Récit de la course : Snow Trail Ubaye Salomon - 9 km 2013, par vincevador

L'auteur : vincevador

La course : Snow Trail Ubaye Salomon - 9 km

Date : 17/2/2013

Lieu : St Paul (Alpes-de-Haute-Provence)

Affichage : 540 vues

Distance : 9km

Matos : Chaînage mais pas de bâtons...

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Snowtrail Ubaye Salomon, une avalanche de bonheur !

Premier snowtrail après un premier trail passé sans encombres quelques semaines plus tôt. Un poids à faire fondre n’importe quel bonhomme de neige. Rien à espérer. Pas chrono, pas de performance particulière. Simplement envie d’être de la partie, avec cette soif permanente de découverte et de grands espaces.

Juste être là, dans cette vallée immaculée au pied du majestueux Chambeyron pour m'éclater et arpenter les pistes fraîchement damées de Saint-Paul sur Ubaye, après les sentiers ardus de la Galinette.

Juste être ici pour respirer le grand air des Hautes-Alpes en combinant encore ma passion de la montagne et celle de la course à pied. Mais comme à chaque épreuve : qui dit course, dit préparation. Et à ce petit jeu, j’en deviendrais presque un grand champion ! (Je dis bien presque...).

Confiant et galvanisé par les nombreux encouragements reçus après ma participation à La Brèche du Mont Julien, je m'affairais à nouveau plusieurs jours avant mon périple pour compléter mon équipement en vue d’affronter un nouvel élément très exotique : la neige.

Il semblait évident que mes légères tenues estivales (même superposées) seraient bien inutiles dans cette contrée bien froide. Survêtement adapté, collant bien moulant (du XL... La taille mannequin, quoi !), et, summum de la topitude trailistique : des chaînes pour mes chaussures ! J’étais presque mieux équipé que ma propre voiture. Un trailer diesel toutes options... et non polluant de surcroît.

La maladie de ma belle n’infléchît pas mon programme, j’embarquais mon mini fan-club aux aurores le samedi matin afin de nous installer dans notre QG de campagne, stratégiquement positionné à une vingtaine de minutes de Saint-Paul sur Ubaye... Puis, sitôt nos amis retrouvés, une sortie luges sur le site de retrait des dossards permis de joindre l’agréable à l’agréable en cette magnifique journée ensoleillée.

Coïncidence ou bonne étoile, peu importe, c’est en cherchant quelques victuailles pour nourrir mes moineaux que nous croisâmes dans les ruelles de Jausiers une silhouette élancée toute de noir vêtue. En fin d’après-midi et dans la pénombre, Andy Simonds, sac à dos estampillé “Salomon” vissé sur l’épaule, cherchait sûrement aussi son dîner d’avant-course. Une simple poignée de main suffît à mon bonheur.

Jour J. Après une nuit bien agîtée (merci les minimoys !), un petit-déjeuner complet mais pas trop copieux, je rejoignais Saint-Paul, accompagné de toute la Team Trail Vincevador : Alexandre, mon photographe attitré, mes préparateurs physiques (Mix tirage de luge avec Hadrien et squats avec Aurore sur les épaules : le nec plus ultra pour chauffer les quadriceps une veille de course), mais aussi Jean, Laeti et leurs adorables bambins, venus assurer la garde de tout ce mignon “jardin des neiges” improvisé, à défaut de pouvoir participer eux-mêmes à la course.

10h30. Départ du parcours Elite. 22 km. Même si j’étais content de voir le coup d’envoi du parcours long, et malgré la présence de ma tribu, j’étais dans ma course et j’avais d’ores et déjà repéré le petit “pétard” du début de parcours... Une petite côtelette de macadam, idéale pour se faire exploser la cardio dans les premiers hectomètres. Je me raisonnais à franchir l’obstacle en marchant vite.

11h00. Départ du parcours découverte. 9 km. Mon mini Team sous bonne garde et une rapide accolade à Emeline, runneuse émérite au courage au moins aussi grand que son incroyable jovialité... Et GO ! J’envoyais tranquillement ma mini foulée de grimpette qui m’amena (certes un peu haletant) jusqu’au sommet de la route. J’étais en forme, autant en profiter. Je récupérais toutefois dans le village mon souffle... laissé sur la start-line.

Enfin, nous y voilà ! La première pente enneigée se déroulait sous mes pieds “enchaînés”, et je prenais aussitôt une foulée courtes mais rapide qui me permis de doubler une tripotée de coureurs a priori en délicatesse dans les grandes descentes. Au diable ma galanterie, les montées leurs serviraient à coup sûr pour me déposer sans une once de pitié.

Bien lancé dans ma course et alors que je tentais d’anticiper sur la qualité du damage en restant sur les parcelles encore vierges de la piste, je chût lamentablement dans le seul et unique trou qu’il devait y avoir sur ce large chemin ! Pas de tergiversation : extraction de gambettes et me voilà reparti sourire aux lèvres. “Bienvenue dans ton premier snowtrail” m’amusai-je intérieurement.

C’est ainsi que les kilomètres défilèrent sans vraiment m’en apercevoir, concentré que j’étais, mais aussi simplement heureux de courir dans un décor de toute beauté. J’alternais marche rapide dans les côtes et descentes à fond la caisse. Juste un grand coucou au passage à mon mini fan-club et à mon adorable photo-reporter de fiston.

Un petit sentier étroit avec un peu de bonne poudreuse me rappella aussi qu’on était pas là pour rigoler, et mon entraînement quadriceps/proprioception me fût bien utile pour passer cette presque trop courte étape. Une halte rapide au ravito et j’embarquais mes quartiers d’orange favoris pour me donner tous le jus nécessaire pour aborder le sprint final.

Quelques échanges sympathiques avec d’autres concurrents (entre autre la cousine d’une adorable voisine septémoise !), un passage prêt de mes adorables supporters apparamment surpris de me voir là si tôt, puis j’aperçu enfin le portique noir se profiler à l’horizon. La descente en pente douce me servit de relance pour amorcer ma plus belle foulée et arriver fièrement au finish. Une fois encore, j’étais aux anges. 

Si mon objectif n’était pas un scratch particulier (j’étais d’ailleurs ravi de mes 1h09’, pensant initialement flirter entre 1h30 et 2h...), je souhaitais surtout arriver avant le finish des “Elites” en espérant voir la silhouette longiligne de Michel Lanne débouler en premier. J’étais confiant. 

Quelques minutes plus tard et après m’être resucré un peu, le brouhaha ambiant s’amplifia et je compris qu’une fusée était en approche. Je ne fis que quelques mètres puis reconnu aussitôt la tenue dreamteamesque et l’allure classieuse de mon “préféré”. Michel arrivait à grandes et élégantes foulées sous les applaudissements d’une petite foule d’admirateurs éclairés. 

A peine essouflé, quelques mots rapides au micro inaudible de l’animateur, et c’est toujours avec un sourire éclatant que le champion saluait son monde. Comme quelques semaines auparavant, il paru content de me voir et nous échangeâmes quelques impressions. Sa charmante épouse se muât pour l’occasion en photographe. Renaud Castiglioni et Andy Simonds (j’ai ma photo aussi !!!) complétèrent bientôt ce très beau podium. 

Je retrouvais maintenant mon “Team à moi” pour mon plus grand bonheur, saluait quelques valeureux coureurs dont le courageux Pascal des MTC. Puis, mon chemin croisant une dernière fois celui de Michel, je remontais cette foutue côtelette chargé comme un baudet, une luge sous chaque bras et Aurore confortablement installée sur mes larges épaules. Il y a des trails comme ça, qui ne se terminent jamais... 

Un grand merci à Jean et Laeti. A mes enfants pour leur mignons encouragements. A l’organisation et aux bénévoles, nickel. Un grand bravo à Nathalie de l’USC Septèmes et à Emeline pour leur course. 

Rendez-vous l’année prochaine pour une autre avalanche de bonheur... mais sur le 22 km cette fois ! 

Vince 

PS : Dédicace spéciale pour cette première dans la neige et sans bâtons à ma Nandynette Céline. Bon courage Miss.

6 commentaires

Commentaire de Rudyan posté le 21-02-2013 à 17:38:39

Super Vince! j'ai l'impression que tu progresses à grandes enjambées! Voilà une course qu'il faut que je tente une année, jamais fais de trail blanc encore...
EN tout cas, bravo à toi et rdv à Cuges!
PS : les chaines, c'est indispensable sur ce genre de parcours?

Commentaire de patmar13 posté le 21-02-2013 à 19:03:49

Félicitations Vincent! Une belle performance et un récit qui donne franchement envie d'y goûter. Avec ta condition physique au top, je crois que je vais avoir beaucoup de difficulté à te suivre du côté de Cuges. Encore Bravo :)

Commentaire de KikourOtreize posté le 21-02-2013 à 20:16:28

Bravo Vince!! merci pour ton récit. RDV au cross Septèmois.
Les Kikoux Aurore & Gilou
On t'embrasse.

Commentaire de vincevador posté le 22-02-2013 à 00:34:52

Rudyan : merci ! Pour les chaînes, cela m'a sûrement évité quelques glissades dans les descentes, mais j'ai trouvé que ça accrochait un peu trop la neige. ça doit vraiment aider sur des terrains plus givrés.
Pat : Je viendrais juste vous saluer au départ à Cuges. Je fais finalement l'impasse pour préserver mes chances de boucler Paris le mois suivant... Bise à toi et mes kikous !

Commentaire de renaudm posté le 22-02-2013 à 18:52:41

Whaou !
Je ne sais pas si ce magnifique récit me fait envie ou m'effraie : probablement les deux !
Un grand Bravo Vince !Impressionnant, Une fois de plus !

Commentaire de loizoo posté le 22-02-2013 à 21:37:38

Génial, un régal de vivre par procuration cette balade blanche, Bonne récup

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran