Maladies du cœur et course à pied

Discussions sur des sujets "sérieux" en rapport avec la course à pied.
Entrainement, physiologie, nutrition, blessures, gestion de course, ...

Messagepar NRT421 » sa fiche K
» 11 Sep 2021, 11:29

bubulle a écrit:Hello à tous,

Quelques nouvelles, déjà presque 2 semaines après....
[...]


#MonPacemakeretmoi Bubulle-style. T'arrives à rendre ton adaptation en cadre citadin quasi aussi intéressant et palpitant qu'un récit de course.

Continue à nous régaler STP.

Messagepar Arclusaz » sa fiche K
» 12 Sep 2021, 18:09

NRT421 a écrit:
bubulle a écrit:Hello à tous,

Quelques nouvelles, déjà presque 2 semaines après....
[...]


#MonPacemakeretmoi Bubulle-style. T'arrives à rendre ton adaptation en cadre citadin quasi aussi intéressant et palpitant qu'un récit de course.

Continue à nous régaler STP.


ça manque juste un peu de bouche d’égout et de description millimétrique de RB.
Fait quand même un peu gaffe, écoute un peu plus ta généraliste : certes il est possible qu'elle exagère un peu mais ne prends pas de risques.

Messagepar CAPCAP » sa fiche K
» 12 Sep 2021, 22:06

C'est quoi RB ? RueBalise ? :roll:
En tant que cardiopathe compatissant, je dirais plutôt "Ne prends pas TROP de risque" :mrgreen:

Messagepar Arclusaz » sa fiche K
» 12 Sep 2021, 22:50

CAPCAP a écrit:C'est quoi RB ? RueBalise ? :roll:
En tant que cardiopathe compatissant, je dirais plutôt "Ne prends pas TROP de risque" :mrgreen:


RB = Roadbook. Désolé d'avoir jargonné, c'est pourtant quelque chose contre lequel je lutte.

sinon oui, pas trop de risques tu as raison car vivre est un risque.

Messagepar jpoggio » sa fiche K
» 13 Sep 2021, 10:44

C'est un peu le piège de toutes les cardiopathies et de leur suivi :
"Ne vous inquiétez pas, après vous pourrez reprendre vos activités comme avant..."
Six mois plus tard :
"Ah, non, pas question que je vous fasse un certificat médical de non contre-indication à la pratique en compétition..."
"Mais je croyais que je pourrais reprendre mes activités comme avant..."
Ca me rappelle les bobards qu'on raconte aux gamins pour avoir la paix ("Prendre un chien ? Plus tard, d'accord ?")

J'aurais préféré que mon cardiologue me dise tout de suite "coco, 40% de ton VG est ischémique, on commence par s'occuper de ta survie et on verra après ce qu'il reste, OK ?". C'eût été plus efficace, parce que le retour de bâton des espoirs déçus est d'une violence psychologique inouïe.

Messagepar CAPCAP » sa fiche K
» 15 Sep 2021, 20:44

jpoggio a écrit:... J'aurais préféré que mon cardiologue me dise tout de suite "coco, 40% de ton VG est ischémique, on commence par s'occuper de ta survie et on verra après ce qu'il reste, OK ?". C'eût été plus efficace, parce que le retour de bâton des espoirs déçus est d'une violence psychologique inouïe.

Hum, oui, on pourrait parfois préférer d'autres façons de communiquer. :?
Comment as-tu traversé cette intervention?
Le mien m'a prévenu il y a plus de 10 ans que je devrai être opéré, vu l'état de ma valve. En juin dernier, il disait "on a gagné 10 ans". C'est vrai qu'avec une intervention sur une valve, celle-ci n'est pas aussi durable qu'une saine (surtout avec une valve mécanique) donc gagner 10 ans, c'est bien. D'autant qu'il ne m'a jamais promis un état de forme parfait après (mais lui n'est pas chirurgien)
Chaque médecin est un humain avec ses qualités et ses failles, en communication ou en psychologie (comme celui qui a annoncé son cancer à mon père...)

Si la cardioplastie est reportée, une bête fissure du ménisque a été l'occasion d'une baisse de 20% de ma VMA, jamais récupérée, comme si j'étais passé de 45 à 75 ans en 5 ans. Alors j'imagine ce qu'une opération cardiaque peut faire!

Messagepar Mathias » sa fiche K
» 22 Sep 2021, 16:17

Salut,

Un papier tout frais, que je n'ai pas encore lu en entier mais qui me semble tout à fait intéressant :

Key Points
Physical activity is preventative against all-cause mortality, but there is growing evidence that ultra-endurance running (UER) may have pathological implications for multiple body systems.
In susceptible individuals, the most noteworthy maladaptations occur in the cardiovascular system (particularly right ventricular dysfunction), and the renal and musculoskeletal systems.

Abstract
It is well established that physical activity reduces all-cause mortality and can prolong life. Ultra-endurance running (UER) is an extreme sport that is becoming increasingly popular, and comprises running races above marathon distance, exceeding 6 h, and/or running fixed distances on multiple days. Serious acute adverse events are rare, but there is mounting evidence that UER may lead to long-term health problems. The purpose of this review is to present the current state of knowledge regarding the potential long-term health problems derived from UER, specifically potential maladaptation in key organ systems, including cardiovascular, respiratory, musculoskeletal, renal, immunological, gastrointestinal, neurological, and integumentary systems. Special consideration is given to youth, masters, and female athletes, all of whom may be more susceptible to certain long-term health issues. We present directions for future research into the pathophysiological mechanisms that underpin athlete susceptibility to long-term issues. Although all body systems can be affected by UER, one of the clearest effects of endurance exercise is on the cardiovascular system, including right ventricular dysfunction and potential increased risk of arrhythmias and hypertension. There is also evidence that rare cases of acute renal injury in UER could lead to progressive renal scarring and chronic kidney disease. There are limited data specific to female athletes, who may be at greater risk of certain UER-related health issues due to interactions between energy availability and sex-hormone concentrations. Indeed, failure to consider sex differences in the design of female-specific UER training programs may have a negative impact on athlete longevity. It is hoped that this review will inform risk stratification and stimulate further research about UER and the implications for long-term health.

Le papier complet.

Messagepar cloclo » sa fiche K
» 22 Sep 2021, 16:28

Mathias a écrit:Le papier complet.

En fait, on ne sait encore trop rien sur les effets néfaste de l'ultra sur la santé, des études complémentaires sont nécessaires.
Des volontaires? JucB, van, jano, L'écureuil, Antoine974, Cheville de miel, Chirov , .... :wink:

Conclusions
UER is growing in popularity, particularly for youth, masters, and female athletes. There are many health benefits of participation, and UER rarely evokes serious adverse events. However, there is a growing body of evidence suggesting that UER may have implications for long-term health, particularly affecting the cardiovascular, respiratory, and musculoskeletal systems. Whether this applies only to susceptible individuals, and whether this results from high training volumes or rather the periodic stress of racing, requires further study. Future studies are needed to help better elucidate disease prevalence and pathophysiology in UER athletes.

Messagepar NRT421 » sa fiche K
» 22 Sep 2021, 16:44

cloclo a écrit:
Mathias a écrit:Le papier complet.

En fait, on ne sait encore trop rien sur les effets néfaste de l'ultra sur la santé, des études complémentaires sont nécessaires.
Des volontaires? JucB, van, jano, L'écureuil, Antoine974, Cheville de miel, Chirov , .... :wink:

Conclusions
UER is growing in popularity, particularly for youth, masters, and female athletes. There are many health benefits of participation, and UER rarely evokes serious adverse events. However, there is a growing body of evidence suggesting that UER may have implications for long-term health, particularly affecting the cardiovascular, respiratory, and musculoskeletal systems. Whether this applies only to susceptible individuals, and whether this results from high training volumes or rather the periodic stress of racing, requires further study. Future studies are needed to help better elucidate disease prevalence and pathophysiology in UER athletes.

En tout cas la thèse du MoB semble confortée : on fait un sport de c**s et en plus ça ne s'arrange pas pendant les courses elles-mêmes : on pourrait perdre jusqu'à 6% de volume cérébral :shock: !

Précédent Retour vers [CàP] Course à pied, trail, marathon, route

Accueil - Haut de page - Version grand écran