Récit de la course : Raid 28 2015, par bubulle

L'auteur : bubulle

La course : Raid 28

Date : 17/1/2015

Lieu : Bures Sur Yvette (Essonne)

Affichage : 1064 vues

Distance : 85km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Les Ramasse-Miettes sur le Raid


Après une expérience très enrichissante l'an dernier, je me suis retrouvé contacté en octobre par Christian, responsable du tracé des courses du Raid 28, pour participer à nouveau au débalisage. Je n'ai guère hésité longtemps et me voilà à nouveau embarqué dans cette aventure. Mon complice de l'année dernière, Marc, est incertain sur le fait de pouvoir participer. Du coup, après la première réunion des bénévoles, je poste un appel à volontaires pour venir m'aider et Loul se propose immédiatement.

C'est fort bienvenu car nous nous connaissons bien, avec Arnaud, pour avoir partagé plusieurs Off et quelques courses et notre bonne entente est gagnée d'avance.

Contrairement à l'an dernier, nous ne viendrons pas chacun avec notre véhicule, c'est assez inutile. Qui plus est, un des intérêts du débalisage en binôme est que l'un des deux peut assurer au besoin la navigation lors des phases de liaison entre "points d'attaque" (eh oui, on utilise aussi la terminoologie de CO). L'autre intérêt, c'est quand même évidemment la sécurité car il n'est guère sûr de partir à l'aventure en pleine forêt, parfois pour de longs raids de plusieurs kilomètres, en pleine nuit et tout seul (de même pour les liaisons en voiture).

Nouveauté cette année : j'ai gagné toute confiance de Christian et il m'a envoyé tout le parcours largement à l'avance. C'est très précieux car cela me permet en fait de préparer le programme et d'essayer d'en prévoir un timing.

Toute la subtilité du débalisage consiste en fait à rechercher des points d'attaque les plus proches possibles des balises, évidemment, que l'on puisse atteindre en voiture, où on puisse se garer de façon sûre. En général, cela conduit à des sauts de puce d'un point à l'autre, de quelques kilomètres, suivis d'une sortie de quelques mètres à quelques kilomètres pour aller chercher la ou les balises. Au final, il y aura près de 40 points d'attaque différents sur notre parcours. Nous devons récupérer plus de 80 balises : quasiment tout le parcours spécifique de l'Ultra, puis tout le Raid à partir de sa jonction avec l'Ultra, tout le Semi et ce jusqu'à l'antépénultième PC. Font exception de très rares balises situées directement aux points de contrôle (une seule, cette fois) et deux spéciales vers la fin de parcours. Nous ne sommes également pas chargés du début du Raid, jusqu'à sa jonction avec l'Ultra, ainsi que de la fin du parcours.

C'est un énorme programme et il faut bien s'organiser pour ne pas finir à minuit le dimanche...ou devoir laisser des balises en place car on n'a plus le temps. Toute la subtilité, aussi, est de ne jamais prendre le risque de débaliser *devant* les équipes, sous peine de nous faire crucifier, évidemment. Du coup, nous sommes toujours supposés attendre la fermeture du PC qui suit notre position pour entamer le débalisage de la section qui le précède.

En pratique, c'est surtout important au début car, en fait, petit à petit, nous prenons naturellement du retard sur la course (quoique....).

Pour corser le tout, Christian nous a assigné également le premier PC de l'Ultra. Du coup, cela va nous faire démarrer très tard car nous devons d'abord tenir notre PC, le fermer au passage de la dernière équipe....puis retourner au départ débaliser. Avantage de cette situation, par contre, nous avons été munis d'une radio assez puissante et nous pourrons suivre la progression des fermetures de PC sans dépendre de coups de téléphone aléatoires.

Dans les semaines qui précèdent, donc, j'organise le tout. Tous les points d'attaque sont définis (via leurs coordonnées GPS récupérées sur une carte IGN) dans l'application Waze de mon téléphone portable. Du coup, c'est Waze qui assurera largement la navigation automobile, ce qui nous décharge presque totalement de cette tâche pas si simple que cela, d'autant que j'ai souvent choisi des chemins à peine carossables. Il va se révéler redoutable à ce petit jeu là, malgré une ou deux bizarreries.

C'est donc avec un roadbook ultra-précis et un timing bubullien que nous allons aborder notre tâche. La voiture est également préparée à cela. Tous les sièges de l'Evasion vénérable sont retirés, j'ai mis une bâche pour protéger un peu le sol, la glacière contient boissons et nourriture, la thermos de café est là, Arnaud apporte une autre de thé et diverses grignoteries qui seront appréciées, des tas de câbles sont branchés à l'allume-cigare pour charger radio, téléphones, montre GPS (primordial de bien charger le téléphone vu qu'il sert à la navigation). Plus préparé, on ne peut pas et....ce sera la clé du succès.

Cependant, nous souhaitons aussi profiter un peu du départ car je sais bien que ce sera à peu près le seul moment, avec l'arrivée, où nous allons voir des humains pendant la journée qui suit. Nous avons donc prévu d'aller à Chamarande, lieu de départ de l'Ultra, une heure avant celui-ci, pour suivre un peu la préparation des équipes, papoter avec les uns et les autres et, de toute façon, recevoir nos dernières consignes.

Il est intimiste, ce départ. Il y a en fait presque plus de bénévoles que de coureurs. Ceux-ci sont 20 en tout : 6 équipes de 3 et une équipe incomplète de 2 qui fera la course malgré tout. Deux équipes inscrites sont finalement forfait, on retrouve donc un effectif équivalent à l'année précédente. Le temps passe assez vite à regarder les uns et les autres se préparer, à évaluer les sacs pour se faire une idée "comment c'est".

Je suis impressionné par le nombre de raideurs très expérimentés au départ de cet Ultra. Tous ou presque ont déjà plusieurs Raid 28 à leur actif (cela culmine avec Castor Senior et ses 20 Raids au compteur). Connaissant le parcours, cela risque d'aller plutôt vite.

Le départ est finalement donné, dans cette salle minuscule. Je fais une petite video (https://www.facebook.com/video.php?v=1021367181213311) et suis même quelque temps l'équipe de bottle dans le parc où ils doivent chercher trois balises avec une carte...imprimée à l'envers. Christian, très malin, lit la carte à travers le papier, par transparence, ce qui donne une video amusante où on le voit courir en tenant un papier en l'air : https://www.facebook.com/video.php?v=1021545757862120.

Au bout de 30 minutes, il est temps d'aller ouvrir notre PC car rien n'interdit à une équipe de zapper les balises (bleues) du parc et partir directement sur le parcours. En route, nous récupérons Alex Forestieri, qui est venu "en balade" au départ de l'Ultra, avant d'aller courir le Raid, qui part à Etréchy, à quelques kilomètres de là. Nous emmenons donc Alex à Etréchy, un détour de plus ou de moins, à la fin de la journée, ça ne comptera pas.....et puis, c'est l'occasion de papoter un peu avec ce grand extra-terrestre de la course à pied.

Les trois vaillants compagnons de la nuit, encore tous propres (photo Le Bagnard)


C'est, au final, aux alentours de 17h que nous nous postons en forêt de Cheptainville pour ouvrir notre PC. Un repérage assez rapide des lieux nous permet d'identifier sans soucis le chemin par lequel tous les coureurs vont arriver : il n'y a guère de doute possible. Le froid tombe par contre vite à cette heure là et nous nous réfugions dans la voiture où je prépare les pancartes destinées aux équipes de kikous (nous prévoyons d'aller sur le parcours, à la jonction du Raid et de l'Ultra et de voir passer la course, lors de l'un de nos moments d'attente : j'ai donc préparé des messages personnalisés pour certains, à la manière de Bert sur l'Ecotrail).

Nous allons toutefois attendre près de 45 minutes l'arrivée de la première équipe, au moment où la nuit commence à tomber. Trois équipes se présentent presque en rafale et, une fois poinçonnées et contrôlées (ils devaient poinçonner leur bracelet à PPU06, ce qui obligeait toute l'équipe à descendre dans une espèce de carrière), s'équipent pour la nuit. Je merdouille un peu avec le poinçonnage car je n'ai jamais fait cela : sur certains cartons, je poinçonnerai la balise n°1 du parc au lieu de la case de notre PC. Je mentionnerai toutefois cela à l'arrivée et je pense que ça n'a pas eu de conséquences pour les équipes concernées.

5 minutes après les trois premières, les trois équipes suivantes se présentent et nous imaginons que nous allons bientôt fermer. Cependant, nous allons en réalité attendre près de 30 minutes la dernière équipe (l'équipe de 2, incomplète) qui a énormément jardiné dans le parc pour trouver les balises bleues. C'est donc finalement à près de 18h30 que nous fermons le PC, donc avec 1/2h de retard sur mon planning.

Il est donc temps de se mettre en travail ! C'est le début d'un rituel qui va désormais se dérouler tout au long de la nuit :
- mettre Waze en route et programmer le prochain point d'attaque en voiture
- conduire jusqu'à ce point
- garer la voiture
- couper le GPS du téléphone pour ne pas consommer trop de batterie
- s'équiper avec bonnet, frontale, gants
- vérifier que j'ai la carte et les éventuelles instructions spécifiques (photo-définitions, geocaching, etc.)
- relire les définitions de balises
- sortir de la voiture
- fermer la voiture ET RANGER LA CLE EN SECURITE DANS MA POCHE (importantissime)
- déclencher la montre
- partir chercher les balises
- en les récupérant, bien ranger les fils de fer d'attache pour que tout ne s'emmêle pas
- revenir à la voiture
- arrêter la montre
- ranger les balises en tas organisés (et classés !)
- rentrer au chaud dans la voiture
- retirer gants, bonnet et frontale
- mettre le contact et la radio en route
- regarder sur le roadbook le prochain point d'attaque
- remettre le GPS en route sur le téléphone
- programmer Waze et....retour au point de départ

PPU01 et PPU02

Garés au pied de la butte, à la sortie de Chamarande, nous devons grimper celle-ci par un chemin, qu'on ne trouve en fait pas vraiment. Nous montons dré dans l'pentu au milieu de rochers et fougères. PPU01 n'est pas facile à trouver car les coureurs avaient une photo-définition avec la vue sur Chamarande et le chateau depuis la butte et 1 ou 2 arbres reconnaissables sauf que.....eux le faisaient de jour et pour nous, il fait nuit ! Il nous faudra plusieurs minutes pour trouver la balise. Nous la laissons au bord du chemin et filons chercher PPU02 au bout de la forêt. Facile à trouver, celle-là. J'en profite pour étalonner un peu ma foulée en distance, ce qui pourra être utile pour plus tard. Retour à la voiture au bout de 35 minutes.


PPU03 et PPU04

Encore un couple de balises. La voiture est garée au bout d'un chemin carossable. Le trajet jusqu'à PPU03 est roulant mais la boue nous donne une idée de ce qui nous attend par la suite. La balise est au fond d'un trou dans la carrière. Là aussi, pas trop facile à trouver de nuit, mais nous allons assez vite. PPU04 est triviale à un carrefour de chemins. Nous avons alors presque 1h30 de retard sur le planning : je me rends compte que j'ai sous-estimé les transitions à chaque point d'attaque. Nous aurons donc probablement moins de temps d'attente que prévu.

PPU05, PPU06

PPU05 : roisée de chemins à 300m de la route. Trivial.

PPU06 : le point d'attaque est excellent, au plus près de la carrière que nous atteignons très vite. Bizarre, cette carrière avec ses voitures brûlées, pas très rassurant à la nuit. Nous ne nous attardons pas.

Nous voici arrivés au PCU1 (le nôtre). Il nous faut théoriquement attendre la fermeture de PCU2 pour débaliser. Cela étant, il y a maintenant plus de 1h30 que nous avons fermé PCU1 et il est parfaitement raisonnable de commencer à débaliser dans l'ordre. Il sera bien temps, au bout de 1 ou 2 balises, de prendre des nouvelles de PCU2.

Nous changeons donc un peu de secteur (cela fait environ 3 heures que nous faisons des allées et venues entre Chamarande et Lardy) pour enfin, désormais avancer dans le sens de la course.

PPU07

"espace sportif pour VTT. La balise se trouve sous l'extrémité du tremplin le plus au Sud". L'approche est facile, mais....nous trouvons un secteur rempli de pistes de VTT ! Il y en a partout, avec des tremplins, des virages, des trous, le tout sur une superficie assez vaste et en plein bois. Il nous faudra donc un bon jardinage et l'aide du fait que la balise est placée sur notre carte, pour finalement trouver le bon circuit et le bon tremplin.

 


PPU08 : Il faut déjà arriver au point d'attaque. Waze semble soudain s'imaginer que nous circulons en Quad car il s'obstine à nous indiquer une route passant par des chemins....définitivement non carossables en Citroën Evasion. Au final, je pars totalement à l'envers de ce qu'il indique, au jugé, avant qu'il ne nous ramène sur un chemin décent. La balise est triviale à trouver au bout de 300m de chemin.


PPU09

Ah, la PPU09. Certaines équipes de l'ultra ne l'auront pas trouvée car elle est, selon la carte IGN sur un point haut à une croisée de chemins dans un bois. Donc, a priori facile à trouver. Toutefois, certains de ces chemins sont privés et barrés par des barrières peu engageantes et le seul qui ne le soit pas....n'est pas visible depuis le chemin où nous sommes supposés le prendre. Nous finissons par le trouver, grâce à une mesure de distance pas trop fausse de ma part. Ensuite, il nous mène sans problème dans le secteur du supposé carrefour et, après un peu de jardinage, nous trouvons la balise.

Ces trois balises nous ont fait perdre encore pas mal de temps. Par contre, l'avantage est que nous avons la certitude que le PCU2 doit être fermé, même si nous n'arrivons à joindre personne à la radio ou par téléphone. Nous pouvons donc débaliser PPU10 qui est proche du PC.

PPU10

Encore faut-il y arriver...:-). La RN20 (le PC2 est à la traversée, souterraine, de la voie express) est une barrière totalement  infranchissable, même en voiture ! Il faut en fait arriver *par le  Sud* sur le lieu-dit "Bas de Torfou". Seul problème : nous arrivons  par le Nord. Au final, la seule solution (hormis prendre le chemin  inverse du Raid, ce qui nous rajoute deux bons kilomètres à pied) est  de descendre sur la N20 jusqu'à l'échangeur suivant, puis  remonter...et ne pas rater la ruelle sans issue qui mène près de la  balise. PPU10 est alors triviale à trouver.

Il est alors presque 22h. Selon mon roadbook, cela fait 1h que nous aurions du avoir fini et nous poster à la jonction Raid/Ultra pour voir passer les coureurs...et où nous devons attendre la fermeture du PC2 (du Raid). J'estime en fait que les coureurs vont passer à la jonction entre 21h30 et 23h et nous n'avons aucune idée de quand les coureurs sont passés au PCU2. Nous décidons donc de ramasser seulement la balise PPU11 qui est juste après le PCU2....puis aller à la jonction.

PPU11

Île au milieu de la mare. L'apprche est triviale, mais.....j'y trempe ma première paire de chaussure. J'ai donc utilisé mon joker et il faut éviter de trop mouiller la deuxième (allez conduire avec les pieds trempés!)

Une longue jonction en voiture dans le désert de l'Essone nous amène alors à la jonction des deux courses où nous allons attendre. Nous y sommes vers 22h30 et voyons presqu'immédiatement arriver l'équipe de Castor Junior et Senior, qui sont dans les 3 premiers de l'Ultra. Ce sont ensuite quelques équipes du Raid, principalement des équipes de 3 qui passent, là où nous sommes, à PP022, première balise commune.

Enfin, nous pouvons entendre la radio et savoir où en sont les équipes. En fait, le PC1 du Raid est près de fermer, mais il ne l'est pas encore. Le PC2 de l'Ultra est fermé depuis 20h30, il est presque 23h, je suis sûr qu'on peut repartir sur les balises qui le suivent, mais je ne veux pas inquiéter l'organisation.

Nous patientons donc jusqu'à 23h, mais décidons finalement de lever le camp pour nous rendre presque au début de la section PCU2-jonction que, selon moi, nous devrions pouvoir attaquer. En route, un coup de fil avec Christian nous donne le précieux "go". Il estime lui aussi que 2h30 après la fermeture du PCU2, nous pouvons démarrer cette section de l'Ultra.

Juste en repartant, j'ai le plaisir de croiser l'équipe de Cap Bollène et Françoise84 qui me reconnaît au volant. Sympa de pouvoir faire la bise en pleine pampa.....

Par contre, mes belles pancartes pour les kikous resteront dans le coffre...

Retour vers PPU12

PPU12, PPU13

PPU12 : un AR simple sur le GR, balise facilement trouvée.

PPU13 : facile, aussi, au coude du GR à 300m du point d'attaque. C'est presque aussi long de sortir de la voiture que d'aller chercher le carré de ferraille. Mais nous mettons un point d'honneur à le faire à deux.


PPU14, PPU15

PPU14 :  encore une jonction de chemins attaquée depuis une extrémité de route carossable au milieu de nulle part. No problem.

PPU15 : une de plus. Pareil. Un petit passage à St-Chéron pour me rappeler le Raid de l'an dernier où j'y étais passé entre deux balises. Nous déroulons, simplement et efficacement. Environ 500m de trajet à chaque balise, rien de bien difficile.


PPU16


PPU16 : et encore une. En fait, la 16 et la 17 remplacent une verte prévue initialement très loin de toute attaque (plus de 2km, ce qui est assez rare dans ce secteur bien pourvu en chemins carossables), mais qui était sur une propriété privée. Du coup, le parcours suit le GR1 sur des chemins agricoles qui ne doivent pas être super passionnants.

PPU17

PPU17 : toujours la même chose : approche, 200m à pied, balise, retour.

Nous sommes désormais presque 3h30 au delà de la fermeture du PCU2 et je ne m'inquiète pas : aucun risque de rattraper les derniers de l'Ultra (nous sommes toujours sur la section de l'Ultra)

 

PPU18


PPU18 est dans une tour en ruine, mais sans difficulté car, encore une fois, une route vient à proximité.

 

PPU19

PPU19 est encore plus simple, dans un lavoir du village de Villeconin. C'est aussi la dernière du parcours spécifique de l'Ultra. Nous devons débaliser une seule balise du parcours du Raid, la PP021. Une dernière confirmation que, sur le Raid, quasiment tout le monde est passé au PC2, soit bien au delà de là où nous sommes. Donc, nous pouvons continuer à avancer : PC1, qui est à moins de 2km en amont de la pemière balise à prendre, est fermé depuis 2 heures.

 

PP021 et PP022

PP021 : croisée de chemins attaquée à 500m de distance. Un ènième aller-retour sur un chemin boueux, c'est répétitif..:-)

PP022 : c'est là où nous étions tout à l'heure, la jonction des parcours. A portée de main de la voiture. Nous voilà désormais sur le parcours du Raid.

PP023 : station d'épuration au village de Venant. Facile comme tout à trouver, même pas de trajet.

 PP024 ou "bubulle à l'envers"

PP024 : "la Butte Bondas", une bleue un peu à l'écart de la trace directe. La monotonie s'est installée. Celle-ci semble assez facile, même si une navigation au cap va être nécessaire. Nous posons la voiture au croisement de la route et du GR, on part rapidement sur le GR direction le croisement qui servira de point d'attaque, on arrive au croisement, je vais pour prendre le cap...et meeeeeeerde, je n'ai pas la bonne carte ! Retour piteux à la voiture, on prend la carte, nous repartons, on retouve le carrefour, je prends le cap et on monte, avec Arnaud en éclaireur devant et moi qui vérifie le cap. Rien. Nada. D'abord, ça monte tout le temps, il n'y a pas vraiment de point haut. Et surtout, pas de balise. A un moment, je vérifie le cap, il a l'air bon. En désespoir, je sors le téléphone et MyTrails (carte IGN "live"), j'attends que le GPS nous situe et.....meeeeeeeerde. Nous sommes partis à l'envers ! Persuadé que nous arrivions par le Nord sur la route, j'ai tourné "à droite" pour aller au Sud-Ouest, sans vérifier le cap du chemin. Or, nous arrivions par le Sud et je nous ai envoyés au Nord-Est. J'avoue cela piteusement à Arnaud, qui a le bon goût de rigoler et nous voilà repartis une deuxième fois...à la voiture...pour repartir dans l'autre sens. Là, sans coup férir, nous allons trouver notre balise : presque 1/4h perdu à cause de l'inattention et de la monotonie. Le problème doit être le même quand on court vraiment la course : l'enchaînement de balises "faciles" amène l'erreur bête, à un moment ou un autre....

 

PP025 et PP026

PP025 et PP026 : enfin deux balises à prendre en un seul poste. Je me rattrape de mon erreur de la PP024 par un superbe cap pris pour trouver la "Butte à Poisard" de manière quasiment directe. On a sa fierté...:-)

Nous voici rendus à La Forêt le Roi, lieu du PC2, fermé, bien sûr, depuis bien longtemps. Nous prenons des nouvelles à la radio : Sandie, fidèle au poste, nous indique qu'il reste 2 équipes à passer au PC3. En toute théorie, nous devrions attendre, mais je décide de démarrer : le PC3 est très loin d'ici et je pense pouvoir sans soucis ramasser les trois balises qui sont très près de nous.

 

PP027, PP028, PP029

PP027 et PP028 : cachées dans le village, elles sont assez faciles à trouver en s'aidant du plan du village (qui a été dégivré par bottle). Arnaud va chercher PP028 pendant que je fais un peu de rangement dans la voiture.

PP029 : juste à la sortie du village, on reprend la litanie des "je pose la voiture, je fais 300-400m, je prends la balise, je reviens". J'y vais seul pendant qu'Arnaud se restaure un peu. C'est une belle descente qui m'attend, sous le grésillement inquiétant d'une ligne à haute tension.

Au retour et pendant la petite liaison qui doit nous amener aux Granges le Roi, nous apprenons que PC3 vient de fermer et que PC4 (qui en est proche) ne va pas tarder à fermer aussi. Donc, sans problème, nous allons pouvoir débaliser le gros morceau qui nous attend.

PP030 à PP034

PP030 à PP034 : un bon gros morceau. Les balises sont dispersées dans la forêt de l'Ouye et, pour les coureurs, repérées par un plan qui est une copie du plan d'information touristique à l'église des Granges le Roi. Nous, nous avons la localisation des balises sur notre carte, mais encore faut-il aller les chercher et la seule solution est un grand tour de 5km et 40 minutes pour aller chercher la balise la plus éloignée et revenir à la voiture avec 4 balises sous les bras. Cette fois-ci, je pense bien à prendre aussi la carte spéciale, qui a l'avantage d'indiquer tous les chemins, qui sont nombreux dans cette forêt. La tactique à suivre pour les équipes devait d'ailleurs être intéressante si elles jouaient les balises bleues : se séparer en envoyant le pointeur sur les bleues, le reste de l'équipe tirant tout droit? Mais, avec une seule carte, pas facile de s'y retrouver et être certains de ne pas se perdre. Ou alors, tout le monde fait le tour des bleues, mais parcourt 1 ou 2 km de plus.

 PP035, PP036

PP035, PP036 : un grand trajet en voiture pour y aller. Il faut faire le tour complet de la forêt de l'Ouye pour revenir à l'abbaye du même nom, située en plein coeur de la forêt. Nous passons le long de Dourdan endormie. Il est environ 5h du matin. L'abbaye est déserte et nous trouvons vite PP036 sur un des murs à 10m de la voiture. Nous partons chercher PP035 au chêne de l'Ouye, lequel est facile à trouver...mais point de balise! Idem au chêne suivant. Chou blanc. Et, quelle nouille, j'ai oublié de prendre la définition à la voiture ! Deuxième erreur de la nuit. Il faut retourner et prendre la définition. Bon sang, mais c'est bien sûr ! C'est un geocaching, la balise n'a jamais censé avoir été au chêne. Celui-ci est juste le point de départ. Le geocaching est vite déroulé, la balise est trouvée en haut d'une cabane d'observation des oiseaux et nous revenons à la voiture après un deuxième aller-retour inutile sur un chemin qui est une vraie patinoire de boue. Arnaud ne me déteste toujours pas, pourtant.

 PP037, PP038

PP037 et PP038 : le point d'attaque est le PC3, désert. Il est à 1km à vol d'oiseau de notre point d'attaque précédent, mais il faut faire près de 7km sur les routes pour l'atteindre. J'auurais presque pu choisir de tout faire à pied, mais les kilomètres supplémentaires, en fin de journée, ça va compter. Il s'agit ici de faire un aller-retour jusqu'à PP038, posée au bord d'une mare. Une verte pas facile car nécessitant une navigation au cap à travers une forêt dense. Nous ne la trouvons pas du premier coup et devons nous recaler sur un chemin pour finir par la dénicher. Jolie balise, qui a du donner du fil à retordre à certains. Entretemps, j'avais extirpé PP037 de son "Ruisseau Poulet" en allant moi-même tremper mes pieds de poulet dans ledit ruisseau suite à une belle glissade (faut dire que le terrain a été préparé par toutes les équipes qui sont passées). Me voilà donc avec la deuxième paire de chaussures trempée : il va falloir supporter cela pendant 12 heures, maintenant. Au retour, nous passont près d'une voiture garée en pleine forêt avec quelqu'un qui dort dedans : sûrement le contrôleur de PC3 qui récupère après son poste. Il a bien de la chance : nous...eh bien, on a encore du pain sur la planche.

Normalement, ici, nous devions aller au PC4 à la traversée de l'Orge, pour voir le passage du Pont Népalais, en attendant la fermeture du PC6 (il n'y a pas de PC5). Mais nous sommes tellement en retard sur mon planning que, nouvelles prises, le PC6 vient de fermer ! Tout le retard est en fait rattrapé, du coup mais....nous n'aurons aucun repos...

 


PP040 à PP048 : ah, la CO de la forêt de Dourdan ! Initialement, Christian ne l'avait pas mise à notre programme, mais je l'avais convaincu que nous pouvions la faire ce qui libère Pascal pour autre chose. J'avais cru quand même noter un petit sourire de Christian. C'est que ces balises sont, pour les coureurs, définies par un jeu de piste un peu compliqué (et pas très facile à lire) qui les fait aller de balises en balise en suivant chemins et fossés, avec des distances et des caps à suivre. Pour nous, les balises sont reportées sur une carte de CO de la forêt. Je fais le choix d'utiliser préférentiellement la carte de CO et ne pas suivre le jeu de piste. Par ailleurs, nous choisissons de prendre les balises en deux groupes : PP040 à PP042 depuis St-Mesme, au Sud de la forêt, pour une boucle de 4-5km, et PP044 à PP048 depuis le Carrefour de Nemours en plein centre de la forêt, pour une boucle d'environ 5km.

 

PP040 à PP042


La première série se déroule relativement bien, mais PP043 nous alerte quand même. Les distances sont difficiles à évaluer, les fossés et sentiers sont très difficiles à trouver depuis les allées de la forêt. Donc, utiliser la carte de CO est en fait assez difficile, d'autant plus qu'elle est peu lisible et que, surtout....elle n'est pas du tout à l'échelle annoncée du 1/15000 ! Je me vois obligé de recalculer cette échelle en étalonnant la carte avec la carte IGN. Imaginez cela accroupi par terre en pleine forêt (humide) et de nuit... Malgré tout, nous finissons par nous en sortir, grâce à une belle inspiration d'Arnaud qui trouve le fossé rectiligne où  est accrochée PP042. Nous y aurons déjà passé 45 minutes.

PP043 à PP048

La deuxième série (PP043 à PP048) est plus délicate encore. Je fais le choix de partir à l'envers, ce qui semble plus logique de prime abord, compte tenu du fait que nous avons la carte avec les balises placées. PP048 est trouvée relativement facilement le long de l'allée près d'une mare (ce qui me permet de remouiller un peu les pieds qui avaient commencé à sécher). Par contre, la "trouée" Nord-Sud où est supposée  se trouver PP047 est invisible quoique clairement apparente sur la carte de CO. Nous finissons par nous résoudre à l'attaquer par le Sud et, à moitié par miracle, Arnaud trouve le fossé en question....et j'y déniche la balise ! Je suis fier du travail d'équipe sur ce coup. PP046 sera découverte un peu par miracle alors que nous jardinons allègrement à la recherche d'un fossé : je vois soudain une tache orange à une centaine de mètres ! Eh oui, le jour s'est levé et ça aide.... Enfin, pour terminer, nous dénicherons PP045 à un croisement de fossés (bien visible sur la carte de CO), PP044 (balise verte facile) et enfin, dans un grand hurlement de joie, PP043 totalement à l'azimut depuis une croisée de chemins.

Il nous aura au final fallu deux heures pour compléter le ramassage de cette CO. Je n'ose imaginer ce que cela aura été pour les coureurs qui n'avaient pas la carte reportée (du moins ceux qui l'ont faite car j'ai l'impression qu'il y avait peu de traces de poinçonnage sur ces balises). En fait, à l'analyse a posteriori, il aurait fallu faire comme les coureurs et utiliser uniquement le O'Roadbook en faisant une seule boucle et pas deux.

On pourrait s'attendre à un certain répit, maintenant. En fait, mon roadbook en prévoyait un : une pause au PC7, en attendant que les coureurs passent PC8, assez lointain. Mais nous avons en fait mangé toute cette avance et nous apprenons, en arrivant au PC6, que PC8 vient de fermer. On peut donc continuer et....en bon stakhanovistes du débalisage, nous continuons.

 

PP049

PP049 : balise facile à trouver depuis PC6, mais cela fait encore pas loin de 1,5km pour aller la pêcher sous la voie du TGV. Arnaud remarque en passant qu'un TGV qui passe au dessus de la tête à pleine vitesse, ça fait un bruit du diable !

PP050 : au bord de la route près de St-Arnoult. C'est la dernière balise avant la jonction avec le Semi-Raid....dont les coureurs sont bien loin, désormais.

PP051, PP052

PP051 et PP052 : faciles à trouver, mais elles imposent encore un trajet de plus de 2,5km le long de la plate-forme de l'ancienne voie ferrée de Chartres. Monotone. La lassitude commence à gagner, et pourtant il reste encore pas mal de travail. La PP052 est trouvée sur le bord de la maison en ruine alors que PP051 est vicieusement accrochée sous un pont et relativement difficile à décrocher. Au retour à notre stationnement, une voiture de gendarmerie ralentit à notre niveau. Je me dis qu'en cette période agitée, nous pouvons peut-être avoir l'air un peu louches à garer une voiture à droite et à gauche, avec une antenne radio sur le toit.

PP053 à PP059


Mon roadbook a prévu d'aller chercher PP055 à PP059, balises d'une spéciale "DD" où les coureurs doivent reporter des indications de latitude et longitude, en un seul grand tour. Nous avons l'avantage de savoir où sont placées les balises et donc ne pas avoir à faire le report. Seul petit problème : mon point d'attaque est....en plein dans une propriété indiquée comme privée (visiblement une maison de chasse). Tant pis, le chemin est ouvert, nous allons nous garer comme prévu. Mais je flipperai tout le tour à l'idée de retrouver des pneus dégonflés ou autre blagounette de chasseur soucieux  de son bon droit. Ces balises sont par contre assez faciles à trouver, mais le tour fait bien 4-5km et je sens que ça commence à tirer fort chez Arnaud à qui j'impose un rythme d'enfer (je sais qu'il faut ça si nous voulons terminer le programme). C'est pendant ce grand tour que nous croiserons nos premiers êtres vivants en forêt : pas mal de vététistes en randonnée. Ils doivent un peu se demander ce que font ces types avec de grands carrés de ferraille sous les bras et qui courent.

PP053 et PP054 : ces deux balises se prennent depuis la route de St-Arnoult à Chateaufort. On commence à arriver en terrain connu (de moi). Nous nous partageons le travail : Arnaud va chercher celle qui est le plus près, cela lui fera un petit répit, et je vais chercher l'autre...au bout d'une interminable ligne droite boueuse de 1km.


PP060

PP060 : pour l'atteindre, le stationnement est à un endroit que je connais bien : le haut du faux plat du km 7 du semi de Bullion, sur la route de La Celle Les Bordes. Plus besoin de GPS pour nous amener là, j'y vais de mémoire, via le parcours du semi-marathon. Il y a encore 1,5km à se taper pour aller chercher la balise, en descente (donc en remontée au retour!). Arnaud se fait un petit break dans la voiture pendant que j'y vais.


PP061 et PP062

PP061 et PP062 : aaaaah, la traversée de l'Aune ! Les coureurs ont du apprécier ce bain de pied. Je m'attends à une balise triviale, à 150m de la route. Seulement, voilà : alors que sur la carte la balise est censée être sur la rive Sud, avec une définition "traverser l'Aune à cet endroit", nous ne trouverons rien de rien. Cela, malgré les traces évidentes de traversée de toute la course (amusant d'imaginer les inévitables gamelles sur les berges). La mort dans l'âme, nous abandonnons, je pense que la balise a été retirée par un promeneur. Nous faisons donc le tour (par la route : marre de se mouiller les pieds !) pour aller chercher PP062 qui est à 100m au Nord de la rivière. Par acquis de conscience, nous revenons le long de la rivière et là, miracle. PP061 est posée à terre, sur la rive Nord, contre un arbre. Je pense qu'en fait, elle a du tomber et que certains ont du la replacer là, car c'est plus qu'étrange qu'elle soit invisible depuis la rive où on était censé arriver alors qu'elle était là pour marquer le passage ! Bref, ce n'est pas cette fois-ci que nous rentrerons avec une balise manquante.

Retour à la voiture et.....une voiture de gendarmerie s'arrête à notre hauteur. La gendarmette et son collègue qui en sortent semblent un peu intrigués et suspicieux. Mais Arnaud ne se démonte pas : "Vous vous demandez peut-être ce que nous fabriquons ? Alors, on vous explique, nous débalisons un Raid d'orientation.". Heureusement, j'ai une affiche du Raid sur la voiture, un sticker "Organisation" et, donc, nous ne finirons pas la journée au poste interrogés par le GIGN et la cellule anti-terroristes. On a même un grand sourire de la gentille gendarmette en partant. Et c'est reparti....

PP063

PP063 : assez facile, à 200m du point d'attaque sur une croisée de chemins.

 

PP064

PP064 : encore une balise assez simple en aller-retour sur un chemin, par contre extrêmement boueux. Là, je vais la chercher pendant qu'Arnaud fait un break. J'ai les Salomon dans un état innomable mais, curieusement, le voiture est à peu près propre (bonne idée, les sacs de course Auchan par terre). Enfin, propre à l'intérieur, parce qu'à l'extérieur, c'est un vrai tracteur.

 

PP065

PP065 : à mon sens, celle-ci a été une des plus difficiles. L'attaque est assez éloignée, le trajet est un chemin agricole descendant interminable tout à découvert, il est presque midi et nous en avons un peu notre claque. La remontée sera longue et épuisante. Nous nous motivons à coup de "allez, à la petite haie, là, on se remet à trottiner"

 

PP066

PP066 : dans les faubourgs de Limours, une balise toute facile à 100m du point d'attaque. Cool. Je fête cela avec un sandwich au saucisson qui fait un bien fou.

PP067 : tranquille, aussi, à 50m de la voiture, devant trois chevaux frigorifiés dans leur champ.

PP068

PP068 : intrinsèquement pas difficile. Pas plus de 400m depuis la Gare de Boullay, mais on en a plein les pattes. C'est long, plat, il y a un petit vent glacial.

PP070

PP069 et PP070 : de part et d'autre du PC10. Arnaud va chercher PP069, à 200m de la voiture et je me dévoue pour PP070. Elle est perdue au milieu des champs, à plus de 1,5km de l'attaque, au bout d'une immense ligne droite le long d'antennes de communication. C'est un vrai pensum et un travail du mental. Mais, devoir devoir, je ramène tout, y compris les deux vieux pieds de parasol sur lesquels la balise a été accrochée...et que je vais trimbaler en plus du carré en ferraille, sur tout le retour.

Enfin un break ! Le rythme, depuis St-Arnoult a été infernal et nous avons en fait presque rattrapé la queue de la course car nous n'avons pas à débaliser les deux spéciales dans les bois entre Boullay les Troux et Chevreuse. La radio nous confirme que le PC11 à Chevreuse a fermé. La radio est aussi contente d'entendre de nos nouvelles car, depuis St-Arnoult, nous n'arrivions quasiment plus à les joindre (ce qui indique que le coeur de la course est loin devant nous).

Le PC12 a été supprimé, mais le PC13 n'attend plus que 2 équipes. Donc, nous pouvons nous diriger sur Chevreuse et commencer à ramasser à partir de là : j'estime que, le temps qu'on prenne les trois premières du tronçon PC11-PC13, ce dernier aura fermé.

PP093, PP094, PP095

PP093 : dans un renfoncement le long du canal. Là, j'ai un avantage sur leptitmichel, j'ai fait le trail des Lavoirs....:-). Donc, je sais que le lieu de la photo est là où passait le trail, dans cette pittoresque partie canalisée. Et, du coup, nous allons nous garer au départ du trail des Lavoirs et je nous emmène droit au bon endroit sans même regarder la carte..:-)

PP094 et PP095 : trouver le chateau de Chevreuse, y'a pas plus facile. La balise est bien cachée au pied d'une tour mais la photo-définition est très claire. Tête ahurie, quand même, des promeneurs du dimanche, devant ces trailers très sales qui tournicotent autour du chateau pour revenir avec un grand carré en fer blanc. PP095, avec le geocaching, était assez difficile à trouver, mais nous avons l'avantage que la balise soit placée sur notre carte.....et le petit parking où elle se trouve est à 30 mètres de l'endroit où j'ai garé la voiture. Deux balises bien reposantes.

Il faudra cela car les deux dernières longueurs vont être bien carabinées.

 

PP096 à PP101

On commence par la série PP096 à PP101. On se gare au petit parking de la forêt de la Madeleine (tout ça, je le fais de mémoire, c'est un peu mon jardin, le coin). Une première boucle vers l'Ouest pour PP096 et PP097, avec un bon raidard au milieu (cela étant, la bleue PP097 était une bonne affaire pour les coureurs, je pense, en rapportant 20 minutes pour un détour minime). Nous repartons ensuite vers l'Est pour attaquer PP101 au pied du pylône à haute tension, triviale à trouver. Et, enfin, nous terminons par les balises de la CO de précision. Nous, c'est facile : il nous suffit de ramasser les 9 balises de CO, nous n'avons pas à identifier les "bonnes" comme les coureurs. J'essaie rapidement de trouver lesquelles sont ces bonnes, mais j'abandonne rapidement : trop de lassitude générale, on a plus envie de rentrer à la voiture.


PP102, PP103

C'est la dernière ligne droite. Il nous reste PP102 et PP103, sur le coteau qui monte à Magny les Hameaux depuis Rhodon. Un dernier point de stationnement, en bas, et nous partons dans la montée. Là, il n'est plus question de courir. La PP102, sur sa butte sous la ligne à haute tension est assez facilement trouvée (ça devait être une bonne affaire, cette balise bleue avec 40' de bonus, pour les équipes qui avaient encore un pointeur avec de bonnes jambes) et la PP103 est simple....mais assez loin. On a un peu l'impression que cette montée n'en finit pas, mais finalement, dans un grand cri de sioux, nous ramassons notre dernière balise ! Il ne reste plus qu'à redescendre clopin-clopant à la vaillante bubullemobile, la satisfaction du devoir accompli.

Le dernier bout de conduite (enfin...l'avant-dernier) jusqu'au gymnase, se passe un peu dans le coton, en envoyant des SMS à nos chéries respectives pour les rassurer sur la fin de notre épopée. Nous annonçons notre débarquement à la radio et, finalement, nous voici à Bures pour franchir la ligne d'arrivée avec (ça va être une tradition, maintenant) la balise n°1 brandie fièrement au dessus de la tête. Il est 15h45, soit 50 minutes après mon estimation.

L'Essone et les Yvelines piquetées de nos petits parcours...

70km et 11h10 de course, 230km de voiture, 85 balises, 24 heures sur le terrain. C'était le débalisage du Raid 28 2015 et ça vaudra bien les quatre plats de pâtes, deux bols de soupe, 3 binouzes et quelques autres babioles que je m'enfile à l'arrivée.

Ainsi que les douze heures de sommeil de la nuit suivante...:-)

Bravo à Arnaud qui a été un compagnon fidèle et précieux, rendant ce débalisage bien plus facile que l'an dernier malgré le programme bien plus chargé....et malgré mes quelques bougnettes.

Bravo à la Bubullemobile qui a allègrement passé les 300000 kilomètres pendant la promenade.

Bravo à l'équipe d'organisation et notamment Christian dont le travail minutieux de préparation nous a concocté un programme parfait.

Bravo à Waze pour nous avoir guidés en voiture.

Et bravo aux coureurs d'avoir terminé avec ce sacré gros morceau qu'est le Raid 28.

Il ne me reste plus qu'à rempiler l'année prochaine. En fait, la seule chose qui pourrait me retenir de participer au débalisage serait de participer à la course. Pour cela, mon seul travail est de convaincre Sab et Bert que nous devons le faire. Là, je suis sûr que tous les kikous vont m'aider dans cette entreprise de lobbying permanent. De toute façon, c'est indispensable si nous voulons correctement préparer notre PTL.   

Quelques compléments, notamment une idée du roadbook que je nous avais préparé (je mets les 5 premières attaques) :

Chateau de Chamarande

"RAID 28 0000 Depart" 2.2185590E, 48.51369262N  

PCU1

"RAID 28 001 PCU1" 2.2738715E, 48.5357486N  11 minutes en voiture Ouverture 17h07, fermeture 17h53 (H+1h53) 

Parking de la forêt du Belvédère

(11 minutes).  "RAID 28 002 Belv" 48.5178075,2.2187897  Débalisage PPU01, PPU02 (2km 20 minutes) H+2h24' : 18h24 

Route au dessus de Lardy

(13 minutes) "Raid 28 003 Lardy" 48.5226967,2.2517701  Débalisage PPU03,PPU04 (3km, 25 minutes) H+3h02' : 19h02 

Sur D99 , carrefour chemin

(4 minutes) "Raid 28 004 D99" 48.5304705,2.2557183  Débalisage PPU05 (600m, 5 minutes) H+3h11 : 19h11 

Près cimetière

(2 minutes) "Raid 28 005 Cimetière" 48.5291058,2.2646877  Débalisage PPU06 (750m, 15 minutes) H+3h28 : 19h28 

La Croix Boissée

(11 minutes) "Raid 28 006 Croix" 48.5456863,2.2559544  Débalisage PPU07 (400m, 5 minutes) H+3h44 : 19h44 

Et ainsi de suite....

7 commentaires

Commentaire de pierrot7483 posté le 23-01-2015 à 18:43:33

he ben...
bravo pour cette épique épopée
la PTL je sens que c'est la petite blague qui deviendra grande course ;+)

Commentaire de Bert' posté le 23-01-2015 à 19:06:05

Quel boulot !!
Papy Turoom (et nous coureurs) a une chance incroyable d'avoir un Kikou aussi bien organisé qui gère ça comme un pro (je ne sais pas si ça existe le métier de débaliseur de C.O. Ultra... mais tu es certainement dans le top mondial !)
Un grand merci encore (ainsi qu'à Arnaud) :-)
Enfin, pour le Raid 28, on finira peut-être par y arriver un jour...

Commentaire de Sprolls posté le 23-01-2015 à 19:14:34

Bravo à vous 2 pour ce boulot colossal !

Commentaire de Tonton Traileur posté le 23-01-2015 à 19:58:25

Bubulle, maintenant on attend tous l'encyclopédie du raid28 en 12 volumes !
ça m'a (presque) donné envie de me lancer en CO, c't'histoire ...

Commentaire de bottle posté le 23-01-2015 à 21:13:32

Alors là bravo. Se taper tout le déballisage est un sacré boulot. Pas évident de combiner les déplacement en voiture et la recherche des balises.

Commentaire de La Tortue posté le 23-01-2015 à 23:52:48

bon boulot ! j'ai apprécié en connaisseur pour avoir débalisé en 2013 (tout seul dans la neige ! un moment de plénitude rare !).

j’ai regardé les cartes rapidos : qu'est ce que j'aurais aimé faire la CO de la forêt de Dourdan, tout en azimut distance si j'ai bien compris !

Commentaire de Arclusaz posté le 24-01-2015 à 00:40:28

alors là, dans le genre CR de psychopathe on tient du lourd !!!!!!

mais c'est surtout l'illustration parfaite du fameux "joindre l'utile à l'agréable" qui me vient à l'esprit. 70 bornes , c'est impressionnant !
bravo à Arnaud de t'avoir supporté pendant 11h10.

Et quand même .... good job !!!!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran