Récit de la course : Sacré Trail des Collines - 42 km 2014, par samontetro

L'auteur : samontetro

La course : Sacré Trail des Collines - 42 km

Date : 16/3/2014

Lieu : Tullins (Isère)

Affichage : 774 vues

Distance : 42.8km

Matos : 1 porte gourde avec une veste et une survie (en cas de pépin), 500ml d'eau! Ma paire de gigahoka en 49-1/3 trop petite...

Objectif : Pas d'objectif

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Hé! Ho! C'est la reprise, c'est le Sacré Trail à Toto38!

 

Chaque année, les 3 initiales S.T.C. signent la reprise de la course à pied ! Il est temps de ranger la caisse à fart et de ressortir les Hokas ! Cette année cette reprise est toute particulière après une année 2012 magique, une sale blessure a tiré un gros trait sur la saison 2013. Malgré un avis très négatif de mon kiné, mais pas de mon médecin, j'ai repris l'entrainement depuis quelques mois, en douceur, testant la « bonne position du curseur » pour ne pas réactiver la hernie discale. A plus de 50 ans je sais qu'un arrêt de plusieurs années serait définitif alors j'essaie d'être très attentif au moindre signe.

 

J'ai entrainé dans l'aventure deux copains, Cyrille qui a déjà une grosse saison de ski de rando mais peu de footing, et Laurent un p'tit jeune qui s'est affuté dans les trails hivernaux et qui n'hésitera pas à « tapper » le vieux si l'occasion se présente ! Mais le vieux n'est pas décidé à se laisser faire. Nous voici donc tout les trois sur la ligne de départ, a peine échauffés quand claque le top départ ! Mais personne pour dénouer le grosse rubalise bien solide qui nous retient et on passe dessous comme on peut. Ça démarre fort le STC 2014 !

 

Je pars vite, l'idée est d'être bien placé dans la première descente trufée de galets piégeux pour les chevilles. Je suis dans la foulée de Christophe Le Saux, même pas peur ! Une épingle à droite, une petite bosse et la démo est finie : la tête de course prend le large et Samontetro retourne à la vrai vie ! J'aborde la descente comme je le souhaitais et ça roule bien, je passe même quelques coureurs pas trop à l'aise sur ce terrain. Un joli bourbier marque le changement de signe de la pente. Il y a 10 jours, lorsque je suis venu reconnaitre et faire par la même occasion une sortie longue, le bourbier était nettement plus étendu. Ce beau temps persistant a considérablement asséché les chemins. Mais il reste encore un peu de boue ! Le STC est le STC !

 

La belle piste remonte vers le col de Parménie et là je relâche le rythme que je serai bien incapable de tenir pendant 43Km. Ça double pas mal, chacun sa course. Patrice, un « vertaco » me passe comme une fusée avec son tee-shirt bleu ! En 2012 j'ai eu ce tee-shirt bleu en point de mire sur les derniers kilomètres, et il est resté en point de mire ! Je n'insiste pas et le laisse filer. Un petit bout de bitume au col et je sais qu'après ça grimpera rude dans le talweg. Et bien non, on oblique à droite sur un chemin que je ne connais pas. En fait, entre l'imprécision de la trace GPS fournie pour les recos, mon jardinage lors des reconnaissances et l'itinéraire balisé, ce sont trois passages bien différents ! La monté est plus raisonnable que le « dré dans l'pentu » que j 'avais emprunté alors j'essaie de courir : je pense être dans les 20 ou 25. Un gars en orange me talonne et fini par passer, il est bien mieux que moi en côte. Je profite de la descente pour reprendre l'avantage et on arrive en semble au premier ravito en 45mn. Je suis mieux que lui sur ces sections mais peu.

 

En orange, la trace fournie pour la reconnaisance, en bleu clair mon jardinage pendant la reconnaissance, en bleu foncé la course! Toto38 on règlera ça un de ces jours Criant!

 

La seconde côte sérieuse est dans un... ruisseau mais heureusement les 10 jours de beau temps ont bien calmé le flot ! Il y a dix jours pendant les recos c'était... aquatique ! Et bien sûr le gars en orange revient doucement et. me re-passe ! On échange quelques mots, je sens qu'on va faire le yoyo un moment ! Un bénévole nous annonce 16 et 17. Dans la longue descente sur la Forteresse je reprends l'avantage, mes longues jambes déroulent bien. J'essaie de faire le trou car après ce village ça remonte sec avant une longue partie roulante. Je fais la liaison avec deux concurrents juste avant le village et attaque la côte en marchant. Dès que la pente se calme je cours mais ils finissent par me reprendre quelques mètres puis juste avant le sommet, c'est le grimpeur qui me passe brièvement ! Et oui, la côte est finie, mais qu'est ce que je ramasse dans le D+ ! Je m'arrête au ravitaillement pour bien recharger en eau, je n'ai qu'une gourde de 500ml, car je sais que le prochain est loin ! Ceux qui me précèdent ne se sont pas arrêtés. Cette portion très roulante est bordée de magnifique sculptures d'art contemporain. Lors de la reconnaissance j'ai vraiment pris le temps de les admirer, une à une, mais aujourd'hui j'ai deux traileurs à vue et un grimpeur fou sur les talons ! Alors j'avance ! Au sommet de la colline cependant, la sculpture de la cascade me surprend : le vent fait jouer les chaines suspendues avec la lumière et en s'entrechoquant on entend le bruit de l'eau qui ruisselle. Superbe, lors des reconnaissances il n'y avait pas un souffle d'air, j'avais manqué ça !

 

Une brève portion de bitume et on plonge dans un talweg étroit et je fond sur les deux concurrents qui me précèdent ! Chaud devant, Samontero is back quand ça descend ! Je ne les reverrais plus ! Au contraire même, je vais revenir sur plusieurs concurrents et malgré les petites bosses cassantes mon grimpeur ne revient pas non plus. Mais je sais qu'après Morette il me reste encore un très gros mur vers le 33ème km et 1.5Km de cote pour finir. Sans défaillance de sa part il sera devant. Et ça se confirme : a peine ai-je commencé à marcher dans la grosse côte qu'il revient sur mes talons. On discute un moment, il me demande à quoi ressemble la suite et je lui détaille ce que j'en ai vu pendant la reconnaissance . La pente du monotrace s'accentue et inéxorablement l'écart se creuse entre nous, il finira loin devant moi , 2ème V1H!

 

Enfin le sommet de cette terrible ascension et... une mauvaise surprise ! Je n'ai plus d'eau dans la gourde ! J'ai fait le pari qu'avec 500ml en course ça passerait, je viens de perdre ! Et le ravitaillement est à plus de 3 km ! Mais il y a un pré dans moins d'un km et au pied, sur la droite,il y a une source. Je le sais car je me suis fait piéger presque au même endroit pendant les reconnaissances (j'étais pourtant en config ultra avec 3l d'eau et j'avais touché le fond de la poche à eau à peu près ici). Ça va le faire, pas de soucis et je fonce en direction du glou-glou rafraichissant de la source.

 

Un bénévole dans les bois m'aiguille vers le pré, et là... ca-tas-tro-phe ! Le parcours ne descend pas le pré pour remonter ensuite par le chemin qui le borde au pied, il coupe en courbe de niveau ! Et la source est en bas ! Je cogite ! Descendre, prendre de l'eau et remonter ? Continuer encore les 2km restants jusqu'au prochain ravito ? Je me souviens qu'au bout du pré il y a une courte bosse puis que c'est ensuite un long chemin descendant alors tant pis, je joue le chrono et le risque de déshydratation. Dans la côte je rattrape la fin du 21Km. Des coureurs bien entamés qui alternent marche et pause ! Il ne nous reste certes qu'une dizaine de Kms, mais pour eux c'est la moitié de leur parcours ! Je leur glisse un petit mot d'encouragement en passant. Le fait de les doubler, d 'échanger quelques mots, me fait oublier ma soif. Enfin le ravito !

 

Les bénévoles remplissent ma gourde pendant que j 'avale quelques verres d'eau et des abricots secs en leur racontant ma mésaventure ! Je prends quelques tucs salés « en préventif » et je repars immédiatement. Et là un bénévole me lâche

« Vous repartez déjà ? »

« Heeuuu ? Bin oui ! C'est une course non ? »

J'ai décidé de trottiner tranquillement jusqu'à Izeaux pour me refaire un peu avant l'ultime côte pour la négocier au mieux mais rien ne va se passer comme prévu ! Sur le faux-plat qui suit le ravitaillement j'entends revenir un coureur sur moi avec un gros rythme ! Je me retourne : c'est Patrice, mon « point de mire bleu » ! Il s'est loupé sur une bifurcation et a fait un gros kilomètre de rab. Du coup je prends sa foulée et on avance bien, dépassant sans pitié des semi-marathoniens fatigués. Comme je ne veux pas jouer le « suceur de basket» je prends des relais. Je connais la fin du parcours, pas lui, alors je lui explique ce qui nous attend : la plongé sur Izeau, le kilomètre et demi de côte. Et comme la côte ne lui fait pas peur, on continue à envoyer dans la descente !

 

Petit bout de bitume et... début de la dernière côte. J'essaie de m'accrocher, je cours la première petite bosse mais j'ai 20Kg de plus que lui à monter et... il prend le large ! Un peu de plat, je relance en me faufilant entre les semi-marathoniens de plus en plus nombreux. J'attaque le « raidard » caillouteux et passe en mode marche et là, deux boules de muscle contracté se forment au dessus de mes genoux. Ça fait mal, je marche quand même, mais c'est de plus en plus douloureux. Je m'accroupis pour étirer les muscles et je crampe derrière la cuisse gauche ! Je me relève d'un coup et ça re-crampe au dessus des genoux ! Je fléchis doucement, je compte jusqu'à 15 et je repars. Personne n'a doublé, je monte comme sur des œufs car la douleur revient doucement, doublant des semi-marathoniens plus à la rue que moi. Mais à 100m de moi, Patrice est toujours là, je reviens même fort sur lui...

  • « ça va ? »

  • « Non ! Gros coup de fringale »

Je lui tend une topette de gel « tiens, il ne me reste que ça »

Je ne m'arrête pas, je gère mes crampes qui reviennent. Je vois le haut de la bosse mais je dois stopper, m'accroupir doucement, « 1, 2 ,3.... 15 » et j'y retourne en trottinant pour tromper le fibres musculaires. Petite descente, on voit l'arrivée, dernier coup de cul en marchant à grand pas. A mis pente je me retourne pour voir si Patrice à suivi mais là, à 50m, ce n'est pas lui mais un avion du marathon qui monte en courant cette dernière bosse ! Ah non, pas si près du but ! Pas à 250m de la ligne d'arrivée ! Et je vais chercher au fond de mes tripes je ne sais quelle énergie pour courir cette fin de bosse, le dernier plat, enfin, j'allonge les foulées, je n'ai plus mal et je franchis enfin cette arche d'arrivée ! 9ème, 1er V2H, le second V1H (vous savez,  celui en orange) juste devant moi à 4mn tout de même !

 

Le bilan : un STC atypique, quasiment sans boue, un parcours au balisage dense et rassurant mais exigeant avec de nombreuses sections rapides et roulantes alternant avec du franchement bossu et technique, un accueil et des bénévoles made in CMI (c'est un vrai label!) . Coté chrono j'espérai finir dans les 15 entre 5h et 5h30 après ma reconnaissance, 4h17:35 était inespéré ! Un peu mal au dos le lendemain, mais rien de méchant ! Les étirements et le gainage reprennent jusqu'à la prochaine course !

9 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 23-03-2014 à 19:50:06

Mmmm qu'elle est bonne cette course qui sent bon la course locale !
Et QUEL CHRONO !!!
En plus, courir avec Christophe Le Saux... Y'a pire hein ! Super !

PS : il y a une trace orange sur ton image ? Je suis daltonien !

Commentaire de samontetro posté le 23-03-2014 à 20:02:48

M'empèche que côté départ j'ai des leçons à prendre auprès du Bouk!
La trace orange ? Quelque part entre mon jardinage et le vrai parcours, mais y'a pas de sentier à cet endroit!

Commentaire de Arclusaz posté le 23-03-2014 à 22:05:59

et oui, Samontetro is back !!!
tu vas faire une grande année

Commentaire de samontetro posté le 24-03-2014 à 13:13:46

Merci Arclusaz! beaucoup de bonheur a voir que je n'étais pas trop à la rue... en descente!
A très bientôt j'espère!

Commentaire de richard192 posté le 23-03-2014 à 22:16:14

Ça me rassure, un STC peut être sans boue mais avec des crampes!
Bravo Patrick! Un presque 10 km/h sur les collines de Parmenie tu tiens la forme, la grande forme.
Pour les Hoka, je ne savais pas qu'ils en faisaient à ta taille.

Commentaire de samontetro posté le 24-03-2014 à 13:15:53

Ils ne les font pas tout a fait à ma taille... pourtant je fais du lobying auprès de l'importateur!
Du coup, les orteils apprécient modérément les longues distances: c'est pour ça que j'essaie de les faire rapidement ;-)

Commentaire de LtBlueb posté le 23-03-2014 à 22:50:48

j'ai un peu tendance à déserter Kikourou et les recits depuis quelques mois... mais là , je suis tombé sur du gros ! et ca ma fait bien plaisir que ca soit toi Patrick !! tout simplement énorme !! vas y doucement comme ca et ca va etre une grande année en effet ! a la revoyure amigo :)

Commentaire de samontetro posté le 24-03-2014 à 13:19:42

Wahou le retour du Blueb grace au STC! C'est vraiment que du bon cette course!

Commentaire de coconetdive posté le 27-03-2014 à 08:21:49

Bravo Samontetro...bravo les Gars...bonnes courses en 2014....et la prochaine fois....Présentez-vous en venant retirer vos dossards !!! :-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran