Récit de la course : Marathon des Ecluses de la Mayenne 2009, par maya78

L'auteur : maya78

La course : Marathon des Ecluses de la Mayenne

Date : 27/9/2009

Lieu : Mayenne (Mayenne)

Affichage : 870 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Bucolkique à souhait ce marathon

Alors, le week end passé, nous avons mis le cap sur Mayenne & Laval pour le marathon des écluses

 

A notre arrivée à Laval samedi fin d’après-midi pour le retrait des dossards, ça s’annonce bien : alors que je viens de prendre mon dossard n° 81, le speaker demande s’il y a des bretons qui participent à la course …. Je lève le doigt, vais le voir et je repars avec un coupe vent Mizuno ! Cool ! Juste après, le speaker cherche des personnes de la région IDF … Je fais signe à Oliv’ qui se présente et qui se voit attribuer un tee shirt "53", un bouquin & 2 places à la pasta party organisée sur une péniche. Comme nous ne souhaitons pas traîner à Laval ce soir, on refile les places pour la pasta à un couple de Laval et nous regagnons notre Campanile à Mayenne.

Quelques derniers étirements, 1 bon dîner, 1 dodo pas trop mouvementé pour une veille de course et hop, hop, hop, c’est déjà dimanche matin 7H30 …

 

9h, c’est donc le moment  de découvrir les bords de la Mayenne … Je prends le départ du marathon des Ecluses, de Mayenne à Laval, avec pour objectif de le finir, voire plus si affinités

 

J’ai pas trop mal  dormi (merci Campanile !) et comme il ne s’agit pas d’une course internationale, en quittant l’hôtel à 8h35, nous sommes largement à l’heure sur la place du départ, à Mayenne.

Température d’automne un peu fraîche, mais le beau temps s’annonce …

Nous sommes 549 sur la ligne, et pas beaucoup de minettes. Ma voisine me demande combien je pense faire (elle, elle table sur 3’16).

Nous partons : 7 km en 2 boucles dans Mayenne au démarrage, puis quasiment 35 bornes sur la rive gauche de la Mayenne.

Dès les 1ers mètres, je sème ma voisine du départ. Une autre minette me double, mais je la redouble au 1er ou 2e km et après, plus rien de féminin à l’horizon ! Tout au long du parcours, on me dit que la 2e n’est pas loin, ce qui me fait tenir & me donne le courage pour m’accrocher

 

Le parcours est superbe : champs & vaches à gauche, rivière à droite, et nous sur le chemin de halage !

Aux écluses, j’ai la chance de voir assez souvent Olivier, ce qui remonte le moral et donne un coup de fouet je dois dire ! Par moment, j’ai le soleil qui me joue des tours et qui m’embête, mais c’est toujours mieux que la pluie … Il fait chaud par contre et aux ravitos je suis bien contente de récupérer des verres d’eau pour m’en arroser ! Seul hic : au ravito du 33e ou 35e km, plus d’eau, je prends de l’isostar par erreur, et m’en sucre la tête : très désagréable sensation !!!

Côté sensations justement : jusqu’au 35e , tout roule nickel. Je ne regarde pas mon chrono (comme d’hab’), je n’ai mal nulle part, je cours au feeling. Parfois, un peu de solitude car on est pas bien nombreux sur ce chemin … et quand je trouve des acolytes, soit ils ne causent pas, soit ils se la "pètent" (comme ce maître nageur local qui me dit ne jamais s’entraîner et venir là comme ça,en dilettante alors qu’il peut faire 2h56 au marathon … Pourquoi s’est-il levé ce matin alors, ce crétin ?)

 

Bref, la Mayenne c’est beau mais un peu long et plus ça dure, plus les 42 km approchent, et plus j’ai du mal à me faire à ma solitude

Et en + je vois de moins en moins souvent Oliv’ car il y a de moins en moins d’écluses !!

Que c’est dur ! Il en faut de la tête … ou alors faut être fou ????

 

En tout cas, le but approche et j’en suis bien contente !

Arrivée à Laval, à 1 km de la ligne, des lavalois nous font une superbe Ola sur une cinquantaine de mètres ! Sympa, ça booste le moral & les jambes !

 

Une petite dernière bosse, un pont à traverser pour rejoindre l’autre rive de la Mayenne et j’aperçois la ligne d’arrivée ! Quel bonheur ! Et tout le monde qui m’applaudit, et Olivier qui m’appelle !!!

Que ça fait du bien !!!

2 radios locales me tombent dessus, m’interviewent … Mes sensations ? Mon chrono ?

 

ps : lundi soir, je suis allée faire ma curieuse sur radio France Mayenne et quelle n’a pas été ma surprise de lire que la 1ère féminine était une certaine Annaïck Le Diroux (ou qqch du genre …). Ben mince alors … ça sert à quoi de se décarcasser pour se voir ainsi spoliée ! J’ai envoyé un mail à la rédac dans la foulée ! Réponse : l’erreur est humaine (ouai, mais enfin là ça fait quand même une grossière erreur je trouve surtout que j’ai épelé mon nom au journaliste & que je lui ai expliqué l’origine de mon prénom !)

 

En tout cas, à l’arrivée (vers 12h30 donc), j’ai la nausée & j’ai mal aux lombaires … A part ça, tout va bien. Je profite d’un petit massage avec Edith, une jeune retraitée très sympa (merci d’ailleurs aux bénévoles).

Détendue, je file ensuite prendre une douche très fraîche, idéale pour bien se remettre

 

Puis, il nous faut attendre les résultats à partir de 15h bien passées (longuet ces résultats et encore plus longues les remises, surtout quand on a la route à faire ...)

 

Ce sont les Virades de l’espoir ce week end ; il y a donc un chèque de remis à l’asso, puis c’est le tour des récompenses. Côté filles, nous sommes 8 sur le podium dont la majeure partie sont du cru.

Les 3 premières places étaient au coude à coude (la 2e doit être à 30" de moi, et la 3e à un peu plus d’1’), mais après les chronos se sont espacés.

Je descends du podium avec une méga grosse énorme coupe, une bouteille de Champ’ (pour Oliv’, mon coach !), des fleurs et un bon d’achat valable chez Intersport. Autant dire que ça valait le déplacement et qu’à Noël les cadeaux risquent d’être très orientés sport …

 

17h20, après le pôt de clôture des Ecluses, nous reprenons la route pour une arrivée 20h30 at home !

 

Maintenant, plus qu’à récupérer tranquillou, mais ça va : quasiment aucune courbature lundi et là, plus rien du tout ! Je pense franchement que le corps s’acclimate au marathon et qu’au fil des marathons qu'il réalise, il a de moins en moins mal. Sympa, non ?

 

Ps : si je refais les écluses l’année prochaine, je demande à Oliv’ de m’accompagner en vélo, ça sera plus sympa !!

 

3 commentaires

Commentaire de CROCS-MAN posté le 01-10-2009 à 07:21:00

Bravo pour ta course et merci pour ton récit

Commentaire de Bambi posté le 01-10-2009 à 21:56:00

bravo !!

Commentaire de francois 91410 posté le 02-10-2009 à 07:57:00

Bravo pour ce succès !

Je ne connais pas ce marathon pourtant pas si loin de la région parisienne, merci de nous l'avoir fait découvrir

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran