Récit de la course : Saintélyon 2008, par maxlebipede

L'auteur : maxlebipede

La course : Saintélyon

Date : 7/12/2008

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1839 vues

Distance : 69km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Bonjour à tous,

Mal partout ce matin mais c'est un peu normal après une course comme la Saintélyon.

Je suis parti samedi midi de Nantes en espérant dormir un maximum dans le train histoire d'anticiper sur la nuit à venir, malheureusement je ne me suis assoupi que 30 minutes. Arrivé à St Etienne vers 20h, je me suis précipité dans la première pizzeria près de la gare, un conseil si vous venez en groupe (+ de 3), réservez !

Arrivé dans un hall d'expo vers 21h30, déjà bien plein et jonché de dormeurs, de coureurs qui se préparent, de groupes qui déconnent. Finalement, le temps de récupérer le dossard, de se changer et de préparer le sac, l'attente ne fût pas trop longue.

Minuit : départ de 4500 amateurs éclairés, les 9 premiers Kms jusqu'à Sorbiers sont très (trop?) rapides, puis commence la Saintélyon dont tout le monde parle avec son serpent de lumière qui s'étire sur des centaines de mètres quand on prend la peine de se retourner. Découverte aussi d'un terrain gras, je ne regrette pas mon choix de chaussures (Asics trabuco).

1H31 / 1er ravito, je suis trop rapide, je le sais mais je me dis dis que je vais continuer comme çà et puis on verra bien. L'ambiance est conviviale, comme elle le sera à tous les autres ravitos.

2H47 / ravito de Sainte Catherine, toujours trop rapide, je sais que je vais le payer plus tard, mais peu importe, j'y vais sans objectif vraiment précis, juste pour le plaisir de courir de nuit et pour l'instant j'en prends. La descente après le ravito Ste Catherine sera de loin mon moment préféré, casse gueule, casse pattes et cassetastrophique pour les cuisses.

Ravito St Genoux : Le début des emmerdes pour moi juste après la côte du 37/38 km, impossible de courir correctement pendant 8 kms, un gros coup de barre, pas le moral, bref le coup de moins bien.

Ravito de Soucieu en Jarret: je repars mieux, dans ma débacle des 8 derniers kms, j'ai sans doute récupéré un peu. Je me suis préparé aux bosses à suivre jusqu'à Beaunant et çà se passe bien.

6H14 : Beaunant, je me fixe 7H30 comme objectif final, c'est réalisable compte tenu de la fraicheur et du moral qui m'habitent. Une grosse côte pour repartir, les relayeurs courrent, les individuels marchent. Après Ste foy, ce sera un enchainement de marche et de course jusqu'à la fin que je ne vais pas vraiment apprécier, si ce n'est l'arrivée sur Lyon, interprétée comme un retour à la civilisation après une petite épopée sauvage à la surprise des automobilistes lyonnais matinaux.

7H15 : il reste moins de 2kms, je sais que je serai sous la barre des 7H30, je profite des derniers instants de la course et j'apprécie doublement l'arrivée dans un palais des sports plein de vie. Il est 7h24, il me reste 6h avant de reprendre le train pour Nantes. largement le temps d'apprécier la douche et le repas chaud servi après la course.

Ce qui m'est apparu différent de ce que j'ai pu lire ou entendre : il y a beaucoup de monde mais pas de problème d'engorgement ou de passage étroit qui t'empêche de dépasser pendant la course. l'arrivée est sympa, il y a certes peu de monde mais peut-on vraiment en vouloir aux lyonnais de pas se lever un dimanche matin pour encourager les gus qu'on courru toute la nuit ?

Ce que je confirme par rapport à ce que j'ai pu lire ou entendre : le choix des chaussures est hyper délicat ! Par temps sec, pas de soucis, une paire de running avec un bon amorti suffit, mais s'il pleut beaucoup avant, des chaussures hybrides s'avèrent super appréciables, notamment dans les descentes. J'ai apprécié le fait d'avoir découpé le profil de la course avec moi, je n'ai cessé de le regarder et j'ai pu me préparer à chaque difficulté.

Ce que j'ai retenu de la course : que du positif, à part que je n'étais pas assez entrainé (manque de motivation évident dans les 2 mois précédant la course). Passé les fêtes je m'y remets sérieux.

Bonnes fêtes de fin d'année à tous.

Max.

8 commentaires

Commentaire de intuitiv posté le 08-12-2008 à 15:25:00

eh , c'est un bon chrono pour un mec pas assez entrainer. C'est rigolo , le coup de moins bien ca m'est arrivé au meme moment mais je n'ai pas recuperer moi. alors encore bravo

Commentaire de PHILIPPE9876 posté le 08-12-2008 à 17:56:00

Et bien chapeau, pour un gars pas entraîné, moins de 7h30. Félicitation pour ta course. PHILIPPE4243

Commentaire de calimero posté le 08-12-2008 à 18:14:00

Quelle perf pour effectivement quelqu'un qui n'est pas assez entraîné!!
Tu veux me casser le moral ou quoi? ;-)

Commentaire de vial posté le 08-12-2008 à 22:13:00

y'a toujours un breton pas loin sur toutes les épreuves sportives
bravo pour avoir vaincu cette fichue boue de la sainté2008
michel

Commentaire de La Tortue posté le 08-12-2008 à 23:15:00

c'est marrant, on a pris le même train à l'aller et au retour ! on a du se croiser, mais pas sur la course car tu as toujours été devant moi.
à un de ces jours sur nantes, j'espère.
bravo et bonne récupe.

Commentaire de MIKE13 posté le 09-12-2008 à 16:14:00

jolie chrono, bravo!

Commentaire de DEXTER WARD posté le 10-12-2008 à 09:54:00

Chapeau bas !
pour ma première, j'avais abandonné à Soucieu après 5h30 d'effort,....c'était en 2005.
Que de souvenirs

Commentaire de peeweeonline posté le 10-12-2008 à 12:09:00

Chapeau pour le chrono !
Je suis admiratif ce sera mon objectif pour l'année prochaine, je note tes temps de passage comme indication ;--)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran