Récit de la course : Trail des Citadelles - 73 km 2013, par romainberger

L'auteur : romainberger

La course : Trail des Citadelles - 73 km

Date : 31/3/2013

Lieu : Lavelanet (Ariège)

Affichage : 1352 vues

Distance : 73km

Matos : Brooks Cascadia 7
Corsair 3/4 Quechua
T-Shirt Wedze Decathlon
Sac Salomon Skin 10+3

Objectif : Se défoncer

12 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le Bourbier Cathare

Toute l’histoire des Citadelles a débuté (pour moi) sur la page Facebook du « Trail aux Etoiles », un jeu concours annonce une place à gagner pour le parcours de 73km. Aucune hésitation je tente ma chance, et gagne finalement ce précieux Graal pour aller défier ce monument du Trail le 31 Mars 2013.

Le samedi, passage obligé de tout trailer : la traditionnelle remise des dossards et pasta-party. C’est l’occasion de voir que l’équipe organisatrice est réglée comme une horloge, et de s’enivrer de l’ambiance si particulière de ces événements sportifs … où nous amoureux de sports de montagnes, nous nous retrouvons pour discuter et échanger autour de notre passion commune.

Dimanche, 5h50 du matin, c’est l’heure de se positionner sur la ligne de départ. Après un briefing clair et concis de Michel Arnaud sur les conditions de courses (boueuses parait-il), le départ est donné.

La première partie du parcours jusqu’au 1er ravitaillement à Belesta (18ème kilomètre) s’effectue dans la nuit et donne le ton sur l’esprit « Citadelles » : un perpétuel bourbier de boue liquide et glissant. Tant mieux, plus c’est difficile et plus c’est l’occasion de rigoler, prendre du plaisir, repousser des limites et progresser.

Au niveau parcours, l’ascension jusqu’à « la crête de Madoual » sans trop de difficulté, c’est surtout l’occasion de se chauffer les jambes et prendre le pouls de la suite des événements. En environ 1h50, les 18 premiers kilomètres sont avalés et c’est l’heure de faire un bisou à la maman, enlever la frontale, se ravitailler et changer les chaussettes (un choix qui c’est révélé inutile au final puisque quelques minutes plus tard les pieds étaient de nouveaux sous la boue).

Le prochaine partie du parcours jusqu’au ravitaillement de Fougax c’est déroulé sous des conditions météorologiques assez difficiles : une pluie fine s’abattait et le vent soufflait fort sur la cime du « Gélat ». Cependant, il faut noter que sur ce tronçon, la boue était presque inexistante. Du coup, le monotrace redescendant vers le ravitaillement du 34ème kilomètre était hyper-ludique et réconfortant. Toujours de lâcher les jambes sans risque de glissades « incontrôlées ». Au final, 3h38 après le départ, je suis au 2nd ravitaillement. Je ne m’arrête que brièvement à Fougax pour prendre un petit déjeuner à base de soupe vermicelle, fromage et saucisson et en route pour Montségur.

Cette nouvelle partie du parcours, est l’occasion de retrouver la bouillasse et les participants du 20km et 40km. Comme le dit le dicton « plus on est de fou, plus on rit », la montée jusqu’à Montségur s’effectue sans que je ne voie le temps passer. L’ambiance « Tour de France », la beauté du panorama aux alentours de la célèbre citadelle cathare et les coups de coudes pour monter/redescendre Montségur sont justes des souvenirs incroyables … des moments forts de l’événement qui constituent à eux seuls des raisons essentielles de venir ou revenir participer à cette épreuve dantesque.

Regonfler à bloc par « l’expérience Montségur », la descente constitué de boue et passages de rivières jusqu’au ravitaillement de Montferrier s’effectue au taquet. En 5h31, je rejoins le 3ème ravitaillement et c’est avec plaisir que je constate que le physique et mental sont bien présents, j’envisage d’envoyer du gros pour la suite.

Envoyer du gros signifie également reconstituer les ressources énergétiques, je m’empiffre de fromage, remplis le bidon avec du Nutratletic goût pêche (que je n’avais jamais essayé au préalable mais qui est juste hyper-bon) et let’s go to Roquefort les Cascades Beach !!!

C’est à ce moment là que les choses se compliquent.  La boue ultra-glissante rend la progression en montée/descente très compliquée pour quelqu’un qui ni pas de bâton, ni expérience en bouillasse (uniquement des drailles et de la caillasse sur mes sentiers cévenols). Je glisse, galère, tombe, m’énerve, m’entête et n’y arrive pas. Avoir les jambes ne suffit pas sur les Citadelles, il faut savoir jouer à l’équilibriste … un bel apprentissage.

Heureusement, malgré cette petite frustration de ne pas y arriver, les paysages sont splendides. La montée vers le château de Roquefixade offre un passage en crête et une vue panoramique à 360° merveilleuse, puis que dire des cascades de Roquefort … Somptueux !! Les endorphines montent aux cerveaux, rien à dire, le trail est une vraie drogue.

Dernier ravitaillement, dernier moment pour prendre des forces. Je remplis le camelback de Nutraperf, entend avec plaisir les encouragements des bénévoles et fais un dernier bisou à ma maman pour la remercier de son soutien tout au long de la course. Direction le mur de Raissac !!

Cette montée offre un jolie pourcentage de dénivelé, autant dire que c'est l'occasion de faire grimper l’acide lactique dans les cuisses et rappeler à l’ordre ceux qui auraient oublié de bien prendre des forces. Malgré une bonne hydratation, j'ai un léger manque de lucidité, je m’égare dans la montée de Raissac sur 10aines de minutes avant de revenir sur mes pas et retrouver mes compagnons de voyage que j’avais dépassé quelques kilomètres auparavant … Comme dirait Kilian, « Plus de kilomètres, plus de fun » !!

A partir du 70ème kilomètre, l'arrivée fatidique approche. Le magnifique passage en crête caillouteuse nous est servi sur un plateau en guise de dessert final, un régal. Entendre le speaker et les clameurs du public acclamant les courageux guerriers franchissant la ligne d’arrivée attise les jambes et l'esprit : plus qu'une seule idée en tête, c'est atteindre la ligne d'arrivée. Cependant, même si c'est un bonheu d'y aboutir, la fin d’une course est toujours un moment spécial … un subtil mélange de nostalgie, bonheur et épuisement. Ce moment si particulier où l’on se rappelle toutes les épreuves franchies, les moments de galères et de joies. 

Finalement, je termine cette aventure en pays cathare en 9h14 avec une 20ème position au classement scratch et 1er espoir.

Un grand merci à tous les organisateurs et bénévoles pour nous avoir offert une expérience de si grande qualité, au public pour nous avoir soutenu dignement, et à ma maman que j’aime par dessus tout !

J'ai vécu une expérience inoubliable pleine de sensations fortes et d'aventure. 

A bientôt pour de nouvelles aventures (Ultra Draille Pic Saint Loup & Ultra Mitic)

 

12 commentaires

Commentaire de Free Wheelin' Nat posté le 02-04-2013 à 17:57:03

Woaw, à part la boue, on dirait que tu as avalé les sentiers cathares comme du nutraperf goût pêche !Miam!
Félicitations pour ton podium et ton excellent classement !
Bravo!

Commentaire de mic31 posté le 02-04-2013 à 18:08:49

En plus de courir vite, tu écris très bien. Je suis content que l'aventure ariégeoise t'ai plu et puis c'était sympa de se rencontrer et discuter un peu sur le podium.
A une prochaine fois sur les Citadelles, le Trail aux Etoiles ou ailleurs.

Commentaire de laulau posté le 02-04-2013 à 18:14:56

très belle course menée à un sacré rythme ! Tu es un espoir plein de promesses !

Commentaire de brague spirit posté le 02-04-2013 à 21:07:35

Récit plaisant à lire.Malgré ta jeunesse,tu sembles avoir maitrissé,ce parcours exigeant de main de maitre.

Commentaire de freddo90 posté le 02-04-2013 à 23:29:36

Bravo pour ton classement et ta 1ère place en espoir, à te lire ça paraîtrait presque simple, et en plus on dirait bien que tu t'es fait plaisir, le plus important !

Commentaire de domi81 posté le 03-04-2013 à 05:40:16

félicitations, t'as fait une belle perf dans ce bourbier.
bonne continuation pour tes 2 gros ultras. ;)

Commentaire de @lex_38 posté le 03-04-2013 à 08:30:49

T'es un warrior!
La photo de tes mollets résume les conditions!
Par contre ne me fait pas croire que tu n'as pas l'habitude de la boue! Je me choppe souvent la pluie et la boue quand je descends dans les Cévennes :-D
Bonne récup et A+ sur les sentiers!

Commentaire de romainberger posté le 06-04-2013 à 09:34:46

Alex, il n'y a pas de boue en Cévennes. Lance toi sur les Citadelles l'année prochaine tu verras à quoi ça ressemble la vrai bouillasse :)

Commentaire de romainberger posté le 03-04-2013 à 09:03:55

Merci à tous pour ces messages. J'espère avoir réussi à vous retranscrire mes émotions et impressions des citadelles dans ce récit. Au programme pour la suite : du plaisir, du plaisir et encore du plaisir à crapahuter dans la montagne !!

Commentaire de JM2CJC posté le 04-04-2013 à 08:46:41

Bravo Romain,
graine de champion extirpé de la bouasse Ariegoise
recupere bien et trankil trankil

Commentaire de fretless posté le 05-04-2013 à 17:44:04

Big respect d'un V2 !!!
(Non en fait le vieux con que je suis est fou de jalousie alors ne compte pas que je te présente ma fille !!! Naaannnn pas question !!!!)
:-))
Bravo Romain, en te souhaitant plein d'aussi beaux résultats !

Commentaire de beurt posté le 07-04-2013 à 00:10:23

Beau compte rendu d'une belle perf !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran