Récit de la course : L'O'Rigole - 25 km 2007, par Le_lombric

L'auteur : Le_lombric

La course : L'O'Rigole - 25 km

Date : 9/12/2007

Lieu : Le Perray En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 1942 vues

Distance : 25km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un lombric dans la boue

   18h JCDuss (Alex) arrive au pied de mon immeuble. Un dernier bisous à ma douce et tendre et j’embarque Alex dans ma ouature direction l’ouest parisien et la tanière de Taz et de Monstertruck. En dépit des z’indications précises, nous arrivons à nous perdre un p’tit peu (niouf, niouf). Pô grave.

 

Arrivez sur place parmi les preum’s ou presque (si si), nous faisons connaissance avec certains des monstres sacrés du forum (je les nommerai pas de peur d’heurter leurs modesties).

 

Un petit repas, dont je ne détail pas le menu car d’autres s’en sont chargés mais on peut le résumer comme cela : Miam et Slurp.

 

A si, j’ai découvert la Sapinette made in Savoie. L’explication de la fabrication de la Sapinette m’a fait penser à : « c’est de l’alcool d’échalote, mais c’est relevé au jus d’ail, sinon c’est un peu fade » (Les Bronzés fond du skie), mais c’est bien bon.

 

Vers les 22h, le convoi d’une dizaine de voiture s’ébranle et part pour Le Perray. Récupération des dossards, changement de tenu, p’tite photo souvenir, les consignes du boss (gloups, ça va pô être évident sur le long) et le troupeau va prendre place sur la ligne de départ.

 

Alors maintenant, il faut que je fasse un point sur mon état d’esprit :J’aborde cette visite nocturne des bois assez stressé (très beaucoup même). Je me suis fusillé ma cheville au 25bosses il y a trois semaines (juste après avoir paumé mes clés de ouature), j’ai toujours assez mal (plutôt beaucoup même). D’ailleurs l’hématome n’est pas encore résorbé (ça fait long en 3 semaines non ?). J’espère que le p’tit strapping que je me suis fait va tenir le coup et va aider ma cheville à tenir. Mais j’ai des très très gros doutes sur la façon dont ma p’tit cheville blessée va se comporter.En plus comme cela fait 3 semaines que je ne cours plus, je ne connais pas mon état de forme. Mais après tout, il ne s’agit que de 25 bornes.

 

Bon certain de mon entourage, ne m’ont pas trouvé raisonnable. Oui ben à la base courir de nuit, dans la boue, je ne veux pas dire mais comme truc rationnel on fait mieux (m’enfin).

 

 Donc les objectifs de la nuit :

-          Finir et sans bobo

– Enfin sans bobo supplémentaire, j’entends,

-          En…euh… bon j’ai pas d’objectif de temps,

-          Profiter du parcours pour prendre un bain de boue,

-          Bref faire une petite ballade sans se met’dedans. Je ne suis pas là pour me faire mal.

 

Le départ est donné. Ouah l’allure est rapide me semble t-il. On part tous pour le 25 bornes ou quoi ? On commence par quelques hectomètres de bitume avant de partir sur un chemin boueux mais encore propre (niouf niouf). Les 1ers kilomètres se font à une vitesse dingue. Au début, je suis à hauteur avec Monstertruck mais rapidement je le perd de vu. « ouskilé ? »

 

Un petit tour dans des chemins et on retrouve un petit bout de bitume pour traverser la route et on replonge dans les bois. Je retire mon coupe vent, il a un peu chaud le’bric. Me revoilà partis. Les 1er kilomètres sont encore « propre » et donc pour l’instant tout va bien. Mais on a définitivement quitté la civilisation.

 

Au bout d’une demie heure, une heure peut-être, je suis rejoints par Corto, qui me dit qu’il est partis trop vite. Tu m’étonnes ! Il a une bonne allure.

 

Je pense que peux de temps après, il a baissé le rythme car il disparaît dans la nuit.

 

L’état des chemins est franchement hallucinant de la flotte et de la boue partout. On a presque en permanence de la boue sous les pompes (voir au dessus des pompes) et souvent de la flotte à hauteur de cheville ! Bref, les mini-guêtres font plutôt office de déco. J’ai les pieds qui sont floc floc, et quand je sors des flaques d’eau un jet d’eau jaillit de mes pompes (niouf niouf).

 

Le franchissement des rigoles, et franchement acrobatique pour certain et les petites montées sont des patinoires. Pas de grosse chute autour de moi juste quelques dérapages. Le peloton c’est étiré. Je me retrouve en tête d’un tout petit groupe de coureur. J’invite celui qui me suit à me passer plusieurs fois mais à chaque fois : « Ca va le rythme me va bien ». (Grrrrr, en fait je veux que tu me doubles pour que je puis suivre ta trace).

 

Assez rapidement, l’eau dans les pompes chauffe mais bien plus rapidement on se remet les pieds dans l’eau donc : match-nul.

 

Au bout d’1h30-2h, Corto reviens à nouveau sur moi. Il envoie pas mal. Je laisse filer. Car les passages en sous-bois devenant vraiment trop risqués pour ma p’tit cheville, je lève le pied. Voir quand le chemin est trop risqué, je marche (bah oui je marche). En effet, des petites souches masqués sous les brindilles (les scélérates) guettent le pied mal posé. Plusieurs fois d’ailleurs, je lâche un petit juron alors que ma cheville se rappelle à mon bon souvenir.

 

Je profite d’un passage de marche pour remettre mon coupe-vent. Il fait un peu frais et j’ai franchement levé le pied.

 

J’ai l’impression que mon strapping me sert trop le pied. Peut-être que l’eau a resserré le tissus.Curieusement les passages dans l’eau froide sont plutôt pour l’instant une source de confort pour moi. Au moins ça calme un peu la gêne de mon pied.

 

Et dire que je loupe l’élection de Miss France pour ça ! Pffff.

 

6-7 kilomètres avant l’arrivé je rejoints ou suis rejoints (a’me rappel plus) par une coureuse du 25km. Elle en a plein les trails. On s’encourage pour les relances, un 3ème larron viendra se coller à nous mais il ne dira pas un mot. On va finir ensemble. Et ces derniers kilomètres ou l’on retrouve un sol plus stable passeront finalement assez vite.

 

On retrouve le bitume et les rue du Perray ça sent bon !

 

J’arrive dans le gymnase : Taz et Rapacette en comité d’accueil.  Je retrouve la douce chaleur sèche du gymnase (rahhh, aim’bien ça). Bon bah c’est fini, une de plus.

 

Corto est donc déjà arrivé mais curiosité : il est passé en mode vibreur. Il tremble de la tête au pied. Une belle hypo, il n’ira pas plus loin et il a l’air au plus mal.Globalement, les personnes qui rentrent dans le gymnase sont pas mal éprouvées (bel euphémisme).

 

Douches chaudes : Raaaaah bonheur !

 

On défait le sac : Je n’ai bu qu’un litre de flotte en presque trois heures cela ne me semble pas beaucoup.

 

Avec Alex on remonte en voiture direction notre Est-parisienne, pour une nuit qui sera courte pour ma part (3h), car je dois emmener ma douce à la gare (dur dur).

 

Bilan de la nuit :Un bonne rencontre de Kikoureurs courageux.Même si elle a beaucoup couinée, la cheville a finalement tenue le coup et si j’ai mal ce n’est pas aussi terrible que cela. Enfin, je me serai beaucoup plus amusé sans avoir constamment cette crainte de blessure à la tête. Courir inquiet c’est pas vraiment l’idéal. Mais bon..Sinon physiquement en dépit de mon manque d’entraînement, mon allure pépère sur cette sortie, me permet de finir assez frais et pas fatigué. Les jambes vont très bien.

 

Bon un jour je referai l’Origol et je ferai le long. En attendant, merci d’avoir une petit pensé pour ma cheville qui me supporte tant bien que mal.

 

Merci à Alex pour avoir fait le co-pilote. A Taz et Monstertruck pour leur hospitalité. Et à tous les kikourous pour cette belle soirée.

 

 Le_lomb_boue_addict_?

6 commentaires

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 12-12-2007 à 16:34:00

Garde ta cheville en bon état pour la RTT. J'ai couru le même week-end, ce n'était effectivement pas triste !
Bravo et reste de boue !
Le Lutin

Commentaire de seapen posté le 12-12-2007 à 16:38:00

Bien enlevés quand même ces 25 kms mais apparemment ce n'était pas de la tarte vu les conditions. J'espère que la balance a penché du côté plaisir-sourire plutôt que contrainte-grimace. bon le courage était là. bonne récup. et rétablissement de la cheville. salutations.

Commentaire de taz28 posté le 12-12-2007 à 18:45:00

Bravo Bruno pour ta ténacité, ce n'était pas facile de prendre le départ avec ta cheville en vrac !!
Mais tu l'as faite, et tu l'as bien faite...

Je suis ravie de t'avoir revu après Vincennes !

Bisous

Taz

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 12-12-2007 à 21:25:00

Eh bé ! Une belle galère ! Mais tu l'as bien gérée.
Bravo d'être aller au bout dans ces conditions !
Et RV à la RTT, où j'espère qu'on aura de la neige
et du soleil et pas de pluie, rien que ça ! ;-))

Bises - L'esc@rgot

Commentaire de JCDUSS posté le 13-12-2007 à 12:59:00

En effet, ce n'était pas vraiment raisonnable de prendre le départ avec ta cheville, mais ca aurai été dommage de louper de tels conditions.
Remet toi bien pour préparer l'année prochaine.

Commentaire de _azerty posté le 14-12-2007 à 15:50:00

« ouskilé ? »

Pause technique :-(

j'ai essayé de te rejoindre, mais pas pu ou pas vu .
On termine dans les mêmes temps, on a du courir ensemble à 100 m près :-( dommage

Soigne ta cheville et à bientôt.
Domi

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran