Récit de la course : Trail des Marcassins - 34 km 2016, par bubulle

L'auteur : bubulle

La course : Trail des Marcassins - 34 km

Date : 28/2/2016

Lieu : St Brice Sous Forêt (Val-d'Oise)

Affichage : 916 vues

Distance : 34km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Des marcassins en gelée...

(le titre de ce récit est (c)catcityrunner )

Drôle d'idée d'aller faire un trail de 34 km une semaine avant un autre de 72 (le Vulcain, dimanche prochain), qui est officiellement comme qui dirait un « objectif », même si au bout d'un moment je ne sais plus trop ce que sont mes objectifs et ce que sont des courses « juste comme ça ».

Bref, celle-là, c'est une course « juste comme ça ». Une course en mode « de toute façon, je vais pas résister à faire une sortie longue, donc autant la faire en bonne compagnie ».

Bon, y'a juste un petit défaut, c'est que ces Marcassins sont dans le Grand Nord, le Forodwaith au delà de l'Ered Mithrin, les contrées sauvages où survit encore l'Esprit des Elfes....bref, le Val d'Oise.

Jamais fait une course dans le Val d'Oise, moi. C'est loin. Au delà de riantes localités comme Saint-Denis, Pierrefite, Sarcelles, se situe St-Brice sous Forêt. St-Brice.....son centre commercial Carrouf au parking balayé par un vent du Ch'Nord qui nous fait une température ressentie de -1000°C. St-Brice, dans l'alignement tout pile des pistes d'aterrissage de Roissy. Trop glamour, St-Brice.

Heureusement, ils ont dit "sous Forêt". Donc y'a une forêt. Et dans une forêt, on peut faire un trail. C'est l'extrémité Est de la Forêt de Montmorency, en fait, dans le secteur du Fort de Domont, pour vous situer (parce qu'évidemment, tout le monde sait où est le fort de Domont, non ?).

Pas immense, la forêt. Donc, pour tracer un 34km là-dedans, déjà faut faire deux boucles. Et faut aussi faire des tas de spaghettis. Au final, un parcours bien tortueux, j'espère que c'est bien balisé. Par contre, j'aime bien les parcours à 2 boucles car en général, à la deuxième, j'ai repéré les lieux et je peux mentalement dérouler le parcours pour savoir comment gérer l'effort.

Cela dit, d'effort, il n'est officiellement pas question. On n'est pas là pour se griller. J'ai une mega-forme, la semaine précédente l'a prouvé, donc il ne s'agit pas de tout gâcher en faisant le con avec les bébés des sangliers.

DavidSMFC m'a proposé de faire la course ensemble : bonne idée, ça fait un objectif. Nous nous sommes déjà croisés avec David, il court bien (il avait fait un excellent trail des Fauvettes) et je sens que, sans forcer (il est en reprise) nous allons pouvoir faire une jolie course. En plus, il part en étant certain de terminer sur le podium vu qu'ils sont deux Espoirs inscrits sur la course (eh oui, David est Espoir, ce qui incidemment signifie qu'il est plus jeune que ma plus jeune fille, ça nous rajeunit pas, ça, Madame).

Bref....j'avais dit que je faisais un CR court, et me voilà à la 50ème ligne sans que la course ait commencé. C'est malin.

Allez hop, speedons, alors. Parking Carrouf. Ça pèle sa mère dans ce pays. J'attends le départ dans la voiture....comme tout le monde. Assez surréaliste ce parking de centre commercial, un dimanche à 8h du matin, avec des dizaines de trailers calfeutrés dans leurs bagnoles....presqu'aussi surréaliste que la remise de dossards dans le parking souterrain du Toys 'R Us.

Nous nous retrouvons avec David au départ et....nous plaçons dans le dernier tiers du peloton, comme prévu. Pan, c'est parti, presque sans prévenir, je ne crois même pas avoir entendu de briefing... Bon, c'est quand même un gros travail mental de ne pas slalomer car l'allure générale est tranquille.

Tout le début de course est assez roulant. La première côte est très progressive, je me force un peu à marcher au milieu histoire de vérifier que, oui, je marche à la vitesse de ceux qui trottinent autour. Bon, ça va.

Le peloton s'étire doucettement et un premier single boueux au bout de 3 kilomètres me permet de jouer à « comment gagner des places sans se fatiguer en tirant tout droit dans les flaques de boue ». Ça marche bien et en plus David a l'air d'aimer ça, aussi.

Au bout de 5-6 kilomètres, des descentes un peu plus sérieuses apparaissent et, alors que nous faisions plus ou moins le yoyo avec les autres coureurs, nous commençons à dépasser (bahoui, j'ai progressé en descente, hein). Il arrive que nous nous faisions repasser dans les montées pas très raides où je m'oblige un peu à marcher pour ne pas tirer sur la corde, mais au fil des kilomètres cela devient rare.

Arrivés près du Fort de Domont, le parcours devient plus ludique. Le traceur exploite le moindre single, c'est sympa. Parfois même, il exploite des singles qui existent à peine et slaloment entre les arbres. Le tout avec un balisage parfait : dès que le parcours se complique, il y a des flèches jaunes partout. Les premiers ont du apprécier.

A un carrefour, nous voyons d'ailleurs passer la tête de course à côté de nous, tellement le parcours reboucle sur lui-même. Nous passerons....15 minutes plus tard (c'est au bout de 9 kilomètres, faites le calcul...9 kilomètres en 52 minutes, alors que les premiers en ont mis 37).

Les côtes ne sont jamais très rudes, c'est peut-être une des seules faiblesses de ce parcours. Par contre, il est tout en relance et c'est un bon travail de cardio, au final.

David suit bien. Je m'échine à ne pas avoir envie d'aller chercher le moindre trailer dont j'aperçois le dos. Tout va bien. Nous nous demandons si nous allons voir passer la tête de course du 17km qui partait sur le même parcours 30 minutes après nous. Au final, le premier nous passera vers le km 13.

« Tiens, salut Bubulle » : ça c'est Mat95 qui nous dépasse, vers le km 14,5. Il est alors troisième à une bonne distance des deux premiers...et pourtant, il va finir deuxième. C'est que sur leurs terres, on ne rigole pas avec les Elfes...:-)

Nous les comptons, les gars du 17, ça nous occupe. Le compte s'arrêtera à 10, avant de bifurquer sur la deuxième boucle. Première boucle (16,5km si je ne compte pas le premier kilomètre depuis le départ) terminée en 1h36, c'est bien.

Sur le début de la deuxième, le terrain roulant nous voit à nouveau faire le yoyo avec quelques coureurs : il n'y a pas de problèmes, j'assure bien mieux quand c'est accidenté (j'ai déjà mis quelques mines bien carabinées dans les côtes de la première boucle). Nous zappons le mini-ravito organisé au km 19 (avec seulement de l'eau : je suis parti avec juste 1 litre et je sais que ça va me suffire, chameau que je suis....par contre, je me suis bien alimenté pour une fois).

Je prends mes précautions et je fais attention de repasser le coureur qui nous a dépassés sur le roulant, avant le single boueux. J'aime pas suivre sur ce genre de terrain. Il est devenu très rigolo, d'ailleurs, ce single, après le passage de 400 ou 500 coureurs...:-)

Quelque part dans tout cela....je perds David. Je n'ai pas vu qu'il s'arrêtait pour un lacet défait et pendant 3 ou 4km je vais passer mon temps a accélérer en pensant qu'il me suit....et le pauvre va voir irrémédiablement s'éloigner la casquette rose qu'il s'échine à suivre. Oups.

De retour sur la partie ludique, en plus, je suis agacé par un coureur qui me redépasse à chaque plat ou faux-plat alors que je lui colle 20 mètres à chaque descente. Du coup, plus on avance, plus j'accélère pour m'en débarasser (quels vindicatifs, ces vieux). Idem pour une espèce de V2 (il a les cheveux gris, c'est sûrement un V2) qui me redépasse dans un long faux plat montant. Heureusement qu'il y a une côte (une vraie, pas une côte de Gondorien) juste après. Bim.

Ce sera le dernier à dépasser, nomé.

Tout le reste sera une loooongue partie de pacman géant. J'aurais du compter, tiens. Vers l'ancienne batterie, je passe successivement trois féminines. En fait, je viens de dépasser le podium féminin, je le saurai plus tard.

Il reste ensuite à dérouler en longue accélération sur la dernière descente, puis la route forestière très plate et assez longue qui suit. Un dernier coureur est mon objectif, mais il avance bien, aussi, le bougre, et je finirai par échouer 5 mètres derrière lui.

Au final (parce que là, hop, c'est fini, tiens), je termine en 3h25 à une honnête 53ème place (l'an dernier, tellement c'était boueux, avec 3h25, on finissait 20ème).  La deuxième boucle aura été déroulée en 1h40. Amusant, quand même, a posteriori, de constater que j'ai été plus lent sur la deuxième que sur la première....alors que l'impression était toute autre. Il est vrai que, sur la deuxième boucle, il y avait beaucoup plus de côtes prises à la marche.

David terminera une quinzaine de minutes plus tard « avec des jambes lourdes », mais pour quelqu'un qui était quasiment sans entraînement de course à pied, c'est un beau résultat...et une coupe de plus puisqu'il finit deuxième...et dernier...espoir..:-)

J'ai bien aimé ce trail des Marcassins, au final. Le concept en deux boucles est finalement plutôt bien. Le terrain est souvent bien ludique même s'il manque un peu de côtes un peu raides. Paradoxalement, d'ailleurs, les descentes m'ont semblé plus pentues : si ça se trouve, le parcours gagnerait à être fait dans l'autre sens ? L'organisation est bien au point, sans chichis...que demander de plus ? Cela donne envie de mieux découvrir cette forêt de Montmorency : dommage qu'elle soit si loin de notre cher Mordor.

7 commentaires

Commentaire de DavidSMFC posté le 28-02-2016 à 18:44:28

Récit très réaliste, bien sympa à lire à chaud après cette course agréable ! Eh oui, j'ai lâché alors que je suivais sans problème en première boucle et malgré le fossé que tu m'as mis, ta deuxième boucle a été un poil moins rapide.. Mais clairement, mon allure a chuté par la suite, les pieds rasant le sol (oops, je m'en vais ajouter à mon récit ce moment où j'ai buté deux fois de suite sur des racines...) !

Merci beaucoup pour ces 20 kilomètres passés ensemble, cela m'a permis de bien gérer ma course de reprise. Bon courage pour le Vulcain et j'en attends avec impatience le récit !! :-)

Commentaire de Arcelle posté le 28-02-2016 à 19:10:43

Tiens, un récit de bubulle presque court, mais ça suffit bien ! (toujours pas lu le raid 28)
A samedi

Commentaire de Arclusaz posté le 29-02-2016 à 22:40:06

Presque Arcelle presque, tu as raison !
en plus, c'est n'importe quoi, il nous vend un parcours de 34 km en 2 boucles de 16,5 km. il sait plus compter et il veut courir avec des espoirs.....

Commentaire de Bert' posté le 29-02-2016 à 22:56:12

1er marcassins, 1ère féminine, 1er espoir, 1er récit "court"...
Chapeau

Commentaire de catcityrunner posté le 01-03-2016 à 19:43:22

récit court et bien enlevé. Finalement tout est dit !
Bon un jour je ferai un récit

Commentaire de Benman posté le 04-03-2016 à 10:17:34

Bravo pour ce récit concis pas con, si ce n'est qu'on s'y réconcilie avec les circonstances qui font qu'on signe pour y consigner ses conclusions (je suis à fond là... un vrai conciliabubulle).
Bref, tu t'es bien tapé la cerise à Montmorency, et c'est une bonne nouvelle. Bravo.

Commentaire de Passepartout95 posté le 04-03-2016 à 17:30:21

Sniiiif je termine 11e du 17km (en 1h17) vous n'avez donc pas du me compter :D

C'était tout de même bien drôle cette petite course que j'avais appréhendée sous l'angle d'une sortie longue assez pépère histoire de ne pas courir seul comme je le fais toute l'année ! D'ailleurs, je devais être le seul pimpin à courir en Adios Boost (des légères sans trop d'accroche, performantes sur route mais en trail. Adepte des courses natures automnales, c'était en quelque sorte mon premier véritable trail donc je ne suis pas du tout équipé.....), j'peux vous dire que j'en ai chié dans les parties boueuses.....déjà qu'en cross je m'embourbe ! Dès le départ je me suis senti bien con avec le sentiment que tout ces traileux suréquipés et arnachés de toutes parts me dévisageaient (d'ailleurs j'étais le seul en débardeur, j'ai passé les premiers kilos avec l'étrange impression d'être engourdi.....en même temps je l'avais cherché avec ce froid).

En ce qui concerne l'épreuve, j'ai pris un départ assez " rapide " pour un trail de 17km en compagnie de mon compagnon de club JM (qui gagne le 17 d'ailleurs en 1h10 avec un début de pubalgie l'enfoiré) histoire de prendre un peu d'avance sur les péripéties boueuses qui m'attendaient de pied ferme. Au bout de 2kms, premier passage dans la bouillasse et là je me dis que je ne suis pas dans la merde, j'en rigolais même ! J'ai laissé la meute s'échapper dont un type de l'US Métro qui a couru en five fingers (alors est ce mieux que les Boost ? Allez savoir) ! Sinon un parcours vraiment plaisant, très bien balisé (même si le Pierre Richard que je suis s'est loupé à un moment j'ai du faire 300m de trop, ça ne m'a pas déstabilisé outre mesure).
De beaux petits raidillons également qui m'ont fait mal aux pattes....les 3 derniers kilos assez roulants ont fait office de récup !

Voilà voilà très belle épreuve que je disputerai certainement l'an prochain sans prétention en guise de bonne sortie. J'essaierai quand même de m'équiper =) Heureusement ça été surement l'édition la moins boueuse depuis de nombreuses années.

Allez peace la team Kikourou ! :D

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran