Récit de la course : Trail des Cerfs - 21 km 2010, par bubulle

L'auteur : bubulle

La course : Trail des Cerfs - 21 km

Date : 16/5/2010

Lieu : La Queue Lez Yvelines (Yvelines)

Affichage : 1309 vues

Distance : 21km

Objectif : Pas d'objectif

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Mon premier trail officiel, ça mérite un petit compte-rendu probablement...qui sera du coup mon premier CR dans Kikouroù.

Jusqu'ici, depuis près de 3 ans que je (re)cours, j'ai fait relativement peu de courses officielles et, surtout, les seules que
j'aie faites ont été sur route (marathons et semi-marathons).

Par contre, je m'entraîne quasi exclusivement en trail, ayant la grande chance d'habiter à Maurepas, donc dans une région où chemins,
champs et bois sont à proximité immédiate (pour les habitués ou habitants du coin, j'habite aux Bruyères, donc le chemin de PR qui va
de Coignières à Pontchartrain via le centre équestre de Maurepas passe juste derrière ma maison).

Là, je cherchais une course en mai, 6 semaines après le MDP (3h49, mon PB pour mon quatrième marathon), pour
refaire une distance de semi-marathon, l'objectif étant progressivement d'augmenter les distances. Je m'entraîne en effet
régulièrement au moins une fois par semaine entre 18 et 25km en plus de sorties sur des distances plus courtes...mais ne
cours presque jamais plus long, ce qui avait quelque peu manqué au MDP.

Bref (hmmmmm....je ne fais jamais bref!), je cherchais un semi...et spécifiquement pas trop loin de chez moi et le 16 mai. Comme il n'y
avait rien dans le coin (en fait, il y avait un 18km à St-Quentin en Yvelines et les 10km du Tour de Houilles), j'ai trouvé les Cerfs. Et je me suis dit: "en voilà une bonne occasion d'enfin essayer un trail". Donc, zou, inscription sur le 20km. J'ai un poil hésité avec les 35, mais je
pensais que je serais quand même juste. Donc, 20....qui s'est finalement révélé être un semi. Autre avantage du 20: ça oblige pas à
se lever trop tôt..:-)

Bon, j'aime bien quand même avoir mon temps, donc après une toute petite route (et pas de stress pour trouver vu que je connais bien le
coin), me voilà sur le coup de 7h45 à La Queue. Juste le temps d'arriver, repérer les lieux....et voir le 35 partir. Je me dis qu'il
y en a certains dans le paquet qui me dépasseront tout à l'heure sur le chemin du retour...

Donc, hop, en tenue. Ah, premier dilemne, la tenue..:-). Déjà, je suis content, j'ai retrouvé juste hier mon cycliste court fétiche, qui a
fait tous les marathons, donc pour le bas, y'a pas photo. Pour le haut: avec ou sans manches? Il fait bien un peu frisquet ce matin mais
je me dis que je déteste vraiment avoir chaud et que bien que j'en voie autour qui sont habillés comme pour l'hiver avec 2 ou 3 couches,
je vais faire comme je le sens: le haut sans manches. Pour le ravito, j'aime bien être assez autonome et j'ai amené la ceinture à gourde
achetée sur le stand de mes symathiques compatriotes (je suis stéphanois d'origine...) de RaidLight au MDP. Un peu risqué car
j'avais perdu la gourde au bout de 5km lors du MDP et je n'ai pu en retrouver une qu'hier...qui n'est pas vraiment faite pour. Je vais
regretter un peu, mais on y reviendra.

Bon, donc, hop, préparation, échauffement sur le stade. Réglage de la montre pour 5:15 au kilo (bon, je sais bien que sur un trail un rythme
régulier est une utopie....mais ça donnera une référence) vu que l'objectif est de 1h45 (ça c'était avant de savoir que les 20k en font
21).

Et zou, au départ. J'ai un peu peur de bousculades car le passage au départ, dans le mini "parc" du stade est un peu olé-olé et je n'ai
aucune idée de la vitesse à laquelle tout le monde va partir. Du coup, je me suis mis plutôt devant.

Bon, ça part vite et pas trop de problèmes de bousculade...juste faire attention aux branches basses. Je vois rapidement que je vais me
situer en milieu de peloton mais aussi que, par rapport à ce que je connais, il n'y aura pas besoin de passer son temps à dépasser du
monde au début: tout le monde sait bien se placer au "bon" endroit, visiblement. Ça court bien (quand on compare aux courses de masse),
donc tout ça s'annonce bien.

Les 3 premiers kilos sont en montée régulière vers le haut de la forêt des Quatre Piliers. J'avais regardé sur la carte, je m'y attendais,
donc je pensais monter sur du 5'30"...et je me retrouve avec 5'08, 5'17 et 5'18. Encore une fois, je me laisse embarquer, ralala! En
plus, au km1, je largue cette satanée gourde, donc ça me contrarie et me perturbe. Merci quand même à la gentille demoiselle qui me l'a
signalé, j'avais failli même pas m'en rendre compte. D'où, mesure d'urgence avec amarrage un peu plus serré, mise de la gourde sur le
devant pour surveiller un peu le comportement...bref, pas l'esprit tranquille. En fait, je ne serai plus ennuyé par la suite, mais les
petites contrariétés peuvent vite polluer la vie, isn't it?

Après la montée aux 4 Piliers, on redescend assez rapidement (si mes souvenirs sont bons). Sur la première descente, je suis un peu surpris
de la façon de certains (beaucoup?) de foncer très rapidement en descente alors que j'ai personnellement tendance à m'en servir pour
récupérer et éviter de me démolir les guibolles avec des foulées de géant...et les chocs associés. En plus, je suis sujet aux entorses de
la cheville, héritage d'années de volley-ball, donc je fais attention. Bref, je me fais passer par des tas de coureurs en descente
et ça continuera un peu tout le long....de même que j'en passerai pas mal dans les montées où j'aime en général garder un rythme soutenu
(pour moi....donc 5'30 à 5'45/km sur les montées faibles jusqu'à 6'/6'30 sur les plus prononcées...rarement plus lentement).

Bon, ça c'est sûrement des références de coureur de macadam plus que de trailer...vos commentaires me le diront..:-)

Bref (je ne fais jamais bref, j'ai déjà dit!), 4'52, puis 4'57 sur les km 4 et 5. Sur le 5, en fait, si je me souviens bien, ça a tendance à
remonter donc je me suis fait clairement embarquer par le rythme général. Je sens bien que je suis dans un groupe de coureurs un peu
plus rapides que moi.

J'essaie bien de repérer un coureur qui me corresponde (ce que je fais souvent...habitude de coureur solitaire qui n'a personne pour courir
avec lui), mais je ne trouve pas vraiment. Peut-être ce gars au bandana, là. Allez, c'est dit, j'essaie de me caler sur le bandana!

Au km 6, il y a une côte assez prononcée dans un chemin au milieu des champs, donc la vitesse redescend un peu, mais 5'24, c'est quand même rapide. J'ai peur d'être trop rapide. Va falloir que je songe à ménager les  jambes surtout que j'ai cru comprendre que plus loin, ce
sont plutôt des motnagnes russes. Donc, km 7 à l'économie en 5'02 et km 8 totalement "en dedans" en 4'54 alors que c'est une longue
descente.

Là, clairement, j'ai l'impression de me faire passer par le peloton tout entier. J'ai notamment pris une "rafale" d'une dizaine de dératés
qui m'ont passé à grande vitesse (de façon tout à fait correcte, rien à dire: le respect entre coureurs est parfait bien que ça soit pas
toujours facile sur des chemins en single track...il est vrai que j'aime bien mettre un point d'honneur perso à signaler clairement mes
intentions, les obstacles rencontrés, le fait que je laisse passer à droite ou à gaucge, etc....j'imagine que "ça se fait"). Donc, je
trouve qu'ils vont trop vite mais c'est leur problème, après tout, pas le mien..:-)

Un petit km 9 sur le plat au fond de la vallée (ça doit être un affluent de la Vesgre si mon orientation ne me trompe pas)...qui ne
doit pas être triste les jours boueux, mais là, c'est ultra-sec partout, donc no problemo. Je veille quand même toujours à rester
autour de 5' au kilo sur le plat. Le ravito devrait arriver bientôt, au fait?

Eh oui, il était un peu après le km 9...mais je l'ai grillé. De toute façon, j'ai mon glou vu que j'ai pas perdu la gourde et j'ai mes
gels. Je ne suis pas trop du genre à machouiller une orange et je suis normalement en autonomie totale. Il y avait eu un petit gel au km5 (usuellement, je m'alimente tous les 5km) et je sais que, maintenant, on va commencer la partie "sérieuse", donc un autre en prévision et on
attaque le 10ème kilo. Ça commence à monter un peu...ce qui se voit sur le temps (5'29) mais c'est surtout le 11ème qui est plus
raide. Première montée avec un peu de marche...pour ma part, j'aurais bien continué en courant, mais, devant, ça s'est mis à marcher et
c'était vraiment risqué de dépasser par les côtés du sentier. Comme je connais mal les usages, je ne sais pas si "ça se fait" de réclamer
gentiment de pouvoir passer. Bon, c'est pas grave...

Sur les km 11 et 12, on enquille donc montées et descentes et j'arrive quand même à limiter la marche au strict nécessaire plus imposé par
l'environnement de coureurs que par un besoin réel de reposer les jambes. Cela dit, c'est vrai que sur mes "tours" habituels, j'enchaîne
beaucoup moins de dénivelée, donc je suis prudent pour la suite. Ça tourne donc en 6'-6'30 sur cette partie.

Le km 13 est, de mémoire, un peu de répit. En tout cas, c'est ce que dit le chrono (5'09...à moins qu'il n'y ait eu plus de descente que de
montée...là je ne sais plus).

On repart sur des montagnes russes au 14 puis, au 15, plutôt du plat en forêt qui a l'air de nous ramener au bercail. Petit espoir de fin
des montées....vite déçu par une vilaine épingle à cheveux à gauche qui nous ramène encore sur une p..... de descente, qui sera évidemment suivie d'une montée. En plus, ça devient sableux par là et même si le chemin est large, il n'y a en fait qu'un endroit où courir et...pas de bol...ça bouchonne un poil devant (en fait, ça monte doucement...au final, ce n'est pas si mal).

Au km 16, ça commence à sentir l'écurie. Je vois bien qu'on amorce le retour vers La Queue, le moral remonte...et la vitesse
aussi. 4'48"...houla, faudrait pas que je m'emballe. J'ai en fait un peu peur qu'il reste une côte avant la fin.

En fait, non, il reste de longues portions de chemin à découvert plutôt barbant et le snetiment de se traîner car je me fais
dépasser. En fait, ce sont les premiers du 35 qui sont revenus sur nous, donc vu qu'ils tournent à du 14km/h en moyenne et moi à 12,
c'est normal...:-).

Du coup, ça m'a un peu pourri mes 17ème et 18ème kilos. Allez, c'est décidé, je m'accroche aux basques de la jolie jeune femme qui vient de me passer et j'essaie de suivre (tant qu'à prendre un lièvre, autant bien le choisir).... Mais, dur dur....elle a un sacré rythme et faut s'employer! Mais, je m'emploie et c'est payant. Le rythme est revenu et on revient même progressivement sur le type au t-shirt jaune qui m'a dépassé au 14 et que je voyais loin, tout loin, devant. Merci, chère inconnue!

Les km 19, 20 et 21, c'est le bonheur. Les jambes tirent un peu, mais je sais que c'est que de la descente, donc on lâche tout en tirant sur
les bras bien fort. Donc, là, je ramasse du monde (une dizaine, facile...même si mon inconnue va encore plus vite devant) et ça
s'enchaîne entre 4'30 et 4'45, plus un petit sprint sur le stade histoire de voir s'il y en a encore sous la semelle.

Tout cela se termine en 1h50'49" (le temps officiel est 1h50'51", on va pas chipoter), 77ème sur 324 et....mon meilleur temps pour un
"semi-marathon" (le GPS dit 21,2km) couru hors macadam. Jusqu'ici, mon record était 1h53'11" sur un tout que j'aime bien vers la Vallon du
Pommeret entre Coignières, Le Mesnil Saint-Denis, Lévis St-Nom et St-Rémy l'Honoré....sur un parcours *bien* moins accidenté.

Je suis donc plus que content et je remercie mentalement Marie-Christine (mon "inconnue" que j'ai identifiée grâce au classement et aux photographies publiées sur www.maphotographie.com). La qualité de la foulée sur http://www.maphotographie.com/photo-evenementielle/picture.php?/71838/search/24915 explique pourquoi elle faisait un excellent lièvre, non?
(les mauvaises langues diront qu'il n'y a pas que la qualité de la foulée mais je ne suis pas comme cela, moi, voyons).

Après la course, ambiance très sympa autour de la piste. J'ai été un peu déçu que personne ne remarque vraiment l'arrivée du premier du
50km. Un peu le défaut d'avoir les trois courses arrivant ensemble et des dossards pas vraiment différents (à part la série de numéros, mais
je ne l'ai découvert qu'après). J'aurais quand même aimé pouvoir applaudir comme il le mérite quelqu'un qui est capable de faire 50
bornes de trail en à peine plus de temps qu'il me faut pour faire un marathon presque tout plat sur du dur.

La seule personne dont j'ai en fait remarqué l'arrivée a été Caroline et cela juste parce que l'assistance Kikoureuse présente a fait tout
un foin à côté de moi en la voyant se pointer. Et c'est très bien puisque, comme je l'ai dit par ailleurs, c'est comme ça que j'ai
appris l'existence de Kikouroù. Bon, la prochaine fois, je sais que je ne serai probablement pas tout seul dans mon petit coin, en bon
coureur solitaire loin de son foyer (ma chère moitié n'est pas coureuse du tout...si je puis me permettre de m'exprimer ainsi...et
n'est pas hyper fana des levers à 7h du matin). Je suis aussi amateur de bières...à noter!

En tout cas, j'espère que vous aurez apprécié ce petit compte-rendu très bref (ahem). Vous pardonnerez bien sûr les naïvetés qui le parsèment ainsi que mes références de coureur de macadam qui regarde trop son chrono...:-)... En tout état de cause, j'ai vraiment beaucoup aimé ce trail, son ambiance conviviale, mais l'organisation sans faille et il est probable que je reviendrai l'an prochain (sur 35, y'a des chances).

À la prochaine (je songe à La Trace du Loup, fin juin)....


9 commentaires

Commentaire de Le Bagnard posté le 17-05-2010 à 20:33:00

Bravo BUBULLE pour un premier CR d'une longue serie !!!! et au plaisir d'un chemin ou d'une LEFFE ;-))

Commentaire de XBo posté le 17-05-2010 à 22:00:00

Tu es le bienvenu chez les Kikous, ton récit est un plaisir à lire (j'aime bien les détails), bravo pour ton "record" sur semi non conventionnel.

Et puis tu vas voir, il y a pire que les levés à 7h, il y a les levés à 5h, voire les nuits entières à courir avec les copains.

A+ sur les chemins

Commentaire de Land Kikour posté le 17-05-2010 à 22:19:00

Merci pour ce 1er cr précis et bienvenu chez les Kikous,
On aura sans doute l'occassion de se croiser sur un sentier...
Bonne récup.

Commentaire de caro.s91 posté le 17-05-2010 à 22:36:00

Bienvenue dans le monde kikouresque :-) Merci de nous rejoindre et d'écrire tout de suite un CR , c'est sympa! Avec les Kikous tu seras très rarement seul en course et les encouragements ne manqueront pas (cf. mon arrivée peu discrète hier;-) )
Il n'y a pas de mal à faire de la route! Bien que je préfère très nettement les trails et courses nature, je continue à courir quelques 10km et semis "route" pour conserver une référence horaire.
La différence entre la route et le trail se situe au niveau de la gestion de l'effort, et puis aussi de la durée, et aussi du matériel, et surtout de la convivialité.
En plus des trails, il y a aussi les Off qui permettent de se retrouver pour une sortie conviviale qui se finit souvent avec un after et quelques petites bières et gâteaux :-)
Pour que la course soit réellement un plaisir...

Caro

Commentaire de bubulle posté le 17-05-2010 à 22:36:00

XBo: ah, ça, pour les nuits toutes entières "à courir avec les copains", c'est dans mes plans à long terme. Comme je suis stéphanois d'origine, facile de deviner quelle est la course que je rêve de terminer... :-)

Commentaire de patfinisher posté le 18-05-2010 à 00:32:00

A très bientôt sur chemin, boue, montée, descente, au plaisir de te recroiser
bonne récup !
PAt

Commentaire de a_nne posté le 18-05-2010 à 08:33:00

Bravo pour ta course, et bienvenu dans le monde des kikous, que j'ai découvert également récemment.
Au plaisir de se croiser sur une prochaine course !

Commentaire de sputnik posté le 18-05-2010 à 15:12:00

Impressionant de précision. je ne saurais pas dire ce qu'il s'est passé entre le 3ème et le 32ème kilomètre. Merci pour le CR.

Commentaire de Astro(phytum) posté le 18-05-2010 à 23:06:00

Bienvenue bubulle ,tu verra les afters sont sympas ;-))

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran