Récit de la course : Le Défi Bédoin Ventoux 2012, par gnoufee

L'auteur : gnoufee

La course : Le Défi Bédoin Ventoux

Date : 29/7/2012

Lieu : Bedoin (Vaucluse)

Affichage : 816 vues

Distance : 21.5km

Objectif : Pas d'objectif

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le ventoux suite...et fin , objectif rempli

Bonjour à tous ,

Eh non , nous ne sommes pas encore le 29 juillet , et il me tarde d'y être . Mon ami Eric , un des meilleurs courreurs de la région a décidé de s'inscrire à cette course pour m'accompagner , c'est très sympathique de sa part , je le verrai sans doute sur la ligne de départ puis à l'arrivée car il court beaucoup plus vite que moi .

 

Ce dimanche , nous avions décidé de reconnaître le parcours , nous devions partir à 9h30 mais c'est avec une heure de retard que nous avons pris le chemin du mont ventoux . La ligne de départ , de notre entaînement , a été fixée au parking de Sainte-Colombe qui se situe à peu prés à 3 kilométres aprés Bedoin.

 

Il fait beau , le paysage est comme toujours magnifique, pour l'instant c'est de la petite grimpette , rien de bien méchant , puis nous tournons au virage de Saint-Estéve . Mince , à ce moment là , je viens de m'apercevoir que j'ai oublié mes gels dans le coffre de la voiture , tant pis , on fera sans . C'est à partir de là que les choses sérieuses commencent , je laisse inexorablement partir mon collégue , je suis à mon rythme .

 

Nous rentrons dans les bois , à l'abri du soleil , les grandes lignes droites succédent aux petits virages , il y a du monde aujourd'hui , voitures , motos , et bien sùr vélos , il m'arrivera d'ailleurs de dépasser des cyclistes au cours de la montée .

 

Les pourcentages s'accentuent , maintenant il s'agit d'endurance , de ténacité et aussi de patience , je ne pense pas aller vite , mais je maintiens mon rythme .

 

Voici le lieu du relais qui n'aura sans doute pas lieu cette année , faute de concurrents , je sors des bois , contrairement aux idées reçues , je suis encore loin du chalet Reynard au moins à deux kilométres. C'est ici l'année derniére où j'ai commencé à avoir des signes de lassitude et où les ennuis ont commencé .

 

J'ai eu la bonne idée d'amener mon camelback , même si c'est un poids supplémentaire , il me rend bien service , je peux de ce fait m'hydrater où et quand je veux .

 

Je vois poindre au loin le restaurant du chalet , je suis complétement à découvert , la température à baissé , aux alentours de quinze degrés , je commence à essuyer des bourrasques de vent , à oui , c'est vrai , Ventoux , cela vient de là .

 

Un petit signe à ma fille et à ma femme , et hop , je passe le virage et c'est parti pour le final .

Une route de bithume , au milieu de cailloux blancs , un paysage à couper le souffle et des bourrasques de vent à n'en plus finir , j'ai même été violemment poussé sur le côté .

 

Lorsque le vent est de face , je m'arqueboute , il faut continuer , non je ne marcherai pas ; lorsque il est de dos alors là c'est le pied , on a l'impression que l'on va s'envoler . La température a encore baissé , j'ai mal aux oreilles et j'ai les mains gelées .

 

Encore un petit effort , derniére grande ligne droite , je m'arrache

, derniére butte , ça y est . Le temps ? Deux heures , pas si mal vu les conditions , Eric est arrivé juste cinq minutes avant moi , il a  marché tout au long du dernier kilométre .

 

De rapides étirements et je m'engouffre dans la voiture . Nous allons piqueniquer en bas du Ventoux , les jambes font un petit peu mal .

Je suis impatient d'arriver au 29 , j'espére que vous serez nombreux à venir y participer ou tout du moins à nous encourager.

 

Ca y est , c'est le jour J , on va enfin savoir .

La reconnaissance  d' il y a quinze jours ,a été très importante car elle m'a permis de mémoriser pas mal d'information sur le parcours , seul bémol depuis j'ai une douleur sur le haut du talon d'achille !

Il fait beau à Bedoin ; par rapport à l'année derniére , je ne suis pas venu seul , Eric , mon ami , le crack de la course à pied , et Jeremy , connaissance d'Eric , qui court en catégorie senior , m'accompagnent .

Arrivé assez tard , je fais un rapide petit échauffement , de toute façon , nul importance de se mettre en température avant , et de brûler ses ressources , la route est longue et les premiers kilométres son t relativement plat .

La sono crache le décompte du départ , 3 , 2 , 1 , feu ; le rythme initial est assez lent , normal pour une course comme celle-ci .

Les premiers kilométres défilent assez rapidement , je suis sur une allure moyenne de 12 kilométres par heure , sans forcer outre mesure , quelques spectateurs massés sur le bord de la route nous encouragent timidement , j'apprend que la premiére concurrente féminine est juste devant moi .

On passe Grande-Colombe , départ de la reconnaissance , d'il y a 15 jours , je pense à juste titre que je serai un peu moins frais que lors de ma derniére ascension , car j'ai déjà 4 kilométres dans les jambes .

J'en profites pour ingurgiter mon premier gel , pas très agréable , mais bon c'est utile , je l'accompagne avec de l'eau issue de mon camelbak , lui aussi est important , il me permet de boire où et quand je le souhaite , et également de m'arroser les jambes pour les rafraîchir.

Puis vient Saint-Estéve , virage sur la gauche , au ravitaillement : un petit verre d'eau sur la tête , et c'est là que commence les difficultés .

Mon objectif est de faire mieux que les 2 heures 34 minutes de l'année précédente , voir de passer sous la barre des 2heures 30 minutes .

La montée est assez sévére ; dans sa premiére moitié , elle se déroule sous les arbres , mon rythme a baissé , c'est normal , je ne m'inquiétes pas .

Au 7iéme kilométre , je dépasse Jeremy , qui était parti plus vite que moi . Puis vient une période oû je ne sais pas pourquoi , mais je me sens étonnement bien , peut-être l'effet du gel , j'en profite pour accélérer l'allure , je remonte quelques concurrents , un spectateur m'annonce 67 , pour l'instant tout  se déroule comme il faut .

Je suis maintenant sur une des portions les plus dures du parcours , les pourcentages s'accentuent , les arbres commencent à se disperser , c'est la portion avant le chalet Reynard , c'est assez long , je ne gagne pas de place , dés que je dépasse un concurrent un autre surgit de l'arriére et me passe à son tour .

C'est sur cette portion , l'année derniére que j ' avais commencer à avoir les idées noires , mais là ,je  m'accroche , aprés un rapide calcul mental , je pense que le chalet est tout prés , j'avale le deuxiéme gel , il me dégoûte un peu , mais tant pis .

Ca y est , je suis au grand virage du chalet , 1 heure 35 minutes , 10 minutes de moins qu'en 2011 !

Surprenant , car je pensai avoir courru moins vite . Je zappe le ravitaillement , j'ai encore du liquide dans ma poche à eau . J'évite de regarder le sommet , car d'ici , on a l'impression qu'en tendant le bras , on pourrai le toucher , mais il se situe tout de même à 5 kilométres !

Je suis complétement à découvert , plus d'arbre , plus de végétation , que des cailloux , l'appelation « le mont chauve » va à ravir au mont Ventoux .

La fatigue commence à se faire sentir , j'ai énormément soif et donc je bois beaucoup . Le parcours c'est une succession de grandes lignes droites montantes , puis un virage à droite et un à gauche et à nouveau une grande ligne droite . Cela commence à devenir un peu lassant , mais je connais le trajet et je m'accroche .

A 2 kilométres du sommet , je me fais dépasser par la deuxiéme féminine , puis arrive le dernier kilométre , j'ai envie d'accélérer un petit peu mais premiére alerte dans le mollet gauche puis deux secondes aprés dans le mollet droit , deux rapides contractions qui s'en vont aussi rapidement qu'elles sont venues .

Je regarde le chrono , même si je marche jusqu'au bout , l'objectif est rempli ! Mais je vous rassure , il n'est pas question de marcher , et je me dis que de toute façon , à partir de ce moment ce n'est que du plus que du plaisir pour moi .

La fin est dure , le pourcentage important , quelques spectateurs m'encouragent , nouvel alerte dans le mollet gauche , j'adopte pour quelques instants la foulée type « canard » , sur les talons .

Cela va mieux je réadopte une foulée plus conventionnelle , ce dernier kilométre est très très long , interminable , voici le dernier virage , Eric qui est arrivé une dizaine de minutes avant moi m'encourage , encore une alerte au mollet droit cette fois ci , je manque de perdre l'quilibre , j'entend souffler derriére moi , je fais la butte de l'arrivée à l'énergie , c'est fini 2 heures 20 minutes 59 secondes , 13 minutes de moins que lors de la précédente édition !

A signaler , que tous les coureurs ont le droit à la poignée de main de l'organisateur Alain Constant intiative très sympathique et presque unique .

Que du bonheur , les larmes coulent sur les joues , objectif atteint ! Aprés avoir repris mon souffle et bu un soda au ravitaillement , je décide de redescendre un peu sur le parcours pour encourager Jérémy , qui arrive en 2 heures 36 minutes . 

Voilà , descente sur Bédoin en voiture , repas copieux et non coûteux (agréable surprise) sur une terrasse ombragée à 2 pas du podium de la course .

Et maintenant repos , au lendemain de la course , je boîte  , mon tendon d'achille me fais mal , j'espére que cela va passer rapidement .

 

 

 

 

9 commentaires

Commentaire de montevideo posté le 17-07-2012 à 08:21:09

Belle sortie et belle course à venir : bon courage pour le 29 et peut être à bientôt à Cadenet ?

Commentaire de jerome30 posté le 17-07-2012 à 12:52:21

j'y serais ....merci pour les précisions méteo ..
belle sortie

Commentaire de DROP posté le 17-07-2012 à 16:59:13

J'y serai aussi. Juste une petit question, est ce qu'il y a besoin d'une gourde ou les ravitos sont suffisants?

Commentaire de gnoufee posté le 17-07-2012 à 20:12:10

A priori , les ravitos sont suffisant , mais , personnellement j'ai plus de facilité à boire avec un camelback , et puis cela permet de s'hydrater quand on veut et de ne pas s'arréter (moins de risque de crampe).
Et attention , l'année derniére , il y avait de l'eau qui était glacée à un ravito , puis du coca chaud à un autre , alors je t'engage à amener de quoi manger et boire , cela t'évitera de mauvaises surprises !

Commentaire de DROP posté le 17-07-2012 à 20:32:30

OK merci

Commentaire de patmar13 posté le 22-07-2012 à 23:27:48

Beau récit Philippe! Le Géant de Provence nécessite effectivement une bonne préparation ce qui n'est pas mon cas....je serai peut être à la foulée des Gardis à Cadenet.
Bonne course dimanche prochain :))
Patrick

Commentaire de CROCS-MAN posté le 30-07-2012 à 14:23:29

Bravo bravo, j'ai préféré la jouer plus simple à Martigues. Merci pour ton récit

Commentaire de KikourOtreize posté le 30-07-2012 à 19:46:14

Bravo Philippe 13mn de moins tu es au top!! bonne récup bon repos et à très vite

A&G

Commentaire de christophe84 posté le 02-08-2012 à 17:45:26

bravo pour ton ascension, 13 min de gagné en 1 an = chapeau
si tu veux lire mon cr voici mon blog
http://passion-running-84.eklablog.com/le-semi-du-mont-ventoux-2012-a47235863
@ + sur une autre course !!! ;-))

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran