'a plus qu'à sprinter pour gagner encore 0,3 secondes, passer le virage de fin, faire coucou au Mulot, manquer emplafonner une inconsciente coureuse qui traverse à ce moment là et hoooooooop là.

2h19 tout pile. Hé bé, moi qui me disais que j'allais faire 2h30, il est vraiment rapide, ce parcours.

Quelques minutes après moi arrive Pat, très content de sa course et nous partageons encore une fin de course ensemble, avec également TontonTrailer qui nous a rejoint (et qui a fait un 2h03 canon). Nous apprenons les superbes résultats de Bikoon (12ème scratch) et de PhilippeG94 (29ème et 2ème V2 alors qu'il revient d'une blessure tenace).

Fa2 et TontonTrailer

Patfinisher et Bubullefinisher


Je manque par contre les podiums, qui sont fait assez rapidement (bravo à l'orga pour avoir sorti les résultats si vite) car je me suis réfugié dans ma voiture pour me changer et ne pas prendre froid. Je ferai juste une réapparition sur la ligne d'arrivée pour y picorer quelques saucissons (bin oui, Arclu !) et croiser Maître Jacques qui est fort content de sa course. Nous n'avons pas fini de nous croiser avec Jacques, d'ailleurs, puisque notre programme de l'été est identique dans son ambition.

Au final, je confirme : cette première de l'Hivernale était une belle réussite et si, l'an prochain, elle ne conflite pas avec le Raid 28, je tâcherai d'y être à nouveau. D'abord, la forêt de Rambouillet, c'est trop bien, na !   

6 commentaires

Commentaire de lemulot posté le 25-01-2015 à 22:11:15

Merci pour le canari :-D, je crois que je ne dirais plus que je fais une sortie longue, comme toi je n'y arrive pas ;-)

Commentaire de Overnight posté le 26-01-2015 à 22:13:03

Comme toujours une grande précision :). Merci de mettre des noms sur ce qui était pour moi une suite de chemins + ou - boueux, + ou - gelé, bordés d arbres ou d etang, + ou - carossable... mais tout a fait sympa a arpenter ! Belle course:)!

Commentaire de Bikoon posté le 27-01-2015 à 13:21:13

Toujours aussi impressionné par tes précisions et connaissances topographiques ! :o)
Je ne saurais même pas citer les n° des parcelles dans la forêt que j'arpente pourtant plusieurs fois par semaine... ;o)
Bien content de te revoir dans "ton jardin" !

Commentaire de Arclusaz posté le 27-01-2015 à 14:04:43

La route de Grand-Maitre (kikourou), elle était faite pour toi !

bon sinon, il a fallu attendre l'avant dernier paragraphe pour que tu le places, on a eu chaud !

Commentaire de franck de Brignais posté le 27-01-2015 à 16:35:04

Elle est belle cette hivernale de chez vous... bon il manque un peu de bosses, mais les étangs sont superbes ! Tu tiens une patate d'enfer en tous cas, haletant ce sprint de fin !... Garde un peu de jus quand même pour les quelques cailloux du massif de Belledonne ;-) Au plaisir de te recroiser !! (des fois que tu es envie de faire un petit séjour chez maman le 2ème WE de Juillet, y aurait moyen de te monter dans une voiture au départ de Lyon et de te montrer une toute petite partie du joli gâteau de cet été... je dis ça...)

Commentaire de Arclusaz posté le 27-01-2015 à 18:49:50

dis donc, t'es tout maigre sur la dernière photo alors qu'on est est plein hiver et qu'il faut faire du gras.
Donc ce soir avant d'aller te coucher, une tartine de saindoux et pareil au réveil demain matin.

A 10h, un petit "gandot" à base de cochonaille et pareil à 16h.

ça vous fera 50 euros, non remboursés par le sécu, mon diplôme de nutritionniste est en cours de validation...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran