Récit de la course : Marathon de Paris 2009, par jsp75

L'auteur : jsp75

La course : Marathon de Paris

Date : 5/4/2009

Lieu : Paris 16 (Paris)

Affichage : 1178 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Me voici au pied levé sur la ligne de départ.

Je n’avais pas prévu de faire ce marathon, avec mes jumeaux qui sont nés en janvier, j’ai pas le temps de faire mon foncier.

Juste une sortie de deux heures il y a trois semaines.

Mon collègue était bien content de me refiler son dossard avec son TFL avéré.

Enfin, quand faut y aller, faut y aller.

De peur d’être juste sur la distance, je me suis fait un régime de fou surchargé en féculents.

Je me sent lourd au départ, je digère pas les lasagnes de la veille, c’est clair, je me suis raté sur la bouffe, mon cardio me le confirme, 10 pulse plus vite que la normale dès les premières foulées. Aller, je cours à la sensation, je vais suivre le groupe 3h30, 4min58 par km, c’est pas la mer à boire.

Les première foulées digestives sont laborieuse, je m’essouffle rapidement, un peu déçu d’être en deçà de mon rythme habituel, ça m’apprendra à bouffer comme un goret.

Je remonte discuter un peu avec le meneur d’allure, je l’avais déjà vu sur le marathon de mont Saint Michel comme meneur d’allure en 3h15.

Arrivé au 21ème kilomètre, je passe devant le groupe 3h30, mon cardio est toujours vers les 140, trop vite je voulais faire du foncier strict, bon tant pis pour lui, je suis pas essouflé les jambes sont bonnes, je continue piano. Jusqu’au 32ème kilomètre, l’ambiance est bonne sur les quais, les concurrents tentent de se remonter le moral sous les tunnels.

Effet « mur », je vois tout le monde souffrir autour de moi à partir de ce 32ème, ça ne discute plus.

Mon ventre grouille, les lasagnes commencent à vouloir descendre…

J’ai pas de chance, c’est pas un trail, pas de tas de bois ou de buisson L

J’accélère donc à 4min 45 du km arrivé au bois de boulogne, aller, un petit 4min30, paradoxalement, le cardio bouge pas, j’aurais pu faire le 3h15 sans souffrir plus.

C’est pas grave, j’étais pas venu chercher mon chrono.

41ème kilomètre, la digestion se fait sentir, un point de côté, j’ai jamais de point de côté, je dois dire que celui-ci est douloureux, je me rassure, les jambes répondent à 100%, la douleur n’est qu’une information qu’y disaient à l’armée ça se dissipe.

J’accélère encore pour finir à 15 à l’heure on lève les bras pour la photo, je crois que le photographe ne m’a même pas calculé… Plus tard, je verrai qu’effectivement, il ne m’a pas calculé.

Autour de moi, je vois des coureurs satisfaits, le marathon reste un Everest pour beaucoup.

Je comprends cette satisfaction que j’ai ressentie à la fin de mon premier marathon.

Je souris, ils vont déchanter au deuxième effet kiss kool après demain.

D’ailleur, les vieux routards ne s’y trompent pas, il y a une file de 100m devant la tente des Kinés.

Un petit coup de flotte, je peux rien avaler d’autre, mon ventre est tendu je ne pourrai enquiller quelque chose qu’au soir.

Effet digestion…

Je renonce au kiné je ferai de l’electro stimulation à la maison, je vais chercher mes affaires, métro, train, de retour à Courbevoie, je consulte mon temps sur internet, il est pas en ligne, mais je le sais 3h26, j’ai pris 4 minutes sur les 10 derniers km.

Un gros popo et une douche, j’emmène ma fille voir Guignol  une petite salade le soir…Je me réveillerai même dans la nuit  pour donner à manger à mon premier fiston.

Le lendemain et le surlendemain, un peu mal, mais finalement, je me dis que le marathon est magique, promis, le prochain, je tente le chrono.

6 commentaires

Commentaire de loicm posté le 09-04-2009 à 22:08:00

et bien, pour quelqu'un qui a abordé ce mara quasiment sans entrainement ... ca laisser reveur. Qu'est ce que ca doit être le jour où t'es entrainé !! Chapeau !!

Loicm

Commentaire de CROCS-MAN posté le 09-04-2009 à 22:19:00

Trop facile, BRAVO quand même.

Commentaire de jsp75 posté le 09-04-2009 à 23:55:00

je fais le crâneur, mais la souffrance, on la connait tous ;o)
En tout cas, le mdp m'a donné envie de faire un vrai temps, je donne rendez-vous au marathon du grand Toulouse.
Je vais tenter de passer sous les trois heures.
Je ferai un récit de ma tentative

Commentaire de mysterjoe posté le 10-04-2009 à 01:03:00

bravo pour ta course, t'as l'air d'en avoir un peu sous le pied, je te souhaite de trouver à l'exploiter avec un max de plaisir, bonne recuperation

Commentaire de le Styx posté le 10-04-2009 à 01:29:00

Bon, respect... t'as l'air d'avoir une sacrée marge... qu'est-ce que ca doit être quand t'arrive au top forme !!! ca doit y aller les courants d'air ! Bravo, t'as même eu l'énergie de faire le Guignol le soir !!!

Commentaire de jsp75 posté le 10-04-2009 à 19:37:00

ce que je dis pas pour Guignol, c'est que je piquais du nez pendant la représentation :lol:

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran