Récit de la course : Trail des Forgerons - 30 km 2010, par mic31

L'auteur : mic31

La course : Trail des Forgerons - 30 km

Date : 21/3/2010

Lieu : St Juery (Tarn)

Affichage : 1296 vues

Distance : 30km

Matos : Un peu de sang...

Objectif : Se défoncer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

 

Trail des Forgerons

L' analyse d'avant course :


30km pour 650m ou 850m de dénivelé, ça dépend des sources d'infos, ce trail s'annonce en tous cas roulant, ce qui ne va pas vers mes préférences.

Je travaille actuellement à corriger cette lacune et avec la Garonne ou le canal à côté, il y a de quoi avaler du kilomètre plat dans mon secteur.

Mais difficile de faire un pronostic, surtout si ça doit être source de déception à l'arrivée. J'en resterais donc à une analyse basique :

"Je crois qu'il faut prendre les matches les uns après les autres, essayer de marquer en premier et tenir le score, avant tout l'important c'est les trois points."



***




Après une mini pasta party chez moi, je quitte en soirée Toulouse pour rejoindre le Tarn. Ce n'est pas très loin mais je n 'aime pas les trajets speedés du matin, arriver au dernier moment pour retirer le dossard et s'échauffer.
St Juery, mélange de zone artisanale et de lotissements ne me donne pas envie d'y dormir.
Après quelques recherches je me pose aux Avalats où la course doit passer le lendemain.
Soirée tranquille à étudier le parcours en écoutant la France réaliser le grand chelem.







La nuit est très bonne et au matin je vais repérer les rues du village à la recherche de rubalise et de peinture.
Je fais comme ça un petit bout du parcours en remontant sur le plateau albigeois, l'occasion aussi de faire quelques photos car je vais courir léger, sans appareil.




Photo Olivier

Je rejoins St Juery assez tôt et je récupère dossard, bouteille de vin et sympathique Tshirt technique.
Comme d'hab, l'occasion de rencontrer pleins de connaissances et de causer météo et Citadelles.
Il est aussi temps de se préparer conciencieusement.




Je me suis souvent moqué d'une demoiselle en la voyant accorder la couleur de ses runnings avec sa casquette ou son maillot, mais aujourd'hui c'est mon tour puisque c'est la première sortie des nouvelles Brooks Cascadia, superbe chausson comme les précédentes.









Pour rester dans les tons verts, je porte donc le buff offert aux 100 premiers inscrits sur le nouveau site de trail Toutrail .






Et pour finir, j'ai ressorti un maillot vert qui n'avait pas vu le jour depuis quelques temps.



En fait cette course ne m'inspire guère, je l 'ai déjà dit : j'imagine un parcours roulant dans des décors sans relief.
Mais il y a des points à prendre ici.






La course :

Après un échauffement moyen, me voici en première ligne au départ. Juste pour la photo car je ne compte pas m'affoler, contrairement à Benoit en rouge, toujours à fond ou Stéphane derrière moi qui prépare un grand coup.




Je laisse donc filer dès le départ des dizaines de coureurs devant moi. Il est impossible de connaître sa position puisque nous sommes partis pour 30 bornes en même temps que ceux qui font le 14km. Mais j e ne veux pas reproduire le début de course trop rapide de Fontfroide.
Après un quart d'heure, je commence à être dans la course et à reprendre quelques places, même à quelques connaissances qui font le 14.
Mais pendant une demi heure c'est aussi pénible que ce que j'envisageais, de la route ou des chemins plats traversant des cultures, passionnant...





Le trail commence donc assez tard et je trouve enfin du plaisir à courir dans le coin en attaquant quelques petits sentiers.





Je suis surpris de voir Olivier Foissac, souvent aux avant postes, s'arrêter pour prendre des photos. Nul doute qu'il se réserve pour les Citadelles dans quinze jours. Ces quelques photos en action sont donc de lui.




Après ce début très roulant, on attaque enfin une vraie côte. Et là la différence se fait de suite : alors que la plupart de ceux qui me précédaient marchent, je monte tranquillement en trottinant , passant environ 7 ou 8 personnes. Bon pour le moral.

Vient ensuite une très belle descente que l'on repassera en fin de parcours. Elle est facile à courir et j'y prends beaucoup de plaisir. On rejoint comme ça un petit ruisseau que l'on longe par la gauche. Je suis bouchonné par un gars à l'arrêt devant un cailloux glissant. Je râle intérieurement et dès que le sentier s'élargit je le dépasse.
Après le ruisseau les parcours se séparent , nous voilà entre gars du 30km, mais impossible de connaître ma place. Je m'en soucie peu d'ailleurs , il faut juste courir et s'économiser.
La boucle du 30 est plus sympa que le début : des passages dans les bois, quelques belles descentes parfois un peu boueuses et des montées assez sérieuses pour m'obliger à marcher. Mais ne voulant pas perdre trop de temps, j'applique la bonne vieille méthode du cabri et j'effectue ainsi de belles montées.
J'arrive comme ça à Marsal, km12 et 2ème ravito. J'ai zappé le premier mais l'appel du coca me fait stopper à celui ci. Un verre dans le bidon, un avalé et je repars.
A partir de là je vais faire route commune avec deux gars, un V2 rapide et régulier , et un gars en rouge. Je mène pendant un moment, je crois parfois les distancer mais ils reviennent. Je marche un peu dans une côte et les laisse passer, puis reviens dans le train.
On arrive ainsi sur le plateau pour des parties très roulantes. Je pense qu'être avec eux m'a bien aidé à tenir le rythme et à ne pas ralentir. J 'ai parfois senti une faiblesse, mais un bout de barre ou de pâte de fruits à relancé la machine.
Notre trio dépasse quelques coureurs, il y en a d'autres à l'horizon pour l'instant inaccessibles.
Dans une descente, le gars en rouge prend de l'avance puis plus loin c'est le V2 qui s'éloigne aussi. Baisse de régime pour moi.




On repasse la super descente du début, je me sens un peu moins alerte qu'au premier passage. Retour dans le lit du ruisseau et cette fois personne pour me ralentir.
Confiant, je passe donc le rocher glissant sans ralentir. Mon pied dérape aussitôt et en une seconde je fais une super pirouette sans rien comprendre, avant de me retrouver assis dans le ruisseau.
Le gars sympa qui était derrière moi s'arrête et m'aide à me relever. Je reprends mes esprits, je n'ai mal nulle part et je repars aussitôt en rassurant les secouristes judicieusement placés.
J 'ai la jambe râpée, le côté de la main un peu ouvert et je sens un truc bizarre sous le menton. Je passe la main et vois que je saigne.
Comme je suis très con, je prends du sang du bout du doigt et je me fais de belles peintures de guerrier indien sur les joues. Effet réussi sur les randonneurs que je doublerai plus tard ou sur les spectateurs.
Je ne sais pas si c'est le choc ou le bain forcé dans le ruisseau, mais j'ai retrouvé une belle forme. J'ai repris de la vitesse et je reviens un peu sur le V2.


On arrive aux Avalats, un panneau annonce 5km de l 'arrivée. Il y a un ravito où je ne m'arrête pas et après quelques ruelles on attaque la dernière côte.





Obligé de marcher, je l'avais trouvée plus facile ce matin au réveil. je reprends un peu de méthode du cabri, en m'économisant car sur le plat final je veux finir fort.
En fin de côte je croise Marc, l'organisateur du Trail du Cassoulet. Il annonce les places et me dit "Quinzième !".
Je ne savais pas où me situer et cette place est déjà très bonne.







Mais sur les longues parties roulantes qui suivent, je vois loin et il y a bien 4 ou 5 coureurs à aller chercher.
Progressivement, j'accélère donc et les uns après les autres je vais les rattraper. Je compte , quatorzième, treizième, douzième...
J'arrive ensuite derrière le V2, toujours à un très bon rythme. J'ai un peu de mal à le dépasser mais finalement j'y arrive et prends un peu d'avance, mètre après mètre.
Une dernière descente nous ramène sur le plat, plus très loin de la fin. Je cours, je cours, sans ralentir. Timide regard derrière, le v2 est assez loin.

Toujours en donnant tout, j'arrive enfin à l'arrivée que je franchis donc 11ème en 2h31'27".
Je ne sais pas si la distance était exacte, ma montre donnera 860m de dénivelé.
Je retrouve là Stéphane qui a remporté la course, assez facilement. Je sens bien qu'il va nous faire un gros truc sur les 73km des Citadelles.
Arrivent ensuite le V2, puis les gars que j'ai dépassé sur le final. Poignées de mains sincères, la bonne ambiance du trail. Le gars qui m'a ramassé dans le ruisseau en finit aussi, on discute un peu, il fera aussi le 73km.





L'après course est sympa, après les Tucs et la St Yorre, je mangerais avec Julien, 7ème après s'être perdu. Le repas est bon, pâtes, poulet en sauce et éclair au chocolat.
Finalement, je repars content des Forgerons, une chute qui marque, un parcours sympathique pour le 30km malgré de très longues parties roulantes. Il faut venir là en ayant bossé les sorties longues et plates, ce que j'avais fait .









Mission accomplie, 200 points dans la poche pour le challenge.
Et accessoirement, des hématomes à l'épaule et à la cuisse droite, des éraflures à la jambe gauche et des coupures à la main et au menton. Je m'en sors bien.

 

6 commentaires

Commentaire de domi81 posté le 23-03-2010 à 13:22:00

mieux vaut 200 points dans la poche que sur la bête ! ;)
bon, apparement les "cascadia" ne sont pas terrible sur le glissant mais tu t'en sors bien tout de même !
félicitations pour la course et en espèrant pouvoir t'accompagner bientôt !

Commentaire de @lex_38 posté le 23-03-2010 à 16:36:00

Sur la photo, ça fait peur!
Mais finalement plus de peur que de mal, et en tout cas, ça ne t'a pas empêché de finir la course!
A+

Commentaire de Berty09 posté le 23-03-2010 à 23:24:00

Très beau finish et comme on dit, c'est en forgeant qu'on devient forgeron, alors bonne chance pour la suite et à bientôt aux Citadelles.

Commentaire de CROCS-MAN posté le 24-03-2010 à 13:12:00

Bravo le guerrier, merci pour ton récit.

Commentaire de eric41 posté le 24-03-2010 à 17:29:00

Très beau récit et très belle course Mic.
Merci.
Eric

Commentaire de leeson posté le 25-03-2010 à 13:27:00

Merci pour le recit,
Pour moi ca a etait beaucoup plus diffile, j'ai hate aussi de me "plonger" dans les citadelles.

bravo pour ta course

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran