Récit de la course : La Route du Louvre - Marathon 2010, par totoro

L'auteur : totoro

La course : La Route du Louvre - Marathon

Date : 16/5/2010

Lieu : Lens (Pas-de-Calais)

Affichage : 1474 vues

Distance : 42.195km

Matos : Mizuno Wave Fortis II

Objectif : Terminer

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un autre sport !

Bon, autant le dire tout de suite : j'ai fini mon premier marathon :-) Là est l'essentiel, le reste, c'est de la littérature ... enfin à vous de me dire ;-)

Prologue :

1 an et 4 mois de course à pied pour arriver à cette date du 16/05/2010 correspondant à la Route du Louvre. En début d'année, j'avais bien organisé les choses avec une prépa semi puis la spécifique marathon. Tout se passe bien, je bats mes records sur 10kms (Foulées San-Priotes) et semi (Saint-Symphorien d'Ozon). C'est en pleine confiance que j'entame ma préparation marathon. Pour renforcer cette confiance, je décide à mi-parcours de m'inscrire à une course de 3 heures : la Course du Chaudron et là c'est le drame ! En ressortant, j'ai le moral au plus bas et me choppe une tendinite au genou droit :-(

Pendant le dernier mois de préparation, j'ai couru au moins 50kms, autant dire rien, le genou ayant décidé après chaque sortie de gonfler. Bref, un mois à tourner en rond, à me dire que je m'embarque dans une galère, j'ai pensé à ne pas participer à ce marathon tant désiré ! Après ma mésaventure du marathon de Lyon 2009 (annulation à la dernière minute), je me dis que je suis maudit ! Mais dédiou, ce marathon a lieu dans ma région : le Nord-Pas-de-Calais, le départ a lieu au stade Bollaert (Vive les Sang & Or !), je vais courir avec deux amis et ma chérie avait prévu de venir m'encourager !

Comment aurais-je pu ne pas me mettre sur la ligne de départ ???

J'essaye de faire une dernière sortie le mercredi précédent la course et décide alors de ne plus rien faire avant dimanche à part croisé les doigts !

La course :

Je me lève à 6h30 pour un départ donné à 10h. Petit déjeuner classique : miel, céréales et jus d'orange. Du classique pour moi et Parcours de la Route du Louvre 2010refuse de faire original comme la dernière fois (Course du Chaudron) ! Mon premier pote me récupère et direction Bollaert ! C'est lui qui m'a donné envie de me mettre à la course à pied !

On se change, le pipi de la peur et on va déposer nos sacs à la consigne pour les récupérer à Lille. Je retrouve mon autre pote : cool, on sera bien trois sur la ligne d'arrivée. On discute tranquillement en remarquant qu'il fait quand même bien chaud ! En mon for intérieur, la pression monte (le cardio aussi !). On voit le meneur d'allure des 4h, on se dit : pourquoi pas ?

Le départ est donné à 10h pile ! On tente de rester groupé mais c'est pas facile, d'autant que dès les premiers hectomètres, en montée comme prévu, je transpire beaucoup trop et j'ai le palpitant beaucoup trop haut. J'essaye donc de diminuer l'allure mais rien n'y fait. Les premiers kilomètres sont dans les corons lensois. Ensuite on passe dans la fosse 19/11 de Loos-en-Gohelle, c'est super sympa ce début dans le milieu minier. Ensuite, c'est la descente, je veux faire baisser le cardio mais lui ne veut pas et je vois déjà le meneur des 4h qui s'éloigne déjà : tant pis mais faut que je me refasse. Mais je ne me refais pas : peut-être la chaleur et sûrement le manque de préparation. Alors je décide de ne plus regarder mon cardio et de me fier à mes sensations et pis c'est tout !

Au dixième kilomètre, dans la ville de Wingles (prononcé ouinegueulse pour les initier !), je vois un journaliste de la chaîne Wéo qui court à mon niveau pour me demander comment se passe la course ! Je lui dit qu'il fait super chaud, bien plus que là d'où je viens (Lyon) et que j'espère bien finir (24ème minute de la vidéo : http://ns60390.ovh.net/REF 180510 V2_w.wmv) ! Concernant mes amis, l'un est parti devant avec le meneur des 4h et l'autre est derrière.

A partir de ce ravitaillement, je décide de courir avec une bouteille car il fait vraiment très chaud et je pense ne pas m'être suffisamment hydraté depuis le début ...

Moi à l'arrivée en sprintantJusqu'au 15ème, le parcours est superbe avec des champs de blé et de colza à droite et à gauche et des terrils en arrière plan :-) et je me sens bien : chaud mais pas fatigué ! et le genou est ok : l'air du nord lui fait du bien apparemment !

Ensuite, on rejoint une première fois les berges de la Deule, c'est sympa et suffisamment large pour la file de coureurs. Pour moi, la course devient un long fleuve tranquille, je passe le semi en 2h01', je suis en mode automatique, toujours content quand les spectateurs crient nos prénoms (inscrits sur le dossard), les animations sont là dans chaque ville : bonne ambiance !

Après le passage dans Don, on revient sur le long de la Deule, je ne m'ennuie pas et j'arrive au 30ème, transpirant mais avec le respiration ok. J'aperçois même le meneur des 4h à moins de 100m. Arrivé dans la ville de Emmerin, il y a un léger faux-plat montant, je sens qu'il me manque un truc, la foulée n'est plus la même. Au 33ème, on tourne à gauche et là, c'est la black-out : je ne comprends pas pourquoi je me sens lester d'un coup de 50 kg supplémentaires ! En l'espace de quelques centaines de mètres, j'ai explosé en plein vol. Il m'était impossible même de juste baisser de rythme : c'est donc ça le mur !

Mon pote avait donc raison : "après le 30ème, ce n'est plus le même sport !" Je prends cette vérité en pleine face. Je décide alors de marcher mais je ne veux pas m'arrêter. Dès que je le sens, je tente de courir mais les crampes arrivent vite ... Aux ravitos, je mange et m'hydrate au maximum mais pas moyen de repartir en courrant : mes cuisses n'en peuvent plus ! Je vais alterner comme je peux jusqu'au 40ème mais ne m'arrête pas car je sais que si je m'arrête, je n'irai pas au bout alors je m'accroche et fais tout à  la tronche. Là, je décide quoi qu'il arrive de terminer en courant (sauf la montée de la passerelle du parc de la citadelle, faut pas déconner non plus !). J'arrive même à piquer un sprint dans les derniers mètres ! J'entends ma chérie et ma maman qui sont venue m'encourager à l'arrivée :-)Une triplette gagnante

Je passe l'arrivée en un peu moins de 4h25, heureux d'avoir fini. Je retrouve mes potes et ma famille, on refait la course !

Conclusion :

Je suis allé au bout pour finir ce marathon, le temps m'importe peu vu ma préparation avortée ! Malgré le fait que je n'ai pas pu marcher dans des escaliers jusqu'au jeudi suivant (je ne savais pas qu'on pouvait avoir aussi mal aux cuisses !), cette course est un grand souvenir et n'a été que du bonheur. Si tout se passe bien, le marathon du beaujolais nouveau devrait être mon objectif de la fin d'année.

Vive la course à pied !

7 commentaires

Commentaire de fanfan59 posté le 26-05-2010 à 15:34:00

Il était pourtant, selon les dires des nordistes, bien déprimant ce marathon avec le passage près des usines, les petits cailloux où l'on se serait cru sur du sable mouvant... D'autant plus mérité que tu l'aies réussi. Félicitations, ton chrono est plus qu'honorable. L'an prochain ce devrait être Lille Lens, si tu as l'occasion, tu y verras beaucoup plus d'ambiance à l'arrivée sur Lens qu'à Lille. Bonne récupération

Commentaire de DROP posté le 26-05-2010 à 17:04:00

Et ben ça c'est fait... Félicitations et à surement très bientot sur une course.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 26-05-2010 à 23:11:00

Bravo, tu y es arrivé !

Le mur du 30 KM, même au 12ème marathon, je me le suis mangé. Ça arrive à tout le monde.
Un conseil, le prochain, cours-le au chrono. de toute façon, tu feras mieux !

Commentaire de fpoyet posté le 27-05-2010 à 22:39:00

J'adore le coup du pipi de la peur, après la chia..e de la course au chaudron... On l'a attendu ce compte rendu, mais il est bon, et surtout, ça fait envie d'en baver pareil... C'est un sport de maso, je vous dis !!!!

Commentaire de tidgi posté le 31-05-2010 à 23:18:00

Bravo à toi !
Le premier d'une longue série ?

A bientôt peut-être du côté de l'Arbresle...

Commentaire de Zorg59 posté le 16-06-2010 à 09:24:00

bienvenue au club des Marathoniens de l'effort.
C'est le courage et la motivation qui nous font aller jusqu'au bout.

Bon run et merci pour ce CR
@+ Franck

Commentaire de franck de Brignais posté le 17-06-2010 à 17:16:00

Bravo ! Ton compte rendu m'a plongé dans mon (moi aussi) premier Marathon au Mont Saint Michel.
Bonheur, Souffrance, même le mur du 30... tout y est !!
Bravo pour le temps, ce chrono sera mon prochain objectif !!
Franck

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran