Récit de la course : Le Printemps d'Ozon Courir - 21.1 km 2011, par franck de Brignais

L'auteur : franck de Brignais

La course : Le Printemps d'Ozon Courir - 21.1 km

Date : 13/3/2011

Lieu : St Symphorien D'Ozon (Rhône)

Affichage : 728 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Printemps... Printemps... faut le dire vite ....

"Le Printemps d'Ozon courir"... Les pauvres organisateurs, n'ont pas pu nous proposer beaucoup de printemps ce jour là... Pluie, froid et boue sont au rendez vous du semi de St Symphorien d'Ozon.

Pour moi c'est une reprise attendue : 8 jours sans chausser les baskets, ça vous travaille un marathonien (qui a, de plus la prétention de vouloir finir en moins de 4h15). Oui c'est pas bien ... mais on ne peut pas faire 8 jours de ski en famille et courir. (bien que j'ai été complexé par un fou furieux que j'ai croisé, chaines aux pieds, à courir sur le bord des pistes...). Bon, d'un autre côté j'suis à la montagne, je me fais des tonnes de globules rouges... j'vais tout pulvériser une fois redescendu.

C'est donc ultra confiant que je prends le départ de la course. Petite alerte pendant l'échauffement : les cuisses sont un peu dures... pfff même pas peur ... j'vais tous les exploser avec mes globules de Superman !! Je me rajoute même un peu de pression : 1h59 l'année dernière, il faut que je le tombe en 1h55 !! (quel âne ....).

En attendant le départ, on profite d'un café offert (bravo pour les ravitos.... le saucisson était à tomber.... et merci aux nombreux volontaires qui ont fait de l'orga une vraie réussite !!) Denis croise la terre entière (je commence à reconnaitre des visages... héhé..) et on se met dans le sas de départ.

Allez on est partit ... je suis dans le premier tiers, je sais que je vais me faire pas mal dépasser, mais j'envoie pas mal, je tiens le choc et je me calle sur une vitesse à 11,5 environ. Nous sortons de la ville par une petite grimpette et c'est partit pour 7 bornes de plat. Le terrain est assez glissant au début : chemins de terre, flaques d'eau, je tiens le rythme... mais avec difficultés. On passe le premier ravito au 5 ème... je prends un verre d'eau, un sucre et continue mon chemin.

La reprise est rude, j'ai froid, je suis pas au mieux... je reprends un rythme à 11,5 tant bien que mal. La difficulté principale de cette course se situe au 9ème environ : une montée de 3 km environ, régulière et sur la route, donc parfaitement gérable. Mais c'est là que les ennuis commencent pour moi. J'étais d'abord persuadé qu'il y avait un ravito juste avant la montée dans le petit lotissement... J'ai très soif et pense pouvoir avaler 2 verres d'eau avant la montée... et ben que nenni !! Je vois la grimpette commencer... et moi je m'effondre dans ma tête. Pourquoi j'ai aussi soif ?... pourquoi ils ont pas mis un ravito en bas !! C'est pas vrai ... quelle galère !! J'attaque la montée et le rythme chute. Je me fais doubler une dizaine de fois dans le premier km... Je ne tiens absolument pas le rythme : Les foulées sont de plus en plus dures et je sens mes mollets se tendre de + en + ... je suis au bord de la crampe... des 2 côtés... et au 10 ème !! Et ben... j'en ai pas encore fait la moitié !! Je vais même devoir marcher sur 400 mètres dans cette montée !!

Arrivée sur le plateau, il fait froid, le vent de face et la pluie sont très désagréables... le ravito espéré plus tôt est là ... je bois 3 verres d'eau et prend 2 sucres. Ceux ci vont provoquer une réaction un peu bizarre dans la sphère ORL .... vous savez cette sensation que l'on a en sortant d'un tunnel en train ou en montant rapidement en altitude : les oreilles bouchées...et ben je vais les avoir pendant 5 ou 6 bornes !!C'est très désagréable, je n'entends plus que ma respiration et la sensation de ne pas pouvoir respirer à fond... la grosse galère. La sensation va s'arrêter au prochain ravito en buvant un verre d'eau.... et ce coup çi pas de sucre...

La fin de la course est une galère sans nom : je chope des crampes aux mollets et aux cuisses tous les 300 mètres (dès que j'essaie d'allonger la foulée) qui me font m'arrêter et marcher avant de reprendre. La fin est interminable, je ne prends aucun plaisir depuis plusieurs km, je subis complètement cette course... je n'ose même pas regarder le chrono, je sais que je vais dépasser les 2 heures ... je finis tant bien que mal.

Les derniers 200 mètres je vois Denis et sa petite famille qui m'encouragent ... c'est super sympa à eux de m'avoir attendu. Je baisse le pouce en signe d'insatisfaction, passe la ligne d'arrivée et j'arrête le chrono : 2h03. Je suis tellement déçu que je ne prends pas le temps de m'étirer. Je vais manger un peu, prendre un bol de soupe de cresson (huuuum) et j'essaie d'exorciser ce mauvais souvenir en cherchant une explication. Denis trouve les bons mots : c'est une contre performance, ça arrive à tout le monde. La semaine au ski n'a pas aidé, tu es partit trop vite et... c'était pas ton jour.

 Il a raison, j'ai un plan d'entrainement à continuer. Encore 5 semaines avant Paris. on va continuer... et on verra bien...

Je vous raconterai.

 

Franck  

4 commentaires

Commentaire de Pat'jambes posté le 26-03-2011 à 09:53:00

Oulala! la galère !
Allez, je te souhaite tout plein de globules pour Paris (qui ne manque certainement pas de ravitos...)
:^)

Commentaire de totoro posté le 28-03-2011 à 09:56:00

Vu les conditions atmosphériques et la boue, cela a dû quand même bien durcir le parcours. J'espère que la récupération a été bonne pour finaliser le plan car le principal est le marathon :-)

Commentaire de Arclusaz posté le 29-03-2011 à 23:10:00

Bon, ça, c'est fait !!!
t'as eu ton "jour sans", ton "jour de feu" sera pour Paris.

Marrant le syndrome ORL. J'ai eu beaucoup ça l'année dernière à l'arrivée des courses : c'est vrai que c'est pénible et on se demande si ça va partir !

Bizarrement, ça fait plusieurs mois que je ne l'ai pas eu.

Bonne fin de plan : j'ai hâte de lire ton CR du MDP....en 4h14 !


Commentaire de Jean-Phi posté le 02-04-2011 à 20:16:00

Bon, t'as eu un pépin, tu es certain d'être tranquille pour le MDP, c'est cool non ??!!
Pas facile le printemps d'ozon alors pas bien, ben c'est encore moins simple. Bravo pour ta ténacité et surtout bon marathon !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran