Récit de la course : Tout Roanne Court 2009, par Cyrille

L'auteur : Cyrille

La course : Tout Roanne Court

Date : 28/3/2009

Lieu : Roanne (Loire)

Affichage : 1143 vues

Distance : 10km

Objectif : Faire un temps

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Oula, l'échauffement est pas génial. Heureusement, je n'ai pas de cardio pour ne pas encore plus me troubler. Les pulsations, malgré mon allure touristique, doivent être hautes. Bien trop hautes. Pas relâché pour un sou. Il n'y a pas de doute, je suis en train de baliser comme un débutant.
Ça a duré 15mn cette connerie de stress. Je l'ai évacué en faisant quelques accélérations. Ouf. Le temps de saluer MysterJoe reconnaissable avec son beau maillot Kikourou et je vais en direction de la ligne.
La ligne de départ. Je ne suis pas mal placé, en 4-5ème ligne, au milieu. Une douce jeune fille est venue se positionner à côté de moi. Je dis douce car sa peau est très douce, nous nous touchons, bras collés. J'ai senti tout un stock d'endorphines arriver dans mon cerveau. Moment fugace. J'évitede la regarder dans les yeux, il faut absolument que le sang reste dans les jambes et dans tous les autres muscles et organes dédiés à la course. Le starter a du mal à faire rentrer tout le monde sur la ligne, personne ne veut perdre sa place...et surtout pas moi. Ça me laisse tout le temps pour bien me concentrer sur mon objectif : 35' plus ou moins 10'' et partir en 3'30'' plus ou moins 5''. Je suis bien. Pas de stress. Simplement bien.

Top départ. Les 200ers mètres, où il faut bien que le peloton se décongestionne un peu, sont le seul moment où je suis un poil gêné. Évidemment je double pas mal durant ce 1er km mais ça ne me coûte pas d'effort, il y a de la place. Passage en 3'23'' à la borne. Un poil trop rapide mais bon je suis très facile donc il n'y a pas lieu de s'affoler, faut juste que je gère comme sur la piste d'entrainement. Ça a du bon de tourner comme un taré sur une piste, c'est beaucoup plus facile pour s'approprier une allure.
Nous faisons d'abord une petite boucle qui nous fait repasser sur la ligne de départ, là où sont concentrés les spectateurs. C'est un faux-plat montant mais porté par la foule, je ne le sens pas. Je suis tranquille. Le Mc Do, on tourne à gauche, la borne des 2km. 6'53''. C'est bon, je suis en 3'30''.
Je continue de doubler et à hauteur du commissariat, je dépasse d'abord Marie Alirol, puis Adeline Roche un peu plus bas et ensuite Rakiya Quétier-Maraoui. Peut-être parties un peu vite les miss.
3ème km en 10'22''. Le kilo en 3'29''. Souple et concentré sur mon objectif, j'avale ce qui se trouve devant moi. Pas de souffrance pour l'instant.
Un petit peloton de coureurs du coin est à quelques secondes. Je les connais tous et sais ce qu'ils valent. Et je sais qu'il ne va pas falloir rester avec eux. Je rentre sur eux au 4ème km, pas bien positionnée apparemment la borne vu que je viens de torcher ce kilo en 3'19'', ce qui n'est pas possible. Je continue sans les regarder, certains s'accrochent.
Nous sommes à côté du port, c'est tout plat et à ce moment je vois arriver sur l'autre côté de la route le groupe de tête. Vache, ça dépote. Ils ont au moins 800m d'avance sur moi (mais je compte bien refaire mon retard Very Happy ). J'aime bien cette partie du parcours où l'on croise les autres concurrents. Le seul petit point négatif est le demi-tour à négocier au bout du port. Bon, c'est pas grand-chose et, à cet endroit, les deux fois où nous sommes passés, j'ai été à mon avantage en relançant plus promptement que mes adversaires.
A part ça, je continue sur mon rythme de 3'30'' au kilo. Enfin je pense être dans cette allure car je ne vois pas de bornes pour corroborer tout ça. Pas vu de 5, de 6. Tant pis.
Je suis revenu intra-muros. Qu'est-ce que c'est bon ! Je monte toujours aussi souplement la rue Jean Jaurès, littéralement porté par les encouragements.

 

La rue Benoit Malon, le commissariat, un petit bout de descente et voilà la rue Pierre Dépierre où se trouve le kilomètre 7. Passage en 24'31''. Enchaînement de 2 virages et nous voilà partis à nouveau vers le port. C'est à cet endroit que je vais connaître un moment de faiblesse. Je me suis «assis». Oh, ça n'a pas duré longtemps. Le temps que je me mette un coup de pied au cul «redresse-toi bon dieu» et c'était reparti. Il reste moins de 3 km, c'est là que se joue la perf. Il ne faut pas lâcher.
Passage au 8ème km dans la zone aller-retour. Encore une fois mal placé car je viens de signer un 3'18'' incohérent. Pas grave de toute façon, il n'y a plus le temps de calculer, de maitriser une allure donnée, il faut tout donner. Je dépasse encore quelques concurrents
Un gars du FAC Andrézieux est avec moi, sur mes talons. Deux fois, il prendra le relais. Deux fois, il me coupera dans mon élan. Il dépasse, se place devant moi et ralentit. Peu certes mais à chaque fois, je suis à la limite de toucher ses pieds m'obligeant à freiner puis me déporter et le redoubler dans la foulée. Bah, je lui en veux pas, ça part forcément d'une bonne intention, m'aider puisque je lui sers de lièvre.
Le 9ème km arrive. Je regarde le chrono. 31'26''. C'est jouable pour les moins de 35' et plus si affinités. Je donne tout ce qu'il me reste. Nous rentrons à nouveau dans le centre. La rue Danielle Casanova. Le panneau « arrivée à 500m ». Je suis au taquet. Le FACkir me pose une mine, je ne peux rien faire. Je suis à l'arrache totale. La rue Jean Jaurès. Petit faux-plat montant. C'est dur de lever les jambes. La foule est là pour nous aider, à surtout ne pas abdiquer je pense. Et ça marche. On tourne vers l'hôtel de ville où se trouve l'arrivée. 150m maximum. J'écoute un « vas-y Bruno ».

Putain de merde, je n'ai pas envie de me faire doubler si près par un Bruno ou je ne sais qui. Je ne lâche rien. La ligne. J'appuie sur mon chrono. Et là, apparaît ma sainte vierge, le chrono enchanteur. 34'48''. Au-delà de mes espérances, grâce à un dernier km claqué en 3'21'' et surtout une course parfaitement maitrisée, optimisant quasiment à 100% mon potentiel du jour.

Est-il utile de préciser que je suis content ? Depuis 2002, je n'avais plus vu ce fameux 34' affiché sur mon chrono. J'ai du mal à retrouver mes esprits mais, purée, je suis carrément content. En tout cas, c'est mon record avec 4 sorties hebdomadaires.
Les conditions étaient optimales pour la performance. 9-10°, pas de vent, pas de soleil, un circuit vraiment très bien et de la densité athlétique pour se sublimer. Sur cette place, je vois surtout des mines réjouies, signe que beaucoup ont réalisé de bons chronos.

A la buvette, je retrouve MysterJoe de Kikourou et 2 autres forumeurs de chez Athlete Endurance et UFO, ouais, je mange un peu à tous les râteliers. J'aime bien tous ces forums qui me permettent de rencontrer plein de gens. 

6 commentaires

Commentaire de mysterjoe posté le 29-03-2009 à 23:46:00

bravo pour ta course parfaitement maitrisée et ce chrono super, c'est un plaisir de t'avoir croisé et je pense que l'on va se voir régulierement sur la région, bonne récupération et merci pour ton récit

Commentaire de Jerome_I posté le 30-03-2009 à 08:43:00

bravo pour ta course, moins de 35' super... En rève pour moi encore, mais bientot... ;-)

Jérome

Commentaire de franciss posté le 31-03-2009 à 09:08:00

eh ben c'est pô magnifique ça ? bravo à toi !

Commentaire de Génep posté le 01-04-2009 à 13:26:00

Bien joué Bourgui ;)

Commentaire de Cyrille posté le 01-04-2009 à 21:05:00

De rien Ben :)

Commentaire de joy posté le 06-07-2009 à 13:32:00

Oup's j'avais pas vu le perf, bravo boss!!!
Au plaisir, rdv peut être au départ de Chamonix???

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran