Récit de la course : La Montée de la Bastille 2013, par BOUK honte-du-sport

L'auteur : BOUK honte-du-sport

La course : La Montée de la Bastille

Date : 28/9/2013

Lieu : St Martin D'Heres (Isère)

Affichage : 906 vues

Distance : 9km

Objectif : Pas d'objectif

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

THE BOUK QUEST

THE BOUK QUEST

 


Et bien on la voulait la « vraie revanche » du Cross des Côteaux de Crolles 2012, elle a eu lieu, entre chevaliers saucissonesques façon kaamelott.

Samedi 28 septembre 2013, piscine du campus de SMH, 14h45 : intox avec le kéké et loiseau et le pote de loiseau qui est un digne admirateur vestimentaire du keke, arborant un t-shirt coton quechua alors que ce môssieur court le 10 kms en 34’, déjà une place de perdue pour le Bouk.

On note aussi les présences de JO, de mon pote Damien (et de son pote), de Pat’jambes, de la blonde CMI, d’un collègue du Dude-randonneur, bref toujours autant de monde sur cette classique qu’est la Montée de la Bastille. C’est Claude Ferrand qui nous fait le vélo ouvreur, rien que ça. Ludovic Pellé est de la partie, mais la trouille qui l’habite à l’idée de nous savoir sur la course doit l’empêcher de se décontracter. Comme on le comprends.

 

ACTE 1 SUR 3

Premier élément de stratégie, je parviens à démarrer en première ligne tandis que le kéké et loiseau sont englués dans le peloton. Gnak gnak… Sauf qu’à peine le départ donné tout le monde SPRINTE et je me fais déborder de par-tout !!! Notamment par un désormais célèbre t-shirt jaune qui serre à droite, pfff, hop, un premier « KEKE » beuglé, mais serait-ce le dernier ?! Il file l’animal.

Hop, virage à 240°, nous voici parti pour les 6 kilomètres de plat 100% plat. Très vite je distingue Damien qui est là en préparation d’une course intimiste (Marseille-Cassis) et qui vise 49’, à peu près le chrono que je vise aujourd’hui.

Je fais d’abord la jonction avec son pote qui me dit combien c’est compliqué pour lui today, celui-ci venant d’être père (je déduis donc un surpoids de 6 kilos, le même surpoids permanent que le bouk ceci dit). Loiseau est là également…

Je passe finalement la blonde CMI qui semble partir prudemment, puis accélère pour faire la jonction avec Damien. Ca file, pfffff, on doit être à 14-15 km/h j’ai l’impression… Et toujours ce souci récurrent avec cette course, comment filer tout en gardant des forces pour ce qui nous attends ?!? Sujet à soumettre aux écoles de courses à saucisson, matière « stratégie ».

Bref, Damien semble bien, je commence à me dire que je vais me laisser lâcher lentement, au train, seulement… Seulement… le maudit t-shirt jaune est en vue, pas si loin que ça, et la blonde CMI est déjà sur mes talons ! Ne rien lâcher mon bouk !

Et les kilomètres 1-2-3-4 vont se transformer pour moi en séance de fractionné, un scandale, une honte pour notre sport, qui se veut sérieux. Je suis à mon allure, et dès que je sens la blonde CMI+Alexandra une autre féminine j’accélère d’un coup. Et ce petit jeu se reproduit, se reproduit, c’est de l’abus ce type. La honte du sport ! Je me retiens même de taper un sprint de 30m histoire de faire la jonction avec le kéké une bonne fois pour toute mais c’est quand même un tantinet risqué…

On passe le Pont au niveau du stade des Alpes, cool Barbie et MDo sont là !! Faites du bruit mes choupettes, mes p’tites koug’s, beugler avec moi « KEKE » histoire de maximiser l’intox dont j’ai besoin pour qu’il craque !!

Nous voici en direction du Pont de l’Hôpital, ça s’est écrémé devant, les deux nanas poussent toujours autant, prolongeant mon effort de crétin, et enfin, enfin, la jonction se fait avec le kéké que je passe les bras en « v » tellement je suis heureux de cet orgasme sportif !!!

Mais de deux choses l’une :

-       Soit je maintiens l’effort, je suis dans un grand jour, et ça va passer

-       Soit je me suis grillé en fonçant sur ce plat alors que je suis gros et ne fais plus de fractionné et dans ce cas je vais faire la montée en me faisant dépasser de tous sous les huées des autres coureurs

Restons dans le présent : je suis avec le kéké mais il repasse dans les 6 secondes qui suivent. Soit. On passe le pont après 10m de D+, pont, et ça redescend… Et v’la-t-y pas Alexandra qui passe entre nous deux (certes elle est fine), puis la blonde CMI. Et ce vilain kéké se met dans l’aspiration, oui, dans l’aspi de MA blonde CMI. Vilain kéké ! S’ensuit une bagarre, avec coup d’épaule puis une bonne claque, c’est ça le saucisson, l’instinct animal prend le dessus.

Puis…

Puis…

Ben le Bouk lâche au train. La peur face à cette colline qui nous attend ? Ou le repos en vue de ce qui nous attend ? Ou la satisfaction d’avoir au moins réussi à courir aux côtés du champion le kéké ? Je perds bien 15-20 secondes sur ce kilomètre parcouru à une allure de gros bouk.

Je saute le ravito, apostrophe les policiers sur leur drôle d’engin (ils ne rigolent pas de ma blague pourrie d’ailleurs), et nous voici à l’attaque. Une nouvelle course démarre, 3 kilomètres façon Alpe d’Huez.


ACTE 2 SUR 3

Je démarre la montée, et à peine la porte Saint-Laurent franchie, premier virage je jette un oeil et cherche où est Loiseau, et qui vois-je ? Le Goéland hilare, affublé de sa caméra sport sur sa tête !!! On passe le musée, le cardio est bien monté, et j’ai droit à un coach de luxe !

Et la voilà cette terrible ascension : lacets qui s’enchaînent inlassablement, infiniment, c’est juste BOUUUUH. Très vite les pistards se font remonter tandis que des chamois reviennent de l’arrière, classique ici !! Je vois par contre le kéké me distancer légèrement mais sûrement… Fais chier. Heureusement, très vite c’est la blonde CMI qui a craqué et qui monte tranquille, ouf, c’est toujours ça de pris.

Et soudain des supporters, oui, c’est le breton et la bretonne en tongues dans un lacet !!! J’espère qu’ils ont insulté le kéké mais a priori non !!

Suite de l’ascension, le kéké s’éloigne, s’éloigne, je fixe mes pieds et m’imagine dans le col du Crucifix, allez, sauf que qui est en train de me remonter, Loiseau !! Le Goéland tape un sprint, je pense qu’il va filmer le kéké, « allez Goéland va le faire chier !!! ». Puis Loiseau me dépasse, j’essaie de l’accrocher mais ne peux suivre, et donc en désespoir de cause je lui lance un « va faire chier le Kéké !!! ». Bon, par contre il remonte tout le monde, je suis donc a priori dans le rythme de la course. Pas catastrophique en fait.

Mais surtout, quand va enfin arriver ce putain d’escalier !!! Ca n’en finit pas… Et je ne vois plus le Kéké depuis un petit bout de temps… Et après encore moults lacets, les voici, hop un coup d’œil, pas de maillot jaune, MERDE. Par contre j’ai rejoint un V2 en bleu avec qui j’ai fait une bonne partie du plat à fond, c’est toujours ça, et le voici, l’acte 3, le classique finish façon bouk qui traîne la patte et qui renait façon phénix en négative split.


ACTE 3 SUR 3

Et oui, mesdames messieurs, le miracle a lieu : psychologiquement, je suis conscient précisément de ce qu’il reste, et je me dis que c’est maintenant que je peux me mettre dans le rouge sang total.

Déjà les escaliers j’ai laissé passer personne et bien au contraire j’en ai repris. S’ensuit le long plat où l’on récupère sans ralentir, avant d’entamer les derniers lacets. The Girk’s est au loin, c’est bon ça, ce n’est pas le grand As de la montée c’est qu’une question de secondes et hop ça passe !!

Un doute arrive, « Goéland, il reste 1 lacet ou 3 déjà », « non non, 3 », m’en fous je m’accroche. Je ne me retourne plus même si j’en entends des foulées derrière moi… Et je ne me ferai plus dépasser. Et me voici à faire la jonction avec des coureurs qui m’avaient lâché en tout début de montée, c’est bon c’est bon c’est bon !!! Et c’est plus « KEKE » que je beugle mais « LOISEAU » qui est en vue !!!

On arrive enfin à l’arrivée des bulles, allez on sert les dents c’est du saucisson là ! Hop on passe la porte, voici mon final de course préféré cette légère descente avant un terrible dernier faux-plat, qui est au loin le Kéké !!!

Goéland me dit de foncer mais je suis déjà au max depuis les escaliers ! Je rejoins le maudit Loiseau, OUF il ne suit pas, allez allez allez Damien -> c’est fait,  la blonde CMI -> c’est fait, Loiseau (a priori) -> c’est fait il ne reste que mon pire ennemi mais ça va être trop court et je suis à bout quand SURPRISE le final a changé on a droit à une boucle sur l’esplanade oh non putain qu’elle est loin cette arche d’arrivée et je sens quelqu’un derrière j’allonge la foulée allez allez parce que le sprint j’irai pas…

Pfff et à la fois c’est rageant le mec juste devant est un chamois qui m’a repris à mi-montée et devant lui le kéké est là, si proche, mais si inatteignable… Ouf pas de sprint de l’arrière, mon Pépé est juste devant l’arrivée pour la photo et j’en termine en 46’55 pour quelqu’un qui escomptait dans le meilleur des cas un chrono à 47’ !!! On y est

Quelle course !

Heureusement que le Goéland était là il m’a vraiment boosté. Merci Goéland.


EPILOGUE

Et voilà que les sourires reviennent, et que l’on refait tous la course et les premiers débriefings, le pote de Loiseau fait 5ème scratch, ouch, Loiseau un arbitre de premier choix présent au sein de l’arène, non vraiment un grand moment. Et cerise sur le gâteau on rencontre une autre légende le sieur Franck Derrien ! Retour en footing avec le Goéland et le Kéké pour en terminer avec ce qui sera (hélas) un 4-0 cette année 2013 mais un somptueux moment de saucisson tous les protagonistes vous le diront.

 

11 commentaires

Commentaire de loiseau posté le 29-09-2013 à 09:02:44

Merci au Bouk et au Keke, c'était encore un TRES TRES grand moment de sport. Content de rencontrer finalement ces deux légendes vivants de la course au saucisson. En plus, assister de si près à ce grand combat, c'était bien mieux qu'à la télé ! Par contre, tandis que le kéké était 100 métres devant moi sur la piste, pour finir 100 mètres devant moi en haut de la Bastille, le Bouk je l'ai doublé 3 fois, pour à chaque fois le voir me repasser comme une balle quelques minutes après. La clé pour battre le kéké est sans doute un changement de tactique... Ou simplement ne plus se laisser distraire par des blondes ??

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 29-09-2013 à 14:14:43

Je t'arrête tout de suite loiseau, les blondes c'est hormonal chez moi :-( :-( :-(
Sinon, ben ouais, quelle course, c'était sur bouk TV mais toi tu étais sur le terrain !!! Superbe, j'espère qu'on revivra ça !!!

Commentaire de Byzance posté le 29-09-2013 à 09:38:53

Ben on a failli attendre le CR de cet épisode ! Sinon, c'est quoi la récompense en fin de saison entre vous 2 ? Le perdant offre au gagnant son poids en Saucisson ? Et si oui de quelle marque ? Artisanal j'espère !

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 29-09-2013 à 14:15:32

Oh mon fidèle Byzance !!! Si c'est le poids en saucisson vaut mieux que je gagne, au moins ça coûtera cher au kéké !!!

Commentaire de dajosport posté le 29-09-2013 à 09:40:38

Sympa le CR ! Je connaissais pas cette épreuve (j'avais juste assisté à la version cycliste qui se déroulait l'aprem du 10km CP de Grenoble en 2010) et ton récit donne bien envie de venir l'an prochain...

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 29-09-2013 à 14:16:14

Salut Dajo et merci !!!
Oui cette Bastille est incontournable ! Deux courses en une ! Et si en plus il y a des guignols comme nous qui s'alignent en cachette... :-)

Commentaire de the dude posté le 29-09-2013 à 11:05:37

Eh ouais cette année le kéké est totalement intouchable; il survole toutes les grandes classiques!
Tu peux p'têt encore le défier sur la Comba ou le cross des Châtaignes?
En tout cas va falloir sérieusement se remettre au boulot si tu veux encore le concurrencer en 2014.
Par contre tu as oublié dans ton récit une bien triste innovation de l'organisation: pas de bonnet péruvien ni de chaussettes en poils de lama cette année :(

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 29-09-2013 à 14:17:20

Oui cette année on a eu droit à du miel, comme j'aime pas ça je l'ai offert à mon pacer le fidèle goéland from bouk TV !!! Et sinon, ben laisse tomber, le kéké est intouchable, je vais plutôt aller défier le Dude sur l'EB 2014 ah ah ah

Commentaire de richard192 posté le 29-09-2013 à 12:27:33

J'avais pas imaginé le kéké en chamois mais pourquoi pas?
Episode 4 de cette bataille sans concession: encore une fois inscrite sur le Hall of fame.
Bravo à tous les 2 et Bouk pour ne rien lacher. Quelques séances chez le psy et tu passeras le cap.
Je vous attends à la Buisse le 20 octobre. Une terre où le Bouk a eu un bon feeling

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 29-09-2013 à 14:18:39

Tu me parles d'un temps que les jeunes de 20 ans... Triste ! :-(
On verra Rich'192 mais je crois que le dernier affrontement 2013 sera le traditionnel cross des enfants malades (course humanitaire où par humanisme le kéké pourra me laisser gagner)

Commentaire de Corne de chamois posté le 29-09-2013 à 14:36:50

Comparer la montée de la bastille au col du crucifix c'est comme comparer la montée de Grenoble-Vizille au col du Glandon. Y a que la HDS pour faire de telles comparaisons qui mériteraient une exclusion temporaire du TE73

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran