Récit de la course : Interlac Trail - Intégrale 2014, par caral

L'auteur : caral

La course : Interlac Trail - Intégrale

Date : 20/7/2014

Lieu : Duingt (Haute-Savoie)

Affichage : 1160 vues

Distance : 77km

Objectif : Terminer

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Interlac 2014

Course qui relie le lac d'Annecy -départ de Duingt- au lac du Bourget -arivée au Bourget du lac. 77 kms pour 3 500 de dénivelée positif, dont la plusgrande  partie se situe dans la première partie du parcours. La première difficulté sera la montée au Semnoz, puis -la plus dure pour moi- la montée au creux de Lachat. Ensuite, succession de montées et descentes sans grosses difficultés, puis passage au Revard, à la Féclaz et la descente sur Méry par le col du Malpassant. Une dernière partie sur route qui se révélera très dure pour les cuisses et les pieds.

En guise de préparation terminale, une sortie en amoureux de 3 jours à Béziers avec au programme vélo sur le canal -60 kms dans la journée sur le chemin de halage- baignade à la mer, restaurants, et 500 kms aller et autant au retour. Retour à 19h30 samedi soir, dîner dans la famille, vidage de la voiture, préparation de mes affaires pour le trail, j'en termine vers 23h30. Comme mon départ est prévu à 1h30, je décide de ne pas dormir. Je m'installe devant un film, le réveil branché à hauteur d'oreille -au cas où! Finalement je ne dors pas et à 1h30, petit-déjeuner, puis départ pour le Bourget où la navette doit nous prendre à 3 h pour gagner Duingt. Je discute un long moment avec Christophe Aubonnet, organisateur de l'évènement, puis les coureurs commencent à arriver, et enfin les navettes. Je m'installe dans le bus, prêt à dormir un peu. En fait je n'arrive à sommeiller qu'1/4 d'heure, et nous arrivons à Duingt. Petite marche pour arriver à l'aire de départ, et l'attente commence. Finition dans la préparation. Je retrouve Gaël, et j'aperçois François qui se met devant, prêt sans doute à faire une super course. Il ne fait pas froid du tout, la tenue sera donc légère avec, bien sûr, le vêtement imperméble de rigueur, la météo étant plutôt pessimiste. 5 heures, briefing et 5h15 les coureurs sont lâchés!

Nous attaquons tout de suite la montée, une demi-heure de route, puis nous attaquons la forêt dans un monotrace qui va provoquer des embouteillages assez longuement. Petit à petit tout cela se décante, je peux enfin avancer à mon rythme et même doubler plusieurs concurrents. Gaël est juste derrière, nous allons jouer au yoyo jusqu'à la Féclaz.

7ème km, nous atteignons le col de la Cochette, nous redescendons et nous attaquons le Semnoz. Le chemin est plus large, moins pentu, je peux prendre un bon rythme. Le problème, c'est que depuis un moment, j'ai des crampes intestinales affreuses qui me plient en deux. Dans la montée, il me faudra m'arrêter deux fois pour me soulager, je n'ai plus d'influx. Je mange et je bois beaucoup pour tenir le coup. J'atteins le sommet en 3h48, sous un déluge énorme. Tout le monde est trempé, je me ravitaille sérieusement, pas trace de Gaël qui m'a doublé dans la montée. Je repars, en forme. Quelques mns plus tard, la pluie s'arrête, le ciel se dévoile -un petit peu- et je peux quitter le kway. Finalement, j'entends Gaël qui me hèle derrière, on s'est manqué au ravito. Nous marchons un bon moment ensemble, il a mal aux genoux, il pense que ça va être très dur.

Et puis ça remonte, direction la Plate, au 44ème km. Là, je trouve qu'on a vraiment du dur, c'est long, très long. J'arrive en 7h57.

Après avoir descendu, nous remontons sur un plateau et petit à petit nous remontons vers le Revard. Après m'être soulagé encore 2 fois, il semble que le problème se soit réglé, je vais beaucoup mieux, je garde ce que je mange et je me sens bien. J'arrive au Revard -Croll- 50ème km en 9h. Les cuisses sont dures, les pieds aussi, j'ai du mal à courir sur les portions plates, les pentes me réussissent mieux dans lesquelles j'arrive à tenir un très bon rythme. Nous passons à l'observatoire du Revard et nous filons -j'ai retrouvé Gaël- vers la Féclaz. Je le distance quelque peu, il va s'arrêter quelques mns pour embrasser sa famille. Il arrive à la Féclaz au moment où je repars, en 10h36 au 60ème km. Dernière montée pour les chalets de Glaise, par la route. Au sommet, Gaël est juste derrière moi, mais la famille étant là il s'arrête encore. Je ne le reverrai qu'à l'arrivée. Puis c'est la descente. Longue vers le col du Malpassant. Et puis le col, descente vers Méry. Dure, très dure. Dans la partie sommitale, là où le sentier est équipé d'une main-courante, il me faut aider une jeune concurrente qui a peur du vide. Je la tiens, je lui explique commet faire, et voilà, nous avons passé le mauvais moment pour elle. Et ça repart! Je descends bien, et d'un seul coup, la douche. Cela faisait un moment que j'entendais l'orage, et le ciel a fini par ouvrir les vannes. Le terrain devient difficile, et très vite, la glissade devient le seul moyen de descente par moment.

Ouf, ça y est je suis en bas, passage au contrôle à Méry: 11h49, 67 kms. Je traverse tout Méry, la zone industrielle puis le Viviers du lac pour enfin arriver aux Mottets. En prévision de la fin sur route, j'ai avalé mes derniers gels, fini mon camel back, accroché les bâtons sur le sac, et j'attaque les derniers kms rapidement. Il pleut des seaux, je suis fatigué, j'ai envie d'en finir. Le seul avantage de cette pluie, c'est qu'il n'y a personne sur la piste cyclable à part 3 concurrents qui ne courent pas et que je vais doubler, grignotant encore quelques places.

Arrivée au Bourget, il faut faire le tour de la base de loisirs, entrer sur la plage et la traverser pour enfin... finir!!! En 13h01'53'', à la 160 -erreur corrigée, merci Arclusaz!!!- ème place, 2ème V3. Je bois un coup, et j'attends Gaêl qui termine 167ème en 13h09. Ensuite il me faut retourner sous la pluie récupérer ma voiture à un km de là, revenir chercher mes affaires et rentrer retrouver les miens. C'est ma femme qui m'apprendra mon classement. Un bon bain, une bonne soupe et... au lit, pour une nuit de 11 heures!

432 partants, 267 finishers! Qui dira que ce n'était pas une course dure!!!

Mon plus long  temps en course, ma plus longue distance aussi. Cette course, qui avait fait l'objet de discussions sur les forums est une vraie réussite. Magnifique parcours, de vraies difficultés. Bien sûr quelques points négatifs y a-t-il des trails parfaits?- mais dans l'ensemble on ne peut que féliciter l'organisation pour cette première!

Le fait de pouvoir suivre la course sur internet a permis à ma femme de prendre des nouvelles, de m'appeler pour me donner des infos -et j'aime autant vous dire qu'un p'tit coup de fil, ça vous redonne du tonus!- et a permis à certains de mes amis de m'enoyer des textos d'encouragement.

Je suis content d'avoir fini, d'avoir fait un temps qui correspond à peu près à ce que j'espérais.

Prochaine course, le trail de Serre Chevalier en septembre. Maintenant vacances et repos!!!

Tableau de marche:

general

8 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 21-07-2014 à 15:30:29

"il me faut aider une jeune concurrente qui a peur du vide. Je la tiens, je lui explique commet faire, et voilà, nous avons passé le mauvais moment pour elle." et le bon moment pour toi !

Au moins, si ta femme se demandait pourquoi tu cours, là elle a compris !

Plus sérieusement bravo pour ce podium dans des conditions épiques : bon, la neige c'est pour l'année prochaine....

Commentaire de the dude posté le 21-07-2014 à 15:49:41

Bravo à toi pour ce podium également.
En effet je me souviens très bien du passage avec la main courante à la descente et je comprend que la demoiselle ait flippé car c'était quand même dangereux, surtout avec la fatigue, le manque de lucidité, je n'ose penser à ceux qui sont passé là sous l'orage!
Merci pour ton récit.

Commentaire de coco38 posté le 21-07-2014 à 16:50:36

BRAVO !!!

Commentaire de caral posté le 21-07-2014 à 18:11:06

merci à vous!!!et bravo the dude! coco38, tu y étais?

Commentaire de coco38 posté le 21-07-2014 à 19:10:13

Non j'étais au Passerelles du Monteynard. CR à suivre... Mais c'est sur ça fait envie pour l'année prochaine !

Commentaire de mazbert posté le 21-07-2014 à 18:36:57

Bravo pour ta course ton récit et ta perf !!! J'étais sur le 40 en duo et ai eu la chance de ne pas me faire saucer. Le Malpassant sous la flotte avec les raccourcis qu'ils ont mis en place ça a du être un truc de fou pour les derniers concurrents. Au plaisir de te revoir sur une autre course !!!

Commentaire de Caro74 posté le 22-07-2014 à 20:54:45

Moi, ce qui m'impressionne, c'est d'être capable de ne pas dormir et de courir aussi longtemps le lendemain! Impressionnant!

Commentaire de caral posté le 22-07-2014 à 23:09:23

Salut Caro!! en fait j'ai l'impression que j'étais mieux éveillé que ceux qui avaient dormi en attendant le départ!!! bravo pour ta course

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran