Récit de la course : Marathon de Reims 2008, par Eric M

L'auteur : Eric M

La course : Marathon de Reims

Date : 19/10/2008

Lieu : Reims (Marne)

Affichage : 1117 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Battre un record

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mon Marathon de Reims 2008

Bilan très positif pour mon  5ème Marathon.

Une fois n’est pas coutume : pour cette fois je jouais à domicile. Je trouve que cela apporte beaucoup d’avantages que se soit en termes d’organisation ou d’appréhension de la course.

Rappel de mes objectifs :

1)    Battre mon record perso de 3h13’11 effectué à Paris de cette année

2)   Descendre sous les 3h10

La Météo était avec nous ce dimanche : beau temps et quasi pas de vent.

Ma stratégie de course :Partir avec les ballons 3h15 jusqu’au 5è km et me caller à FC Marathon le plus loin possible soit le 30è km. Après on le sait tous ; c’est plutôt l’inconnu. 

Je me positionne donc juste devant les ballons jaunes qui, pour cette année encore sont représentés par des femmes. C’est donc Laurence Klein qui sert de meneuse d’allure pour cette couleur.

Pan !Eh voilà c’est parti !

Bien sur, tout va bien sur un départ en faux plat descendant. Je reste donc juste devant cette horde de coureurs motivés et déterminés à suivre coute que coute Laurence Klein.

Très régulière dès le départ, elle nous fait franchir le 1er km en 3’37, donc pile poil à la bonne allure. J’en profite pour jeter un œil sur le cardio que j’avais un peu oublié et je suis assez surpris de constater que ma moyenne de ce km est de 150… Pour infos ma FC Marathon se situe à 168.  Je me dis que le moteur tourne bien et que je ne vais pas rester avec tout ce groupe aussi longtemps que prévu.

Je me calle donc à une vitesse de 4’30 au kilo et intègre un groupe qui se forme vers le 2è km qui est justement à cette allure. Je suis bien et je reste abrité du faible vent de face avec, au niveau FC, des moyennes se situant entre 163 et 165.

Je reconnais Zeb avec son maillot rouge de Trail Aventure. On discute un peu. Je le trouve super bien. Je lui teindrai compagnie jusque 8è env. car il décide de suivre un petit groupe qui accélère le rythme. Perso je jour la sagesse et reste, un peu esseulé déjà, en compagnie d’autres sportifs par groupe de 2 ou 3. A ce niveau de la course nous rentrons dans la ZI avec un vent favorable.

Au 9ème km j’arrive à ma FC « de croisière » soit 168. Que je garderai jusqu’au 22ème. Je franchi le semi en 1h34’25 soit une moyenne de 4’28 par km. Je suis donc très régulier et un peu en avance sur mon ordre de marche de 4’30 au km pour être sous les 3h10.

A la fin du  23è je constate une petite dérive de la FC. Oh pas énorme… Juste 2 à 3 pulses supérieures à mon ordre de marche. Je ferai donc 5 km avec cette moyenne de 170/171 bpm mais sans être inquiet pour autant et en réduisant un peu mon allure. Je serai à 2h01h42 au 27è soit 4’30 de moyenne.

C’est dans le 28è km que je fais une pose afin de soulager ma vessie. Ahhhh oui je sais. C’est 25 sec de perdu… pourtant toutes les précautions ont été prise avant le départ.

 D’ailleurs je repars un peu vite sans m’en rendre compte. Et le cardio me le fait savoir. Certes la dérive s’installe mais je suis un peu en décalage de 3 km  au niveau de cette augmentation de FC. Je suis à 174 bmp. Je vais réussir à la stabiliser sur 4 km puis soit jusqu’au 31ème sans baisser au niveau de l’allure.

Pour avoir reconnu le terrain, je sais que du 32 au 38ème km, le parcours se durcit. Avec des faux plats montants et de petites cotes assez casse pattes.  D’ailleurs je vais me retrouver à 180 de FC moyenne en 3 km…

Je recroise Zeb au niveau du 33ème, lui donne quelques mots d’encouragement, mais il n’arrive pas ou ne préfère pas me suivre.

Je suis au 35ème, une FC moyenne de 180 et une allure moyenne sur les 3 derniers km de 4’34. Cette fois voilà… je suis dans le dur dirons nous. La lucidité faiblit et je consacre toute ma concentration sur la gestion de mon effort. Le point fort c’est que je suis bien moralement car je double pas mal de concurrent qui pour certains souffre vraiment ou marche même.

7,2 km à faire… Bagatelle … Mais ce sont les derniers d’un Marathon et pas les plus faciles. J’ai tout mis de mon coté pour que les choses se passent bien. Alimentation, hydratation et gestion de la course au plus prudent. A un moment je pense au fameux mur mais très celui-ci est oublier car un ami, qui est aussi mon entraineur, vient me chercher.

Nous sommes entre le 36 et 37ème dans la rue Ruinart de Brimont. On se regarde furtivement sans aucuns mots… Il devine ma douleur dans cette cote et se met à coté de moi pour jauger l’allure.

Ce n’est qu’en haut que nous échangeons, du moins que je lui donne des infos sur mon état de fraicheur. Si on peut encore parler ainsi. Les jambes sont dures et les yeux se crispent avec l’effort.

Mes émotions reprises après cette côte, qui me laisse craindre le pire pour les 2 du dernier km de l’arrivée, je me calle dans son sillage et c’est à 4’26 au kilo que nous descendons les 2 km qui nous mènent juste avant le pont de Venise (39è).

Oh qu’il m’a fait mal ce pont de Venise… je lui concède 15 sec… soit 4’40 pour le boucler…

Je ferai le 41ème dans la douleur en 4’32 avec un autre ami, qui devait faire ce Marathon mais qui a du se retrancher sur le Semi faute de soucis de santé. Je suis donc escorté mais je n’en mène pas lourd… J’intériorise mon effort et ne reconnais qu’à peine d’autres amis venus encourager l’arrivée des Marathoniens.

Je franchis ce 41ème et voit cette maudite montée des Essilards.  350m env. qui vous assomme dans un dernier km d’un Marathon. Je retrouve ma femme qui à fait le semi, elle me tend une bouteille d’eau que je me vide sur la tête. Elle sait que la chaleur n’est pas mon allié et à pensé que cela me ferai du bien ; elle a eu raison… Puis je la perds car mon allure est encore assez bonne et elle ne tente pas de me suivre. Pourtant pas moyen de la maintenir mais je ne le cherche pas vraiment et préfère garder un peu de jus pour les derniers 500m. Je suis à 5’ au kilo en haut de la côte, la FC à 182 et ne peux pas aller plus vite.

Allez ! Allez Eric… Mes 2 « lièvres » me poussent et cela fonctionne. Nous sommes à 4’11 sur la dernière portion de plat. Puis arrive le dernier virage à gauche et boum… encore une montée… Là je suis seul, mes amis se sont écarté en bas de la cote.  Je donne tout ce que j’ai au fond de moi, voilà c’est fais virage à droite et me voici sur le tapis vert de l’arrivée… je ne peu plus accélérer donc je reste au même rythme pour finir cette grande aventure en 3h11h00 au temps réel.

Je mettrai quelques minutes à reprendre mes esprits assis sur le plot des grillages de sécurité. Puis j’entends mon prénom ; ce sont d’autres amis qui m’appel pour de féliciter.

Là toutes les douleurs du monde s’effacent et laisse place à la joie d’avoir fait de Marathon.

2’13 de moins qu’à Paris. Je suis content. Certes je ne suis pas sous les 3h10 mais cela sera pour la prochaine fois.

Voilà pour ce CR vu de l’intérieur dirons nous.Maintenant je vais m’atteler à bien récupérer.

A une prochaine fois.

photo : En haut de la côtes des Essillards et à l'arrivée

 

 

Votre nomEric MOREAU
 Votre courseMarathon
 Votre catégorieVH1
 Votre place au général135 ème
 Votre place dans votre cat.45 ème
 Vos temps 
 Temps officiel 03:11:10
 Temps intermédiaires  
 Passage au 10 km00:44:43
 Passage au 21 km01:34:27
 Passage au 30 km 02:15:22
 Passage au 37 km02:47:31
 Temps couru 03:11:00

 

 

8 commentaires

Commentaire de calimero posté le 20-10-2008 à 22:29:00

Super Marathon bien géré malgré tout!

Les 3h10? sans problème pour la prochaine, tu les a dans les jambes!!

Commentaire de CROCS-MAN posté le 20-10-2008 à 22:45:00

Wahou, ça laisse rêveur de courir un marathon sur les bases de mon meilleur semi. Bravo et merci pour ton CR.

Commentaire de gino51 posté le 21-10-2008 à 00:00:00

bravo eric tres belle course a bientot dans les pelotons de la region.

Commentaire de Zeb posté le 21-10-2008 à 08:09:00

Salut Eric,
Ravi d'avoir échangé un peu avec toi. Ha, quel âne je suis de m'être emballé au 8éme!!!Résultat, au 33éme, impossible de te suivre...
Bravo pour ta perf, et à bientôt sur la route ou sur les chemins.

Commentaire de frankek posté le 21-10-2008 à 12:14:00

marathon bien négoçier !! bravo ! récupère bien

Commentaire de romano76 posté le 21-10-2008 à 23:50:00

beau marathon, plus dur que Paris ? à l'an prochain pour celui de Reims, bonne continuation.

Commentaire de hellaumax posté le 22-10-2008 à 16:55:00

Félicitations! Très belle course, bien gérée. je suis admiratif

Commentaire de Eric M posté le 22-10-2008 à 20:51:00

Merci à tous pour vos commantaires.

Je vous souhaite à tous de vivre une expérience similaire.

Bonnes courses à vous
Eric

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran