Récit de la course : La Course de la Colline d'Elancourt 2010, par bubulle

L'auteur : bubulle

La course : La Course de la Colline d'Elancourt

Date : 20/6/2010

Lieu : Elancourt (Yvelines)

Affichage : 1440 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

La colline d'Élancourt... Point culminant d'Île de France, il s'agit en fait d'une colline artificielle créée dans les années 1970 avec les déblais de construction de la ville nouvelle de Saint-Quentin en Yvelines.

 C'est un endroit assez unique car sur plusieurs hectares, on trouve en fait une "nature" qui a un peu évolué toute seule au cours des 30 dernières années. Des chemins un peu dans tous les sens, quelques restes de "routes" par lesquelles les camions montaient les déblais, un sommet tout plat prisé des amateurs de parapente, quelques bois assez accidentées autour avec plein de single tracks assez ludiques, des centaines de lapins et, le dimanche, des promeneurs, des coureurs, des vététistes...

L'EASY organise depluis plusieurs années cette "Course de la Revanche" (ancien nom de la colline, rebaptisée Colline d'Élancourt lorsque elle a été un lieu possible pour les épreuves de VTT des JO s'ils avaient eu lieu à paris en 2012), sur une distance de 10 à 12 kilomètres, avec plusieurs montées (et descentes!) des 60 mètres de dénivelée de la colline.

Je l'avais déjà parcourue plusieurs fois lors de mes entraînements dominicaux, mais c'était ma première participation à la course, cette année. Ce n'est pas une "grosse" course: environ 150-200 partants...et, en plus, elle était concurrencée par les foulées des Laveuses. Ce qui explique que je n'ai vu aucun Kikou reconnaissable, bien que je me sois affiché avec ma belle casquette toute neuve et toute rouge...

L'avantage à ne pas être loin, c'est qu'on ne se lève pas aux aurores....Donc je ne suis parti qu'à 8h, mais pas mal préoccupé: beaucoup de jardinage la veille m'avait laissé le dos en compote et notamment le haut de la hanche très douloureux. Ajoutez à cela une vilaine plaie  à l'arrière du pied, là où la chaussure appuie....et on comprendra que je n'étais pas bien fier ce matin. Au point même d'oublier à la maison mon fidèle Garmin. Même si sur une course pareille, les temps de passage sont vraiment anecdotiques, ça m'aurait permis de me faire une idée un peu plus précise d'où j'en étais.

8h30 sur le parking: pas grande foule. Je trouve sans peine le gymnase où on retire les dossards et ça permet de regarder le parcours (le site de la course est plutôt succinct, donc je n'avais aucune idée de la façon dont on case une course de 12km sur un site quand même poas si grand que ça!). 2 tours d'un circuit de 5,8km environ, 5 montées de la colline, deux descentes/montées à Élancourt-Village et un parcours...sinueux!

Je retrouve assez rapidement Pascal, un ancien prof de maths de mes filles et aussi fou de course à pied que moi même si lui préfère la route. Facile pour lui de venir, il habite juste de l'autre côté de la rue..:-)) Avec Pierrick, un collègue à lui, nous  nous dirigeons tranquillement vers le départ mais il ne fait pas bien chaud, donc on trottine assez longuement.

Le départ est donné au pied de la colline...et l'arrivée sera au sommet. Sommet sur lequel nous passerons tout de même 4 fois avant. Ça promet!

Départ comme prévu à 9h30. je pars assez prudemment, plutôt dans le deuxième tiers de la course. Je suis quand même préoccupé par ce dos douloureux, donc je n'ai pas envie de trop tirer sur la corde. Après 50m environ, démarrent les hostilités: un raidillon de 50m à 25% environ (c'est la pente de la colline et de nombreux chemins font du "tout droit") . Optimiste, je le monte en courant: il y a la place de dépasser et ça me permet de remonter plusieurs coureurs en mode "marche" (vu la pente, rien de honteux à cela, évidemment). ON arrive environ au tiers de la colline pour amorcer une montée en faux plat sur qqs centaines de mètre, puis virage à gauche et là...on tire tout droit jusqu'en haut. Mode marche obligatoire pour ne pas s'exploser. De toute façon, en courant, on ne va guère plus vite. Première arrivée en haut et les spectateurs sont là (courageux! Il y a un vent du nord bien froid: on se croirait en mars).

Et, évidemment, on repart à la descente (y'a que ça à faire!). Descente en lacets assez marrante à faire même si je ne suis pas un grand fana des descentes (je me fais souvent dépasser). E, donc au bout de 1,7km on est de retour au pied de cette fichue colline.....tout ça pour recommencer après à peine 200m de plat. Grrrr...:-)

Deuxième  montée encore plus dure que la première car quasiment toute droite presque en permanence dans la pente donc, là aussi une grande partie en marchant. Bonjour le démarrage de course! La fin de la montée est moins violent: je repère car je sais que c'est par là qu'on terminera, aussi, et il est bon de savoir où commencer à courir pour éventuellement grapiller une ou deux places à la fin!

Après la descente assez roulante de l'autre côté, on entame un méchant petit faux plat sur une des routes qui tournent autour de la colline (les routes des comions). Il a l'air de rien, celui là, mais il doit monter d'environ le tiers de la hauteur...et lui, on le fait en courant évidemment! Le vrai casse-pattes, quoi. Le km 3 est en haut de ce faux plat.

A ce moment de la course, je me sens tout bien. Le dos n'est qu'un mauvais souvenir, le rythme me convient bien (à s'entraîner systématiquement en trail, on a l'habitude de ces changement de rythme et de difficulté). Petite descente du bas de la colline et on part pour le grand tour dans les bois. Un peu une inconnue pour moi, celui-là car si j'ai déjà monté la colline plusieurs fois, je n'ai jamais trop pratiqué les sous-bois environnants, sauf une fois où je m'y étais perdu en suivant un VTT.

En fait, du km 3 au 4, on a descendre progressivement sur Élancourt Village, donc environ à la cote 135m : 35m de dénivelée supplémentaire qu'on  va faire deux fois. Essentiellement du single track bien roulant en descente...puis un passage très mouillé...un franchissement de gué bien immonde où je me bénis d'avoir mis les Trabuco et pas les chaussures de route (Pascal a pas du tout aimé cochonner ses belles chaussures de route!)...et une remontée où ça marche pas mal et où je me fais plaisir en courant presque tout le long (eh...c'est là que l'entraînement des chemins des environs de Maurepas est payant).

S'ensuit un grand passage extrêmement ludique en single track dans les bois: ça monte, ça descend, ça tourne, des racines, des arbres, des branches basses...un vrai bonheur de traileur! Tout ça sur un bon kilomètre. Le pied....et en plus on va le faire deux fois, chic!

Au km 5.5, retour sur le plateau autour de la colline. Heureusement qu'il n'y a pas de soleil et de chaleur car on souffrirait, là. Et on revient au départ pour enchaîner sur le deuxième tour.

Depuis le km 3, je suivais un autre coureur dont le rythme me convenait bien et un troisième coureur (de Villebon d'apèrs son maillot) me suivait également. Bon rythme, bonne foulée, ça aide bien. Du coup, au passage de la ligne de départ, je me suis dit que j'allais lui rendre le service aussi...et je passe devant. 

Et nous voilà repartis sur les deux montées de colline quasi enchaînées qu'on a faites au début. Là ça "casse" bien, quand même....mais j'arrive quand même à relancer à la course sur la deuxième, celle qu'on fera une dernière fois à la fin. Notre petit groupe a un peu "explosé" dans l'affaire et mes deux camarades sont quelques dizaines de mètre derrière. Là, je me dit que, comme je me sens bien, c'est le moment de mettre un coup de collier: donc, gros effort sur le faux plat du kilomètre 3 (évidemment, là on est au 8-9) et enchaînement "à fond" sur la descente vers Élancourt....Ce qui aide est qu'un coureur avec un beau maillot rouge qui m'avait passé dans la quatrième montée (il fait près de 2m donc il a de grandes jambes pour marcher!) est toujours en point de mire à 100-200m, donc je le vois de temps en temps.

Dans la descente sur Élancourt, une fusée me passe : je me demande d'où il sort, celui-là, il galope comme un malade! Peut-être était-il en retard au départ? :-) Par contre, mes co-coureurs précédents sont toujours nettement derrière, à 50m. Allez, dans la montée, je m'accroche même s'il faut bien marcher un peu. Ensuite, c'est à nouveau la partie de sous-bois où j'ai vraiment l'impression d'être tout seul. Heureusement que tout est bien balisé (génial le travail de l'Easy et bravo à tous les bénévoles postés aux carrefours importants).

Et, de retour sur le plateau autour de la colline, j'ai la bonne surprise de voir mon coureur en maillot rouge à 100m devant, avec la "fusée" qui l'a rattrapé (mais qui a visiblement un peu molli). et si? Et si?

Allez, avant de rêver, c'est pas le tout, mais il va y avoir une dernière montée, donc ne pas se griller  sur le plat...

Ça y est, nous voilà devant la dernière montée. J'entends bien le bénévole du dernier carrefour "allez vas-y tranquille, plus qu'une, gère!". Tu parles que je vais gérer..:-)....C'est parti: 20% environ, je cours, ça tient, je ne souffle pas comme un boeuf. Et le gars en rouge là-bas avec "la fusée", ils marchent! Yes! Bon, je cale quand même sur la partie à 25-30%: on marche tous....mais je marche plus vite, ce coup-ci.:)

Dès que la pente s'adoucit, je repars en courant. Le tee-shirt rouge aussi..."la fusée" aussi, mais il est hors de portée. Par contre, le tee-shirt rouge, ça va le faire.....histoire d'être sûr qu'il ne me fait pas le coup d'un sprint final, je tire à fond sur les bras sur cette pente à 10-15%. On voit les spectateurs en haut, toujours aussi courageux vu le vent, mais ça motive. Et, enfin, sur les 100 derniers mètres, un petit coup de sprint vu qu'il y a encore des jambes. Et hop, ligne...et même le speaker qui annonce les noms des arrivants et leur place. Me voilà donc 63ème en environ 1h11'53" (j'ai oublié d'arrêter le chrono que Pascal m'avait prêté). Évidemment, rien à voir avec un temps de course sur route, mais c'est quand même pas loin de 400D+ qu'il y a d'après la carte, sur seulement 11,9km. En fait 63e sur 116, ça ne fait pas extraordinaire, mais le niveau moyen de cette course était vraiment élevé avec notamment une représentation très costaud de l'EASY.

Pascal n'était pas loin devant, au final (dans les 1h10), lui qui sur un parcours plus conventionnel me met environ 30" au kilomètre. Y'a pas, le trail, ça me réussit..:-)

Ambiance sympa en haut. Je retrouve les deux coureurs que j'ai accompagnés un moment, on se congratule et on se félicite de s'être "tirés" mutuellement. Au final , on ne s'attarde pas tant que ça même si tous les bénévoles (qui ont subi vent et pluie en haut de cette colline) méritent vraiement de partager un petit moment avec eux.

Vraiment, une course à faire, cette course de la Colline. Les traileurs incorrigibles aimeront certainement le passage "ludique" dont j'ai parlé. Certes, ce n'est pas un grand raid au long cours puisqu'en gros ou tourne en rond sur le même site, mais le challenge est intéressant et, à mon avis, par une journée de grosse chaleur, ça doit "être du brutal".

Donc, si l'année prochaine, la course n'est pas en concurrence avec les Laveuses, pensez à y venir!

 C'est pas si dur que ça, la preuve : Le départ : http://www.maphotographie.com/photo-evenementielle/picture.php?/88056/search/29885 et l'arrivée : http://www.maphotographie.com/photo-evenementielle/picture.php?/87997/search/29885 :-)

Le tracé (compliqué) de la course sur http://connect.garmin.com/activity/37556615

4 commentaires

Commentaire de nono's coach posté le 20-06-2010 à 18:50:00

Merci pour ton cr ultra précis.
C'est vrai que le parcours était très ludique et technique pour les fans de trail.
Sans oublier le temps, proche des conditions de montagne !!

Commentaire de caro.s91 posté le 20-06-2010 à 21:41:00

Bravo pour cette sortie boueuse à souhait! Pour une fois c'est nous qui sommes allés collectivement sur le bitume et pour faire la fête !!! ;-)

Semaine prochaine la Montatou ! ;-)

Commentaire de patfinisher posté le 20-06-2010 à 22:18:00

Bravo ! récit sympa ! tu aurais pu aller aux Laveuses après avec toute cette boue ! :):):)
A + sur bitume ou terre meuble !

Commentaire de Bert' posté le 29-02-2016 à 23:24:11

C'est pas mal ce truc ! On pourrait sans doute y faire des Off, tiens ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran