Récit de la course : Marathon du Mont-Blanc 2009, par tophenbave

L'auteur : tophenbave

La course : Marathon du Mont-Blanc

Date : 28/6/2009

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 1457 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

apres une fin de saison difficile(trail des aiguilles rouges fini h.s),un moral en berne et un hiver sans pratique cause douleurs physiques et mentales,le simple fait d'etre ce matin pret à affronter les 42.195kmdu marathon du mont blanc me remplit de joie.l'annee derniere je m'etais proposè ce defi de terminer cette epreuve en moins de 8h.pari reussi en 7h13.Mais aujourd'hui point de defi .je suis heureux de me relancer dans une nouvelle saison de montagne avec toujours l'espoir d'un jour ou je finirais l'utmb.Mais le parcours est encore long ,rien que pour se "qualifier".

pour l'instant je savoure ces dernieres minutes avant le depart.la meteo est excellente,la montagne magnifique.7h,et c'est parti.les rues de Cham malgre l'horaire matinale sont relativement chargèes.On nous encourage.applaudit et ma foi c'est bien agreable.tres vite le peloton s'etire,on prend ces marques,retrouve sa foulee.direction LeLavancher.

en passant pres du camping des praz nous sommes 5 a etre dans le meme tempo.4gars et une fille.les deux gaillards qui accompagnent la concurrente ont l'allure des gars habituès aux longs efforts.intelligemment je me dis qu'en ce dèbut d'epreuve mieux vaut se preserver et je reste derriere eux.les premieres bosses commencent à faire une selection entre ceux qui courentencore et les autres,plus prudents qui marchent dans les montèes.jusqu'au Lavancher je trottine ainsi que mes compagnons.bonnes sensations,alors je me fais plaisir.

 puis on rejoint Argentiere toujours par le sentier à flanc de montagne.le parcours est vraiment sympa et agrèable.à ce moment nous sommes une file pratiquement ininterrompue car dans le hameau traversè auparavant un retrecissement  a crèè un regroupement gènèral.malgrè le nombre de coureurs qui me doublent dans ce secteur je garde en point de mire mes trois acolytes.depuis le depart la temperature est un peu fraiche(foret oblige)mais parfaite pour courir.

 puis nous arrivons a Argentiere,avec son ravito point d'eau.j'ai le camel rempli mais je m'autorise quelques instants de marche pour boire et m'alimenter .les encouragements sont presents ainsi qu'une legere cohue .un benevole reconnait en un compagnon,un chamoniard.celà me fait realiser que meme si je temporise l'allure nous sommes dans une bonne cadence(pour finir dans les delais s'entend).

puis direction Vallorcine via le col des montets.à la sortie d'Argentiere,lesbosses s'enchainent.oh,rien de bien mechant,mais ça commence a faire un peu mal aux jambes.cette fois je suis avec 2 gars ,2 italiens.dans le precedent ravito j'ai perdu mes traileurs prefèrès(et surtout la petite les accompagnant..).

 Tres le champ,public enthousiaste et chaleureux,ça faitchaud au coeur.puis l'on rejoint la route pour passer le sommet du col.un jeune me rattrappe,me double et..se ramasse une gamelle,mais une vraie,un veritable plat.je l'aide a se relever et dejà il repart...mais pas tres loin,sa cheville ne voulant plus continuer.un veritable desespoir se lit sur son visage.allez gars ,bien que la course soit la chose la plus importante des choses secondaires,tu te rattrapera l'an prochain.

legere descente sur Vallorcine avec un ravitaillement bien venu..avant la montèe.col des posettes suivi de l'aiguillette des posettes.a la sortie du village un droit dans la pente nous rappelle que l'on fait le marathon du mont blanc.ça grimpe sec.là je marche et c'est dur.je ne peux m'empecher de penser que quelques instants plus tot,les costauds sont passès en courant!la montèe dure,dure .un petit groupe s'est formè.je regarde le sol,juste les chaussures du precedent(tiens des Diadora...)ça coule à grosses gouttes,mais je respecte le rythme cardiaque.ça tape,fort mais juste ce qu'il faut pour souffrir avec plaisir!!completement fous ces coureurs!puis le sentier s'elargit.là quelques coureurs me depassent.le rythme est soutenu et la vue magnifique.en effet j'ai sensiblement ralenti car en arrivant au col le panorama est epoustouflant.la meteo est de notre cote et la chaine du mont blanc deploie toute sa beaute.voilà dejà plusieurs decennies que je passe et repasse en ces lieux et toujours j'en reste bouche bèe.

un petit ravito au col,et on attaque l'aiguillette.tiens devant j'aperçois mon trio du matin.la montèe n-est pas trop longue,ni trop raide et tres vite on bascule pour rejoindre Le TOUR.descente technique que je fais prudemment.les escaliers au debut se succedent.cela me rappelle l'urban trail de Lyon(veritable epreuve pour provoquer des crampes..).cool ,relax,souple.surtout eviter les crampes.la descente est longue.pas trop plaisante et jamais je ne suis dans un rythme.je galere carrement.on me double,vivement que cela cesse.mais 1000m de denivelè c'est long.mais tout a une fin et le changement d'allure au bas du col en secoue plus d'un.mes souvenirs de l'an dernier m'ont bien servi et petit a petit en rejoignant Tres le champ et son ravito je ratrappe quelques bons descendeurs.probleme ,je ne fais pas que rattrapper des collegues,mais aussi la chaleur.et au ravito je suis cuit.boire,manger un morceau ,m'arroser,recuperer...continuer.

la montèe de la Flegere ne s'annonce pas sous les meilleurs cieux.je regarde ma montre,je suis sur les bases de 7h.ne pas m'affoler en reprenant de l'altitude ça devrait aller mieux.et je repars ,seul.

le debut de la montèe est galère.je suis h.s.non je ne vais pas stopper ici.je pense aux copains qui la veille ont couru le cross,a ma femme,aux petits restès en ville.non je ne m'arreterais pas.Le cotè positif de ce combat interieur,est qu'il se passe en mouvement et bien que j'en ch.. les metres passent.le passage en plein soleil de la montèe au dessus d'Argentiere est terrible.malgrè tout je rejoins un groupe.Eux aussi en bavent.eux aussi continuent à avancer.pourquoi,pour qui?nulle reponse et on avance sans bruit,sans plaisir,quoique..ce moment est dur mais intense.je devine la montagne impitoyable et majestueuse.enfin on rejoint la foret avec de l'ombre.et ça grimpe encore et encore.le souffle court,les jambes douloureuses mais le moral en hausse grace a l'encouragement de 2 randonneurs:"courage les gars plus que deux kilometres".

allez je m'accroche,on s'accroche la fin de cette montee est proche.puis notre petit groupe attaque le passage decouvert terminal de La Flegere.des pierres roulent sous mes pas.je suis encore cuit.un compere les bras en croix sur le cotè me confirme que ce passage est difficile aujourd'hui pour plus d'un concurrent.tiens j'entends des cloches,des clarines,la musique des supporters savoyards.un dernier coup de c.. et à nous La flegere.au milieu d'un tonnerre d'applaudissements,de cloches de prenoms hurlès je franchis cet ultime mur.et direction le ravito...et son panorama,recompense supreme.

je regarde ma montre tout en reprenant quelques forces.surprise heureuse,je me sens entamè certes mais bien.et apres un rapide calcul je peux faire un peu mieux que l'annee derniere.allez un dernier verre de coca et c'est reparti,le moral au beau fixe.de plus je connais bien le final et c'est un avantage.

je suis seul sur ces derniers kilometres.les jambes dures mais j'arrive a trottiner.un sentiment de bien etre petit a petit m'envahit.certes ce lieu est magique,tout comme l'èpreuve mais tout de meme ces courses en montagne ;par leurs difficultès nous apportent enormement a chacun d'entres nous,concurrents.une autre façon de se connaitre,reconnaitre et de prendre ou reprendre confiance en soi.

l'esprit vagabond mais neanmoins concentrè m'amene à rejoindre relativement sinon vite mais aisement le terminale du marathon.deux derniers kilometres.deux kilometres presque rien mais les deux kilometres de legendes.un mur pour des amateurs comme moi.je leve la tete et tout en haut la banderolle de fin.la sono crache ses decibels eparpillès par le vent de la montagne aux quatres coins de mon cerveau.

je marche,toujours pas de crampes.le final me fait,malgre moi accelèrer.je marche le plus vite possible car ma montre me prouve que je peux encore mieux faire que l'an dernier.je regarde mes pieds.les encouragements de plus en plus nombreux m'annoncent une fin prochaine.mon prenom scandè par des gens de toute nationalitè me transcende.ce final est exceptionnel par sa difficultè et son ambiance.enfin je regarde autour de moi et surprise à mes cotès ,la femme que je suivais ce matin.ses deux amis l'encouragent car pour elle aussi c'est difficile.un de ces compagnons me sourit,m'ayant reconnu,peut etre.ils franchissent la ligne ensemble.je les suis  ravi d'avoir une nouvelle medaille a ramener à la maison.je bois cette biere bienvenue dans une ambiance chaleureuse.la chaine des alpes continue a montrer sa beautè.le point de vue que nous avons est unique,recompense supreme d'une epreuve sublime.

mon temps bien que secondaire :7h10et qq secondes.la cerise sur le gateau.

2 commentaires

Commentaire de Philippe8474 posté le 12-08-2009 à 11:29:00

"la course est la chose la plus importante des choses secondaires"

Celle-là je l'aime bien et je vais me la garder dans un coin de ma tête!!!

Bravo pour ta course avec le résultat au bout!!!

Commentaire de Arclusaz posté le 11-01-2011 à 17:40:00

je découvre avec pas mal de retard ce super CR.
Merci et bravo.

Il me confirme la grande envie que j'ai de participer cette année au Marathon du Mont Blanc : bon, faut quand même que je me décide vite ....

Et merci pour la phrase : je la garde aussi !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran