Récit de la course : Les Foulées de Mons Boubert 2014, par ejouvin

L'auteur : ejouvin

La course : Les Foulées de Mons Boubert

Date : 4/1/2014

Lieu : Mons Boubert (Somme)

Affichage : 480 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

14 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Reprise galère

Reprise

2014 nous voilà...

L'inconvénient cette année pour moi, c'est que je vais avoir des repères par rapport à l'année dernière. Autant en 2013, c'était encore un peu la découverte, autant cette année je vais pouvoir me comparer.

 

Depuis la Saintélyon, deux semaines de coupure puis reprise de l'entraînement. Les premiers essais ne sont vraiment pas bons, le cardio s'affolent, l'allure est de 40 secondes plus lente qu'avant la Saintélyon. Donc autant dire que je ne suis pas confiant du tout. Je n'arrive pas à trouver la clé pour reprendre un second souffle et toutes les sorties me font douter de plus en plus.

 

Cependant, j'essaye de garder le cap en recommançant les fractionnés, sans réussite bien entendu, et en plannifiant des courses courtes pour juger de la vitesse au fil des semaines. J'étais tombé sous le charme du 10 km à Mons Boubert de par l'organisation et l'accueil des personnes. C'est donc avec plaisir que je me programme ce périple pour le premier week end de janvier.

 

Contrairement à l'année dernière, j'arrive largement à l'heure, étant même le premier à prendre un dossard pour les inscriptions sur place. Je suis parfaitement garé et j'ai toutes mes affaires.

 

Echauffement

Je pars pour un petit échauffement de 20 - 25 minutes jsute avant le coup de départ, histoire d'être juste chaud. N'étant pas friant de la vitesse, il me faut être déjà un peu transpirant sur la ligne de départ. Mais voilà, la nuit n'aura pas fait de miracle. Je peine pour être en dessous de 6' au kilo et maintenir les pulses en dessous de 150. Et je n'en suis qu'à l'échauffement ... Ca promet d'être compliqué.

Quelques petits moment de stress juste avant le départ à cause d'un ventre douloureux, malgré avoir pris les précautions d'usage. Je me retrouve juste à temps sur la ligne aux ordres du starter. C'est à la bonne franquette, pas vraiment de ligne, pas de puce, pas de pétard. Juste un porte voix pour annoncer que l'on peut y aller après avoir compter de 1 à 3.

 

Course

Les premiers hectomètres de la course sont en léger faux plat descendants. Donc normalement, je dois être en dessous de la moyenne cible. Sauf que mes craintes vont se confirmer. Cardio qui grimpe, et l'allure ... Pied de nez Le premier bip va avoir raison de mon moral. Alors que l'on descend, je vois que je suis 15 secondes au dessus de la moyenne. Et bien, il ne faut pas longtemps pour me dire que je suis parti pour une grosse galère.

Dans le deuxième kilo, il y a déjà la grosse montée du parcours, qui nous ait proposée trois fois. C'est vraiment ici que tout se joue. On peut y reprendre des places ou se faire décrocher, et le faux plat descendant qui suit peut finir de nous achever. Lors du premier passage, je vais tacher d'établir une "référence" pour les deux prochains passageS. Mais ça tire déjà très fort, et il m'est impossible de relancer ensuite.

Je m'accroche, je sers les dents et essaye de ne pas penser à mes jambes déjà douloureuses. Le premier tour est bouclé et j'essaye de me convaincre que cela va revenir, je vais me sentir mieux. Mais c'est comme le père Noël, je n'y crois plus trop.

La montre viendra me confirmer cela avec les intermédiaires, j'arrive tout juste à maintenir le rythme. Alors que je viens de raccrocher un groupe de 3, dont je prends la tête temporairement, je me dis qu'il serait bien que j'arrive à accrocher ce petit jeune à côté de moi. Mais, il ne se laisse pas faire et prendre la poudre d'escampette. Je ne le reverrai plus, enfin si je verrai l'écart s'accroitre après le deuxième passage de côte. Puisque l'on fait deux 180° à chaque extrémité du parcours. Mon seul et unique objectif sera de ne pas me faire reprendre par celui qui a décroché juste derrière moi dans la montée.

Il me fallait bien cela, parce qu'au deuxième passage, j'avais juste envie d'aller dans ma voiture et rentrer. Pourquoi venir de si loin et se faire mal ainsi. Pourquoi forcer alors que je suis hors de forme ? Alors que je pose toutes ces questions, je passe la ligne pour le tour final. Cela aura au moins un avantage, j'irai au bout des 10km. Oui oui, mon objectif à cet instant est d'être finisher du 10km, et si possible en conservant l'allure.

Le troisième tour finit par saper mon moral, le temps file, j'ai de plus en plus de mal à maintenir le rythme. Heureusement, il y a quelques marcheurs permettant de se donner un point de repère, un objectif temporaire. La côte une dernière fois, elle fait souffler comme pas deux. Puis il faut finir, relancer même si ça fait mal.

 

La ligne d'arrivée se présente enfin. Un bénévole me retire mon dossard, le ticket de la tombola m'annonce perdant.

 

Clap de fin

Vite, vite, allons à la voiture. Il est un peu moins de 19h et je n'ai qu'une envie, c'est de rentrer chez moi. Tant pis pour le repas et la petite fête derrière, qui avaient été si sympathiques l'année précédente. Je me sèche, me change et prend quelques minutes pour souffler, et aussi m'assurer qu'il n'y a plus personne sur le parcours.

Je repars donc de Mons Boubert comme j'en suis arrivé, incognito et sans faire de bruit. Je suis fou furieux contre mon état physique actuel. Je suis à la ramasse, j'ai lutté et je n'arrive pas à récupérer de la Saintélyon visiblement.

Durant le retour, mille questions me parcoureront la tête, pourquoi tous ces entraînements pour faire 3 minutes de plus que l'année dernière et dans un état bien pire ?

 

J'ai pris un jour pour écrire ce récit, ne voulant pas faire trop dans le catastrophisme déplacé. Mais la colère n'est toujours pas redescendue. Alors, rendez vous dans deux semaines pour le prochain 10km et voir ce qu'il en est.

Peut être que ce CR me ferra sourire plus tard, en me disant que c'était normal, que c'était la reprise. Ou peut être sera t'il le premier d'une longue galère de course après le chrono. Mais ce soir, je me dis que je pourrai peut être jouer la montre avec mon certificat médical, et me faire sortir des inscriptions pour les Citadelles. Bref, ce n'est pas la joie.

14 commentaires

Commentaire de Tbc01 posté le 05-01-2014 à 19:48:35

On a tous des moments de bien et de moins bien... Et quand on est pas bien, on serre les fesses, on se remotive ( ou alors on se repose si c'est un etat de fatigue), on retourne s'entrainer dur et on sait que ca portera ses fruits que ca ira mieux plus tard. Sers toi de tes echecs pour en sortie encore plus fort!
Et comme tu le dis, on regardant derrière, tu seras fier du travail accompli..

Commentaire de ejouvin posté le 05-01-2014 à 20:42:35

Le repos vient de passer, c'est la reprise, c'est ce que je me dis.
Et oui, il faut serrer les fesses pour de multiples raisons ;) C'est juste que je ne m'attendais vraiment pas à ce que ce soit aussi difficile, vu que la récupération avait été beaucoup plus simple au fil de la saison.

Commentaire de Mamanpat posté le 05-01-2014 à 20:28:42

Avec ce que tu t'es mis dans la tronche (et les jambes) en 2013, 2 semaines n'ont peut-être pas suffit ?
Je n'ai rien fait pendant quasi 4 semaines (en CAP) et la reprise hier était... lamentable ?
Allez ça va le faire chouchou !

Commentaire de ejouvin posté le 05-01-2014 à 20:50:19

Bah comme je l'ai dis dans la première réponse, je m'attendais à récupérer plus vite à la vue des précédentes courses. Mais il faut croire que non, ou que la coupure de deux semaines a fait chuter le niveau.
Il faut aussi se rendre à l'évidence qu'à chaque sortie, le cardio débute pas loin de 100, alors que j'étais à 60 en fin d'année...

Ca va le faire ou pas, mais il faut s'accrocher pour le savoir... alors on continue comme cela, et nous verrons bien.

Commentaire de Benman posté le 06-01-2014 à 00:19:22

Si ça peut te rassurer, ça me fait pareil: cardio qui s'affole, pas de jus, cramé sur les fractionnés; 20 à 30% de temps en + que la normale sur les mêmes côtes... et en + ça se passe tous les ans... juste après ma coupure annuelle! et après une bonne remise en forme au bout de 2 mois, je me sens plus fort... c'est comme ça qu'on évite à mon sens les blessures et qu'on garde la motivation à long terme. donc bravo pour ta course toute pourrie!

Commentaire de ejouvin posté le 06-01-2014 à 15:02:21

Oui Benman, et pourtant je le sais tout cela.
Après une coupure, il ya forcément une remise à zéro.

En fait, je ne m'attendais pas à avoir un écart aussi grand par rapport à l'année dernière. Il va juste falloir être patient ;)

Commentaire de crollois posté le 06-01-2014 à 08:26:47

A regarder ton volume d'entrainement de la semaine passée, ce n'était pas un objectif pour toi ... donc pas d'inquiétude à avoir.

Mais je peux comprendre la frustration de ne pas atteindre son objectif.

Allez ça va le faire, classe tes courses selon différents niveau d'objectif pour être moins déçu et relativiser les résultats car de toutes façons tu ne pourras pas avoir un pic de forme pendant 365 jours!

Commentaire de ejouvin posté le 06-01-2014 à 15:03:01

Tu as tout à fait raison. Les 10km ne sont pas des objectifs en soit, c'est pour valider le travail de vitesse, voir où j'en suis. Maintenant je le sais ;)

Commentaire de Arclusaz posté le 06-01-2014 à 09:04:12

Reprendre par un 10 km (qui n'est pas ton point fort !) après l'année 2013 que tu as faite (ta première "vraie" année), c'est normal que ça se soit mal passé !
le contraire aurait été.... inquiétant.

Mais, si tu te sens fatigué, avec le cardio haut au repos, il faut te reposer. Le but est de ne pas se cramer pour pouvoir encore courir dans 40 ans !

Commentaire de ejouvin posté le 06-01-2014 à 15:04:40

Merci Arclusaz. C'est clair que les 10km ne sont pas ma tasse de thé. Mais bon, je suis bien obligé d'y passer... Le repos, j'ai passé deux bonnes semaines à ne rien faire, mais justement je crois que j'ai mal géré cela en ne faisant trop rien et en déréglant la machine sur les heures de sommeil.

Mais bon, tout cela n'est pas bien grave, ça va revenir.

Commentaire de Jean-Phi posté le 06-01-2014 à 11:59:32

Etienne, tu es FATIGUE !!
Ecoute tonton Jean-Phi (oui je change de statut en 2014) et fais une vraie coupure. C'est moi qui dit ça eet c'est pour ton bien. Il serait dommage de ne pas réaliser ta saison 2014 parce que tu n'en fais qu'à ta tête.
L'accumulation de course et d'entraînement a besoin d'assimilation aussi et c'est justement ce que tu n'as pas fait. Troque les runnings contre ton maillot de bain, je sais que tu excelles dans l'exercice, contente toi de 1 ou 2 footings par ci par là et tout reviendra dans l'ordre. Dans le cas contraire, ça m'ennuirait de te voir te blesser... Car c'est la prochaine étape. Allez, ça va revenir !!

Commentaire de ejouvin posté le 06-01-2014 à 15:07:11

Oui Tonton, mais dis moi, pourquoi tu tousse ?

Je vais bien faire attention aux semaines qui arrivent, c'est vrai que cela serait stupide de se faire mal, alors que c'est juste une reprise.

Le CR a été écrit sur le coup, en espérant en rigoler plus tard. Et pourtant, je sais bien que la reprise est toujours compliquée... chaque année c'était la même chose en nageant.

Commentaire de brague spirit posté le 07-01-2014 à 16:08:54

Attention à la surchauffe.Refaire un 10km,dans 15 jours,n'est sans doute pas le bon choix.Du repos,et du plaisir a retrouvé.
Pour moi,le cardio en course,n'est pas une bonne idée.Mais,je suis vieux.
Pris pour apprendre.

Commentaire de ejouvin posté le 08-01-2014 à 17:13:04

Oui oui brague spirit, il faut conserver le plaisir.
Quelques jours après il est de nouveau là, pas de surchauffe en vue pour le moment.

Et il faut aussi avouer que je ne cherche pas grand chose en faisant des 10km, juste de voir où j'en suis. Ce ne sont pas des courses pré préparées. J'ai juste eu une grosse surprise en voyant que je fais +3 minutes par rapport à l'année dernière et avec de la difficulté.

Quant au cardio, chacun sa religion ;)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran