Récit de la course : 10 km de Bron 2007, par Baobab

L'auteur : Baobab

La course : 10 km de Bron

Date : 25/5/2007

Lieu : Bron (Rhône)

Affichage : 834 vues

Distance : 10km

Objectif : Faire un temps

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

                                  10KM de Bron, 25 mai 2007



Lieu de départ : Stade Duboeuf à Bron.
Heure de départ : 20h00

 



La journée de ce Vendredi 25 mai a été chaude. 30 degrés au plus fort de l'après midi. J'ai donc bu avec application, 2 litres sur la journée, sans compter les cafés (je bosse de 8h
à 16h45).

 


               A midi j'avale un gros plat de pâtes, ce qui me vaut des remarques mi amusées mi étonnées de mes collègues. Je garde la moitié pour le soir. 17h je finis les nouilles et saute dans le bus, direction Bron. Trajet interminable : visite de Vaulx en Velin sous toutes ses coutures, puis traversée de Bron. Je descends du bus après m'être fait indiquer le chemin par un chauffeur très sympathique. 800m de marche et me voila au stade. J'ai déjà mon dossard. Il ne me reste qu'à attendre un ami qui vient en voiture. A son arrivée (18h30, je me change   et laisse mes affaires dans son coffre). 19h15 nous nous échauffons sur une partie du parcours. Doucettement,  tranquillettement. Il fait chaud et ma bouche se dessèche trop rapidement. Pas bon ça... Je m'inquiète un peu. Retour au stade, re-hydratation, tête sous la flotte. Puis je fais quelques lignes droites à bonne allure.

 


                    Je me demande bien comment je vais gérer la course.  Le parcours est composé de 3  boucles. 2km+4km+4km, le tout autour du stade. je décide de prendre la température sur les 2 premiers, tenter ma chance sur la première boucle de 4 et voir ce que je peux faire sur la fin. Rien de bien précis. On verra
bien.  10mn avant le départ je me dirige vers la ligne. C'est un peu la foire, dans la bonne humeur. Thunder est là, il est venu pour me donner ma jolie casquette blanche kikourou. Quelle surprise !

 

 

                  Je m'installe comme je peux dans le peloton, et tout part très vite, avec comme d'habitude un coup de feu. Pas de victime mais la meute se répand. On se marche un peu dessus. Je passe la ligne 10/15sec plus tard, et commence à doubler, me faire doubler. Bonjour les déboîtements risqués, les sauts du trottoir à la chaussée, attention ça freine... J'ai   l'impression de traîner dangereusement. Mais il n'en est rien. Le premier kilo est passé en 4'05. Je décide de lever un peu le pied pour ne pas me faire prendre par la chaleur. Je déroule correctement, continue à doubler du monde. Chacun trouve son rythme.     Première boucle terminée après un petit passage dans le  stade.

 

               Thunder mais aussi Raideur sont là et m'encouragent avec  chaleur. Houlala il y a de la pression qui s’installe. Avec ces supporters, j'ai intérêt à ne pas faire l'imbécile. Il ne faut pas que j'explose, mais je dois quand même me battre !! A la sortie du stade, je prends une bouteille d'eau, boit ce que je peux et me met le reste sur la tête. Je jette ensuite ma bouteille sur le côté (c'est la première fois que ça m'arrive, j'en ai encore honte ;)   ). Bilan : ça va, je suis échauffé, et je me garde pour la suite.Va falloir avancer un peu, sans commettre d'erreur funeste  sous le coup de l'euphorie. Je ré-attaque la boucle.

 

                Celle ci est plus longue, passant plus amplement dans le quartier. Attention aux montées / descentes. Le  parcours est loin d'être plat et il est difficile de rester régulier, autant pour les jambes que pour la concentration. Je maintiens l'allure, soucieux d'en garder sous le pied en cas de coup de chaleur, et surtout pour pouvoir en envoyer sur les 4 derniers kilos. Passage au KM5 en 21'30 à peu près (j'ai regardé mon chrono   bien trop tard).

 

 

           J'arrive à une montée, je reviens dans le stade. Coucou Thunder et Raideur ! Coucou Marie69 aussi ! Je soigne ma foulée pour impressionner la galerie. Effet grisant.  Dans l'euphorie j'ai du mal à attraper ma bouteille d'eau    , mais je ne loupe pas le jet d'eau. Ahhh ça fait du bien. Peu   après, une épingle à cheveu puis une montée, et replat, j'ai   un peu froid (marrant d'avoir froid sur 10km baigné par un
soleil estival). et flûte, à cause de la flotte du jet d'eau   et de la bouteille sus la tête, mon dossard se barre. Je tente   de le ré épingler mais je renonce bien vite. Je ne suis pas là   pour faire des activités de couture. je finirai avec mon dossard à la main, tant pis.

 

                    Sur la suite, le peloton est très       nettement discontinu avec de petits groupes homogènes. Je suis seul mais je dépasse quand même du monde. A partir du 6ème on voit des coureurs en souffrance. Certains alternent marche et course. La chaleur fait des ravages. entre le 6ème et le 8ème c'est ma traversée du désert. Pas beaucoup de confiance. J'ai l'impression de tourner au ralenti. Mais ça passe vite, je réussis à me remettre en selle. Au 8ème, comme je me sens  bien, je tente une relance. Ça marche. Au 9ème je décide de donner davantage. Je double odieusement du monde. Arf arf arf (rire sardonique). En même temps c’est sans gloire : je regarde mon chrono et fait le deuil du moins de 41. Pas 42 non plus… snif…Mais on ne se laisse pas abattre, on bombarde. J’essaie d’accrocher des  copains, mais personne ne veut suivre. Dernière montée, j’envoie du gros, j’allonge.

 

                    A ma grande surprise il reste un tour de piste (inexistant sur les 2 premières boucles). Ça doit s’appeler un « tour d’honneur ». Pfff pas drôle, je vais être obligé d’accélérer encore. Je poursuit donc et remarque que j’avais pas mal de réserve. Je double quelques anciens (honte à moi de mettre à mort mon prochain avec tant d’insolence : )))) ). J’arrive sur la ligne après 43’26 de course. !!!

 

 

                  Je suis tellement content de finir que je me tape de cette contreperf. On verra bien comment les autres coureurs ont vécu leur course, en soirée (=après le boulot pour ceux qui ne r-t-tètent pas),  sous une chaleur bien lourde, et sur un parcours non des plus plats (c’est le moins qu’on puisse dire)

je pars en trottinant plus loin pour m’étirer. Je retrouve ensuite les kikoureurs, Thunder, Marie 69 et Raideur69 aussi.  On tape la discute un moment puis c’est le moment de partir. Merci à eux pour leurs encouragements motivants. !!!!!!

Je me dirige vers le stand ravito…un peu tard, c’est viiiide. Comme la tête d’un sportif (ha ha ha !!!), plus encore, il n’y a plus d’eau. Grompfffffff !!!! (pas content)

 

             Bilan : moyenne au Km 4’20. Pas de quoi s’affoler. Comment j’ai fait pour jardiner autant ? Je n’ai pas cueilli de fleurs pourtant. OK j’ai tenté de replacer mon dossard, j’ai pris une douche sous le jet et j’ai bu mes 2 bouteilles mais quand même !!!

Je me console un peu : je ne me suis pas mis carpette…loin de là. Je ne veux pas dire que c’était les doigts dans le nez, mais j’ai tellement essayé de rester zen et prudent que j’en ai manqué d’ambition.

 

Course sympa quand même. A faire si vous êtes dans le coin.

 

              Résultats : pas mal placé, dans le fond du premier tiers. (106ème/336)

             C’est marrant,  avec 2mn de moins j’étais dans la fin de la première moitié à Villeurbanne. On dirait que la course a été dure pour tout le monde…ou alors que les champions sont restés chez eux ; )))

 

                          Anecdote : j’étais persuadé d’avoir repéré un feu d’artifice, or il n’en était rien au contraire. Je m’explique. Vers les km 3 et 4 j’avais remarqué un mec assez corpulent, court sur pattes, et soufflant comme une forge tout en doublant comme Fangio. Peu après je l’avais vu ralentir, puis repasser derrière. « Il a explosé le mec » me dis-je alors avec en arrière pensée : « imprudent petit, regarde moi et prends en de la graine ! ». Seulement j’ai trouvé son numéro de dossard par le biais des photos. Je m’attendais à le trouver soit en fin de liste, soit aux urgences.Que nenni… Mon feu d’artifice a fini près de 2mn avant moi, en un temps dont je ne rêve que sur du plat et par moins de 15 degrés !!! Chapeau mec, et merci pour cette bonne leçon ! Méfiance avec les apparences.

6 commentaires

Commentaire de JLW posté le 04-07-2007 à 21:32:00

J'allais dire qu'un 10k une semaine apres le MVA c'est pas du sértieux mais avais pas vu la date ...
Avec la chaleur faut pas s'étonner, 43 c'est du tout bon. Bravo Baobab.

Commentaire de Baobab posté le 04-07-2007 à 22:03:00

Merci Jean Luc ! Merci pour ton encouragement.
Pour cette course, j'ai eu beaucoup de chances d'avoir autant de bonnes excuses pour ce chrono pas top : )))

A bientôt

Commentaire de thunder posté le 04-07-2007 à 22:23:00

Tient un CR d'une soirée sympa ;)
Oui rassure toi non seulement la course était dure, chaleur + parcours bien moins roulant que Villeurbanne
@+

Commentaire de gdraid posté le 05-07-2007 à 08:51:00

Bravo Baobab, pour la bonne gestion de ta course.
La chaleur peut entrainer tellement de dégâts pour les imprudents...
Merci pour ton récit honnête.
JC

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 05-07-2007 à 09:44:00

Salut, ton temps n'a rien d'étonnant par cette température. Moi, si je tourne autour de 40' aux 10km, il m'est arrivé de passer les 46' par 30 degrès.
Maintenant, tu peux courir chez moi en Normandie, on n'a pas vu 30 degrès depuis une bonne année.
Un truc pour aller vite : mets les sonates les plus rapides de Scarlatti dans ton MP3 pour courir, tu finiras plus vite !

Commentaire de titifb posté le 05-07-2007 à 13:58:00

Salut Baobab !
Te prends pas la tête avec ton chrono, il n'est pas si mauvais que ça vu les conditions climatiques et le parcours chaotique...Dis-toi que tu l'as fait, et que c'est une bonne séance de rythme !
Baobab-bientôt-sous-les-40'

Bonne continuation, et merci pour ton CR plein d'humour !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran